Archives par mot-clé : pratiques langagières

Langue de l’école et langues de la maison : le filtre des langues maternelles dans l’acquisition du français scolaire en UPE2A


Coline Rosdahl

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

 Langues à l'école Coline Rosdahl

Nous proposons de nous pencher sur la question de la représentation du plurilinguisme lors de l’enseignement du français en UPE2A. Il s’agit d’observer la manière dont les différentes langues présentes dans la classe interagissent avec le français scolaire, tant au niveau linguistique qu’au niveau symbolique. Comment est prise en compte l’hétérogénéité des profils linguistiques, culturels et sociaux des élèves nouvellement arrivés lors de ce processus d’intégration scolaire qui vise principalement à la maîtrise de la langue française ? Quelle place le français scolaire accorde-t-il aux langues familiales ? Peut-on, à partir de ces constats, penser une évolution des pratiques langagières dans ces classes pour élèves allophones ?

Nous nous poserons la question des représentations des diverses langues que transmet l’école et de la place qui leur est dévolue au sein de l’institution. Les langues familiales sont-elles évoquées ? Utilisées ? Y a-t-il une relation de complémentarité ou de compétition entre le français scolaire et les langues familiales ?

L’on sait désormais que les enfants sont loin d’être des « pages blanches », et qu’ils charrient avec eux des systèmes particuliers de représentations culturelles, sociales et scolaires, des rapports différents à la norme scolaire, à la langue orale ou écrite, qu’il faudra prendre en compte lors de l’enseignement. Peut-on alors concéder à la langue maternelle un rôle de médiation dans l’acquisition du français ? Mais si la langue maternelle fonctionne comme un prisme dans l’acquisition du français scolaire, comment alors enseigner le français en tenant compte de ces multiples filtres qui coexistent au sein d’une même classe ? L’enseignant doit-il différencier son discours et sa pédagogie en fonction des langues d’origine ? Ou est-il préférable, au contraire, de s’adresser à tous de la même manière ?

Des recherches récentes ont évoqué la « pédagogie du détour », méthode qui consiste à prendre en compte l’hétérogénéité de fait et valoriser les langues maternelles en effectuant des aller-retour entre le français et les langues familiales, en explicitant les différences et les points communs afin d’en comprendre les logiques internes et de lever les malentendus linguistiques et culturels. Comment cette pédagogie est-elle concrètement appliquée en UPE2A ? Si les textes officiels semblent l’encourager, est-elle viable, notamment au niveau des emplois du temps et des programmes ?

Ces questions nous conduiront finalement à découvrir quelles conceptions identitaires apparaissent lors de ces pratiques scolaires avec des élèves non francophones : sont-ils considérés comme des futurs citoyens français, comme des dépositaires de leur culture d’origine ?

Bibliographie

AUGER N., 2010, Élèves nouvellement arrivés en France, Réalités et Perspectives pratiques en classe, Paris, Editions des archives contemporaines.

 

BRUNER J., 1983, Le développement de l’enfant : savoir faire, savoir dire, Paris, PUF.

 

CASTELLOTTI V., 2001, La langue maternelle en classe de langue étrangère, CLE International.

 

CUMMINS J., 1991, Language processing in bilingual children, Cambridge, Cambridge University Press.

 

PIAJET J., 1937, La construction du réel chez l’enfant, Genève, Delachaux et Niestlé.

 

VYGOTSKI L., 1934, rééd. 1997, Pensée et langage, Paris, La Dispute.

Repères n°43 (Parler et écrire sur les oeuvres: une approche interdidactique des enseignements artistiques et culturels)

La revue d’appui pour la réflexion dans le cercle d’étude « Constellation » en contrepoint du livre de Georges Didi-Huberman.

 

Repères n° 43 (« Parler et écrire sur les oeuvres: une approche interdidactique des enseignements artistiques et culturels »), coord. par Jean-Charles Chabanne et Jean-Louis Dufays, Lyon, Ecole normale supérieure de Lyon, Institut français de l’éducation, 2011.

 

Ci-dessous la présentation de l’éditeur:

S’ils se situent à l’intersection des préoccupations des chercheurs, des enseignants et des formateurs de diverses spécialités, les enseignements artistiques et culturels intéressent centralement la didactique du français par la place qu’ils accordent aux pratiques langagières, que ce soit dans le cadre de la réception des œuvres ou de leur production. Le chantier les concernant a été récemment rouvert en France par deux textes officiels, l’un qui appelle à construire une « culture humaniste » dans le cadre du Socle commun des connaissances, l’autre qui invite à fédérer les efforts de plusieurs disciplines au sein d’une histoire des arts. Est ainsi rendue nécessaire une collaboration qu’on peut qualifier d’interdidactique, non seulement parce qu’elle amène à croiser des questions posées simultanément dans plusieurs disciplines et à faire collaborer celles-ci dans la même classe, mais aussi parce qu’elle invite à mêler des objets propres à ces différentes disciplines dans une même activité.

Cette collaboration n’est pas nouvelle : depuis longtemps, la didactique du français dialogue avec les autres didactiques et s’interroge sur les apports réciproques de l’une à l’autre. En donnant la parole à des chercheurs pionniers qui ont examiné de près les modalités et les implications du discours sur les œuvres – littéraires, picturales, musicales et chorégraphiques – du côté des élèves comme des enseignants, ce numéro de Repères s’inscrit tout à la fois dans cette tradition du dialogue entre didactiques et dans un terrain foisonnant de questions nouvelles pour la recherche et la formation.

Sommaire

* Parler et écrire sur les œuvres littéraires et artistiques : contours et enjeux d’une problématique

par Jean-Charles Chabanne et Jean-Louis Dufays (p. 7 à 29)

Écrire sur la littérature

* Pour le discours incitatif. Qu’apprendre aux maitres à dire à leurs élèves pour inciter ces derniers à lire les œuvres littéraires en leur prêtant la qualité d’attention requise par l’intention artistique ?

par Jean-Louis Dumortier, Micheline Dispy et Julien Van Beveren (p. 31-52)

* La prise en compte du rapport à la culture dans le discours des enseignants sur les œuvres littéraires

par Erick Falardeau et Denis Simard (p. 53-75)

Du métatexte littéraire au commentaire de l’œuvre plastique

* Premiers pas dans la parole sur l’œuvre : observer, interpréter et guider les conduites langagières comme compétence professionnelle

par Jean-Charles Chabanne, Marc Parayre et Éric Villagordo (p. 77-102)

* Former des enseignants à exprimer leur expérience singulière d’une œuvre littéraire ou plastique

par Christine Deronne (p. 103-126)

* Analyser les œuvres d’art au musée : quels moyens langagiers ?

par Marie-Émilie Ricker (p. 127-151)

Quel discours en classe sur les prestations musicales et chorégraphiques ?

* Une maïeutique de l’écoute musicale en classe. Des mots en échos, pour construire l’œuvre musicale

par Dominique Mili (p.153-174)

* Quelles interactions participent à la construction de savoirs liés à la transmission d’une œuvre chorégraphique à l’école ? Analyse des verbalisations de l’artiste et de leurs effets

par Guylène Motais-Louvel (p. 175-206)


 

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus