Archives par mot-clé : méthodes

Compte rendu du colloque du 5 novembre organisé par l’INALCO: Entendre, chanter, voir et se mouvoir. Réflexion sur les supports employés dans la classe de langue

Le 5 novembre, j’ai eu l’occasion d’assister à une journée d’études organisée par l’INALCO et plus précisément par l’équipe de recherche PLIDAM. Ce colloque proposait une réflexion autour de la diversité des supports utilisés en classe de langue et, ainsi, sur l’éventail de modalités d’appropriation de la langue. Dans cette perspective, l’enseignante Viet-Anh NGUYEN est intervenue sur la place des médias dans les classes de langue vietnamienne pour un public francophone. Je résumerai son intervention en revenant sur les points clés.

La prise en compte des médias modernes dans les cours de vietnamien dispensés par l’enseignante s’est concrétisée suite à des retours donnés par des étudiants partis dans le cadre de leurs études au Vietnam. En effet, un décalage entre la langue enseignée en France et la langue pratiquée telle qu’elle au Vietnam a été constaté. Dès lors, les documents authentiques médiatiques se sont imposés comme indispensables et nécessaires pour remédier aux difficultés rencontrées lors des interactions avec des natifs. Par documents authentiques, il faut entendre principalement «les messages élaborés par des vietnamiens pour des vietnamiens à des fins de communication réelle» comme elle le précise. De quel type de document s’agit-il? D’extraits d’émission de télévision, de reportages, vidéos-blogs, extraits de films etc… Ces ressources permettent d’accéder aux pratiques culturelles vietnamiennes et «dans une perspective actionnelle de développer non seulement des compétences langagières mais également pragmatiques et interculturelles». À la suite de l’exploitation de ces ressources, est généralement demandé aux apprenants, d’une part, d’imiter les personnages et, d’autre part, de s’exprimer sur des problèmes d’actualité au Vietnam.

Un exemple de document authentique exploité: une émission de télévision dans laquelle des non natifs, vivant au Vietnam et s’entretenant avec des natifs, présentent des aspects culturels en vietnamien: une spécialité culinaire, un art ou bien un métier traditionnel. Si le choix s’est porté sur ces échanges exolingues, son explication s’appuie sur des critères tels que le débit de parole et le lexique. En effet, dans ces situations, les natifs et non natifs parlent lentement et utilisent du vocabulaire simple, ce qui facilite la compréhension. Par ailleurs, il semble plus facile d’appliquer la pédagogie de l’erreur dans la mesure où les apprenants sont capables d’imiter la prononciation des natifs grâce à l’écoute du document et de perfectionner leur prononciation à travers les erreurs des non natifs.

Qu’en est-il de la réception de ce travail? Je mentionnerai quelques feedbacks d’étudiants de manière non exhaustive. Le recours à des documents authentiques semble favoriser «une approche authentique de la société contemporaine» d’après un apprenant, permettre de mieux parler vietnamien et de comprendre des savoir-être culturels. Toujours est-il que le débit de parole et la variété des accents des natifs peuvent freiner la compréhension. En outre, pour certains, les documents authentiques semblent être idéaux pour réellement communiquer avec des natifs et comprendre la culture. Pour d’autres, ces types de documents permettent un accès à la langue différent des cours dits traditionnels.

L’enseignante conclut en faisant part du commentaire de l’un de ses apprenants quant aux documents authentiques: «les documents audio-visuels authentiques sont nécessaires ou indispensables parce qu’ils permettent un apprentissage de la langue telle qu’elle est pratiquée par des locuteurs natifs et non comme une langue dogmatique détachée de la réalité».

J’ai trouvé cette intervention particulièrement intéressante puisqu’elle pousse à la réflexion sur la ou les finalités de l’utilisation des ressources authentiques.

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts