Archives par mot-clé : questionnaire

Un terrain de recherche à multiples facettes

Dans le cadre de mon mémoire, portant sur les extraits linguistiques dans les manuels de FLE, je me suis constituée un terrain de recherche qui a (énormément) évolué entre la première rencontre avec mon directeur de recherche et maintenant, alors que je rédige mon travail.

Dans un premier temps, j’avais pensé me constituer un terrain exclusivement composé de manuels de langue que je pourrais analyser dans mon mémoire afin d’en tirer des éléments intéressants  que je pourrais compléter par divers ouvrages. Mais, je me suis très vite rendue compte, notamment grâce à mon directeur de mémoire, que cela ne serait pas suffisant !

En effet, un manuel est un outil mais aussi et surtout un moyen de véhiculer des idées et des représentations sur la langue, les locuteurs et la culture du/des pays dans laquelle elle est employée. Derrière cet outil se cachent des éditeurs. Ils font les manuels et à se titre, il est important (pour ne pas dire primordial) de leur donner la parole afin de comprendre comment, pourquoi ils créent ces manuels et pourquoi ils y insèrent tels éléments/documents/questions/activités plutôt que d’autres. Et dans le cadre de mon mémoire, ces questions étaient naturellement axées sur la question de la littérature plutôt que sur la grammaire, par exemple.

Comme je vous en avais fait part il y a un mois de cela, je suis allée à la rencontre des éditeurs lors du Salon Du Livre de Paris qui s’y tenait fin Mars. Depuis, un membre des éditions de Hachette FLE m’a recontactée par mail et j’ai eu la possibilité de lui poser toutes les questions souhaitées concernant ma problématique. Cela fut extrêmement enrichissant pour mon travail mais aussi d’un point de vue personnel.

Afin de faire également figurer « les pièces manquantes du puzzle » à mon mémoire, à savoir les apprenants et les enseignants, j’ai pris la décision de mettre en place deux questionnaires, un premier destiné aux apprenants et un second pour les enseignants afin de voir quelle vision ils ont des propositions littéraires qui sont faites dans les manuels de FLE généralistes (qui ne sont pas spécialisés en FLE), les attentes qu’ils en ont, l’usage qu’ils en font et comment ces manuels pourraient être améliorés selon eux.

Je profite de ce billet pour remercier très chaleureusement les étudiants de M2 qui ont gentiment accepté de prendre le temps d’y répondre !

Mon terrain de recherche se compose donc maintenant de cinq manuels de FLE  mais aussi d’échanges par mail avec un éditeur de manuels et de deux questionnaires, ce qui lui confère une dimension plus complète. De plus, il est extrêmement riche à exploiter !

Lien vers mon article sur le Salon du Livre  : https://arlap.hypotheses.org/8967

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Le mémoire : questionnements.

Ce 5 février 2015 en classe, par groupes,  nous avons conversé au sujet du mémoire.  Les échanges ont été très intéressants et ils ont permis de mettre en avant plusieurs éléments qui posent question et sur lesquels nous ne sommes pas tous d’accord.

 Au début du débat, le corpus a été défini comme un élément indispensable. Différents étudiants ont pris la parole et ont parlé de leur sujet de mémoire et du corpus qu’ils allaient utiliser. Questionnaires, entretiens, productions d’élèves et manuels récents ou plus anciens ont été mentionnés pour illustrer différentes possibilités. Nous nous sommes ensuite demandés si tous les sujets justifiaient l’exploitation d’un corpus.  Certains étudiants ont expliqué que leur utilisation était propre à des recherches très pratiques mais que si le sujet était beaucoup plus théorique le corpus n’était plus forcément nécessaire.

Ces éléments de discussion ont débouché sur deux autres thématiques. Dans un premier temps nous avons parlé du questionnaire et il en est ressorti que c’était un aspect de la recherche délicat à aborder.  Comment formuler les questions ? Quels mots choisir ? Comment être sûr que la question est claire ? Comment faire en sorte que la question n’oriente pas, par sa forme, le sujet vers telle ou telle réponse ? Préférer les questions ouvertes ou les questions fermées ? Combien de personne interroger ? Et enfin, combien de questions poser ? Tels sont les interrogations qui ont fait surface sans vraiment trouver réponse.  Au sujet de la taille du panel certains étudiants ont parlé d’une vingtaine de personnes, et une autre pensait interroger cent personnes.  Nous avons conclu qu’il était préférable de discuter ces questions avec nos directeurs respectifs et il a été fait mention d’un ouvrage qui paraît être une référence à ce sujet : L’entretien compréhensif de Kaufmann[1].

La seconde thématique sur laquelle la réflexion sur les corpus nous a porté est celle de la dimension théorique du mémoire. A ce sujet les avis étaient particulièrement partagés. Certains ont expliqué  que cette partie n’était pas très importante dans la mesure où l’on y faisait figurer des choses qui ont « déjà été dites mille fois ». D’autres en revanche ont plutôt exprimé l’inverse, la partie théorique était pour eux un élément sur lequel se baser et il était inconcevable de ne partir de rien.

Enfin la discussion s’est aussi orientée sur l’état psychologique de chacun face au travail déjà en marche et sur l’avancement de chacun. Stress, peur et frustration sont des mots qui ont été prononcés. Une étudiante a provoqué une vive réaction en expliquant qu’elle avait déjà rédigé un avant projet d’une vingtaine de pages et une bibliographie. D’autres étudiants ont témoigné n’avoir pas encore réfléchi à la structure, voire n’avoir pas commencé du tout. Pourtant, même si pour certain rien de concret n’a été fait, il semblerait que pour tout le monde, la réflexion ait commencé.

 


[1] Kaufmann, J.-C., 1996. L’entretien compréhensif.  Editions Nathan, Paris.

 

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts

Un recueil de données qui manque de données…

L’étudiante a reçu un mail de son directeur de mémoire ; ce dernier lui expliquait que la deuxième partie de son mémoire se devait d’être retravaillée… Le professeur et son élève ont alors pris rendez-vous pour en discuter.

E : Bonjour

P : Bonjour

P : ça va ?

E : oui…

P : alors oui comme je vous l’ai dit dans le mail j’ai enfin eu le temps de finir de lire votre deuxième partie et le problème c’est qu’il n’y a pas de problématique…c’est plutôt problématique… et c’est dommage car votre cadre théorique est plutôt bien écrit. En fait votre recueil de données n’est pas analysé, vous avez seulement relevé les éléments importants, mais il n’y a pas d’analyses…vous devez reprendre votre travail (l’étudiante, dépitée, tente de faire bonne figure) Est-ce que vous avez votre recueil de données avec vous ? (tout en regardant les questionnaires) ah oui c’est vrai vous avez fait des questionnaires…je n’aime pas du tout les questionnaires, vous auriez dû vous en douter… le qualitatif c’est mieux que le quantitatif ! vous savez qu’en plus je suis beaucoup plus interactionniste que cognitiviste! (il rigole) 

E : ah bon…

P : oui, vous voyez (en montrant certaines des réponses des questionnaires) les quelques lignes que vous proposez pour la rédaction des réponses ne permettent pas à l’adolescent de développer ce qu’il a envie de dire ; il peut être timide, ne pas oser dire…

E : parce qu’en fait pour moi au contraire les questionnaires permettaient aux adolescents de se sentir plus à l’aise pour parler d’eux et de ce qu’ils ressentent ; je l’ai d’ailleurs expliqué dans mon cadre théorique…

P : alors c’est vrai que moi je ne fais pas de questionnaires, mais si vous tenez à en faire, vous pouvez distribuer des questionnaires et ensuite faire des entretiens semi-directifs pour comparer les réponses qui ont été données en questionnaires et voir si l’enquêté délivre les mêmes réponses. C’est vrai je vous l’accorde, recueillir des données n’est pas facile, les enquêtés ne disent pas toujours ce qu’ils font, et ne font pas toujours ce qu’ils disent, mais dans tous les cas, les entretiens semi-directifs seront toujours plus révélateurs. Alors, je vous propose de retourner voir ces adolescents auxquels vous avez donné ces questionnaires, et de leur demander s’ils sont éventuellement disponibles pour participer à des entretiens.