Archives par mot-clé : parole

Perception de la parole: partie 2. Perception catégorielle et continue

Le concept de la perception catégorielle a été développé dans les années 1950 par Liberman et ses collaborateurs du laboratoire Haskins. Ils ont mené deux expériences afin de vérifier le processus de la perception des sons par les individus. Deux activités ont été proposées aux sujets : l’activité d’identification des sons et l’activité de discrimination. La première activité consistait à associer la syllabe entendue à une des deux catégories proposées [pa] ou [ba]. Cette expérience a prouvé que les sujets n’avaient pas de difficultés à identifier la catégorie à laquelle la syllabe appartenait et donc, qu’ils étaient capables de bien distinguer les variations inter-catégorielles. Dans le cadre de la seconde expérience, les chercheurs ont proposé aux individus d’écouter deux stimuli et ensuite d’associer le troisième stimulus à un des premiers. Cette expérience a démontré que les gens avaient moins de facilité de distinguer les variantes à l’intérieur de la même catégorie phonémique. Ainsi, les recherches ont abouti au constat qu’il est «plus facile à l’auditeur de percevoir les différences entre deux sons lorsque ces derniers se rangent dans deux catégories phonémiques différentes, plutôt que dans une même catégorie » (Nguyen, 2005 : 427).

Pourtant, cette affirmation n’est vraie que pour l’identification des consonnes. En ce qui concerne les voyelles, leur identification se réalise indépendamment de leur appartenance au même groupe phonémique ou à des groupes différents. Dons, les chercheurs ont tiré la conclusion que les voyelles sont perçues en continu, tandis que les consonnes par catégories (ibid.).

Malgré ces constats, nous ne pouvons pas affirmer avec certitude que l’auditeur perçoit la parole soit sur un mode continu soit sur un mode catégoriel, mais il est possible qu’il réalise « un double codage de l’information, continu (sous la forme d’une sorte de spectrogramme auditif par exemple) et discret (sous la forme d’un ensemble d’étiquettes phonétiques)» (Nguyen, 2005 : 429).

Massaro est adepte de la perception en continu. Il met en avant l’idée que si l’homme percevait les sons d’une manière catégorielle et pas continue, sans recourir aux informations acoustiques des sons, « il perdrait la possibilité d’exploiter ces informations ultérieurement, pour corriger de possibles erreurs d’identification relatives au phonème ou au mot précédent. La stratégie la plus efficace consisterait à conserver autant d’information que possible sur le signal le plus longtemps possible. » (ibid)

Il faut dire que la structure des catégories phonémiques est très variée et comporte de nombreuses variantes combinatoires. Tous les éléments appartenant à cette catégorie peuvent être jugés en fonction de leur qualité (the category goodness of variants), c’est-à-dire à quel point ces éléments sont représentants de cette catégorie d’après la perception des auditeurs. Parmi ces variantes on peut distinguer la variante la plus représentative de la catégorie, qu’on appelle prototype. Le prototype est devenu la notion de base pour la théorie des perceptual magnets développée par Kuhl. Elle a prouvé que le prototype utilisé comme le stimulus de la parole contribue à une meilleure distinction phonémique chez les humains (l’expérience a été menée également auprès des singes, mais les résultats ont justifié que la théorie n’est applicable qu’aux humains). D’après cette théorie, le prototype attire les autres éléments autour de lui. C’est d’après le rapprochement des éléments au prototype que nous pouvons juger à quelle catégorie cet élément appartient (Kuhl, 1991 :93).

D’une manière schématique la disposition des variantes autour du prototype et du non-prototype pourrait être présentée comme celle-ci :

(Nguyen, 2005 : 8)

“Results showed that the typicality of the speech stimulus strongly affected perception. When the prototype of the category served as the referent vowel, there was significantly greater generalisation to other hi vowels, relative to the situation in which the nonprototype served as the referent. (…)The prototype of the category functioned like a perceptual magnet for other category members; it assimilated neighbouring stimuli, effectively pulling them toward the prototype” (Kuhl, 1991 : 93).

Notons que Kuhl a mené l’expérience non seulement auprès des adultes, mais aussi auprès des enfants. Nous avons souvent entendu dire que les enfants sont plus sensibles aux sons de la parole (y compris des langues étrangères) que les adultes, car ils n’ont pas encore de fond perceptif bien établi de leur langue maternelle. D’après la recherche de Kuhl, ce fond perceptif commence à se développer vers l’âge de 1 an. Ainsi, Kuhl a décidé de vérifier sa théorie de perceptual magnets auprès des enfants de 6 mois, donc avant l’âge où ils acquièrent le lexique de leur langue maternelle. L’expérience a été menée auprès des Américains et des Suédois qui étaient censés associer les variantes des phonèmes à leur prototype. Elle a conclu que la théorie des perceptual magnets est valable pour les adultes aussi que pour les enfants et que les enfants sont en effet plus sensibles aux variations des phonèmes que les adultes. En en plus, même à l’âge de 6 mois les enfants réagissent mieux au stimulus/prototype de leur langue maternelle qu’en langue étrangère (Kuhl, 1992 : 607).

La notion du prototype a été également utilisée dans Fuzzy Logical Model of Perception (FLMP) développée par Massaro. Pourtant, contrairement à Kuhl, il utilise des syllabes en tant que prototypes et pas des sons isolés. Il estime que les phonèmes subissent une influence mutuelle, c’est pourquoi on ne peut pas les étudier séparément, hors contexte, donc le prototype devrait être représenté par une syllabe (Massaro, 1983 : 347).

Nguyen et Frauenfelder se prononcent pour l’utilisation de la syllabe en tant qu’unité de base de traitement phonétique, car la plupart des effets de coarticulation se passent à l’intérieur des syllabes et pas à leur frontière (Nguyen, Frauenfelder, 2003: 17). Selon eux, la syllabe cible est détectée plus rapidement que le phonème cible (ibid :18).

FLMP c’est une théorie qui décrit l’algorithme suivi par les humains lors de la perception de la parole. Cet algorithme se compose de 3 opérations : feature evaluation, feature integration and decision (Massaro, 1989 : 400). D’après Massaro, les caractéristiques des éléments (features) sont perçues et évaluées en continu et comparées au prototype qui est ancré dans la mémoire des individus. La décision finale est prise en fonction du rapprochement de l’élément au prototype. Un des avantages du FLMP c’est que cette théorie se sert des valeurs qui permettent d’identifier l’adéquation exacte des caractéristiques des éléments aux caractéristiques du prototype. Ces valeurs sont appelées fuzzy truth values et correspondent aux nombres allant de 0  (faux) jusqu’à 1 (vrai). Par exemple, la valeur 0,5 signifiera qu’il est difficile d’identifier l’appartenance de tel ou tel élément au prototype. (Massaro, 1989: 401)

En effet, c’est un avantage incontestable que la FLMP permet d’identifier plus ou moins exactement la position de l’élément par rapport au prototype. Mais la question suivante peut se poser : la notion de prototype est-ce une notion abstraite ou concrète ? D’après Kuhl le prototype est une caractéristique idéale qui est stockée dans la mémoire des locuteurs et à laquelle il compare toutes les variantes entendues. Donc, nous pourrions dire que le prototype est une caractéristique qui dépend de la perception individuelle des locuteurs. Mais, lors du déroulement des expériences, les sujets (natifs de la langue pour laquelle l’expérience est conçue) identifient dans la majorité des cas le même prototype parmi les variantes proposées. Donc, il est probable que les locuteurs natifs de la même langue aient des présentations similaires des prototypes des catégories phonétiques. Pourtant, il faut dire que ces prototypes ont été créés artificiellement pour les expériences. Les chercheurs ont créé une sorte de moyenne entre le F1 et le F2. Il est possible que la valeur du prototype qui est ancrée dans la mémoire des gens ne corresponde pas exactement à la valeur créée artificiellement, même si les deux valeurs sont proches. Nous pourrions conclure que le prototype est une notion de l’idéal phonétique qui ne se produit pas toujours en réalité.

On peut se poser la question sur l’emplacement des frontières entre les catégories. Quand un élément est positionné à une même distance entre les deux prototypes, il est difficile de l’associer à une catégorie particulière. Pourtant, le contexte pourrait être un bon appui pour que le locuteur puisse « ajuster les frontières qu’il établit entre les catégories » (Nguyen, 2005 : 433). Ce phénomène pourrait être défini comme compensation perceptive (ibid.).

Il faut noter qu’il existe de nombreuses discussions concernant la représentation des catégories sous forme des prototypes ou de liste d’exemplaires (leur réalisation concrète dans chaque contexte). D’après Massaro, il est plus pratique de se servir de la notion de prototype, car elle permet de catégoriser les phonèmes et ainsi de simplifier l’étude des phénomènes phonétiques. Sinon, nous aurions dû mémoriser toutes les variantes possiblesde chaque phonème.

Nguyen et Frauenfelder disent que les variations des sons ne représentent pas de difficultés pour les locuteurs, mais elles forment plutôt une source d’informations/une base de données. « Les variations présentées par le phonème sous l’influence d’un contexte revêtent un caractère systématique et régulier » (Nguyen, Frauenfelder, 2003: 16). Ainsi, l’auditeur se sert toujours du contexte pour identifier le phonème.

D’après Liberman, l’auditeur se sert le plus souvent des étiquettes phonétiques, mais ce serait plus avantageux de se servir du contexte :

« The casual (or  forgetful)  listener  is  assumed  to  rely  on  the  categorical  labels,  which  persist  in  memory,  rather  than  on  the  context-sensitive  auditory  impressions, which  do  not;  but  training  or  the  use  of  more  sensitive  psychophysical methods  is  said  to  give  better  access  to  the  auditory  stage  and  thus  to  the stimulus  variations-including,  presumably,  the  differences  in  formant  transition – that  the  labels  ignore.» (Liberman, 1985: 5)

Comment faudrait-il apprendre les phonèmes des langues étrangères: par leur prototype ou par exemplaires ?

Essayons de prendre l’exemple de l’approche articulatoire et verbo-tonale. Serait-il légitime de dire que les deux approches méthodologiques se servent des deux variantes de représentation des phonèmes ? Si l’approche articulatoire part de l’apprentissage des prototypes (ou des exemplaires les plus proches au prototype) et passe ensuite aux exemplaires (à leur réalisation concrète dans le contexte et plus éloignée du prototype), alors la méthode verbo-tonale propose de traiter les sons dans le contexte concret. Dans le cas où l’exemplaire (la réalisation concrète du son dans ce contexte) ne peut pas être réalisé par l’apprenant, l’enseignant propose des contextes phonétiques facilitants qui permettent de renforcer les caractéristiques du phonème et de rapprocher l’exemplaire au prototype. Il faut dire que pour les deux méthodologies l’unité du prototype semble être le phonème.

Bibliographie

Kuhl P., “Human adults and human infants show a perceptual magnet effect for the prototype, monkeys do not”, Perception &Psycholinguistics, №50(2),p.93-107, 1991.

Kuhl P.,  Williams K., et al., “Linguistic experience alters phonetic perception in infants by 6 months of age”, Science, New series, vol.255, №5044, p.606-608, 1992.

Liberman A., Mattingly I., “The motor theory of speech perception revised”, Cognition, №21, p.1-36, 1985.

Massaro D., Cohen M., “Phonological context in speech perception”, Perception&Psychophysics, №34(4), p.338-348, 1983.

Massaro D., “Testing between the TRACE Model and the Fuzzy Logical Model of Speech Perception”, Cognitive psychology, №21, p.398-421, 1989.

Nguyen N., « La perception de la parole », Phonologie et phonétique, Hermès, p.425-447, 2005.

Nguyen N., Frauenfelder U., « La reconnaissance des mots parlés », Rondal J., Seron X., éds. Troubles du langage : bases théoriques, diagnostic et rééducation, Margada, Bruxelles, p.213-240, 2003.

 

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Ecoute : une projection en soi et vers les autres

La journée d’étude du 16 novembre 2016 avait pour thème les expériences d’écoute et était dans la continuité du colloque du DILTEC (les 21 et 22 octobre 2016) –l’écoute étant en lien avec l’éthique.

Cette journée s’est divisée en plusieurs moments avec notamment les communications-ateliers (« L’écoute avec le récit de vie » Mme Molinié et « l’écoute de ce qui ne peut s’entendre » M. Martin), la rencontre-débat avec l’auteure de littérature de jeunesse Malika Ferdjoukh, la conférence-atelier par Ivan Jimenez Garcia portant sur les écoutes et les perceptions dans les approches plurielles, une table ronde portant sur « écrire un mémoire, une expérience d’écoute ? » et enfin la présentation d’un extrait d’une pièce de théâtre où un comédien parlait (récitait) seul tout en étant écouté par les autres personnes présentes dans la salle.

Cette journée m’a parue intéressante parce que j’ai pu faire le lien direct avec la rédaction de mon mémoire (du mémoire en général). En effet, dans la partie sur « l’écoute avec le récit de vie », nous avons pu voir le rôle de l’accompagnant qui dirige, qui influence le comportement de l’accompagné. L’accompagnant doit aussi laisser la parole à l’accompagné pour que celui-ci puisse s’exprimer. Accompagner c’est donc d’abord avoir une intention envers les autres (envers l’autre), c’est aussi savoir écouter l’autre aussi bien par ce qui est dit à haute-voix que par ce qui est exprimé par le corps, les mimiques, les gestes. Ecouter c’est donc construire une coénonciation où les deux interlocuteurs s’écouteraient et parleraient. Ce rôle « accompagnant » et « accompagné » peut donc être mis en relation avec le rôle du directeur de mémoire (accompagnant) et de l’étudiant de master (accompagné). Le directeur devant donc accompagner l’étudiant tout en l’écoutant (et vice-versa, l’étudiant écoute aussi les paroles de son accompagnant, il s’agit bien-là d’une coénonciation, d’une « coécoute »).

De plus, lors de la table ronde sur l’écriture du mémoire, j’ai trouvé très intéressant le fait de diviser la mise en route de l’écriture du mémoire en trois temps :

  1. S’écouter
  2. Ecouter
  3. Produire une écoute

La rédaction d’un mémoire commence déjà par sa propre écoute, c’est quelque chose qui peut paraître évident mais que je n’avais pas vraiment pris en compte. Il me semblait surtout que je devais écouter la parole de mon directeur de mémoire, de mes enseignants, avant d’écouter ma propre voix. Prendre le temps de m’écouter à travers ce que j’écrivais dans un de mes carnets (l’écriture est aussi une voix) m’a permis de prendre du recul par rapport à mon sujet et d’y voir un peu plus claire. Il faut prendre le temps de s’écouter soi-même avant de commencer à rédiger des choses au risque de partir dans tous les sens. Cela peut aussi soulever le problème suivant : si nous n’arrivons pas à nous écouter nous-mêmes, pouvons-nous vraiment écouter les autres ?

Puis, il faut écouter. Mais écouter qui ? La première personne à qui nous pouvons penser c’est à notre directeur de mémoire. Je pense aussi qu’il faut écouter son entourage, voir ce qu’ils en pensent et d’en discuter avec eux. Il est aussi important « d’écouter » les écrits des chercheurs qui se rapprochent du domaine dans lequel nous voulons travailler.

Et enfin, il faut produire une écoute : le mémoire est en lui-même une écoute à travers les voix que nous avons pu retranscrire et que nous avons laissé prendre vie dans nos écrits. Ces voix se sont donc les personnes que nous avons interrogées (qui correspondrait donc au quatrième carnet selon Bruno Latour[1]).

Pour écrire un mémoire, il faut donc faire des expériences d’écoute, être sans cesse tout ouïe, en écoutant les autres (aussi bien par le verbal, le para-verbal que par les gestes, les mimiques mais aussi les blancs), et c’est une écoute de soi. Toutes ces expériences d’écoute permettent de trouver sa propre voix qui sera retranscrite par notre écriture et donnera vie à notre mémoire.

 

[1] Bruno Latour, (2006). Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris : La découverte, p. 194-197.

 

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Journée d’étude – passages de paroles / paroles de passages – 7 octobre 2015

 

La journée d’études – passages de paroles / paroles de passages organisée par M. Serge Martin, a eu lieu le 7 octobre 2015 à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, au troisième étage dans la salle M.

 

Cette journée d’étude s’anime et s’enrichit par la participation des enseignants-chercheurs littéraires de Paris 3 et des doctorants venant de différentes universités. De plus, l’arrivée de Gérard NOIRET, en tant qu’écrivain, nous ouvre une autre voie de voir la « voix ».

 

Ce que veut dire « les littératures comme paroles de passages » selon Martin, c’est « les œuvres littéraires[…]permettraient d’engager les apprentissages et les enseignements dans des paroles accueillant le maximum de passages : transferts d’affects et de savoirs », alors l’idée de « les littératures comme passages de paroles » renvoie au fait que « les arts et œuvres de langage engagent des réénonciations vives où s’essaient des expériences nouvelles[…]que les œuvres demandent à continuer et à partager ».

 

Le matin est démarré par six intervenants qui donnent des discours sur l’utilisation de la littérature aux niveaux de la culture, de l’écrit et de la phonétique dans l’enseignement de FLE. Le deuxième tour se poursuivit par six autres interventions qui exploitent comment la littérature peut être une source de passages de paroles en proposant de l’emploi des représentations, de la récitation, de la lecture à haute voix, de la mise en liaison de la vie et des œuvres littéraires, de la photographie et de la traduction dans l’enseignement du FLE.

 

Sitographie

https://www.google.com.hk/search?safe=strict&client=aff-cs-360se-channel&channel=bookmark&hl=zh-CN&biw=1399&bih=711&site=imghp&tbm=isch&sa=1&q=edith+piaf&oq=edith&gs_l=img.1.0.0j0i30l2j0i24l7.277605.279508.0.281427.5.5.0.0.0.0.78.312.5.5.0….0…1c.1.64.img..0.5.296.eAlUe5eA-us#imgrc=dvRNHZPqUIT5hM%3A

TANG Ke

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

*Qui est l’être qui, le matin, marche à quatre pattes, le midi sur deux pattes, et le soir sur trois?

Qui dit Didactique des langues dit Sciences humaines  et qui dit Sciences humaines dit HOMME !

Saviez-vous que ?

  • En Europe, la naissance commence à se médicaliser au 18ème siècle, période des Lumières.
  • L’espèce humaine est  celle qui produit le plus de larmes.
  • La forme de l’oreille est propre à chaque individu.
  • Le mot tatouage vient du tahitien tatau qui signifie les marques ou dessins tracés sur la peau humaine.

Moi non plus je ne savais pas jusqu’au moment où j’ai visité le musée de l’Homme. Le Musée d’ethnographie du Trocadéro avec Ernest Théodore Hamy et Armand Landrin à sa tête se crée en 1880. Et en 1882 le Musée de l’ethnographie du Trocadéro s’ouvre au public.

Paul Rivet sera le fondateur et le premier directeur du Musée de l’Homme; Savant mais aussi politique et militant, il s’engage notamment dans la lutte contre le racisme et dans la résistance à l’occupant allemand.

Et maintenant il me reste de vous souhaiter une bonne lecture et j’espère une bonne visite éventuellement !

Photo prise par moi.
L’entrée au musée de  l’homme.

Nous sommes tous uniques. Nous sommes tous les héritiers d’un patrimoine génétique et culturel qui nous est propre. Tous différents, nous appartenons pourtant à la même espèce, l’espèce humaine, apparue en Afrique; il y a environ 200 000 ans.

Nous constituons tous, ensemble, une minuscule branche de l’arbre du vivant: 8,5 millions d’autres espèces, issues d’une longue évolution, nous entourent. Notre espèce a pourtant un rôle particulier, car nous transformons notre environnement au point d’influencer notre évolution et celle des autres espèces vivantes.

Revenons à nous, à vous…

Pourquoi sommes-nous les seuls à étudier notre histoire, à imaginer notre avenir, à visiter des musées ? Qu’avons-nous de si différent?

Tous parents, tous différents

Tous les êtres humains appartiennent à la même espèce: nous sommes tous interféconds. L’ADN ne diffère que de 0,1 pour cent d’un individu à l’autre.

Nos différences physiques, parfois très visibles, s’ancrent en fait dans une toute petite partie de notre patrimoine génétique. Elles résultent de l’adaptation physiologique progressive de notre espèce à des milieux variés et contrastés, mais aussi du hasard et de nos modes de vie, depuis notre naissance en Afrique il y a environ 200 000 ans jusqu’à nos jours.

«L’Homme porte encore dans la structure de son corps le sceau indélébile de son humble origine» Charles Darwin

2015-11-29 11.14.06
Tous parents tous différents. L’ADN ne diffère que de 0,1 pour cent d’un individu à l’autre.

32 dents et pas une de plus, des ongles plats et non des griffes, un coccyx et pas de queue… nous sommes faits de chair et d’os.

Mais existe-il vraiment un trait anatomique spécifique à l’Homme?

Nous partageons beaucoup plus de caractères morphologiques que nous ne le pensons avec les Primates et la plupart des autres Mammifères. Car le corps humain n’est pas apparu tel quel un beau jour ! Nous sommes le fruit d’une longue histoire évolutive qui nous a peu à peu différenciés d’autres espèces, sans effacer en nous les traces de cette filiation. Les premières Mammifères, il y a 150 millions d’années, avaient 52 dents. Au cours de leur évolution, vers 32 millions d’années avant notre ère, ce chiffre s’est abaissé à 32 dents.

L’Homme est le seul Primate exclusivement bipède, et le seul à pouvoir marcher et courir sur de longues distances. Ce mode de locomotion a entraîné un développement significatif des muscles fessiers, ce qui fit dire à Buffon  que ‘les fesses n’appartiennent qu’a l’espèce humaine’.

La taille de notre cerveau a triplé en 3 millions d’années. Le cortex, la fameuse matière grise, a multiplié les replis pour pouvoir se loger dans le crâne. C’est ainsi que se sont développées les aires de la conscience de soi, de la perception de l’espace, ou encore du langage.

2015-11-29 11.12.09

Constitué de 100 milliards de neurones, chacun doté de 1000 à 10000 connexions le cerveau est en activité permanente, et fonctionne à  100 pour cent de ses capacités.

À  la recherche du «propre» de l’Homme?

Qu’est-ce qui différencie l’Homme des autres espèces animales?

Au fil des siècles, philosophes, naturalistes et anthropologues ont avancé plusieurs réponses à cette question fondamentale.

En Occident, on a longtemps considéré le fait de se tenir debout sur deux jambes comme «le» critère décisif de notre supériorité sur les autres animaux. La bipédie est alors presque devenue synonyme, de condition humaine, symbolisant l’union avec le domaine des dieux et l’abandon de la condition animale…

L’Homme, une créature nue marchante sur deux jambes?

En réponse à la définition de l’Homme donnée par le philosophe Platon (428 à 347 avant notre ère), son contemporain Diogène le Cynique se promena dans Athènes un coq plumé à la main, en déclarant «Voici l’Homme de Platon!».

Cette anecdote rappelle que la volonté de définir l’être humain puise son origine dans la Grèce antique, qui a en grande partie inspiré la pensée et la science occidentale. Elle démontre aussi combien il est impossible de définir l’Homme sur un seul et unique critère!

Un corps inscrit dans le vivant

« Il n’y a pas de plus grand mystère au monde me semble-t-il, que l’existence des sexes. » Charles Darwin 1860

Comme celle de la plupart des plantes et des animaux, notre reproduction est sexuée: nous sommes issus de la rencontre entre deux cellules reproductives, l’une femelle et l’autre mâle. Certains traits ou comportements nous sont plus spécifiques. Ainsi, contrairement aux individus mâles et femelles de certaines autres espèces, qui peuvent présenter des différences morphologiques ou comportementales très importantes, les femmes et les hommes ont une morphologie en réalité très semblable.

Un corps investi par les cultures

«La condition humaine est corporelle. …C’est par lui que nous sommes nommés, reconnus, singularisés et identifiés a une appartenance sociale» David le Breton

Si notre morphologie résulte essentiellement de l’évolution, notre apparence est aussi le fruit de notre environnement familial et social. Car le corps humain n’est jamais nu. Dans toutes les sociétés, les individus façonnent ou ornent certaines parties de leur corps -ce de la tête aux pieds. À la fois intime et personnel, notre corps reflète la construction de notre identité, faite d’empreintes qui signent notre apparence-souhaitée ou imposée -à un genre, un groupe ou une société donnée.

Comme maître et possesseur de la nature

Au 17ème siècle, en Europe, se développe la vision d’un Homme supérieur à la nature, capable de la maîtriser par la connaissance qu’il en a. Au 19ème siècle, nous découvrons avec Darwin, notre place dans le continuum, qui unit l’ensemble des espèces. Aujourd’hui, la conscience de nos devoirs vis à vis du vivant nous amène à penser sous un jour nouveau les liens qui nous unissent aux non-humains.

Se situer dans un héritage

Chacun d’entre nous appartient à une société construite sur des valeurs communes. Ce «vivre ensemble» repose sur des figures fondatrices, supports de l’identité du groupe, qui assurent sa pérennité et sa prospérité -et en lesquelles tous se reconnaissent.

C’est le cas des ancêtres, esprits, divinités, ou personnages allégoriques, dont le culte est transmis de génération en génération. Réels ou imaginaires, ils assurent la cohésion du corps social-ici comme ailleurs.

On ne naît pas homme ou femme, on le devient

Les différences biologiques entre les sexes sont marquées socialement. Être une femme ou un homme, ce n’est ni une simple donnée naturelle qui serait indépendante des cultures, ni une construction seulement sociale indépendante des conditions biologiques. Dans touts les sociétés, la vie sexuelle faite de désirs, de plaisirs ou de reproduction, est soumise à des normes, des règles et des interdits. Dans la majorité d’entre elles, cela occasionne des inégalités entre femmes et hommes.

Le corps humain, entre nature et culture 

Notre corps est le fruit de deux temporalités qui s’entremêlent : celle de l’histoire évolutive du vivant et celle de l’histoire culturelle des sociétés humaines.

Comme chez les autres espèces, chaque cellule de notre organisme contient des molécules d’ADN qui, notamment, déterminent notre morphologie. Notre apparence, elle, est aussi façonnée par nos modes de vie et notre environnement familial ou social. Au carrefour de la nature et de la culture, interface entre nous et les autres, notre corps reste mystérieux.

1001 façons de penser le monde

Les êtres humains regroupent en catégories les éléments du monde, les choses, les êtres qu’ils soient visibles ou invisibles.

En fonction de notre histoire et de notre culture, nous avons élaboré des systèmes de représentation du monde, qui reposent sur notre conception de l’origine de l’Univers, des êtres qui le peuplent et de la place que nous y tenons. Ainsi, la « nature » telle qu’elle est perçue en Europe n’est pas universelle. Et la définition de l’Homme par opposition aux autres espèces est notamment étrangère à bien des peuples.

Un être de chair ? 

Notre corps est issu de l’évolution. Nous partageons une partie de notre ADN avec l’ensemble du monde du vivant.

Un être des liens ? 

L’Homme n’existe pas seul : nous ne pouvons pas vivre sans les autres. Notre espèce est extrêmement sociale : l’amour, l’échange et la transmission sont vitaux pour notre développement.

Les liens qui nous attachent aux autres s’enracinent dans notre cerveau, véritable passerelle entre nous et nos semblables. Ils se sont transformés en force pour notre espèce -composée actuellement de sept milliards d’individus -, structurée en familles et sociétés d’une grande diversité. Chacun de nous est éduqué pour faire partie d’un groupe dont il apprend les règles par imprégnation et par transmission. Individus, groupes ou sociétés se distinguent les uns des autres par un double phénomène : se reconnaître entre soi et se démarquer des autres.

Un être de parole?

À partir d’une même capacité à parler, qui repose sur des éléments neuropsychologiques et anatomiques, les êtres humains ont développé au cours de leurs longue histoire une profusion de langues, témoignant de la diversité culturelle au sein de l’unité biologique de notre espèce.

Quelques faits :

-Une langue sur deux n’est pas écrite.

-Chaque langue est adaptée a la société qui la parle.

-Un enfant peut apprendre à parler parfaitement n’importe quelle langue, un adulte non.

Quand les mots font la différence 

Le langage a longtemps servi de critère pour distinguer l’Homme de l’animal, reléguant ce dernier au rang de « bête ».

Au sein de l’humanité, ce critère peut aussi servir d’arme pour ériger des frontières : nous considérons souvent comme inférieurs ceux qui ne partagent pas notre langage et la culture qu’il véhicule, et valorisons ainsi notre propre communauté. Où l’on voit que l’ethnocentrisme est bel et bien la chose du monde la mieux partagée !

« L’humanité est un tout indivisible, non seulement dans l’espace, mais aussi dans le temps » Paul Rivet, 1948

*L’énigme de Sphinx  à Œdipe. Bien évidemment la réponse est l’Homme!

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

« Passages de paroles Paroles de passages »…

A chaque passage de paroles, un visage, une voix, un rythme,            une manière d’être, de paraître, une manière de faire, de construire, une logique, une structure, un monde…

un univers à apprivoiser, un point de vue singulier.

Si les paroles passent et les écrits restent, que restent-ils de nos paroles passées ?

Tant de « passages vers l’Ouest », mais aussi du Nord au Sud qui m’ont plus d’une fois déroutée, envoûtée, troublée, détournée.              Ecoute parfois flottante mais écoute réelle, pas celle d’une « simple transmission mais d’une vraie relation de soi au monde, à autrui ».    « On ne comprend pas mais on est saisi… par un mot, une image », une parole… bout de parole…

« Donner la parole pour construire sa subjectivité. »

« Donner de la voix pour trouver sa voie. »

« Entrer dans les modes de pensée de l’Etranger. »

Un point de vue…

Pas celui d’un doctorant mis à l’épreuve,

ni celui d’un professeur avisé

mais celui d’un novice qui découvre les membres                                         de la famille Diltec², sa branche littéraire.

 

« Quelque part à un croisement je ne suis pas et pourtant j’y suis. »

 

¹ EA 2288-DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures), Serge Martin (organisateur),  Littérature(s) :  Passages de paroles, paroles de passages Expériences et perspectives en didactique des langues, Colloque international, Paris : Université Sorbonne Nouvelle.

² Didactique des langues, des textes et des cultures

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

ERRANCE, Raymond Depardon.

En me rendant dans ma bibliothèque de quartier afin d’y trouver un livre de Belting sur l’anthropologie des images, je suis tombée par hasard sur Errance de Depardon. Je l’ai emprunté pour y jeter un coup d’œil et je me suis laissée porter jusqu’à la fin. Le photographe propose un monologue, comme « une autre voie parallèle aux photographies » (Depardon, 2000 : 34). Il explique construire une sorte de chemin de fer : d’un côté la photo, de l’autre le texte. Il souhaite donner une voix à la photographie, lui associer une parole. Ecrire est pour lui une nécessité, il lui faut poser des mots simples, tout comme il fait des photos simples (Ibid., 46).

 

Je me suis laissée porter par ses paroles, j’entendais le texte et je ressentais même le besoin à certains moments de lire à haute voix, pour mieux l’entendre raisonner. Il s’agit d’une parole par laquelle le photographe nous dévoile une part de sa personne, son travail, ce qu’il a pu penser dans certaines circonstances en travaillant sur ce projet mais aussi avant cela. Il exprime ses peurs, ses frustrations, ses envies. Il effectue et nous fait effectuer un voyage en lui-même en somme.

 

Une lecture surprenante qui donne envie de découvrir le travail de Raymond Depardon aussi bien en photographie qu’au cinéma, une bonne surprise.

 

Cette lecture, en plus de m’avoir captivée, m’a appris beaucoup sur la démarche du photographe et sur les choix qu’il fait. Est née alors l’idée d’un projet dans le cadre d’une classe de FLE. Il s’agirait, après avoir donné un aperçu de cet ouvrage aux étudiants, de leur proposer de pratiquer à leur tour la photographie et de constituer une sorte de mini récit pour accompagner des photographies autour d’un thème. Il serait possible d’envisager que chacun participe afin de fabriquer un livret qui serait le résultat du travail de la classe. Ce qui me paraît intéressant est le fait de passer par la pratique pour amener les étudiants à avoir une attitude réflexive sur leur démarche. Ils pourront identifier leur positionnement dans la photographie, justifier leurs choix concernant le format, le cadrage, les couleurs, la lumière, la composition etc. Par la suite, ils pourront transférer cette réflexion dans le cadre de leur propre pratique sur des photographies culturellement reconnues. La démarche leur apporterait des pistes de lecture, d’analyse et d’interprétation, pousserait les apprenants à s’interroger sur la place de l’artiste et à faire des inférences sur ses intentions.

 

 

Je vous laisse bien sûr avec quelques images extraites de cet ouvrage.

 

 

 

 

 

Depardon, R. 2000. Errance. Paris, Seuil, 160 p.

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts

Comment est-ce que je peux préparer un élève pour participer au « Conseil des Jeunes Citoyens » ?

Journée d’étude

 »Conseil des jeunes citoyens » 2015

7 mars 2015

Comment est-ce que je peux préparer un élève pour participer au « conseil des jeunes citoyens » ? L’objectif du Conseil des Jeunes Citoyens est de donner la parole aux jeunes, d’écouter leurs besoins et de permettre de mener à bien des actions en faveur de la jeunesse. Les enfants peuvent faire de la politique ? Si les enfants ne votent pas encore, ils font partie de la société. Ils ont un avis personnel et une vie sociale. Le mot politique est un mot grec, la politique c’est l’organisation de la vie. Il faut convaincre les élèves de participer aux concours qui concernent la politique et la vie quotidienne. Une bonne idée serait de les persuader de s’exprimer librement et de ne pas rester passifs. Pour cette année il y a 4 sujets que chaque candidat peut choisir, l’écologie, la citoyenneté, la culture et le monde virtuel. A ce qui concerne la première partie du conseil, il y a 4 orateurs, 2 orateurs en faveurs et 2 orateurs en opposition. Dans cette partie ils doivent préparer le sujet, faire la connaissance entre eux et discuter leur sujet pour le débat. Tout cela dure 45 minutes. A la deuxième partie ils parlent en alternance l’un après l’autre. A la fin de la deuxième partie un orateur en faveur et un en opposition de chaque sujet va continuer à la partie finale.

Tous les enseignants doivent motiver leurs apprenants de participer !

« Donnez la parole aux élèves.

Donnez-leur la parole, car exprimer des idées sans se sentir jugé, apprendre à déployer une pensée et à argumenter, cela apaise, cela remonte l’estime de soi, et cela diminue la violence. C’est mécanique.

Donnez la parole, une heure par semaine, dans chaque classe de chaque école de France, aux élèves.

Ils ont besoin de parler et de penser dans un cadre qui le leur permette.

Formez des professeurs à la conduite de débats. Laissez la parole circuler sans tabou. Osez laisser s’échapper de la bouche des enfants des horreurs, pour les parler, les penser avec eux. »[1]

 

[1] http://www.telerama.fr/idees/il-faut-donner-la-parole-aux-eleves-lettre-ouverte-a-l-education-nationale,122094.php