Archives par mot-clé : politique linguistique ; France ; langue ; diversité linguistique ; communauté linguistique ; sociolinguistique

Les enjeux de la politique linguistique française

Ce chapitre a fait l’objet d’une réflexion portant sur le séminaire intitulé : « Politiques, diffusion et promotion des langues ».  Avant d’engager cette démarche réflexive sur la politique linguistique en France, nous allons d’abord tenter d’expliquer cette conception, comme cette dénomination le suggère, deux concepts recouvrent cette appellation, nous avons d’un côté, le concept de politique et de l’autre la linguistique.  En effet, les deux se complètent et constituent l’identité culturelle du pays.  Lorsqu’on parle de politique, nous pensons expressément à une entité supérieure, à des dirigeants, au système de pouvoir, aux réformes scolaires, etc. Il s’agit donc d’un terme polysémique regroupant plusieurs champs et constituant le système organisateur de chaque pays. Quant à la linguistique, il s’agit d’une discipline qui a pour objet d’étude les langues et leur fonctionnement, d’après Saussure : « La linguistique a pour unique et véritable objet la langue envisagée en elle-même et pour elle-même. » (Saussure, 1916, p. 314)

Boyer définit la politique linguistique comme suit :

« La politique linguistique désigne les choix, les objectifs, les orientations qui sont ceux de cet État en matière de langue(s), choix, objectifs et orientations suscités en général (mais pas obligatoirement) par une situation intra- ou intercommunautaire préoccupante en matière linguistique. » (Boyer, 2010, p. 3)

Calvet, quant à lui emploie le terme de politique linguistique pour désigner : « Un ensemble de choix conscients concernant les rapports entre les langue (s) et la vie sociale, et planification linguistique, la mise en pratique concrète d’une politique linguistique, le passage à l’acte en quelque sorte. » (Calvet, 1996, p. 11)

Boyer s’est particulièrement penché sur les contenus conceptuels que recouvre la politique linguistique, d’après lui, celle-ci implique dans un premier temps, l’étude de la langue d’un point de vue formel, il illustre cette première catégorie par les exemples suivants :

« Il peut s’agir alors d’une intervention de type normatif (visant, par exemple, à déterminer une forme standard, à codifier des fonctionnements grammaticaux, lexicaux, phonétiques…, ou encore à modifier une orthographe, etc., et à diffuser officiellement les [nouvelles] normes ainsi fixées auprès des usagers). » (Boyer, 2010, p. 5)

La deuxième catégorie rassemble :

« les fonctionnements socioculturels de telle langue, son statut, son territoire, face aux fonctionnements socioculturels, au(x) statut(s), au(x) territoire(s) d’une autre/d’autres langue(s) également en usage dans la même communauté, avec des cas de figures variables (complémentarité, concurrence, domination, etc.). » (Boyer, 2010, p. 7)

Boyer présente à la fin la visée de la politique linguistique qui selon lui, est à la fois « linguistique et socioculturelle », les deux sont corrélativement « solidaires ». (Boyer, 2010, p. 8)

Dans ce contexte, Boyer s’est intéressé à la politique linguistique française, selon lui, indépendamment de la langue française qui est une langue nationale, d’autres langues sont présentes sur le territoire français et d’après lui, il en existe « 75 », il formule son discours ainsi : « La politique linguistique française prend en compte les langues régionales et minoritaires territorialisées, mais aussi les langues anciennement [et durablement ?] installées sur le sol français, mais non territorialisées, l’arabe dialectal, le berbère, le romani…) (Boyer, 2010, p. 11)

Porcher, dans « Les Cahiers de l’ASDIFLE » n°7, a rédigé deux articles consacrés à la politique linguistique, il définit celle-ci comme : « une action volontariste, le plus souvent conduite par un État, ou une entité officielle, ou encore une communauté spontanée soudée par le souci de préserver (ou de développer) sa langue ou sa culture. » (Porcher, 1996, p. 1)

En effet, d’après cette définition, toute politique linguistique résulte d’un rapport conjoint entre la langue officielle d’un État et la culture véhiculée par cette langue, Porcher précise à cet égard que : « une politique linguistique ne se réduit pas à la politique d’enseignement de la langue considérée. » (Porcher, 1996, p. 1)

Selon lui, il existe quatre facteurs déterminants ou comme, il le suggère « quatre cavaliers » qui participent activement à la construction de la politique linguistique, il s’agit de : « l’enseignement, l’action culturelle, les médias et les entreprises. » (Porcher, 1996, p. 2)

En ce qui concerne « l’enseignement », Porcher fait référence à la place primordiale des enseignants dans la didactique du français, dans les institutions scolaires, mais aussi dans l’enseignement du français langue étrangère et il postule à cet effet que :

« Le réseau des professeurs à travers le monde est impressionnant, en quantité et diversité, et vu le chiffre approximativement, en l’absence de données à la fois exhaustives et fiables, aux environs de 250 000, dans leur extrême majorité ressortissants nationaux des pays considérés. » (Porcher, 1996, p. 2)

Selon lui, il s’agit de valoriser l’enseignement de la langue française en offrant aux enseignants francophones et étrangers les moyens pédagogiques nécessaires afin de les motiver et mieux organiser leurs enseignements. Pour ce qui est de « l’action culturelle », c’est le rapport même de la langue avec la culture, en effet, chaque pays est représentatif d’une culture, celle-ci symbolise une véritable transmission identitaire, selon Porcher, « L’action proprement culturelle est d’autant plus efficace qu’elle converge de manière plus concertée et plus dynamique avec l’action linguistique au sens strict. » (Porcher, 1996, p. 3)

Le troisième vecteur de la politique linguistique française est assujetti « aux médias », ces derniers permettent de diffuser le français dans le monde et d’accroître ses enjeux linguistiques et culturels. Pour Porcher, « Les médias envahissent le monde chaque jour davantage, installent une véritable omniprésence, et, jouant de leur attraction spécifique et mystérieuse (en particulier celle de la télévision), drainent des publics de plus en plus nombreux et de plus en plus diversifiés. » (Porcher, 1996, p. 3)

Le dernier vecteur concerne « les entreprises », elles jouent un rôle considérable dans la construction de la politique linguistique française, d’après Porcher :

« La présence d’entreprises françaises à l’étranger contribue à la diffusion de l’image de la France et, comme telle, elle constitue un phénomène positif que les concepteurs, les décideurs, et les « accompagnateurs » d’une politique linguistique doivent prendre en compte, en s’efforçant de dégager les synergies, les complémentarités, les fécondations mutuelles entre ces différents types d’action. » Il ajoute que : « Les entreprises sont aujourd’hui une partie de l’enjeu global linguistique et culturel, et ce serait une erreur que de l’oublier ou même de le négliger. » (Porcher, 1996, p. 4)

Porcher conclut son analyse en affirmant que ces quatre vecteurs sont complémentaires, selon lui, « la mise en œuvre d’une politique linguistique rigoureuse c’est l’articulation, aussi précieuse que possible, de ces différents paramètres. » (Porcher, 1996, p. 4-5)

Bibliographie

BOYER H. (2010), « Les politiques linguistiques », Mots. Les langages du politique [En ligne], 94 |. Mis en ligne le 06 novembre 2012. URL : http://journals.openedition.org/mots/19891 : consulté le 16/01/2018.

CALVET L-J. (1996), Les politiques linguistiques, Paris : PUF.

DE SAUSSURE F. (1916), Cours de linguistique générale, Paris : Payot.

PORCHER L. (1996), Politiques linguistiques : orientations, « Les Cahiers de l’ASDIFLE » n°7 , Paris : ASDIFLE.

PORCHER L. (1996), Politique linguistique et objectifs pédagogiques, « Les Cahiers de l’ASDIFLE » n° 7, Paris : ASDIFLE.

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Eux c’est nous*

 

Page de couverture du livre "Eux c'est nous" publié par Les éditeurs jeunesse avec les réfugiés.
Page de couverture du livre « Eux c’est nous » publié par Les éditeurs jeunesse avec les réfugiés.

« Eux c’est nous venus de loin pour un monde meilleur,

Eux c’est nous fuyant la guerre et la misère

Eux c’est nous cherchant refuge

Eux c’est nous partant en désespoir

Eux c’est nous arrivant équipés d’espoir

Eux c’est nous en crise économique

Eux c’est nous l’argumentation des politiques

Eux c’est nous risquant leurs vies

Eux c’est nous essayant de sauver leurs familles

Eux c’est nous sans maison et sans patrie

Eux c’est nous demandant l’asile

Eux c’est nous vivant un cauchemar

Eux c’est nous  attendant la lumière du phare

Eux c’est moi et toi

Parce qu’eux ce sont des êtres humains.»

Mon petit poème est inspiré du titre de ce livre que les bénévoles enseignants de la Cimade (à Massy) m’avaient présenté à la réunion mensuelle des bénévoles.

Association La Cimade avec le logo "L'humanité passe par l'autre". Image trouvée sur Google Images.
Logo de l’association La Cimade. Image trouvée sur Google Images.

Crise de réfugiés, crise des immigrants et bientôt crise des immigrants climatiques. Il suffit de regarder le journal télévisé ou de feuilleter Le Monde ou n’importe quel autre journal pour comprendre que depuis quelques mois cette immigration est une réalité. Dure pour les deux cotés. Nous pour les accepter et eux pour être acceptés.

Août 2015, je me souviens, en Russie je regardais le journal télévisé avec mon père. Immigration, l’Europe en crise, frontières, tous ces mots… Et les gens ensuite me disant « fais attention quand tu rentres tu vois ce qui se passe en Europe maintenant, ça va plus être pareil ».

Non ce n’est plus pareil parce qu’on est tous concernés. Nous sommes tous responsables quand un enfant de 3 ans meurt dans la Méditerranée ou quand 70 personnes perdent leur vie suffoqués dans un camion.

Je suis rentrée en France et je me suis dit « Alors qu’est-ce que tu vas faire Olga ? Comment tu peux les aider ? Quelle sera ta contribution ? Le bénévolat! Soutenir les associations qui protègent les droits de l’Homme. Je suis au bon endroit, Paris !

Octobre, mon idée ne me laisse pas tranquille. Quand on a vécu l’immigration on s’identifie, on a de l’empathie parce qu’on comprend. Je dois agir comme tant de gens ! On me parle du mémoire, de trouver un sujet, un terrain. Une idée me vient à l’esprit. Et si je les combinais  ? Le bénévolat  et le mémoire ? J’ai aussi mes expériences de l’année dernière en tant que stagiaire pour une classe d’UPE2A et  également en tant que stagiaire il y a trois ans pour le CASNAV de Strasbourg. Toujours un public d’immigrés et de réfugiés.

Je fais des recherches sur Internet, je trouve le site de La Cimade. Je lis et puis je les contacte. Le 15 novembre je fais connaissance aux 6 apprenants qui suivront mes cours. Leur pays d’origine : Afghanistan,  Syrie, Somalie et Tibet. Leur âge varie : de 20 – 65 ans.

Hommes et femmes, mariés et célibataires, scolarisés et analphabètes. L’hétérogénéité est fortement présente. Mais six apprenants ne suffisent pas pour réaliser de recherches.

Association Aurore. Image prise dans Google Images.
Logo de l’association Aurore. Image prise dans Google Images.

Je contacte l’association Aurore. 19/01 j’ai ma première rencontre. Seulement des hommes. Venus récemment en France de l’Afghanistan, du Pakistan et du Soudan. Ils sont une dizaine.

Les langues présentes dans les deux classes sont l’arabe littéraire et dialectal (du Soudan et de la Syrie), le somalien, le dari (Afghanistan) et l’anglais pour certains qui ont des bases. Mon public est un public d’adultes débutants. Certains n’ont même pas choisi la France comme destination mais y sont restés parce qu’ils n’avaient pas un autre choix.

Prochaine étape maintenant pour eux l’intégration. Et l’intégration passe par la langue car sans la langue nous nous sentons handicapés et nous rencontrons beaucoup de difficultés de communication. Il suffit de voyager dans un pays avec un système alphabétique différent de celui qu’on connaît pour se mettre  à la place de ces gens.

Comment alors enseigner le FLE pour ce public ? En passant par leurs langues, maternelles ou simplement l’anglais. C’est l’approche que j’utilise. Je mets l’accent sur l’oral, les différences et similitudes linguistiques et les universaux m’aident. Le défi est double tant pour moi en tant qu’enseignante tant pour eux qui s’étonnent en voyant la méthode que j’utilise.

Comment éviter de construire une Tour de Babel et comment éviter une guerre des langues ? Car oui cela n’est pas facile. Le malentendu existe dans ce contexte hétéroglotte. Quels seront les résultats et les réactions de cet apprentissage ?

Le lien affectif qu’on porte avec nos langues maternelles sera dans ce cas un appui sur l’apprentissage des bases du français ou au contraire  va-t-il créer des confus ?

Tout est en train de se construire, étape par étape car même le voyage le plus lointain et le plus long commence par une étape !

Site de la Cimade: http://www.lacimade.org/

Site de l’Aurore: http://aurore.asso.fr/

Bibliographie:

*-Bloch S. Magana,  Pennac D.,  Saturno C.,  2015, Eux c’est nous, Les éditeurs jeunesse avec les réfugiés

Quelques références bibliographiques auxquelles je m’appuierai pour ma recherche:

  • Archibald J. et Chiss J-L. (dir.)2007 , Le français langue seconde : apprentissage d’une langue en continuum. In « La langue et l’intégration des immigrants », Paris, L’Harmattan, Collection Logiques sociales (pp 271-284)
  • Brohy, H.,  2002,  Raconte moi tes langues… Les biographies langagières en tant qu’outils d’enseignement et de recherche. In VALS-ASLA, 76, 183-193.
  • Castellotti V. , 2001 , La langue maternelle en classe de langue étrangère, Paris, CLE International
  • Coste, 2000,  dans Castellotti V., De plus d’une langue à d’autres encore. Penser les compétences plurilingues?
  • Dabène L. , 1987, Langue maternelle, langues étrangères, quelques réflexions ,dans Les langues modernes,  dans le n. 1/1987 des Langues Modernes : « Traduire, langue maternelle, langue étrangère ».
  • Dummett M., 2011,On Immigration and Refugees , London, Routledge
  • Gloaguen-Vernet N., 2009, Enseigner le français aux migrants, Hachette FLE
  • Heller M. , 2007, Bilingualism a social approach Basingstoke New York N.Y. , Palgrave Macmillan
  • Noyau C., Porquier R., 1984, Communiquer dans la langue de l’autre, Presses universitaires de Vincennes

 

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

De la difficulté d’évaluer la situation linguistique de la France

Conférence de Louis-Jean Calvet, « Comment évaluer la situation linguistique de la France ? » – vendredi 13 mars 2015 au British Council.

Dans le cadre du séminaire de recherche « Politiques linguistiques en Europe » organisé par l’université Paris Diderot, le sociolinguiste Louis-Jean Calvet a proposé une conférence sur les problèmes qui se posent lorsque l’on souhaite évaluer la situation linguistique de la France. Il ne s’agit donc pas de procéder à une évaluation de la dite situation linguistique de ce pays, mais bien de réfléchir sur ce qui manque pour la décrire. Dans cette perspective, deux questions interviennent rapidement : quels sont les éléments qui composent cette situation linguistique ? et, Quels termes utiliser pour la qualifier ? En effet, Louis-Jean Calvet a, à de nombreuses reprises, insisté sur la nécessité de bien savoir nommer les choses, car comme il l’a rappelé en citant Albert Camus, « mal nommer les choses c’est ajouter du malheur au monde ».

Tout d’abord, c’est le terme langue qui pose interrogation. En France, ce terme se décline de plusieurs façons : langue nationale, langue officielle, langue étrangère, langue régionale ou minoritaire et langue de migrants (il n’existe cependant pas de liste précise des langues des migrants). Louis-Jean Calvet a ainsi répertorié ces différents syntagmes selon trois critères : géographique : les langues régionales, étrangères, de migrants ; institutionnelle : les langues nationales, officielles ; statistique : les langues minoritaires. Sachant néanmoins que ces critères peuvent se cumuler, ils ne sont pas exclusifs. Par exemple, en France, l’espagnol et le portugais sont des langues étrangères et/ou des langues de migrants. Toutefois, le syntagme langue régionale ou minoritaire peut laisser dubitatif : les adjectifs régionale et minoritaire sont-ils cumulatifs ou injonctifs ? De même, minoritaire par rapport à qui/à quoi ? Enfin, parle-t-on de la même forme linguistique ; doit-on utiliser langue ou dialecte ? En effet, dans son rapport sur les langues régionales ou minoritaires publié en 1999, le linguiste Bernard Cerquiglini considère l’occitan comme une langue, et le gascon, le provençal et le languedocien, etc. comme des dialectes dérivés de l’occitan, tandis que du côté des langues d’Oïl, le franc-comtois, le wallon, le picard, etc. sont perçus comme des langues à part entière. Comme le précise Louis-Jean Calvet, le traitement est incohérent. Mais il en est de même pour la langue arabe, puisque arabe dialectal apparait au singulier. Les rédacteurs de ce rapport semblant touchés par la conception théologique fréquente des locuteurs du monde arabo-musulman ; le syntagme arabes dialectaux devrait ainsi être privilégié. Enfin, l’étude des langues parlées en France manque de données chiffrées. Le recensement de 1999 organisé par l’INED et l’INSEE a effectivement permis d’avoir accès à quelques pourcentages. Par exemple, on sait désormais que 26% des adultes ont été élevés avec une autre langue que le français. Mais quel est le nombre de locuteurs précis de chaque langue ? Et, combien de langues précisément existent en France (B. Cerquiglini avance le chiffre de 75 langues sur 5 territoires, mais est-ce un chiffre exact ?) ? Quels sont les degrés de plurilinguisme ? Considérant, de plus, comme le précise Louis-Jean Calvet, que le recensement de 1999 ne nous permet pas de savoir ce qu’il se passe village par village et que nous ne connaissons pas le public auquel ce questionnaire a été distribué.

Puis, Louis-Jean Calvet a porté son regard sur l’expression diversité linguistique. Joseph Greenberg, dans les années 50, a créé un index de diversité linguistique, qui se basait sur la probabilité que deux individus pris au hasard n’aient pas la même langue. Mais, par exemple, dans un pays comme le Brésil, on note l’existence de 236 langues autochtones, ce qui pourrait présager d’une importante diversité linguistique, sauf que ces 236 langues ne concernent que 500 000 locuteurs sur une population totale de 200 millions d’habitants.  Malgré son caractère imprécis, cet index a permis de déterminer que la France aurait un indice de diversité moyen, en regard des pays africains et asiatiques qui auraient un indice de diversité linguistique élevé. Mais, dans le calcul de cette diversité linguistique, il est nécessaire de différencier les langues endogènes des langues de migrants. Par exemple, le Cameroun compte 278 langues endogènes et 1 langue de migrants, tandis qu’en France, les langues endogènes seraient actuellement au nombre de 23 et les langues de migrants de 44. D’ailleurs, cent ans auparavant, ces chiffres auraient été l’inverse. Ainsi, aujourd’hui, en France – et dans l’ensemble des pays du Nord – l’on assisterait, selon Louis-Jean Calvet, à une mutation historique, puisque la diversité exogène issue de la migration s’imposerait à la place de la diversité endogène régionale. Du fait de la centralisation de l’Etat, les langues régionales auraient ainsi été mises en péril. Pourtant, en dépit de cette nouvelle réalité linguistique, les autorités publiques tendent toujours à privilégier les langues autochtones au profit des langues de migrants.

Enfin, Louis-Jean Calvet est revenu sur la notion de communauté linguistique, qui est selon lui pas claire et inopérante – et pourtant tellement employée. Pour Cohen, il s’agit d’une communauté de langage, regroupant des locuteurs animés par un sentiment de co-appartenance ; pour Dubois, il s’agit d’un ensemble de gens ayant la même première langue ; enfin, Labov estime qu’une communauté linguistique est caractérisée par un accord entre les gens sur la façon dont on doit parler la langue. Cependant, Labov s’est uniquement concentré sur des territoires monolingues, donc sa perception n’est pas entièrement satisfaisante. De même, comment parler de communauté linguistique à un habitant du Sénégal, quand ce dernier utilise le peul à la maison, le wolof dans son quartier et le français au bureau ? Il apparait alors clairement que communauté linguistique est née d’une conception monolingue, qui oblitère l’aspect social des faits linguistiques ainsi que le terrain. Ainsi, dans la continuité de Juliard qui préfère parler d’espace sociolinguistique avec des variantes et des langues, Louis-Jean Calvet préconise l’utilisation de communauté sociale au lieu de communauté linguistique. En effet, communauté sociale semble plus adapté à la réalité des individus qui, chaque jour, font des choix linguistiques différents, passant d’une langue à l’autre. Reste que là aussi aucune donnée chiffrée sur les communautés linguistiques de France n’est disponible, et ce pour des raisons morales et juridiques – entre autres selon l’article 2 de la Constitution française qui stipule que la langue de la République est le français – rendant impossible l’étude de statistiques linguistiques.

En conclusion, selon Louis-Jean Calvet, pour établir une politique linguistique utile et efficace, il est tout d’abord nécessaire de disposer d’un répertoire précis des langues, de leur nombre de locuteurs, de leur taux de transmission, etc. On note certes les données monolingues délivrées par l’université Laval, mais il n’en existe pas encore sur le plurilinguisme. Il y a également un besoin d’enquêtes plus exhaustives, plus larges ; les embryons de méthodologie ne suffisent plus. Ensuite, afin de mener à bien ces études, quatre points doivent être respectés : définir les notions que l’on utilise, prendre en compte les langues des migrants, faire des enquêtes qualitatives et quantitatives et enfin repenser le rapport de Bernard Cerquiglini sur les langues de France, ainsi que la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

 

– D’autres rencontres sont organisées par l’Université Paris Diderot, les renseignements sont disponibles à cette adresse : http://www.eila.univ-paris-diderot.fr/recherche%3Aclillac%3Aciel%3Aseminaires%3Apol-ling