Archives par mot-clé : littérature

Où trouver de jolis livres, la suite.

Je n’avais pas eu le temps de vous donner ma seconde idée pour trouver de jolis livres à tout petits prix : ce sont les vide-grenier du dimanche ! C’est fou ce que les livres y sont peu chers ! Et souvent dans un état neuf et dans de belles collections. C’est aussi l’occasion de discuter avec les gens qui les vendent et qui sont souvent bien sympathiques. Particulièrement pour les albums pour enfants… certains parents en reçoivent tellement en cadeau qu’ils n’ont même pas le temps de les lire à leurs enfants et qu’on les retrouve neufs sur les stands pour moins d’un euro. Tous les vide-grenier ne se ressemblent pas, on est parfois déçu, mais certains sont vraiment conviviaux. Il y a aussi une saison pour les vide-grenier : on y est ! Quand j’habitais dans le Nord, on appelait ça « les bradoches » et les gens qui y vendaient leurs affaires « les bradeux » ! Evidemment, on connaît surtout la « grande braderie de Lille », qui se déroule le premier week-end de septembre, mais il y en avait partout dans les petits villages alentour, c’est vraiment une tradition là-bas. Voici le lien d’un site qui vous permet de savoir où trouver un vide-grenier dans Paris.

https://vide-greniers.org/75-Paris

J’ai mis le lien pour Paris, mais si vous avez envie de sortir de la capital, le site répertorie tous les vide-grenier de toutes les régions. Il est fréquent de marchander sur un vide-grenier, mais il faut rester raisonnable. Moi je fais comme cela : je demande le prix et s’il me convient, je ne marchande pas ; mais s’il me semble trop élevé, je ne réponds pas, mais je regarde mieux : est-ce que je veux vraiment cet objet ou non ? En général, quand le vendeur voit qu’on hésite, s’il a prévu de baisser le prix, il va proposer lui-même un autre prix. Mais on peut aussi proposer soi-même, si on le sent ouvert à la négociation. On perçoit assez facilement, je crois, qui sont les vendeurs qui veulent vraiment gagner de l’argent en vendant leurs affaires (et qui ne veulent pas marchander) et quels sont ceux qui veulent plutôt passer un moment agréable en se débarrassant de choses qu’ils n’utilisent pas. On fait plutôt de bonnes affaires avec la seconde catégorie !

Grande fête du livre

Cette année, le Salon du Livre de Paris a eu lieu du 24 au 27 mars. C’est en fait ma troisième fois à assister à ce type d’activité du livre, en 2015, j’ai eu l’occasion de participer à Printemps du Livre de Grenoble, et à Les Mots du Monde à Nantes en 2016. Comme j’ai vu le programme sur internet au préalable, j’ai décidé d’y venir le 25 mars en écoutant des conférences qui m’intéressent. Effectivement, cette journée m’a impressionnée et m’a donné beaucoup d’inspirations sur le livre, la littérature et la lecture qui lient aussi avec mon sujet de mémoire.

 Quand je suis entrée dans la grande salle, un slogan a sauté soudain dans mes yeux « lire lire lire lire » et autour de moi, tout le monde ont soit baisé la tête et lu les livres, soit écouté consciencieusement des conférences, cela me fait penser pourquoi si beaucoup de gens sont venu dans ce salon du livre ? Ce n’est certainement pas la magie de ce slogan, mais quelle « magie » laisse les gens être attirés par le livre ? C’est vraiment une obsession pour moi pendant mes recherches du mémoire, je réfléchis beaucoup ce que c’est exactement le plaisir de lecture.

Le salon du Livre a été organisé dans une grande salle de gym, il y a eu de nombreuses espaces exposants, maisons d’édition du monde entier, conférences et  visiteurs. J’ai pu feuilleter des livres que je n’ai jamais vus, parler avec des éditeurs sur des livres qui m’ont semblé étrangers et intéressants, mais aussi j’ai vu des exposants familiers, comme celui de la maison d’édition chinoise et celui du bouddhisme. J’ai pu sentir un choc culturel et une fusion de la littérature du monde entier.

Cette grande occasion littéraire a aussi invité beaucoup d’auteurs français et étrangers : des interviews, des conférences et des rencontres se sont passés en même temps dans tous les coins de cette grande salle, en étant diffusés en directe par le radio et par le télévision. Les sujets dont les lecteurs et les auteurs ont parlé m’ont trouvé très riches, argumentatifs et réflexifs, comme j’ai écouté des conférences s’intitulées comme « Imagine : Les jeunes adultes prennent le pouvoir », « Héroïnes ! », « Écrire le quotidien », « Le poids des mots », « une certaine idée du bonheur ». Je pense que certains d’entre eux peuvent être introduits dans les cours de FLE, pour que les apprenants du FLE puissent bien parler de la littérature, au lieu de seulement rester à la lecture.

 Par ailleurs, il y a aussi de nombreux événements sur le livre qui m’ont donné des inspirations par rapport aux activités proposés dans les cours du FLE, par exemple : Maroc, comme un pays qui partage avec la France des écrivains, une population importante, une langue et un pan de l’Histoire a été invité du Salon en tant que premier pays arabe et africain, l’exposant qui s’est intitulé « un Maroc à livre ouvert » a eu de nombreux blocs contenant des pages différentes, tous les visiteurs ont pu choisir des pages préférées, et puis les détacher, les compiler et les relier, finalement, nous pouvons obtenir un exemplaire particulier et individuel de « Maroc à Livre Ouvert ». Cette forme peut aussi introdure dans la classe du FLE, l’apprenant peut choisir des pages préférés parmi de nombreux extraits littéraires, et puis il les relie comme son propre recueil d’ouvrage littéraire, finalement il peut le lire de manière individuelle, et communiquer avec ses camarades.

Cet événement a laissé le mot « livre » devenir plus divers, plus mouvant et plus impressionnant, tous les gens qui aiment le livre, qui travaillent autour du livre ont eu une opportunité de se rencontrer. En fait, ce type d’activité manque beaucoup en Chine, et d’après une enquête officielle sur la lecture faite en 2017 en Chine, nous pouvons apercevoir que plus de 70% chinois espèrent que le gouvernement chinois pourra organiser beaucoup plus des activités sur la lecture. Je pense donc, que le mot comme « livre » « littérature » « lecture » ne sont jamais une activité individuelle, il y a l’auteur, l’éditeur, le lecteur, le commentateur, le traducteur etc. et peut-être « le plaisir » s’inscrit là-dedans.

 

Bibliographie:

L’enquête officielle sur la situation de la lecture en Chine en 2016, http://book.sina.com.cn/news/whxw/2017-04-18/doc-ifyeimqy2574493.shtml, consulté le 1 mai 2017.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

#SaveTheDate: Festival de la BnF !

La Bibliothèque nationale de France vous invite les 20 et 21 mai à venir célébrer la première édition de son Festival « Bibliothèque parlante »!

Cliquez sur ce lien pour accéder au programme complet:

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums/f.festival_bnf.html?seance=1223926993460

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Les interactions entre la culture et l’apprentissage de la langue

Dans mon mémoire, je travaille sur la littérature française, j’ai fait une enquête avec les apprenants chinois, j’ai découvert qu’ils ont beaucoup d’attentes différentes sur le fait littéraire. Parmi eux, 85.7% apprenants veulent connaître la culture française à travers la lecture des œuvres littéraire française, afin de favoriser leurs apprentissages du français. Donc, je m’intéresse aux relations entre la culture et l’apprentissage de la langue, pour que ensuite, nous puissions proposer des activités pédagogiques sur la littérature en s’adaptant les attendes des apprenants.

La culture embrasse un contenu très riche et varié, et la langue est aussi un système complexe et logique. Les deux se développent, s’échangent, apparaissent toujours en même temps dans notre vie. On pense logiquement qu’il y a d’étroites relations fonctionnelles entre un langue et la culture de ceux qui l’utilisent. Mais sur le plan anthropologique, selon Sapir (1967 : 42) on ne peut pas affirmer que les deux territoires ont un rapport complet et direct. Car « quoi qu’il en soit des autres types de comportement culturel, les formes du langage sont en tous lieux à la fois spontanées et nécessaires, à l’instar de toutes les productions artistiques. Les formes linguistiques n’ont aucun rapport avec les besoins culturels de la société où elles se manifestent, mais en tant que produits esthétiques, elles offrent une grande uniformité. » Ainsi, les formes du langage sont le résultat d’un système indépendant. Cependant, la langue et la culture sont malgré tout indissociables. Sapir affirme que les phénomènes linguistiques sont des phénomènes culturels, et les comportements linguistiques comme la parole, le langage écrit et l’écriture mathématique revêtent une dimension symbolique, « car les sons et les signes qu’on y utilise n’ont pas de sens en soi, mais seulement pour qui sait les interpréter en fonction de ce qu’ils représentent. » (Sapir, 1967 : 51). Globalement, on pense qu’une langue est un support et une représentation d’une culture. C’est aussi un phénomène social, avec une place spéciale. Elle est le résultat des grandes et nombreuses pratiques sociales respectant des conventions culturelles. Par conséquent, on peut dire que chaque langue peut traduire un phénomène culturel spécifique. C’est une des raisons pour laquelle on pense que la culture conditionne beaucoup les manières et les habitudes d’expression, mais quasiment pas les règles et la fonction de la langue. Ainsi, on se pose deux questions : « Comment la culture est-elle représentée par la langue ? », et « Comment la langue interprète-t-elle la culture ? »

Par rapport à l’enseignement du FLE, c’est dans les années 80 que l’on a commencé à établir progressivement un rapport entre la langue et la culture. (Louis, 2009 :52-54) Durant la première moitié des années 80, deux historiens Benadava (1982) et Galisson (1982) proposent que  « l’enseignement du FLE accorde enfin une grande place à la dimension socioculturelle de toute situation de communication. ». Galisson explique pourquoi il lui semble important de porter attention aux cultures en didactique des langues. Il évoque les travaux sur les pédagogies interculturelles initiées par le Conseil de l’Europe et il argumente en pointant les contextes d’apprenants et de société. Il parle des chocs culturels qui existent dans le contexte social de l’immigration. Dans les deux dernières décennies, les réflexions liées à l’enseignement et l’apprentissage de la culture sont en plein essor. Des théoriciens tels Besse (1993 :43) et Castellotti et De Carlo (1995 :82) se réfèrent à la pensée de Claude Levis-Strauss et analysent les relations entre langue et culture dans le domaine de l’ethnologie structurale. Selon Besse, « une langue peut être considérée, soit comme un produit de la culture ordinaire dans laquelle elle est en usage, soit comme une partie de cette culture, soit comme une condition de celle-ci. Elle en est le produit, en ce qu’une partie de son lexique reflète les réalités propres à la société où il est en usage. […] Une langue est une partie de la culture dans laquelle elle s’inscrit, parce qu’elle en constitue l’une de ses principales institutions sociales […]. Une langue, enfin, est condition de la culture qui lui correspond, parce que c’est surtout au moyen de la langue, que se transmet une culture de génération en génération […]. »

D’après Besse, on a perçu que ces deux thèses ne peuvent pas être séparées, même si l’on ne peut pas décider laquelle détermine l’autre, ou bien qu’une thèse en domine d’autres. On peut effectivement percevoir que, quelque fois, la langue conditionne et donc détermine la culture. En revanche si la langue est le produit de la culture, cela signifie que c’est celle-ci qui conditionne la langue. Il semble plus juste de se situer dans une position intermédiaire entre les deux idées.

En cours du FLE, l’enseignant envisage beaucoup de compétences différentes : la compétence linguistique, la compétence de communication, la compétence culturelle, etc. L’enseignant tente d’équilibrer les deux dans l’enseignement du FLE. Comment peut-on utiliser la langue pour introduire la culture, ou bien utiliser la culture pour vivifier la langue ? La langue et la culture sont-elles un but ou un outil ? En fait, d’après nos expériences, on découvre qu’il n’y a pas une unique façon de faire dans l’enseignement du FLE. Cela dépendra de la période d’apprentissage, selon l’objectif d’enseignement. Si la langue est à ce moment-là un but, la culture sera un outil opérationnel. Si l’objectif est culturel, la langue sera un support, une manière d’accomplir les tâches. Les deux se complètent. Dans l’apprentissage du FLE, la culture et la langue sont interdépendantes. Elles s’influencent l’une l’autre.

 

Bibliographie :

Benadava S. (1982), « De la civilisation à l’etho-communication », le français dans le monde : les voies de la communication interculturelle, N°170, p. 33-38.

Besse H. (1993), « Cultiver une identité plurielle », le français dans le monde, Paris, CLE, N°254, p.42-48.

Castelloti V. et De Carlo M. (1995), La Formation des enseignants de langue, Paris, CLÉ International.

Galisson R. et Alii (1982), D’autres voies pour la didactique des langues étrangères, Paris, Hatier-CRÉDIF.

Louise V. (2009), Interactions verbales et communication interculturelle en FLE : De la civilisation française à la compétence (inter)culturelle, Bruxelles, E.M.E.

Sapir E. (1967), Anthropologie 1 Culture et personnalité, Paris, Ed. de Minuit.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Un écrivain voyageur ? Un écrivain qui voyage

Une collection de master class littéraire organisée par France Culture, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du Livre qui s’intitule « En lisant en écrivant ». Comme mes recherches du mémoire de M2 s’intéressent à la transmission du plaisir de lecture et à l’introduction de la littérature française dans la didactique du FLE, je suis très curieuse d’écouter et de découvrir des pensées, des intentions et des expériences des écrivains français. Pourquoi écrivent-ils ? Qu’est-ce qu’une vie d’écrivains pour eux ? Qu’est-ce que c’est le plaisir de lecture et d’écriture d’après un écrivain? Je suppose que ces questions peuvent m’aider à adopter une autre vision non seulement du côté du lecteur mais aussi de l’auteur sur la littérature française.

Le 7 mars 2017, à 18h30, J’ai donc décidé à assister à une des conférences dont le sujet est l’interview d’un auteur français : Jean Rolin, qui est écrivain mais aussi journaliste français, c’est-à-dire, il a d’une part, effectué des reportages pour Libération, Le Figaro, L’Événement du jeudi etc. d’autre part, il est l’auteur de récits de voyage, de chroniques, de souvenirs, de romans et de nouvelles. Pour bien connaître ses ouvrages et son style avant de cette conférence, j’ai lu une de ses œuvres qui s’appelle L’organisation, qui nous raconte une histoire par rapport à la vie d’un groupe de maoïstes des années 70. Ce n’est pas un livre difficile à comprendre, mais l’histoire est un peu obscure pour moi: malentendus, alcool, drogue, trahisons, heurt, prison, ces sujets apparaissent largement dans cet ouvrage. Néanmoins, une mélancolie et une élégance qui s’inscrit au creux du mot et de la phrase m’a impressionné. Il ne semble ni un recueil de reportages, ni un roman historique, il y a des choses très réelles, mais aussi des choses qui semblent fictives. Ainsi, je me suis apportée ces curiosités et ces interrogations en entrant dans la Bibliothèque nationale de France.

En fait, c’est ma première fois de visiter la Bibliothèque nationale de France, même auparavant, je suis passée plusieurs fois à ces bâtiments magnifiques. J’ai bien trouvé l’auditorium, et me suis bien installée. Jean Rolin a été interviewé par Olivia Gesbert, qui a posé beaucoup de questions très intéressantes et réflexives. Tout d’abord, Olivia Gesbert a demandé Jean Rolin sur son double statut et comment équilibrer ces deux rôles, « Qu’est-ce qu’il fait l’écrivain pour vous ? Dès que vous changez de statut ? ». C’est exactement la question que je voudrais lui poser. Jean Rolin a répondu que en fait, il a commencé à rédiger le reportage et le livre en même temps, pour lui, il n’y avait pas de confrontations entre ces deux formes d’article, et non plus entre la réel et la fiction, puisque ses romans fictifs s’appuyaient toujours sur des données réelles, donc, les deux formes d’article étaient cohabites dans son écriture. Par ailleurs, La rédaction des reportages était aussi un de ses points de départ de ses livres, il a dit que, très souvent, un reportage pouvait lui donner des idées, des envies et des projets du livre, qui pouvaient approfondir dans l’écriture des livres suivants. Quant à l’existence d’un point d’arrivée dans son écriture des livres, Jean Rolin a dit qu’il n’y avait pas nécessairement un point d’arrivée quand il a commencé à écrire, souvent il avait une idée sur l’aboutissement de l’histoire, mais il pouvait parfaitement dévier cette trajectoire en écrivant. Après ces discussions, je découvert que n’import quelles formes d’article, les écritures de reportage ou de livre se basent toujours sur des vécus, des réflexions et des visions du monde d’un auteur. Donc, quand nous lisons les livres, nous ne pouvons pas seulement focaliser sur le contenu et l’histoire que l’écrivain construit, mais aussi ses idées et ses visions du monde, je pense que c’est une des raisons pour lesquelles nous devons lire des livres continuellement, afin d’adopter des angles divers du monde.

J’aime bien aussi une question posée par Olivia Gesbert, elle a cité une phrase de Jean Rolin, « je ne suis pas un écrivain voyageur, mais un écrivain qui voyage. » elle a demandé « alors, pour vous, quelle est la différence entre un écrivain voyageur et un écrivain qui voyage? » Jean Rolin a dit « la moitié de mes livres se déroule dans des lieux qui ne sont pas du tout exotiques, comme à Paris ou dans la banlieue parisienne. Donc, ce n’est pas forcement une recherche du lointain. J’aime voyager, et surtout parce que justement j’avais une idée que je voulais rapporter ce voyage, pas seulement pour voir les choses lointaines et pittoresques. ». Effectivement, la vie est comme un voyage, et tout le monde pourraient devenir un « écrivain qui voyage », parce que l’objectif n’est pas d’aller ailleurs, et que l’histoire ne se passe que dans le lointain, l’histoire se déroule maintenant et ici. Donc, peut-être l’écrivain ne désigne pas des gens qui voyagent beaucoup, mais des gens qui réfléchissent beaucoup

Cette rencontre avec l’auteur français me conduit à réfléchir sur l’objectif et les méthodes de l’enseignement de la littérature française dans les cours du FLE en Chine. Est-ce que l’objectif pédagogique est de transmettre le sens que l’auteur veut dire ou bien de laisser interpréter les ouvrages à l’apprenant soi-même?  Je me demande aussi si l’enseignant doit découvrir et choisir une position plus variable et plus souple dans l’enseignement de la littérature française dans les cours du FLE, pour que la littérature soit évoluée, transformable et interprétable?

 

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Maroc, littératures, idées…

À l’occasion de Livre Paris où le Maroc est invité d’honneur, les maisons d’éditions marocaines En toutes lettres (Casablanca) et les Éditions de la Librairie des Colonnes (Tanger), Le Relais Festival (Saint-Denis) ainsi que les librairies franciliennes Les Oiseaux rares (Paris 13e), Folies d’Encre (Saint-Denis) proposent une programmation indépendante.

Du 18 au 30 mars, 14 rencontres avec une vingtaine d’écrivains, essayistes, artistes et éditeurs auront lieu dans 6 librairies ainsi que plusieurs grandes écoles, universités et centres de recherche.

Cette programmation vise à rapprocher ces auteurs des lecteurs franciliens, à faire connaître leurs engagements et la pensée contemporaine produite à partir du Maroc, ainsi qu’à ouvrir le débat et croiser les regards sur des thématiques qui sont communes à nos deux sociétés.

Des hommages seront rendus à de grands disparus, comme Mohammed Khaïr-Eddine et Ahmed Bouanani. Il sera question de traduction et de modernité littéraire.

On discutera de questions de société, comme l’égalité entre hommes et femmes, les circuits culturels, le rôle de la société civile, les radicalisations (religieuses, politiques, sociales etc.).

Une soirée festive aura lieu le dimanche 26 mars au New Morning.

Toutes les infos sur : https://www.facebook.com/Maroclivreoff/?fref=ts

et toutes les rencontres ici :

https://redila.hypotheses.org/1328

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Pourquoi écrivez-vous ? Master class avec sept grands écrivains contemporains

France Culture, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du Livre organisent une série de Master class avec sept grands écrivains contemporains : Yasmina Reza, Jean Echenoz, Jean Rolin, Maylis de Kerangal, Pierre Guyotat, Pierre Michon, Olivier Rolin.

Chacune de ces rencontres représente une réelle occasion de poser toutes vos questions relatives à l’écriture, à l’édition des œuvres et aux parcours des écrivains.  

Pour avoir des informations supplémentaires :

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums/f.masterclasses_ecrivains.html?seance=1223925896946

 

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Journée d’étude – passages de paroles / paroles de passages – 7 octobre 2015

 

La journée d’études – passages de paroles / paroles de passages organisée par M. Serge Martin, a eu lieu le 7 octobre 2015 à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, au troisième étage dans la salle M.

 

Cette journée d’étude s’anime et s’enrichit par la participation des enseignants-chercheurs littéraires de Paris 3 et des doctorants venant de différentes universités. De plus, l’arrivée de Gérard NOIRET, en tant qu’écrivain, nous ouvre une autre voie de voir la « voix ».

 

Ce que veut dire « les littératures comme paroles de passages » selon Martin, c’est « les œuvres littéraires[…]permettraient d’engager les apprentissages et les enseignements dans des paroles accueillant le maximum de passages : transferts d’affects et de savoirs », alors l’idée de « les littératures comme passages de paroles » renvoie au fait que « les arts et œuvres de langage engagent des réénonciations vives où s’essaient des expériences nouvelles[…]que les œuvres demandent à continuer et à partager ».

 

Le matin est démarré par six intervenants qui donnent des discours sur l’utilisation de la littérature aux niveaux de la culture, de l’écrit et de la phonétique dans l’enseignement de FLE. Le deuxième tour se poursuivit par six autres interventions qui exploitent comment la littérature peut être une source de passages de paroles en proposant de l’emploi des représentations, de la récitation, de la lecture à haute voix, de la mise en liaison de la vie et des œuvres littéraires, de la photographie et de la traduction dans l’enseignement du FLE.

 

Sitographie

https://www.google.com.hk/search?safe=strict&client=aff-cs-360se-channel&channel=bookmark&hl=zh-CN&biw=1399&bih=711&site=imghp&tbm=isch&sa=1&q=edith+piaf&oq=edith&gs_l=img.1.0.0j0i30l2j0i24l7.277605.279508.0.281427.5.5.0.0.0.0.78.312.5.5.0….0…1c.1.64.img..0.5.296.eAlUe5eA-us#imgrc=dvRNHZPqUIT5hM%3A

TANG Ke

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Quelle définition retenir de l’adjectif « classique » dans la littérature?

La lecture de l’ouvrage Enseigner les «classiques» aujourd’hui, approches critiques et didactiques publié sous la direction d’Isabelle DE PERRETTI et de Béatrice FERRIER a suscité ma curiosité sur la terminologie de cet adjectif. Cet ouvrage est le fruit du colloque ayant eu lieu les 25 et 26 novembre 2009 à l’université d’Artois. Intitulé «Manières de critiquer, manières d’enseigner la littérature: quelles conceptions, quelles places et quelles approches des classiques dans la construction d’une culture commune ?», il propose une réflexion autour des textes classiques dans une ère d’exigences institutionnelles où il est question de développer chez l’élève une culture humaniste par l’étude des «grandes oeuvres» littéraires selon le MENESR1. Dans cette perspective, depuis 2009, le socle commun de connaissances et de compétences2 a été mis en place.

Mais revenons à notre question principale. Le terme classique est omniprésent dans les discours publics que je peux entendre, qu’il soit associé à la musique, la danse, la gastronomie etc…Dans mes représentations, il peut faire autant référence aux éléments incontournables d’un domaine ou d’une spécialité qu’à une époque précise. Par ailleurs, il m’est souvent arrivé de débattre sur la signification de cet adjectif. Ces différents points soulignent sa polysémie, polysémie particulièrement présente en littérature que Violaine Houdard-Mérot analyse dans la première partie de l’ouvrage. J’ai trouvé très intéressante l’idée de partager cette analyse ici:

Son premier sens est lié à son étymologie latine: «classis» signifiant classe et «classicus» signifiant de première classe. L’écrivain classique est celui qui demeure en haut de l’échelle sociale et qui maîtrise parfaitement la langue. Il est, ainsi, une référence littéraire de par ses deux critères. Par la suite, il devient le modèle littéraire digne d’être étudié en classe (aux dix-septième et dix-huitième siècles, il s’agit principalement des auteurs gréco-romains puis des auteurs du dix-huitième siècle). Ajoutons également le sens donné par les romantiques à savoir l’auteur considéré comme «démodé», très académique. En outre, l’adjectif classique renvoie à l’écrivain universel, atemporel ayant laissé ses empreintes dans le monde. Retenons une autre définition: l’auteur classique synonyme de l’adjectif français représentant le «triomphe» élogieux de la France à travers la langue française, la littérature du dix-septième siècle et son esthétisme.

Il semble difficile de retenir une définition tant l’adjectif est instable et «oscille(…) entre des extrêmes: sens historique/universel; laudatif/dépréciatif; génie français/génie universel»3 selon l’intervenante. Cependant, l’auteur étudié en classe semble être celle la plus stable et retenue aujourd’hui.

Ouvrage lu:

De Perreti I et Ferrier B(dir.).Enseigner les «classiques» aujourd’hui, approches critiques et didactiques. Bruxelles: P.I.E. Peter Lang. 2012. 321 pages

1 Ministère de l’Éducation Nationale de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

2 Il est, désormais, appelé socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

3 De Perreti I et Ferrier B(dir.).Enseigner les «classiques» aujourd’hui, approches critiques et didactiques. Bruxelles: P.I.E. Peter Lang. 2012. p29.

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts

La littérature : une histoire d’altérité racontée par la voix haute

blog.sina.com.cn
blog.sina.com.cn 

Durant la journée d’études ayant lieu le 7 octobre 2015 (9h-17h) dont le sujet s’intitule Passages de Paroles, Paroles de Passages, organisée par le DILTEC de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, l’un des participants Fabrice NOWAK nous propose une réflexion sur la fonction d’altérité de la lecture des textes littéraires à voix haute.

Le présentateur F. NOWAK affirme d’abord que la littérature a pour fonctions dans l’enseignement de français langue étrangère de cultiver un esprit ouvert et de créer les dialogue et rencontre avec une autre science. Il signale ce que l’on oublie depuis longtemps, c’est la pratique de la littérature qui n’agit pas de la même façon sur des individus. Il se demande si la littérature est pertinente pour travailler l’altérité et en quoi la lecture à haute voix peut être intéressante. Selon F. NOWAK, la lecture à voix haute est de passer la parole à l’autre. Il considère cette lecture comme une sorte de sous-mentale, autrement dit, même si la voix est élevée, le contenu n’entre pas forcément dans la tête et c’est un passage obligé.

Ensuite, Fabrice remarque un autre problème, c’est que l’on a toujours un grand plaisir d’entendre de bonnes lectures, cependant, il n’y a aucune indication sur comment apprendre à bien faire sa lecture. Suite à cela, ce jeune présentateur conseille de  »mettre le ton’’ qui, d’après lui, n’a pas pour la question de monotonie, mais une sous-théâtralisation qui signifie comme des textes joués avec de l’émotion sur scène. Il ajoute que  »mettre le ton » est aussi de mettre une espèce de mélodie artificielle propre aux lecteurs, non pas celle du texte. En revanche,  »mettre le ton » ne correspond pas à laltérité. À l’avis de F. NOWAK, cette dernière est plutôt liée au corps. Mettre en scène est de passer la parole écrite à la parole scénique. Il faut quitter la posture de réflexe intellectuel, qui serait cassée par la vision si l’on retourne aux faits de la littérature et de l’altérité. Cette vision provient de la lecture avec le corps, où on se sent quelque chose qui n’est pas en soi. Dans ce sens, c’est l’altérité.

Puis, pour mettre en évidence la relation entre la lecture à haute voix et l’altérité, Fabrice introduit une discipline de  »mettre sur scène ». La technesthésie possède de trois dimensions dans le langage : intellectuel (message et sens), émotion (on met le ton pour exprimer une émotion), sensation (parler, c’est avant tout, avoir la sensation dans la vie et un style vocal). Il insiste que cette dernière permet de travailler sur l’interprétation et de déconstruire son propre style vocal. Les différents tons donnent de différentes interprétations. C’est l’altérité.

De plus, le présentateur associe la littérature à la lecture esthétique de réception en notant que la lecture à voix haute est de retrouver ce que l’auteur a voulu dire et de prendre le texte en soi. Pour que cela soit efficace, on met à l’écoute des interprétations des autres. On se sent de l’altérité dans le sens de rencontre avec l’autre. Pour Fabrice, le texte est un prétexte à appliquer des outils, un prétexte préconçu qui va nous retirer du texte.

En conclusion, F. NOWAK revient au sujet. Il souligne que la lecture à voix haute fait rencontrer l’altérité en mettant à distance de soi-même et qu’elle est également un détour nécessaire enfin pour nous enrichir.

Référence

La journée d’études du 7 octobre 2015, Passages de Paroles, Paroles de Passages, séquence de Fabrice NOWAK, Lire à haute voix la parole d’un autre : un apprentissage citoyen de l’altérité.

QIAN Cheng

Etudiant de Paris 3

More Posts

Lire : à quoi ça sert ?

A en croire Le Clézio, la lecture aurait mille et un bienfaits (en réalité, il en cite uniquement treize), alors, pour quelles raisons, dans notre société actuelle parle-t-on d’une crise de la littérature ?

Le fait est, que la lecture, comme la plupart des humanités en général, perd d’année en année un intérêt grandissant. Certains ne se gênent pas pour rejeter la faute sur l’ère numérique. Cette révolution technologique qui permet à tout un chacun (enfin, à une grande majorité de ceux situés dans l’hémisphère nord) d’avoir un accès rapide et simple à internet, aux ordinateurs et aux smartphones. Sans omettre la diffusion d’émissions éducatives aux heures de grande écoute, sur plusieurs chaînes nationales gratuites, comme « Secret Story », « Les Marseillais vs les Ch’tis : la revanche a sonné » ou encore « Les Anges de la télé-réalité all star : leurs vacances à Ibiza ». Par conséquent, à choisir entre un loisir ne requérant pas une charge colossal de travail intellectuel et un plaisir, qui en plus de nous faire utiliser de multiples circuits neuronaux, coûterait en moyenne 6 euros (prix moyen d’un livre de poche), il faut croire que le choix serait vite fait.

Pour ma part, m’appuyant sur mon parcours scolaire en France, j’accuserais les choix didactiques de la littérature imposés par le gouvernement dès le secondaire. Triste est de constater, qu’on ne parle pas de l’enseignement de la littérature mais de « cours de français », où les extraits d’ouvrages sont davantage utilisés pour étudier les différents procédés d’écriture mis en place par l’auteur lors de l’élaboration de son œuvre, que ce soit en analysant les différentes figures de style ou encore, en repérant les différentes modalités d’énonciation dont il a fait usage dans toute son œuvre. Ajoutons à cela, les rédactions de commentaires composés, dissertations ou récits d’invention, qui ne laissent place qu’à très peu (pour ne pas dire aucune) de créativité de la part des élèves. Néanmoins, la littérature est enseignée en terminale littéraire (soit une année !), qui est la classe la moins plébiscitée et la moins peuplée dans le parcours général. En effet, l’effectif y est deux fois moins élevé que dans un cursus économique et sociale et trois fois moins élevé que dans un cursus scientifique. Ayant moi-même suivie la voie littéraire, c’est à partir de ce moment là que j’ai commencé à apprécier la littérature, faisant connaissance avec Les liaisons dangereuses de Laclos.

En contexte FLE, l’enseignant a beaucoup plus de liberté. En proposant des manuels ou ses propres choix d’œuvres littéraires, qui seraient accompagnés d’activités mettant en valeur le texte en lui-même. Autrement dit, cela viserait l’affectivité des apprenants et leurs (ré)interprétations d’un ouvrage tout en travaillant différentes compétences langagières. De même, il est possible d’aborder ce qui ressort du domaine de l’interculturel à l’aide d’un ouvrage. Le rôle d’un enseignant de FLE serait alors d’amener les apprenants vers la gratuité de la lecture, c’est-à-dire, leur proposer des extraits de livres qui leur donneraient goût pour des œuvres qui engloberaient toute la francophonie, sans toutefois leur en imposer la lecture.

Pour répondre à l’interrogation posée plus haut, lire devrait aussi bien servir à se divertir qu’à se cultiver. C’est pourquoi, n’ayant (malheureusement) pas la science infuse et devant étudier plusieurs pistes pour la rédaction de mon mémoire, lire deviendra ma préoccupation quotidienne durant les prochains mois.

Je vous conseille d’en faire tout autant.

Bibliographie :

Jean-Marie Gustave Le Clézio, Un livre : à quoi ça sert ?, L’Extase Matérielle, Collection Folio Essai, édition Gallimard, 1993.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Inversion chez Proust

Le séminaire du 10 mars a été consacré à Proust et à la révolution du style. Monsieur Frédéric Fladenmuller (East Carolina University) a parlé de l’ecriture inversive de Proust et a présenté son nouveau livre Proust Ou L’ecriture Inversive: Du Temps Perdu Au Temps Retrouvé.  

Proust croit à une universalité, une atemporalité, des êtres et des choses et il le dit dans Contre Sainte-Beuve:  » Car personne n’est original et fort heureusement pour la sympathie et la compréhension qui sont de si grands plaisirs dans la vie, c’est dans une trame universelle que nos individualités sont taillées. Si l’on savait analyser l’âme comme la matière, on verrait que sous l’apparence diversité des esprits aussi bien que celle des choses, il n’y a que peu de corps simples et d’éléments irréductibles et qu’il entre dans la composition de ce que nous croyons étre notre personnalité, des substances fort communes et qui se retrouvent un peu partout dans l’univers » (Contre Sainte-Beuve, 71-72). Pourtant, il existe aussi une composante de singularité qui définit d’une certaine manière les caractéristiques essentielles d’un artiste  » pour un écrivain, comme pour un musicien ou un peintre… Nous retrouvons dans un second livre, dans un autre tableau, les particularités dont la première fois nous aurions pu croire qu’elles appartenaient au sujet traité autant qu’à l’écrivain ou au peintre. Et du rapprochement des œuvres différentes nous dégageons les traits communs dont l’assemblage compose la physionomie morale de l’artiste » (Contre Sainte-Beuve, 75). Proust dit qu »un livre est un produit d’un autre moi que celui que nous manifestons dans nos habitudes, dans la société, dans nos vices » (Contre Sainte-Beuve, 221). L’écrivain rapproche le phénomène primordial de l’inversion à un amour indifférencié. Dans A la recherche du temps perdu le mot homosexuel apparaît 7-8 fois et le mot inversion est utilisé de 60 à 70 fois et cela nous prouve de nouveau l’importance du sujet chez l’auteur. Dans ses réflexions M. Fladenmuller arrive à la conclusion que chez Poust l’écriture représente l’envers de la lecture et que la seconde représente une « incitation » au travail véritable que représente l’exercice thérapeutique de la première et une part importante de ce qu’on qualifie d’inversion.

Compte-rendu de la journée de pré-soutenance

Sur les neuf groupes formés par Serge Martin, le professeur du séminaire, nous nous consacrons, dans ce compte-rendu, aux présentations du groupe 3 composé de, ce jour là, Carla Campos-Cascales, Naïma Hamdi et Héloïse Moschetto.

Carla avec son thème « La relation littéraire en contexte catalan : quel sujet lecteur au lycée ? » prend la parole. Après avoir salué le public, elle ne s’attarde pas à présenter son sujet de mémoire et son projet comme la place de la langue dans la culture, la langue et la littérature en Catalagne. Elle nous témoigne que dans cette région d’Espagne la littérature est étudiée de manière théorique. Les questions renvoyant à la problématique sont la question de méthodologie (quel sujet lecteur ?), la question d’interprétation qui nous renvoie aux chercheurs comme Mireille Naturel.

Naïma intervient. Elle nous fait savoir qu’elle a changé de sujet c’est-à-dire de « La littérature maghrébine comme approche de la compétence interculturelle » à « L’alternance codique dans les interventions verbales». « Mon enseignement en Algérie avec le FLE est un facteur du choix du sujet », déclare Naïma. Elle témoigne que l’alternance codique est une tendance qui existait en Algérie avant l’arrivée du français. Elle se faisait entre l’arabe soutenu et l’arabe dialectal. Selon notre camarade, l’alternance codique, en raison de l’accroissement de son importance, elle a une fonction communicative et une fonction didactique. Comment saisir le fonctionnement de cette pratique en Algérie ? A l’image d’une hypothèse, l’alternance codique serait une pratique ancestrale ancrée dans la société algérienne. Notre camarade se demande encore si l’alternance codique est un bilinguisme et si elle porte atteinte à la L 2.

Héloïse travaille sur « La place paradoxale de la poésie dans l’enseignement des langues ». Elle est la dernière intervenante du groupe. Avant de présenter les différentes parties de son mémoire, Héloïse nous dit comment, à partir des corpus poétiques (treize manuels de niveau A 1 au niveau B 2 sont analysés), il est facile de pratiquer la grammaire pour une compétence linguistique et l’apprentissage. D’après notre camarade, un corpus poétique fonctionne comme un texte. Héloïse planifie son travail sur les points suivants : l’analyse des corpus correspondant aux travaux sur le terrain, l’apprentissage des poèmes et l’instrumentalisation de la grammaire par le poème.

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l'université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j'ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts

La parole est une force (à propos de la journée du 15 octobre)

Il s’agit d’une journée d’étude vraiment intéressante et indispensable en même temps parce qu’en premier lieu on va apprendre a explorer le sens de la littérature, puis on va apprendre comment la littérature est liée avec la science humaine.

En ce qui concerne  l’enseignement d’une langue étrangère l’important est de trouver et de chercher  des façons idéales. Un facteur important qui joue aussi un rôle .primordial est le public Le même se passe avec la compréhension de la littérature c’est-à-dire quand à la littérature et sa compréhension l’important est d’apprendre à lire en français.

Sauf le public pour l’enseignement d’une langue des manuels,des livres,et des methodes doivent etre utilises  le même se passe avec la littérature. Pour obtenir une critique littéraire, on doit chercher à trouver les sens du texte. Même la définition de la littérature est difficile à être expliqué exactement parce que de nos jours c’est dangereux de donner une définition qui peut avoir un esprit littéraire ou non. Il est vrai qu’on peut dire que la littérature est l’ensemble de connaissances qui nous permettre de comprendre le monde l’homme. Pour l’enseignement de la littérature, on doit tout d’abord apprendre la culture et après on doit passer sur la tradition d’une langue.

La littérature est considérée comme une science parce qu’à travers  la littérature on peut apprendre la culture d’une langue et ça c’est important de nos jours  de parler beaucoup de langues. En parlant des langues, on peut trouver  de nouvelles choses et aussi dans notre langue maternelle avec l’apprentissage d’une langue étrangère. Pour qu’on puisse comprendre mieux la littérature ; il y a des textes authentiques et aussi des manuels de langues étrangères. La littérature orale est très importante et liée avec la parole.

La parole est très forte et on peut dire qu’elle est synonyme de l’eau, c’est-à-dire une fois une fois versée, on ne peut plus ramasser. La parole est intense; elle est comme une grande force qu’on doit apprendre à maitriser. Apprendre à parler signifie qu’on peut maitre de notre parole. Quand on sait parler, on peut comprendre les sens cachés derrière les mots énonces. Comme la parole est caractérisée comme un art le même se passe avec la littérature. La littérature est considérée comme un art pas difficile à explorer et à définir.

Merci beaucoup pour cette journée.

Littérature : un regard sur la photocopie et voilà qu’ils soupirent !

 

En Sorbonne, une étudiante croise son professeur dans un couloir et l’interpelle.

L’étudiante travaille dans le cadre de son mémoire sur l’utilisation des documents authentiques pour dynamiser la classe, le professeur lui suggère d’évoquer la littérature. 

Etudiante :    Ah bonjour monsieur, je voulais justement vous écrire pour répondre à vos dernières suggestions sur l’évocation de la littérature dans le cadre de mon mémoire. Vous avez peut-être quelques minutes ?

Professeur :   Oui oui bien sûr, je n’ai cours que dans 20 minutes, j’ai un peu d’avance.

E :       Ah très bien ! je vais faire vite. Bon, pour revenir sur la littérature,  à vrai dire je ne pensais pas  en parler dans mon mémoire. Moi je pense qu’étudier la littérature en FLE c’est délicat. Les élèves n’aiment pas ça, ça les ennuie, c’est difficile, un regard sur la photocopie et voilà qu’ils soupirent. Je préfère trouver des articles, des faits divers un peu insolites : des choses qui leur parlent ! Ça les fait participer, et encore qu’il ne faut pas que ce soit trop long, ni écrit trop petit, alors Montaigne ou Voltaire …

P :       Il y a cette idée reçue que la littérature c’est difficile, ennuyeux, un peu élitiste, mais c’est faux et on peut l’aborder dans le cadre de cours de FLE. Il faut juste se poser les bonnes questions. Quels auteurs ? Quels textes ? Comment les aborder ?

Les articles, les faits divers, ce sont des documents authentiques certes mais ils deviennent vite obsolètes. La littérature au contraire est intemporelle !

E :       Je comprends bien et je suis d’accord avec vous je suppose mais ce n’est pas moi qu’il faut convaincre, ce sont les étudiants, et ce n’est pas évident …

P :       Vous avez parlé de Montaigne, de Voltaire, la littérature ce n’est pas que ces auteurs là. Il y a beaucoup d’auteurs qui ont écrit des textes tout à fait accessibles, pleins de surprises, drôles. Si vous présentez à votre classe un document et que vous arrivez à faire en sorte qu’ils soient surpris, agréablement, alors vous avez gagné.

E :       Du coup je pense aux nouvelles, les textes sont parfois courts, voire même très cours, je pense ici à Felix Fénéon avec ses nouvelles en trois lignes mais c’est un extrême.  En revanche j’ai parcouru il y a quelques temps des recueils de nouvelles québécoises et je suis tombée sur Guillaume Corbeil, un jeune auteur. Il a même reçu des prix pour son écriture ! Son écriture m’avait vraiment séduite : un style surprenant, très dynamique, on aurait cru être à la place du personnage, entendre ce qu’il entend alors qu’il ne fait que raconter. C’était amusant … Mais ce n’est pas de la littérature …

P :       Bien sûr que c’est de la littérature ! Ce n’est pas parce que ça a été écrit après le XVIIIème siècle que ce n’est pas de la littérature. Il peut d’ailleurs être intéressant de passer par des textes contemporains pour changer le regard des jeunes sur la littérature.

L’important c’est aussi de choisir des textes en lesquels vous croyez. Si vous n’êtes pas emballée alors il est évident que vos étudiants vont s’ennuyer. On ne fait bien que ce dont on est convaincu …

E :        Oui vous avez raison, il faut aussi que je change mon propre regard sur la littérature …

P :       C’est possible. Vous savez quand vous êtes venue me voir en me disant «  ça les ennuie, Montaigne, Voltaire … »  – au passage Voltaire est un auteur tout à fait abordable en FLE, prenez Candide, les réflexions sont tout à fait contemporaines, et si vous avez peur de l’effet du nom de l’auteur sur vos étudiants vous pouvez toujours le cacher et ne le révéler que par la suite – Bref, je disais donc, vous êtes arrivée en parlant d’ennui, de difficultés d’élèves qui n’aiment pas étudier les textes littéraires, qui soufflent, et je me suis dit : elle parle d’ELLE, de SON rapport à la littérature !

E : (elle rie) Je crois bien que vous avez raison encore une fois. Je n’étais pas la meilleure en français au lycée et j’ai dû rester bloquée là dessus. Merci beaucoup, je vais me tourner à nouveau vers ces nouvelles québécoises et tenter d’en faire quelque chose, je pense que ça peut marcher. Et puis la francophonie, c’est d’actualité ! De toute façon ça vaut la peine d’essayer, et si ça marche cela représentera de nouvelles pistes pour mon mémoire ! 

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts