Archives par mot-clé : sentiments

« C’est la vie »

La vie change toujours les choses que l’on veut faire. Parfois pour des raisons négatives mais aussi parfois pour des raisons positives. En Grèce mais aussi dans d’autres pays, on utilise souvent la même expression française : « C’est la vie ».

En Grèce, lorsque l’on utilise cette expression, on veut généralement exprimer nos propres sentiments face à une situation un peu tragique. Les choses changent, les images, les représentations. Lorsqu’on a un problème, que l’on se retrouve face à la mort, à une grande difficulté, une grave maladie, cette expression vient facilement : C’est la vie ». On sait  qu’on ne peut pas changer la vie, mais par contre il est possible de changer l’esprit ! Par les mots, on peut agir sur son esprit pour que les choses deviennent meilleures. J’ai même rencontré quelqu’un qui m’a dit que le français est une langue très à la mode et que pour cette raison il utilise des phrases stéréotypes en français quand il parle grec.

Depuis que je suis arrivée à Paris pour mes études, j’ai découvert que « c’est la vie » est utilisée très souvent dans la vie quotidienne. Les français utilisent cette phrase pour exprimer leurs sentiments pour n’importe quelle situation un peu difficile, parfois avec un peu d’humour, pour voir le bon côté des choses.

Alors j’ai réalisé que lorsque qu’un apprenant commence à étudier le français les premiers mots qu’il apprend à dire sont bonjour, merci, oh la la, madame, oui, j’adore, je t’aime, c’est la vie….. ! « C’est la vie » devient alors une expression qui représente la France et les français.

Mais, que l’on soit en Grèce, en France, francophone ou pas, cette expression qui traverse les frontières n’est-elle pas surtout l’expression d’une certaine philosophie  : on doit accepter les choses, les personnes, les situations comme ils sont et de cette façon continuer notre vie ! Parce que la vie……c’est la vie ! On peut changer nos habitudes mais jamais la vie !

Le personnage du loup : quels états comportementaux ?

Alice POIGNON

Les états comportementaux à travers le personnage du loup dans la littérature de jeunesse
Suite au TER que j’ai pu réaliser l’année passée sur les représentations du loup et la peur du loup chez des grandes sections de maternelle, j’ai remarqué que les enfants interrogés donnaient rapidement les caractéristiques des loups qu’ils connaissent déjà. Pour eux, le personnage du loup dans la littérature de jeunesse est bien souvent un être méchant et cruel. Il dévore les animaux et les personnages plus faibles que lui : c’est un « méchant » loup, il faut se méfier de lui car « il fait peur avec ses grandes dents ». Mais, ce loup que l’on retrouve dans les ouvrages pour enfants peut aussi intriguer, fasciner, amuser, et parfois même avoir très mauvaise réputation. Ce personnage a donc de nombreuses facettes qui sont parfois difficiles à décoder pour des enfants de maternelle puisque leurs représentations initiales du loup se limitent généralement au loup cruel et méchant.

Ainsi, j’aimerais poursuivre mon mémoire, cette année, sur les états comportementaux des personnages dans la littérature de jeunesse. Mes questions de départ sont les suivantes :

Comment les enfants de grande section de maternelle peuvent « se mettre à la place de » ? se mettre à la place du personnage principal, du héros de l’histoire mais aussi des personnages qui gravitent autour et auxquels les enfants peuvent s’identifier.

Peuvent ils anticiper les états émotionnels des personnages d’une histoire ? Sont ils capables d’interpréter les états mentaux des personnages ? Comment décodent ils l’implicite du récit ? Comment peuvent-ils savoir les buts, les sentiments, et les connaissances des personnages ?

Les enfants savent des choses que les personnages ne savent pas. À eux de réussir à décoder les implicites de l’histoire ce qui peut être délicat si les enfants ne sont pas habitués aux travaux sur les ressentis des personnages, sur les émotions, les sentiments. Je vais donc essayer de répondre à toutes ces questions lors de mon stage, dans une classe de grande section.

Après avoir fait avec eux un travail sur l’expression des sentiments et des émotions, j’aimerais me baser sur un travail de réécriture d’une œuvre qui serait peut être C’est moi le plus fort de Mario Ramos mais mon choix n’est pas encore définitif. Je suis en train de constituer une bibliographie, mais celle-ci n’est pas exhaustive pour l’instant. Il faut que je l’étaye d’avantage.

Bibliographie :

Cahour B. et Lancry A., « Émotions et activités professionnelles et quotidiennes », Le travail humain, 2011/2 Vol. 74, p. 97-106.

Cerquiglini-Toulet Jacqueline. « Altérités dans le langage : émotions, gestes, codes ». Littérature, N°130, 2003. Altérités du Moyen Âge. p. 68-74.

Gabriel Cécile Quelle émotion ?! Comment dire tout ce que j’ai dans le cœur… mila éditions 2007

Geis Patricia et Folch Sergio, Les sentiments, Deux Coqs D’or 2009

Hochschild Arlie R., « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale »,Travailler, 2003/1 n° 9, p. 19-49

Ramos Mario Le plus malin Pastel-École des Loisirs 2011

Ramos Mario Le loup qui voulait être un mouton Pastel-École des Loisirs 2008

Ramos Mario C’est moi le plus beau Pastel-École des Loisirs 2006

Ramos Mario Loup, loup, y es tu ? Pastel-École des Loisirs 2008

Ramos Mario C’est moi le plus fort Pastel-École des Loisirs 2005

Ria Luc Les émotions éditions Revue eps 2005

Sitographie :

http://www.marioramos.be/index.php?c=v&lg=f