A la poursuite des références !

Je voudrais partager avec vous la bibliographie (toujours provisoire) de ma recherche. Même si nos sujets ne sont pas directement en relation, vous trouverez peut-être des références utiles. J’ai quelques titres concernant la rédaction du mémoire, la méthodologie de la recherche et la soutenance, j’espère qu’ils vous aideront dans votre travail. Bonne lecture !

  • Aubert, V, Quel est l’impact d’une approche sémantique de la grammaire pour un public sinophone, Mémoire, Université Paris III Sorbonne Nouvelle, Paris 2012
  • Beacco, J-C, La didactique de la grammaire dans l’enseignement du français et des langues, Les Éditions Didier, Paris, 2010
  • Beacco, J-C, La « question de la grammaire » dans l’enseignement du francais comme langue étrangère. Nouveaux contextes, nouvelles perspectives, 2008, dans Galatanu, O et al, Enseigner les structures langagières en FLE, Peter Lang, Bruxelles, 2010, p. 41-51
  • Charaudeau, P, Grammaire du sens et de l’expression, Hachette livre, Paris 1992
  • Charaudeau, P, Les fondements d’une grammaire du sens. Retour à mes premières amours, Hommage à Mats Forsgren, Site de Patrick Charaudeau, 2012. Article en ligne : patrick-charaudeau.com/Les-fondements-d-une-grammaire-du.html [consulté le 04/01/2017]
  • Chiss, Jean-Louis, David, Jacques, Débats dans l’enseignement-apprentissage de la grammaire, Aramand Colin : Le français aujourd’hui 5/2011, p. 129-138. Article en ligne : cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2011-5-page-129.htm., [consulté le 09/10/2016]
  • Conseil de l’Europe, Cadre européen commun de référence pour es langues : Apprendre, enseigner et évaluer, Didier, Paris, 2001
  • Cuq, J-P, Une introduction à la didactique de la grammaire en français langue étrangère, Les Éditions Didier, Paris, 1996
  • Cuq, J, Gruca, I. (2005). Cours de didactique du français langue étrangère et seconde. Presses universitaires de Grenoble
  • De Salins, G.-D, Grammaire pour l’enseignement/apprentissage du FLE, Les Editions Didier, 1996
  • Fuchs, Catherine, La linguistique cognitive, Gap Paris : Éd. Ophrys Éd. de la Maison des sciences de l’homme, DL 2004
  • Lebas-Fraczak, L. (2011) Évolution méthodologique en FLE : quelles conséquences pour l’apprentissage de la grammaire ?. HAL archives ouvertes. En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00599755/document
  • Ruiz Campillo, J (2007). Gramática cognitiva y ELE. Entrevista a José Plácido Ruiz Campillo. Marcoele: Revista de didáctica español lengua extranjera. Article en ligne: http://marcoele.com/gramatica-cognitiva-y-ele/

 Bibliographie à poursuivre

  • Aguerre, S, Grammaire de l’apprenant et explicitation. Quand apprendre c’est se construire de représentations à partir de corpus et d’instruments, 2008, dans Dans Galatanu, O et al, Enseigner les structures langagières en FLE, Peter Lang, Bruxelles, 2010, p. 65-76
  • Besse, H, Porquier, R, Grammaires et didactique des langues, Collection Langues et apprentissages des langues, Didier, Paris, 1991
  • Besse, H, Métalangages et apprentissage d’une langue étrangère, Langue Française, 47, Larousse, Paris, 1980, p. 115-128.
  • Blanchet, A, et al, Les techniques d’enquête en sciences sociales : observer, interviewer, questionner, Dunod, Paris, 2005
  • Blanchet, P., Chardenet, P.,  Guide pour la recherche en didactique des langues et des cultures, Approches contextualisées, Editions des archives contemporaines (EAC), Paris, 2011
  • Bruley, C, Triquenot, A, Entre linguistique et didactique : L’intérêt de l’analyse sémantique et morphologique des verbes dits « à potentiel spatial » dans l’enseignement des combinatoires verbes / prépositions en français langue étrangère, dans Portine H., Sotra T. (dir.), Les approches didactiques en (F)LE – Un processus ouvert. Sur le temps et l’espace, APU (Artois Presses Université), Etudes Linguistiques Didactique des langues, 2012, p. 11-31.
  • Bruley, C, Enseigner la langue : quelle sensibilisation à la réflexivité grammaticale ?, dans Causa, M, Galligani, S, Vlad, M (dir.), Formation et professionnalisation des enseignants des langues. Evolutions des contextes, des besoin et des dispositifs, Riveneuve édition, col. Actes académiques, Paris 2014, p 355-374
  • Bruley, C, Approche sémantique de la grammaire : qu’en est-il aujourd’hui en français langue étrangère ?, Le francais dans le monde N°57, 2015, p28-37
  • Courtillon, J, La mise en œuvre de la « grammaire du sens » dans l’approche communicative, Analyse des grammaires et de manuels, Ela. Etudes de linguistique appliquée N°122, 2001, p153-164
  • De Salins, G.-D, Santomauro, A, Cours de grammaire française activités niveaux 1&2, Les Editions Didier, Paris 1997
  • De Salins G.-D, Place des apprenants et place des savoir-faire enseignants dans les grammaires de français langue étrangère, Langue Française, 131, Larousse, Paris, 2001 p. 23-37.
  • Germain, Cl, Séguin, H, Le point sur la grammaire, CLE International, Paris, 1998
  • Guidere, M, Méthodologie de la recherche, Ellipses, Paris 2004
  • Hernández Sampieri, R. et al, Metodología de la investigación, cuarta edición, McGraw-Hill Interamericana, México D.F., 2006
  • Humbert, J-L, Le guide du mémoire : du projet à la soutenance, Nathan, Repères pratiques, Paris, 1999
  • Laurens, V, Modéliser des séquences en FLE et FLM : analyse comparée de l’unité didactique et de la séquence didactique, Le francais aujourd’hui, 176, 2012, p. 59-75
  • Lemeunier, V, Acquérir des automatismes linguistiques pour développer une réelle compétence de communication, L’enseignement des langues aux adultes, aujourd’hui. Une pratique de la pédagogie pour une pédagogie de la pratique, Actes du premier colloque ELE de l’université de Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, Saint-Etienne, 2001
  • Lemeunier, V, Elaborer une unité didactique à partir d’un document authentique, Franc-parler, 2006, Article en ligne : http://www.francparler.org/dossiers/lemeunier2006.htm
  • Porquier, R, Grammaire ordinaire, source d’activités…, Le Français dans le monde, 354, FIPF/CLE International, Paris, 2007, p. 27-29
  • Somé, K-P, Grammaire FLE : enseigner le système des temps du passé, Pratique et enjeux dans la didactique des langues aujourd’hui, collection linguistique en ligne Epilogos, 2013
  • Suso López, J, La grammaire et les descriptions de la langue : la réflexion sur le fonctionnement de la langue favorise-t-elle l’apprentissage du FLE ?, dans Suso López, J (dir.), Phonétique, Lexique, grammaire et enseignement-apprentissage du FLE, Método ediciones, Granada, 2004, p 215-258. Article en ligne : http://www.ugr.es/~jsuso/publications/Chapitre%206PhLexGrammaire.pdf [consulté le 09/01/2017]

Salomé Molina Torres

Etudiante en M2 Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde, Paris 3

More Posts

Rencontre avec les professionnels du FLE : 24 et 25 janvier 2017

Affiche et programme des deux temps de rencontres professionnelles organisées par les étudiant.e.s de la spécialité 2 du M2 de Paris 3 mardi 24 et mercredi 25 janvier prochains

programme-rencontres-pro_2425janvier2017_versiona4 rencontres-professionnelles_m2_24-et-25-janvier-2017

programme-rencontres-pro_2425janvier2017_versiona4

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Carnets

 

Au chapitre cinq de son ouvrage Changer de société, Refaire de la sociologie Bruno Latour décrit comment organiser la collecte d’informations pour ensuite manipuler plus aisément ces données.  Afin de réaliser un bon travail de recherche l’auteur nous conseille de classer l’information dans quatre carnets parce que tout fait partie des données.

Ainsi, selon Bruno Latour le premier carnet doit contenir toutes les métadonnées liées aux travaux de recherche, par exemple, le calendrier de tous les évènements qui sont en rapport avec la recherche. Le deuxième carnet selon l’auteur doit contenir de l’information récoltée et classée de façon chronologique. Dans le troisième carnet Bruno Latour conseille de rassembler essais d’écriture ad libitum. Le dernier carnet est consacré à la confrontation d’idées.

En ce qui concerne le traitement de l’information, je suis tout à fait d’accord avec l’auteur. Bruno Latour construit son analyse à partir de sources et arrive à la confrontation d’idées sans bruler les étapes. Néanmoins, je n’utilise pas plusieurs carnets pour classer mes données. Par exemple, pour les métadonnées et l’information récoltée j’utilise un dossier créé directement dans ma messagerie. A mons avis, c’est très utile car aujourd’hui on communique beaucoup par e-mail et on fait des recherches bibliographiques en ligne. Pour mes notes écrites j’utilise un carnet.

 

Bibliographie

Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, La découverte, Paris, 2006.

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Mon premier dialogue

 

L’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3,  à côté de la salle M :

–          Bonjour, Monsieur ! Vous allez bien ?

–          Oui, et vous?

–          Oui, merci !

–          Est-ce que vous avez bien reçu mon e-mail au sujet de mes travaux de recherche ?

–          Oui, bien sûr.

–          Donc, comme je vous l’ai écrit, je souhaite travailler sur l’enseignement du FOS dans le domaine militaire. J’ai apporté le document que je vous ai envoyé.

–          Oui, merci… Oui, le sujet est très intéressant. Pourquoi vous avez choisi ce sujet ?

–          En fait, l’année dernière j’ai effectué mon stage à l’Ecole militaire, cette année je voudrais enrichir mon expérience par des recherches théoriques.

–          Oui, je comprends, c’est une bonne idée.

–          Je pense aussi que la particularité du contexte militaire doit être prise en compte dans le cadre de la formation des futurs enseignants du FLE. D’autant plus que de nombreux stages orientés vers l’enseignement du français spécialisé sont proposés annuellement par le service de la coopération militaire DCSD.

–          Oui, je trouve ce sujet intéressant.

–          Merci, Monsieur.

–          J’ai apporté également mes notes bibliographiques.

–          Oui, merci, je vais les regarder.

–          Merci beaucoup, Monsieur ! Je me mets au travail ! Si jamais j’ai des questions je viendrais vous voir à Censier…

–          Bien sûr, bien sûr !

–          Merci !

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Compte rendu du colloque  Le FLE/S dans tous ses états : dialogues avec Louis Porcher

 

Ce colloque organisé par l’Asdifle en partenariat avec le laboratoire Diltec (Didactique des langues, des textes et des cultures) s’est tenu du 4 au 5 novembre, à l’université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

On sait que Louis Porcher-professeur à la Sorbonne Nouvelle Paris III, agrégé de philosophie, sociologue et écrivain-a été une figure majeure de l’enseignement du FLE. Il a fondé l’Asdifle et donné au FLE un cadre disciplinaire. Louis Porcher a également travaillé pendant plusieurs années comme expert en langues vivantes auprès du Conseil de l’Europe.

Il faut préciser que l’association de Didactique du Français langue étrangère (l’Asdifle) tient un rôle important dans le domaine de la didactique du français langue étrangère et seconde. Cette association est née en 1986 suite au constat d’un réel besoin de mieux spécifier le champ disciplinaire du FLE. En effet, dans les années quatre-vingts on voit apparaitre les nouvelles filières universitaires entièrement consacrées à la didactique du FLE ainsi que les certifications en langue destinées aux étrangers (DALF/DELF). Depuis sa création l’Asdifle enrichit le champ disciplinaire du FLE en menant des recherches sur les sciences du langage, la didactique des langues et les sciences de l’éducation.

Le colloque marquant le 30ème anniversaire de l’Asdifle a eu pour objectif de rendre hommage à la mémoire de Louis Porcher et de travailler autour des trois grands axes de réflexion suivants :

–          L’axe Philosophie, sociologie, éducation ;

–          L’axe Sémiotique, communication et médias ;

–          L’axe Didactique du FLE/S

Je me suis intéressée plus particulièrement aux travaux de recherche d’une ancienne étudiante de Louis Porche, Lidwien Van Dixhoorn : De la génération zapping à la génération Snapchat : l’utilisation des médias au monde connecté. Etant en poste chez Radio France Internationale Lidwien Van Dixhoorn participe à l’élaboration de leur stratégie digitale et mène ses recherches sur les relations entre société et médias (radio, télévision, téléphonie mobile).

numerique

Lidwien Van Dixhoorn constate que le digital est à la fois une opportunité et un risque pour notre société. En effet, la révolution numérique entraine une vraie remise en question du métier de journaliste. Dans notre société hyper connectée on préfère désormais avoir l’information gratuite et immédiate : on est connecté dès notre réveil pour consulter différents réseaux sociaux comme Facebook et Tweeter.

Lidwien Van Dixhoorn a souligné que le téléphone portable est le seul média totalement interactif. En effet, grâce aux différentes applications, on peut diffuser l’information pertinente en temps réel vers la téléphonie mobile et recevoir les réactions de la part de l’audience. Selon Lidwien Van Dixhoorn, suite à cette accélération du temps les éditeurs ont également une réputation à tenir sur les réseaux sociaux. Lidwien Van Dixhoorn a donné l’exemple d’une marque d’ameublement violemment critiquée par les internautes suite à sa collection de meubles baptisée Colonie, qui invitait à un voyage exotique 

En ce qui concerne le domaine du FLE, je pense que l’on peut accompagner encore plus l’apprentissage par le numérique. En effet cela implique l’invention des nouvelles pratiques pédagogiques et le renouvellement des modes d’apprentissage.

 

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Mémoire : Proposition d’une première ébauche de plan

Bonjour,

j’aimerais vous faire partager une première ébauche de plan pour mon mémoire qui a pour thème la littérature dans les manuels de FLE. Pour cela, je m’appuie sur cinq manuels de FLE de niveau B1 plutôt récents (je vous fournirai les titres de ces derniers en commentaire si cela vous intéresse) . Le plan que je vous propose ici nécessite de nombreuses modifications/ améliorations. Vos commentaires et vos avis sont plus que bienvenus.

Je me questionne sur la nécessité ou non d’un questionnaire à proposer aux étudiants qui étudient ou ont étudié le FLE concernant la récurrence de textes littéraires étudiés en FLE (ceci est une hypothèse que j’émets).  Cela me serait utile pour le troisième point de ma quatrième partie.

Introduction

  1. justification du choix du sujet
  2. problématique
  3. hypothèses de départ

Première partie : Définition de la notion de « littérature »

  1. Qu’est-ce que la littérature ? Un texte littéraire ?
  2. Les cas spécifiques : la musique et les scénarios
  3. Une littérature spécifique au FLE ?

Deuxième partie : Cinq manuels comme terrain

  1. Présentation des manuels
  2. Les textes littéraires et leur place dans ces manuels

Troisième partie : Littérature et manuels de FLE : la « manuélisation » du texte littéraire

  1. Le choix des textes littéraires : choix arbitraire ou réelle réflexion didactique ? Quelle place réservée aux attentes des enseignants de FLE ?
  2. La place des textes littéraires dans les manuels de FLE : réel intérêt littéraire ou simple prétexte ?
  3. Les questionnaires d’aide à la compréhension

Quatrième partie : La littérature en FLE

  1. Les adaptations littéraires au public FLE
  2. La littérature comme moyen de diffusion de la culture
  3. Des textes littéraires récurrents en FLE

Conclusion

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Rappel pour le semestre 2

Au semestre 2 :

Deux séminaires-ateliers de 2h. et une pré-soutenance par équipe thématique (3h par étudiant).

Dates : 26 janvier (10-12) ; 9 février (10-12) puis 3 heures (pour chaque étudiant) le 15 mars de 9h à 19h (pré-soutenances) : en salle L1 (4e étage) pour les trois rencontres.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Poste en Argentine

Programme d’assistants de français en Argentine 2017 : un poste est à pourvoir dans la ville de Santa Fe. La date butoir de présentation de candidatures est fixée au 10 février 2017.

Le but du programme d’échange bilatéral d’assistants de langue France-Argentine est de permettre aux assistants français de se familiariser avec la langue et la culture argentines tout en apportant, au sein des établissements éducatifs, la richesse de leur langue et culture.

Le rôle de l’assistant est d’améliorer les compétences en communication des élèves et de leur transmettre sa propre culture. Il travaille en appui aux professeurs de français et intervient en classe entière en leur présence ou avec de petits groupes de travail.

Les assistants sont affectés dans des centres de formation de professeurs et / ou des établissements scolaires pour une durée de 7 mois (avril 2017 – fin octobre 2017). Ils travaillent 12 heures par semaine, bénéficient de deux semaines de vacances en juillet et perçoivent une rémunération mensuelle de 10 000 pesos argentins (environ EUR 600).

Durant son contrat, l’assistant bénéficie de la même couverture sociale que les agents du Ministère argentin de l’Éducation. Les frais de voyage, nourriture et logement sont à la charge de l’assistant.

 

 

Contact : Salomé Landivar.- Institut français d’Argentine – Coopération universitaire, éducative et linguistique – Embajada de Francia – Basavilbaso 1253 – (C1006AAA) Buenos Aires – Tél : (+54-11) 4515.6900 – Fax : (+54-11) 4515.6923 – http://ifargentine.com.ar/fr/  – Facebook : Embajada de Francia en Argentina – Twitter: @IFArgentine

poste-a-pourvoir-santa-fe-programme-dassistants-de-francais-en-argentine-2017

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Souvenir de lecture de Fais-moi peur

Fais-moi peur est un roman jeunesse publié en 1995 à L’école des loisirs, en collection medium. Le roman raconte les histoires croisées de la famille Mintz d’une part – dont vous avez la liste au tout début du roman, juste avant le prologue, à la manière d’une didascalie initiale au théâtre – et d’autre part, de l’assassin.

L’assassin est nommé et présenté dans le prologue : « M. N n’avait pas été un criminel toute sa vie. »

« M. N », N comme Noël, époque de l’année où se déroule le roman, voire Père Noël assez ironiquement parce que l’assassin est vêtu d’un long manteau rouge et qu’il descendra par la cheminée des Mintz à la fin du roman.

« M. N », N comme nuit, le moment où l’assassin agit, tapi dans le noir. La nuit c’est aussi le moment privilégié pour lire et écouter des histoires, le moment pour se faire peur.

Enfin, « M. N » dont l’initiale « N » rappelle le substantif « haine » qu’il incarne. Raciste, antisémite, bourreau d’animaux et meurtrier, M.N est un personnage noir, impardonnable et un vrai méchant.

L’extrait que j’ai choisi de vous lire se situe presqu’à la fin du roman, au moment où la tension est à son comble.

M. N a trouvé la maison des Mintz et pris la décision de tuer tous les membres de la famille par un concours de circonstances malheureux. Dans la maison, les enfants sont seuls. Les parents sont sortis et la grand-mère n’est pas là. Les voisines n’ont pas vu M. N et la seule personne qui a connaissance de sa présence est mise hors d’état de nuire. L’assassin a pénétré dans la maison sans que ses habitants ne le sachent. Il s’est caché dans une pendule mais a failli être découvert. Il en sort donc pour trouver une meilleure cachette et y attendre le moment propice pour mettre son plan à exécution.

chapitre-12-1chapitre-12-2J’ai choisi cet extrait parce que j’aime comment la narration adopte le point de vue de l’assassin, avec un vocabulaire qui traduit bien ses sentiments tel que « punaise ! » et « cette pendule imbécile », avec des incursions du narrateur omniscient qui s’adresse à nous pour nous expliquer la logique de bébé Lou.

Aussi, j’aime bien cette confrontation incongrue et inquiétant entre un personnage noir, foncièrement mauvais, un ogre impardonnable, et le personnage le plus pur et innocent possible : le bébé.

Le texte remet en scène le manichéisme des contes – avec les gentils petits et le vilain ogre – dans notre réalité : des enfants inconscients du danger, la nuit, l’inconnu dont il faut se méfier et à raison parce que c’est un assassin. Elle y ajoute de petits détails prosaïques, comme l’orteil qui se cogne.

Cette rencontre entre les deux grands opposés qui rappelle les contes, se lit et s’entend dans la narration par la succession des points de vue. J’espère vous l’avoir fait entendre et vous avoir donné envie d’en lire plus.

Chloé Kervio

M2 Didactique du FLE, spécialité 1, Option A.

More Posts

À la recherche d’un directeur de mémoire

J’arrive à l’université de  La Sorbonne en début d’après-midi à la recherche de mon directeur de mémoire. Arrivée au secrétariat, je demande à la secrétaire si le professeur Dupont est arrivé. Elle n’en savait rien. Je décide donc de déambuler dans les couloirs de l’université. Il n’est que 13h54 en général la pause déjeuner finit à 14h pétante ce qu’il pourrait expliquer son absence. Et là, il est 14h12 aucun signe de professeur. Quand soudain, quelqu’un m’interpelle au loin.

P: Nada, est-ce qu’il paraît que tu me cherches?

N: Bonjour monsieur, effectivement, je vous cherchais mais vous voilà maintenant.

P: Alors dis-moi tout à où en est de ce mémoire? pourvu qu’on le boucle avant la fin de l’année! « rire sarcastique »

N: Justement, elle en est à son balbutiement. Je viens vous voir aujourd’hui pour faire un petit point sur ma recherche bibliographique .

P: Très bien, Nada, installons nous et dis-moi tout.

N: Alors, voici les 44 articles publiés de 1980 à 2016 en rapport avec les réfugiés. Alors, il y en a un qui est en grecque, 13 en arabe, 24 en anglais et 16 en français.

P: Très bien, as-tu eu le temps de les lire et de les analyser?

N: Pas tout à fait. En réalité, je les ai lus sommairement mais avant de les analyser plus rigoureusement je voulais avoir votre avis sur leurs pertinences.

P: D’accord, alors tu m’enverras les liens par mail, je vais aussi les lire sommairement d’ici la fin de semaine. En revanche, toi tu commences à les analyser rigoureusement dès aujourd’hui pour pouvoir évaluer la pertinence d’un article. Il faut avant tout l’analyser et pour l’analyser il faut lire rigoureusement.

N: Tout à fait. Merci à vous et à très bientôt.

P: Bon courage Nada! au revoir!

 

 

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

« Vivre une expérience » – John Dewey

Normalement ce qui assiste à un colloque commence avec l’écoute des communications et ensuite des débriefings autours des thèmes abordés pendant le colloque. Néanmoins, le 8 décembre 2016 vers 17h je venais de passer un partiel à la Sorbonne Nouvelle. Toute la journée, j’avais le programme du colloque international prévu le 8 et 9 décembre 2016 intitulé « Vivre une expérience : L’œuvre de John Dewey. Pour penser/enseigner les langues et les littératures » dans mon sac. Dès que j’ai fini le partiel, j’ai consulté le programme et remarqué que j’avais du temps pour une visite libre au Palais de Tokyo. Après avoir trompé de 3 endroits j’ai finalement trouvé le bon endroit. J’ai attendu avec impatience mes camarades, mais c’était que mon amie et moi qui ont rencontré notre professeur Monsieur Serge Martin. Nous étions tous assis à la table pour le diner. C’était comme le colloque a commencé en sens inverse. Le diner qui a dû être à la fin du colloque, a fait commencer le colloque pour moi. C’était une excellente occasion de découvrir un nouvel endroit. Je n’étais pas au courant de ce restaurant ni cet endroit.

Le 9 décembre, après avoir un cours à la Sorbonne Nouvelle, je suis allée assisté la seconde partie du colloque. Un doctorant à Paris 3, Raphael Costa Mendes a fait une présentation sur Dewey et Meschonnic : traduire comme expérience vers 11 h30. Dans cette présentation il a abordé le sujet de traduction d’abord selon Meschonnic et puis selon Dewey. Il a donné des références du livre « Pour la poétique » (édition 1973) d’Henri Meschonnic. De plus, il a parlé de l’oralité comme opposition de rythme. Ensuite il a parlé de l’expérience en citant des exemples du livre « Art comme expérience » (édition 1934) de John Dewey.

La deuxième communication était par Marina Krylyschin intitulé « Avec Dewey, l’expérience esthétique au détour de sa verbalisation ». Krylyschin nous a montré des images d’un manuel. Concernant cela, elle a abordé les thèmes de l’exposition des images, les commentaires autour des images, l’usages des noms particuliers pour décrire les réactions autour ces tableaux.

A 12h15 on a eu un compte rendu risqué. Je trouve que c’était une idée innovatrice. On a fait un débriefing en petits groups. Cela nous a donné occasion de partager nos réflexions sur ce qu’on venait d’écouter.

A 13h nous sommes allé déjeuner.

L’après-midi était animé par Madame Muriel Molinié. Monsieur Jean-Christophe Sampieri nous a présenté « Expérience des modernes, expérience des classiques : Dewey et les Lumières » Dans cette communication, Monsieur Sampieri a exprimé la notion d’expérience par rapport à John Dewey ainsi que par rapport à Fénelon avec son œuvre « Les aventures de Télémaque » et Prévost avec son œuvre « Manot Lescaut ». Ce qui m’a interpellé par cette communication était la diversité des expériences abordées. Télémaque était aidé par son Mentor et Chevalier de Grieux par Manot Lescaut. C’était intéressant d’avoir une vision de l’expérience présenté par des œuvres classiques.

A 14h30 il a eu deux ateliers. Le premier par Sonia Delmas (Paris 3) « Penser/enseigner la culture en cours de FLE : vivre une expérience démocratique-esthétique. Le second atelier était « Dewey, Meschonnic : la lecture de Shelley comme expérience de la pensée » par Shungo Morita. Pour sa communication Sonia Delmas a pris le cas des apprenants japonais qui ont travaillé sur le poème « Aube » de Rimbaud. La première expérience qu’elle nous a montré était lié à la reformulation de ce poème en décrivant le lever du soleil en un endroit précis. Delmas a fait ressortir la motivation des apprenants japonais concernant de FLE en nous montrant les réponses de ces apprenants. La façon dont les apprenants avait personnalisé le poème de Rimbaud a retenu mon attention. C’était remarquable.

Vers 16h on a eu un autre petit débat entre nous concernant nos réponses et réflexions. Après une discussion de vingtaine de minutes, on est arrivé à la fin du colloque. Un jour très bien passé.©

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Colloque – L’enseignement des langues et des cultures en tandem dans l’enseignement supérieur ou secondaire (ALCTES)

Les 23 et 24 mars 2017 se tiendra un colloque sur le thème de l’apprentissage des langues et cultures en tandem dans l’enseignement supérieur ou secondaire.

Les communications de ce colloque concerneront les axes suivants (ce qui peut vous donner un petit aperçu) :

« L’évaluation : Qui évalue quoi et comment ? Evaluation des apprentissages linguistico-culturels et/ou des dispositifs eux-mêmes ?

Les ressources  pédagogiques (manuels, documents de support, carnets de bord, livrets, etc.), techniques (Centre de Ressources en Langues, TICE, Visioconférence, etc.) et humaines (professeurs, conseillers, etc.)

La formation : formation des étudiants, des professeurs impliqués, tuteurs et conseillers

L’environnement d’apprentissage : dynamiques interactionnelles et d’apprentissage en tandem à travers différents environnements plus ou moins technologiques. Synergies possibles entre l’échange Tandem et le lieu où il se déroule, viabilité/pertinence de la dichotomie Tandem présentiel/Tandem à distance. »

 

Pour plus d’informations sur ce colloque et pour prendre connaissance du programme : http://www.univ-paris3.fr/l-apprentissage-des-langues-et-cultures-en-tandem-dans-l-enseignement-superieur-ou-secondaire-alctes-tandem-language-and-intercultural-learning-in-higher-or-secondary-education-settings-388713.kjsp?RH=1236178100008

 

Pour s’inscrire (gratuitement) au colloque (fin des inscriptions : 10 février 2017) : http://boutique.univ-paris3.fr/alctes/index.php?id_product=74&controller=product&id_lang=5

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

L’événement CLE International 2017

Comme chaque année CLE International organise une journée entière dédiée au FLE et notamment  aux nouvelles méthodes innovantes.

Cette journée se déroulera le premier février de 14h00 à 20h00, à la cité universitaire de Paris au 17 Boulevard Jourdan, 75014 Paris.

Effectivement, cet événement est très enrichissant pour nous tenir au courant de nouvelles méthodes mais aussi pour nous informer sur des outils complémentaires renouvelés pour des pratiques d’apprentissage différenciées.

Voici le programme de la journée

 

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

L’écoute : une compétence puissante

L’écoute. L’écoute fait référence à l’ouïe. L’ouïe fait partie des cinq sens du corps humain. L’écoute est une compétence le plus importante et merveilleuse. Le bébé qui est dans le ventre de sa mère ne voit rien, il sent rien, mais il écoute. Il écoute la voix de sa mère. Il la reconnait en l’écoutant. Quand on chante, on doit écouter bien le rythme pour savoir où commencer. Pareil est le cas lorsqu’on dance. Les grands danseurs du monde ne manquent pas du tout le rythme de la chanson/musique. Il écoute bien les changements dans les rythme et coule avec eux.

L’écoute s’ouvre à un monde d’imagination. Lorsqu’on écoute, on commence à peindre des images, des personnages, des couleurs, des mouvements dans notre esprit. On entre dans un nouveau monde grandiose. On crée. On est des créateurs. On peut créer tout. Tout est possible.

C’est bien connu que d’écouter de la musique diminue la stresse. Les enfants veulent toujours qu’on les lit des histoires avant qu’ils dorment. C’est l’envie de l’écoute. L’écoute nous mène d’une expérience physique à une expérience métaphysique.

Quand j’étais petite, ma sœur et moi écoutaient des chansons sur la radio ainsi que des animateurs radio. Nous imaginions toujours leurs traits physiques par leur voix. Nous écoutions attentivement leur voix, leur parole, leur rire. Même lorsqu’ils souriaient, nous le savaient. Les changements dans la voix – donc tout ce qu’on ne remarque pas quand on est train de parler face à face de quelqu’un. Ma mère travaillait pendant 20 ans dans la radio. Elle recevait des lettres de tous les côtés du monde dans lesquelles on a admiré sa voix. C’est fascinant, c’est fascinant de connaitre quelqu’un que par la voix.

Lorsque d’enseignement de français langue étrangère, ce que j’ai remarqué est que les apprenants aiment mieux les activités d’écoute. Pendant un cours d’été pour les apprenants de l’âge 11 à 14, les apprenants ont vite mémorisé toutes les paroles des chansons françaises que j’ai utilisé pendant le cours. C’était un peu surprenant pour moi parce que c’était leur tout premier cours de français. Même chez les adultes, j’ai remarqué, que les activités concernant l’écoute sont plus appréciées et ces activités ont un bon résultat en comparant aux autres activités concernant d’autres compétences.

Concernant le sujet d’écoute, le 16 novembre 2016 a eu lieu une journée d’étude intitulée « Expériences d’écoute » à la maison de la recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon.

A 9h du matin, Valerie Spaeth, qui est la responsable du master « Didactique des Langues » et directrice du DILTEC, a ouvert le colloque.

Ce qui m’intéressait était la communication-atelier de Serge Martin, Paris 3, intitulé « L’écoute de ce qui ne peut s’entendre ». J’ai trouvé cet atelier très animé. On a dû lire une page d’un livre et donner un titre. Ensuite, nous avons tous collé les papiers sur le mur. C’était un collage très divers sur le mur. On a tous lis notre titre et ce qui est digne d’intérêt était de remarqué la diversité des titres selon la diversité des gens présents à cette journée. Ensuite, dans les groupes de trois, on a créé notre propre écriture de quelques lignes en reliant 3 textes. On a tous présenté notre rédaction et encore c’était intéressant d’écouter la formulation des autres.

Ensuite, une autre communication-atelier captivant était celle de Muriel Molinié de Paris 3, intitulé « L’écoute avec le récit de vie ». En binômes, un qui était le communicant, l’autre le communiqué (et vice versa), on a fait une activité où le communicant dirige les actes sans parlé et le communiqué lui suit (et vice versa). Ce qui m’a paru fascinant dans cette activité était qu’on a communiqué sans la voix. On a « écouté » l’un et l’autre sans dire quelque chose.

Après, il y a eu une rencontre-débat avec Malika Ferdjoukh qui était animé par Serge Martin vers 11h. Malika Ferdjoukh est un écrivain français de la littérature jeunesse. C’était très enthousiasmant à écouter ses points de vue sur les sujets et thèmes de ses œuvres, sa façon d’écriture et ce qui l’a inspiré au début et pendant sa rédaction.

A midi, on est allé prendre une pause déjeunée.

A 13h30, on a témoigné la conférence-atelier de Ivan Jimenez Garcia (maitre de conférences en espagnol à Créteil-Paris-est et chercheur en danse et littérature) animée par Nathalie Borgé (Paris 3). Les activités liées aux rythmes, l’écoute et l’action m’ont fascinées. Garcia a distribué des formes en papier, et il a demandé deux personnes a chanté une comptine. Une personne a chanté en espagnol, et ceux qui avait la forme des oiseaux avait dû bouger le papier selon le rythme de la comptine. Ensuite Garcia a demandé une autre personne a chanté dans une autre langue, et ma chère amie m’a encouragé de chanter en anglais. Et voilà, la première fois à Paris devant beaucoup de gens, j’ai chanté « Baba Black Sheep » en me sentant très enfantin à ce moment-là.

Vers 14h30, Carla Campos Cascales (Paris 3) et Charlotte Guennoc (Paris 3) ont animé une table ronde-atelier sur le thème de « Ecrire un mémoire, une expression d’écoute ? » avec des M2 de la promotion 2015-2016 : Shiman Jiao (M2, spé 1), ; Amal Khaleefa (M2, spé 1) ; Thais Poisson (M2, spé 2) ; Virginie Verhaeghe (M2 Distance). Cette table ronde a prouvé avantageux en ce qui concerne les anciens M2 et leur expérience avec l’écoute. Evidemment, tout au long de ma cherche pour mon sujet de mémoire j’ai écouté. J’ai écouté des thèmes et sujets abordés pendant les cours, les colloques, les débriefings, afin de procurer un sujet de mémoire.

A la fin de cette journée extraordinaire, on avait occasion de voir un théâtre partagé avec de la compagnie « Nous n’irons pas plus loin » (une des onze compagnies parrainées dans le dispositif Acte & Fac 2016-2017 en Sorbonne Nouvelle) autour de La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltés : recréation avec Simon Copin (acteur), Simon-Elie Gallibert et Charlotte Guennos (metteurs en scène). On a écouté ce théâtre dans le noir. Je veux rebondir sur ce que j’ai déjà précisé au début, que pendant l’écoute de ce théâtre, je me suis mis en imaginant chaque mot, action, ambiance et description dont parlait Simon.

C’était une journée très révélatrice.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

lire et écrire pour le mémoire de master