Archives par mot-clé : terrain de recherche

Mon terrain, échecs et réussites

Comme nous sommes déjà fin avril, je pense qu’il est temps de mettre par écrit l’état de mon terrain de recherche.

J’ai choisi mon sujet de mémoire après avoir enseigné le FLE à Bristol, en Angleterre, à des lycéens de classes de première et de terminale qui passaient le français au baccalauréat britannique et à des étudiants de première année universitaire de français. C’est pendant que j’enseignais à ces deux publics que je me suis rendu compte du vaste écart existant entre les compétences demandées aux élèves et aux étudiants qu’une seule année séparait. Mon sujet de mémoire traite donc de la transition entre enseignement du français au secondaire à la première d’année de licence en Angleterre, particulièrement en ce qui concerne les compétences écrites.

Ainsi, sur le plan géographique, mon terrain se situe à Bristol et plus précisément dans les deux établissements où j’ai travaillé : le lycée Clifton College et l’université de Bristol.

Deux choses qui me semblent importantes à prendre en compte : Clifton College est un lycée privé aux frais très élevés. Les élèves de cet établissement obtiennent des résultats au baccalauréat très supérieurs à ceux de la moyenne nationale. L’université de Bristol est dans les dix meilleures du pays, notamment grâce à son département de langues.

Mon but premier était de recueillir une vingtaine de copies de chaque niveau et de les analyser afin de relever et d’étudier les fautes récurrentes ainsi que les savoir-faire communs à la majorité des apprenants.

Mon directeur de mémoire étant spécialiste de la génétique des textes, j’ai voulu adopter sa méthode d’analyse en plus de la mienne en analysant également les brouillons.

Après avoir obtenu la permission du chef de département des deux écoles, j’ai demandé à mes anciens collègues de me fournir les rédactions/dissertations (et les brouillons) de leurs élèves de terminale et de leurs étudiants de première année.

Cela a pris beaucoup de temps à se mettre en place (beaucoup plus que je ne l’espérais) et ce n’est que maintenant, fin avril, que je réussis enfin à récupérer presque toutes les copies dont j’ai besoin.

J’avais clairement sous-estimé la difficulté à se procurer des brouillons de rédaction. Non seulement cela est presque infaisable sur le plan logistique et technologique, mais en plus et surtout, les apprenants n’en font presque pas. J’ai dû abandonner l’idée d’analyser les ébauches et la réécriture. Je dois donc maintenant me concentrer sur les versions finales et trouver une méthode d’analyse qui correspond à mes recherches.

Je suis en ce moment en train de me pencher de manière plus pointue sur les types d’évaluations dans les deux cycles et leur impacte potentiel sur les notes et les compétences écrites des étudiants.

Continuer la lecture de Mon terrain, échecs et réussites

Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

Un terrain de recherche à multiples facettes

Dans le cadre de mon mémoire, portant sur les extraits linguistiques dans les manuels de FLE, je me suis constituée un terrain de recherche qui a (énormément) évolué entre la première rencontre avec mon directeur de recherche et maintenant, alors que je rédige mon travail.

Dans un premier temps, j’avais pensé me constituer un terrain exclusivement composé de manuels de langue que je pourrais analyser dans mon mémoire afin d’en tirer des éléments intéressants  que je pourrais compléter par divers ouvrages. Mais, je me suis très vite rendue compte, notamment grâce à mon directeur de mémoire, que cela ne serait pas suffisant !

En effet, un manuel est un outil mais aussi et surtout un moyen de véhiculer des idées et des représentations sur la langue, les locuteurs et la culture du/des pays dans laquelle elle est employée. Derrière cet outil se cachent des éditeurs. Ils font les manuels et à se titre, il est important (pour ne pas dire primordial) de leur donner la parole afin de comprendre comment, pourquoi ils créent ces manuels et pourquoi ils y insèrent tels éléments/documents/questions/activités plutôt que d’autres. Et dans le cadre de mon mémoire, ces questions étaient naturellement axées sur la question de la littérature plutôt que sur la grammaire, par exemple.

Comme je vous en avais fait part il y a un mois de cela, je suis allée à la rencontre des éditeurs lors du Salon Du Livre de Paris qui s’y tenait fin Mars. Depuis, un membre des éditions de Hachette FLE m’a recontactée par mail et j’ai eu la possibilité de lui poser toutes les questions souhaitées concernant ma problématique. Cela fut extrêmement enrichissant pour mon travail mais aussi d’un point de vue personnel.

Afin de faire également figurer « les pièces manquantes du puzzle » à mon mémoire, à savoir les apprenants et les enseignants, j’ai pris la décision de mettre en place deux questionnaires, un premier destiné aux apprenants et un second pour les enseignants afin de voir quelle vision ils ont des propositions littéraires qui sont faites dans les manuels de FLE généralistes (qui ne sont pas spécialisés en FLE), les attentes qu’ils en ont, l’usage qu’ils en font et comment ces manuels pourraient être améliorés selon eux.

Je profite de ce billet pour remercier très chaleureusement les étudiants de M2 qui ont gentiment accepté de prendre le temps d’y répondre !

Mon terrain de recherche se compose donc maintenant de cinq manuels de FLE  mais aussi d’échanges par mail avec un éditeur de manuels et de deux questionnaires, ce qui lui confère une dimension plus complète. De plus, il est extrêmement riche à exploiter !

Lien vers mon article sur le Salon du Livre  : https://arlap.hypotheses.org/8967

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts