Archives par mot-clé : TIC

Les TIC et la langue Française en Algérie

Les TIC sont un ensemble de technologies avancées utilisées dans la majorité des cas pour communiquer, échanger, et traiter l’information, de manière synchrone ou asynchrone, par différents canaux : sons, images, et textes. D’ailleurs, le terme multimédia renvoie à la multiplicité de ces canaux (Gerbault 2002 : 13). Par conséquent, les TIC permettent d’une part l’accès à plusieurs dispositifs en ligne, c’est-à-dire un accès au réseau de communication permettant la connexion à distance d’ordinateurs avec  des serveurs d’informations, et d’autre part la possibilité d’accéder à des ressources logistiques hors-ligne (CD, DVD, etc.).

Cela étant dit, cette multiplicité de ressources est accessible grâce à un choix spécifique de langue. Un utilisateur indien anglophone, aura un accès plus malléable et riche en anglais qu’en indien. De même qu’un utilisateur algérien choisira de naviguer en français plutôt qu’en arabe. La raison à cela est toute simple : les langues du Nord, celles des grandes puissances (économiques et politiques) restent hégémoniques également sur le plan du savoir et de la communication. En cela donc un étudiant algérien dans la majorité des cas a recours au moteur de recherche et aux autres ressources des TIC en français, pour la raison citée auparavant, mais aussi en raison d’un ancrage sociohistorique très fort de cette langue.

Ainsi un étudiant de langue française, en dehors de ses études, est d’abord amené, en utilisant les TIC et stricto sensu le Web, vers diverses situations communicatives interactives. De plus, les étudiants consacrent majoritairement leur temps sur les réseaux sociaux (59%). Ces situations de communications à travers les multimédias favorisent leur expression faite en temps réel et en toute liberté d’utilisation. In fine les échanges, l’interactivité informationnelle qui sont au départ d’ordre culturel, intellectuel ou privé, deviennent par la force des choses linguistiques. C’est ce que Demaizière appelle « l’apprentissage par consultation », cette  « navigation « libre » dans un hypertexte ou sur la Toile » de l’étudiant, « dans laquelle on ne fixe a priori aucune tâche détaillée à accomplir.»[1]

D’autre part, les étudiants qu’on a interrogés se disent des utilisateurs fréquents des documents sur Internet (88%). Cela les aide à préparer leurs cours (64%), mais aussi à acquérir le français ou le savoir lié aux études de français (logiciels d’activités, tutoriels etc.). Cette utilisation concerne directement le processus d’acquisition et s’ajoute à l’acquisition implicite dont parlait Demaizière.

Pour conclure, notons que cette manipulation de la langue française implicite et explicite s’inscrit par extension dans une approche qui se voudrait actionnelle. Car dans une didactique moderne des langues, cette idée de tâches à effectuer de manière autonome, interactive et pas forcément pour un objectif purement linguistique est primordiale, elle correspond à la définition de l’approche actionnelle promue par le Cadre européen commun de référence :

« La perspective privilégiée ici est, très généralement aussi, de type actionnel en ce qu’elle considère avant tout l’usager et l’apprenant d’une langue comme des acteurs sociaux ayant à accomplir des tâches (qui ne sont pas seulement langagières) dans des circonstances et un environnement donnés, à l’intérieur d’un domaine d’action particulier. Si les actes de parole se réalisent dans des activités langagières, celles-ci s’inscrivent elles-mêmes à l’intérieur d’actions en contexte social qui seules leur donnent leur pleine signification.»[2]

Approche actionnelle qui repose sur la théorie d’apprentissage constructiviste comme nous l’avons vu dans le volet théorique. Notons aussi, par rapport à cette perspective actionnelle, que notre enquête a donné des taux d’erreurs en langue plus élevé chez les adeptes des TIC que chez les utilisateurs occasionnels. Cependant la compréhension et la construction de sens est à l’avantage des adeptes. Faits que nous allons interpréter dans le titre suivant.

[1] DEM AIZIERE.F, « Didactique des Langues et Tic : les aides à l’apprentissage ». Dans Apprentissage des langues et systèmes d’information et de communication (ALSIC), vol 10, n°1, 2007.

[2] Conseil de l’Europe. « Cadre européen commun de référence pour les langues: apprendre, enseigner, évaluer ». Strasbourg: division des langues vivantes. Site http://www.coe.int/linguistic.fr