Archives par mot-clé : migrant

Les interfaces école-intervention sociale au prisme des migrations

Un appel à communication très intéressant à lire sur les rôles respectifs des écoles et des associations concernant les migrants :

appel-com-je-170203-vf

« Les interfaces école-intervention sociale au prisme des migrations »

Journée d’études – 3 février 2017

UPEC-LIRTES – Axe 3 « Les nouvelles formes de l’intervention sociale »

 En partenariat avec le programme de recherche EVASCOL

Les propositions doivent être adressées sous fichier word avant le 9 janvier 2017 à :

·       audrey.boulin@hotmail.fr
·       claire.cossee@u-pec.fr

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Séminaire Interacadémique et interdegré / Journée Européenne des Langues

 

Séminaire Interacadémique et interdegré

Journée Européenne des Langues

Mercredi 14 Octobre 2015

« Langues des élèves, langues de l’École »

ESPE, Avenue Marcel Paul, Gennevilliers

Langues-eleves-Ecole

 

Approche interculturelle : « Valoriser la diversité linguistique dès la maternelle : enjeux disciplinaires, éducatifs et psychoaffectifs »

Françoise Leclaire, psychopédagogue, praticienne chercheure Sciences du langage, Université du Maine, fondatrice de l’AFALAC (Association familles langues cultures)

 

Dans cet article, je vous présente un mini compte-rendu du séminaire « Approche interculturelle : Valoriser la diversité linguistique dès la maternelle : enjeux disciplinaires, éducatifs et psychoaffectifs », donné par Françoise Leclaire, psychopédagogue, praticienne chercheure Sciences du langage, auquel j’ai assisté le 14 Octobre 2015 à l’Université Cergy-Pontoise.

Dans ce séminaire, Françoise Leclaire a abordé plusieurs sujets tels que les traumatismes migratoires, le bilinguisme, le lien entre enfant et école etc.

L’insécurité linguistique est un fait existant chez tous les migrants qui viennent de différents horizons aux pays « développés » afin de mener une vie meilleure. Dès qu’ils arrivent dans un milieu différent que les leurs, ils se trouvent dans une « insécurité linguistique ». A partir de ce moment, on constate ;

Chez tous les migrants ;

  • La perte des évidences
  • La perte des contenants culturels de la pensée : sentiment d’étrangeté

Chez les réfugiés ;

  • La perte d’un statut social
  • Les traumatismes liés à des guerres, la torture, la répression

Les enfants des migrants continuent à parler leurs langues maternelles dans un nouveau milieu linguistique, car la langue rend le monde visible comme quelque chose de protecteur pour l’individu contre l’inconnu.

Françoise Leclaire pointe du doigt sur la relation école-famille migratoire. Le bouleversement des équilibres personnels et familiaux par la migration est existant. Pour approcher les migrants de l’école, on mène aujourd’hui un projet où l’école joue un rôle central. Pour rendre les enfants bilingues, l’école doit reconnaître la langue maternelle de l’enfant, car quand « l’école rejette la langue de l’enfant, elle rejette l’enfant. » Donc sur ce point-là, on peut dire que « être reconnu : être accepté dans sa culture. » Ainsi, on a évoqué la citation de Todorov qui dit « la reconnaissance, c’est comme l’air qu’on respire. ».

En reconnaissant la langue, c’est-à-dire l’identité de l’enfant, on favorise le lien entre l’école et l’enfant. Il faut donc chez tous les enfants;

  • Développer la curiosité envers les langues et les cultures, l’acceptation des différences.
  • Développer des compétences pour « l’apprendre à apprendre » les langues.
  • Favoriser la cohésion sociale.

Le réveil de curiosité pour des langues et des cultures chez l’enfant lui  permet de voir que le monde est fait de variabilité et que les choses existent sous différentes formes. Cependant dans l’apprentissage, ce qui est important, ce n’est pas mémoriser tous les mots, c’est de connaître la musique des langues, « l’étincelle de la langue ».

Leclaire parle également d’une étude menée sur les bébés dont la façon de pleurer change selon la nationalité. Leclaire dit « L’enfant est déjà en communication quand il naît. Aujourd’hui on sait qu’un enfant français ne pleure pas comme un bébé allemand. Le bébé est également en communication avec sa mère et il incorpore des éléments essentiels de sa mère. »  Personnellement, je n’ai pas compris comment ils ont pu définir qu’il y a une différence entre un bébé français et un bébé allemand au niveau de pleur.

Finalement, en parlant des emprunts linguistiques entre des langues, Leclaire nous donne l’exemple du mot « yaourt » qui vient du mot turc « yoğurt ». Au lieu de « emprunt linguistique », Leclaire préfère utiliser « voyage des mots » pour rendre l’apprentissage plus intéressant et plus amusant pour les enfants.

Merci pour votre attention!

 

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts