Archives par mot-clé : numérique

Réflexions sur l’ère numérique — Lecture de deux livres (partie 1)

En Chine, selon le programme de l’enseignement du français de la discipline du français au sein de l’établissement supérieur, le cours sur la littérature française est obligatoire pour les étudiants de la discipline du français. Mais les manuels créés par les éditeurs français et les manuels rédigés par les chercheurs chinois ne peuvent pas bien répondre aux besoins de ces étudiants. Et à l’ère numérique, le rôle même du manuel est remis en cause, et certains ont déclaré la mort de manuel. En effet, ce qui est mort n’est pas le manuel, mais plutôt notre impression traditionnelle sur le manuel. À l’ère numérique, le manuel n’est pas un livre comme dans l’époque ancienne. En effet, aujourd’hui, de plus en plus de maisons d’édition aux quatre coins du monde ont créé les manuels numérisés, et les grandes maisons d’édition comme Hachette ont aussi publié des manuels du FLE numérisés. Cela me fait penser à la possibilité de faire coopérer les éditeurs français et chinois afin de créer des manuels numérisés de littérature du FLE pour les étudiants chinois en utilisant les nouvelles technologies. Mais comme les nouvelles technologies nous apportent en même temps des avantages et des problèmes, il vaut mieux de commencer par réfléchir aux influences apportées par les nouvelles technologies.
Pour mieux connaître l’influence de la nouvelle technologie, en particulier, de l’internet, j’ai lu deux livres intéressants : l’internet rend-il bête de Nicholas Carr et la Page de l’Antiquité à l’ère du numérique. Comme nous sommes tous beaucoup influencés par l’internet aujourd’hui, j’aimerais bien partager ma lecture de ces deux livres intéressants avec vous. En effet, comme l’internet a envahi notre vie, beaucoup de chercheurs ont exprimé leurs avis sur son impact. J’ai choisi finalement ces deux livres parce que premièrement les deux livres sont assez connus et exercent une grande influence sur le public ; deuxièmement ces deux livres forment un contraste intéressant avec les points de vue communs et différents.

J’espère que ça vous intéresse.
(vu la longueur de cet article, je le divise en deux parties pour ne pas vous effrayer)

Pendant longtemps, on ne portait que l’attention sur le contenu de médias, soit l’information transférée par le média, mais les médias qui étaient considérés seulement comme des canaux d’information étaient souvent ignorés par nous. Marshall McLuhan, qui a indiqué que « Le médium, c’est le message » a attiré notre attention sur le média lui-même pour son influence sur notre pensée et nous a prévu le danger de la nouvelle technologie avec son célèbre ouvrage Pour comprendre les médias : les prolongements technologiques de l’homme.

Pendant une période, le grand philosophe Friedrich Nietzsche n’a pu que limiter ses écrits parce qu’il souffrait quand il gardait ses yeux fixés sur les pages à cause de sa maladie. Mais grâce à une « boule à écrire » inventée par par Hans Rasmus Johann Malling-Hansen, ce problème a été réglé. Parce que cette machine lui a permis de taper avec ses doigts les yeux fermés. Cependant, selon son ami, l’écrivain et compositeur Heinrich Köselitz, le style de Nietzsche a changé après qu’il a utilisé cette machine à écrire. Et Nietzsche lui-même l’a admis en disant que « Vous avez raison. Notre matériel pour écrire intervient dans l’élaboration de nos pensées » dans une lettre s’adresse à cet ami.
Et T. S. Eliot a conforté l’idée de Nietzsche avec son expérience d’utiliser la machine à écrire dans une lettre à son ami, il a écrit « À composer sur la machine à écrire, je trouve que je perds toutes ces longues phrases dont j’étais si fier. Elles sont courtes, détachées, comme la prose française moderne. La machine à écrire donne de la clarté, mais je ne suis pas sûr qu’elle favorise la subtilité. »

L’homme qui a témoigné et vécu les impacts des technologies sont plus ou moins conscient de l’influence des technologies ont exercé sur notre pensée et notre manière de vivre, mais c’est petit à petit avec les nombreuses recherches qu’on a su ce que les technologies nous ont apporté.

Dans son livre, Carr, inspiré de sa propre expérience exprime son opinion sur l’influence de l’internet en nous rappelant les recherches dans les domaines concernés. Il concentre sur l’influence de l’internet sur notre cerveau, notre pensée et nos habitudes de lecture.
Selon Carr, « Toute technologie est une expression de la volonté humaine. Avec nos outils, nous cherchons à étendre notre pouvoir et notre contrôle sur nos conditions de vie – sur la nature, sur le temps et la distance, et les uns sur les autres. » et on peut diviser nos technologies, en quatre catégories. La machine à écrire appartient à la quatrième catégorie, qui est celle de « technologies intellectuelles », ces technologies désignent « toutes les outils dont nous nous servons pour étendre ou soutenir nos capacités mentales — pour trouver et classer des informations, formuler et articuler des idées, partager des savoir-faire, prendre des mesures et effectuer des calculs, augmenter la capacité de notre mémoire. Ainsi, le livre, l’imprimerie, l’ordinateur et Internet sont tous classés dans cette catégorie. Comme l’expérience de Nietzsche et T. S. Eliot a montré, l’utilisation des technologies intellectuelles transforme notre façon de penser ou bien notre manière d’agir.
Carr a mentionné le conflit entre déterministes et instrumentalistes sur le rôle que joue la technologie pour modeler la civilisation. Les déterministes pensent que la technologie joue un rôle principal au cours de l’histoire de l’humanité, et au lieu d’être contrôlée par l’homme, elle est autonome et se développe conformément à sa propre loi. Tandis que les instrumentalistes considèrent la technologie comme outil. Selon eux, la technologie est à la disposition des utilisateurs, et les utilisateurs s’en servent pour satisfaire leurs besoins. La plupart des gens ont en faveur de l’instrumentalisme, et d’après Carr, c’est parce qu’il est difficile pour le public d’accepter l’idée qu’on est contrôlés d’une certaine manière par les outils qu’on invente.

Carr n’est ni favorable à l’opinion des déterministes ni à celui des instrumentalistes. Son avis est plutôt dialectique. Selon lui, parfois, la technologie est à nos ordres ; d’autre fois, nous sommes obligés de nous adapter à la technologie. Et il indique aussi que même si nous sommes conscients des changements que les nouvelles technologies nous apportent, nous essayons de prétendre et nous convaincre que nous sommes maîtres de toutes les technologies qu’on invente et tout est sous notre contrôle. Ce qui compte, c’est de trouver les façons pertinentes de les utiliser.
L’internet, en tant qu’un média polyvalent a envahi notre vie avec sa vaste utilisation dans presque tous les domaines. Avec l’internet, nous pouvons accéder aux énormes d’informations, et avec les moteurs de recherche et les outils de filtrage, en quelques minutes nous pouvons trouver facilement les informations dont nous avons besoin. Que ce soit par choix ou par nécessité, il est devenu un élément essentiel dans notre vie et exerce une influence sans précédente. On peut même dire que son arrivée a mené une révolution. Ce qui est difficile est de discerner l’influence de cette nouvelle technologie.

Selon Carr, ce qui a été plus difficile à discerner, c’est l’influence des technologies, en particulier les technologies intellectuelles.

Il a commencé par nous présenter les recherches de la science de la plasticité neuronale pour nous montrer que le cerveau de l’adulte a la possibilité d’être changé et puis il a montré en détail comment l’internet nous influence avec les résultats de recherches dans les domaines concernés. Pendant longtemps, les chercheurs en neurosciences nous ont fait croire que la structure du cerveau de l’adulte était immuable et fixée. Mais la découverte de la preuve de la plasticité neuronale a totalement changé notre avis sur le cerveau. L’évolution des études de chercheurs a montré que le cerveau est plastique et il est susceptible de se modifier sans arrêt avec nos comportements, notre vécu. En d’autres termes notre façon de penser pourrait être modifiée. En effet, c’est grâce à la plasticité de cerveau que nous pouvons nous adapter aux changements environnementaux et apprendre de nouveaux savoir-faire.

Avec de nombreuses recherches sur l’influence de l’internet, Carr arrive à la conclusion que l’internet est une technologie de l’oubli pour plusieurs raisons. Premièrement, l’internet avec son flux d’information surcharge notre mémoire de travail, et empêche le cerveau de retenir l’attention qui est la clé de la consolidation de la mémoire. Deuxièmement, quand on est connecté, on est obligé de décider de cliquer ou non devant tous les liens. Ces prises de décision empêchent notre cerveau de traiter l’information et de mémoriser. Finalement, l’internet réunit une immense quantité d’informations et on prend l’habitude de trouver l’information dont on a besoin en y connectant. Il semble que l’internet libère notre cerveau de stocker l’information, parce qu’on peut facilement trouver l’information voulue au moment voulu avec elle. Par conséquent, on devient moins tributaire de notre mémorisation. On se demande à quoi bon de mémoriser toute l’information qu’on peut facilement trouver sur l’internet ?
Il nous prévient aussi le danger de confier nos pensées à l’internet, selon lui, cela pourrait menacer la profondeur de la culture et l’individualité du moi. En plus, comme selon les chercheurs, la mémorisation est une étape importante de la compréhension approfondie, l’environnement de l’internet défavorise la réflexion profonde.

À part de l’influence plutôt physique sur le cerveau, Carr nous montre aussi que L’internet a transformé notre lecture et même la chaine de la publication.

Une étude sur le suivi du regard des utilisateurs de l’internet a montré que l’internet modifie notre façon de lire. Selon cette étude, quand ces utilisateurs lisent en ligne, ils ne lisent pas ligne par ligne de la façon qu’ils font avec le livre en papier. En effet, leurs yeux sautent en suivant un schéma qui ressemble à la lettre F et en peu de temps. C’est-à-dire, ils commençaient par lire les deux ou trois premières lignes. Puis leurs yeux descendaient un peu, et ils balayaient environ la moitié de quelques autres lignes. Enfin, ils lisaient la partie gauche de la page. En plus, des dizaines études montrent que contrairement à la lecture classique avec le livre en papier qui est linéaire, fermé, l’internet favorise la lecture diagonale et distraite.

De nos jours, la plupart des lecteurs ne s’intéressent plus aux œuvres longues et difficiles à comprendre. Ils préfèrent plutôt les œuvres plus légères. Les auteurs, et les éditeurs en prenant compte de ces nouveaux besoins des lecteurs ont aussi commencé à changer leurs stratégies. Les récits composés sur les téléphones cellulaires sous forme de séries de SMS des jeunes Japonaises sont de bons exemples. En plus, ce qui est remarquable est que les trois romans les plus vendus au Japon en 2007 font partie de ces romans sur mobile. Et avec le développement de la nouvelle technologie, de plus en plus d’entreprises ont commencé à chercher les moyens pour combiner le livre et l’information.
L’internet modifie aussi la chaine de la publication. Aujourd’hui, avec l’internet, la publication se fait en quelques cliques tout le monde peut publier ce qu’il veut sans suivre les procédures traditionnelles de la publication, soit : rédiger un manuscrit, l’envoyer à l’éditeur, corriger et vérifier, etc. l’écriture est plus libre et l’auteur peut savoir les réactions de lecteurs sur ses œuvres facilement en utilisant l’internet. Les lecteurs forment des communautés et certaines éditions ont même rassemblés les commentaires intéressants des lecteurs et les publier dans les livres. Carr pense qu’il n’est pas faux de lire les œuvres légères, mais ce qui est horrible est que la lecture superficielle devient notre lecture principale.

Toute la technologie a ses avantages et ses inconvénients. Elle nous aide à développer certaines compétences au détriment d’autres. Mais ce qui est sûr est que selon Carr l’internet en tant une nouvelle technologie a bousculé notre monde. Et le monde de l’écran est très différent du monde de la page. Il a souligné la grande influence que la nouvelle technologie pourrait exercer sur notre pensée, notre vie, et notre culture en utilisant une citation de Heidegger. Le « caractère frénétique de la technologie, disait Heidegger, menace de s’installer partout ».

À suivre

JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Compte rendu : 1ère Journée des Pédagogies Numériques

La première Journée des Pédagogies Numériques a eu lieu le 14 octobre 2015 au 5ème étage du site Censier. Organisé par ENEAD-DSIC[1], l’évènement ouvert à tous (enseignant, chercheur, étudiant, expert ou débutant du numérique) s’est déroulé avec les interventions d’Eve-Marie Rollinat-Levasseur, Vice-présidente chargée des pédagogies innovantes et des ressources numériques, Christophe Danneels, Directeur des Systèmes d’Information et de la Communication et Olivier Lumbroso, Sous-Directeur ENEAD.

Plusieurs ateliers se sont succédés afin de développer l’appropriation des outils numériques dans l’enseignement comme Moodle, podcast, TBI[2], carnet de recherche en ligne, MOOCS, etc.

L’atelier « Utiliser les questionnaires Moodle dans l’enseignement des langues : Comment suivre la progression des étudiants au travers de questionnaires en début et fin de formation ? » animé par Pascale Manoilov, Département du Monde anglophone, s’est porté sur l’usage des questionnaires sur la plateforme Moodle afin d’obtenir des renseignements, de monitorer les enseignements, d’être plus proche des besoins des étudiants et d’améliorer les pratiques pédagogiques.

L’usage du questionnaire fait partie d’un projet novateur pour l’ENSEAD dans le cadre de Sorbonne-Paris-Cité (désormais SPC). Ce qui a permis de créer un service partagé appelé PERL (Pôle d’Elaboration de Ressource Linguistique incluant les 7 établissements de SPC). L’idée est d’élaborer des ressources en langues aux spécialistes d’autres disciplines afin de mutualiser et de partager entre tous les établissements SPC ce qui permettra l’utilisation selon les modalités suivantes : en présentiel enrichi[3], en hybride ou totalement à distance. Le projet a comme objectif la création et l’adaptation des ressources linguistiques pour l’ENSEAD (cette année en anglais, en espagnol, en allemand et en FLE, peut-être en portugais et en italien) ; le développement des outils numériques pour l’enseignement et l’apprentissage ; la construction des scénarios pédagogiques interactifs pour permettre au maximum de personnaliser les enseignements.

Pour l’année 2015-2016, treize maîtres de langues sur l’ensemble de SPC débutent la construction des ressources en utilisant la plateforme Moodle. Au premier semestre ils créeront et adapteront les ressources, ensuite, au second semestre, ils les mettront en place et les testeront.

Les ressources linguistiques sont une adaptation des cours complets permettant de préparer les étudiants de L2 en projet de mobilité internationale dans le cadre d’Erasmus pour être capable de parler de leurs études, de comprendre le fonctionnement des universités étrangères, de se débrouiller, d’être capable de s’inscrire, de candidater, de découvrir la ville et l’université, etc.

Manoilov et un autre maître ont quatre groupes de la discipline appelée « Anglais pour les études », niveau B1 : deux groupes en présentiel enrichi (explorant la plateforme Moodle avec des ressources en ligne qui sont utilisées en cours) et deux groupes en système hybride (7 séances en présentiel et 5 séances à distance).

L’usage du questionnaire est très important pour le développement de ce cours. En général, les étudiants ont des représentations sur l’enseignement à distance, pour certains c’est l’avenir et pour d’autres ce n’est absolument pas adapté à l’enseignement des langues. Donc, avec le questionnaire ils ont un vrai retour sur ce qui se passe et un retour comparatif entre les deux types de groupe (présentiel enrichi et hybride). Pour cela, ils ont proposé un questionnaire au début du cours afin de découvrir les représentations des étudiants et connaître le groupe. Puis ils utiliseront un questionnaire à la fin du semestre afin de repérer l’évolution des représentations des étudiants, d’évaluer leur satisfaction de manière globale, de développer ou non l’offre d’enseignement à distance dans le cadre de cours en présentiel (format hybride).

A la fin, une représentation significative a été présentée correspondant au premier questionnaire. Même sans analyser le résultat, il est déjà possible de dire que quelques questions doivent être reformulées et qu’en effet, il y a des représentations négatives en rapport avec l’enseignement à distance. Le semestre terminé, elle espère que ces représentations auront changé.

[1] Enseignement numérique et à distance et Département de systèmes d’Information et de la communication de la Sorbonne Nouvelle.

[2] Tableau blanc interactif.

[3] Des contenus de formations, des ressources, des compléments aux cours mis en ligne par les enseignants sur la plateforme iCampus.

jpn-2015-affiche-vf

Monica RIBEIRO CUNHA

Diplômée en Langues Française et Portugaise à la Pontificia Universidade Catolica de Sao Paulo (Brésil), actuellement en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère/Seconde et Langues du Monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedIn

2e colloque international francophone de Sciences de l’Education

2e colloque international francophone de sciences de l’éducation

Colloque ÉTIC (2)

École et technologies

de l’information et de la communication

Dates : 14, 15 et 16 octobre 2015

Lieu : Université de Cergy-Pontoise – ESPÉ  de Versailles – Site de Gennevilliers

untitled

Dans cet article, je vous présente un mini compte-rendu d’une conférence et plusieurs présentations, ayant eu lieu à l’Université de Cergy-Pontoise – ESPÉ  de Versailles – Site de Gennevilliers, dont les noms et les intervenants sont cités ci-dessous ;

  • Conférence : Jacques Wallet, Professeur des universités – Rouen : « Hiérarchie et innovation technologique en formation continue des enseignants ».
  • Présentations : Supervision pédagogique – Symposium IFADEM SUPERE-RCF
  • Mada Lucienne Tendeng, Danty Patrick Diompy et François Villemonteix : De la supervision pédagogique au Sénégal : comment les élèves inspecteurs envisagent-ils leurs missions ?
  • Judith Ndayizeye, Pierre Claver Kantabaze, Fidès Nitonde et Fréderic Bangirinama : Effets du tutorat initié par l’IFADEM sur les pratiques pédagogiques au Burundi.
  • Marcelline Djeumeni Tchamabe : synthèse de la situation au Cameroun
  • Stéphanie Netto, François Villemonteix : la supervision pédagogique, le cas français.

Plusieurs thèmes sont abordés pendant ces interventions mais le contenu de mon compte-rendu se porte sur des points qui me semblent importants.

  • Formation continue

La formation continue est un marché dans certains pays car on demande aux professionnels d’avoir suivi une formation continue. Aujourd’hui, la formation continue est devenue une réalité à laquelle les professionnels ne peuvent pas s’échapper. Sur ce point, Jacques Wallet définit 5 modes de formation tels que ;

  • Formation en cascade
  • Stage ponctuel
  • Inter-formation
  • Auto-formation
  • Formation en ligne

Cependant, comme dans toute formation, il y a une autre réalité à laquelle on doit faire face qui est la réalité d’évaluation. Wallet décrit cette évaluation en 5 titres ;

  • Satisfaction issue du stage (Maître/Formateurs)
  • Évaluation (Formateurs ou Institution)
  • Mise en œuvre (Inspecteurs)
  • Impact performances sur les élèves (tests)
  • Dispositif (Évaluation efficience)

Malgré le fait qu’on définisse les catégories d’évaluation d’une FC (Formation continue), on ne s’empêche pas de se poser la question suivante : Peut-on vraiment évaluer une Formation continue ? La réponse reste encore ambiguë et obscure.

  • TICE – Numérique

Un autre point évoqué consiste sur l’utilisation du numérique (TICE) en classe. Le numérique a pris une telle dimension qu’on est arrivé a un stade où l’apprentissage ne peut plus se faire sans avoir recours au numérique.

L’usage des TICE signifie « innovation ». Plus on innove, plus le numérique prend sa place dans l’école. Or, il n’est pas incorrect de dire que cette innovation est devenue une sorte de « poupée russe » qui donne naissance à une autre invention innovatrice.

Dans cette « poupée russe » il y a plusieurs outils numériques tels qu’ordinateur, tablette, portable et toute sorte d’outils « intelligents ». Mais le mot magique est « tablette » aujourd’hui dans TICE. Derrière ce mot chaud, quelle est la cible ? Dans les pays du Nord, la cible c’est les élèves. Dans la plupart des pays du Sud, la cible c’est les enseignants pour lui faciliter la tache. A part cela, ce qui est dramatique, c’est qu’en Ile Maurice on a acheté 25.000 tablettes, mais on ne sait pas ce qu’on en fait. Le numérique remplace le maitre dans certains pays où on a, dans une salle de classe, 80 élèves le matin, 80 élèves le soir car on veut utiliser le numérique pour remplacer le maître.

A propos de l’enseignement autour de l’enseignement purement numérique, François Wallet est sceptique car selon lui, l’enseignement purement numérique ne serait pas assez efficace que l’on espère.  En plus de ça, la mise en place d’un enseignement numérique n’est pas toujours facile car Il y a un écart, par exemple, entre la France et les pays du Sud : inégalité économique pose toujours un problème au niveau d’enseignement.

  • Inspection, supervision

Dans certains pays, l’inspection générale est une entrave pour l’enseignement car les inspecteurs ne sont pas des spécialistes. On a vu 4 cas abordés dans les présentations : Sénégal, Cameroun, Burundi et France.

Dans le cas du Sénégal, du Cameroun et du Burundi, « l’inspecteur est considéré comme policier ou gendarme par objectifs quand il entre dans la classe et évolue vers un accompagnement de « proximité » qui vise la responsabilisation de l’enseignant à travers des visites de classes et des entretiens. » Il représente la peur, la sanction, le gendarme et le contrôle.

Dans le cas français, selon Stéphanie Netto et François Villemonteix « Le rôle des supervisions est crucial dans l’éducation française. Qui dit supervision, dit « contrôle de surveillance et accompagnement. »

Merci de votre attention!

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts