Archives par mot-clé : littérature et politique

Comment terre ?

Comment taire, alors, ce qui arrive sous nos yeux et n’a pas de nom ?

C’est avec admiration que je foule le parvis de la Bibliothèque Nationale de France ce mercredi 4 novembre. Ces hauts volumes de béton et d’acier entourés de cette grande esplanade de bois et de ces jardins s’intègrent parfaitement à cette architecture urbaine. Et c’est ici, au Petit auditorium, que vont se réunir pendant plusieurs jours écrivains, journalistes, professeurs mais aussi réalisateurs ou encore photographes, pour, à l’horizon de la COP21, « dire et penser un monde menacé ».

Une conférence sur le climat d’un point de vue littéraire avant une plus grande conférence, internationale, qui réunira des dirigeants du monde entier pour discuter de l’avenir de notre planète.

Cette séance inaugurale s’est voulue démonstrative des enjeux du cheminement des écrivains et du rapport nature/littérature.

Introduite par Dominique Viart, professeur, et Pierre Schoentjes, écrivain, la soirée débute par une discussion entre les deux hommes sur la place de la littérature dans un domaine habituellement abordé de manière scientifique ou politique. On constate ainsi en écoutant Pierre Schoentjes, que la littérature environnementale s’est largement développée ces dernières années, notamment au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, où la prise de conscience a été générale, les enjeux ont été questionnés au-delà de l’humanité.

Des points de vue se sont opposés puisque durant l’intervention suivante, un dialogue entre Jean-Christophe Bailly et Jean Kaempfer, l’écrivain a révélé être en désaccord avec Pierre Schoentjes sur l’intérêt récent de la littérature environnementale. Il cite d’ailleurs des oeuvres de Francis Ponge ou encore de Victor Hugo. Il défend son goût pour cette littérature qui défend la nature et dénonce la conférence sur le climat à venir comme un événement hypocrite.

Entretien entre Dominique Marchais et Francesca Isidori
Entretien entre Dominique Marchais et Francesca Isidori

La soirée s’est conclue par la projection du documentaire « La ligne de partage des eaux » après un bref entretien entre le réalisateur Dominique Marchais et Francesca Isidori.

Un premier jour de conférence très instructif selon moi, avec des intervenants tous aussi impliqués les uns que les autres tout en ayant des points de vue différents. Un thème qui nous réunit tous, notamment étudiants de français et citoyens du monde : la littérature et les arts et l’avenir de notre planète.

Vous trouverez ci-dessous le programme de cette séance du 4 novembre 2015 :

Séance inaugurale

Mercredi 4 novembre 
à la Bibliothèque nationale de France / au Petit auditorium
 Quai François Mauriac – Paris 13 (M°  Bibliothèque nationale)

19 h00 – 19 h30 – 
Présentation de la 9e édition par Dominique Viart et Pierre Schoentjes

19h30 – 20h15 – Prendre la dé-mesure

 par 
Jean-Christophe Bailly, avec Jean Kaempfer

20 h15 – 22 h30 – 
Projection du documentaire  « La ligne de partage des eaux » – Entretien du réalisateur Dominique Marchais  avec Francesca Isidori

 

9e édition des Enjeux : Conférence Comment terre ? Dire et penser un monde menacé, organisé par la Maison des écrivains et de la littérature, du 4 au 8 novembre 2015.

 

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Enseignement littéraire et liberté du lecteur en contexte catalan

Après les dictatures de Primo de Rivera (1923-1930) et de Franco (1939-1975), pendant lesquelles la Catalogne a vécu une minorisation linguistique et culturelle, la quête de l’éducation catalane a été de vouloir imposer cette langue « minoritaire » comme langue « majoritaire » (Marie Mc Andrew), et de « catalaniser » (Joaquim Arenas i Sampera) ainsi l’école. Dans cette perspective, la matière de Llengüa i Literatura Catalana est sûrement le creuset d’une catalanisation des élèves et futurs citoyens de ce que beaucoup appellent déjà une « nation ».

La construction d’une langue normativisée (la question des variations dialectales du catalan mais aussi la distinction d’avec le castillan traversent les œuvres au programme, de façon évidente ou sous-jacente) ainsi que d’une culture catalane (vie et histoire de la Catalogne), sont au centre de la matière.

Si mon hypothèse est que l’objet principal de cette matière est de construire une identité (nationale), la question qui se pose est celle de la liberté laissée à l’élève lecteur puisque l’apprentissage de la littérature devrait avant tout entraîner le développement de ladite liberté. Mais quelle liberté d’interprétation est enseignée dans un territoire qui croule sous les discours collectifs et identitaires dans cette période de crise où la préparation de l’indépendance de la Catalogne est au centre des préoccupations sociales et au calendrier des promesses politiques ?

À travers les livres au programme du lycée et le résultat de trois enquêtes de terrain dans différents centres éducatifs de la capitale catalane et de sa banlieue, nous tenterons de dégager les enjeux d’une éducation littéraire en contexte de montée d’un phénomène de regroupement où l’individu a tendance à être minorisé.

Comment envisage-t-on l’interprétation subjective d’un texte et la lecture personnelle au sein d’un groupe scolaire en Catalogne ? Comment les questions de bilinguisme mais aussi d’immigration interne et externe affectent l’interaction en classe ? Est-ce que le développement de la liberté du lecteur et de l’apprenant est une priorité ? Est-ce que l’esprit « critique », si rebattu dans l’enseignement français, a sa place dans cette région ou bien y-a-t-il une volonté de ne pas critiquer mais plutôt d’adhérer aux discours (littéraires ou autres) ?

Telles sont les questions qui essayeront de démêler la complexité de l’activité littéraire dans le secondaire dans cette région espagnole à tradition séparatiste.

Bibliographie :

Arenas i Sampera Joaquim, La catalanitat de l’ensenyament : un repte de la Reforma Educativa, La llar del llibre, 1989.

Daunay Bertrand, « Le sujet lecteur : une question pour la didactique du français », Le français aujourd’hui, 2007/2 n° 157, p. 43-51. DOI : 10.3917/lfa.157.0043, https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2007-2-page-43.htm, consulté le 9 septembre 2014.

Mc Andrew M. et Gagnon F. (dir.), Relations ethniques et éducation dans les sociétés divisées (Québec, Irlande du Nord, Catalogne et Belgique), L’Harmattan, 2000.

Rouxel Annie, « Pratiques de lecture : quelles voies pour favoriser l’expression du sujet lecteur ? », Le français aujourd’hui, 2007/2 n° 157, p. 65-73.

Viala Alain, « Le littéraire, son enseignement et le social » Retours sur programmes et sur théorie de fond, Le français aujourd’hui, 2004/2 n° 145, p. 5-15. DOI : 10.3917/lfa.145.0005.

 

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts