Archives par mot-clé : tonkinois

recentrer…

Dialogue entre un étudiant et son Directeur de mémoire…

E : « Je voulais vous proposer mon sujet de recherche, « le plurilinguisme en nouvelle Calédonie » et j’aimerais m’attarder plus précisément sur la communauté Vietnamienne, appelée tonkinoise à l’époque. Leurs enfants doivent faire face au système éducatif français, leur intégration passe par un processus assez complexe et difficile. Il y a également l’exemple des « boat people », comme on les appelle, qui traversent les mers pour fuir la misère de leur pays ou des gouvernements trop rigides….ils arrivent à Nouméa ne parlant pas un mot de français, ces personnes font preuves de courage et de détermination exemplaire afin de s’en sortir. Je pense que c’est un sujet qui peut être très intéressant. Je tenais à vous le présenter afin d’avoir votre avis ».

P : « La question du plurilinguisme en Nouvelle Calédonie est effectivement intéressante, déjà abordée dans différents travaux de plusieurs points de vue (notamment par Véronique Filliol, Marie Salaun, Claire Colombel, etc.)
La question de l’immigration vietnamienne, dont je ne connais pas les caractéristiques particulières dans ce contexte précis, peut sans doute être l’objet de questionnements intéressants, qu’il faudrait que vous précisiez : quels seraient les aspects qui caractérisaient plus particulièrement (ou non) cette « communauté » ? Il faudrait aussi que vous réfléchissiez plus en détail aux personnes auprès desquelles vous souhaitez mener votre recherche : s’agit-il de « primo-migrants » ou de leurs descendants ? Et dans quelles situations (professionnelle, scolaire, autre…) souhaiteriez-vous plus directement faire porter votre étude ? Avec quels moyens ? Il faut être plus concis… »

E : « Oui je comprends, je pensais dans un premier temps parler du plurilinguisme fortement présent en Nouvelle Calédonie, donc de la richesse de la  diversité linguistique que nous offre ce petit bout de terre, cette partie s’intitulerait “Nouvelle Calédonie, terre de parole, terre de partage…” Ensuite, nous nous pencherons plus précisément sur la communauté Vietnamienne, partant des origines de l’immigration Vietnamienne,  en 1891 un premier groupe de 768 Indochinois est introduit pour le travail sur mine. Cette partie se nommerait  » De l’engagement comme esclavage volontaire, en route vers le Tân Thê Gioi, c’est à dire le nouveau monde”… De là ma recherche se poursuivra avec des témoignages des descendants de ces primo-arrivants qui ont décidé de rester… notamment Mr jean Vanmai, Historien de Nouvelle Calédonie qui publia de nombreux ouvrages sur ce passé des Tonkinois en Nouvelle Calédonie. La population Vietnamienne de l’époque souvent étiquetée de “main d’œuvre bon marché par excellence ” fut privée de l’usage de sa langue maternelle, seul le français comptait. La perte de la langue entraîne de sévères répercutions sur les descendants qui peuvent être qualifiés de “générations déracinées et aliénées de leur identité ». Nous pouvons poursuivre ensuite sur les « boat people” arrivés plus récemment en Nouvelle Calédonie, ces immigrés libres, ces nouveaux arrivants, ont su peu à peu, avec une volonté décuplée par les épreuves endurées, s’adapter à leur vie nouvelle et se fondre dans la communauté calédonienne. La Nouvelle Calédonie, pour eux, désormais, n’est pas seulement l’île de lumière, mais elle est devenue aussi terre d’asile et de liberté. Même si cela n’a pas toujours était facile… de là, ma recherche se poursuivra avec des témoignages de Vietnamiens arrivés il y a quelques années, qui sont pour la plupart dans le domaine du commerce et de la restauration. Ils tenteront de m’expliquer comment s’est déroulé leur processus d’intégration sur cette terre inconnue et d’autant plus francophone, donc sur le plan professionnelle et scolaire pour leurs enfants. J’espère que c’est un peu plus clair ?? »

P : « Donc, si je comprends bien, il s’agirait de travailler avec des biographies langagières portant sur plusieurs « générations » de migrants vietnamiens en Nouvelle Calédonie !
Cela pourrait permettre de réfléchir aux évolutions des parcours linguistico-culturels et des enjeux qui les accompagnent, en réfléchissant par exemple aux facteurs de diversité dans ces évolutions et à quelques unes de leurs conséquences.
Je pense que cela peut effectivement être tout à fait intéressant et je vous engage à mettre cela en forme dans un bref projet que vous pouvez m’envoyer par email ».

E :  « Très bien Madame, merci pour cet échange qui m’a permis de recentrer un peu mes idées et mes pistes …En vous souhaitant une belle fin d’après midi ».

P : « Je vous en prie, à très bientôt ».