Archives par mot-clé : projet de mémoire

Projet de mémoire. Enseignement/apprentissage de la prononciation dans des classes multilingues

Je voudrais consacrer mon mémoire au problème de l’enseignement/apprentissage de la phonétique dans des classes multilingues.

Continuer la lecture de Projet de mémoire. Enseignement/apprentissage de la prononciation dans des classes multilingues

Sofiya_kob

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l’Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Mon projet de mémoire

L’importance de la pratique théâtrale dans l’enseignement du FLE à Taiwan

Dans les classes de FLE, la pratique théâtrale ne s’est développée que depuis quelques décennies. Comme le souligne Jean-Pierre Cuq dans son Dictionnaire de Didactique du Français Langue Étrangère et Seconde :

Le théâtre dans la classe FLE offre les avantages classiques du théâtre en langue maternelle : apprentissage et mémorisation d’un texte, travail de l’élocution, de la diction, de la prononciation, expression de sentiments ou d’états par le corps et par le jeu de la relation, expérience de la scène et du public, expérience du groupe et écoute des partenaires, approche de la problématique acteur/personnage, être/paraître, masque/rôle. (Jean-Pierre Cuq, 2003 : 237).

Continuer la lecture de Mon projet de mémoire

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Projet de mémoire : Faire du cinéma en classe de FLE

Le cinéma, tel qu’il nous est familier aujourd’hui, est autant une industrie et une forme de divertissement populaire qu’un art complexe, qu’il convient de soumettre aux apprenants comme tel, au même titre que la peinture, la photographie, le théâtre ou encore la littérature. Il est depuis longtemps déjà bien ancré dans les pratiques au quotidien des adolescents et des jeunes adultes. C’est un support qu’ils connaissent bien et abordent de façon assez intuitive. C. Compte expliquait déjà il y a une vingtaine d’années qu’il est important de ne pas évoluer en décalage avec les habitudes extra-scolaires des apprenants et qu’il faut même plutôt extraire le potentiel de leur harmonie avec ce média (1993 : 7). En classe de Français Langue Étrangère (FLE), l’objet filmique francophone constitue un document authentique vif et stimulant car même s’il est toujours préalablement écrit, il met souvent en scène des locuteurs natifs dans des situations de la vie quotidienne. De ce fait, le support cinéma, une fois didactisé, offre à l’apprenant qui entend en classe ce français-parlé, de multiples ressources aussi bien communicatives que linguistiques et culturelles — en d’autres termes : « [l]e cinéma est un langage. » (Bazin, 1985 : 17). Il semble donc possible de solliciter l’expression orale et la créativité d’un groupe d’apprenants à partir du cinéma.

Continuer la lecture de Projet de mémoire : Faire du cinéma en classe de FLE

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

L’enseignement du FOS en Chine, l’etat actuel et enjeux

Vu que la communication culturelle et des échanges économiques entre la France et la Chine ont une histoire longue et se développent rapidement, l’enseignement du FOS n’est pas récent en Chine. D’ailleurs, dans le contexte actuel de mondialisation, les demandes de la formation de FOS ont tendance à accroître. La relation entre l’enseignement et le contexte culturel mérite plus de réflexion, puisque cela nous permet de mieux intégrer l’approche pédagogique selon la diversité du contexte culturel.

Cela me fait réfléchir naturellement sur la mise en place de la formation de FOS en Chine. Je me suis intéressée par conséquent de travailler sur des différences comparées avec le FOS en France, voire en Europe, des particularités exclusives selon le contexte culturel en Chine, des difficultés rencontrées et des perspectives d’avenir.

Selon Martin, l’enseignement du FOS « reste limité en Chine »[1]. Il précise qu’il n’existe que deux types de structures en termes des cours de FOS : les universités et les Alliances françaises. Faute de la demande des cours de FOS par des entreprises chinoises, « le macro-système dans lequel s’inscrit le système de l’enseignement / apprentissage du FOS est par conséquent le Ministère de l’Education Nationale chinois, ce qui implique que la demande est toujours institutionnelle et ne provient pas d’un groupe socioprofessionnel extérieur »[2].

Pour que nous puissions comprendre ce cas particulier, il nous faut tout d’abord préciser que le contexte culturel en Chine a depuis des milliers d’années formulé une société monolingue. Sous l’influence de mondialisation, les Chinois valorisent de plus en plus la maîtrise d’une voire plusieurs langues étrangères au sein du marché du travail, ainsi que le développement personnel. Par conséquent, l’enseignement et l’apprentissage des langues étrangères gagnent au fur et à mesure une place importante.

D’ailleurs, nous ne pouvons pas négliger que le français n’a pas encore une position prioritaire en Chine. Par rapport à l’anglais qui est intégré obligatoirement dans l’éducation scolaire et évalué lors de l’admission aux études supérieures, la langue française est considérée encore comme une langue étrangère minoritaire en Chine. « L’enseignement du FOS en Chine se situe sous le vaste chapeau de l’enseignement du français langue étrangère »[3]. Bien que l’enseignement du FLE devienne de plus en plus répandu pendant ces dernières années, l’enseignement du FOS a encore beaucoup d’espace à développer.

Malgré l’importance de la langue française dans la grande tendance de mondialisation et la relation étroite entre la France et La Chine, l’enseignement du FOS ne trouve pas encore sa place appropriée en Chine. Actuellement celui-ci reste encore à l’intérieur du système institutionnel, dont la plupart des établissements sont encadrés par la politique éducatives de coopération franco-chinoise.

Je me demande également la raison pour laquelle que le secteur privé ne montrent pas des besoins de former ses employées en français. Peut-être cela résulte du fait que l’anglais joue un rôle prédominant au sein de la société et des entreprise chinoises. A l’heure actuelle, à part du contexte culturel, des politiques éducatives en Chine et des politiques de diffusion de la langue en France restent parmi des éléments principaux qui orientent le domaine de l’enseignement du FOS, voire du FLE en Chine.

Enfin, je me permets de présenter ma bibliographie non exhaustive.

BIBLIOGRAPHIE

Bulletin officiel du Ministre de l’éducation nationale, 2013, « Le référentiel des compétences professionnelles et des métiers du professorat et de l’éducation »,  n° 30 du 25 juillet 2013.

CUQ J.-P., GRUCA I., 2005, Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, 2e éd., Presses universitaires Grenoble.

FU Rong, « Politiques et stratégies linguistiques dans l’enseignement supérieur des langues étrangères en Chine nouvelle », Synergies Chine, 2005, n°1, GERFLINT, pp. 27-39.

MANGIANTE Jean-Marc, PARPETTE Chantal, 2004, Le Français sur Objectif Spécifique : de l’analyse des besoins à l’élaboration d’un cours, Hachette, Paris.

MARTIN Eva, 2005, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : demande institutionnelle et coopération franco-chinoise », Synergies Chine, n° 1, GERFLINT, pp. 110-119.

RICHER Jean-Jacques, 2008, « Le français sur objectifs spécifiques (F.O.S.) : une didactique spécialisée ? », Synergies Chine, n° 3 – 2008, pp. 15-30.

RICHTERICH R., 1985, Besoins langagiers et objectifs d’apprentissage, Hachette, Paris.

XU Yan, 2008, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : l’importance de la mise en place d’une interaction entre les parties impliquées dans un cours », Synergies Chine, n° 3 – 2008, pp. 107-116.

XUE Bing Ding, 2015, « Analyse d’une situation d’enseignement-apprentissage du Français sur objectif universitaire en école d’ingénieurs implantée en Chine », Linguistique.

YANG Yanru, 2008, « Le français sur objectifs spécifiques en questions », Synergies Chine, n° 3 – 2008, pp. 49-58.

SITOGRAPHIE

Le site internet du FOS.COM de l’université de Montpellier III : http://www.le-fos.com

Le site internet de l’ambassade de France en Chine : http://www.ambafrance-cn.org/Les-instituts-franco-chinois-de-25891

[1] MARTIN Eva, 2005, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : demande institutionnelle et coopération franco-chinoise », Synergies Chine, n° 1, GERFLINT, p. 115.

[2] MARTIN Eva, Op, cit., p. 115.

[3] Yang Yanru, 2008, « Le français sur objectifs spécifiques en questions », Synergies Chine, n° 3 – 2008, p. 56.

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise
Master 2 à l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche.
Master 1 à l’Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Grande fête du livre

Cette année, le Salon du Livre de Paris a eu lieu du 24 au 27 mars. C’est en fait ma troisième fois à assister à ce type d’activité du livre, en 2015, j’ai eu l’occasion de participer à Printemps du Livre de Grenoble, et à Les Mots du Monde à Nantes en 2016. Comme j’ai vu le programme sur internet au préalable, j’ai décidé d’y venir le 25 mars en écoutant des conférences qui m’intéressent. Effectivement, cette journée m’a impressionnée et m’a donné beaucoup d’inspirations sur le livre, la littérature et la lecture qui lient aussi avec mon sujet de mémoire.

 Quand je suis entrée dans la grande salle, un slogan a sauté soudain dans mes yeux « lire lire lire lire » et autour de moi, tout le monde ont soit baisé la tête et lu les livres, soit écouté consciencieusement des conférences, cela me fait penser pourquoi si beaucoup de gens sont venu dans ce salon du livre ? Ce n’est certainement pas la magie de ce slogan, mais quelle « magie » laisse les gens être attirés par le livre ? C’est vraiment une obsession pour moi pendant mes recherches du mémoire, je réfléchis beaucoup ce que c’est exactement le plaisir de lecture.

Le salon du Livre a été organisé dans une grande salle de gym, il y a eu de nombreuses espaces exposants, maisons d’édition du monde entier, conférences et  visiteurs. J’ai pu feuilleter des livres que je n’ai jamais vus, parler avec des éditeurs sur des livres qui m’ont semblé étrangers et intéressants, mais aussi j’ai vu des exposants familiers, comme celui de la maison d’édition chinoise et celui du bouddhisme. J’ai pu sentir un choc culturel et une fusion de la littérature du monde entier.

Cette grande occasion littéraire a aussi invité beaucoup d’auteurs français et étrangers : des interviews, des conférences et des rencontres se sont passés en même temps dans tous les coins de cette grande salle, en étant diffusés en directe par le radio et par le télévision. Les sujets dont les lecteurs et les auteurs ont parlé m’ont trouvé très riches, argumentatifs et réflexifs, comme j’ai écouté des conférences s’intitulées comme « Imagine : Les jeunes adultes prennent le pouvoir », « Héroïnes ! », « Écrire le quotidien », « Le poids des mots », « une certaine idée du bonheur ». Je pense que certains d’entre eux peuvent être introduits dans les cours de FLE, pour que les apprenants du FLE puissent bien parler de la littérature, au lieu de seulement rester à la lecture.

 Par ailleurs, il y a aussi de nombreux événements sur le livre qui m’ont donné des inspirations par rapport aux activités proposés dans les cours du FLE, par exemple : Maroc, comme un pays qui partage avec la France des écrivains, une population importante, une langue et un pan de l’Histoire a été invité du Salon en tant que premier pays arabe et africain, l’exposant qui s’est intitulé « un Maroc à livre ouvert » a eu de nombreux blocs contenant des pages différentes, tous les visiteurs ont pu choisir des pages préférées, et puis les détacher, les compiler et les relier, finalement, nous pouvons obtenir un exemplaire particulier et individuel de « Maroc à Livre Ouvert ». Cette forme peut aussi introdure dans la classe du FLE, l’apprenant peut choisir des pages préférés parmi de nombreux extraits littéraires, et puis il les relie comme son propre recueil d’ouvrage littéraire, finalement il peut le lire de manière individuelle, et communiquer avec ses camarades.

Cet événement a laissé le mot « livre » devenir plus divers, plus mouvant et plus impressionnant, tous les gens qui aiment le livre, qui travaillent autour du livre ont eu une opportunité de se rencontrer. En fait, ce type d’activité manque beaucoup en Chine, et d’après une enquête officielle sur la lecture faite en 2017 en Chine, nous pouvons apercevoir que plus de 70% chinois espèrent que le gouvernement chinois pourra organiser beaucoup plus des activités sur la lecture. Je pense donc, que le mot comme « livre » « littérature » « lecture » ne sont jamais une activité individuelle, il y a l’auteur, l’éditeur, le lecteur, le commentateur, le traducteur etc. et peut-être « le plaisir » s’inscrit là-dedans.

 

Bibliographie:

L’enquête officielle sur la situation de la lecture en Chine en 2016, http://book.sina.com.cn/news/whxw/2017-04-18/doc-ifyeimqy2574493.shtml, consulté le 1 mai 2017.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l’Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Un mémoire en construction /!\

 

A l’approche de la pré-soutenance, je me suis dit que j’allais spécifier à nouveau mon sujet de mémoire (qui a plus que changé depuis le début de l’année). Dans celui-ci, je me suis intéressée au travail entre pairs en lien avec le numérique mais aussi à comment les interactions orales qui surviennent lors des échanges entre apprenants favorisent le développement de la compétence langagière.

Crédits photo : TED Blog

Ce qui m’a poussé dans cette direction a été le travail d’un homme, le Professeur Sugata Mitra, enseignant à l’université de Newcastle, en Angleterre, qui a conduit une expérience, The School in the Cloud, dans plusieurs pays anglophones. Son expérience consiste à mettre un nombre réduit d’ordinateurs à la disposition des apprenants afin de les faire travailler en groupes. L’enseignant donne, au début du cours, une « grande question », comme il l’appelle, à laquelle les apprenants vont essayer de trouver des réponses. Cette grande question est interdisciplinaire et est conçue pour ne pas être répondue en étant simplement googlée . Sugata Mitra a pour objectifs de former les apprenants à la recherche (mettant le contenu au second plan puisqu’il considère que celui-ci est trouvable sur Internet), de favoriser les interactions et donc, à travers ces éléments, de favoriser le développement des compétences langagières en anglais langue étrangère ou langue seconde. Une grande question peut être assez spécifique mais large, par exemple, « pourquoi est-ce que certaines langues ont des mots qui ont des genres ? », « pourquoi est-ce que certaines langues meurent ? » ou « comment les langues sont-elles liées entre elles ? », voire plus pied-à-terre et scientifique comme « pourquoi est-ce que le ciel est-il bleu ? » , ou même d’ordre géopolitique : « avons-nous besoin de la mondialisation ? ». Bien sûr, les grandes questions sont adaptées aux apprenants et à leurs capacités cognitives afin de ne pas être trop compliquées ou d’être trop faciles et donc de démotiver les apprenants .

Les groupes d’apprenants ne sont pas fixes, les apprenants peuvent donc partir d’un groupe ou même aller voir ce que d’autres groupes ont trouvé afin d’échanger avec les autres. L’objectif n’est pas un travail individuel mais bien un travail collectif afin de surmonter des difficultés matérielles mais aussi linguistiques. Cela permet aux apprenants ayant des compétences plus faibles d’avoir accès au contenu, comme les autres, mais cela permet aussi de les rendre actifs  et de ne pas avoir d’apprenants qui ne travaillent pas.

Je me suis donc interrogée sur les éléments nécessaires à la mise en place d’un tel dispositif, à ses limites mais aussi à ceux qui pourraient y faire barrière, ce qui m’a permis d’étudier la distance entre théorie et pratique. Je me suis demandée si ce dispositif, conçu pour des enfants, pouvait être utilisé avec n’importe quel apprenant mais aussi s’il pouvait être transposé au français langue étrangère voire même au FOS, FOU, FLS et Fli. Je me suis alors intéressée aux notions d’autonomie dans l’apprentissage mais aussi de motivation (notion au cœur même de cette expérience), qui se lie avec les émotions des apprenants dans l’apprentissage et la création d’une communauté d’apprenants dans la classe de langue.

J’ai souhaité effectuer mon mémoire sur ce sujet afin d’être prête à mettre le dispositif en place, dans mes futures classes.

Sources :

Si vous êtes intéressés par l’expérience de Sugata Mitra, voici le lien de son site internet : https://www.theschoolinthecloud.org/

Je l’ai connu lors d’un TED Talk auquel j’ai pu assister lorsque j’étais aux Etats-Unis, voici une version : https://www.youtube.com/watch?v=y3jYVe1RGaU

(Pour ce qui est de la bibliographie des notions, voir mon prochain billet)

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d’anglais mineure Français Langue Étrangère à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

Références bibliographiques

Quelques références bibliographiques et sitographiques concernant le Français sur Objectif(s) Spécifique(s) et son enseignement en milieu militaire.

BIBLIOGRAPHIE

Association de didactique du français langue étrangère, La lettre Asdifle : L’Auto-apprentissage en milieu institutionnel, CLE International, 2004

Association de didactique du français langue étrangère, Les cahiers de l’Asdifle. FLE, l’instant et l’histoire : actes des Rencontres du 29 mars 2012 à l’Alliance française de Paris Île-de-France et du 19 octobre 2012 au CLA de Besançon, Paris, CLE International, 2013

 Association de didactique du français langue étrangère, Les cahiers de l’Asdifle. Les métiers du FLE. Actes des 33e et 34e Rencontres, Paris, CLE International, 2013

Association de didactique du français langue étrangère, Les cahiers de l’Asdifle. Y a-t-il un français sans objectif(s) spécifique(s) ? : actes des 29e et 30e Rencontres de l’ Association de didactique du français langue étrangère, mars 2002, Paris-octobre 2002, Grenoble, DL 2003

Jean-Claude Beacco et Denis Lehmann (coord. par) Publics spécifiques et communication spécialisée, Paris, Hachette, 1990

 Olivier Bertrand et Isabelle Schaffner (sous la dir.), Le français de spécialité. Enjeux culturels et linguistique, Palaiseau, Edition de l’Ecole Polytechnique, 2008

Catherine Carras, Patricia Kohler, Elisabeth Sjilagyi, Jacqueline Tolas, Le Français sur Objectifs Spécifiques et la classe de langue, Paris, CLE International, 2007

Irénée Carré, Méthode pratique de langages, de lecture, d’écriture, et de calcul, Livre du maître, Paris, Armand Colin, 1922,

Philippe Carré, Organiser l’apprentissage des langues étrangères : la formation linguistique professionnelle, Paris, Editions d’organisation, 1991

Véronique Castellotti & Hocine Chalabi (sous la dir.), Le français langue étrangère et seconde : des paysages didactiques en contexte, L’Harmattan, DL 2006

Centre Interarmées de Concepts, de Doctrines et d’Expérimentations, Glossaire interarmées de terminologie opérationnelle, Paris, Ecole militaire, 2015

Jean-Louis Chiss et Jean-Claude Beacco, Les cultures éducatives et linguistiques dans l’enseignement des langues, PUF, 2005

Conseil de l’Europe, Cadre Européen Commun de Référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer, Strasbourg, Division des politiques linguistiques, 2000

Crid, Répertoire des Méthodes de français sur objectifs spécifiques, 2016

Jean-Pierre Cuq (sous la dir.) Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde, Paris, CLE International, 2003

 Jacques David et Jean-Louis Chiss Didactique du français et étude de la langue : Le Français aujourd’hui, Broché, 2011

Gisèle Holtzer, Du français fonctionnel au français sur objectif spécifiques. Histoire des notions et des pratiques, Paris, Le Français dans le monde, 2004

Denis Lehmann, Objectifs spécifiques en langue étrangère : les programmes en question, Vanves, Hachette FLE, 1993

Pierre Lerat, Les langues spécialisées, Paris, PUF, 1995

Jean-Marc Mangiante-Chantal Parpette Le Français sur Objectif Spécifique : de l’analyse des besoins à l’élaboration d’un cours, Paris, Hachette, 2004

Ministère de la Guerre, Règlement provisoire du 7 juillet 1926 pour l’enseignement du français aux militaires indigènes, Paris, Charles-Lavauzelle&Cie, 1927

Ministère de la Défense nationale (Guerre), Manuel d’éducation morale à l’usage des militaires indigènes coloniaux. Paris, Imprimerie Nationale, 1932

Ministère de la Défense Nationale. Secrétariat d’Etat aux Forces Armées Terre, Etat-major de l’armée, 3e Bureau, Méthode d’enseignement du Français aux Français de souche Nord-Africaine, Parie, Imprimerie Nationale, 1960.

Ministère des Affaires étrangères et du Développement International, Direction de la coopération de sécurité et de défense, Partenaires sécurité défense. Revue de la coopération de sécurité et de défense, Paris, Juin 2014   

Florence Mourlhon-Dallies, Enseigner une langue à des fins professionnelles, Paris, Didier, 2008

Caroline Mraz, EN AVANT ! Méthode du français pour les militaires. Le Ministère des Affaires étrangères et européennes, 2011

Louis Porcher, Sur le bout de la langue : la didactique en blog, Paris, CLE International, 2014

SITOGRAPHIE

Association Nationale des Officiers et sous-officiers Linguistes de Réserve (L’ANOLiR) : http://www.anolir.org/certificats-militaires-de-langues/

Centre de Doctrine et d’Enseignement du Commandement : http://www.penseemiliterre.fr/

Centre national de formation aux langues et à l’international (CNFLIG) : http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn/Autres-pages/Centres/Centre-national-de-formation-aux-langues-et-a-l-international-CNFLIG

Chambre de commerce et d’industrie de Paris, Centre de Langue Française : http://www.centredelanguefrancaise.paris/tests-diplomes/diplomes-francais-professionnel-dfp/

Direction de la coopération de sécurité et de défense : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/defense-et-securite/cooperation-de-securite-et-de-defense/la-direction-de-la-cooperation-de-securite-et-de-defense/

Légion Etrangère : http://www.legion-etrangere.com/

Organisation des Nations Unies : http://www.un.org/fr/about-un/

Radio France internationale (RFI) : http://www.rfi.fr/

Réseau d’expertise et de formation francophone pour les opérations de paix (REFFOP) :  http://reffop.francophonie.org/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Mon premier dialogue

 

L’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3,  à côté de la salle M :

–          Bonjour, Monsieur ! Vous allez bien ?

–          Oui, et vous?

–          Oui, merci !

–          Est-ce que vous avez bien reçu mon e-mail au sujet de mes travaux de recherche ?

–          Oui, bien sûr.

–          Donc, comme je vous l’ai écrit, je souhaite travailler sur l’enseignement du FOS dans le domaine militaire. J’ai apporté le document que je vous ai envoyé.

–          Oui, merci… Oui, le sujet est très intéressant. Pourquoi vous avez choisi ce sujet ?

–          En fait, l’année dernière j’ai effectué mon stage à l’Ecole militaire, cette année je voudrais enrichir mon expérience par des recherches théoriques.

–          Oui, je comprends, c’est une bonne idée.

–          Je pense aussi que la particularité du contexte militaire doit être prise en compte dans le cadre de la formation des futurs enseignants du FLE. D’autant plus que de nombreux stages orientés vers l’enseignement du français spécialisé sont proposés annuellement par le service de la coopération militaire DCSD.

–          Oui, je trouve ce sujet intéressant.

–          Merci, Monsieur.

–          J’ai apporté également mes notes bibliographiques.

–          Oui, merci, je vais les regarder.

–          Merci beaucoup, Monsieur ! Je me mets au travail ! Si jamais j’ai des questions je viendrais vous voir à Censier…

–          Bien sûr, bien sûr !

–          Merci !

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Plurilinguisme aux Philippines (Problématisation)

La politique linguistique des Philippines reste toujours largement exclusive en faveur de deux langues, le filipino et plus pour l’anglais, et au détriment des dialectes du pays. Cette étude vise à mettre en lumière cette inégalité et son étendu par le biais des représentations des langues des Philippins.

Problématique (situation troublée) : Les Philippins ayant comme langue maternelle les dialectes du pays sont prêts à devaloriser ceux-ci pour l’anglais.

Objectif : Revaloriser les dialectes et contribuer à la préservation de l’héritage de ces dialectes

Question de recherche : Comment revaloriser les dialectes face à la forte préférence des Philippins pour l’anglais ?

Sous questions :

1. Quelles sont les représentations actuelles des langues et leurs enjeux aux Philippines ?

2. Quels sont les facteurs provoquant l’inégalité des dialectes entre eux et vis-à-vis de l’anglais ?

3. Quel rôle peut jouer l’apprentissage d’une langue étrangère pour sensibiliser les Philippins à cette inégalité et pour y remédier à l’aide de l’approche d’enseignement plurilingue et pluriculturelle ?

Notions à creuser : représentation des langues, inégalité des langues, apprentissage d’une langue étrangère, approche plurilingue et pluriculturelle de l’enseignement des langues

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Conversation avec mon directeur de mémoire (ou plutôt avec moi-même…)

Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

Après quatre ans d’école maternelle (non, je ne suis pas née stupide, seulement en début d’année), cinq ans d’école primaire, quatre ans de collège, trois ans de lycée et quatre ans d’université, soit un total de 4+5+4+3+4 = 20 ans d’institutions scolaires (les mathématiques ne sont pas mon fort, j’étudiais les langues après tout), je me retrouve en Master 2 à devoir parler de manière plutôt détendue avec un enseignant afin d’écrire l’œuvre ultime de mon master, qui n’est autre que mon mémoire. Après 20 ans passés « à l’école », après 20 ans d’effroi face à la puissance et au courroux de mes enseignants, après toutes ses années, je me retrouve à discuter, moi, future enseignante de français, de manière plutôt égale avec un enseignant-chercheur, publié et expert dans son domaine. Au vu de mon passé et du parcours de mon directeur de recherche, c’est sans surprise que je peux dire que la communication est, pour ma part, source de nombreuses angoisses et mère porteuse de mon anxiété. Sans parler des quinze à cent révisions de chaque email envoyé à mon directeur afin que tout soit parfait et respectueux, la communication directe et orale se transforme en véritable lutte interne entre mon moi « domestiqué » par les institutions scolaires et mon « vrai » moi, mon côté « gaffes » et maladroit, mon moi naturel et sauvage. Mais trêve de « blabla » d’introduction, passons aux choses sérieuses : un exemple de discussion avec mon directeur de recherche.

 

Etudiante : (voix interne : sois polie) Bonjour Monsieur (voix interne : mince, il ne m’a pas entendu, je répète ? S’il a entendu et que je répète, il va penser que je le prends pour un vieux gâteux et malentendant… Bon, c’est pas grave, vaut mieux être trop polie que pas assez, je relance…) Bonjour Monsieur X !

Directeur de mémoire : Ah ! Bonjour ! Vous devez être Priscillia Mollard-Cadix, c’est ça ?

E : Euh oui ! C’est bien moi !

DM : Asseyez-vous, asseyez-vous ! Alors, parlez-moi un peu de vous…

E : Oui, euh alors oui, je m’appelle, je suis en master 2, spécialité 1, option A… Euh j’ai fait une licence d’anglais, mineure FLE à Paris 3 avant parce que euh je voudrais enseigner le français dans un pays anglophone mais euh je ne sais pas lequel encore…

DM : Ah d’accord ! Je vois ! Il va peut-être être temps de se décider ! Haha !

E : Oui, oui, je réfléchis encore… Mais je vais y réfléchir plus sérieusement… (voix interne : Oh mince, si je fais pas un doctorat, je fais quoi l’année prochaine, enfin c’est si j’arrive à avoir cette année… Et puis il doit penser que je ne suis pas sérieuse, je n’ai pas de plan de vie en particulier pour l’année prochaine…)

DM : Et pour votre mémoire, quel serait le sujet ?

E : Oui euh j’aimerais travailler sur la créativité et l’authenticité des interactions orales en classe de FLE.

DM : D’accord, c’est bien ce que j’avais noté. Qu’est ce qui vous a orienté vers cette thématique ?

E : J’ai fait mon année de Master 1 aux Etats-Unis, dans une fac en Virginie, et j’ai été assistante de français là-bas. Cette expérience m’a montré que l’oral peut être particulièrement sacrifié dans l’enseignement du français au profit du contenu et de l’avancée dans le programme car l’enseignant avec lequel j’ai travaillé ne donnait aux apprenants aucune opportunité de quelque échange oral… Enfin, euh, j’exagère peut-être un peu mais les échanges étaient extrêmement limités, les seules fois où les apprenants parlaient c’était pour un oral en quatrième année, sinon l’enseignant posait des questions aux apprenants mais y répondait tout seul, sans attendre qu’ils y répondent. J’ai trouvé ça très frustrant et, le premier semestre, il m’a laissé les faire parler car il surveillait le cours que je donnais avec eux mais le deuxième semestre, il m’a interdit de les faire parler, il voulait que je fasse une simple présentation magistrale de mouvements littéraires et ça, ça a été vraiment très dur pour moi car ce n’est pas le genre d’enseignant que je suis ou que je voudrais être…

DM : D’accord, c’est très bien d’avoir déjà une expérience qui vous inspire car les idées, les sources ou les prémices d’une recherche ne se trouvent pas dans le chercheur lui-même mais dans sa relation au monde et dans ce qui le choque, le surprend ou le touche… Avez-vous fait quelques recherches déjà ? Lu des articles ?

E : J’ai commencé à regarder quelques pistes oui mais je ne suis pas sûre de m’y prendre correctement, je ne sais pas vraiment en quoi doit consister un « mémoire de recherche »… Est-ce que je dois chercher moi-même en faisant des vraies enquêtes… Ou est-ce que je dois juste dire ce que les autres ont fait sur le sujet ? Je sais que c’est vraiment basique mais je pense être vraiment perdue à ce sujet…

DM : Oui… Je vois. Le mémoire est plus ou moins large, vous pouvez faire des questionnaires d’enquête si vous le souhaitez mais il faudra néanmoins être extrêmement vigilante vis-à-vis des questions que vous poserez afin de ne pas pousser les enquêtés à répondre à une question de la manière dont VOUS voulez qu’ils répondent.

E : Oui, je vois, pour le coup, ça ne servirait pas à grand-chose et ce serait faussé…

DM : Exactement. Je vous encourage à lire davantage d’ouvrages autour de votre sujet. J’ai notamment écrit un livre qui pourrait apporter un plus à votre réflexion…

E : Oui, je l’ai déjà commencé…

DM : Très bien ! Donc nous nous contacterons rapidement afin de nous revoir ! Sur ce, bon travail et bonne journée !

E : Oui ! Merci ! Bonne journée à vous aussi ! (Voix interne : bon, ça s’est bien passé mais je n’ai pas l’impression d’avoir beaucoup avancé… Je vais suivre ses conseils quand même et l’écouter, sans oublier de remplir mes carnets…)

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d’anglais mineure Français Langue Étrangère à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

établissement d’une relation entre la réception et la production

Mots clés: Texte littéraire, hétéroglotte, homoglotte, questionnaire, production orale.

J’ai choisi mon projet de recherche tout au début qui a été l’approche de l’enseignement du français à des apprenants hétéroglottes dans un milieu homoglotte. Ce projet est en lien avec mon objectif professionnel à plus long terme: transmettre les approches adoptées en didactique du FLE en France en Chine en tenant compte de la situation éducative chinoise. Mais je me sens que ce sujet est trop large qui doit prendre en compte presque tous les domaines de la didactique du FLE. En fait, mon idée principale est de réduire l’écart entre l’apprentissage du FLE en France et dans un milieu hétéroglotte, surtout en Chine.

Aujourd’hui, cette réduction est tout à fait possible, puisque « …en raison du développement de (certaines de) nos sociétés et du progrès, sous toutes ses formes (notamment numérisées) de la circulation et de la capitalisation des productions langagières dans un grand nombre de langues, de plus en plus d’apprenants (et d’enseignants) peuvent avoir accès à des ressources de plus en plus importantes et de plus en plus diversifiées dans leur nature et leur supports. Du coup, c’est la distinction radicale entre milieu homoglotte et milieu hétéroglotte qui s’estompe, … » (COSTE, Daniel, 1998). Donc, j’ai essayé de redéfinir et préciser le mot « l’approche » de mon projet original. Après une longue période de réflexion, en liant avec mes propres expériences d’apprentissages du FLE, j’ai découvert que la littérature française est un bon support afin d’établir un pont entre les apprenants hétéroglottes et le milieu français, je voudrais donc étudier comment utiliser les textes littéraires pour motiver les apprenants « hétéroglottes » surtout dans le contexte chinois, à communiquer et à s’exprimer en français.

 

D’après Rémy Porquier, « Toute situation d’apprentissage peut être caractérisée par les interrelations entre langue, apprenant, contexte. » (1995). Par conséquent, autour mon sujet du mémoire, dans mes travaux de recherche, je dois toujours prendre en compte parallèlement le contexte (la société chinoise), le public (les apprenants sinophones) et le support (les textes littéraires).

Premièrement, je voudrais étudier les différences entre les contextes hétéroglottes et homoglottes. Apprendre le français en contexte hétéroglotte se caractérise par certaines particularités : « dans la vie quotidienne, on n’a en principe pas l’occasion de s’immerger totalement dans une situation d’interaction où le français est largement, voire presqu’exclusivement exigé pour l’établissement d’une compréhension interpersonnelle» (Ishikawa F., 2011 : 301). En effet, le contexte hétéroglotte ou homoglotte dans lequel prend place l’apprentissage joue un impact majeur sur les pratiques de classe. En contexte hétéroglotte, l’apprentissage de la L2 s’effectue exclusivement dans les interactions entre enseignant et apprenants dans un espace clos : la classe. En revanche, en contexte homoglotte, on établit un lien direct entre le vécu de la classe et le vécu de l’apprenant à l’extérieur de la classe. Ainsi l’apprenant devient un acteur social en interaction avec des natifs et en compréhension progressive et parfois forcée à son environnement.

Néanmoins, les étudiants du stage que j’effectue à IRRFLE de l’Université de Nantes considèrent qu’ils n’ont pas de beaucoup d’opportunités de communiquer en français avec un natif hors de la classe et progressent très vite dans l’apprentissage de français. Donc, je pense que les différences entre les deux contextes ne sont pas seulement l’environnement d’apprentissage, il y a certainement des autres facteurs cruciaux pendant leurs progressions d’apprentissage. Par ailleurs, d’après mes expériences d’apprentissage du FLE en milieu hétéroglotte et homoglotte, les différences que je me sens profondément sont d’une part « l’opportunité de pratique » et d’autre part « les ressources du français » et la dernière joue un rôle très important pendant mon apprentissage du FLE en France, surtout une énormité de textes littéraires en français.

Par conséquent, je peux réfléchir sur :

  • Qu’est-ce qui joue un rôle crucial pendant l’apprentissage du FLE dans un contexte homoglotte ? (l’opportunité de pratique ? les ressources françaises ? la culture française ?)
  • Qu’est-ce que l’environnement de la culture française influence l’apprentissage du FLE pour les apprenants homoglottes ?
  • La relation entre l’environnement culturel français et les ressources français. (les apprenants homoglottes devraient trouver des ressources françaises dans un environnement culturel français ; les apprenants hétéroglotte sont au contraire, ils sensibilisent un environnement culturel français parmi des ressources françaises)

Ensuite, à partir mes expériences d’apprentissage et d’enseignement à l’université chinoise, ainsi que des études et des enquêtes réalisées en Chine, nous percevons que bien que les apprenants chinois du français aient des bonnes connaissances grammaticales de français, la plupart des apprenants ne peuvent pas parler bien en français, et ils ne participent pas beaucoup à l’interaction pendant le cours.

En tenant compte cette situation, je m’interroge sur :

  • Pourquoi les apprenants sinophones ont toujours des difficultés à s’exprimer en français ?
  • Est-ce que c’est parce qu’ils manquent la motivation, la confiance en soi? ou bien ils ont des difficultés linguistiques ? ou bien les thèmes proposés par l’enseignant sont difficiles à aborder ?
  • Est-ce que c’est parce que leur stratégie d’apprentissage est plutôt visuelle ? sous influence de leur langue maternelle (le chinois, le mandarin) ?

Et après, j’envisage d’utiliser les textes littéraires, surtout ceux qui peuvent décrire la vie en France, la société français, les manières de pensée des Français (la littérature française contemporaine ?) afin de créer une ambiance en langue française pour les apprenants qui ne baignent pas dans un milieu francophone.

Des pistes de réflexions que je vais aborder :

  • Pourquoi la littérature est une bonne entrée et un bon déclencheur de communication ?
  • Pourquoi la littérature français peut créer une ambiance culturelle française afin d’approcher un milieu homoglotte ?
  • Comment choisir les ouvrages (les ouvrages qui ont obtenu les prix littéraires?) ?
  • Comment l’enseignant fait des choix de coupure ? et pourquoi nous devons couper comme cela ?
  • De quelles manières l’enseignant interprète ces ouvrages ?
  • Est-ce que l’enseignant doit rédiger un chapeau d’ouvrage pour les apprenants ?

Enfin, en s’aidant des manuels FLE, je réfléchirai à la façon de mettre en pratique cette conception en tenant compte de ses limitations. C’est-à-dire comment l’enseignant propose des questionnements par rapport aux textes littéraires choisis pour favoriser la production orale, et j’apporterai aussi des améliorations et des orientations pour rapprocher un cours de français mis en place à l’étranger d’un milieu homoglotte.

Donc, je vais entreprendre les problèmes suivants :

  • Comment interpréter les textes littéraires liés au statut et à la culture d’apprenants ?
  • Comment susciter l’envie de production orale à travers des textes littéraires ?
  • Quelles tâches et quels questionnaires que nous pouvons proposer ?
  • Quels sont les objectifs de ces questionnaires ? (vers une compétence interculturelle et un autonomie d’apprentissage)
  • Comment prendre en compte le sentiment esthétique de ces textes choisis.
  • Comment établir un rapport entre le texte littéraire, les activités proposées et la communication réelle ?
  • Comment établir une relation entre la réception (lecture) et la production (orale et écriture) ?

 

Les avantages de cette recherche seront d’accroître la possibilité de pratiquer le français dans un contexte non francophone, de motiver les apprenants, de susciter leur envie de parler et de développer leur autonomie d’apprentissage.

 

Bibliographie :

Daniel C. (1998), « Avoir accès à l’excès des ressources: Note sur de nouveaux rôles pour l’école », Études de Linguistique Appliquée, Oct 1, p.505-511.

Ishikawa F. (2001), « Le FLE comme matière universitaire en contexte « hétéroglotte » et extra-européen : statut académique et représentations sociales du FLE au Japon », Le Français sur Objectifs Universitaires, p. 301-312.

Porquier R. et Py B. (2004), Apprentissage d’une langue étrangère : contextes et discours, Paris, Didier, p.60.

Rémy P. (1995), « Trajectoires d’apprentissage(s) de langues: diversité et multiciplicité des parcours », Études de Linguistique Appliquée 98, Apr 1, p.92-102.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l’Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Apprendre le français et apprendre à connaître les français en lisant des bandes dessinées

Imaginons la BD comme une corde. Enroulée et posée au sol, elle est comme l’album de bande dessinée pas encore lu sur l’étagère. Lorsque le lecteur prend une BD et l’ouvre pour la lire, il se saisit d’une extrémité de la corde et la tire vers lui. L’auteur en tient l’autre bout comme il détient la connaissance de l’histoire. C’est le lien entre auteur-émetteur et lecteur-récepteur. La corde-lien se tend entre eux. Cette tension constitue la narration de la BD. L’auteur a construit la narration comme il a tressé la corde : en mêlant inextricablement les deux fils rouges de l’histoire : le texte et l’image. A chaque double-page tournée, le lecteur empoigne la corde, et dans sa main : autant d’images que de textes. Pour avancer dans l’histoire comme pour progresser le long de la corde, le lecteur a besoin que les deux fils ne se séparent pas.

La nature double de la bande dessinée est un support narratif original dont je propose l’étude dans un contexte d’enseignement du FLE. Soit, discuter les avantages et inconvénients d’une narration imagée et textée dans l’enseignement du français. Je prends la liberté d’en exclure les albums muets. Non pas parce qu’ils ne constitueraient pas un corpus suffisant, mais parce que ce qui m’intéresse dans l’étude de la BD est le déroulement de la narration par l’association du texte et de l’image, soit la narration par l’« iconotexte[1] ». Il s’agit d’une « unité indissoluble de texte(s) et image(s) dans laquelle ni le texte ni l’image n’ont de fonction illustrative et qui — normalement, mais non nécessairement — a la forme d’un “livre”[2]». Mon étude de la BD s’appuie en ce sens sur des oeuvres où « les dessins, sans le texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins ne signifierait rien », selon les mots de Rodolphe Töpffer[3]. L’« inventeur[4] » de la BD moderne définissait ses albums comme une « littérature en estampes[5] » à l’époque où le terme de « bande dessinée » n’avait pas encore été inventé. Cette première définition présente la BD comme un art et une littérature à la fois. Le corpus comportera des planches imprimées et en ligne, des albums BD, des romans graphiques et des caricatures publiées dans les journaux. En somme, tous les supports qui se définissent par ce langage en « iconotexte » particulier à la BD.

L’utilisation de la BD en classe de FLE amène à se poser les questions suivantes : pourquoi utiliser le support de la BD pour enseigner la langue et la culture françaises ? Associée à la littérature jeunesse depuis la publication des planches de Christophe dans le Petit Français illustré par Armand Collin[6], la BD souffre de sa réputation. Elle est vue comme un medium divertissant et dédié au temps libre des enfants, et non pas à l’étude sérieuse, méthodique et mature ! Il serait d’une part intéressant de profiter de la bonne réputation de la BD auprès des apprenants pour en faire un objet d’étude plaisant, mettant ainsi en application le principe du placere et docere. D’autre part, « l’art séquentiel[7] » de la BD ne se compose pas que des albums jeunesses : des littératures francophones aux planches en ligne répondant à une visée politique, la BD est multiple. Elle reflète les préoccupations de son temps et donne un aperçu des Français : leur mentalité, leurs histoires dans l’Histoire ; et offre une fenêtre idéale pour étudier les langages, la parole et les discours du français. Cela mène à la préoccupation suivante : comment étudier la BD ? Il ne faut pas que ce support soit un prétexte à l’analyse linguistique ou bien une introduction superficielle à un thème de société. La comparaison de l’utilisation des planches de BD dans les manuels de FLE me permettra de discuter l’utilisation actuelle de ce support et de proposer des activités adaptées au medium.

[1] Mot-valise inventé par Michael Nerlich en 1985.

[2] NERLICH, Michael : « Qu’est-ce qu’un iconotexte ? Réflexions sur le rapport texte-image photographique dans La Femme se découvre d’Evelyne Sinnassamy » dans MONTANDON Alain (éd.), Iconotextes, Paris, Ophrys, 1990 (p. 255-302).

[3] TÖPFFER, Rodolphe, Essai de physionomie, autographié chez Schmidt, Genève, 1845. Disponible en ligne sur le site de la Bibliothèque nationale de France : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35856550v.

[4] GROENSTEEN, Thierry, La bande dessinée : son histoire et ses maîtres, Skira-Flammarion [Paris], La cité internationale de la bande dessinée et de l’image [Angoulême], 2009, p. 16.

[5] TÖPFFER, op. cit.

[6] GROENSTEEN, Thierry, op. cit.

[7] EISNER, Will [traduit de l’anglais Comics & sequential art par GRATIEN, Eric], La Bande dessinée, art séquentiel, Vertige graphic, Paris, 1997.

Chloé Kervio

M2 Didactique du FLE, spécialité 1, Option A.

More Posts

En tant que réalisatrice, je vais tourner un film français dans la classe de FLE

Dans l’avenir, je serai la réalisatrice dans la classe, et mes élèves seront les acteurs, on tourne un film en français.

C’est pour attirer l’attention, n’est ce pas?

Ce projet de mémoire hisse en première ligne la problématique du cinéma dans l’enseignement et apprentissage du FLE. Le cinéma, comme le 7ème art,  devient un nouveau objet qui s’ouvre de nouvelles perspectives et de nouveaux types d’analyse, c’est ce qui nous intéresse dans l’enseignement du FLE en Chine. Tel est le cas, le cinéma en tant qu’activité divertissante,  doit être considéré comme un support pertinent grâce auquel l’apprenant peut apprendre tout à travers les films français.

Face aux problèmes soulevant dans l’enseignement du français en Chine, comment améliorer leurs « méthodes» sur les aspects de compétences langagiers et culturels devenant un enjeu indispensable et inégligeable pour nous, en tant que futur enseignants dans l’enseignement du français en Chine.

Cependant, pourquoi enseigner le français par le cinéma doit être pris en compte dans l’enseignement du FLE en Chine? Peu de gens fait une recherche profonde sur cette question, du fait que cette approche est marginalisée par rapport à d’autres domaines, notamment la littérature française en Chine, aux d’autres méthodes, comme la grammaire-traduction.

Le cinéma représente un support authentique artistique et culturel va donner une vision différente que celle de méthodologie traditionnelle aux apprenants chinois.  On sait que le cas d’enseignement du FLE en Chine, la place de la grammaire se trouve toujours au premier rang pour les enseignants, ainsi que pour les élèves. Les Chinois sont fort en écrit, parfois,  l’enjeu de l’orle est négligeable. A ce titre, une étude va porter sur l’enseignement des compétences langagières et des connaissances culturelles par le cinéma. Comment la langue et la culture sont-elles transmises par le cinéma ?

Parallèlement, il pourrait être pertinent d’observer le rôle du cinéma dans une classe de langue dans les classe de DULF ou une observation dans le cours de Monsieur François Vanoosthuyse, le cinéma et didactique du français, où il est possible de l’utilisation du support cinématographique dans le processus d’apprentissage des étudiants. L’objectif est de sortir de la consommation de divertissement et de construire un regard personnel et d’élaborer une relation critique avec les images animées. En effet, au-delà des objectifs langagiers d’une séquence de cours même, le cinéma pourrait permettre à l’apprenant de s’approprier des contenus non langagiers, telle que le « penser », le fait de pourvoir avoir un regard critique et établir une véritable argumentation dans une langue étrangère. Bien entendu, tout est à penser en fonction des différents niveaux des élèves et des compétences proposées par CECRL.

Cependant, j’ai des doutes que c’est possible de traiter les deux aspects en même temps, dont les images et les sons, ou bien je ne peux que en traiter un seul? je ne suis pas encore dans le détail de mes recherches, mais les interrogations deviennent de plus en plus nombreuses.

mots-clés: cinéma, enseignement et apprentissage du français, film, didactique du français

bibliographie:

Tardy Michel, 1973,  le professeur et les images,  presse universitaires de France.

Rachel Cohen, 1992, quand l’ordinateur parle…, Presse universitaires de France

BERBARD PLANQUE, 1971, audio-visuel et enseignement,  Casterman.

CASETTI, Francesco. 2012. Les théories du cinéma depuis 1945. Trad. Sophie SAFFI. Paris : Armand Colin.

AUGER, Nathalie. 2008. « Les arts du langage ». Diversité : ville, école, intégration. N° 158, p. 162- 165

BERTUCCI, Marie-Madeleine et SIVAN, Pierre. 2009. « Cinéma et enseignement du français : histoire d’une rencontre manquée. Entretien avec Olivier Curchod ». Le français aujourd’hui. N°165, p. 79- 90.

Jean-Claud Beacco, Jean-Louis Chiss, Francine Cicurel, Daniel Véronique, 2005. « Les cultures éducatives et linguistiques dans l’enseignement des langues ». PUF

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

Un dialogue imaginaire lors du première rendez-vous entre le directeur de mémoire et l’étudiante

Ce dialogue se tient au bureau des enseignants à la Sorbonne, il s’agit du premier rendez-vous prévu entre l’étudiante (Claire) et son directeur de mémoire (Monsieur L.).

Etudiant (Claire) : Excusez-moi, c’est bien le bureau des enseignants ?

Directeur de mémoire (Monsieur L) : Exactement, à qui vous recherchez ?

C : Je cherche monsieur L.

Monsieur L : Je suis monsieur L

C : Ah, bonjour monsieur L, je suis Claire. (rire)

Monsieur L: Je sais (sourire), bonjour, Claire. Asseyez-vous.

C : Merci.

Monsieur L : Alors on commence. Vous m’avez écrit que vous voulez travailler sur l’enseignement de la prononciation française. Pouvez-vous présenter votre projet ?

C : Oui, bien sûr. Je voudrais travailler sur les difficultés lors de l’apprentissage de la prononciation des phonèmes français qui n’existent pas dans la langue chinoise, surtout sous l’influence de leurs dialectes, et donner quelques conseils pour la conception des exercices articulatoires afin de les aider surmonter ces difficultés. Parce que les problèmes de prononciation gènent même les Chinois qui ont déjà un niveau élevé.

Monsieur L : D’accord.

C : Et je voudrais le rédiger en trois aspects. Dans un premier lieu, je vais présenter généralement les caractéristiques des phonèmes français et celles des phonèmes chinois. Puis dans la deuxième partie, les difficultés rencontrées par les sinophones lors de leur apprentissage de la phonétique française seront présentées. Il s’agit des phonèmes qui n’existent pas dans la langue chinoise, et des difficultés dues aux influences dialectales dans certaines provinces chinoises. Enfin pour la troisième partie, je proposera quelques mesures qui visent à éliminer les barrières citées dans la deuxième partie, je vais trouver quelques méthodologies pour supporter cette partie.

Monsieur L : Bien. Quelle formation vous avez suivi sur la prononciation ?

C : J’ai un cours de « Phonologie et système graphique du Français », et j’ai aperçu qu’il y a une différence entre l’enseignement de la prononciation française entre la Chine et la France.

Monsieur L : Par exemple ?

C:Quelques phonèmes ne s’enseignent pas de la même façon, par exemple on utilise /ɑ/ pour transcrire la lettre « a » lors qu’il faut utilise /a /.

Monsieur L : C’est vrai ? /ɑ/et /a / sont deux phonèmes bien différents.

C : Voilà. Plein de choses comme ça.

Monsieur L : D’accord. Je pense que ton mémoire est faisable et je ne suis pas inquiète de ça. Pour les méthodologies utilisées dans la troisième partie de mémoire, je vous invite à aller sur mon blog et à lire mon livre, ce livre est accessible dans la librairie près de ce bâtiment.

C : Ah oui je sais, merci beaucoup.

Monsieur L : J’espère que tu peux finir la lecture de ce livre avant le prochaine entretien, et on le discutera ensemble.

C:Merci beaucoup monsieur pour tes propositions utiles

Monsieur L : N’hésitez pas de m’adresser si vous avez des questions. Si je ne vous répond pas immédiatement, c’est parce que parfois l’internet ne marche pas très bien, c’est pas que je suis fâché.

C : (rire) Je sais, merci beaucoup monsieur, c’est gentil. Bonne soirée ! Au revoir !

Y : Allez ! Bonne soirée ! Au revoir !

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Les difficultés d’apprentissage de la phonétique française pour des sinophones et des propositions pour la conception des exercices articulatoires

Problématique

L’importance de la communication rend la phonétique primordiale dans l’enseignement de la langue française. En raison de l’écart considérable entre le français et le chinois, deux langues d’origines très différentes, les Chinois rencontrent beaucoup de difficultés lors de leur apprentissage de la phonétique française, notamment la prononciation des phonèmes qui n’existent pas dans la langue chinoise. Bien qu’ils aient un niveau élevé du français, beaucoup de chinois ont toujours du mal à prononcer certains phonèmes.

Justification du choix

Mon choix des Chinois comme le public étudié de mon mémoire se justifie par la forte possibilité qu’ils seront le public visé dans mon futur travail du FLE. Jusqu’à maintenant, nous pouvons trouver de nombreuses recherches et d’exercices sur la prononciation française. Pourtant celles qui visent les problèmes des sinophones sont tellement minimes, et des difficultés ne sont pas efficacement résolues. Mon mémoire vise donc à catégoriser et analyser concrètement des phonèmes difficiles à prononcer chez les sinophones dans l’apprentissage de la prononciation française, puis trouver des solutions efficaces et pratiques selon chaque phonème questionné, qui peuvent être utilisées dans un cadre institutionnel.

Déroulement

Mon mémoire se constituera en trois grandes parties.

Dans un premier lieu, les caractéristiques des phonèmes français et celles des phonèmes chinois seront présentées d’une façon générale afin d’amener une étude comparative.

La deuxième partie sera consacrée aux difficultés rencontrées par les sinophones lors de leur apprentissage de la phonétique française. On traitera ce sujet à partir de deux aspects. L’un se centre sur des phonèmes qui n’existent pas dans la langue chinoise. L’autre concerne des difficultés dues aux influences dialectales dans certaines provinces chinoises. Dans chaque aspect, des fautes commises par les sinophones sur des phonèmes français seront citées avec argumentations.

Dans la troisième partie, on proposera quelques mesures qui visent à éliminer les barrières citées dans la deuxième partie. Ces méthodes pourront être employées dans une classe de FLE. C’est la partie la plus importante du mémoire. Premièrement, on distinguera quelques moyens erronés utilisés actuellement en Chine dans l’enseignement de la phonétique française, et expliquera les raisons pour lesquelles ils sont erronés. Ensuite, un concept cité plusieurs fois dans les œuvres de Monique Callamand——contexte facilitant, sera présenté. Grâce à ce concept, on proposera des règles employables dans la conception des exercices correspondants à chaque phonème.

Bibliographie

  1. Callamand, M. Méthodologie de l’enseignement de la prononciation [M]. Clé international, 1981
  2. Callamand, M.& Pedoya, E.Phonétique et enseignement[J]. Le Français dans le Monde 182 :56-58, 1984
  3. Louis Porcher Simples propos d’un usager [J].études de Linguistique Appliquée 66 :135, Didier-Erudition,1987
  4. Léon, P.& Léon, M. Introduction à la Phonétique corrective [M]. Hachette-Larousse, 1964
  5. Renard, R Introduction à la méthode verbo-tonale de correction phonétique [M]. Paris Didier, 1971

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts