Archives par mot-clé : poésie

Nouvelles formes littéraires en ateliers d’écriture

 

Ce texte fait suite à mon billet précédent sur les catégorisations (hasardeuses) en littérature. J’y suggérais que la littérature pouvait se trouver partout, et pas uniquement dans les genres canoniques que sont le roman, le théâtre ou la poésie et, dans le sillage d’un Walter Benjamin (1991), j’essayais de reconsidérer l’art populaire, de donner des lettres de noblesse à  des genres regardés comme mineurs : Bande Dessinée (BD) et Cinématographe (ciné(ma)) ; dans la continuité de ces pérégrinations de l’esprit, voici quelques autres réflexions…

Continuer la lecture de Nouvelles formes littéraires en ateliers d’écriture

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Poésie et lectures créatives : un colloque à Grenoble

Colloque à Grenoble : “À l’écoute du poème : enseigner des lectures créatives”

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Conférence de Patrick Quillier « Le geste dans l’oreille »

21.01.16 Au musée du quai Branly

« La connaissance parle, mais la sagesse écoute » J. Hendrix*

P. Quiller est actuellement professeur de littérature à Nice. Il a vécu et enseigné dans plusieurs pays du monde comme la Réunion, le Portugal, l’Autriche et l’Hongrie. Il est traducteur et compositeur également.

Le titre de cette conférence est « Le geste dans l’oreille ». Mais que cela veut dire ? Lire à l’oreille, lire par l’oreille…Mais ce geste ne se limite pas à ces deux phrases.

Acroamatique (ce qui est reçu par l’oreille) est un mot avec une histoire qui continue à influencer. Du grec ακούω (akouo) un terme utilisé pour désigner ce que nous appelons un cours magistral qui est réservé aux disciples qui savent écouter. Alors que pour un cours de TD c’est par la maïeutique que les élèves apprennent.  Les 1ères écoles pythagoriciennes avaient introduit ce type d’école acroamatique. L’enseignement était dispensé, caché par le rideau donc il était purement auditif.

Cela a produit un autre mot ; acousmate comme la musique acousmatique (d’après guerre) où on ne voit pas l’interprète car il y a une sorte de rideau pythagoricien. L’acousmate désigne tout ce qui rend dans l’écoute, à l’oreille. L’enseignement acroamatique de l’école pythagoricienne est aussi acousmatique. C’est un mot pour désigner les axiomes, les formules etc.

Mais hors les sons qui viennent de l’extérieur, est-ce qu’il ne se passe pas que dans notre esprit ils se passent de sons dont on ne peut pas vérifier l’origine ? La tradition chrétienne en fait la preuve. Plusieurs exemples, un de plus importants la voix de Dieu à Marie. Cet acousmate est tellement important que la littérature mystique et spiritualiste notamment de la langue française  a crée des expressions telles que : être en état d’acousmate  qui veut dire être dans un état d’extase, écouter les anges ou Dieu.

AAEAAQAAAAAAAABIAAAAJDk1Nzg1ZDk5LTM1MGYtNDg2Yy05NDA0LTAxZGQwYTIyNzcyYg
Ecouter Chacun matin je me dis la même chose; Rien de ce que je dirai aujourd’hui va m’apporter (apprendre) quelque chose. Donc si je veux apprendre, je dois le faire en écoutant. Traduction de l’anglais, réalisée par moi-même.

D’autres écrivains ne restent pas différents. Plus tard,  à la première moitié du XXème  siècle Apollinaire qui appartenait au courant du symbolisme  écrit  deux  poèmes intitulés « Acousmate ». Le premier parle du  guetteur mélancolique : « J’entends parfois une voix qui est absente ». Donc il s’agit d’une réception acousmatique d’un son de quelqu’un qui n’est pas présent. Les mots qui sont dits de cette voix sont ciel et miel.  « Le ciel qu’on médite et le miel qu’on mange ». Des mots terminant par la lettre l comme les noms de trois archanges. Son deuxième poème commence par le récit alexandrin des bergers qui suivent une étoile et qui entendent des anges chanter.

P. Quillier a écrit une thèse ayant comme sujet l’acroamatique chez René Chard. Il dit que quand on s’initie par l’oreille c’est clair comme de l’eau de rose. Plus précisément ; « Si on fait usage de l’oreille on va être initié à savoir faire quelque chose ». Et cela est très concret du point de vue physique. L’oreille est le son du langage. Il incite à lire dans un corpus donné une œuvre à lire à l’oreille c’est-à-dire à repérer dans un corpus donné tout ce qui passe par l’auditif. « Notre usage de l’écoute façonne notre apprentissage de langue ».

P. Quillier nous conseille vivement le livre de Gabriel Bergounioux « Le moyen de parler », 2004, Verdier .Livre 2004. « Difficile mais formidable » selon lui. L’écrivain, démontre que notre cerveau produit des millions de combinaisons linguistiques. Et si on veut parler on est obligés de canaliser ce magma des pensées qui surgit en nous mais aussi les bruits de l’extérieur (pensez aux moments où vous lisez dans le métro, oui vous canalisez ce magma pour vous concentrer dans votre lecture !). Un autre livre que le conférencier nous invite à lire est celui d’ Eero Taratsi « Fondements de la sémiotique existentielle » 2009, L’Harmattan.

volcano-03

Chez Barbier il y a quelque chose de très important. Faire le vide, une étape de vide. Afin d’être à la réception de ce qu’on écoute. Notre bagage intellectuel : Barbier dit qu’il va nous aider à faire une dance autour de nous. Auquel les poètes vont se référer  « Le miracle est en nous » l’espace intérieur qui est le véritable récepteur de tout ce qu’on écoute et en même temps le producteur.

Le geste d’écoute est au cœur de la production langagière. « Πάντα είναι πνοή » (panta einai pnoe) disaient les anciens grecs. « Tout est souffle ». En disant cela P. Quillier me rappelle que dans les croyances des trois religions monothéiques  ce souffle est un noyau central commun car selon le judaïsme, le christianisme et l’islam l’âme de l’homme s’est crée grâce au souffle de Dieu.

Ce que nous pouvons retenir de cette conférence est que dans un monde où on communique souvent par sms et messages électroniques n’ y a-t-il pas un écho important qui se perd de nous-mêmes et des autres ?

Et notre mémoire (recherche) n’est-il part une sorte de poésie un discours de la parole de l’intérieur ? En tout cas une partie de notre mémoire demande une réflexion silencieuse un recours dans notre monde intérieure. Cet endophasie est la parole intérieure. Les lectures qu’on fait ne sont pas les paroles qu’on entend des personnes qui nous parlent simplement sous forme écrite?

Canaliser ce magma pour se concentrer à la lecture et l’écriture et ainsi viser le cœur de notre sujet et de notre problématique !

*Citation ajoutée par moi-même.

** Toutes les images sont prises dans Google Images.

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Compte-rendu de la journée de pré-soutenance

Sur les neuf groupes formés par Serge Martin, le professeur du séminaire, nous nous consacrons, dans ce compte-rendu, aux présentations du groupe 3 composé de, ce jour là, Carla Campos-Cascales, Naïma Hamdi et Héloïse Moschetto.

Carla avec son thème « La relation littéraire en contexte catalan : quel sujet lecteur au lycée ? » prend la parole. Après avoir salué le public, elle ne s’attarde pas à présenter son sujet de mémoire et son projet comme la place de la langue dans la culture, la langue et la littérature en Catalagne. Elle nous témoigne que dans cette région d’Espagne la littérature est étudiée de manière théorique. Les questions renvoyant à la problématique sont la question de méthodologie (quel sujet lecteur ?), la question d’interprétation qui nous renvoie aux chercheurs comme Mireille Naturel.

Naïma intervient. Elle nous fait savoir qu’elle a changé de sujet c’est-à-dire de « La littérature maghrébine comme approche de la compétence interculturelle » à « L’alternance codique dans les interventions verbales». « Mon enseignement en Algérie avec le FLE est un facteur du choix du sujet », déclare Naïma. Elle témoigne que l’alternance codique est une tendance qui existait en Algérie avant l’arrivée du français. Elle se faisait entre l’arabe soutenu et l’arabe dialectal. Selon notre camarade, l’alternance codique, en raison de l’accroissement de son importance, elle a une fonction communicative et une fonction didactique. Comment saisir le fonctionnement de cette pratique en Algérie ? A l’image d’une hypothèse, l’alternance codique serait une pratique ancestrale ancrée dans la société algérienne. Notre camarade se demande encore si l’alternance codique est un bilinguisme et si elle porte atteinte à la L 2.

Héloïse travaille sur « La place paradoxale de la poésie dans l’enseignement des langues ». Elle est la dernière intervenante du groupe. Avant de présenter les différentes parties de son mémoire, Héloïse nous dit comment, à partir des corpus poétiques (treize manuels de niveau A 1 au niveau B 2 sont analysés), il est facile de pratiquer la grammaire pour une compétence linguistique et l’apprentissage. D’après notre camarade, un corpus poétique fonctionne comme un texte. Héloïse planifie son travail sur les points suivants : l’analyse des corpus correspondant aux travaux sur le terrain, l’apprentissage des poèmes et l’instrumentalisation de la grammaire par le poème.

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l'université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j'ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts

Prodiges de Sardaigne et poètes Touaregs

Aujourd’hui, j’ai eu le plaisir d’assister à une partie de la journée d’études « L’inspiration au prisme des vies de poètes » durant laquelle Maria Manca et Amalia Dragani ont articulé leurs présentations autour de la vie des poètes, de ce qui les mène à le devenir, et de ce qui les inspire.

 

En début d’après midi, Maria Manca a tout d’abord pris la parole pour nous parler de joutes poétiques de Sardaigne. «  Quand le poète s’inspire de la vie exemplaire des saints ». Lors de ces joutes (durant les fêtes patronales), les villageois inscrivent des thèmes sur des papiers et c’est à partir de cela que les poètes, devenant avec l’expérience de véritables « héros identitaires de Sardaigne »,  vont devoir improviser. Après cinq minutes d’un silence mystérieux, trois heures de poésie commencent : un millier de vers, toujours inédits, rigoureusement improvisés.  Les poètes exposent leur art en improvisant des huitains rimés.

Leur inspiration est comme un don de nature, une force divine. Les poètes disent qu’elle leur vient de la muse et du saint esprit mais aussi des autres saints et surtout de celui pour qui la joute est dite. Le saint en question –souvent orateur et prêcheur qui devait convertir tout comme le poète doit convaincre– est même invoqué dans la première partie et sa vie apparaît dans la dernière, la moda : un appel direct adressé au saint. Cette partie est la plus longue et la plus difficile, elle requiert une grande virtuosité.

Maria Manca a évoqué également une identification symbolique du poète et du saint. Le saint traverse des épreuves, il lutte, souffre jusqu’au martyr. Pour le poète on parle de l’improvisation comme prouesse, d’un prodige technique, d’une force intellectuelle de mémoire et on donne à ses vers une force pragmatique : les gens se mettent parfois à genoux, font des signes de croix etc.

Mais qui sont ces poètes ?

Maria Manca nous explique  qu’ils ne parlent que très peu de leur vie dans les joutes. Ils traitent des anecdotes, mentionnent parfois leur famille mais s’arrêtent très vite puisque parler de soi n’est pas bien perçu.  En revanche la vie du poète est narrée par le public. En croisant les interviews dans le cadre de son travail de recherche, l’intervenante s’est rendue compte que les biographies des poètes étaient en fait particulièrement stéréotypées : la poésie a été donnée par la mère ou à travers un rêve, entre 7 et 10 ans la mère meurt et le poète se retrouve dans la campagne avec son père : c’est ici que va commencer son apprentissage de la poésie, qu’il va s’exercer à dire des vers. Plus tard il participera à sa première joute, multipliera ensuite les adversaires et deviendra petit à petit une sorte de prodige.

 

Cette intervention a été suivie par celle d’Amalia Dragani : « Sang, rêve et maladie : biographies diurnes et nocturnes de poètes Touaregs. » Un programme de recherche qui touche à la sphère intime.

Comme le titre l’indique, ici le poète est Touareg. Son caractère lui vient de ses ancêtres. Ce sont les nerfs et le sang qui reproduisent le caractère des ces derniers.  Bien souvent tout commence lors de la petite enfance,  suite à une maladie qui aura amené l’enfant à passer du temps seul, à l’écart du campement. La maladie développerait chez l’enfant une sensibilité certaine, une capacité à ressentir et serait la raison pour laquelle l’enfant aurait été choisi pour l’apprentissage de poèmes.  La poésie aurait donc une dimension thérapeutique.

D’où vient l’inspiration ?

 Amalia Dragani nous explique que chez les poètes Touaregs, l’inspiration arrive souvent dans les rêves, la nuit, au moment de l’endormissement, au crépuscule et à l’aube, à un moment où le monde est mis à distance et où l’esprit de l’homme est vacant, il est libre de la dimension sensorielle et se réveille. Il se concentre alors sur une pensée ou une image. Les poètes disent rêver de poésie presque chaque nuit que ce soit sous forme de performances, d’inspiration et de composition ou de poèmes récurrents.

Enfin, l’intervenante a évoqué un phénomène particulièrement intéressant : un paradoxe entre la façon dont les poètes décrivent leur corps en état d’inspiration dans les poèmes et lors d’entretiens.  Elle nous explique en effet que dans les poèmes, les poètes font référence aux organes internes et parlent de corps pathétique, de déchirure, de corps en morceaux, en ébullition, en explosion, troué, brulé. En revanche, lors d’entretiens ils font références à la peau, à des frissons, des chatouillements, des papillons dans le ventre, à la chair de poule etc.

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts

La place paradoxale de la poésie dans l’enseignement du français en Italie.

Héloïse Moschetto, Master 2 de Didactique du Français Langue Etrangère

« Au reste, le domaine de la poésie est illimité. Sous le monde réel, il existe un monde idéal, qui se montre resplendissant à l’oeil de ceux que des méditations graves ont accoutumé à voir dans les choses plus que les choses ».

Victor Hugo, Préface des Odes (1822).

 

En Italie, l’enseignement de la langue maternelle est très fortement influencé par la place centrale de la poésie au sein de la littérature. Dès les petites classes, les enfants apprennent des poèmes. Ceux-ci sont à la fois support et instrument fondamental de l’apprentissage de l’italien.

En revanche, l’apprentissage des langues étrangères se fait sans presque jamais avoir recours à la poésie ; contradiction sans doute liée au préjugé élitiste dont souffre ce genre littéraire : pour beaucoup, la poésie est en effet une forme ésotérique de la littérature, qui nécessite un apprentissage préalable, une bonne connaissance de la langue, et de solides capacités herméneutiques.

On se trouve donc face à un paradoxe résultant du fait que l’on privilégie la poésie au sein de l’enseignement de la langue maternelle, alors qu’on l’ostracise lors de l’apprentissage des langues étrangères.

En terme de didactique, le genre poétique cristallise une importante tension entre qualités adjuvantes (les rimes et le rythme qui facilitent la mémorisation, la dimension propédeutique*) et obstacles (déstructuration de la syntaxe, dimension elliptique qui peuvent entraver la conceptualisation). Nous constaterons, au cours de cette étude, l’influence de ces caractéristiques sur la formation de « préjugés » induits par l’âge des apprenants sur les méthodes d’enseignement (réticence à proposer un texte non narratif à un enfant, réticence à faire apprendre des comptines ou des poèmes par cœur à un adulte).

Après avoir analysé la dimension didactique de l’utilisation de la poésie au sein de l’enseignement d’une langue étrangère, nous observerons le corpus utilisé par des enseignants pour initier les élèves au français, et ce au sein de divers établissements italiens. Nous nous intéresserons d’abord à la démarche qui pousse l’enseignant à faire le choix de proposer ou non des poèmes à un élève, mais aussi et surtout aux réactions de ce dernier face à ce genre littéraire, et à la corrélation existant entre ces réactions et son niveau de langue.

Enfin, grâce à ces différents instruments, nous mettrons en question le paradoxe crée par les préjugés poussant à sélectionner ou sanctionner la poésie au sein d’un corpus didactique en fonction des apprenants.

* « Voilà le rôle de la poésie. Elle dévoile, dans toute la force du terme. Elle montre nues, sous une lumière qui secoue la torpeur, les choses surprenantes qui nous environnent et que nos sens enregistraient machinalement« . Jean Cocteau, Le secret professionnel.

Bibliographie indicative :

-ATMACA Hasan et AYDIN Esra, La poésie dans l’enseignement du FLE aux enfants, Turkish Studies, International Periodical For The Languages, Literature and History of Turkish or Turkic, Volume 8/10, 2013, p.97-103.

-BONCOURT M., «Du côté de l’école: le pédagogique» in La poésie à l’école. L’indispensable Superflu, Champ Social Editions, 2007.

-CHOMSKY Noam et PIAGET Jean, Théories du langage, théories de l’apprentissage, Points, 1979.

-FAYOLLE Roger, La poésie dans l’enseignement de la littérature : Le cas Baudelaire, Littérature n°7, octobre 1972, p.48-72.

-FRAISSE et HOUDART-MEROT, Les enseignants et la littérature : la transmission en question, Scéren, « Argos références », 2004.

-GAUDET J.-L. « La poésie à l’école, à quoi ça rime? » in Enseigner la poésie? Sous la direction de Jean-Yves Debreuille, Presses Universitaires de Lyon, 1995.

-MAREE AUDREY, Mémoire de recherche de M2, En quoi les pratiques pédagogiques pour favoriser l’implication du sujet-lecteur de poésie sont-elles les mêmes que celles qui favorisent l’implication du lecteur de texte narratif et/ou en quoi diffèrent-elles? Sous la direction de Isabelle Peretti, novembre 2012.

-MARTIN Serge, « Les gestes du poème-relation » in Langage et relation. Poétique de l’amour, L’Harmattan, 2005, p.142-176.

-MARTIN Serge, « Poème et relation ; vers l’interaction du rythme et du sujet » in L’Amour en fragments. Poétique de la relation critique, Artois Presse Univeristé, 2004, p.253-311.

-MARTIN Serge, « Présentation. Les poèmes au cœur de l’enseignement du français », Le français aujourd’hui 2/ 2010 (n° 169).

-MARTIN S et MARTIN M-C, Les Poésies, l’école, P.U.F, 2007

-MARTIN S et MARTIN M-C, Les Poèmes à l’école, Bertrand-Lacoste, 2007.

-MESCHONNIC Henri, La Rime et la vie, Gallimard, 1989 ;

-SIMEON J.P. « La poésie c’est pas ce qu’on croit » in La littérature dès l’alphabet, (dir) Henriette Zoughebi, Gallimard Jeunesse, 2002.

-Actes du colloque international des 4 et 5 juin 2009, Université Internationale et Capodistrienne d’Athènes, La place de la littérature dans l’enseignement du FLE.

-Site EDUSCOL du Ministère de l’Education Nationale, Maîtrise de la langue : la poésie à l’école, mars 2004, mis à jour en 2010.

-Sitecoles, site de professionnalisation des enseignants du premier degré dans l’enseignement catholique, La poésie à l’école, mars 2012.