Archives par mot-clé : plan

État des lieux d’une fin de recherche

Où j’en suis/Où je vais : Résumé

Dans la première partie de mon mémoire « Montrer un film en classe de FLE », j’essaie surtout de répondre à la question suivante : Pourquoi le cinéma ? (Pourquoi le cinéma plus qu’un autre support ?). Pour justifier, si l’on veut, mon choix de privilégier l’introduction du cinéma dans les cours de FLE, plutôt que la littérature ou la photo par exemple. J’y réponds un peu comme si mon mémoire allait être lu par des enseignants, encore douteux, à la recherche de repères quant à l’utilisation du cinéma. Pour ce faire, je m’appuie sur quelques des ouvrages de ma bibliographie ainsi que sur les propos d’enseignants que j’ai recueillis par le biais d’un questionnaire d’enquête composé de douze questions.

Continuer la lecture de État des lieux d’une fin de recherche

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Plan du mémoire 2.0 (À la recherche du style en FLE : Ateliers d’écriture avec Georges Perec)

Dans la dernière ligne droite avant la remise du mémoire et la soutenance, voici venu le temps des plans détaillés, des bibliographies complétées, des mises en page, des dernières suées et des bouffées d’angoisse.

Mon plan ci-dessous a peut-être sa forme définitive (enfin je l’espère !), mais si vous avez des suggestions (et l’esprit libre et le temps) n’hésitez pas à m’en faire profiter, je vous en saurais fort gré. Cela dit, au-delà du plan, c’est l’écriture elle-même qui assure la cohésion et la logique de l’ensemble, ce à quoi un plan ne rend pas forcément justice.

Cette rédaction du mémoire n’est pas finie pour autant : place désormais aux relectures, réécritures, ajouts et suppressions pour être certain de ne rien oublier du fond ou de la forme.

Continuer la lecture de Plan du mémoire 2.0 (À la recherche du style en FLE : Ateliers d’écriture avec Georges Perec)

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Faire du cinéma en classe de FLE, plan détaillé

Voici l’état de mon plan à ce jour. Je ne suis pas entièrement satisfaite de tous les titres que je propose ici. Ils ne rendent pas (je pense) tous grâce aux contenus auxquels ils font référence. Ils changent aussi à chaque fois que je rajoute la moindre phrase à droite à gauche — c’est-à-dire tous les jours ! Enfin, cela vous permettra, si le sujet vous intéresse, de vous faire une petite idée de mon travail. Bon courage à tout le monde.

Remerciements
Résumé/Abstract
Introduction

Partie I. Montrer un film en classe de FLE
Chapitre 1. Comment constituer un corpus de films pour sa classe ?
1.1 Qu’est-ce qu’un corpus de films ?
1.2. Qu’est-ce qu’un « bon » corpus de films ?
1.3. Quelques critères de sélection pour rendre le cinéma à la portée de tous

Chapitre 2. Apprendre à regarder
2.1. Ce que l’on analyse lorsque l’on regarde un film
2.2. Pour quelles raisons aime-t-on un film ?
2.3. Parler d’art, c’est parler de soi

Chapitre 3. S’identifier au locuteur natif au cinéma
3.1. L’empathie avec le personnage
3.2. L’émotion en classe de langue
3.3. De la motivation à l’imitation

Continuer la lecture de Faire du cinéma en classe de FLE, plan détaillé

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Réflexions nouvelles sur la dynamique du mémoire, la construction du plan et la bibliographie.

À la suite d’une réunion organisée par notre directeur de recherche, quelques étudiants et moi-même avons pu confronter nos idées et réfléchir un peu plus en avant à la conduite et à la présentation de notre mémoire. Quelques idées ont ainsi émergé qui doivent permettre de mieux en concevoir le développement, comme de proposer un plan plus original, plus attractif, de concevoir un terrain plus adapté au sujet du mémoire ou de référencer sa bibliographie de façon plus claire.

Continuer la lecture de Réflexions nouvelles sur la dynamique du mémoire, la construction du plan et la bibliographie.

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Chercher entre méthode et aventure : une histoire de phasme

Didi-Huberman propose dans Phasmes une très belle réflexion sur les tensions qui construisent un travail de recherche.

Georges Didi-Huberman, Phasmes, Essais sur l’apparition, Les Éditions de 
Minuit,1998, p. 9-10.

[…] Donc le chercheur continue de suivre son idée fixe – fût-elle informulée –, s’abandonnant à sa passion prédominante dans une course sans fin qu’il aura peut-être raison de dénommer une méthode. 
Parfois, dans sa course, il s’arrête, interdit : une autre chose tout à coup est apparue sous ses yeux, qu’il n’attendait pas. Non pas la chose en soi de sa quête fondamentale, mais une chose fortuite, explosive ou bien discrète, une chose inattendue qui se trouvait là, sur le passage. […] 
Telle serait la double vie de toute recherche, son double plaisir ou sa double tâche : ne pas perdre la patience de la méthode, la longue durée de l’idée fixe, l’obstination des soucis prédominants, la rigueur des choses pertinentes ; ne pas perdre non plus l’impatience ou l’impertinence des choses fortuites, le temps bref des retrouvailles, l’imprévu des rencontres, voire des accidents de parcours. Tâche paradoxale, difficile à tenir par les deux bouts – ses deux temporalités – contradictoires. Temps pour explorer la voie royale, temps pour scruter les bas-côtés. 
Les temps les plus intenses étant probablement ceux où l’appel du bas-côté nous la fait découvrir pour ce qu’elle était déjà, que nous ne comprenions pas encore. À ce moment, la désorientation de l’accidentel fait apparaître la substance même du parcours, son orientation la plus fondamentale. 
Devant ces choses fortuites – choses de passage, mais choses apparaissantes –, nous prend soudain l’envie déraisonnable de tout abandonner et de nous consacrer, sans perdre une minute, à leur pouvoir de fascination. Légère angoisse, à ce moment, d’oublier trop vite leur capacité à provoquer, à ouvrir une pensée. Légère angoisse symétrique de mettre en danger la cohérence du parcours que cette chose fortuite vient tout juste d’interrompre.

Il y aurait donc la marche aveugle où l’on sait où l’on va, où l’objet de la quête est d’une certaine façon connu – il suffirait d’établir le rapport de sa conquête, de son établissement,d e sa maîtrise. Et il y aurait l’arrêt, non qu’il soit volontaire, prévisible mais d’une certaine manière forcé, intempestif, prenant son origine dans l’inattendu, ce qu’on ne savait pas qui venait. Ce qui me semble important c’est de ne pas opposer méthode et aventure ou rationalité académique et intempestivité de l’écoute et de l’attention. Il s’agirait plutôt de penser la recherche comme un moteur à deux temps où l’interaction la plus forte s’exerce entre méthode et critique, entre aventure et parcours réfléchi, entre cohérence et risque.

Pas plus qu’une méthodologie n’assure d’une recherche, un spontanéisme ne permet de conduire un travail. C’est la réflexivité associée à l’attention ou la référenciation à des cadres réflexifs largement partagés associée à des essais à l’écoute de ce que la recherche engendre elle-même, qui permettent d’avancer non seulement pour trouver mais pour chercher, sous peine de ne plus être que dans l’application ou dans l’inapplicable…

Alors regardons ce que Didi-Huberman fait quant au plan de son ouvrage :

‑‑‑‑ Table des matières ‑‑‑‑‑

Ouverture 

I. Ressembler : 1. Le paradoxe du phasme – 2. Similaire et simultané – 3. La solitude partenaire – 4. Images-contacts – 5. Revenance d’une forme 

II. Apparaître : 6. Celui qui inventa le verbe « photographier » – 7. Superstition – 8. Le sang de la dentellière – 9. Une ravissante blancheur – 10. Éloge du diaphane 

III. Regarder : 11. La parabole des trois regards – 12. Les paradoxes de l’être à voir – 13. L’armoire à mémoire – 14. Une page de larmes, un miroir de tourments – 15. Don de la page, don du visage 

IV. Disparaître : 16. Disparates sur la voracité –17. Dans les plis de l’ouvert – 18. Dans la lueur du seuil – 19. Sur les treize faces du Cube – 20. Le lieu malgré tout 

Références des textes

Vingt chapitres regroupés en quatre parties composées chacune de cinq chapitres (une méthode compositionnelle!) puis un titrage qui fait apparaître une progression verbale, mieux un rythme de la recherche. Les titres de chapitre suivent plus les cas (ou les phasmes en l’occurrence) et on pourrait obtenir un classement et une recomposition de l’ensemble voire plusieurs, selon les lectures, les reprises de lecture. Donc, des titres qui tiennent un ensemble de disparates, chaque fois singuliers, dans une progression dynamique (le « malgré tout » du dernier chapitre montre qu’il faudrait reprendre infiniment mais qu’il s’agit de ne pas abuser non plus.
Observons maintenant comment avec une seule notion, il tient la tension de sa recherche :
[A]
Phasmes : brefs récits d’“ apparitions ” expérimentées devant des objets très hétéroclites – choses de la vie, photographies, joujoux, textes mystiques, fragments de tableaux, bestioles (dont le phasme, cet insecte extrême), taches d’encre, récits de rêves, comptes rendus ethnographiques, sculptures, plans cinématographiques, et la liste ne saurait être close. 
Comme si les animaux sans queue ni tête que sont les phasmes pouvaient donner leur nom à la classe indéfinie de ces menues choses apparaissantes, évidemment en prise sur la souveraineté du fantasme. Comme si des animaux sans queue ni tête pouvaient donner leur nom à un genre accidentel de connaissance et d’écriture : connaissance de ces choses disparates et fortuites, choses du bord de la route, que nous n’avions pas cherchées mais qui, en apparaissant, font apparaître soudain le sens même de ce que nous avions toujours recherché, qui sait…

[B]
Phasmes : insectes étranges, sans queue ni tête, mimétiques jusqu’au dissemblable. Mais aussi cauchemars insensés jusqu’aux vraies catastrophes. Mouches agglutinées et images agglutinantes. Ex-voto viscéraux et santons napolitains. Mystiques orientaux qui emploient le verbe “ photographier ”. Enfants en poussière et dentellières en sang. Femmes flottantes et tableaux diaphanes. Paraboles du regard et paradoxes de l’être à voir. Armoires peintes par Fra Angelico et feuillets tachés d’encre par Victor Hugo. Voracités et blessures. Tombeaux et fenêtres. Cristaux et portraits qui se taisent. Lieux et visages qui témoignent.
Essais sur l’apparition, donc. Événements de regard expérimentés devant ces choses dont la liste, bien sûr, ne saurait être close que par décision arbitraire, ou par hasard. Comme si les animaux sans queue ni tête que sont les phasmes pouvaient donner leur nom à la classe indéfinie de ces menues choses apparaissantes, évidemment en prise sur la souveraineté du fantasme. Comme si des animaux sans queue ni tête pouvaient donner leur nom à un genre accidentel de connaissance et d’écriture : connaissance de ces chose, disparates et fortuites, choses du bord de la route, que nous n’avions pas cherchées mais qui, en apparaissant, font apparaître soudain le sens même de ce que nous avions toujours recherché, qui sait…

L’impossible assignation du sens dès que la notion s’engouffre dans la conceptualisation, c’est-à-dire la recherche qui ne s’arrête pas au figement conceptuel. Il y a ici la pratique d’un empirisme qu’on peut appeler le gai savoir où la connaissance et l’écriture s’engagent ensemble dans un processus plus que dans un résultat à (dé)montrer. Cela oblige à inventer ses essais (le donc vient ici résumer la démarche comme système de connaissance-écriture) sur le mode du « comme si » et donc d’une aventure de la méthode ou d’une méthode de l’aventure : son racontage – le « qui sait… » engage un passage de racontage plus que de savoir, d’aventure plus que de méthode ou alors c’est cela la méthode: un comme si d’incorporation, un travail des historicités dans et par l’oralité.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus