Archives par mot-clé : recherche

Faire du cinéma en classe de FLE, résumé

Aujourd’hui j’ai décidé d’écrire un résumé de mon travail. Pour cette première rédaction, j’ai préféré me limiter à 10 lignes (sur word, 13 ici). Je n’utilise pas le pronom « je » dans mon mémoire, dans le paragraphe suivant est donc adopté le « nous ».

Ce mémoire rassemble les données d’une recherche portant sur la création et l’animation d’un atelier de réalisation de films au sein de la classe de français langue étrangère : du visionnage d’extraits d’abord, pour s’approprier des faits de langue et de culture, à la projection du film des apprenants une fois le tournage terminé. L’objectif principal de cette recherche est de prouver 1) que l’introduction du cinéma en classe de FLE, qu’on l’utilise comme un objet d’enseignement ou comme un outil, est à la portée de tout enseignant et a de nombreux bienfaits sur l’apprentissage des apprenants et 2) que le projet de faire un film en classe est très formateur. Pour ce faire, nous avons constitué un corpus d’extraits de films francophones et sommes allée à la rencontre de professionnels du FLE, du champ social et du cinéma, dans les livres et sur le terrain.

Image : Domicile conjugal, François Truffaut (1970)

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

État des lieux d’un milieu de recherche

Il y a quelques temps, je me suis rendue compte que mon plan en trois parties (celui dont je parlais de manière assez évasive dans mon billet précédent État des lieux d’un début de recherche) n’était pas vraiment cohérent. En effet, il contenait des tas de petits paragraphes qui n’appartenaient, ni à aucune de mes trois parties (langue/culture/cinéma), ni à aucun de mes axes de recherche, mais étaient pourtant bien trop importants pour que je puisse envisager de les sacrifier.  Continuer la lecture de État des lieux d’un milieu de recherche

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Problème de la perception des sons d’une LE du point de vue de la méhode articulatoire

La méthode articulatoire et la méthode verbo-tonale sont deux approches opposées de l’enseignement de la prononciation qui traitent différemment le problème de la perception des sons des langues étrangères. Dans la présent article nous allons exposer le point de vue des partisans de l’approche articulatoire envers ce problème.

Troubetskoy met en œuvre la théorie du « crible phonologique », c’est une sorte de filtre par lequel passe tout ce que nous entendons. Il distingue trois filtres. Les caractéristiques acoustiques les plus marquantes des phonèmes passent par le premier crible. Le deuxième crible contient tout ce qui concerne la fonction appellative du langage, c’est-à-dire la caractéristique du locuteur, la manière dont il s’adresse à ses auditeurs. Tout ce qui concerne la fonction expressive du langage passe par le troisième crible (Troubetskoy, 2000 : 22).

D’après Troubetskoy ce filtrage par les cribles se réalise d’une manière inconsciente et automatique, c’est un processus auquel nous nous sommes habitués dès l’enfance, qui gère notre compréhension de la langue maternelle et étrangère.

Le problème mis en valeur par Troubetskoy est le fait que le système des cribles est différent d’une langue à une autre, ainsi nous appliquons toujours le filtre de notre langue maternelle. Nous considérons la sonorité des langues étrangères du point de vue de notre langue maternelle et essayons de trouver des phonèmes ou des combinaisons de phonèmes semblables à ceux de notre langue maternelle. C’est pourquoi, assez souvent, les sons d’une langue étrangère peuvent être mal interprétés sous l’influence du crible de notre langue maternelle.

Le locuteur essaie de décomposer le discours entendu en une suite d’éléments phonologiques qui soit logique du point de vue des lois des combinaison des phonèmes de sa langue maternelle. Les différences entre les représentations auditives et les phonèmes rééls peuvent être non seulement d’ordre qualitatif (une fausse intérprétation du son), mais aussi d’ordre quantitatif (la quantité des phonèmes) (Polivanov, 1968: 236).

En parlant de la méthode subjective de l’analyse de la parole, Scherba estime que les unités phonétiques (les phonèmes) ne coïncident pas toujours avec les unités acoustiques ou physiologiques (Scherba, 1974 : 137). Par exemple, pour les Russes le son [ц] représente un seul son ou un seul phonème, tandis que les étrangers en perçoivent deux [ts].

Cela prouve l’idée que « les unités phonologiques ne peuvent pas être substituées ni à des valeurs physiologiques ni physiques, les phonèmes sont des résultats de notre activité psychique au sein de laquelle se déroule la synthèse des données acoustiques et physiologiques et leur adaptation à des buts communicatifs » (Scherba, 1974 : 137). Donc, si lors de l’apprentissage d’une langue étrangère l’apprenant s’appuie seulement sur la perception subjective des sons, il peut commettre de nombreuses erreurs de prononciation. « Nous entendons ce que nous voulons entendre, ce à quoi nous avons l’habitude » (ibid.). Afin d’éviter les erreurs de perception et de production des sons, il faudrait vérifier sa perception par des méthodes objectives et donc, procéder par l’apprentissage de l’articulation.

Dans un des articles suivants nous allons présenter le point de vue des chercheurs sur l’efficacité des deux méthodes.

 

Bibliographie

Polivanov E., Séléction d’articles sur la linguistique générale, édition principale de la littérature de l’Est, Moscou, 1968.

Scherba L., Le système de la langue et la fonction verbale, 2e édition, édition de la littérature scientifique et scolaire (URSS), 2004.

Troubetskoy N., Principes de phonologie, 2e édition, édition Aspent-press, Moscou, 2000.

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Sur la mésestimation du pouvoir représenté par un simple carnet et un petit crayon : digression

« Lui est encore là, à l’abri, avec, dans une poche de sa vareuse, un carnet, un gros crayon, et le papier de la caisse des retraites »

– Francis Ponge

 

Placez-vous en quelque lieu de passage et prenez des photos alentour, les chalands vous jetteront des regards noirs ou se masqueront le visage ; filmez et vous constaterez les mêmes hésitations ou rejets ; faites de même avec un micro, les passants changeront de trottoir ou soudain baisseront la voix ; posez votre chevalet, saisissez votre palette et brandissez votre pinceau, des badauds viendront immédiatement se planter derrière vous demander bêtement : « vous peignez quoi ? ». Asseyez vous, prenez un carnet et un crayon, notez[1] et… Personne ne vous remarquera ni ne vous embêtera ni ne vous esquivera. Vous aurez alors tout le loisir de contempler le monde, de le penser, de le restituer et ainsi de vous réaliser.

Continuer la lecture de Sur la mésestimation du pouvoir représenté par un simple carnet et un petit crayon : digression

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Plan détaillé du mémoire

Introduction

Partie I. Présentation des courants méthodologiques et des études scientifiques dans le domaine de l’apprentissage de la prononciation

Continuer la lecture de Plan détaillé du mémoire

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Quand un rien fait penser au mémoire…

Ce début d’année (/de second semestre de M2) est difficile pour tout le monde. C’est pour cette raison que j’ai décidé de partager avec vous mon astuce pour tenir le coup et penser à autre chose qu’au mémoire :

Reprendre du début l’intégrale des Peanuts (oui, ce billet est très sérieux).

Continuer la lecture de Quand un rien fait penser au mémoire…

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

État des lieux d’un début de recherche

Ou présenter son mémoire en cinq minutes  (exercice à préparer pour l’atelier du mercredi 7 février 2018)

1. Là où je suis

Je suis partie d’une idée : pourquoi ne pas, plutôt que de se contenter de montrer des extraits de films aux apprenants en classe de FLE, placer le cinéma au centre de l’attention et faire des films  ? Continuer la lecture de État des lieux d’un début de recherche

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Problème de l’évaluation de la prononciation des apprenants

Comme il a déjà été dit auparavant, mon mémoire sera consacré au problème de l’enseignement de la prononciation. Depuis ce dernier temps, le sujet du mémoire a pris une direction plus précise. Nous avons décidé de nous focaliser sur l’aspect de l’évaluation de la prononciation à l’aide des logiciels de reconnaissance vocale.

Il faut dire que la difficulté de l’évaluation de cet aspect est une des raisons d’une faible présence de la phonétique en cours de langue. Maintenant, nous essayerons de voir quelles sont les raisons du recours à l’évaluation de la prononciation et quels en sont les critères.

Continuer la lecture de Problème de l’évaluation de la prononciation des apprenants

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Indications bibliographiques

Il semblerait, que l’écriture soit notre préoccupation actuelle, entre autres, parce que les vacances de Noel approchent ! Et nous avons pour la plus part, ce désir ardent de boucler nos dossiers avant les fêtes , chose qui n’est pas évidente, quant au mémoire, j’en parle même pas ! Mais, je pense que la rédaction se fera progressivement. Comme, je travaille en ce moment sur des sujets relatifs à la littérature et que je m’intéresse notamment à l’écriture en classe de FLE, mais aussi aux images et au bilinguisme, je sais d’ailleurs, qu’un certain nombre d’entre vous traitent ces quelques concepts. Alors, j’ai voulu vous faire partager ma recherche bibliographique, qui, je l’espère vous aidera un peu dans la construction de vos thématiques de recherche.

Ouvrages sur la littérature

ADAM  J-M. (1991), Langue et Littérature, Paris, Hachette.

ALBERT M-C. SOUCHON M. ( 2000), Les Textes littéraires en classe de langue, Paris, Hachette Livre.

COSTE D. (1975), Les Piétinements de l’image, Etudes de Linguistique Appliquée, Paris : Klincksieck.

DESVIGNES M-J. (2000),  La littérature à la portée des enfants, enjeux des ateliers d’écriture dès l’école primaire, Paris, L’Harmattan.

GEORGES J. (1991), Pour une pédagogie de l’imaginaire, Casterman.

PERRAUDEAU M. (1994), Les ateliers d’écriture à l’école primaire, Toulouse, Bibliothèque Richaudeau, série pédagogique, Albin Michel.

PIERRA G. (2001), Une esthétique théâtrale en langue étrangère, Paris, L’Harmattan.

ROCHE A. GUIGUET A. VOLTZ N. (1989), L’atelier d’écriture, éléments pour la rédaction du texte littéraire, Paris, Bordas.

TRAUVERON C. (2002), Lire la littérature à l’école, Pris : Hatier.

Ouvrages sur la linguistique (Bilinguisme et Grammaire en FLE)

ABDELILAH  Bauer-B. (2008), Le défi des enfants bilingues : Grandir et vivre en parlant plusieurs langues. La Rochelle : Editions La Découverte.

CATELLOTTI V. MOORE D. (1999), Alternances des langues et construction de savoirs, Lyon, ENS.

CUQ, J-P. (1996), Une introduction à la didactique de la grammaire en français langue étrangère, Paris, Didier.

CUQ J-P. GRUCA I. (2002), Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, Saint-Martin-d’Hères (Isère), Presses Universitaires de Grenoble.

DE SALINS G-D. (1986), Grammaire pour L’enseignement/Apprentissage du FLE, Paris, Didier, Hatier.

GROSJEAN F. (1984), Le bilinguisme : vivre avec deux langues. Travaux Neuchâtelois de Linguistique, Tranel.

HELOT C. (2007), Du bilinguisme en famille au plurilinguisme à l’école. Paris : L’Harmattan.

Revues :

BARDIN L. (1964), « le texte et image » in communication, n°26.

BARTHES R. (1964), « Rhétorique de l’image » in communication, N°4.

DEMOUGIN F. (2012), Image et classe de langue : Quels chemins didactiques ?.

GODARD A. (2015), La littérature dans l’enseignement du FLE, Paris, Didier, coll. « Langue et didactique ».

MAUREL A. (2011), « Faire connaître et aimer la littérature en classe », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 57.

Continuer la lecture de Indications bibliographiques

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Etudiant et directeur de recherche potentiel. Premier contact.

Etudiant et directeur de recherche potentiel. Premier contact.

 

E – étudiant

Mme X – enseignante, Madame X

E2 – étudiant 2

 

Couloir de la fac. Pause de 30 secondes entre les cours. Une étudiante se précipite pour parler à l’enseignant qui entre dans la salle pour commencer son cours.

 

E (essoufflé après avoir monté 4 étages): Bonjour, Madame. excusez-moi. Je suis étudiant en M2, tout les monde a déjà son directeur de recherche sauf moi, vous êtes mon dernier espoir. Pourriez-vous être ma directrice de recherche, s’il vous plaît?

MmeX: Écoutez, j’ai déjà mes doctorants, je ne suis pas sûre de pouvoir vous accorder du temps. Vous voulez travailler sur quoi exactement ? (en branchant l’ordinateur)

E : Je sais pas trop. J’hésite entre la phonétique, la phonologie, le discours oral et l’enseignement du français par les chançons…

MmeX: Hmm, écoutez, nous sommes déjà mi-décembre, il faudrait quand-même connaître votre sujet… En tout cas, avant de trouver votre directeur de recherche il faut savoir exactement sur quel sujet vous voulez travailler.

E (étonné): Ce n’est pas le directeur qui me le propose?

MmeX: Bah non, pas du tout. C’est à vous de lui présenter votre projet de recherche. Et il faut être très précis. N’oubliez pas de penser à votre public, au contexte de l’enseignement, à votre terrain, au problème bien précis qui vous intéresse au sein de ce sujet. On vous l’a déjà dit, je pense?

E: Oui oui. Le seul problème que j’ai c’est qu’il y a trop de sujets qui m’intéressent et j’ai du mal à en trouver un qui m’intéresse plus que d’autres.

MmeX: Attendez, vous n’avez que 100 pages à rédiger, bien évidemment, vous ne pouvez pas aborder tous les sujets. Essayez de trouver un aspect que vous voudriez traiter, et après vous pouvez venir me voir ou un de mes collègues. Excusez-moi, il faut que je commence le cours. (Ouvre le PowerPoint)

E: Mais comment c’est possible de développer un seul aspect sur les 100 pages? Il me semble qu’il vaut mieux prendre un sujet plus large, comme ça, j’aurai de quoi réfléchir.

MmeX: Pas du tout, au contraire, il faut prendre un sujet assez restreint. Et quand vous allez commencer à lire des ouvrages à ce propos, à “creuser”, vous comprendrez que votre sujet n’est pas si restreint qu’il le paraissait au début. Vous aurez largement de questions de réflexion et, ne vous inquiétez pas, vous aurez sûrement vos 100 pages. (Prépare des copies à distribuer aux étudiants)

E: D’accord. Pourtant, je ne réussis pas à trouver une sujet original, il me semble que tout a déjà été dit. J’ai peur de répéter simplement ce qui a été dit avant par quelqu’un d’autre.

MmeX: Vous n’êtes pas obligé de trouver un sujet unique et original. Il faut que vous vous rendiez compte qu’il n’y a pas de vérité absolue, que vous pouvez remettre en questions les propos dits par d’autres auteurs, trouver votre propre explication à des phénomènes qui vous intéressent et de confronter les idées. Excusez-moi. (s’adresse à toute la classe) Bonjour à tous! Je vous fais passer la feuille de présence. (fait passer la feuille de présence)

E: Désolé, dernière question. Comment puis-je présenter mon terrain de stage? D’abord, je suis en option recherche, donc je ne suis pas obligé de faire mon stage. Et après, même si je décide de le faire, je ne suis pas sûre d’être accepté à l’endroit que j’avais imaginé comme terrain de stage. Donc, c’est impossible de le savoir dès le début…

MmeX: Même si vous êtes en option recherche il est préférable de faire votre stage quand même, au moins un stage d’observation. Cela vous permettra de vérifier vos hypothèses et de….

E2: Excusez-moi, Madame, j’ai préparé un exposé pour aujourd’hui, quand est-ce que je peux le présenter?

MmeX (en s’adressant à l’E2): on le fera vers la fin du cours. (en s’adressant à l’E): Désolée, je dois vraiment commencer le cours. Venez me voir pendant mes heures de permanence ou envoyez-moi un mail quand vous aurez votre sujet.

E: Merci beaucoup, Madame! Au revoir!

MmeX: Bonjour à tous, le sujet du cours d’aujourd’hui est …

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Mes carnets de recherche

Mes carnets de recherche

          Plusieurs professeurs nous ont dit qu’il était essentiel de commencer à écrire dès le début de l’année universitaire et qu’il n’y a pas de recherches sans rédaction. Cette phrase résonne en boucle dans ma tête depuis ce jour. Rédiger, oui, mais quoi, comment, combien de mots, avec quelle police et à propos de quoi? Comme j’aimerais pouvoir être dans la tête de ces éminents chercheurs qui sont aussi nos professeurs et pour qui tout cela est si limpide!

          Après avoir lu l’extrait de Changer de société. Refaire de la sociologie (pages 194-197) de Bruno Latour au moins quatre fois et après avoir parcouru quelques billets publiés par d’autres étudiants de ma promotion, ça y est, je me lance, non sans peur, dans la rédaction de cette note.

          Latour parle de quatre carnets essentiels à toute personne qui souhaite faire de la recherche…. et bien merci! Cet article fut tout simplement une révélation pour moi, novice angoissée, débutant dans ce milieu effrayant de la recherche universitaire. Le texte de Latour restera pour moi un article fondateur du balbutiement de l’organisation de mes recherches, un premier éclairage technique et pratique sur le grand projet final qu’est le mémoire. Continuer la lecture de Mes carnets de recherche

Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

Carnets de recherche #1

« Vous pouvez parler dans tous les sens, si vous n’écrivez pas il n’y a pas de recherche. »

Voilà ce qu’a dit une enseignante en cours un matin en expliquant que c’était le fait d’écrire qui permettait à la pensée d’immerger. Or, depuis le début du séminaire de méthodologie des mémoires, je parle dans tous les sens, mais je n’écris pas. Pourtant je réfléchis beaucoup, mais comme je ne m’efforce pas à en garder systématiquement une trace écrite, j’oublie. C’est pourquoi aujourd’hui je rédige enfin ce billet sur mes choix de carnets d’après ceux que B. Latour décrit dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie. Ses carnets, au nombre de quatre, sont les suivants : un « carnet de bord », un carnet de « collecte de l’information », un carnet d’ « essais d’écriture » et un carnet pour « consigner les effets produits sur les acteurs » de la recherche (Latour, 2006 : 194-197).

Continuer la lecture de Carnets de recherche #1

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Carnetophilie

CARNETOPHILIE

Ou quels types de carnets de notes privilégier lors d’un travail de recherche ? 

À l’instar du sociologue Bruno Latour qui préconise la constitution de carnets pour accompagner le chercheur dans son travail, afin d’y consigner toutes choses utiles lors de la conduite d’un projet (2006 : 194-197), je me propose de constituer ma propre liste. Toutefois, chaque champ disciplinaire, chaque sujet ayant ses spécificités, les choix opérés pour une telle liste peuvent varier d’un chercheur à un autre, même si l’idée de base semble transposable partout. Ces carnets seraient en partie sur papier, mais reversés ensuite sur numérique, plus pratique pour s’y retrouver et créer des liens entre eux. Voici donc ci-après quelques idées pour l’assemblage de ma collection.

Continuer la lecture de Carnetophilie

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Des carnets qui me ressemblent

Dans son ouvrage intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie, Latour propose de mener les recherches en notant toutes les tâches que l’on effectue : du mél qui peut sembler futile aux ouvrages composant la bibliographie. Il propose plus précisément d’utiliser quatre carnets pour y noter absolument tout, car selon lui « tout fait partie des données »i. Si cette méthode peut enchanter certains qui penseront y avoir trouvé le Saint Graal de l’organisation méthodique de la recherche, d’autres trouveront ces quatre carnets inutiles, dépassés. Nous avons tous notre manière de penser, d’agir, de fonctionner. Aussi, il est normal que nous trouvions à discuter de ces fameux carnets.

Pourquoi quatre carnets ? Pourquoi pas trois ou cinq ? Pourquoi tout noter ? Pourquoi noter tout simplement, certains écrivains ne font bien qu’un seul jet de leur manuscrit et le chercheur est sans aucun doute possible un écrivain.

Continuer la lecture de Des carnets qui me ressemblent

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

À la recherche de col(l)ocations

Vu que la phraséologie occupe une place importante dans ma recherche, j’ai assisté au colloque Repenser le figement : enjeux et perspectives en phraséodidactique des langues, dans le cadre des Conférences du samedi de l’École doctorale 268 Langages et langues, en novembre 2016.

Parmi les conférenciers invités, se trouvaient María Isabel González Rey, de l’Université de Saint-Jacques de Compostelle, et Serge Verlinde, de l’Université catholique de Louvain-KU Leuven. Il s’agit de deux spécialistes dont les études sur la phraséologie sont analysées par ceux qui s’intéressent à ce domaine.

Les mots d’ouverture ont été prononcés par Dan Savatovsky, directeur de l’École doctorale. Vers 10h00, les participants se sont réunis dans la salle D21 pour la conférence plénière Phraséodidactique : du couple dictionnaire-exercices à l’aide à la rédaction en ligne. Serge Verlinde a organisé sa présentation autour de trois expériences : 1/le DAFLES (Dictionnaire d’Apprentissage du Français Langue Étrangère ou Seconde) ; 2/Les exercices adaptatifs en ligne (ALFALEX) et 3/L’aide à la rédaction SOS Fr. Il a présenté un exemple de continuum pour montrer la place des collocations au sein de la phraséologie (à mi-chemin entre les constructions libres et les structures totalement figées). Les apports d’Igor Melčuk quant à la combinatoire des mots et aux fonctions lexicales syntagmatiques qu’il propose, ont été mis en valeur. De cette présentation, nous avons retenu les références aux contributions de Melčuk et la méthodologie suivie pour la création du DAFLES.

À 14h00, Araceli Gómez Fernández, de l’Université nationale d’enseignement à distance de Madrid, a présenté la communication J’ai de sérieuses raisons de croire …à la phraséodidactique plurilingue. Pour son étude, elle a choisi Le petit Prince comme corpus. Les critères que cette auteure a suivis sont : la fréquence, le figement et l’opacité sémantique des collocations (ici définies comme phrasèmes sémantiquement compositionnels et semi-contraints). Elle a expliqué le travail mené à Salamanque à partir de la consultation de textes parallèles (traductions en espagnol). Dans cette communication, Gómez a analysé la fonction lexicale Magn (pour l’intensité). Elle a tenu à préciser que la collocation et la comparaison vont de pair dans le cas des expressions véhiculant l’intensité.

À 15h45, après une journée de travail sur plusieurs expériences d’études sur la phraséologie, tous les participants se sont réunis pour la conférence plénière de María Isabel González Rey : La dimension phraséologique du discours et sa didactisation. González Rey a rappelé l’évolution de la notion de collocation, à partir des groupements usuels de Charles Bally jusqu’à la création du terme par John R. Firth en 1957. Elle a insisté sur les contributions didactiques autour de la phraséologie, notamment en Espagne. Sa présentation m’a permis de mieux comprendre ses analyses dans ses ouvrages La phraséologie du français et Outils et méthodes d’apprentissage en phraséodidactique.

À la fin de cette journée, je suis partie, mieux armée, à la recherche de collocations…