Archives par mot-clé : Mallarmé Stéphane

Deuxième séance du cercle d’étude “Racontage”

Cercle « Racontage : littérature et enfance »

Ouvrage et revue à l’étude :

Walter Benjamin, Enfance, Paris, Rivages poche/Petite bibliothèque, 2011.

Modernités n° 28 (« L’album contemporain pour la jeunesse : nouvelles formes, nouveaux lecteurs ? »), 2008.

Parrainage :

Florence Gaiotti (Textes et cultures – EA 4022, Université d’Artois ; auteur de Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, PUR, 2009)

Animateurs :

Serge Martin et Magali Jeannin

Deuxième séance : mercredi 28 novembre 2012 de 17h. à 20h.

La séance s’ouvre par la lecture des deux premiers « chapitres » du texte « Le Narrateur » de Walter Benjamin (Écrits français, Paris, Gallimard, « folio-essais », 1991, p. 249-298).

Relevé de ce qui nous importe dans ce texte :

– le narrateur ou le conteur – je préfère dire le raconteur – ouvre à « une activité vivante » ;

– la définition se ramasse aussitôt fortement dans une très belle formule : l’art de narrer c’est l’art d’« échanger nos expériences » ;

– la thèse de Benjamin est très liée à l’expérience de la « Grande guerre » : « l’art de narrer touche à sa fin » parce que « le cours de l’expérience a baissé » : l’expérience de la guerre semble avoir déprécié toute expérience communicable ;

– il y a deux sources aux histoires racontées par « le personnage du narrateur » : les histoires qui viennent de loin géographiquement et temporellement ; d’où deux métiers parmi les artisans qui ont fortement participé à la grande tradition des histoires transmises de génération en génération : les marins et les paysans (sédentaires) ;

– le personnage du narrateur (appelons-le maintenant le raconteur) donne « le ton du récit » et son « lecteur » (ou auditeur) y trouve à la fois fraternité (complicité) et amplitude de comptes rendus (« la mesure, l’échelle des sentiments et des faits humains normaux »), qui constituent donc pour Benjamin les valeurs clés d’un raconteur.

—-

La séance se poursuit avec deux articles de la revue Modernités qui, peut-être, approche ce raconteur dans les œuvres de Anne Herbauts et de Philippe Corentin. Ce sont les articles de Nelly Chabrol-Gagne et de Florence Gaiotti.

On a aperçu la méthode des deux auteurs critiques de littérature jeunesse. Une démarche apparemment plus engagée par le “je” dans le premier article quand le second commence par une proposition générale (“La reconnaissance constitue sans doute l’un des plaisirs fondamentaux de la lecture”. Toutefois, la lecture d’Anne Herbauts sous le patronage de Stéphane Mallarmé (réduit comme d’habitude au “poète d’Un Coup de dés“): à la fois peut-être trop pesant et pas assez spécifié : ceci dit, la critique place l’auteure d’album exactement où elle se situe, ” : elle “n’écrit pas de livre sur la guerre ou sur la mort…” mais “là où le livre advient, là où il s’élabore, incertain et labile, dans la durée et l’espace de chaque page”.  Aussi, rejoint-elle la problématique proposée par Florence Gaiotti à propos de Corentin, puisque si les enfant n’attendent rien de l’auteur à proprement parler, ils attendent tout du personnage raconteur et Corentin qui joue en permanence des décalages de toute la représentation (à entendre quasiment au sens théâtral) que propose l’album dans son racontage (Gaiotti propose d’ailleurs de concevoir texte et image comme une voix, p. 193). On retrouverait ainsi la même préoccupation que chez Chabrol avec Herbauts puisque le lecteur se voit impliqué dans et par l’oeuvre très fortement, plus précisément dans et par cette voix (comique ou décalée, énigmatique ou joueuse) ou “mise en page”… Ce que veulent les enfants, c’est exactement ce que leur offrent de tels auteurs: des histoires “pour de vrai” !

Concernant Corentin, il faut lire un des derniers numéro de La Revue des livres pour enfants (http://littecol.hypotheses.org/163)

Il faut lire le très beau texte d’Anne Herbauts sur son travail, que cite N. Chabrol, et voir tous ses albums chez Casterman à cette page : http://jeunesse.casterman.com/catalogues_list.cfm?CategID=1820&OwnerId=1076&Page=1

Il y aussi ses livres publiés aux éditions de l’an 2 depuis lors collection chez Actes Sud :

p. 12 et 13 de “L’idiot”

p. 28 et 29 de “L’idiot”

 

La séance s’achève sur l’observation du raconteur dans les albums illustrés par Louis Joos (voir http://littecol.hypotheses.org/219).

Les étudiants peuvent continuer à observer le personnage narrateur (le raconteur) dans ces albums ou ceux qui les intéressent.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

L’Atlas de Marcel Broodthaers

  Marcel Broodthaers (1924-1976) était un réalisateur, photo-reporter, libraire, artiste plasticien conceptuel belge, qui trouvait son style entre le dadaïsme et le surréalisme. Avant cela, il avait abandonné ses études de chimie et s’était essayé à la poésie en sortant un recueil de poèmes à la fin des années 1950. Il prit finalement goût à la création plastique qu’il expérimenta de manière singulière, usant de coquilles d’œufs, de briques ou de moules pour ses productions.

En 1970, il publie son atlas miniature sur papier au format 41/50, aux dimensions 50,5 x 69,5 centimètres, dit “le plus petit atlas du monde” tiré à part de l’édition de son livre La Conquête de l’Espace/Atlas à l’usage des artistes et des militaires. Cet atlas reproduit les cartes de trente-deux pays à des tailles identiques mais donc à des échelles différentes, proposant ainsi un tour du monde déroutant en quelques coups d’œil. Les images des cartes, semblables à des tâches d’encre, présentent un catalogue mystérieux ou évoquent un “alphabet crypté dans une spatialisation chère à l’artiste et poète qu’était Broodthaers, grand admirateur de Mallarmé et de Magritte.” (FRAC Poitou-Charentes).

Atlas
1970
impression sur papier 41/50
50,5 x 69,5 cm
acquisition 1984 | à Bernard Lamarche Vadel, Paris
n° inv. 984.29.1
Collection FRAC Poitou-Charentes
photo : Richard Porteau
©Paris, ADAGP, 2011

René Magritte et Stéphane Mallarmé ayant inspiré Marcel Broodthaers, il est nécessaire d’étudier les liens des travaux de ces trois auteurs qui partagent de nombreuses similitudes. Sans conteste, l’atlas présenté ici prend source dans les recherches de ses pairs mais également dans l’univers de Broodthaers où l’intégration de ses travaux dans l’espace fut soignée durant sa carrière.

  Magritte (1898-1967) peintre surréaliste belge, se questionna durant quarante années sur le paradoxe des mots avec leurs images.

Consulter : http://www.comviz.com.ulaval.ca/module1/1.4_reflexions.php

 

Mallarmé (1842-1898) poète français, “commençait certains de ses poèmes en jetant çà et là des mots sur le papier” selon Roland Barthes.

Consulter : http://films7.com/7/litterature/mallarme-poemes-mots-papier

 

(citations sur Marcel Broodthaers sur – http://www.frac-poitou-charentes.org/pages/collection_artistes-broodthaers_FRAC.html

http://www.evene.fr/celebre/biographie/marcel-broodthaers-43733.php)