Archives par mot-clé : variation linguistique

Appropriation de la variation sociolinguistique en L2.

Le rôle du discours enseignant dans le développement de la compétence sociolinguistique en classe de français langue étrangère.

Thomas De Oliveira
Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3

À la suite de Firth & Wagner (1997), une partie de la recherche sur l’acquisition/apprentissage des langues étrangères s’est éloigné du modèle cognitif largement dominant afin de réanalyser les processus d’appropriation des langues étrangères dans une perspective sociolinguistique. Parmi les nombreuses approches sociolinguistiques de l’appropriation des langues étrangères, les recherches portant sur le développement de la compétence sociolinguistique sont nombreuses, comme le montrent notamment Bayley et Regan (2004).

Tyne (2012) définit la compétence sociolinguistique comme la capacité, pour l’apprenant de langue étrangère, à « produire et reconnaître un style de langage relatif à une situation de communication donnée ». Cette compétence est une composante essentielle de la compétence de communication, au même titre que la compétence grammaticale (Canale & Swain, 1980). On voit d’emblée que c’est la question de la variation langagière qui est soulevée ici, et notamment la question de son appropriation par les apprenants de L2. En effet, la maîtrise des variations sociolinguistiques semble indispensable à la bonne conduite langagière des locuteurs de L2, tant au niveau de la production que de la compréhension (Geeslin & Long, 2014, p. 7-11).

Les travaux récents cherchant à comprendre les facteurs d’appropriation de la variation en L2 nous éclairent sur certains points :

  • L’interlangue des locuteurs de L2 est sujet à des variations qui sont, au même titre que les locuteurs de L1, systématiques et soumises à des contraintes linguistiques et sociolinguistiques. (Bayley & Regan, 2004)
  • Les variations qui apparaissent dans l’interlangue des locuteurs de L2 ne sont pas exactement similaires à celles des locuteurs de L1. Par exemple, les locuteurs de L2 emploient, dans un même contexte donné, plus de variantes formelles que les locuteurs de L1. (Mougeon et al., 2002)
  • Les locuteurs de L2 acquièrent la dimension variationnelle de la langue principalement au contact de locuteurs natifs. (Mougeon et al., 2002) L’apprentissage en classe semble à l’inverse jouer un rôle mineur dans l’appropriation de la compétence sociolinguistique.

C’est ce dernier point qui retiendra ici notre attention. On peut en effet s’interroger sur le rôle de l’apprentissage guidé, et notamment du discours enseignant, dans le développement de la compétence sociolinguistique des apprenants. Il serait intéressant de savoir si, comme le suggère Guérin (2010) en ce qui concerne l’école primaire en France, les enseignants de FLE emploient une variété discursive « monovariétale », ce qui pourrait alors expliquer le faible développement de la compétence sociolinguistique chez les apprenants.


Références :

  • Bayley, R. & Regan V., (2004), « Introduction: the acquisition of sociolinguistic competence. », Journal of sociolinguistics, (n°8|3), p. 323-338.
  • Firth, A. & Wagner, J., (1997), « On discourse, communication, and (some) fundamental concepts in SLA research. », Modern Language Journal, (n° 81), p. 285-300
  • Geeslin L. K. & Long Y. A., (2014), Sociolinguistics and sesond language acquisition: learning to use language in context, New York : Routledge, 320 p.
  • Guérin, E. (2010), « L’ “outre-langue” des enseignants ou le mythe d’une langue monovariétale », Pratiques [En ligne], (n° 145-146), consulté le 11 décembre 2014. URL : http://pratiques.revues.org/1501
  • Mougeon R., Nadasdi T. & Rehner K., (2002), « Etat de la recherche sur l’appropriation de la variation par les apprenants avancés de FL2 ou FLE », Acquisition et interaction en langue étrangère [En ligne], (n°17), consulté le 9 septembre 2015. URL : http://aile.revues.org/847
  • Tarone, E., (2007), « Sociolinguistic Approaches to Second Language Acqusition Research – 1997-2007), Modern Language Journal, (n° 91), p. 837-848.
  • Tyne, H., (2012), « La variation dans l’enseignement-apprentissage d’une langue 2 », Le français aujourd’hui, (n° 176), p. 103-112.

 

Thomas De Oliveira - Lameira

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde.

More Posts

Genre et langage : théories et études de cas

Séminaire du 13/03/2015

 

Le séminaire auquel j’ai assisté vendredi correspond à une initiation à la linguistique du genre de l’Antiquité à nos jours. La théorie du genre est nouvelle, mais s’interroger sur une éventuelle différence de parlers entre sexe date de plusieurs siècles. Ce séminaire s’interroge en effet sur la relation entre le genre et la variation linguistique. Ainsi, dans chaque langue on remarque des variations d’ordre phonétique, lexical, ou encore syntaxique. L’ensemble de ces variations qui se distinguent de la norme peuvent progressivement amener à un changement au sein même de la langue, à une transformation de la norme. Ces variations seraient-elles liées au genre ? Y aurait-il un parler des femmes différent du parler des hommes ? Les deux derniers siècles s’interrogeaient sur la façon dont s’exprimaient les femmes et sur la manière dont on devait s’adresser à une femme, comme si le parler des femmes constituait un écart par rapport à la norme. Les femmes auraient ainsi tendance à utiliser un vocabulaire différent des hommes et auraient une manière de s’exprimer bien distincte de la façon dont les hommes s’expriment. De nombreuses études ont été faites ces cents dernières années sur cette variation linguistique liée au genre dans la culture occidentale. Dans nos cultures occidentales, les variations liées au genre que l’on peut remarquer correspondent plutôt une différence de ton dans certains contextes, ou à l’utilisation de certains adjectifs. Dans d’autres cultures, ces variations sont d’autant plus importantes puisque dans certaines tribus, le lexique utilisé pour désigner un objet diffère en fonction de s’il s’agit d’un homme ou d’une femme qui s’exprime, comme s’il y avait un vocabulaire réservé aux hommes et un vocabulaire réservé aux femmes.
Cette première séance de ce séminaire m’a permis de constater que l’étude de genre était très pertinente dans le domaine linguistique, bien qu’il soit peu étudié. Il y a en effet une réelle relation entre la variation dans une langue et le genre qui apporte à la langue des modifications et des nuances, permettant ainsi une évolution de la langue.

Mathilde Guérin

Étudiante à Paris III

More Posts