Archives par mot-clé : Locution

Je suis à court d’idées…

Octobre 2015:

Le semestre a démarré et je suis à court d’idées. Pourtant, s’il faut bien retenir un mot cette année, c’est le mot rédiger. Dossiers plus Billets plus Mémoire plus…Billets plus…mais dans quelle odyssée me suis-je aventurée?! Ce n’est pas que je ne veux pas écrire mais je ne suis pas inspirée. Les mots se sont volatilisés. Mes phrases peinent à être formulées. J’observe le temps s’écouler, mes camarades commencer à publier. Je me demande si ma muse a pris congé et si M. Latour peut m’aider. Je relis encore et encore son extrait dans l’espoir de trouver une clé. Elle n’existe pas ou elle est bien cachée. Encore un mystère à élucider en plus de la phrase «tout fait partie des données».

Le semestre a démarré et je suis à court d’idées. Je dois déjà choisir des sujets à traiter. Cependant, j’attends toujours l’étincelle se manifester. Si seulement j’étais une fée. D’un coup de baguette magique, mes pannes d’inspiration seraient réglées. Mais l’éternelle page blanche m’observe et me fait prendre conscience de la réalité. Peut-être que je peux trouver des graines faisant pousser des idées? Ok, je cesse de divaguer.

Le semestre a démarré et je suis à court d’idées.

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts

D’accord, mais…

屏幕快照 2016-01-07 15.07.17

J’en ai marre de ce « d’accord » !

Quand ma conseillère m’explique le dysfonctionnement de la carte bleue, je réponds « d’accord » pour affirmer ma compréhension.

Quand ma directrice me donne un conseil de la rédaction du mémoire, le mot « d’accord » sort de ma bouche immédiatement même si je fais mes possibles de trouver un autre de substitution.

Lorsque quiconque me dit « c’est d’accord ? », je réponds sans aucune hésitation « d’accord ! » avec un grand soulagement comme si je n’avais pas le droit de l’utiliser sauf que quelqu’un me le demande.

Ce tic de langue m’a accompagné depuis le début de mon apprentissage du français. Je ne me suis pas décidée à m’en débarrasser jusqu’au moment où j’ai entendu cette expression répéter sans cesse dans l’enregistrement des entretiens, car à un moment donné, elle a commencé à choquer l’oreille. J’ai confié ce souci sur un réseau social et ai demandé des conseils pour des formules appropriées à la même situation. Une fille, très amusante, m’a proposé « Ah oui.. T’as raison ! Ah bon ? C’est vrai ! Je ne peux pas imaginer ! C’est incroyable ! Oui, t’es tout à fait correcte !! », expressions devenant de plus en plus exagérées et dix fois plus vivantes que le banal « d’accord ». Bref, son principe consiste à susciter l’envie de parler de l’interlocuteur. Malheureusement, son directeur lui a conseillé de ne pas abuser des expressions un peu trop chaleureuses.

Suite à cela, je me demande pourquoi cette préférence pour « d’accord » comme réponse immédiate? D’une part, les raisons subtiles touchent à la stratégie rhétorique. Lorsqu’il s’agit d’un entretien, en général, elle permet de signifier les empathie et connivence vis-à-vis à mes interviewés. Du moins, cette forme d’affirmation traduit une intention forte pour nous rapprocher. Elle peut se substituer par des phrases longues de différentes significations comme « je vous suis bien », « très bien, continuez », « vous avez raison », « je comprends », « pourquoi pas » dont l’articulation nuit parfois à la continuité de l’échange. Par ailleurs, elle a l’air plus neutre par rapport à celles qui manifestent l’avis personnel de l’intervieweur. On peut ainsi jouer sur le degré d’affirmation. De plus, elle est souvent suivie par la conjonction « mais ». Dans ce cas-là, il s’agit de fait du marqueur de concession équivalant à la locution « certes ». On l’utilise peut-être pour approfondir la réflexion des interviewés, pour diriger la conversation dans le sens auquel on s’attend, ou bien pour lancer une réplique et imposer nos propres arguments. On peut prononcer « d’accord » même si on n’est pas vraiment tout à fait d’accord. D’autre part, je me suis rendu compte plus tard qu’il est aussi question culturelle. Les Chinois, généralement dit, cherchent à la convergence sans laquelle les relations sont difficiles à s’établir, d’où vient le principe diplomatique « chercher l’identité de vues tout en mettant de côté les divergences ».

Ce n’est pas que je suis démunie du bagage langagier, mais que cette locution est équivalente aux expressions moins exagérées en chinois. Cependant, dans la vie quotidienne où on souhaite un dialogue d’égal à égale, le monotone « d’accord » cache la personnalité et même donne une impression qu’on est une personne soumise et même patine. Pourquoi pas essayer « certainement », « carrément », « bien sûr », « c’est vrai », « justement » ?

Un jour, j’étais un peu étonnée d’avoir entendu une professeur répéter sans interruption « d’accord, d’accord, d’accord, d’accord, d’accord » pour réagir à mon exposé. Cette phrase, si longue que j’ai l’impression qu’elle ne va pas la terminer, sous-entend seulement qu’elle a besoin du temps pour organiser sa pensée.

De toute façon, la locution d’accord n’exprime pas toujours un accord !

Une année haute en couleur.

Il avait pour habitude d’être mort de rire tous les jours.

Mais ça, c’était avant l’année 2015, qui pour lui avait été synonyme de crainte, dégoût et remise en question de l’humanité. Désormais, il riait jaune.

Les nuits blanches causées par la rédaction des différents dossiers que lui imposaient son master 2, n’avaient sans doute pas aidé..

Naïvement, il avait pensé se la couler douce cette année. Rapidement, il avait déchanté.

Une semaine avait suffi pour qu’il se compte que cette année n’allait pas être de tout repos. La masse de travail colossal que lui donnait chaque professeur l’avait mis dans une colère noire et depuis qu’il s’était vu attribuer la note de 13 à un exposé qu’il avait taaant travaillé et pour lequel on l’avait félicité, il était vert de rage.

Ahlala ! Sacré Rémi ! Éternel insatisfait.

L’année avait pourtant si bien commencé. Il avait rencontré Ava, une jolie américaine à la couleur ébène, qui avait fait chavirer son cœur dès le premier regard. Lui qui pensait que leur histoire était digne d’un roman à l’eau de rose, s’est vite rendu compte qu’il (s’)était trompé.

Célibataire et déterminé à le rester pour encore bien longtemps, il voulait se consacrer corps et âme à sa dernière année universitaire et surtout à son mémoire de cent pages.

Cent pages.. Rouge de honte, il avouait à demi-mot ne pas avoir répondu au dernier mail que lui avait envoyé sa directrice de mémoire. « Faute de temps » disait-il.

Pour cette nouvelle année, il s’était juré de ne prendre aucune résolution, qu’il avait du mal à tenir de toute façon. Mais gardait en tête les précieux conseils de sa mère « Cesse donc d’être fleur bleue ! », « Virilise-toi un peu dis ! », « Te prends pas la tête pour des conneries ! ».

Oui, Maman.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Une locution : les yeux de poisson mort

Locution : “les yeux de poisson mort”

Un lundi matin à 9h, assis en classe, j’écoute le cours de Monsieur X. Monsieur X me regarde de temps en temps et nos regards se croisent souvent. Le professeur ne peut plus s’empêcher de ne pas dire un mot à propos de mon regard et il dit « Certains d’entre vous me regardent avec les yeux de poisson mort. » Oui, c’est normal qu’on regarde avec des yeux pareils après tous les dossiers à rendre, tous les exposés à faire et le mémoire à rédiger et à soutenir au mois de juin… En plus M. Martin nous dit qu’il faut rédiger le mémoire même en cours et si le professeur nous demande ce qu’on fait, on lui dit qu’on fait le mémoire. Voyez-vous maintenant pourquoi on regarde avec les yeux de poisson mort ?

Mais même si on regarde avec les yeux de poisson mort, je pense que personnellement je suis content de regarder de temps en temps avec de tels yeux car la fatigue montre qu’on apprend des choses et qu’on fait beaucoup d’efforts. Un proverbe turc dit « Sans effort, pas de repas. » J’espère qu’à la fin le repas sera bien savoureux…

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et un Master Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.. Actuellement doctorant en Sociolinguistique et DFLE.

More Posts