Archives par mot-clé : problème

Ecrit sur le projet de mon mémoire

Mon mémoire se construit sur la base de mon travail encadré de recherche puisque je compte l’approfondir en posant de nouvelles problématiques. Pour ce faire, j’ai suivi le conseil du directeur de mémoire en m’imprégnant des théories de W.D Winnicott. De ce fait, je me suis intéressée aux quatre ouvrages suivants : La consultation thérapeutique et l’enfant, Jeu et réalité, L’enfant et sa famille et Processus de maturation chez l’enfant. Mon TER manquait de recherches théoriques d’où mon intérêt porté à cet auteur. Il m’a semblé intéressant de procéder selon la démarche explicitée par Emile Benveniste dans Dernières leçons-Collège de France en soulevant de nouvelles problématiques afin de trouver d’autres réponses pour préciser mon sujet. En effet, j’ai pris conscience que j’avais, certes, parlé du livre comme pouvant être un objet transitionnel, mais je n’avais pas réellement défini la nature même d’un objet transitionnel. Les œuvres de Winnicott mettent l’accent sur l’espace transitionnel plutôt que sur l’objet en lui-même. Cet espace est représentatif d’un changement d’état de l’enfant. Cette transformation se fait dans le temps. L’objet transitionnel intervient alors pour rassurer et donner un sentiment de sécurité à l’enfant qui se voit angoissé par cet état de changement, par la transition qui s’opère. C’est une défense contre l’angoisse.

Dans mon TER, j’ai beaucoup parlé de mes expériences en stage de maternelle, j’ai donc récolté beaucoup d’informations autour de l’utilisation du livre par les enfants. Je veux maintenant expliciter en quoi un objet est transitionnel. De ce fait, je pense ajouter une partie à mon TER afin de mettre en lumière les notions d’ « objet transitionnel » et d’ « espace transitionnel ». Je veux montrer que la relation objectale, donc la relation qui lie un enfant à son objet, est unique d’un enfant à l’autre puisque la symbolique est elle-même créée par l’enfant. L’espace transitionnel est alors une aire neutre dans laquelle se déroule tout un champ d’expérience. L’enfant est face à une transition, mais il doit apprendre à progresser seul, d’où le fait de ne pas s’interposer dans cette relation objectale créée par l’enfant.

Outre le fait de m’intéresser à la nature de l’objet transitionnel, il faut que je continue à développer de nouvelles problématiques autour du livre. En effet, j’aimerais aussi découvrir de nouvelles fonctions qui permettraient à l’enfant de faire cette transition entre la famille et la petite section de maternelle. Je vais donc continuer à me documenter et chercher d’autres caractéristiques qui permettront de compléter mon sujet. Je me suis inspirée des albums de Claude Ponti, il me faudrait alors peut-être continuer dans cette voie et en analyser d’autres comme je l’ai fait pour L’Album d’Adèle. J’accorde toujours beaucoup d’importance au format, aux couleurs et aux images que présentent les albums, mais je pourrais peut-être m’intéresser aux livres animés, qui je pense, aident beaucoup les enfants à oublier le chagrin provoqué par la séparation lors de la rentrée en classe. J’ai constaté ceci lors de stage d’un mois en petite section, ainsi il me semble pertinent de lier mon sujet avec les albums qui proposent beaucoup de manipulations. Les apprentissages en maternelle sont d’ailleurs majoritairement basés sur la manipulation, je m’en suis rendu compte, ce qui me permet de soulever ce nouvel aspect. Je pourrais éventuellement m’intéresser aux albums pop-up, mais d’après mes observations, les enfants paraissent totalement absorbés lorsqu’ils sont face à un album avec des choses à manipuler. L’album propose de nombreuses caractéristiques qu’il me faut encore découvrir et analyser, d’où le projet de me poser de nouvelles questions. Il y a toujours une intention d’auteur derrière les albums qu’il me faut découvrir, suscitant l’engouement et la curiosité chez les enfants. Ce n’est donc pas un hasard si les albums en petite section font, pour une grande partie, l’objet d’une manipulation pour être découverts. D’après mes observations en stage, l’enfant se focalise beaucoup sur ce genre d’albums, il me faut alors en découvrir et en expliquer la raison. A ceci s’ajouteront des recherches théoriques à partir des œuvres de Winnicott pour préciser et compléter les propos de mon TER.

Benveniste nous éclaire sur la problématique : une pensée par problèmes…

Le séminaire « Dire, lire, Écrire » propose aux étudiants quatre cercles d’études. Suite au premier rassemblement du cercle  «Langage », nous y avons exercé seul des lectures puis nous sommes entrés dans des discussions en groupe composées de critiques à l’égard des différents textes étudiés. Ce genre de séance permet de lire et d ‘écrire pour le mémoire du master.

Pour introduire la lecture du recueil d’articles Problèmes de linguistique générale d’Émile Benveniste, nous avons étudié l’article de Chloé Laplantine publié sur Acta le 15 octobre 2012. Elle propose les réflexions de Benveniste sur l’écriture dans des extraits des Dernières leçons1 pour ceux ou celles qui seraient intéressés. Elle nous présente Émile Benveniste et montre à quel point « les problèmes2 » sont au cœur des écrits de ce dernier. C’est intéressant en effet puisqu’il y a dans notre travail encadré de recherches (TER et mémoire) une problématique à formuler et travailler.

     Alors, qu’est-ce que problématiser selon Benveniste ?

Pour commencer, Émile Benveniste (1902-1976) était un théoricien, linguiste d’une nouvelle linguistique celle de l’énonciation. Il voulait sortir des règles de la langue pour prendre en compte les situations c’est  à dire les personnes qui parlent. C’était également un grand spécialiste de la grammaire des langues indo-européennes.

Pour comprendre ce qu’est que problématiser chez Benveniste il faut comprendre sa démarche. Il questionne son objet « le langage » à travers l’étude de problèmes précis. Il présente comme un émiettement de la pensée. Pourtant ce qu’il a écrit montre la cohérence et la force d’une pensée par problèmes et par cette dernière il a d’ailleurs prolongé le Cours de linguistique généralede Ferdinand Saussure.

Ces « problèmes » apportent dans l’ensemble une contribution à une grande problématique. Cette véritable pratique continue ne restitue pas un savoir mais interroge indéfiniment. Dans les Dernières leçons, ces écrits témoignent d’une démarche scientifique et pédagogique qui en est en quelque sorte une pensée au travail.

Il laisse place aux questionnements, aux doutes, il veut seulement voir, critiquer, inclure. Il saisit des problèmes concrets avec une pensée modeste. Julia Kristeva parle de son œuvre dans l’introduction aux Dernières leçons comme étant un « inachèvement » nécessaire de la pensée, car « l’expérience du langage » est inachevée. Il réalise un travail concret, une véritable pensée qui permet de se situer intellectuellement, d’observer précisément et de s’engager.

Il est toujours attentif et critique à propos des questions de méthode, il se fonde donc sur des données concrètes et historiques car il y interroge « les solutions que l’Homme a donné aux problèmes », rencontre des difficultés parfois mais songe à des solutions nouvelles.

La théorie ne s’applique pas, elle n’est pas première mais se découvre à travers l’analyse de problèmes. Benveniste a écrit :

« Une méthode aux prises avec les difficultés d’un problème réel se laisse au moins juger sur les solutions qu’elle propose, tandis qu’à raisonner sur des conclusions acquises, on est sûr de gagner sans risque, et de n’enseigner que le connu.»

Je finirai donc sur cette citation peu évidente à comprendre à la première lecture, qui enfaite signifie que la méthode de Benveniste apporte des solutions et non des conclusions acquises sinon il ne ferait que faire ce qui est déjà connu. Il inclut son lecteur et ses problèmes sont sans cesse remis en cause.

 Pour ma part, problématiser c’est procéder par tâtonnements, débuter par des questionnements, par élans de curiosité continue, par des « controverses », des critiques en essayant de faire le plus souvent référence à des écrits scientifiques. Il s’agit d’un travail important de lecture, une volonté  d’amélioration de ce qui a déjà été fait, une volonté de perfection illusoire et d’aller plus loin. C’est tenter d’apporter à ces interrogations des solutions discutables par des recherches longuement réalisées, avec le plus de données possibles afin d’enrichir sa propre pensée et assurer un écrit vraisemblable. Effectivement les étudiants ont une soutenance de TER. Ils devront maîtriser et défendre leur sujet puis ils seront confrontés aux questions de leurs auditeurs, d’où l’importance d’une problématisation finalement discutable et bien maîtrisée par les étudiants. 

1 De la fin de la « leçon 7 » à la « leçon 15 ».

2  Figurant également dans le titre Problèmes de linguistique générale.

Continuer la lecture de Benveniste nous éclaire sur la problématique : une pensée par problèmes…

Qu’est-ce qu’une problématique selon Emile Benveniste ?

On définit souvent la problématique comme un ensemble de questions que l’on se pose pour traiter un sujet particulier. Emile Benveniste, dans Problème de linguistique générale, nous propose une définition de celle-ci plus précise et plus complète. Cela pourrait ainsi aider les étudiants, préparant un mémoire par exemple, à mieux interpréter ce en quoi elle consiste réellement et donc à s’en servir de manière plus productive.

Selon Benveniste, les questions posées se transforment en “problèmes” si elles constituent ce que l’on nomme une problématique. Mais cela ne se résume pas seulement ainsi. Il y a également une dimension de “l’inachevé” qui inclut le fait que cette grande question – pour lui: le langage –  n’a pas et n’aura jamais de réponse définitive. Il nous faut donc construire une méthode qui va être juger aux solutions qu’elle va proposer. Car si on raisonne uniquement sur des conclusions déjà acquises, on n’apprend rien de nouveau et le travail pourrait s’avérer stérile. Notons de même que la place du lecteur est essentielle dans la pensée d’Emile Benveniste. On va l’obliger à s’interroger aussi, à poser des problèmes qui ne seront pas forcément les mêmes que ceux qui sont exposés. Le lecteur est donc inclus dans l’écriture ; ce qui va la rendre d’autant plus intéressante. Les modalités de recherche de Benveniste sont ainsi basées sur une pensée modeste et une pensée du doute que les expressions suivantes signalent explicitement : “Je commence à douter que la langue appartienne à la sémiotique”, “Je veux seulement voir quelles solutions l’homme a données au problème de la représentation graphique” (p.86 et p.100 des Dernières leçons).

Grace au point de vue de Benveniste, nous pouvons donc donner une définition à la problématique claire et complète. Elle n’est pas seulement un ensemble de questions visant à en répondre à une grande. Elle permet d’inclure le lecteur et est sans cesse remise en cause.

Michèle Cavoit

Une problématique avec Benveniste

Je vais tenter de définir le terme de problématique selon Émile Benveniste. Pour ce faire, je vais m’appuyer sur le texte de Chloé Lapantine « Faire entendre Benveniste » (http://www.fabula.org/revue/document7280.php) qui dans cet article fait une synthèse de sa pensée. Selon Benveniste, la problématique est une façon de concevoir « une pensée par problèmes 1». Elle s’englobe en un ensemble divisé en problèmes.Pour problématiser, la démarche doit suivre différentes attitudes. Tout d’abord, l’auteur doit se remettre en cause en permanence quant à son choix de problématique : « je commence à douter que la langue appartienne à la sémantique 2». De plus, l’auteur face à sa problématique doit faire preuve de modestie, il va essayer de trouver des réponses à ses problèmes sans être jamais sûr d’y parvenir : «  je veux seulement voir quelles solutions 3». La problématique fait une place au lecteur qui doit, à son tour, se poser des interrogations sur le sujet. Le lecteur va certainement se poser d’autres problèmes que l’auteur lui-même. Problématiser signifie théoriser dans le sens où l’auteur doit se baser sur du concret : « se fonder sur des données concrètes, historiques 4».  Cependant, Benveniste souligne le fait que penser en termes de problématique nous engage vers une démarche qui reste souvent sans réelles solutions : « c’est un inachèvement de la pensée5 ».

En conclusion, la conception d’une problématique, pour Benveniste, semble être un ensemble de problèmes qui doit être sans cesse interrogés sur des bases concrètes et être toujours remis en cause par le doute et la modestie de l’auteur.

Claire Jacoutot

1Benveniste Emile, Dernières leçons -Collège de France (1968-1969), Paris : Les éditions du Seuil, coll « Hautes Études », 2012, 216 p

2Benveniste Émile, Dernière leçons –  Collège de France (1968-1969), Paris : Les éditions du Seuil, coll « Hautes Études », p 86

3Benveniste Émile, Dernière leçons –  Collège de France (1968-1969), Paris : Les éditions du Seuil, coll « Hautes Études », p 100

4Benveniste Émile, Dernière leçons –  Collège de France (1968-1969), Paris : Les éditions du Seuil, coll « Hautes Études », p 100

5Benveniste Emile, Dernière leçons –  Collège de France (1968-1969), Paris : Les éditions du Seuil, coll « Hautes Études , p 16

Entrer en recherche : impliquer des conceptualisations croisées pour entretenir des problèmes et controverses

Comment entrer en recherche ?

Il ne suffit pas d’emprunter des outils “théoriques”, de citer des “autorités” scientifiques, de mimer des phrases “savantes“…

Entrer en recherche est un travail que ces “clés” n’ouvrent pas au risque de se contenter d’appliquer, de faire allégeance ou d’imiter, bref tout le contraire de ce qu’exige la recherche qui est l’entretien des problèmes et controverses.

(sur la notion de problème, voir Emile Benveniste et sa préface aux Problèmes de linguistique générale et sur celle de controverse, voir l’ensemble des travaux de Bruno Latour et bien évidemment son dernier – j’y reviendrai – : Enquête sur les modes d’existence).

 Entretenir problèmes et controverses permettrait alors non de se contenter de concepts (à appliquer voire à inventer) mais de s’impliquer dans des conceptualisations qui sont autant de situations d’une activité théorique et donc d’une pratique de recherche qui réinvente en se faisant procédures techniques, fictions narratives et inscriptions référentielles.

Pour ce qui concerne un mémoire de master en formation d’enseignants, j’aimerais proposer un ensemble concomitant et interférent de conceptualisations, partant de quatre notions associées : langage, racontage, expérience et constellation (on lira les références bibliographiques des cercles d’études de ce carnet de recherche en allant aux menus correspondants).

La notion de langage ici en conceptualisation n’est ni ni:

– la langue comme représentation historique de faits linguistiques (on sait qu’une langue n’est pas la même en situation selon les locuteurs : les qualifiants ne cessent de disqualifier ou sacraliser ces faits homogénéisés);

– une manière de dire ou un style d’expression voire une posture langagière;

La notion de langage viserait beaucoup plus des ensembles de gestes de vivre, gestes pleins de relation entre un je et un tu, un sujet devenant sujet par un autre sujet, une trans-subjectivité comme fondement d’une anthropologie lingusitique.

La notion de racontage ici en conceptualisation n’est ni ni:

– le contage ou l’oralisation d’une histoire, d’une narration dans des situations variées éducatives ou spectaculaires qui limitent la voix à du son ou de la communication ;

– la narration qui constitue le cadre d’une organisation de l’information sans considérer la voix et ses passages.

La notion de racontage viserait plutôt la relation des histoires par les voix et des voix par les histoires.

La notion d’expérience ici en conceptualisation n’est ni ni:

– la réduction d’une subjectivation à un objet comme on a pris souvent l’habitude de le faire par imitation des sciences de la nature, lesquelles devraient d’ailleurs dorénavant considérer les subjectivations qui portent leurs “objets”;

– la maîtrise d’une subjectivation qu’elle soit liée à l’âge, au métier ou à un type de savoir-faire et donc qu’elle s’isole dans un absolu homogène souvent déshistoricisé et toujours décontextualisé.

La notion d’expérience viserait plutôt des essais de vivre qui augmentent la force du vivant en subjectivation : ces essais ne peuvent qu’être relationnels et portés par du racontage entièrement langage.

La notion de constellation ici en conceptualisation n’est ni ni :

– le réseau s’achevant en organigramme dans une conception tabulaire où ne sont considérés que des rapports de termes et donc où ces derniers constituent les primats des relations, impliquant leur déshistoricisation ;

– le mythe qui organiserait depuis toujours une narration fixant les caractéristiques des termes (personnages, actions et valeurs).

La notions de constellation viserait plutôt des inventions de situations reliant des expériences (lectures, écritures et autres pratiques) et des discours (compte rendus sur et avec ces expériences) – au sens de subjectivations relationnelles – ce que les constellations stellaires ont toujours permis pour les navigateurs et les rêveurs.

Il me semble, en conclusion (forcément provisoire), que l’articulation de ces quatre conceptualisations, qui ont chacune leur autonomie dans des champs anciens de recherche, permettrait de tenir au plus vif la recherche en éducation s’agissant des implications décisives de l’art (y compris celui d’apprendre et d’enseigner), de l’enfance (sans limiter la notion à un démarquage biologique), de l’histoire (au sens des historicités) dans les pratiques langagières scolaires plurielles. Les tenir ensemble en faisant travailler les problèmes les plus empiriques souvent rapidement effacés par les concepts habituels, voilà l’enjeu de ces conceptualisations en regard des situations scolaires qui forment le terreau d’une entrée en recherche dans notre spécialité de master.

 Serge Martin

avec les “constellations” de Joan Miro des années 1940-41 (en pleine guerre…) et de prof Z sur BED (Blog.EspritDesign. com) sans oublier les gravures de Johannes Hevelius , Uranographia, 1690.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus