Archives par mot-clé : projet

Projet « dis-moi dix mots »

1

Ce projet est un projet à l’échelle internationale. Il se tient chaque année de septembre à juin. L’intérêt est de travailler sur dix mots, pour s’exprimer et sous une forme littéraire ou artistique. Ce projet est destiné à tous les amateurs du français et à tous les francophones.

Ces dix mots sont choisis par le partenaire francophones: la France, la Belgique, le Québec, la Suisse et l’Organisation internationale de la Francophonie (qui regroupe 77 Etats et Gouvernements dans le monde). Chaque mot choisi est lies à une culture particuliere francophone.

Il y a plusieurs concours a partir de ces dix mots. Par exemple, il y a un concours qui s’agit de réaliser collectivement un oeuvre artistique ou littéraire en s’appuyant sur un ou plusieurs des dix mots de l’année en cours. L’idée est de stimuler la créativite des participants autour des capacités expressives propres au français en tant que langue de culture.

Un autre concours qui s’agit de réaliser une image avec plus de 3 mots choisis dans l’édition de l’année en cours. L’idée est de favoriser l’appropriation des mots et le travail sur la langue français, en mettant aussi l’évidence sur la créativite.

Les consignes des concours sont indiguées sur le site de dis moi dix mots.

Dans la rubrique « chaine des mots », nous pouvons trouver des histoires derrière tous les dix mots.

Cette année les dix mots sont amalgame, bravo, cibler, grigri, inuit(e), kermesse, kitsch, sérendipité, wiki et zénitude. Mais l’inscription est déjà fermée(15 fév). La caractéristique de ces dix mots est que les origines de ces mots sont les pays étrangers, c’est-à-dire les pays autre que la Fance, et ils existent maintenant dans la langue française.

Ce projet me donne beaucoup d’inspirations, je peux l’adopter dans le système d’enseignement chinois en changeant quelques principes.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Les mots-clés

En travaillant sur le colloque du DILTEC du 20, 21 et 22 juin 2012, je suis tombée sur un article intéressant : « Dispositifs multimédia et formation des futurs enseignants de langue » (1) par Dagmar Abendroth-Timmer et Jose I.Aguila Rio.

Ces deux auteurs nous parlent d’un projet d’apprentissage collaboratif.

Collaboratif. Collaboration. Collaborer.

C’est justement ce que cherche à nous faire faire Serge Martin pour ce nouvel article.

Faire collaborer des mots, trouver des mots-clés.

Ainsi, dans cet article, les mots qui me semblent importants à retenir sont au nombre de cinq : projet, collaboration, apprentissage, construction et engagement.

En effet, il me semble qu’ils résument particulièrement cette lecture.

Les auteurs rapportent le projet de travail en tandem qu’ils ont mis en place. 21 étudiants internationaux se sont vu offrir cinq tâches à effectuer et à soumettre à leurs tuteurs selon un calendrier. De niveau master, et futurs enseignants de langue, ils devaient travailler sur des corpus de textes rédigés en différentes langues et ayant pour sujet l’acquisition et la didactique des langues et les TICEs. L’article révèle les effets positifs du travail de groupe : autonomie, collaboration, prises d’initiatives, solidarité mais aussi construction de leur identité d’enseignant, motivation et engagement.

Le poids des mots clés est important : non seulement ils se réfèrent à cet article mais en plus ils peuvent en lier d’autres.

 

 

 

(1) DILTEC, Langages, cultures, sociétés : interrogations didactiques, Paris : Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, Colloque des 20-21-22 juin 2012.

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Quel lien fais-tu entre ton parcours plurilingue et ton projet de mémoire ?

Dans le cadre d’un séminaire, une étudiante et sa simulée directrice de recherche simulent toutes deux un entretien.

Les contours et alentours de l’histoire d’un lien entre des  trajectoires plurilingues, un parcours professionnel et un projet de mémoire se dessinent…

Avant de rendre conte (non ce n’est pas une faute d’orthographe, c’est un « je » de mots et jeu de méthodes qui joue à penser sa pensée en mot différent) de cette simulation d’entretien conduite par la responsable du séminaire et observée par une doctorante en partage d’histoires et de recherches avec nous,  évoquons, rappelons le contexte : 8 décembre la professeure nous demande d’écrire, de raconter dans un Journal de Formation et de Recherche, baptisé de l’acronyme  : (JDFR), une biographie langagière sur nos parcours plurilingues, exolingues respectifs. (Ce JDFR n’est d’ailleurs pas sans rappeler les fameux Carnets de Bruno LATOUR)

Faites des ponts, des passerelles qui nous dit DIDI, alors on va pas se gêner ! 

Concernant le texte ou l’histoire du  parcours plurilingue,  le « je » de la chercheuse n’a pas pu l’écrire tout de suite, car trop d’images lui revenaient à l’esprit du »je » apprenante qu’elle fut,  qu’elle demeure et qu’elle sera du reste… c’est la raison pour laquelle en pensant aux tangentes et  parallèles de « méthodes » entre, L’ Atlas, ou le gai savoir inquiet,  de Didi Huberman et l’ouvrage de recherche dirigé par Muriel Molinié Le dessin réflexif. Élément pour une herméneutique du sujet plurilingue lui est venue l’idée saugrenue ? Ou singulière ? Nous n’en savons  rien pour l’instant, de dessiner son parcours plurilingue-exolingue.

Quel titre avez-vous donné à votre dessin réflexif  et quel dessein plurilingue exolingue en retenez-vous ?

(C’est une question fictive qui ne lui a pas été posée mais que l’on imagine que l’on pose)

Sa réponse fut nette et réelle, dessin à l’appui :

 « – Voyages-danse et traversée des langues »

C’est en faisant ce dessin qu’ont alors émergé des liens qu’elle ne soupçonnait même pas ! Elle n’a pas encore eu le temps de le scanner son dessin, mais elle envisage de le faire.

Le « je » de chercheuse peut cependant se décrire brièvement. Elle a dessiné des empreintes de pas sur un sentier qui à un moment donné se démultiplie lui-même. D’un sentier relativement large du coin inférieur gauche de la feuille on passe à six sentiers qui pourtant se rejoignent en un point de la feuille, non loin du coin supérieur droit de celle-ci . Une trajectoire en ascension diagonale… Intéressant ! Cela nous donne matière à réfléchir, cette ascension en diagonale, ces empreintes de pas… Pour ceux et celles qui suivent le séminaire des Littératures de Jeunesse en FLE/FLES de Monsieur Serge Martin, cela ne vous rappelle rien ? Et bien, sachez que nous restons interloqués car en effet, cette semaine a été parcouru un album qui décrivait l’histoire de pas dans la neige d’un petit garçon, d’un oiseau, d’un chien, d’un papa…Une histoire sans paroles mais dont les PAS sont Rôles et empreintes de construction d’histoires… Que pourrions-nous dire de cette représentation ? Alors est-ce le fruit du hasard ou un dessin prémonitoire que celui des Voyages-danses et traversées des langues ! Et vers quel dessein cela nous emmène-t-il ?

Vers la continuité  d’un  travail d’écriture : le 15 décembre,  une simulation orale de conduite d’entretien est menée, dans une démarche de recherche qualitative, celle-ci est  organisée et expérimentée en binômes.

L’enseignante-chercheuse explique dans un premier temps sa démarche en tant que chercheuse qualitative pour ensuite poser la question fatidique à l’enseignante-chercheuse en herbe :

« – Quel lien fais-tu entre ton parcours plurilingue, exolingue, ton parcours professionnel et ton projet de mémoire ?(elle passe du « vous » au « tu »,  intéressant aussi, didascalie oblige).

– Le fait de faire un dessin réflexif sur mon propre parcours plurilingue, exolingue, m’a permis de dégager un premier lien entre mes axes de recherche du mémoire et mes parcours plurilingues, exolingues et professionnels, ++++ c’est la notion de chemins pluriels, de sentiers d’apprentissages par lesquels nous sommes passés nous-mêmes, +++ en ce qui me concerne,  pour apprendre l’italien, l’anglais, l’espagnol, la langue des signes françaises,  le tibétain

– D’ailleurs, pourquoi le tibétain ?

C’est d’abord une motivation d’ordre philosophique et de recherche intérieure qui  m’a conduit à m’intéresser au tibétain, je suis restée au côté d’un lama tibétain durant huit ans et c’est aussi au contact de ce lama tibétain que j’ai été amené au croisement et à la croisée des langues. En effet, j’ai été amené à accompagner cet instructeur/enseignant dans la transmission de ses savoirs et expériences en matière de concepts philosophiques sur le bouddhisme, et la transmission de ses expériences de pratiques méditatives. Je traduisais en français, ce qu’il développait, argumentait en anglais. Parfois d’ailleurs, certains mots tibétains étaient difficilement traduisibles en anglais ou en français, c’est la raison pour laquelle j’ai commencé ainsi à apprendre à lire et écrire en tibétain…comprendre certains mots spécifiques à cet enseignement et ainsi petit à petit, en utilisant parfois nombre de périphrases et jonglage entre des mots anglais, des mots français que j’ai réussi à traduire au plus près ce que le mot tibétain voulait véhiculer comme concepts, idées, pensées, réflexions etc. Cela n’a pas toujours été facile et curieusement, merci au latin, j’avais souvent recours à un dictionnaire latin/tibétain pour traduire au plus prés du sens qui était donné.Un autre lien qui pour moi est très important, c’est celui de la notion de rencontres et d’accompagnements. Ensuite, d’autres chemins, qui sont quant à eux en lien avec une dimension créatrice,  à savoir l’invention de langues « à l’envers »  ou étranges dans les contes que j’écris, par rapport à des univers d’enfances, mais aussi celle que j’ai créée que j’appelle « langue elfique » pour des compositions-interprétations musicales personnelles, qui invitent à l’imaginaire, aux voyages, à la rêverie .

  La notion de « voyage » aussi, ceux que l’on fait certes géographiquement mais aussi intérieurement grâce aux univers pluriels des langues en soi, comment ces langues nous habitent ? Nous véhiculent ? Nous transitent ? Comme on transite avec elles dans la vie…dans nos vies…

Un autre lien serait la notion de distanciel-présentiel et distance-présence à soi-même, dans des parcours d’apprentissage et la manière dont on peut bien ou mal les vivre. En ce qui me concerne, j’ai deux parcours par le biais du CNED et de leur plateforme qui sont loin d’avoir été faciles à vivre, notamment l’un d’entre eux a engendré l’abandon d’un cursus universitaire en Lettres Modernes, j’étais alors à Montpellier, je traversais des conditions matérielles très difficiles, je devais nécessairement travailler à côté. Un sentiment d’échec sur lequel j’ai dû longtemps travailler à alchimiser +++ Cette expérienciel d’un enseignement à distance, m’a conduit durant mon activité professionnelle,  à déployer autant d’efforts que possibles pour la mise en place de stratégie, de méthodes, mais aussi des choix pédagogiques, en tant qu’ enseignante formatrice, afin que « mes apprenants » n’aient pas à vivre ce que j’ai vécu et qui sans nul doute, me conduit  aujourd’hui,  en tant qu’enseignante-chercheuse à réfléchir sur l’accompagnement de l’apprendre à apprendre une langue et au-delà de l’accompagnement tout court, celui de l’humain dans ses trajectoires, ses sentiers migratoires, ses embûches, ces processus de mise en échec, ses obstacles en matière d’évolution professionnelle et personnelle par rapport à des besoins, des désirs de changement de vie, d’environnements etc. »

Très bien, donc si on résume avec des mots clés : la notion de voyages, d’accompagnement dans les trajectoires d’apprentissage, du comment accompagner, de quel accompagnement, de la manière dont se vit, le distanciel, le présentiel, la distance aussi par rapport à son propre parcours de formation, et à travers ces notions de distanciel-présentiel,  il y a distance, se distancier, réfléchir sur et en soi même, quelque chose de l’ordre de la présence à soi, à l’apprentissage, la manière dont il se vit, bien ou pas. Très bien, merci à toi pour ce partage qui je l’espère va te permettre d’échanger maintenant avec MJ (la doctorante observatrice).

L’enseignante chercheuse en herbe demande à MJ de bien vouloir parler de ses impressions par rapport à la conduite de l’entretien lui même, de ce qui s’est dit, écouter, échanger etc, qu’est ce qui ressort des dires qu’elle a eus ? Elles se remercient chaleureusement. MJ lui dit qu’elle lui enverra par courriel ses notes pour qu’elle puisse en rendre compte dans la présentation du journal qu’elle devra faire le 12 janvier prochain.

Le séminaire se termine par la question d’Ayuna sur la présentation du journal au sens de la forme et du fond, car dit-elle, elle envisagerait de présenter celui-ci sous la forme d’un « Mind Mapping », ou d’une présentation « Prezzi », deux applications multimédia très intéressantes, très visuelles.

La professeure dit que la forme de présentation est libre, d’ailleurs ceux et celles qui ont assisté à la journée de Recherche à Censier, vous vous souvenez de l’intervention de Myriam Suchet, alors pourquoi pas proposer votre poster de recherche le 12 janvier,cela pourrait être intéressant !!!

Bonnes vacances !!!

 

 

Ayuna Contoli

Stagiaire en formation continue FCP3 Paris Sorbonne Nouvelle. en congé individuel de formation (C.I.F) hors temps de travail. Inscrite en Master 2 Recherche DFLE En reprise d'études. Je bénéficie de six années d'expériences dans la formation pour adultes. J'ai dispensé des cours de Français Langue Étrangère, d'alphabétisation, de remise à niveau en Français, au sein d'une association. Des cours de bureautique, création de plateformes collaboratives, de sites web, de plateformes E-Learning. (Moodle et Schoology). J'ai donc interrompu mes études depuis 15 ans. Par le biais d'un dossier de Validation d'Acquis Personnels et Professionnels (VAPP), la commission pédagogique de l'université de la Sorbonne a statué favorablement à mon intégration en Master 2 Recherche DFLE.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Ecrit sur le projet de mon mémoire

Mon mémoire se construit sur la base de mon travail encadré de recherche puisque je compte l’approfondir en posant de nouvelles problématiques. Pour ce faire, j’ai suivi le conseil du directeur de mémoire en m’imprégnant des théories de W.D Winnicott. De ce fait, je me suis intéressée aux quatre ouvrages suivants : La consultation thérapeutique et l’enfant, Jeu et réalité, L’enfant et sa famille et Processus de maturation chez l’enfant. Mon TER manquait de recherches théoriques d’où mon intérêt porté à cet auteur. Il m’a semblé intéressant de procéder selon la démarche explicitée par Emile Benveniste dans Dernières leçons-Collège de France en soulevant de nouvelles problématiques afin de trouver d’autres réponses pour préciser mon sujet. En effet, j’ai pris conscience que j’avais, certes, parlé du livre comme pouvant être un objet transitionnel, mais je n’avais pas réellement défini la nature même d’un objet transitionnel. Les œuvres de Winnicott mettent l’accent sur l’espace transitionnel plutôt que sur l’objet en lui-même. Cet espace est représentatif d’un changement d’état de l’enfant. Cette transformation se fait dans le temps. L’objet transitionnel intervient alors pour rassurer et donner un sentiment de sécurité à l’enfant qui se voit angoissé par cet état de changement, par la transition qui s’opère. C’est une défense contre l’angoisse.

Dans mon TER, j’ai beaucoup parlé de mes expériences en stage de maternelle, j’ai donc récolté beaucoup d’informations autour de l’utilisation du livre par les enfants. Je veux maintenant expliciter en quoi un objet est transitionnel. De ce fait, je pense ajouter une partie à mon TER afin de mettre en lumière les notions d’ « objet transitionnel » et d’ « espace transitionnel ». Je veux montrer que la relation objectale, donc la relation qui lie un enfant à son objet, est unique d’un enfant à l’autre puisque la symbolique est elle-même créée par l’enfant. L’espace transitionnel est alors une aire neutre dans laquelle se déroule tout un champ d’expérience. L’enfant est face à une transition, mais il doit apprendre à progresser seul, d’où le fait de ne pas s’interposer dans cette relation objectale créée par l’enfant.

Outre le fait de m’intéresser à la nature de l’objet transitionnel, il faut que je continue à développer de nouvelles problématiques autour du livre. En effet, j’aimerais aussi découvrir de nouvelles fonctions qui permettraient à l’enfant de faire cette transition entre la famille et la petite section de maternelle. Je vais donc continuer à me documenter et chercher d’autres caractéristiques qui permettront de compléter mon sujet. Je me suis inspirée des albums de Claude Ponti, il me faudrait alors peut-être continuer dans cette voie et en analyser d’autres comme je l’ai fait pour L’Album d’Adèle. J’accorde toujours beaucoup d’importance au format, aux couleurs et aux images que présentent les albums, mais je pourrais peut-être m’intéresser aux livres animés, qui je pense, aident beaucoup les enfants à oublier le chagrin provoqué par la séparation lors de la rentrée en classe. J’ai constaté ceci lors de stage d’un mois en petite section, ainsi il me semble pertinent de lier mon sujet avec les albums qui proposent beaucoup de manipulations. Les apprentissages en maternelle sont d’ailleurs majoritairement basés sur la manipulation, je m’en suis rendu compte, ce qui me permet de soulever ce nouvel aspect. Je pourrais éventuellement m’intéresser aux albums pop-up, mais d’après mes observations, les enfants paraissent totalement absorbés lorsqu’ils sont face à un album avec des choses à manipuler. L’album propose de nombreuses caractéristiques qu’il me faut encore découvrir et analyser, d’où le projet de me poser de nouvelles questions. Il y a toujours une intention d’auteur derrière les albums qu’il me faut découvrir, suscitant l’engouement et la curiosité chez les enfants. Ce n’est donc pas un hasard si les albums en petite section font, pour une grande partie, l’objet d’une manipulation pour être découverts. D’après mes observations en stage, l’enfant se focalise beaucoup sur ce genre d’albums, il me faut alors en découvrir et en expliquer la raison. A ceci s’ajouteront des recherches théoriques à partir des œuvres de Winnicott pour préciser et compléter les propos de mon TER.