Archives par mot-clé : Projet du mémoire

Trois carnets pour un mémoire

Dans le chapitre 5 de son ouvrage Changer la société, Refaire de la sociologie, Latour propose de tenir quatre carnets durant l’intégralité de la recherche et la rédaction d’une thèse. Le premier carnet, intitulé « carnet de bord », relate l’ensemble des évènements quotidiens qui participent à l’élaboration de la thèse : les rendez-vous, la rédaction, les diverses difficultés à parvenir aux objectifs fixés (…). Le second carnet comporte les diverses informations collectées et classées chronologiquement. Il est important que les diverses informations puissent être reclassées de diverses façons. Le troisième carnet permet au chercheur de poser à l’écrit diverses idées, des ébauches de paragraphes et tout ce qui pourrait être utile lors de la rédaction de la thèse. Dans le dernier carnet, Latour propose de relater les divers effets que le compte rendu a produit sur les personnes qui en ont pris connaissance.  En effet, cela confère à ce carnet « une action performative ».

Selon moi, le premier carnet proposé par Latour est indispensable afin d’observer l’évolution de son travail pas à pas. Il permet de remonter le temps et de se rendre compte des rencontres/lectures qui ont été décisives dans l’élaboration de notre recherche. C’est pourquoi, dans le cadre de mon mémoire, j’ai choisi de tenir un premier carnet dont la fonction se rapproche de celle proposée par Latour.  Il s’intitulera « Mon journal de bord »  et dans lequel j’inscrirai le travail réalisé au jour le jour, mes ressentis, les difficultés, les échecs et les avancées.

Mon second carnet, que je nommerai « échanges », relatera ce qui est dit lors des rencontres avec mon directeur de recherche, les divers conseils donnés, les améliorations suggérées et les objectifs fixés entre chaque rendez-vous. Lors de la rédaction, je pourrai m’y référer afin de me remémorer avec exactitude ce qui a été dit des précédents rendez-vous.

Mon troisième et dernier carnet aura une fonction similaire au troisième carnet proposé par Latour. Intitulé « premiers jets », il me permettra de noter des idées, des mots, des phrases voire des paragraphes, au moment où je les pense pour ne pas les oublier et qu’ils soient perdus. Par la suite, ces éléments seront intégrés ou non à mon mémoire, en fonction de leur degrés de pertinence.

J’ai choisi de travailler sur des petits carnets papier, de la taille de ma main, afin de pouvoir y avoir recours n’importe où, n’importe quand. Petits et discrets, ils se glissent dans le sac ou dans une poche et ne dépendent ni de la wifi ni d’aucune batterie.

 

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

La place de la grammaire dans l’enseignement du FLE en contexte exolingue

 

Il y a longtemps, la grammaire avait un rôle central dans la classe de FLE. L’enseignant était le maître qui donnait les règles suivies des exercices d’application basés surtout sur des phrases isolées, décontextualisées où la méthode principale était déductive-explicite. La grammaire était donc considérée «à peu près (…) une discipline qui constituait pour (nos grands-parents) l’un des piliers de l’enseignement des langues» (El Fitouri 2003:25).

Aujourd’hui la perspective par rapport à l’enseignement de la grammaire d’une langue étrangère a beaucoup changé. De nos jours, au centre du processus d’enseignement-apprentissage se trouvent les apprenants, ceux-ci étant invités à réfléchir sur la langue, le plus souvent à partir des documents authentiques, afin de privilégier l’apprentissage de la communication mise en situation.

Dans un contexte qui favorise de plus en plus la communication, on s’interroge sur la place que la grammaire occupe dans l’enseignement d’une langue étrangère et plus précisément du français.

En ce qui concerne notre mémoire, nous y aborderons cette question (de la place que la grammaire occupe dans le processus d’enseignement-apprentissage du FLE)  en milieu exolingue. Pour en parler, nous nous référerons pour l’instant à notre expérience en tant qu’enseignante de français langue étrangère, vu que nous n’avons pas encore connaissance de ce qui se passe chez les autres enseignants roumains; d’ailleurs nous envisageons de faire une étude plus approfondie à ce sujet, afin de déterminer des généralités concernant la place de la grammaire accordée en classe de  FLE, en Roumanie.

Nous nous permettons donc d’affirmer que même s’il est incontestable que l’apprenant apprend à communiquer en communiquant, il ne peut néanmoins se passer de grammaire dans les pratiques langagières. Par ailleurs, nous voudrions préciser que dans notre enseignement, nous avons toujours privilégié la grammaire, en pensant que la maîtrise de celle-ci était essentielle afin de bien communiquer. De plus, nous pensons que la grammaire est la composante linguistique la plus importante en classe de langue,  mais son enseignement doit être  réalisé dans une perspective communicative-actionnelle. 

En Roumanie, pays dans lequel je souhaite retourner enseigner, la maîtrise de la grammaire est essentielle afin de bien communiquer. On pourrait dire que pour les enseignants roumains, l’étude de la langue est liée à sa grammaire, à sa norme, à la manière correcte de l’utiliser et le même principe s’applique aux langues étrangères.

Dans ce contexte culturel spécifique et avec la tradition scolaire roumaine qui encourage le traitement grammatical de la langue, on s’attend à ce que la grammaire occupe une place importante dans le processus d’enseignement-apprentissage d’une langue étrangère.

Bien qu’elle soit présente à tous les niveaux de l’apprentissage, mais sous des formes très variées, la grammaire mérite une place importante dans l’enseignement du français langue étrangère. Par ailleurs, nous retiendrons que pour une meilleure efficacité de ce processus d’enseignement, il faut associer les structures grammaticales et les tâches communicatives, ainsi que J.-L. Chiss le souligne  «la  vocation d’une grammaire en langue étrangère est de permettre l’accès à une compétence de communication où se trouvent associées les structures grammaticales et les tâches communicatives ». (J.-L. Chiss, 2002:137).

 

Bibliographie:

El Fitouri, Idriss (2003) : Le point didactique. Enseigner la grammaire du français aujourd’hui. Grammaire et didactique du français, Le français dans le monde, N° 328, p. 25-27 ;

Jean-Luis Chiss, (2002) Débats dans l’enseignement / apprentissage de la grammaire , Descriptions grammaticales et enseignement de la grammaire en français langue étrangère Cahiers de l‘ILSL N°13 , 2002, p.137 ;

 

 

 

Timuc Mirela

Étudiante en Master 2 - Didactique du Français Langue Étrangère

More Posts