Archives par mot-clé : voix

Et si on allait au cinéma ?

En allant à la Bibliothèque Nationale de France, je suis tombée, par hasard, sur l’affiche de l’avant-première d’un film, dont le titre, Á Voix Haute – La force de la parole, a éveillé ma curiosité. La promesse de la présence du réalisateur a été suffisante pour me séduire complètement et, me voilà, dans l’ambiance feutré de la salle de cinéma, en train de rire et de me questionner devant un film passionnant, drôle, dramatique et surtout tellement proche du monde estudiantin.

Pour éclairer le contexte, le film Á Voix Haute est un film documentaire de Stéphane de Freitas qui reflète la préparation d’un groupe d’étudiants de l’université de Saint Denis Paris 8 au concours Eloquentia, crée afin d’élire le meilleur orateur de Saint Denis. Ainsi, tout au long du film on suit le groupe d’étudiants, venus de tous les horizons disciplinaires, lors de leur préparation intensive au concours. Ce groupe devient presque la famille Eloquentia, la famille de cœur. On découvre leur parcours personnel semé d’embûches et, en passant par des exercices d’éloquence, de slam, de jeu de rôle, on découvre également que notre parole est une arme de combat.

Le film reflète une aventure humaine un peu à part car les étudiants révèlent leur talent exceptionnel et, ayant un sens aigu de l’esprit d’équipe, progressent très vite. Avec sincérité, ils nous décrivent leur rapport à la parole, qui s’avère plus difficile que celui à l’écrit. En effet, l’écrit est solitaire, la parole, il faut la partager et, pour cela, il faut trouver une voix. Si on n’arrive pas à trouver notre voix, les rapports aux autres mutent. Comment trouver ces phrases justes qui sonneront comme un coup de tonnerre dans la nuit ? C’est le but de la préparation au concours.

Cette formation a eu lieu tous les samedis et a duré six semaines, ce qui était un délai très court pour apprendre à argumenter, à convaincre et à avoir aussi une parole libre pour pouvoir parler sans ses notes. Une centaine des candidats d’Eloquentia se sont battus dans les salles de TD de Paris 8 afin d’accéder à la finale et ainsi devenir ambassadeur de la liberté d’expression. Lors du concours les étudiants se penchent sur les sujets de débats comme, par exemple, L’erreur est-elle un droit ? ou bien La réalité est-elle mieux que le rêve ? Les étudiants qui ont participé au film étaient également présents dans la salle. Selon eux, les sujets de concours étaient assez vastes, ainsi, grâce aux « pirouettes verbales », ils ont pu débattre sans aller à contre-courant de leurs idées. Par exemple, en défendant, que le meilleur n’est pas à venir, ils ont avancé que le meilleur n’est pas à venir mais à chercher…Selon eux, ils ont pu garder leur esprit d’équipe car personne ne perd Eloquentia s’il y en a un d’entre eux qui gagne.

Grâce à l’intervention de Stéphane de Freitas on en apprend plus sur les coulisses de cette aventure humaine. En effet, il y a cinq ans, avant que le projet du film ne soit né, il a eu l’idée de créer le concours Eloquentia visant un double objectif. D’une part, Stéphane de Freitas a voulu créer une formation de préparation au concours qui met en place une pédagogie de développement personnel via la prise de parole en public. Cette formation, comme a précisé le réalisateur, a été créée non pas pour développer l’éloquence des sophistes, mais pour permettre aux étudiants de gagner en confiance en soi. Ainsi, l’axe majeur de la pédagogie est de faire un « voyage » à travers différents contextes de prise de parole. Par exemple, les étudiants doivent se familiariser avec la prise de parole en milieu professionnel, ainsi qu’aux discours classiques, ils font également du théâtre. Cette formation de préparation est appelée également à transmettre aux étudiants trois valeurs fondamentales. La première est le respect des opinions des autres. La deuxième est le questionnement : tout au long de la formation on incite des étudiants à commenter les prestations d’autres étudiants, cela les aide à nourrir la réflexion sur leurs prestations. La troisième valeur est la bienveillance, car, dans une société où le dialogue s’avère parfois tendu, il faut accepter de recevoir la parole de l’autre.

D’autre part, venant lui-même du 93, Stéphane de Freitas voulait montrer que l’image que l’on crée de la jeunesse de banlieue est caricaturale. Par conséquent, son film Á Voix Haute traduit non seulement son engagement artistique mais aussi son engagement militant. En effet, il voulait déprogrammer les concepts que l’on fait des jeunes de banlieue, à la suite desquels on finit par les convaincre que l’échec est imminent. Ainsi, afin de détruire, en restant dans la réalité, ces stéréotypes et de donner l’image de la banlieue comme on devrait la voir, Stéphane de Freitas a décidé de créer un film documentaire sur les jeunes ordinaires qui sont loin de la violence.

Aujourd’hui, le projet Eloquentia ne fait que monter, Stéphane de Freitas reçoit des centaines de demandes provenant de collèges et de lycées de toute la France et espère faire d’Eloquentia le plus grand concours de prise de parole en France. Selon Stéphane de Freitas, même si le concours discerne le meilleur orateur de Saint Denis, cette distinction est purement symbolique car il y beaucoup d’autres jeunes talentueux qui auraient pu l’être. Le concours permet juste de créer un moment culturel symbolique important. En effet, la formation de préparation n’est ouverte qu’aux jeunes inscrits à l’Université Paris 8 mais le concours est ouvert à tous les jeunes du département de Saint-Denis qui ont entre 18 et 30 ans. Parti du 93, Eloquentia se développe à Nanterre, à Limoges et à Grenoble. Le réalisateur a ajouté que, malheureusement, aujourd’hui tout le monde parle sur Instagram, Twitter et Facebook mais personne ne s’écoute, il n’y a presque plus d’espace pour le dialogue réel. Le temps du concours est le moment où tout le monde se ressemble et s’écoute.

Grâce à ce documentaire on apprend beaucoup de choses sur la parole, par exemple, que le public retient plus l’attitude d’un orateur : ses gestes et son regard. On apprend comment s’articulent les parties du discours et comment on produit le slam, les mots qui claquent. On réfléchit également à notre rapport à la parole, à son pouvoir et si les bons mots, pour défendre nos idées, nous ont déjà manqué…J’ai réfléchi également, au contexte du FLE et au rôle du français parlé. Je peux dire qu’en regardant le film Á Voix Haute on vit une aventure, tant éducative qu’humaine.

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Souvenir de lecture de Fais-moi peur

Fais-moi peur est un roman jeunesse publié en 1995 à L’école des loisirs, en collection medium. Le roman raconte les histoires croisées de la famille Mintz d’une part – dont vous avez la liste au tout début du roman, juste avant le prologue, à la manière d’une didascalie initiale au théâtre – et d’autre part, de l’assassin.

L’assassin est nommé et présenté dans le prologue : « M. N n’avait pas été un criminel toute sa vie. »

« M. N », N comme Noël, époque de l’année où se déroule le roman, voire Père Noël assez ironiquement parce que l’assassin est vêtu d’un long manteau rouge et qu’il descendra par la cheminée des Mintz à la fin du roman.

« M. N », N comme nuit, le moment où l’assassin agit, tapi dans le noir. La nuit c’est aussi le moment privilégié pour lire et écouter des histoires, le moment pour se faire peur.

Enfin, « M. N » dont l’initiale « N » rappelle le substantif « haine » qu’il incarne. Raciste, antisémite, bourreau d’animaux et meurtrier, M.N est un personnage noir, impardonnable et un vrai méchant.

L’extrait que j’ai choisi de vous lire se situe presqu’à la fin du roman, au moment où la tension est à son comble.

M. N a trouvé la maison des Mintz et pris la décision de tuer tous les membres de la famille par un concours de circonstances malheureux. Dans la maison, les enfants sont seuls. Les parents sont sortis et la grand-mère n’est pas là. Les voisines n’ont pas vu M. N et la seule personne qui a connaissance de sa présence est mise hors d’état de nuire. L’assassin a pénétré dans la maison sans que ses habitants ne le sachent. Il s’est caché dans une pendule mais a failli être découvert. Il en sort donc pour trouver une meilleure cachette et y attendre le moment propice pour mettre son plan à exécution.

chapitre-12-1chapitre-12-2J’ai choisi cet extrait parce que j’aime comment la narration adopte le point de vue de l’assassin, avec un vocabulaire qui traduit bien ses sentiments tel que « punaise ! » et « cette pendule imbécile », avec des incursions du narrateur omniscient qui s’adresse à nous pour nous expliquer la logique de bébé Lou.

Aussi, j’aime bien cette confrontation incongrue et inquiétant entre un personnage noir, foncièrement mauvais, un ogre impardonnable, et le personnage le plus pur et innocent possible : le bébé.

Le texte remet en scène le manichéisme des contes – avec les gentils petits et le vilain ogre – dans notre réalité : des enfants inconscients du danger, la nuit, l’inconnu dont il faut se méfier et à raison parce que c’est un assassin. Elle y ajoute de petits détails prosaïques, comme l’orteil qui se cogne.

Cette rencontre entre les deux grands opposés qui rappelle les contes, se lit et s’entend dans la narration par la succession des points de vue. J’espère vous l’avoir fait entendre et vous avoir donné envie d’en lire plus.

Chloé Kervio

M2 Didactique du FLE, spécialité 1, Option A.

More Posts

une belle rencontre avec Voutch

J’ai eu l’occasion de rencontrer Voutch le 9 décembre avec Zoé dans Paris 17ème. Voutch, de son vrai nom, Olivier Vouktchevitch, est un dessinateur d’humour français, et qui travaillait dans les grandes agneces publicités, il y a quelques années. C’est lui qui m’a rappelé la rencontre que j’ai eu, il y a deux ans, à Paris, avec Lionel Brouk qui est dessinateur de presse depuis 30 ans et qui est mon dessinateur préféré. Alors, cette fois-ci, Monsieur Voutch m’a accompagné dans un monde de l’humour où je ne comprend pas tout à fait, même quelquefois, pas du tout.

Les dessins d’humour de Voutch touchent plusieurs domaines, comme les médias, la génétique, les nouvelles technologies,etc. et surtout mettent en scène des managers sans empathie, antipathiques, des chefs d’entreprise psychopathes, etc. Les sous-entendus apparaissaient énormément dans ses oeuvres et qui ont complément activée mes curiosités sur sa façon d’écriture et ses contenus des livres. Pour trouver son style, il a consacré beaucoup de temps pour trouver son chemin et enfin, il est connu pour ses caractères que le personnage droit a un grand nez.

 J’avoue que ses textes sont un peu difficiles à comprendre en tant que non natif. Peut-êtes, il faut que quelqu’un qui les comprenne et nous explique les sous entendus.  Il arrive quelquefois que Zoé a eu mal à m’expliquer. Dans le cas contraire, je peux comprendre quelques textes et images illustrées. Alors, je pense que c’est intéressant d’utiliser ses dessins en didactique des langues, c’est quand on regarde ses extraits et les images illustrées en haut qui nous oblige de comprendre le sens et le sous-entendu. De ce fait, dans un certain mesure, cela va renforcer notre mémorisation des mots inconnus et la structures des phrases et qui facilite l’apprentissage du français.

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

Ecoute : une projection en soi et vers les autres

La journée d’étude du 16 novembre 2016 avait pour thème les expériences d’écoute et était dans la continuité du colloque du DILTEC (les 21 et 22 octobre 2016) –l’écoute étant en lien avec l’éthique.

Cette journée s’est divisée en plusieurs moments avec notamment les communications-ateliers (« L’écoute avec le récit de vie » Mme Molinié et « l’écoute de ce qui ne peut s’entendre » M. Martin), la rencontre-débat avec l’auteure de littérature de jeunesse Malika Ferdjoukh, la conférence-atelier par Ivan Jimenez Garcia portant sur les écoutes et les perceptions dans les approches plurielles, une table ronde portant sur « écrire un mémoire, une expérience d’écoute ? » et enfin la présentation d’un extrait d’une pièce de théâtre où un comédien parlait (récitait) seul tout en étant écouté par les autres personnes présentes dans la salle.

Cette journée m’a parue intéressante parce que j’ai pu faire le lien direct avec la rédaction de mon mémoire (du mémoire en général). En effet, dans la partie sur « l’écoute avec le récit de vie », nous avons pu voir le rôle de l’accompagnant qui dirige, qui influence le comportement de l’accompagné. L’accompagnant doit aussi laisser la parole à l’accompagné pour que celui-ci puisse s’exprimer. Accompagner c’est donc d’abord avoir une intention envers les autres (envers l’autre), c’est aussi savoir écouter l’autre aussi bien par ce qui est dit à haute-voix que par ce qui est exprimé par le corps, les mimiques, les gestes. Ecouter c’est donc construire une coénonciation où les deux interlocuteurs s’écouteraient et parleraient. Ce rôle « accompagnant » et « accompagné » peut donc être mis en relation avec le rôle du directeur de mémoire (accompagnant) et de l’étudiant de master (accompagné). Le directeur devant donc accompagner l’étudiant tout en l’écoutant (et vice-versa, l’étudiant écoute aussi les paroles de son accompagnant, il s’agit bien-là d’une coénonciation, d’une « coécoute »).

De plus, lors de la table ronde sur l’écriture du mémoire, j’ai trouvé très intéressant le fait de diviser la mise en route de l’écriture du mémoire en trois temps :

  1. S’écouter
  2. Ecouter
  3. Produire une écoute

La rédaction d’un mémoire commence déjà par sa propre écoute, c’est quelque chose qui peut paraître évident mais que je n’avais pas vraiment pris en compte. Il me semblait surtout que je devais écouter la parole de mon directeur de mémoire, de mes enseignants, avant d’écouter ma propre voix. Prendre le temps de m’écouter à travers ce que j’écrivais dans un de mes carnets (l’écriture est aussi une voix) m’a permis de prendre du recul par rapport à mon sujet et d’y voir un peu plus claire. Il faut prendre le temps de s’écouter soi-même avant de commencer à rédiger des choses au risque de partir dans tous les sens. Cela peut aussi soulever le problème suivant : si nous n’arrivons pas à nous écouter nous-mêmes, pouvons-nous vraiment écouter les autres ?

Puis, il faut écouter. Mais écouter qui ? La première personne à qui nous pouvons penser c’est à notre directeur de mémoire. Je pense aussi qu’il faut écouter son entourage, voir ce qu’ils en pensent et d’en discuter avec eux. Il est aussi important « d’écouter » les écrits des chercheurs qui se rapprochent du domaine dans lequel nous voulons travailler.

Et enfin, il faut produire une écoute : le mémoire est en lui-même une écoute à travers les voix que nous avons pu retranscrire et que nous avons laissé prendre vie dans nos écrits. Ces voix se sont donc les personnes que nous avons interrogées (qui correspondrait donc au quatrième carnet selon Bruno Latour[1]).

Pour écrire un mémoire, il faut donc faire des expériences d’écoute, être sans cesse tout ouïe, en écoutant les autres (aussi bien par le verbal, le para-verbal que par les gestes, les mimiques mais aussi les blancs), et c’est une écoute de soi. Toutes ces expériences d’écoute permettent de trouver sa propre voix qui sera retranscrite par notre écriture et donnera vie à notre mémoire.

 

[1] Bruno Latour, (2006). Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris : La découverte, p. 194-197.

 

Johanna Clausse

Diplômée d’une licence de coréen et d’une licence de didactique du FLE.
Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Écoute, une action ou une attitude?

Quand nous devons « écouter » ?

Qu’est-ce que nous écoutons ?

Pourquoi nous écoutons ?

 

Nous pouvons écouter la musique, la conférence, la parole, quelques fois nous n’écoutons que des bruits… l’écoute accompagne normalement une réception et une réflexion. En fait, dans la vie quotidienne, peut-être, nous n’écoutons que des choses que nous nous intéressons,  et que des choses qui viennent de l’extérieur, normalement, nous négligions notre propre son interne.

La journée d’étude du 16 novembre 2016 a axé sur ce thème inspiré — « l’écoute », comme j’ai eu le cours le matin, je n’ai que assisté à la table ronde-atelier et au théâtre partagé de l’après-midi.

Le sujet de table ronde-atelier est « Ecrire un mémoire, une expérience d’écoute ? » qui nous conduit à réfléchir sur la construction du mémoire à travers trois pistes : s’écouter, écouter et produire une écoute. Après ce symposium, j’ai découvert que tous les dossiers sont un processus et un art de « l’écoute ».

Effectivement, l’écoute favorise notre réflexion, premièrement, il faut s’écouter, connaître ce que nous voudrions faire. Dans mes études, je me sens que toutes les réflexions se fondent sur un monologue, je m’interroge, et puis je me justifie. Mes propres expériences ainsi que mes observations de la réalité me donnent toujours des inspirations et m’orientent vers tel ou tel sujet dans lequel je voudrais m’engager.

Par ailleurs, la communication entre les gens est insérée dans une double action : la production et la réception. Je pense que toutes les paroles qui s’adressent à quelqu’un d’autre, s’adressent en même temps à eux-mêmes et vice versa, comme dans le théâtre partagé que nous avons vu dans cette journée d’étude, La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès qui prend la forme d’un monologue, mais ce monologue est écouté par nous, les spectateurs, et il nous a touché profondément. Ce sont peut-être des raisons pour lesquelles nous devons parler de nos pensées avec quelqu’un autre, non seulement pour obtenir des conseils, mais encore nous construisons nous-mêmes des idées en parlant, c’est-à-dire,  nous parlons à quelqu’un autre et à nous-mêmes en même temps. Généralement, après la discussion, nous obtiendrons des nouveaux points de vue qui sont plus variables et plus riches.

Ainsi donc, d’après moi, l’écoute doit devenir une attitude et une habitude. Puisque, si nous choisissons une perspective dans laquelle toutes les choses peuvent nous parler, nous vivrons ainsi donc dans un monde qui est plein d’inspirations et de plaisirs.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l’Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Voies pour didactiser « un peu de phonétique » par la voix

Journée d’études : passages de paroles, paroles de passages

Lieu: salle M, 46 rue Saint-Jacques, 75005

Date: Le 7 octobre 2015 9h à 17h

Lors du colloque passages de paroles, paroles de passages, Zhang Nan a proposé une une réflexion sur les usages et l’exploitation de poèmes en classe de FLE en Chine.

Elle se penche sur une rubrique nommée « Un peu de phonétique » rassemblant huit poèmes français dans le manuel Français I largement répandu et utilisé en milieu universitaire, et se demande comment se combine l’enseignement de phonétique avec la poétique.

Zhang Nan examine tout d’abord la situation de l’enseignement de la phonétique du premier semestre de la première année universitaire, car cette rubrique ne se présente qu’au début du manuel destiné à la phase d’apprentissage de prononciation. Selon programme de l’enseignement du français élémentaire, la phonétique fait partie des trois composantes fondamentales. Pour ce faire , elle est plus valorisée dans l’enseignement qui se focalise pourtant sur la correspondance entre les graphèmes et les phonèmes. Et plus, à l’appui du résultat d’un entretien qu’elle a mené auprès de 48 anciens étudiants chinois et trois enseignants expérimentés, elle a confirmé que cette seule partie permettant de sensibiliser les étudiants aux textes littéraires est négligée par les enseignants et les étudiants.

En se basant sur deux textes poétiques, elle propose des pistes pédagogiques. Premièrement, il faut que les enseignantes consacrent le temps pour faire lire ces textes à haute voix. D’ailleurs, les textes littéraires constituent un corpus de repérage qui rassemble les différents graphèmes correspondant à un même phonème alors que les règles de correspondance entre les deux se présentent souvent sous forme de tableau. On passe ainsi à l’enseignement déductif à la démarche inductive. Deuxièmement, l’aspect poétique peut être travaillé à travers la voix. Selon Zhang Nan, donner la voix à un poème, c’est lui donner la vie. L’activité autour de la voix constitue un moment de partage, de communication pour échanger des sentiments et sensations personnels sur les textes et pour vivre une expérience esthétique.

Communication de DILTEC : Didactique de la littérature en Chine, une didactique des textes classiques ayant besoin d’innovation

L’enseignement de la littérature joue un rôle incontournable, depuis longtemps, dans l’enseignement en FLM et FLE. Les méthodes varient selon les époques et les contextes (Anne Godard, 2015), alors les réflexions des chercheurs ne cessent jamais. Quant au contexte universitaire chinois, l’enseignement du français accorde une grande place à  la littérature, en particulier sur des ouvrages classiques parmi lesquels qu’on trouve d’emblée ceux de Baudelaire, un grand poète du 19e  siècle, qui a de l’impact important sur la naissance la nouvelle poésie chinoise (YANG Yuping, 2013).

Alors pour les jeunes Chinois d’aujourd’hui, surtout ceux qui sont lettrés, un apprentissage du français par la poésie baudelairienne les intéresse ou pas ? Quelles sont leurs représentations de la France à travers la poésie baudelairienne ? Quelles sont les compétences exigées, ou quelles sont des difficultés majeures ? Comment arrive-t-on à procéder dans une dimension pédagogique ? On se borne toujours aux cours magistraux, ou plutôt qu’une approche sémiotique (Jean Peytard, 1982), ou une didactique de la poésie par la voix (Serge Martin, 2002, 2005) ?

 

Bibliographie :

BAUDELAIRE Charles (1857), Les fleurs du mal, collections: Foliothèque (Paris) 48. Paris : Gallimard, 1995.

Conseil de l’Europe (2001) : Cadre européen commun de référence pour les langues, Paris,Didier.

GODARD Anne (dir.) (2015), La littérature dans l’enseignement du français langue étrangère, coll. « Langues et didactique  », Paris, Didier.

PEYTARD, Jean (dir.) (1982), Littérature et classe de langue, collection LAL, Paris, Hatier/Credif.

Serge Martin, « Faire œuvre avec les œuvres », Le français aujourd’hui 2005/2 (n° 149), p. 67-73.

Serge Martin, « Qu’est-ce qui se lie quand on lit ? », Le français aujourd’hui 2002/2 (n° 137), p. 91-100.

YANG Yuping (2013), Baudelaire et la révolution culturelle chinoise, Paris, Presse Sorbonne Nouvelle.

Fan XIE

Etudiante en Master 2 Didactiques des langues à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Une journée de passages à travers les voix

J’ai assisté le 7 Octobre 2015 à la journée d’études “Passages de paroles. Paroles de passages” organisée à la Sorbonne-Nouvelle Paris 3 par l’équipe LAPAD du DILTEC avec le soutien de l’École Doctorale. Le programme de cette journée d’études a proposé à son public non seulement les savoirs profonds en didactique de la littérature, mais aussi les idées innovantes et créatives, les expériences et les perspectives en didactique des langues et des cultures.

Pour ma part, j’y suis allée afin de trouver les inspirations et les idées originales pour mes réflexions en didactique des langues et des cultures. La première réflexion qui a attiré mon attention est la suivante: les langues ne sont pas des outils, elles font partie de nous, de notre subjectivité. Voilà pourquoi l’un des objectifs de chaque enseignant est d’aider l’apprenant à construire sa subjectivité. Il faut qu’il y ait la subjectivation “dans” et “par” la langue dans la classe.

Mais comment atteindre cet objectif?

Olivier MOUGINOT propose de donner la voix à chaque élève. Son atelier intitulé “Atelier du dire” a pour l’idée de comprendre qu’il y a des activités à voix haute basant sur les gestes, la mimique, les intonations et des activités à voix basse, par exemple, l’écriture. L’enseignant doit laisser vernir les voix en classe, autrement dit il doit donner la voix à chaque élève, offrir la possibilité de mimer le texte comme si on est dans le théâtre. De cette manière, chaque apprenant peut donner sa voix et son souffle au texte qu’il lit à voix haute ou bien qu’il écrit, c’est comme s’il donne son âme au texte. Le texte à son tour permet à l’apprenant de prendre du recul de lui-même.

L’enseignant, comment peut-il transmettre les voix?

Les voix peuvent être transmises grâce aux forces suivantes :

  • La force visuelle et la force sonore qui représentent les chansons, le théâtre et l’oralité ;
  • La force de transgression, c’est le travail sur la langue.

La lecture du texte à voix haute et l’écoute de l’autre amènent l’apprenant à l’ouverture de telles dimensions comme:

  • Dimension intellectuelle (message) ;
  • Dimension émotionnelle (ton) ;
  • Dimension de sensation (parler c’est avoir des sensations dans la bouche).

Et pourtant, est-ce qu’il faut faire trop d’attention à l’oralité?

Selon Gérard NOIRET, trop d’oralité représente une dictature. C’est pourquoi il mentionne la notion de silence. Néanmoins, le silence a deux sens. D’un côté, le silence permet de savoir comment on produit le rythme, comment on fait la première syllabe. S’il n’y a pas de silence, c’est difficile de comprendre le sens de poème ou de texte. Comme dit Gérard NOIRET, un poème écrit doit mourir pour renaître dans un poème oral. De l’autre côté, quand un apprenant lit à haute voix, très souvent il ne comprend pas ce qu’il lit, mais cela lui permet de sentir la musique et le rythme du texte, de commencer à construire son attitude envers ce texte. Alors, le silence a toujours du sens.

Pour ce qui est des perspectives en didactique des langues et des cultures, je préfère préciser les réflexions mentionnées ci-dessous. Il me semble intéressant de relier deux idées, notamment “le monde parlant c’est le microcosme” et “un propre lecteur est un lecteur de soi-même” à la citation de Patrick BOUCHERON: “La poésie éclaire tout, mais n’explique rien” [1]Chaque lecteur représente un individu et un microcosme. En tant que lecteurs attentifs, nous pouvons sentir notre individualisme et notre microcosme à nous en tant que lecteur à travers la lecture de notre propre texte. C’est en ce sens que la poésie éclaire tout, mais n’explique rien, car elle est basée sur notre subjectivité personnelle qui fait partie de nous. Ainsi, il faut sentir le texte, il faut le vivre afin de le comprendre.

En outre, je pense que la citation de Montaigne “Je n’enseigne point, je raconte” peut être reliée à l’idée d’autonomie d’apprentissage et de recherche, de même qu’à la nécessité de faire le choix dans la didactique. Si l’enseignant n’enseigne point mais raconte, il donne à ses étudiants la possibilité d’apprendre et de faire la recherche en toute liberté de manière autonome. Comme le processus de cet apprentissage autonome est un processus de réflexion personnel, l’enseignant ne doit pas y intervenir de manière agressive, car ce sera une dictature et non pas une médiation. Il est donc important de faire le choix en didactique afin de donner cette autonomie d’apprentissage et afin d’inspirer les étudiants à réfléchir et à prendre du recul par rapport à ce qu’ils lisent.

Par conséquent, tout “maître [2] veut “suivre” [2] les thèses des doctorants créatifs, pionniers, experts, autonomes, participatifs, découvreurs par eux-mêmes en autonomie, et non pas les thèses des doctorants “assez jeunes” qui ne savent pas trop comment faire leur recherche ou bien des doctorants qui ne suivent que les idées de leur maître.

Pour apporter la touche finale à ce compte rendu, je présente à votre attention une autre citation qui a éveillée ma curiosité, plus précisément “comprendre l’expérience humaine dans ses singularités, mais aussi dans sa totale universalité[3] . Pour l’enseignant-médiateur, chaque apprenant représente un individu dans la singularité de ses réflexions. Le moment où l’enseignant réussit à former l’esprit critique de son apprenant, cet apprenant commence à réfléchir de la manière créative et libre, il commence à prendre du recul par rapport à toute information. C’est de cette manière-là qu’il participe à l’universalité des réflexions.

Bibliographie:

[1] BOUCHERON P., Conjurer la peur Essai sur la force politique des images, Paris, Le Seuil, 2013, p.103.

[2] LATOUR B., L’influence est un risque, Postface de Bruno Latour, Sciences Po, pour un livre collectif Claire Tollis, Laurence Créton-Cazenave, Benoit Aublet, L’effet Latour. Ses modes d’existence dans les travaux doctoraux, Paris, Éditions Glyphe, 2014, p.164.

[3] ABDALLAH-PRETCEILLE M., La pédagogie interculturelle : entre multiculturalisme et universalisme, Recherche en éducation n° 9, Éducation et formation interculturelles : regards critiques, novembre 2010, revue en ligne http://www.recherches-en-education.net/spip.php?article131, consulté 20/10/2015, p.14.

VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

More Posts

Gestes et voix

La voix est une émanation du corps, ce qui sort du corps et comme un sperme elle a un rôle créateur.

 « L’essence même de la voix est de disparaître sans laisser de trace à l’instant précis où elle cesse d’être émise. C’est pourquoi son émission peut revêtir le caractère d’un événement. Le langage est avant tout vocal et c’est en effaçant la voix, le souffle du langage, que l’écriture a pu se fixer dans l’espace et s’approprier la continuité.
…De toute évidence, la voix touche en ligne directe à une partie intime et délicate de la physiologie humaine. Par ailleurs, l’émission de la voix naît de l’interpellation entre les circonstances qui sous-tendent cette émission même par le locuteur, la présence physique de celui-ci et la spécificité de l’auditoire auquel la voix s’adresse. Bien que phénomène issu de mon propre corps, ma voix devient, dès qu’elle a franchi le seuil de ma bouche, une propriété commune qu’il me faut partager avec autrui. »
Kawada Junzo, La voix

Les arts de la parole ce sont tout d’abord les arts de la voix.

Le linguiste Walter J. Ong introduit la notion d’ « oralité seconde ». Dans son ouvrage Oralité et écriture. La technologie de la parole
Walter Ong montre en quoi l’apparition de l’écriture et de ses supports – induit des changements cognitifs profonds qui vont au-delà de la simple retranscription du discours oral sur une surface comme le papier ou l’écran d’un ordinateur. Cet ouvrage s’intéresse également au contraste entre les médias électroniques et l’imprimé. L’époque électronique est, pour Ong, une époque de l’« oralité secondaire » : celle des téléphones, de la radio, de la télévision – dont l’existence dépend de l’écriture et de l’imprimé –, mais aussi, pourrait-on ajouter en ce début de XXIe siècle, celle de l’Internet.

 

Tout geste est un geste d’appropriation du monde. Le monde se constitue par gestes.

« La vue d’un torpilleur autrefois ne m’était rien. Pas de réaction. Je n’en avais guère vu jusque-là. Ayant passé près d’un an déjà dans un petit port du Var, où ils viennent fréquemment la nuit au mouillage, ils me sont devenus familiers.
À quoi je le remarque ? À ceci : lorsque, étant sur ma terrasse, j’en vois un approcher, je lui tire mentalement quelques coups de canon (sans méchanceté aucune d’ailleurs) et le coule. Après quoi, je me remets à lire et le laisse entrer en rade où il ne me gêne du reste en rien.
Dois-je ajouter que ce n’est pas affaire de pavillon sur lequel je ne lève même pas les yeux. Simplement je le canonne, je le coule et je reviens ensuite à ma lecture, chargé d’une once de satisfaction en plus.
Le tout est devenu machinal. Que dire encore ? Je ne puis m’associer vraiment au monde que par gestes. À cela je sais que le torpilleur fait partie de mon monde. Il n’en est, hélas ! pas ainsi des étoiles par le fait d’une impuissance que, je pense, l’on comprendra. » Henri Michaux, Passages (1950)

 

 

« […] c’est ma langue et me voici libre, semble-t-il, d’y faire les gestes de mots que je veux […] »

« Les gestes d’écrire. ça qui laisse des traces: l’encre qu’on voit sur le papier. Les mots qu’on veut comme des gestes (les gestes qu’on dirait des mots plus forts) ». Le poème par ses gestes de mots se mêle aux gestes du vivant, la langue se frotte au vivant, rencontre « tout un dictionnaire vivant ». James Sacré

Théâtre, atelier de mise en voix et TICE : présentation de trois sujets de mémoire de M2 (journée du 11 mars 2015)

Lors de la journée du 11 mars, j’ai assisté à la présentation des travaux de Charlotte Guennoc, Andrea Zùjar Curell et Sara Akram. Comme l’a signalé Maude dans un de ses billets, n’hésitez pas à compléter mes petits résumés ou à proposer des modifications s’ils ne vous conviennent pas.

Charlotte Guennoc : L’avènement de la parole au théâtre ou comment l’apprenant en FLE trouve sa voix dans une situation construite

Charlotte a choisi de centrer sa recherche de master 2 sur la thématique de la transmission, et sur cette question principale : qu’est-ce qui se transmet ? Mais, allant contre le tout communication, il s’agit justement, à travers cette étude, d’aller au-delà de la communication, de la simple réception orale. C’est-à-dire qu’il convient de voir plus loin que la transmission comme un unique acte langagier où des mots sortent des bouches. Plus qu’un simple outil du quotidien mis à disposition des êtres humains pour s’exprimer, la parole peut être performative et la voix peut faire relation. Le choix du théâtre comme terrain de recherche se comprend alors aisément, puisque le théâtre peut être un théâtre de vie, de voix, de corps, où l’acte de transmettre prend tout son sens et se fait pluriel. Charlotte va alors pouvoir théoriser l’écoute de voix, et prendre en compte chacune de ces voix individuellement et collectivement.

Andrea Zùjar Curell : Médiation et performance dans un cours de FLE en contexte plurilingue et pluriculturel

Andrea a elle choisi comme terrain de recherche un atelier de mise en voix avec des immigrants en situation d’apprentissage du français. Elle est ainsi partie d’un préjugé assez fréquent : l’insertion des arts en cours de FLE est une décision très risquée. Certains enseignants semblent en effet ressentir une certaine peur à l’idée d’utiliser l’art pour bâtir une séquence pédagogique, et ce pour des raisons très diverses : manque de confiance en eux, peur de la dispersion, questionnement sur l’efficacité de cette méthode, etc. Pourtant, passer par l’art pour enseigner représente une vraie richesse didactique. Dans cette perspective, Andrea envisage l’apprentissage des langues comme un acte dynamique et vivant, qui, justement, peut s’épanouir grâce à l’art. Ainsi, pour faire un parallèle avec le sujet de Charlotte, Andrea part du principe que l’opposition parler/dire est beaucoup plus complexe qu’elle ne semble l’être : dire est beaucoup plus que parler. Il est donc désormais nécessaire de se rattacher à autre chose qu’au sens. Apprendre une ou des langues, c’est se construire une vie de langues, s’ouvrir à des millions de voix possibles.

Sara Akram : l’intégration des TICE au Kurdistan irakien

Enfin, Sara s’intéresse à la place des TICE dans l’enseignement du FLE au Kurdistan irakien. A travers ce projet, il s’agit de répondre à plusieurs questions : tout d’abord, quelle est la place des TICE au Kurdistan irakien ? Ensuite, est-il envisageable de créer un système d’apprentissage du français en ligne, par exemple un processus e-learning ou e-strategy, facilitant ainsi l’accès à des cours de français pour ceux qui le souhaitent. De même, ce type de plateforme d’apprentissage serait-il rentable ? Enfin, plus globalement, Sara compte étudier la situation de l’enseignement du français dans cette région.

 

En fait, Sara a présenté son sujet avec ce groupe suite à un bouleversement de l’ordre des présentations. Mais, si au premier abord le sujet de Sara peut sembler éloigné de ceux de Charlotte et Andrea, tel n’est pas le cas. Ces trois sujets se recoupent en effet autour d’une question fondamentale :  comment favoriser la relation d’apprentissage ? Que ce soient les TICE, le théâtre ou la poésie, tous travaillent à une acquisition positive de la langue et réfléchissent à la mise en place d’un lien favorable et continu entre l’apprenant et sa langue cible. Il n’est donc pas ici question de parler d’acquisition performante, étant donné que ces trois sujets questionnent et déplacent la notion de performance, et surtout ne se focalisent pas sur la performance en tant que telle, sur la possibilité d’avoir une bonne note.  Ensuite, ces trois sujets de mémoire mènent également à s’interroger sur le corps professoral : est-on le même enseignant selon que l’on enseigne en contexte institutionnel, dans une association théâtrale, dans un atelier de mise en voix ou sur une plateforme e-learning ? Chacun de ces contextes requièrent en effet une certaine adaptation. Enfin, si l’aspect créatif apparait clairement lorsque l’on évoque le théâtre et la poésie, il est tout aussi prégnant concernant les TICE. Capter l’attention d’élèves et leur donner envie de continuer à apprendre une langue sur un ordinateur demande en effet de soulever des idées créatives et novatrices.

Compte-rendu du séminaire doctoral ED 208 animé par Cécile Leguy et Serge Martin

Ce billet se consacrera à la quatrième séance de notre séminaire. Madame Leguy, l’exposante du jour, évoque, pendant sa présentation, les concepts ethnolinguistique, ethno-poétique et art du langage. La problématique s’intéresse à l’oralité et à la conception de la parole dans la société en particulier en Afrique occidentale.
La notion de parole est conçu, selon les africains, comme de l’eau, une fois versée, on ne peut plus la ramasser. Elle est à la fois une force, une entité et un moyen de prendre contact avec les autres si on arrive à la maîtriser. (Voir les travaux de Calame-Griaule sur les Dogons du Mali).
La voix a une place importante dans la parole en Afrique – la femme sans voix en s’adressant à son interlocuteur particulièrement à son mari est sollicitée -. Les gens du pouvoir ont une voix basse dans la communication. Irvine (1979, 1990) affirme que la parole est jugée dégradante chez les Wolofs ; la parole aristocratique est lente ; le souverain fait toujours appel à la personne en bas de l’échelle (les hommes de caste) pour rapporter sa parole. Le chef de village dit son propos par l’intermédiaire de son griot. Dans une vidéo visionnée, la place du griot dans la parole est montrée lorsque deux humoristes sénégalais représentent respectivement le président Macky Sall et son griot. Macky parle, son griot expose ce qu’il dit. Le griot devient non seulement le porte- parole du président, mais aussi son porte-voix.
Quand on évoque un mot, on risque de donner son inverse, selon Richard Bauman (1977). Il soutient que la performance est l’action et l’événement. Etudier un conte en performance demande à étudier la situation et le non-verbal. Dans les années 1970, la performance (le verbal et le non-verbal) devient une méthodologie, un cadre d’analyse et un outil afin de connaitre les modalités de situation.
La littérature orale, selon les ethnologues, se construit dans la génération. C’est un acte. En Europe, on apprend à conter au près des spécialistes, ce qui n’est pas le cas en Afrique. Chez les Touaregs, les gestes, dans un conte, sont les épices de la littérature orale. Dans ces gestes, nous avons les gestes narratifs, les gestes descriptifs et les gestes conventionnels. Ces derniers proviennent de la société. Il y a moins de changement par rapport aux gestes descriptifs, selon Calame-Griaule. Dans la situation de communication, les émotions peuvent être phatiques, dramatiques, explicatives, informatives et narratives pour se souvenir de l’histoire ou les mots clés.
Concernant l’utilisation de la gestuelle et le statut social, les hommes de castes (les griots, les forgerons, les cordonniers, les esclaves etc.) sont plus expressifs que les nobles dans les contes. Ils peuvent conter devant tout genre de public et se sentent beaucoup plus à l’aise que leur maître. En contant, les nobles font moins de geste que les gens de caste. La compétence de ces derniers dans une séance de conte est due à leur statut social. La voix peut prendre la place de la gestuelle dans l’oralité. (Le chant des Bardes pendant la nuit). (Voir Nicole Revel : « La quête en épouse. Une épopée palawan chantée par Mäsinu.»
L’éthno-poétique, proposée par Dell Hymes, a été d’abord américaniste. Hymes reproche Lévi-Strauss de négliger l’effet de la parole dans son contexte d’énonciation. Ici, il ne s’oppose à l’anthropologue français, mais la négligence de la dimension que l’effet a sur la parole dans son contexte d’énonciation. Lévi-Strauss s’intéresse seulement au texte.
Les travaux de Tedlock (1983) démontrent la voix dans l’écriture par les lettres capitales, les italiques etc. Il se rend compte de tous les effets paralinguistiques.

La parole est à la fois source de pouvoir et de faiblesse en Afrique occidentale. Il faut savoir la maîtriser. Un adage africain dit « La parole est un couteau à double tranchant ». Elle est accompagnée par des signes verbaux (le code lui-même), les signes para-verbaux (la force de la voix, la vitesse de la parole, la hauteur de la voix, l’organisation des fonctions de la parole…), les signes non-verbaux (les gestes, les mimiques, les postures et le regard). Ces signes ne sont pas utilisés de la même manière et n’ont pas la même valeur d’une société à une autre, d’une ethnie à une autre, d’un sexe à un autre etc. (cf. Kerbrat-Orecchioni, 1994, 1996).

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l’université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j’ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts

Compte-rendu du séminaire doctoral ED 208 animé par Cécile Leguy et Serge Martin

Le thème de ce séminaire s’intitule « gestes et voix : une anthropologie poétique des arts du langage ». Dans ce billet, nous vous présentons le compte-rendu des trois premières séances. Les principaux concepts évoqués au cours de ces séances sont geste, voix, oralité, racontage. La problématique va s’inscrire dans les relations anthropologiques et poétiques des arts du langage que peut tisser les concepts ci-dessus.

L’homme en tant que l’animal social, pour le travail ethnographique consacré à lui (l’analyse du discours, les perspectives etc.), la question va concerner deux points : l’universalité et la diversité. Les descriptions avec les gestes, les voix sont remarquables même si elles restent assez marginales. Voir « Les techniques du corps » de Mauss Marcel (1950), sociologie et anthropologie, p. 363-386. Dans son texte, il soutient que le corps et l’esprit sont ensemble. Le corps peut être changé par la nature. Cette situation s’appelle les phénomènes biologico-techniques. Les techniques du corps est une question d’habitude par imitation, apprentissage etc., selon Margaret Mead (1942). L’image est un moyen de fixer l’Homme et de le rendre beaucoup plus attentif.
Marcel Jousse, disciple de Marcel Mauss, voulait faire le lien entre l’anthropologie physique et l’ethnologie. Son approche est pluridisciplinaire à cause de sa biographie : élever dans l’oralité et homme de l’église. Dans le concept universalité, on entend ce qui est commun à tout les Hommes. C’est le contraire du concept diversité. L’ethnie est le résultat de la diversité. L’Homme imite tout ce qui l’entoure. C’est la raison pour laquelle, le bébé n’imite pas seulement sa mère, mais aussi son entourage. Ainsi le mimisme (imitation), le bilatéralisme et l’aspect formulaire sont les trois gestes de Jousse.
Les gestes sont-ils importants d’une société à une autre ? Les gestes et les paroles se complètent-ils ?
La question du geste et du langage est une question d’emportement. (Sacré, 2013: 83-88). Dans ce poème on parle plutôt de ligne que de vers. Tout geste est raté. Le geste comme corps, on le saisit en morceau, mais pas en totalité. Plus on saisit un geste, plus il se défait. Le geste est un silence qui parle. Dans les textes, on ne parle pas pour nommer les choses, mais pour suggérer (Mallarmé).
Henri Meschonnic n’a pas encore trouvé l’anthropologie du corps. Selon lui, pour aller à la critique du langage, il faut passer par la critique du corps. L’anthropologie du langage comprend l’anthropologie du corps dans l’écrit. L’oralité dans l’écrit passe par un mode poétique alors que celle dans l’oral est directe. (Meschonnic, 1982 : 603-742).
Geste n’est pas un mot d’écriture, mais une forme particulière. Le poème représente un ensemble de mots placé. Il est plutôt une machine muette qui parle par le geste qu’il donne que par le sens, selon James Sacré, l’invité de la deuxième séance. Les gestes sont plus intimes. Les gestes vivants (toucher, caresser…) sont fondamentaux aux corps, a déclaré Serge Martin. D’après son invité, le sens tousser est beaucoup plus lié à la relation amoureuse. Pour se sentir bien qu’on touche, on touche dans le noir, a dit monsieur Martin. James a souligné que le poème contient le théâtre.
Le geste musical se définit conceptuellement comme un mouvement. La musique consiste à faire un acte non seulement acoustique, mais aussi artistique. On dit plutôt le geste musical que les gestes musicaux. Penser au geste, c’est à la fois le conceptualiser et le faire. La gestualité est une construction de culture. L’art est une formation spécifique de connaissance. Dans l’art, on a des pratiques spécifiques. Nous pouvons pratiquer la musique sans être dedans. Par exemple régler le microphone. Serge trouve que, même si c’est à débattre, l’art n’est pas un objet, mais un processus.
Quand on revient sur Critique du rythme Anthropologie historique du langage d’Henri Meschonnic, nous allons dire que la critique ne signifie pas le rejet et le rythme. Elle est une subjectivité. Le problème de l’oralité avec Jousse est la poésie. Il oppose la production langagière à la poésie tout comme il oppose Jésus à Mallarmé. L’oralité est une physique du langage. Il n’y a pas de l’oralité sans corps. Par exemple il y a une physique langagière dans les arts langagiers palestiniens, a souligné Serge. L’Homme pense avec tout son corps (le primitivisme dans l’art avec les Africains, les Malgaches, les Amérindiens sans écriture). Tout discours en art du langage constitue une écoute.

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l’université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j’ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts

Séminaire doctoral où voix anthropologiques et voix littéraires se rencontrent

Gestes et voix : une anthropologie poétique des arts du langage. Ce séminaire doctoral est co-dirigé par Monsieur Serge Martin et Madame Cécile Leguy. Les étudiants en Master 2 Recherche sont cordialement invités à assister à ce séminaire, qui se déroulera sur une temporalité de 12 heures.

Jeudi 22 janvier : 14h-16h, 1 rue de Censier. 

Cécile Leguy :  « Je prends le point de vue de l’anthropologue, pour poser des questionnements dans une perspective anthropologique : un questionnement sur le fait de l’homme, et un autre, sur la société particulière dans lequel l’homme social s’exprime. Cette ambition mène les anthropologues par des enquêtes ethnographiques, la description des pratiques, l’analyse des discours, de la réflexion sur ces discours et pratiques, à saisir la vie humaine dans sa diversité. Face aux gestes et à la voix, tout comme la parole, les anthropologues étaient peu sensibles aux gestes et à la voix. Pourquoi ? Parce que dans les premiers travaux des anthropologues, les gestes et la voix ont peu de place. Ils s’intéressaient plutôt aux relations dans la société, son organisation,  dans certaines descriptions, notamment  pour la description des rituels, les gestes et les voix ne sont pas décrits pour ce qu’ils sont en eux-mêmes.  Marcel Mauss va jouer un rôle de précurseur avec sa thèse sur les prières. Les techniques du corps, un lien entre paroles et gestes. La conception de la non séparation du corps et de l’esprit, combien le corps est peu naturel ?  La manière dont on apprend à nager, la manière de bécher, il remarque comment les techniques du corps sont conditionnées par les actions sociales.

C’est un regard novateur, un corps construit culturellement. En étant attentif aux interactions, les anthropologues vont s’intéresser aux gestes.  Saisir les gestes en situation. Où ils utilisent énormément les images, la photographie, où les techniques du corps répondent aux habitus. Ils mettent en valeur des récurrences, des relations, ce qui fait qu’un Balinais est un Balinais. Ces gestes s’apprennent sans paroles, l’enfant doit rendre son corps mou, pour qu’on lui montre comment faire les bons gestes, et l’enfant les fait par imitation. Bateson, quant à  lui s’intéresse beaucoup sur la communication, comment les gestes sont transmis dès l’enfance, et spécifiques à une certaine catégorie sociale.

Utiliser l’image, la photographie, le film, permet de fixer les gestes et favorise l’attention portée sur eux. Pour terminer, un petit mot sur Marcel Jousse, il a suivi les cours de Marcel Mauss, ce n’est pas un anthropologue comme les autres, il a aussi suivi les cours de Pierre Janet, et il s’est intéressé aussi à la phonétique, il s’intéresse aussi à l’anthropologie biologique, une science plus dure, mais avec une ouverture vers l’ethnologie. Il a un statut spécial, il cherche à faire le lien entre les sciences naturelles et les sciences humaines, et son point de vue est avant tout celui d’un religieux. Il est envoyé aux Etats-Unis.

Il va être interpellé par les Indiens d’Amérique qui parlent avec les gestes, il rassemblera ses premières observations sur les gestes, et ce sera la base de son enseignement sur l’anthropologie du geste. Il est d’origine paysanne, élevé dans une culture de l’oralité (sa mère était conteuse, chanteuse, berceuse des évangiles) c’est une éducation qui l’a rendu sensible aux rythmes et à l’oralité. Il transmettra lui-même, plus par l’oral, que par l’écrit.

En tant qu’homme d’église, il s’intéresse à la transmission orale des textes sacrés notamment dans la culture juive et chrétienne. Comment étaient-ils  oralisés ? Ces découvertes ont eu des implications plus profondes sur l’oralité, au-delà des textes sacrés. Autrement dit, il conçoit la part du naturel et du biologique dans le comportement humain. Il cherche à trouver au-delà de la singularité de l’homme : son universalité.

Il va pour cela s’intéresser à l’enfance, il s’intéresse aux peuples plus proches de la nature. Avec cette idée que les sociétés dites « traditionnelles » sont plus proches de la nature ; il se penche sur le plus répandu, le plus vivant :  le style oral, la parole. L’importance du « mimisme », l’homme qui imite tout ce qui l’entoure, l’homme qui se met au rythme de la nature, il a mis en valeur le  » bilatérisme » à savoir les notions directionnelles :  haut bas, avant arrière, droite gauche, en un rythme binaire qui se voit aussi dans les paroles, le rythme, en lien avec la mémorisation et le rythme naturel de l’homme qui y participe.

Comment la gestuelle est réintégrée ? Le « mimisme », le « bilatérisme », et le formulaire, sont présents dans tous les arts de la parole, la place des gestes et de la voix dans la parole. L’Ethnolinguistique, l’ethnopoétique.

Suite à cette introduction, Cécile Leguy poursuivra en posant différents questionnements, auxquels elle nous invite à réfléchir.

« En quel sens y-a-t-il de l’universalité dans les gestes ? Existe-t-il des différences entre des pratiques gestuelles d’un point de vue social ? En quoi les gestes sont/font signification, sont/font communication ? Les gestes complètent-ils  ou contredisent-ils les paroles ? Peut-on parler de geste et du langage de manière parallèle ? Ou complémentaire ? Ou indépendant l’un de l’autre ? Gestes et voix peuvent-ils être aborder ou non ensemble ? »

« LA GESTE »/LE GESTE dans les voix et voies poétiques

Deux titres inventés par une enseignante-chercheuse :

– LA VOIX DU CORPS QUI SE LIE À LA VOIX POUR DIRE,  LIRE ET ENTENDRE LES CORPS.

– ENTENDRE PAR DÉCOR : LA  VOIE DES MOTS-GESTES OU LA VOIX DE MOTS EN GESTES

Au corps du texte ou faire corps avec le texte

Serge Martin : d’abord, on peut repérer des choses, c’est une écriture circonstancielle.

Puis en me référant à Didi Huberman,  il y a cette notion de « racontage », en réintégrant la notion du geste du raconteur : « la geste » et « le geste » au cœur de la didactique de la littérature, autour des œuvres de langage…Didi Huberman  et sa démarche de chercheur, en terme de construction ou de montage du geste et/ou de « la geste » du chercheur.

La voix d’une étudiante-chercheuse que je suis, du verbe » suivre » bien sûr, a envie d’évoquer l’idée d’une gestuelle de l’esprit, dans le mouvement même de sa réflexion de recherche car ne parle-t-on pas de posture de chercheur ? La posture/ la dynamique de l’esprit ferait-elle décor ? Ou dessinerait-elle  le corps ou ferait-elle corps avec sa recherche ? 😉

Pour commencer, Serge Martin nous fait entendre le texte de James Sacré, qui d’ailleurs sera l’invité-intervenant lors de notre prochaine rencontre, d’ici 15 jours.

Puis par la voix-mots ou gestes dans les mots de James Sacré, Serge Martin nous fait entendre la voix d’un poète qui en se  lisant, en s’écoutant, par les mots d’un autre, fera entendre sa propre voix et par les mots choisis, montrera ainsi la voie-gestuelle de son esprit littéraire, qui à travers les mots, et grâce aux mots, s’exprime ou pourrait se refléter comme suit :  

Serge Martin : « D’abord,  on peut repérer des choses, c’est une écriture circonstancielle. »

« Un jour le corps a refusé » : il n’y a « pas de gestes sans circonstances », un geste est parlé, tout de suite par le corps,  mais quel corps ? « On aurait pu forcer » ce « on » est intéressant, serait-ce un « je » de chercheur ? Comment le « on » recouvre des valeurs partagées par tous les lecteurs, tous ceux qui écoutent ou qui lisent ces mots, un « on » de l’ordre de l’expérientiel, forcer avec le corps, il y a ici la notion de dépassement de la condition, comment sort-on du biologique ?

Le corps d’un coup, devient un impossible. Un va et vient, le retour au langage, « s’engueuler« , comment tout doucement les choses se situent ?

L’enseignante-chercheuse, littéraire, écoute ainsi la voix des « deux corps » plantés, un décor où les corps se taisent en même temps qu’ils se disent, qu’ils sont, parlés…Comment ? En gestes d’écritures et en rythme de mots conteurs, qui permettent de les visualiser, de les deviner…ces gestes suggérés… par des mots contés et qui parfois même dépassent les gestes et les corps-gestualisés en eux-mêmes, un mouvement où l’on entrevoit un signifié invisible dans le signifiant, un moment où le descriptif du geste en lui-même est un au-delà des mots qui le décrit, et à travers ces corps de mots,  qu’est- ce qui s’écrit ? qui ou quoi s’écrie ?

Serge Martin : « L’intégration d’une autre voix dans celle de l’expérience. Tout raccorder, tout associer, tout situer, du lacanien ramené à une expérience très singulière. Le mot « emporter ». La question du geste et de la parole, c’est une dimension didactique, une question littéraire : Que nous fait une parole écrite ou dite ? Et qu’est ce que « ça » nous apprend ? Une dimension de quête et des questionnements multiples.

Dans « presque un geste pas prévu« . (on ne peut pas aborder la notion de geste sans le situer)

« Presque« , on n’y est jamais vraiment… Un geste ça bouge tout le temps, ce n’est pas de l’ordre de l’intentionnel.  C’est en ce sens que je me distance vite de la pragmatique, qui en fin de compte, veut tenir une totalité de gestes dans un geste définitif. Tout cela, pour dire : un geste parle. Qui dit geste, dit paroles, mais au fond, on n’a pas la traduction du geste. L’articulation du geste et du dire. « Et pourquoi j’étais ? »  Tout est dans une situation « inter ».

« Ce geste mal voulu » : la notion du mouvement furtif « un instant »  celui-là même qu’on ne peut pas capter, saisir, arrêter. Même le corps et le geste comme corps,  on n’en a que des morceaux, que des bouts, que des détails.

« Saisir », « saisissement ». Comment saisir un geste ? c’est le mot- geste qui saisit le geste, le mot « emprise » « défaire » au moment où on croit saisir le geste, il se défait au même instant. « On n’aura pas fait l’amour ensemble » (une reprise de la circonstance) ce futur antérieur, fait penser au temps de la réflexion anthropologique. Kierkegaard ( ce Re-Souvenir en avant) Il n’y a « pas d’explication, pas de raisons. » Le mot « silence« , comment les gestes sont du côté du silence mais un silence qui parle, qui en dit plus que la parole. L’échange entre interlocuteurs, l’interpénétration, de deux silences, de deux paroles silencieuses, de gestes qui ne savent pas ce qu’ils disent… Le geste ou « la geste » de ce texte, c’est le dépassement de la dichotomie de l’amour et de l’amitié. Je crois qu’en français contemporain, dans ce poème, le geste est traduit par le verbe « faire » c’est ainsi le geste le plus visible, le plus massif, le gros geste, le geste balourd, le geste populaire, il est d’une fragilité extraordinaire. « Cette chose ».

Lacan vient de Mallarmé, cette « chose », une suggestion plutôt qu’une signification. Dans le langage on ne parle pas pour nommer des choses, on parle pour suggérer un rapport au monde, aux gens, aux êtres,  « on s’imagine que c’est rien et c’est tout, d’un coup ça t’emmène« . Le geste balourd, ça renvoie à la notion de geste aux normes, le geste le plus intime est aussi social,  balourd :  un qualifiant très social. Ces gestes, ce n’est pas de l’ordre d’une éducabilité, et même on pourrait dire qu’il serait plus de l’ordre de « l’innéducable. »

L’ Envisagement du geste qui inclut l’animalité. »Museau » « échine » c’est animal, je ne sais pas ce que j’en pourrais dire. Prendre des distances par rapport aux auteurs qui sont un peu trop affirmatif sur la notion de geste. Dès qu’il y a gestualité, on est obligé d’articuler « dire » et « faire », on les fait jouer ensemble dans un corps parlé, ou en parlant du corps.

Dans ce texte, il n’y a pas beaucoup de mots relatif au corps. Les termes proposés sont des mots qui appartiennent au  règne animal ça ne parle pas du corps à proprement parlé. Le « faire l’amour« , cette espèce d’activité humaine, et à la toute fin le mot « tendresse« . L’association qui est celle de penser ensemble l’amour et la tendresse.

Sur gestes et voix,  on a une bibliothèque des métaphores… Tenter de comprendre ce que disent ces métaphores, le « physiologisme » du mot. La temporalité, la spatialité, cette notion de subjectivisation, c’est le corps qui construit une temporalité, que le langage en tant que corps subjectivisé

Comment travailler, opérer avec ces notions, avec ce travail intégratif ?  Travailler à fond leur oralité et se laisser déborder.

Une anthropologie qui compare à l’intérieur des catégories en elles-mêmes.

L’enseignante-chercheuse, littéraire, se remémore des vers de mots comme :  « Borborygmes, Borborygmes » d’un Henri Michaux où la dimension du corps physiologique et de l’esprit sont un-séparés, tout à la fois, un corps : en gestes-onomatopées, des mots physiologiques, et une gestuelle des pensées, qui sont pensés et dits en mouvements et rythmes de mots, que l’on pourrait nommer : peau-éthique !

Ces mots qui nous inspirent, et nous aspirent tout en même temps, dans un mouvement-état…méditatif…et qui réfléchissent dans le sens de refléter, sur le corps : qui se dit en gestes-mots, puis sur  l’esprit :  qui se dit en mots-gestes… Tous ces mots qui décrivent ses mouvements intérieurs, qui apparaissent, qui disparaissent et qu’il nous est conseillé d’observer, d’écouter, sans pour autant les saisir… Et d’ailleurs, ces mouvements de corps, de gestes, ces mouvements de pensées dans l’esprit, ou encore les mouvements de l’esprit qui se pense en mots, sont-ils saisissables ? Ou à saisir ? Se construisent-ils ou  se détruisent-ils au même instant ? Existent-ils en dehors des circonstances qui les créent ?  Et qui fait ou dit en soi ? qui fait qu’ils s’expriment ? 

Pour conclure cette première après-midi réflexive, bien des questions et des réponses,  possibles et impossibles, sur la voie des voix qui se gestualisent ou des gestes qui font Voix…Les sentiers et les corps sont multiples…

A.C : une étudiante-chercheuse de voix, sur les sentiers de sa recherche en voix de développements…écrits et oraux à venir…qui ont pris corps dans l’esprit et où l’esprit prendra corps dans un mémoire fait de papiers-pensées qui sauront s’écrire d’elles-mêmes,  issues de la force de mémoires de voix, « ça » s’écriera.

Merci à Serge Martin et Cécile Leguy de nous avoir fait partager leurs voies et voix de recherches…en ce premier rendez-vous de leur séminaire doctoral.

 

Ayuna Contoli

Stagiaire en formation continue FCP3 Paris Sorbonne Nouvelle.
en congé individuel de formation (C.I.F) hors temps de travail.

Inscrite en Master 2 Recherche DFLE
En reprise d’études. Je bénéficie de six années d’expériences dans la formation pour adultes. J’ai dispensé des cours de Français Langue Étrangère, d’alphabétisation, de remise à niveau en Français, au sein d’une association. Des cours de bureautique, création de plateformes collaboratives, de sites web, de plateformes E-Learning. (Moodle et Schoology).
J’ai donc interrompu mes études depuis 15 ans.
Par le biais d’un dossier de Validation d’Acquis Personnels et Professionnels (VAPP), la commission pédagogique de l’université de la Sorbonne a statué favorablement à mon intégration en Master 2 Recherche DFLE.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Quand des histoires racontent… et font raconter d’autres histoires

 Sur les pas de différents auteur(e)s de littératures de « jeunesses » :

Des voix qui font Littérature tout court de 7 à 99 ans…

Réfléchir sur ce qu’est « didactiser » les littératures de »jeunesses » en classe de FLE/FLES et pourquoi pas de FLM ?

Des pas, des voix
Des pas, des voix…

 

Escargot
Escargot

 

Après la voix d’un « Papillon dans la cité » de Gisèle Pineau,

Nous écoutons l’histoire racontée par un père à son fils qui racontera lui-même la même histoire qui est et sera raconter encore et encore pour les générations à venir….

Une voix qui dit :

« Quelquefois, ce qui est petit vaut mieux que ce qui est grand »

 

Vous voulez en lire plus ? Suivez le petit chemin de l’hyperlien suivant…..

https://prezi.com/g2bdjlp4eiav/?utm_campaign=share&utm_medium=copy

Bon voyage….d’histoires en histoires…On construit d’autres histoires…

Et on les raconte sans compter… pour que d’autres que nous…

En raconte à leur tour…

 

Ayuna Contoli

Stagiaire en formation continue FCP3 Paris Sorbonne Nouvelle.
en congé individuel de formation (C.I.F) hors temps de travail.

Inscrite en Master 2 Recherche DFLE
En reprise d’études. Je bénéficie de six années d’expériences dans la formation pour adultes. J’ai dispensé des cours de Français Langue Étrangère, d’alphabétisation, de remise à niveau en Français, au sein d’une association. Des cours de bureautique, création de plateformes collaboratives, de sites web, de plateformes E-Learning. (Moodle et Schoology).
J’ai donc interrompu mes études depuis 15 ans.
Par le biais d’un dossier de Validation d’Acquis Personnels et Professionnels (VAPP), la commission pédagogique de l’université de la Sorbonne a statué favorablement à mon intégration en Master 2 Recherche DFLE.

More Posts

Follow Me:
Facebook