Archives par mot-clé : parler

La darija est notre langue, ‘dialna’. DILTEC

berberes_carte

Voici quelques lignes qui dessinent des axes de réflexion autour desquels s’articule ma recherche. Une recherche sur un sujet qui me tient à coeur.

La complexité de la situation sociolinguistique en Algérie est, depuis la nuit des temps, difficile à embrasser. Chose que je ne prétendons pas faire dans mon mémoire. J’aimerais plutôt mettre la lumière sur l’Algérien dit « arabe dialectal » ou « darija », qui sa dénomination et son statut même sont matières à débat. Ainsi que l’intégration de celui-ci en milieu scolaire algérien.

L’algérien est à l’image de l’Algérie : une langue au carrefour des cultures, le fruit amer de l’apport et du rejet des différents colonisateurs et l’acceptation consciente ou inconsciente du métissage. L’identité complexe de cette langue ne facilite pas sa dénomination. En effet, le problème que pose cette dernière est à mettre en rapport avec les effets de l’idéologie. En fait, au détriment et au mépris de la réalité culturelle et sociolinguistique plurielle, l’idéologie nationaliste en Algérie a imposé dès 1949 une définition identitaire exclusivement arabo-islamique. Autrement dit, l’algérien et ses dérivés ont été désormais présentées par l’idéologie officielle comme des éléments de désintégration de la nation algérienne donc, d’une nation arabe et islamique tout autant unie qu’à unifier. Ces mêmes conservateurs qui  voudrait que l’arabe littéral, langue du Coran, soit doté d’un statut hégémonique et que le français soit réduit au rang de langue étrangère se sont, fortement, opposé à l’intégration de l’arabe dialectal à l’école. En effet, il s’agit d’une proposition faite par la ministre de l’Education en 2015 afin d’amener, les élèves, doucement à l’arabe classique et ainsi diminuer les échecs scolaires trop fréquents dus à la difficulté de la langue arabe.

L’objectif de la didactique étant de diagnostiquer pertinemment les problèmes et de préconiser les remédiations qui s’imposent et estimant que les les questions linguistico-identitaires sont innervées du poids de l’idéologie, j’en veux pour preuve le manque d’argumentation et de travaux critique sur le plan linguistique. C’est pourquoi j’aimeras analyser cette proposition d’un point de vue linguistique et didactique. Quels enjeux représente-elle ? Penser que l’algérien est transparent à l’arabe scolaire est-il loin d’être vrai ? Y a t-il un constat d’intercompréhension entre les deux langues? Et enfin ce continuum existe-il vraiment ? Ou bien l’algérien doit-il être d’abord promu comme langue pour pouvoir être ‘enseigné » ?

Pour répondre à ces questions, il me semble légitime et indispensable de rebondir sur ce parler, essayer de défaire sa complexité et expliquer sa provenance. Dans cette perspective, la réduction du statut de l’Algérien de langue en dialecte par les différentes politiques étrangères n’est pas à négliger. En effet, l’Algérien a été pendant des siècles une langue littéraire, ou du moins l’un de ses registres l’a été et que l’on pourrait appeler écrit, et donc, travaillé et élaboré. Donc qu’en est-il de cette langue première qui ne bénéficie pas de statut officiel ? Est-elle toujours aussi loin d’être reconnue et promue comme langue telle que le tamazight en 2002 ?

Sachant que le point de passage entre le dialecte et la langue se situe au moment où l’on donne une identité graphique à un système linguistique oral, j’aborderai l’algérien qui s’achemine peu à peu dans les média, la publicité et les réseaux sociaux. Enfin, que signifie ce regain d’intérêt pour les parlers algériens? Pourquoi maintenant? Peut-on considérer ce phénomène comme autant de signaux qui démontrent que la société algérienne est en pleine évolution, en quête de son algérianité ?

Bibliographie

  • Ibtissem CHACHOU, La situation sociolinguistique de l’Algérie. Pratiques plurilingues et variétés à l’œuvre, Paris, L’Harmattan, 2013, 310 pp.

Khouloud Sihamdi

Diplômée en lettres et langue française à l'université de Constantine 1 en Algérie. Actuellement étudiante en Master 2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde. Intéressée par la compétence communicative dans les dialectes maghrébins.

More Posts

Follow Me:
Facebook

« Parler comme un livre » à la manière de Walter Benjamin…

Walter Benjamin, Enfance, Eloge de la poupée et autres essais, trad P. Ivernel, Rivages poche/Petite Bibliothèque.

« La littérature enfantine », émission radiophonique du 15/08/1929, pages 125 à 136. Conclusion de cette émission:

         « Dévorer les livres. Curieuse métaphore. Elle donne à penser. En effet, aucun monde de formes n’est, dans la consommation, à ce point emporté, dissous et anéanti que la prose narrative. Peut-être lecture et dévoration se laissent-elles réellement comparer. Avant tout, on doit toujours garder à l’esprit, en l’occurrence, pourquoi le besoin de nous alimenter et l’acte de manger n’ont pas de causes strictement identiques. La vieille théorie de l’alimentation est fort instructive parce qu’elle part de l’acte de manger. Elle disait : nous nous alimentons en incorporant les esprits des choses mangées. Or certes nous ne nous alimentons pas par là, mais nous mangeons toutefois en vue d’une incorporation qui représente plus qu’un besoin lié à une nécessité vitale. C’est pour un tel type d’incorporation que nous lisons également. Non pas afin d’élargir notre expérience, notre trésor mémoriel et existentiel. Ce sont de telles théories de substitution que les théories de l’alimentation affirment là : le sang que nous consommons devient notre sang, les os des animaux deviennent nos propres os, etc. Les choses ne sont pas si simples. Nous ne lisons pas pour augmenter nos expériences, mais pour nous augmenter nous-mêmes. Les enfants, eux tout particulièrement et tout le temps, lisent ainsi : en incorporant, mais non en s’identifiant. Leur lecture est dans un rapport très intime bien moins avec leur culture et leur connaissance du monde qu’avec leur croissance et leur puissance. Ils entreprennent donc alors quelque chose qui n’est pas moins grand que tout le génie investi dans les livres. Et c’est la parenté singulière que celui-ci présente avec le livre pour enfant. »

A la manière de Walter Benjamin…

…Une représentation personnelle de l’expression « Parler comme un livre »

par Yolène Boichard

     « Parler comme un livre ». Curieuse métaphore. Elle donne à penser. En effet, il peut s’agir à la fois d’une expression péjorative ou méliorative à l’égard de la personne désignée (« il parle comme un livre »), selon le point de vue à la fois symbolique et culturel auquel on choisit de s’attacher.

     Parler comme un livre…

     Cette expression peut tout d’abord sembler dépréciative en fonction d’une première représentation : celle d’un livre qui s’imposerait en tant que livre. Ainsi, par son discours, la personne qui parle, privant de toute liberté son interlocuteur, ânonne et déclame à la manière d’un ouvrage pédant, moralisant : le livre est ici considéré comme objet d’un savoir spécifique pourquoi pas rébarbatif, lourd, dont un lecteur réfractaire se verrait imposer la « lecture » à son corps défendant. La personne parlant comme un livre s’épancherait donc, toutes pages dehors, livrant pêle-mêle mais de manière hiérarchisée, presque institutionnelle, définitions, critiques, remarques, certaine de son propre savoir enduit de colle sur la tranche et tamponné d’un nom d’éditeur. Par essence désagréable, ce discours aux allures d’encyclopédie donne enfin l’impression à l’interlocuteur d’être pris pour un individu inculte, à qui l’on doit faire la leçon, si possible en appuyant sur le fait que celui qui « récite » aussi savamment, lui, SAIT.

     Cependant, cette comparaison au livre peut également recouvrir une signification complètement opposée si l’on considère différemment l’objet-livre en question. L’expression pourrait prendre en effet le sens de « parler comme on lirait un livre » : apparaît ici la notion de fluidité du discours, de continu de l’oralité. Dans cette nouvelle configuration langagière, parler prend le sens de conter, le discours revêt un nouvel intérêt, un intérêt narratif cette fois, relatif à une parole déliée, sans à coups, que l’on écoute à l’envi, et le livre prend la forme d’un coffre aux trésors débordant de richesses de langage. L’expression rend ici compte de paroles ciselées, d’une progression travaillée, déployée par un locuteur qui, « à livre ouvert », « raconte » ce qu’il s’est employé à exprimer d’une manière beaucoup plus lyrique que ne le suggère le sujet, peu importe le degré de prosaïsme du fond d’ailleurs, mais toujours sur un ton des plus accessibles. S’ajoute à cela une forme de savoir différente de ce qui a été énoncé précédemment : loin d’être prétentieux, celui-ci a pour caractéristique fondamentale de s’adapter à son interlocuteur, vers un discours le plus limpide possible.

     A mon sens, cette expression peut donc, au terme de cette courte exploration sémantique, revêtir deux significations opposées et de manière sous-jacente, deux intentions qualificatives différentes, en fonction des caractéristiques du discours de la personne concernée. Du pédantisme à l’art travaillé du contage, peut-être attend-t-on que la littérature d’aujourd’hui trouve un juste équilibre : entre encyclopédisme inaccessible et envolées romantiques, peut-être y a-t-il là un enjeu majeur à soulever avec le livre pour enfants.

Un très beau livre à partir de cette expression avec une note de lecture ici: http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2003-06-0125-011