Archives par mot-clé : problème

Quand l’éducation est un problème : un coup d’oeil sur la situation espagnole

Je me souviens de la phrase que nous a dite un jour une enseignante d’histoire géographie que j’ai eu au collège :

« Moi, tant que la politique ne m’affecte pas dans ma privée… je n’en ai rien à faire. »

À douze ans j’ai trouvé cette phrase vraie, puis, de plus en plus stupide. C’est aujourd’hui en voyant le décret que le Conseil des Ministres espagnol a approuvé vendredi 30 janvier, que cette phrase perd encore une fois un peu plus de sens. Ce décret vise à uniformiser les années d’études supérieures en Espagne avec l’Europe. C’est-à-dire L+M ou 3+2 ans d’études.

Que signifie cela ? Pour nous faire une idée, en Espagne le prix d’une licence dépend du nombre de fois qu’on passe une matière en sachant que le système de compensation entre matières et semestres n’existe pas. Avoir sa licence en biologie, par exemple, équivaut à valider 240 crédits et on ne valide que lorsqu’on a la moyenne sur chacune des matières : 5/10.

Une année de licence qu’on a entièrement « du premier coup » équivaut à 60 crédits par an durant 4 ans, ce qui suppose que faire sa licence de biologie à l’Université Autonome de Barcelone coûterait exactement 2146 euros par an et ce, pour un étudiant qui ne repasse aucune matière. Sur le même système, étudier une licence de Lettres Modernes dans la même université, coûte 1516 euros par an, et ce, toujours pour quatre ans.

Qu’en est-il des masters ? Actuellement, on obtient en Espagne un master avec 60 crédits, soit une année universitaire. Pour nous faire une idée, toujours en validant chacune des matières la première fois, un master en Littérature comparée à la UAB coûte 3000 euros.

Les universités publiques ont même des « simulateurs de frais universitaires », où on peut calculer, en estimant le nombre de fois qu’on devra repasser une matière, quel va être le prix de notre savoir…

Quelle est la peur et l’indignation actuelle des étudiants espagnols ? Le fait de passer au système européen dévalorisera sûrement les licences (actuellement à la hauteur de bac +4) et obligera par conséquent à faire un master (dont les prix sont plus élevés et dont la durée augmentera d’un an) pour pouvoir se battre dans l’actuelle jungle impitoyable de la recherche d’emploi en Espagne.

Passons sur le fait que le ministre de l’éducation, José Ignacio Wert a affirmé, dans un pays où 24% de la population active est au chômage, que « les familles qui n’auront pas les moyens de payer les frais d’éducation seront celles qui ne veulent pas dédier leurs moyens à ce domaine et préfèrent les dépenser autrement »

http://www.oposicionesinfantil.org/2015/02/wert-las-familias-sin-dinero-para.html

Et demandons-nous quel est le danger du nouveau « découpage » qui réduit de 21% le budget de l’état consacré à l’éducation par rapport à 2012, soit une épargne de 3 milliards d’euros ?

Il s’agira de moins de professeurs, donc de plus d’heures de cours pour eux et d’une augmentation de 10% du nombre d’élèves par classe, qui est actuellement à 25 pour la maternelle et le primaire et à 30 pour les études secondaires. Une situation pénible pour ceux qui enseignent et ceux qui apprenent, ce sera aussi moins d’attention et de place pour chacun de ces apprenants qui, toujours selon le ministre, auront au moins l’avantage de « sociabiliser » comme il faut à l’école.

Quel avenir pour des sujets qui se sont développés dans cette éducation ? Autant de questions qui élèvent au ridicule ce que cette enseignante nous a dit il y a quelques années…

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts

La notion de problématique avec Benveniste

D’après un extrait du texte de Chloé Laplantine (Docteur en langue et littérature françaises), publié sur Acta le 15 octobre 2012 (http://www.fabula.org/revue/document7280.php.)

Le texte de Chloé Laplantine et les citations qu’elle propose d’Emile Benveniste (linguiste français notamment connu pour son recueil d’articles Problèmes de linguistique générale) permettent d’éclairer la notion de problématique, élément hautement important dans la construction d’un mémoire de recherche.

 

Chloé Laplantine explique que « sa théorie du langage [celle de Benveniste] dépasse les problèmes posés dans le cadre d’une discipline (la linguistique), car cette théorie du langage devient un point de vue pour parler de l’homme ». Si l’on observe cette citation au regard d’une problématique on peut en déduire qu’il s’agit de dépasser des problèmes standards, c’est-à-dire, pour ce qui nous intéresse à l’IUFM, de ne pas se concentrer par exemple sur ce qui poserait problème à un enseignant débutant mais ce qui pourrait intéresser tous les enseignants quelque soit le nombre d’années d’enseignement. Mais attention, pour autant il ne s’agira pas de donner une problématique trop générale : « questionner le langage à travers l’étude de problèmes précis [pour] la cohérence et la force d’une pensée par problèmes ». Ainsi ce que suggère Laplantine ici, c’est qu’il faut être rigoureux sur le choix du sujet, autrement dit réussir à le délimiter précisément. Pour ce qui nous concerne à l’IUFM il s’agira notamment de choisir un niveau – de la petite section de maternelle au CM2 – ou bien de choisir un mode de recueil de données (grille d’observation préparée à l’avance, entretiens – qui j’interroge? Comment je l’interroge? Qu’est-ce que je cherche à obtenir? Etc.). C’est donc, comme l’explique Laplantine, sur « des données concrètes » qu’il faudra étayer ce travail de recherche.

Benveniste nous en dit un peu plus sur la structuration d’une problématique: « Si on les a présentées [ces études] ici sous la dénomination de « problèmes », c’est qu’elles apportent dans leur ensemble et chacune pour soi une contribution à la grande problématique du langage. ». Ce que le linguiste explique c’est que chaque partie d’une étude pose un problème précis qui est inhérent à la problématique. Alors chaque problème a pour but à la fois d’éclaircir la problématique mais aussi de permettre d’y apporter des réponses. Il apparaît dès lors très important de se confronter à des problèmes clairement définis car ils vont diriger notre réflexion et notre recherche.

Autre point important dans un travail de recherche c’est d’avoir constamment un regard critique, à la fois sur ce que l’on lit, et à la fois, et surtout, sur sa propre réflexion. C’est ce qu’exprime Benveniste lorsqu’il évoque ses doutes : « Je commence à douter que la langue appartienne à la sémiotique. ». La remise en cause de son travail est toujours bénéfique et nécessaire, car soit cela permet d’assoir son raisonnement et de le développer, soit cela permet de faire de nouvelles recherches sur le sujet. Une attitude réflexive est donc indispensable dans un travail de recherche. A cela Laplantine ajoute un principe dont on doit se soucier lorsque l’on rédige un mémoire, la place du lecteur : « Cette place faite au questionnement, au doute, à l’inconnu est une place faite au sujet lecteur ou auditeur ». Par conséquent la rédaction d’un mémoire de recherche implique une réflexion sur la lecture que pourrons en faire les lecteurs potentiels, il est donc essentiel de les amener à s’interroger sur les problèmes soulevés dans ce travail.

En ce qui concerne les hypothèses que l’on peut faire dans ce type d’activité, il sera primordial de ne pas se contenter de donner un exemple de situation mais bien de l’analyser et de tenter de l’expliquer. Si cet exemple est à l’origine d’une hypothèse il s’agira de montrer comment cette situation particulière peut devenir une théorie plus générale. C’est en tout cas ce que l’on peut déduire des propos de Laplantine : « La théorie n’est pas première, elle ne s’applique pas, elle se découvre par l’analyse du fait particulier. ». On peut aussitôt ajouter à cette déclaration, une autre réflexion de Benveniste: « c’est que les événements empiriques n’ont de réalité pour l’analyste que dans et par le « discours » qui lui confère l’authenticité de l’expérience ». Autrement dit une situation rapportée n’a de sens et d’intérêt que si elle est examinée en profondeur.

Enfin, pour conclure sur ce que doit être une « pensée par problèmes », il faut comprendre que ce qui est capital c’est de s’engager pleinement dans une démarche de recherche. C’est-à-dire qu’il sera préférable de partir d’un problème et d’arriver à une « solution » concrète (l’objectif du mémoire n’étant pas d’arriver à une conclusion ferme et définitive) plutôt que de prendre comme point de départ une solution qui n’amènera pas finalement à de véritables savoirs. C’est en tout cas ce que l’on peut comprendre des propos de Benveniste : « une méthode aux prises avec les difficultés d’un problème réel se laisse au moins juger sur les solutions qu’elle propose, tandis qu’à raisonner sur des conclusions acquises, on est sûr de gagner sans risques, et de n’enseigner que le connu ».

Stéphanie Lallinec

La problématique selon Emile Benveniste

Cette réflexion a été conduite à partir de la lecture compte rendu de lecture de Dernières leçons-Collège de France (1968-1969) par Chloé Laplantine (http://www.fabula.org/revue/document7280.php)
Selon Emile Benveniste, une problématique est faite à partir de plusieurs problèmes différents que l’on doit définir à l’avance. C’est autour de problèmes concrets que l’on peut formuler une problématique. Problématiser revient alors à théoriser des problèmes concrets, des cas. Cependant il ne faut pas se perdre dans une large problématique, et pour cela il est indispensable d’être précis, de ne pas s’éparpiller et de définir des problèmes ciblés. Emile Benveniste a écrit une « grande problématique du langage », une « théorie du sujet dans le langage ». Tout au long de sa vie, il a publié environ trois cents articles qui représentaient chacun un problème au sein de la grande problématique du langage. Il faut alors envisager le problème comme une démarche et non comme une solution puisqu’il est un moyen de répondre à la problématique. Problématiser c’est trouver la théorie d’un cas concret, c’est une démonstration, une démarche faite à partir de plusieurs problèmes qui, à eux tous, formeront une solution à la problématique. Ceci étant, il est important d’ordonner les différents problèmes afin de ne pas se perdre et de donner une certaine logique à notre réflexion. Il faut se confronter aux problèmes et pousser sa réflexion afin d’être le plus précis dans notre problématique. Emile Benveniste parle alors de « pensée par problèmes »1. Pour cela, il est évident qu’il faut constamment remettre son sujet en question ; ce qui revient à parler de modestie vis-à-vis de son travail. Répondre à un problème permet de mettre en lumière certaines hypothèses qui vont certainement bouleverser notre travail de recherche, il semble donc inévitable d’avancer dans une attitude de doute permanent. C’est en doutant que l’on est capable de se poser de nouvelles questions, de se confronter à de nouveaux problèmes, permettant ainsi d’entrer selon différentes approches dans notre problématique. Le doute renvoie à l’inconnu, à la critique de ce que l’on fait, il y a donc une place faite au lecteur puisqu’on le fait se poser des problèmes. Le lecteur peut en effet avoir cette place dans la problématique puisque chacun est dans la possibilité d’apporter sa pierre à l’édifice, il peut aider à pousser notre réflexion encore plus loin. Les problèmes sont donc des cas qui nous font avancer quoi qu’il arrive, même si cela ne nous mène pas où l’on voulait initialement aller puisque cela nous fait tout revoir. La problématique est composée de faits particuliers, de cas concrets, de problèmes, que l’on doit mettre en ordre, théoriser, afin de construire une démarche susceptible de donner un sens, une réponse à la « grande problématique ».

Céline Roussel

 1. Benveniste Emile, Dernières leçons-Collège de France (1968-1969), Paris : Les Editions du Seuil, coll. « Hautes études », 2012, p.216.