Archives par mot-clé : politique linguistique

L’Ecole, le français et les langues : quelles politiques linguistiques pour l’équité ?

Le 30 novembre 2016 à Montreuil :

lecole-le-francais-et-les-langues-adeb-30-novembre-2016

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Un mémoire de sable ou comment se souvenir des oubliés


4500
Jeune garçon devant une école des camps de réfugiés à Tindouf (Algérie).
Photographie de Javi Julio.

Si je dois formuler de manière académique la thématique de mon mémoire, je dirais qu’il concerne la relation entre langues, territoire et identités et plus particulièrement la question des revendications politiques et identitaires en langue étrangère dans un contexte politique aussi complexe que celui du Sahara Occidental. Les Saharaouis (1)  vivent dans des camps de réfugiés dans le désert. Le cours de langue étrangère ne permet pas seulement une ouverture sur le monde, il cristallise des enjeux qui le dépassent ; des dynamiques identitaires et géopolitiques qui définissent et redéfinissent en permanence les interactions en classe. Je crois que de cette problématique découlent de nombreux paramètres fascinants à observer, comme les phénomènes de variations de discours à l’échelle de l’individu (la découverte de soi comme un autre…), à l’échelle de la communauté (l’expression de l’appartenance à une communauté géographiquement et politiquement située…), ou encore à l’échelle internationale ( l’espagnol faisant concurrence à la langue française car cette dernière est associée à la langue de l’ancien colon et actuel partenaire du Maroc… ).  En somme, cette thématique d’expérience d’apprentissage transformationnel en langue étrangère dans un contexte politique aussi composite que celui du Sahara Occidental me passionne.

La littérature traitant directement des Sahraouis est clairsemée. J’écris sur un contexte qui précède  temporellement et excède de manière situationnelle mon terrain d’étude. En ce sens, je considère mon mémoire comme un palimpseste. Je viens seulement ajouter mes écrits à une histoire en cours d’écriture. En me lisant, vous devez vous dire qu’il s’agit là d’une belle digression, mais je crois que ce genre de questionnement est primordial en recherche. Pour reprendre les termes de Joëlle Zask dans sa lecture de John Dewey sur les notions de situation et de contexte, « l’enquête est un processus conjoint à la vie » (2). Nous écrivons des mémoires vivants: nous les habitons autant qu’ils sont habités d’individus « vrais ». Sinon, nous n’opérerions que de simples autopsies. Ainsi les dynamismes humains qui composent nos données scientifiques précèdent et excèdent notre mémoire.

Permettez- moi à présent de conclure par le début, soit le titre de mon billet. Un mémoire de sable ? Il est de sable pour deux raisons: il se fait porte-voix des hommes de sables, les habitants du désert mais aussi car je le vois comme un grain dans une mer de sable. J’écris pour les oubliés, ces Sahraouis, dont on ne parle pas ou peu; pour ces hommes et ces femmes qui constituent un oasis d’où je souhaite faire jaillir l’éCRIture. Se souvenir(3) de l’oubli… voilà tout le paradoxe de ma démarche scientifique. 

(1) Pour en savoir plus sur les Saharaouis: https://blogs.mediapart.fr/communistes-unitaires/blog/050415/sahraouis-un-peuple-se-bat-pour-son-emancipation

(2) Zask, J. (2008). Situation ou contexte ? Une lecture de Dewey. Revue internationale de philosophie, 3(245), p.1.

(3) Etymologiquement, “mémoire” signifie “se souvenir”; “qui se souvient”

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts

FLE en Mongolie : un contexte nouveau et difficile ?!

L’enseignement du français en Mongolie est actuellement en plein renouveau. 2015 fut l’anniversaire des 50 ans des relations diplomatiques entre ces deux pays. À cette occasion fut créée un poste de Conseiller en Coopération et Action Culturelle. Cette année spéciale entre ces deux pays donna l’occasion de réécrire objectifs des politiques linguistiques et culturelles de l’ambassade de France pour permettre à un plus large public mongol d’apprendre la langue de Molière ainsi que de découvrir la culture de l’Hexagone.

Ce mémoire est axé sur les relations culturelles et linguistiques que la France développe en Mongolie. Dans cette optique, nous nous intéresserons aux notions de soft power, de zone d’influence qui sont aujourd’hui très importantes dans les relations diplomatiques internationales. Nous verrons en comparaison comment d’autres langues sont aussi présentes sur le territoire mongol et comment elles s’implantent, avec succès ou non.

Ensuite nous essaierons de voir quels sont les rapports entre culture et langue et leur importance dans l’établissement du français en contexte mongol. Plus que la situation à la capitale Oulan-Bator où l’Alliance Française est présente, c’est en me basant sur mon expérience de lecteur de l’université d’Etat de Khovd dans l’Ouest de la Mongolie que j’étudierais les relations entre cultures et langues pour développer le français et donc la représentation de la France.

Il y a donc deux thématiques que je souhaite aborder dans ce mémoire

  • La place des politiques éducatives et culturelles françaises à travers le monde et leurs réalisations spécifiquement en Mongolie
  • Les spécificités de l’enseignement du FLE en contexte mongol

Une de mes premières difficultés concerne la bibliographie. En effet, ce contexte est très pauvre en documentation. Néanmoins, je ne désespère pas et travaille en relation avec l’ambassade de France en Mongolie et l’Alliance Française de Mongolie. Les sept mois restants ne vont pas être de trop pour la réalisation de cette tâche.

02/06/2017

Contrairement au premier plan annoncé, mes recherches ont pris un détour. J’ai compris que la description du contexte prévalait. Il y a donc une part énorme, presque deux chapitres entiers, qui est consacré à une étude quasi anthropologique du terrain où j’ai accompli mon stage l’année dernière. Cet effort finalement porte ses fruits car de cette description découle assez limpidement les informations qui suivent. Une expérience d’implantation du français est un choc à effet réciproque. Il ne sort pas du chapeau tel un lapin. Le contexte accueille un nouvel élément qui doit s’adapter à ce contexte.

 

Première bibliographie :

CHAUBET F., La culture française dans le monde 1980-2000, L’Harmattan, 2010

CHAUBET F., Histoire de l’Alliance Française, L’Harmattan, 2006

COLONNA R., BECETTI A., BLANCHET P., politiques linguistiques et plurilinguismes, L’Harmattan

MONTENAY Y., SOUPART D., La langue française : une arme d’équilibre de la mondialisation, Les belles lettres, 2015, Paris

Brieuc.Jicquel

Licencié en LLCE études lusophones, actuellement en m2 didactique des langues à la Sorbonne Nouvelle après un stage Campus France en Mongolie.

More Posts

Une brève présentation des dialectes chinois

Cet article s’inscrit aussi dans le cadre de mon mémoire de Master : les incidences des dialectes chinois dans l’apprentissage de la prononciation du français. En tant que contexte linguistique important du mémoire, il faut avant tout avoir un aperçu des dialectes chinois, surtout les traits linguistiques des dialectes.

Bien que des spécialistes sociolinguistiques, didactiques et linguistiques se livrent aux discussions violentes sur la terminologie « langue » versus « dialecte », on va choisir désormais le mot « dialecte » pour désigner les langues régionales chinoises afin d’insister sur leur caractère local.

Selon le site Ethnologue[1] qui opère régulièrement un recensement global des pays et leur situation démographique et linguistique dans le monde entier, il y a, au total, 298 langues individuelles répertoriées en Chine. Toutes les langues sont encore vivantes, dont 274 sont indigènes alors que les 24 autres sont allogènes. De plus, 14 langues sont institutionnelles, 23 sont en voie de développement, 103 sont encore vigoureuses, 126 éprouvent en malheur, c’est-à-dire elles risquent de disparaître dans le futur, et 32 sont en train de disparaître[2]. Ce n’est qu’une source concernant l’état quantitatif des langues en Chine. Différentes statistiques proviennent des critères de recensement. Il y a d’autres établissements et spécialistes qui nous proposent d’autres statistiques aussi. On dirait qu’il y a plus de 80 langues non inter-compréhensives et dont les locuteurs ne sont pas capables de communiquer l’un avec l’autre parmi les 56 groupes ethniques (Yuan, 2004). Et ces langues ne se réunissent pas à un seul groupe linguistique, elles, en revanche, sont réparties dans de différents groupes. La majorité des langues chinoises se trouvent dans les langues sino-tibétaines et les langues altaïques, alors d’autres font partie des langues austronésiennes, des langues indo-européennes.

Une telle analyse succincte provoque ensuite une hiérarchisation du système linguistique en Chine. Sachant qu’en Chine, 56 groupes ethniques sont réunis, dont 55 ethnies minoritaires, comme les ethnies Miao, Bai, Dong, etc., et une ethnie principale qui représentent 94 % de la population (selon le recensement de l’année 2000), soit plus de 1,1 milliard de la population chinoise (Sun, Hu & Huang, 2007 : 108), on divise les langues chinoises en deux parties : les langues de l’ethnie Han et les langues des groupes minoritaires en Chine. Les langues chinoises parlées par les Hans appartiennent à la famille des langues sino-tibétaines alors que sauf les ethnies Hui et Man qui parlent les langues chinoises, les autres 53 ethnies minoritaires, pour elles, emploient les langues de leur propre nationalité (Baumann & Lee, 1988). Au sujet des langues de l’ethnie Han qui est la nationalité la plus peuplée dans le monde, elles se répartissent dans tous les coins du territoire chinois. Le chinois est une des langues les plus anciennes et encore bien vivant jusqu’aujourd’hui. Il aussi une des langues que les locuteurs utilisent à la fois oralement et par écrit tous les jours. L’origine du « chinois » – les langues des Hans (en chinois : 汉语) – date de la dynastie Shang (environ 1570 – 1045 av. J.-C.). Même si le caractère du chinois s’est beaucoup évolué, le système du caractère chinois reste quasiment le même.

Le chinois est aussi composé de plusieurs branches que l’on appelle « les dialectes du chinois ». La hiérarchisation des dialectes chinois a persisté depuis très longtemps, à partir de la Dynastie Han (206 av. J.-C. – 220 ap. J.-C.). La classification du chinois moderne date de l’année 1932 où La carte des zones des langues est parue dans La nouvelle carte de la République de Chine publiée par Shun Pao (Shanghai News). A l’époque de la République populaire de Chine, c’est-à-dire après l’année 1949, on ne cesse pas d’essayer de catégoriser les dialectes chinois. Au milieu des années 1950s, un recensement des dialectes chinois a été réalisé pour la première fois. Les spécialistes ont utilisés les terminologies et les bases théoriques héritées avant la fondation de R. P. –C. Et cependant, comme la hiérarchisation s’appuie sur plusieurs facteurs – le facteur politique, économique, géographique et le développement de dialectes, etc., on n’a pas encore atteint un consensus sur le nombre total des dialectes du chinois. Selon la classification la plus récente, on hiérarchise le chinois en huit dialectes : le mandarin (la langue des officiels du Nord, en chinois : 北方官话), le wu (en chinois : 吴语), le xiang (en chinois : 湘语), le gan (en chinois : 赣语), le hakka (en chinois : 客家话), le cantonais (en chinois : 粤语), le min (en chinois : 闽语) et le jin (en chinois : 晋语) (Sun, Hu & Huang, 2007 : 98).

Sauf le chinois, les langues parlées par la plupart des groupes minoritaires sont moins recensées par les dialectologues chinois car, avant 1949, on n’attestait pas le statut politique des groupes minoritaires et ainsi, ces régions étaient arriérées au niveau économique et culturel. C’est juste après 1949 que le gouvernement chinois rend compte de l’importance des langues des ethnies minoritaires et qu’un recensement à grande échelle est mis en œuvre à la fin des années 1950s (de 1956 à 1958 de manière plus précise). Et le résultat des études de terrain se manifeste dans l’ouvrage Introduction générale des langues des ethnies minoritaires (1959). Et 40 ans après, les spécialistes des langues minoritaires chinoises ont fait encore une fois une nouvelle recherche sur l’identification des langues minoritaires de manière approfondie, avec un complément crucial des données des langues minoritaires de Taïwan (Sun, Hu & Huang, 2007 : 27). Jusqu’à présent, une dizaine de langues ou dialectes, comme le zhuang, le miao, le qiang, etc. ont déjà mené des recherches synthétiques et relativement exhaustives, avec des publications des ouvrages sur ces langues chinoises.

Synthétiquement, quant aux langues utilisées dans la République populaire de Chine, on va employer deux mots très concis : unification et divergence. D’un côté, la divergence est la caractéristique la plus évidente des langues chinoises. Beaucoup de langues et dialectes issus de différentes familles linguistiques se croisent en Chine, surtout les régions côtières situées au Sud-Est de la Chine. Et elle est aussi plus familière pour les citoyens que la caractéristique d’unification des langues chinoises. Or, on pense davantage à la diversification des langues chinoises, à une grande richesse de notre répertoire linguistique, alors que l’unification, en tant qu’au contraire de la particularité, a éveillé moins de curiosité. D’autre part, en Chine, quelle que soit la langue que l’on parle tous les jours, on n’a qu’un seul système scriptural dans le territoire si grand. Tous utilisent les caractères en tant que symbole d’écriture. Et le dialecte le plus important du chinois – le mandarin, s’étend du nord des régions du Fleuve Yantze aux régions du Sud-Ouest de la Chine. De Kunming (chef-lieu de la province du Yunnan, une province du Sud-Ouest de la Chine) à Harbin (chef-lieu de la province du Heilongjiang, une province du Nord-Est de la Chine), distant de plus de 2000 km, la communication ne pose pas gros problème. De plus, la vulgarisation du mandarin standard – le putonghua – à partir des années 1950s renforce cette unification langagière (Baumann & Lee, 1988).

[1] https://www.ethnologue.com

[2] Hypertexte de la citation : https://www.ethnologue.com/country/CN (Toutes ces informations s’inscrivent dans leur ouvrage intitulé Ethnologue: Languages of the World paru en 2016.), consulté le 17/ 05/ 2016.

Références bibliographiques :

  • Baumann, T., & Lee, M. W. (1988). Language atlas of China. Hong Kong: Longman.
  • Sun, H.,Hu & Huang.(2007). Les langues chinoises (1ère édition). Beijing: The Commercial Press. (en chinois : 孙宏开, 胡增益, & 黄行. (2007). 中国的语言 (第1版). Beijing: 商务印书馆.)
  • Yuan, Z.R. (2004). A la vulgarisation du mandarin standard. Beijing: Langugage & Culture Press. (en chinois : 袁钟瑞. (2004). 话说推普. 北京: 语文出版社.)

 

Sitographie :

Yi Yin

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Le plurilinguisme en Chine

Le plurilinguisme en Chine

 

L’objectif d’écrire cet article s’inspire de mon mémoire portant sur les incidences des dialectes chinois dans l’apprentissage de la prononciation du français. Et comme l’utilisation des dialectes est très répandu en Chine, surtout dans des situations familières, il est inévitable de parler la question de « plurilinguisme ».

La notion du « plurilinguisme » est d’origine occidentale. Et ce sont donc principalement les chercheurs occidentaux qui y travaillent beaucoup. Selon Cohen, dans son ouvrage Pour une sociologie du langage paru en 1956, le terme « plurilinguisme » désigne la situation d’une personne ou d’une communauté qui utilise plusieurs langues selon le type de communication. Il existe des pays qui sont institutionnellement bilingues ou plurilingues dont tous les citoyens ne parlent pas nécessairement deux ou plusieurs langues, comme le Canada ou la Belgique. Le concept de « plurilinguisme » distingue de celui de « multilinguisme » « qui est la connaissance d’un certain nombre de langues ou la coexistence de langues différentes dans une société donnée. » (Conseil de l’Europe, 2005 : 11). Tout simplement, le multilinguisme désigne des situations ou des contextes de coexistence de langues alors que le plurilinguisme qualifie la connaissance plurielle et diversifiée des langues chez un même individu, l’objet des mots n’est pas donc identique. Quelles que soient les langues régionales, les langues minoritaires, les langues ignorées ou reconnues par l’institution, le plurilinguisme consiste à prendre en considération les langues et ses variétés dont les jeunes scolarisés sont porteurs et auxquelles ils sont susceptibles d’être exposés dans une école scolaire ou en dehors.

La Chine est un pays très riche au niveau de sa diversification géographique, ethnique et linguistique. 56 ethnies, dont 55 ethnies minoritaires plus 1 ethnie majeure (Han), composent la population de la République populaire de Chine. Comme ces ethnies sont issues de différents contextes historiques, chacune possède sa propre langue et ses variantes. Par exemple, les gens de Canton parlent cantonais, les gens de Shanghai parlent shanghaïen, les villageois de Sichuan parlent sichuanais, etc. Comme la Chine a une ampleur géographique, cela ne nous étonne pas que ces langues sont si hétérogènes et différentes de sorte qu’un tel locuteur ne réussit pas à communiquer avec un autre issu d’un autre endroit. Dans le but de faciliter la communication interpersonnelle et les échanges commerciaux, éducatifs, culturels, depuis 1956, le Conseil des affaires d’Etat a émis ses Directives sur la popularisation du putonghua dans lequel l’Etat insiste pour promouvoir le putonghua comme langue véhiculaire et commune utilisée dans tout le pays. Ainsi, ce n’est que le mandarin standard (le putonghua) qui est la langue officielle dans le territoire chinois. Il paraît donc que le terme « bi-/ plurilinguisme »ne s’applique pas à la situation de la République populaire de Chine car elle est un pays institutionnellement monolingue. Cependant, dans la mise en œuvre de la popularisation du mandarin standard, les dialectes chinois ne disparaissent pas. En raison de la tradition langagière et culturelle, tous les Chinois ne parlent pas la même langue, et ils ont l’habitude de parler leur propre dialecte à la maison ou dans des situations familières.

Le plurilinguisme est un phénomène social qui repose naturellement sur des caractéristiques de notre société. D’abord, c’est que l’on s’exprime avec différentes langues en fonction d’espace spatio-temporel et d’objet, et de contexte. Il arrive souvent qu’un jeune homme parle le dialecte de Sichuan à sa mère, le dialecte de Hubei à son père, alors qu’il parle le putonghua à ses camarades de classe. Ensuite, les langues que choisit un locuteur ont une corrélation étroite avec l’âge, l’identité sociale, la profession, etc. On dirait qu’un locuteur bien cultivé parle un putonghua plus standardisé qu’un individu moins éduqué ; un adolescent mélange des langues ou fait des code-switchings lors de son discours alors que ses parents le font rarement. La dissemblance linguistique des langues se manifeste sous trois aspects : la phonologie, le vocabulaire et la grammaire. Le plurilinguisme en Chine est marqué par les différences phonologiques en particulier. Il existe sans aucun doute des nuances grammaticales entre deux dialectes chinois ou bien entre un dialecte et le putonghua, mais cela est moins évident par rapport aux différences entre l’anglais et le putonghua au niveau de la grammaire. En plus, le phénomène d’alternance codique (code-switching) est de plus en plus répandu parmi les locuteurs sinophones. C’est avec une fonction ludique, communicative et identitaire que les locuteurs réalisent l’alternance codique de temps en temps, mais en fonction de la situation de communication. En Chine, ce qui se passe le plus souvent, c’est que l’on fait une alternance codique soit entre son propre dialecte et le putonghua, soit entre le putonghua et l’anglais ou les langues étrangères.

Et enfin, le plurilinguisme en Chine peut s’expliquer par quatre raisons principales. Tout d’abord, c’est la politique qui influence la naissance du bi-/ plurilinguisme. L’existence de ce phénomène lié bien étroitement à la politique linguistique et à la croyance religieuse. La planification de la politique linguistique à l’échelle nationale ainsi que les revendications de certains groupes ethniques favorisent ou entravent le développement du plurilinguisme dans le pays. Ensuite, la sphère culturelle. L’émergence du bi-/ plurilinguisme se base justement sur les échanges interculturels entre la tradition de la langue maternelle et d’autre(s) langue(s). Le déplacement du peuple engendre non seulement une intégration culturelle, mais affecte la situation du bi-/ plurilinguisme. Pour des raisons économiques ou politiques, la population a sans doute besoin de déménager d’un endroit à l’autre. Au moment où les immigrants nouvellement arrivés se mêlent aux habitus des indigènes, il est fort probable de produire le phénomène de bi-/ plurilinguisme. Un bon exemple est la venue du hakka, qui est né dans le processus des échanges linguistiques quotidiens entre les immigrants du Nord de la Chine et les indigènes du Sud de la Chine (Gao, 2012). Le dernier facteur mais le plus important est l’aspect économique. Les échanges économiques jouent un rôle déterminant au cours du bi-/ plurilinguisme car la question de l’économie est la prémisse de tous les autres sortes d’échanges. On ne peut développer sa puissance économique sans communiquer avec d’autres pays ayant une meilleure force productive et des techniques de production. Pour ce faire, il est avant tout nécessaire d’apprendre la langue du pays cible. Ainsi, on nomme la fonction de l’économie « la valeur de marché » (ibid.).

 

Références bibliographiques :

  • Cohen, M. (1956). Pour une sociologie du langage. Paris: AMichel.
  • Conseil de l’Europe. Division des politiques linguistiques. (2005). Un cadre européen commun de référence pour les langues: apprendre, enseigner, évaluer. Didier. Conseil de l’Europe.
  • Gao, L. (2012). L’analyse du bilinguisme et du plurilinguisme en Chine. Science and Technology, (2). http://nlc.vip.qikan.com/text/Article.aspx?titleid=kejt201202156, consulté le 16/ 05/ 2016. (en chinois:高丽丽. (2012). 中国社会的双语现象及多语现象分析. 科技探索.)

 

 

Yi Yin

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Les langues régionales de France

Quelles sont ces langues ?

Le rapport de CERQUIGLINI, sous le gouvernement de Lionel JOSPIN a dressé une liste de 75 langues régionales en France en 1999 ; liste qui a été modifiée au fil des années par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France notamment. On distingue les langues installées et pratiquées géographiquement en métropole et celles des DOM-TOM. En France métropolitaine, on peut les classer en quatre groupes distincts :

-les langues romanes issues du latin dont le catalan, le corse, l’occitan, le franco-provençal ou les langues d’oil

-les langues germaniques post-latines dont le flamand et l’alsacien

-les langues d’origine celtique comme le breton

-les langues prélatines comme le basque

En ce qui concerne l’Outre-Mer, on peut les distinguer comme ci-dessous:

-les créoles dérivés du français, portugais et anglais comme le créole martiniquais, le créole guadeloupéen, le créole guyanais, le créole réunionnais ou le saramaka

-les langues kanak

-les langues amérindiennes (présentes en Guyanne)

-les langues hmong

-les langues polynésiennes

-le shimaore et le shibushi à Mayotte.

Carte trouvée sur le site suivant: www.franceculture.fr Il s'agit d'une représentation géographique des langues régionales non exhaustive
Carte trouvée sur le site suivant: www.franceculture.fr
Il s’agit d’une représentation géographique des langues régionales non exhaustive

Statut politique?

La Révolution française a marqué un tournant majeur dans l’aménagement linguistique diachronique de la langue française et les représentations des langues en France en instaurant le modèle suivant: une langue, une nation. L’urgence d’unir le peuple derrière la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » engendra une politique progressive monolinguiste et centraliste à l’encontre de ces langues régionales. Le français a constitué et constitue toujours le ciment de la nation tel que l’article 2 de la Constitution peut l’illustrer : « la langue de la République est le français » qui dispose du statut de langue officielle. Toujours est-il que des changements timides sont survenus quant à la reconnaissance des langues régionales: citons par exemple la loi Deixonne (1951), abrogée depuis 2000. Elle « est la première, et la seule jusqu’à aujourd’hui, spécifique à l’enseignement des langues régionales. Elle constitue une reconnaissance officielle de l’existence de certaines langues régionales (l’occitan, le breton, le basque et le catalan ; d’autres langues seront concernées plus tard), jusque – là ignorées dans les textes officiels » (ALEN-GARABATO C et CELLIER M, 2009)

Pensons également à la Charte Européenne des langues minoritaires ou régionales1. Elle fut signée par la France en 1999 mais toujours pas ratifiée à ce jour malgré sa remontée tumultueuse à la surface aux Assemblées récemment. Pourquoi un tel retard? Elle semble aller à l’encontre de l’article 2 de la Constitution mentionné précédemment expliquant le tollé qu’elle suscite.

La révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 à travers l’article 75-1 de la Constitution illustre également cette reconnaissance: « Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ».

Leurs usages ?

Depuis 1999, aucun grand recensement général n’a été mis en place pour mesurer la pratique de ces langues sur le territoire français et le nombre de locuteurs régionaux. Par conséquent, il s’avère difficile de chiffrer de façon précise et fiable l’usage des langues régionales de nos jours. Néanmoins, un fait semble être évident: celles-ci sont en déclin particulièrement en France métropolitaine, dû à une transmission familiale de moins en moins importante et la mobilité géographique surtout en milieu urbain. (voir rapport du comité consultatif pour la promotion des langues régionales et pour la pluralité interne consultable sur le site du MCC2)

Enseignement ?

Celles-ci survivent grâce à l’initiative des mouvements locaux, de la FLAREP3, de l’Éducation Nationale par le biais de l’enseignement. Les adultes peuvent apprendre la langue régionale souhaitée grâce à des organisations diverses et obtenir le DCL (Diplôme de compétences en langues). Actuellement, cela est possible pour le breton et l’occitan seulement. Concernant les langues régionales apprises aux niveaux primaire et secondaire, il est important de souligner que leur enseignement n’est pas obligatoire mais facultatif. Les langues ou groupes de langues concernés sont les suivants: le créole, le catalan, les langues mosellanes, les langues régionales d’Alsace, le breton, le basque, le wallisien, le futunien, le tahitien, les langues amérindiennes, le gallo, le corse, l’occitan et les langues mélanésiennes. Ces cours sont proposés par les différentes académies et collectivités dans des établissement publiques et privés, certains dispensant d’un enseignement bilingue français/langue régionale (le cas des écoles bilingues français/breton Diwan par exemple). Depuis 1970, une option langue régionale est proposée au Baccalauréat. Il en est de même pour le CAPES (pour le corse, le basque, le breton, le catalan, le créole et l’occitan). Cette option permet d’obtenir la qualification d’enseignant bilingue (voir brochure sur l’enseignement et l’apprentissage des langues et cultures régionales disponible sur le site officiel du MENESR4).

BIBLIOGRAPHIE:

Carmen Alen-Garabato et Micheline Cellier, « L’enseignement des langues régionales en France aujourd’hui : état des lieux et perspectives », Tréma [En ligne], 31 |  2009, mis en ligne le 20 septembre 2010, Consulté le 09 mars 2016. URL : http://trema.revues.org/903

1Elle fut introduite et adoptée par le Conseil de l’Europe en 1992. Elle vise la protection et la promotion des langues régionales et minoritaires.

2Ministère de la Culture et de la Communication

3Fédération pour les langues régionales dans l’enseignement public

4 Ministère de l’Éducation Nationale de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts