Archives par mot-clé : sociolinguistique

La polémique du joual : aliénation, décolonisation et nationalisme

Je vous présente le bref compte rendu de la communication inaugurale de Gilles Dupuis, professeur des universités de l’Université de Montréal qui a eu lieu le 11 décembre dans le cadre du séminaire conjoint d’études supérieures en littératures de la langue française. Le séminaire s’intitule “Langues et enjeux identitaires : regards croisés sur la France et le Québec”. Continuer la lecture de La polémique du joual : aliénation, décolonisation et nationalisme

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Journée d’études en sociolinguistique

Les langues en image : approches sociolinguistiques

 

11 mai 2016 : la date de la remise du mémoire approche.

12 mai 2016 : les journées d’études, même si elles ne concernent pas directement le sujet de notre mémoire, sont obligatoires ce semestre !

13 mai 2016 : première journée d’études à laquelle j’assiste depuis janvier.

Je rejoins des camarades de classe à l’Inalco. Nous échangeons sur l’avancée de notre mémoire et de nos recherches. Beaucoup de stress tout d’abord mais suivi d’un grand soulagement quand nous nous rendons compte que nous avançons au même rythme et que le projet est faisable sans se mettre autant de pression.

La journée d’études commence avec un café/thé et des biscuits offerts par les organisateurs. On nous distribue des documents pour la journée et après avoir attendu tous les participants, les premiers intervenants se lancent.

Les premières heures sont émouvantes : la disparation de Thierry Bulot quelques mois auparavant régit chaque intervention : hommage oral, écrit mais aussi vidéo.

Thomas Vetier est un doctorant qui a commencé sa thèse avec Thierry Bulot. Il nous expose son projet, en coopération avec l’association l’Age de la Tortue : « L’Encyclopédie des migrants », une œuvre qui rassemble 400 lettres de migrants de France, Espagne, Portugal et Gibraltar.

Sa thèse est à la rencontre de ce projet : il questionne à travers toutes ses lettres, le regard hégémonique sur la migration. Ce qui l’intéresse ce sont les discours mais surtout leurs représentations. Le nom de Thierry Bulot résonne durant toute l’intervention de son ancien doctorant : son travail de recherche se poursuit sans lui.

Le travail de recherche est multiple, comme j’ai pu le voir à de nombreuses reprises au cours de cette journée.

En effet, les interventions suivantes étaient à propos de filmer la recherche.

On a pu ainsi voir des films très intéressants sur des récits de vie, des pratiques langagières. Ce qui m’a marqué c’est le travail autour : trouver les sujets à filmer, faire le film, et ensuite analyser les données recueillies. Mais aussi, voir le travail de recherche après : dans un des films (1) diffusés au cours de cette journée, on découvre Abdel, un locuteur plurilingue, qui livre ses réflexions sur la médina de Rabat où il a vécu et où il travaille, parfois accompagné du chercheur. À la fin du film, on découvre cette fois le chercheur qui prend des notes sur le récit d’Abdel : le travail ne s’arrête pas au film mais la recherche continue au-delà.

Cette journée m’a aidé à me rendre compte de toutes les façons dont la recherche peut se faire.

 

 

(1) Abdel, les langues et la médina de Rabat, film de 45 minutes, Réalisateur : A. Rakotomalala, Prod. Lacnad/PREFics

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

La darija est notre langue, ‘dialna’. DILTEC

berberes_carte

Voici quelques lignes qui dessinent des axes de réflexion autour desquels s’articule ma recherche. Une recherche sur un sujet qui me tient à coeur.

La complexité de la situation sociolinguistique en Algérie est, depuis la nuit des temps, difficile à embrasser. Chose que je ne prétendons pas faire dans mon mémoire. J’aimerais plutôt mettre la lumière sur l’Algérien dit « arabe dialectal » ou « darija », qui sa dénomination et son statut même sont matières à débat. Ainsi que l’intégration de celui-ci en milieu scolaire algérien.

L’algérien est à l’image de l’Algérie : une langue au carrefour des cultures, le fruit amer de l’apport et du rejet des différents colonisateurs et l’acceptation consciente ou inconsciente du métissage. L’identité complexe de cette langue ne facilite pas sa dénomination. En effet, le problème que pose cette dernière est à mettre en rapport avec les effets de l’idéologie. En fait, au détriment et au mépris de la réalité culturelle et sociolinguistique plurielle, l’idéologie nationaliste en Algérie a imposé dès 1949 une définition identitaire exclusivement arabo-islamique. Autrement dit, l’algérien et ses dérivés ont été désormais présentées par l’idéologie officielle comme des éléments de désintégration de la nation algérienne donc, d’une nation arabe et islamique tout autant unie qu’à unifier. Ces mêmes conservateurs qui  voudrait que l’arabe littéral, langue du Coran, soit doté d’un statut hégémonique et que le français soit réduit au rang de langue étrangère se sont, fortement, opposé à l’intégration de l’arabe dialectal à l’école. En effet, il s’agit d’une proposition faite par la ministre de l’Education en 2015 afin d’amener, les élèves, doucement à l’arabe classique et ainsi diminuer les échecs scolaires trop fréquents dus à la difficulté de la langue arabe.

L’objectif de la didactique étant de diagnostiquer pertinemment les problèmes et de préconiser les remédiations qui s’imposent et estimant que les les questions linguistico-identitaires sont innervées du poids de l’idéologie, j’en veux pour preuve le manque d’argumentation et de travaux critique sur le plan linguistique. C’est pourquoi j’aimeras analyser cette proposition d’un point de vue linguistique et didactique. Quels enjeux représente-elle ? Penser que l’algérien est transparent à l’arabe scolaire est-il loin d’être vrai ? Y a t-il un constat d’intercompréhension entre les deux langues? Et enfin ce continuum existe-il vraiment ? Ou bien l’algérien doit-il être d’abord promu comme langue pour pouvoir être ‘enseigné » ?

Pour répondre à ces questions, il me semble légitime et indispensable de rebondir sur ce parler, essayer de défaire sa complexité et expliquer sa provenance. Dans cette perspective, la réduction du statut de l’Algérien de langue en dialecte par les différentes politiques étrangères n’est pas à négliger. En effet, l’Algérien a été pendant des siècles une langue littéraire, ou du moins l’un de ses registres l’a été et que l’on pourrait appeler écrit, et donc, travaillé et élaboré. Donc qu’en est-il de cette langue première qui ne bénéficie pas de statut officiel ? Est-elle toujours aussi loin d’être reconnue et promue comme langue telle que le tamazight en 2002 ?

Sachant que le point de passage entre le dialecte et la langue se situe au moment où l’on donne une identité graphique à un système linguistique oral, j’aborderai l’algérien qui s’achemine peu à peu dans les média, la publicité et les réseaux sociaux. Enfin, que signifie ce regain d’intérêt pour les parlers algériens? Pourquoi maintenant? Peut-on considérer ce phénomène comme autant de signaux qui démontrent que la société algérienne est en pleine évolution, en quête de son algérianité ?

Bibliographie

  • Ibtissem CHACHOU, La situation sociolinguistique de l’Algérie. Pratiques plurilingues et variétés à l’œuvre, Paris, L’Harmattan, 2013, 310 pp.

Khouloud Sihamdi

Diplômée en lettres et langue française à l'université de Constantine 1 en Algérie. Actuellement étudiante en Master 2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde. Intéressée par la compétence communicative dans les dialectes maghrébins.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Les représentations associées au discours sur la langue et à la variation linguistique en France et au Québec : Étude comparée à partir de manuels de FLE/FLS

Marie Duchemin

Université Paris III

Cette communication vise à s’interroger sur les différents discours et représentations portant sur la langue et sur la variation linguistique du français, ou plutôt des français, en cette ère d’ouverture à la diversité francophone. Le style d’écriture, le choix des mots, les sujets abordés, ou encore non abordés, la façon de parler qui englobe davantage que la notion « d’accent » reproduisent à eux seuls un portrait sensiblement éloquent de la langue dans laquelle l’individu s’exprime. Est-il possible qu’une même langue soit si différente en elle-même pour brouiller l’intercompréhension? Si cette même langue est contextualisée différemment selon des critères variés : historiques, linguistiques, sociaux, géographiques, politiques, assurément que oui. Pourtant les différences ne seraient-elles pas uniquement audibles, donc phonétiques et rythmiques? Existe-t-il des différences à l’écrit aussi? Assurément, il vous est d’ailleurs facile de repérer, à l’oral comme à l’écrit, ce qui n’appartient pas au français dans lequel vous évoluez. Cette variation se représente aussi dans le choix des mots, mais non pas dans la syntaxe qui est le seul élément majoritairement respecté au sein des français ou des anglais ou des espagnols.

« Il est impossible de comprendre la progression d’un changement dans la langue hors de la vie sociale de la communauté où il se produit. Ou encore pour le dire autrement, que les pressions sociales s’exercent constamment sur la langue, non pas de quelque point lointain du passé, mais sous la force sociale immanente et présentement active. » (Labov 1976 : 47)

Les changements qui s’effectuent au sein d’une langue ne sont pas partout les mêmes, ce qui accentue la différenciation entre les français nationaux aussi bien que régionaux. Chaque endroit ayant ses propres « français standard », ses jeux de langue comme le verlan ou le joual et ses normes, les locuteurs se trouvent à être porteurs de représentations à l’égard de leur langue et des variétés qui y sont associées. Il est donc possible d’en observer des traces, à partir de la linguistique de discours comparative, dans les manuels scolaires, c’est pourquoi il sera question de l’analyse d’un corpus de cinq manuels français de FLE et de cinq manuels québécois de FLS. Il s’agit d’interroger et de comparer les discours sur la langue et sur la variation linguistique par des activités proposées par des manuels en fonction de leur région d’origine afin d’en retirer les différentes représentations qui ont certainement un impact sur les apprenants.

 

Bibliographie

Labov, W. (1976) Sociolinguistique, Paris : Minuit.

Marquilló Larruy, M. (2001) « Le français “d’ailleurs” : d’une variation à l’autre », in Le français aujourd’hui, vol. 1, no 132, p. 8-16.

Moirand, S. (1992) « Des choix méthodologiques pour une linguistique de discours comparative », in Langages, 26e années, no 105, p. 28-41.

Münchow, P. von (2004) « Comparaison de manuels de français et d’allemand langue maternelle : représentations de l’enfant, de l’adulte, de l’apprentissage et de la langue », in Marges linguistiques, Saint-Chamas, M.L.M.S. Editeur, 17 p.

Pöll, B. (2001) Francophonies périphériques — Histoire, statut et profil des principales variétés du français hors de France, Paris, Éditions l’Harmattan.

Robillard, D. de & Beniamino, M. (2010) Le français dans l’espace francophone : Tome 1, Paris, Édition Champion.

Le bi/plurilinguisme des soninkés vivant à Meaux (Seine-et-Marne)

Le bi-plurilinguisme dans le milieu soninké : cas des soninkés vivant à Meaux, Seine-et-Marne.
Etre soninké, être étudiant dans le domaine de la littérature, linguistique, et didactique ; être témoin de l’influence d’une ou de plusieurs langues sur ma langue par des phénomènes sociolinguistiques (bi-plurilinguisme, la langue maternelle, la langue étrangère, langue de scolarisation, la diglossie, les alternances codiques etc.) dans un milieu précis, il me serait un devoir de faire d’une part des recherches sur la situation, des recherches académiques avec comme sources des théories et des concepts des philosophes et des théoriciens ayant évoqué telle situation et telle problématique sociétale, d ’autre part des recherches et des analyses scientifiques sur des corpus obtenus sur le terrain (les notes, les réponses données aux questionnaires, les enregistrements etc.).


Pour mener ce travail, notre recherche se concentrera sur « La langue de communication entre les trois générations d’immigrés à Meaux des Pays Soninkés». Ici, La problématique s’inscrit dans l’interaction verbale entre les trois générations.
A fin de résoudre cette à ce problématique, des enquêtes seront menées auprès de ces trois générations sur leur biographie langagière (les enfants nés en France auront forcément une biographie langagière différente à celle de leurs parents). Des conceptions comme langue maternelle, langue étrangère, langue seconde, langue nationale, langue de départ, langue d’accueil etc. seront abordées.
Des enquêtes seront aussi menées autour des situations communicatives : conversation entre père et fils, entre deux frères, au cours d’un conseil de famille etc. Pendant les interactions, les deux langues s’influencent réciproquement. Ce contact engendrera beaucoup de phénomènes conceptualisés par des théoriciens et des linguistes. Parmi les phénomènes, nous aurons le bilinguisme, le plurilinguisme, les alternances codiques, la diglossie (langue haute, langue basse) etc.

Références bibliographiques
 Boyer, H. (1996), Eléments de sociolinguistique, Paris, Dunod.
 Boyer, H. (2001), Introduction à la sociolinguistique, Paris, Dunod.
 Dabène, L. et Billiez, J. (1984), Recherche sur la situation sociolinguistique des jeunes issus de l’immigration, première partie, Rapport Ronéoté, Université de Grenoble III.
 Dabène, L. et Billiez, J (1986), « Code-switching in the speech of adolescents born of immigrant parents », in studies in Second Language Acquisition n°8, Cambridge University Press, p. 309-325.
 Dabène, L. et Billiez, J. (1989), « Problèmes posés par l’analyse de corpus bilingues », in Acte du troisième colloque régional de linguistique, Strasbourg, Universté des Sciences Humaines de Strasbourg et Université Louis Pasteur p. 69-78.
 Ferguson, Ch.A. (1959), « Diglossia », in Word, XV.
 Fishman, J.A. (1971), Sociolinguistique, Paris, Nathan et Bruxelles, Labor.
 Ghiglone, R. et Matalon, B. (1978), Les enquêtes sociolinguistiques : théories et pratiques, Paris, Armand Colin.
 Hymes, D. (1974), Foundations in Sociolinguistics: An Ethnographic Approach. Philadelphia, University of Pennsylvania Press.
 LECONTE, F. (2001), « Familles africaines en France. Entre volonté d’insertion et attachement au patrimoine langagier d’origine », Langage et société, 2001/4, n° 98, p. 77-103.
 Saussure (de) F. (1974), Cours de linguistique générale, Paris éd. critiquée par T. de Mauro, Payot.

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l'université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j'ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts