Archives par mot-clé : l’auto-évaluation

Auto-évaluation : un travail sur soi

Auto-évaluation 

L’attitude auto-évaluative dans notre apprentissage s’apprend : « C’est un travail sur soi pour une conscientisation critique. »1 On entend par cette définition que « apprendre à s’auto-évaluer c’est accepter de voir en arrière pour porter un œil critique sur soi, appuyé sur des critères (…), conduisant à une prise de décision pertinente et efficiente sur la base d’un référentiel intériorisé. Cette aptitude réflexive permet une prise de conscience de son action ; lucidité indispensable à tout apprentissage signifiant que seul l’élève, en tant que sujet, peut réaliser. »2 De ce point de vue on arrive à l’idée que l’auto-évaluation nous permet d’abord d’avoir un œil critique sur notre apprentissage afin de le façonner selon nos besoins et puis de nous rendre plus conscient de nos actions d’apprentissage. Ce regard critique sur son propre apprentissage et « un tel recul sont considérables, car elles obligent l’évalué à se regarder, à s’analyser, à fouiller dans ses propres difficultés, au risque entre autres d’altérer son image de soi et ainsi de devoir la construire à nouveau ou sous d’autres angles. »

Après avoir porté un regard sur la définition de l’auto-évaluation, il est utile de parler du lien entre l’auto-évaluation et l’attribution de note dans l’évaluation. Il n’est pas très possible de dire que l’attribution d’une note peut mesurer et évaluer l’apprentissage d’un apprenant, car « l’auto-évaluation n’est pas réductible à un bilan»4. C’est un processus qui se fait et s’active constamment chez l’individu pour élargir ses limites d’apprentissage, s’auto-évaluer, tracer sa propre voie d’apprentissage en fonction de ses besoins.

Ce processus en question s’émerge chez l’individu comme un processus spontané qui prend « le statut d’objectif d’apprentissage »5. L’objectif d’apprentissage est défini par l’apprenant. Ensuite l’auto-évaluation intervient dans l’apprentissage pour structurer la capacité et la vitesse d’apprentissage. Mais il faut dire que « l’auto-évaluation s’apprend. L’auto-évaluation, parce qu’elle est avant tout un processus humain, ne peut être réduite à l’organisationnel. L’auto-évaluation nécessite donc bien qu’on abandonne l’idée de la définir comme un « guidage », une opération de laquelle le formateur serait le maître. Le sujet ne s’auto-évalue pas sur commande : il faut donc distinguer les tâches pour l’apprentissage de l’autoévaluation, du processus du sujet qui s’auto-évalue, lui, en permanence. »6.

Ayant appris l’auto-évaluation, l’apprenant obtient une liberté totale dans son apprentissage et à partir de ce moment-là c’est à lui de construire son propre apprentissage sans être limité par une note attribuée par l’enseignant ou l’évaluateur. « L’apprentissage de l’auto-évaluation est ainsi plus qu’une technique accessoire d’évaluation. L’apprentissage de l’auto-évaluation constitue le moyen essentiel permettant à l’élève de dépasser un simple savoir-faire non réfléchi, purement opératoire, pour accéder à un savoir-faire réfléchi grâce auquel il peut intervenir et agir consciemment ».7. Donc on peut unir le savoir-faire réfléchi à l’autoévaluation puisqu’il s’agit de l’apprenant qui est amené à réfléchir sur son apprentissage. Le but à atteindre, c’est, certes, d’apprendre aux apprenants à s’auto-évaluer et de faire de l’autoévaluation « un objectif de formation, une habileté à développer dans son véritable sens »8

Références

1 : Bernard Donnadieu, Michèle Genthon, Michel Vial, Les théories de l’apprentissage, 1998

2 : Pillonel, M. & Rouiller, J., Faire appel à l’auto-évaluation pour développer l’autonomie de l’apprenant, 2002, Résonances, 7, 28-31.

3 : Louise M. BELAIR, L’évaluation dans l’école, 1999

4 : Michel VIAL, Se former pour évaluer, se donner une problématique et élaborer des concepts, 2001

5 : Genthon, M, Dispositifs d’évaluation formative, 1978

6 :  Michel VIAL, Se former pour évaluer, se donner une problématique et élaborer des concepts, 2001

7 : Cardinet, J. , La maîtrise, communication réussie, 1998, Dans Pillonel, M. & Rouiller, J., Faire appel à l’auto-évaluation pour développer l’autonomie de l’apprenant, 2002, Résonances, 7, 28-31.

8 : Gérard SCALLON, L’Evaluation formative, 2000

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et un Master Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.. Actuellement doctorant en Sociolinguistique et DFLE.

More Posts

Connais-toi toi-même : une sorte d’autodidaxie

De l’autodidacte à l’autodidaxie à l’ère du numérique

Approche interdisciplinaire des apprentissages autonomes au 21e siècle

Colloque organisé par olivier LUMBROSO et François VANOOSTHUYSE

 CPg1pUbWwAEPTLB

Dans cet article, je vous présente un mini compte-rendu du colloque, ayant eu lieu le 21 Octobre 2015 à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, « De l’autodidacte à l’autodidaxie à l’ère du numérique » organisé par Olivier LUMBROSO et François VANOOSTHUYSE. Je me permets de vous citer ci-dessous les noms des tables rondes et ses intervenants ;

  • « Autodidaxie, formation intellectuelle et esprit d’entreprendre : les nouvelles compétences de l’étudiant. »
    •  Camille Sirota (ancien étudiant de Master, fondateur de la FRITHE) Paolo Tortonese (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
    • Paolo Tortonese (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
    • Joël Tingaud (PDG de l’atelier de l’Argoat-Entreprise du Patrimoine Vivant)
    • Maud Pérez-Simon (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3)
  • Conférence : « Comment adapter l’université aux besoins des apprenants du 21e siècle ? » François Taddei (Université Paris-Descartes – Paris 5
  • « Autodidaxie, numérique et  formation continue : quelles offres d’apprentissage tout au long de la vie ? »
  • Olivier Lumbroso (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / DSIC – ENEAD)
  • Eléonore Vrillon (Doctorante en sciences de l’éducation, Université de Bourgogne)
  • Valérie Peyronel (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / fCP3)
  • Divina Frau-Meigs (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

A savoir que, ce présent compte-rendu ne contient pas tous les points abordés pendant les interventions mais des points qui me paraissent importants.

La notion d’autodidaxie est étudiée sous différents angles dans les présentations comme ;

  • Autodidaxie et bénévolat
  • Autodidaxie et vie professionnelle
  • Autodidaxie et numérique

Une étude a été faite concernant le lien entre l’autodidaxie et le bénévolat. On a obligé des étudiants à faire 2 heures de bénévolat (scolaire, théâtre, statistique etc.) et on a constaté que les étudiants ayant fait du bénévolat ont fait de bons dossiers pour leurs cours et qu’ils sont devenus plus autonomes dans leurs travaux. Le bénévolat est vu donc comme un facteur sur la performance de l’étudiant dans ses dossiers. Cela signifie que la notion d’autodidaxie est développée ou acquise chez les étudiants qui ont fait du bénévolat. Quand on leur a demandé s’ils voyaient un lien entre les études et le bénévolat, on a vu que 39 % des étudiants voyaient un lien entre les études et le bénévolat.

Quant au croisement entre l’autodidaxie et la vie professionnelle, dans le milieu professionnel les choses ne fonctionnent pas de la même manière que dans le milieu scolaire car dans l’éducation et l’enseignement à l’université, c’est le contexte de représentation politique et sociale qui joue un rôle majeur. Mais « heureusement qu’on apprend des choses par nous-mêmes sans passer par les profs » comme le dit Tingaud. On utilise les progrès faits par soi-même, on repart toujours a zéro dans ce processus. L’intervenant définit également quelques piliers dont il faut tenir compte pour mettre en place l’autodidaxie dans la vie professionnelle ;

  • Coopérer
  • Créer
  • Communiquer
  • Critiquer

Selon Tingaud, la coopération, la création, la communication et la critique sont des éléments fondamentaux au niveau professionnel pour la recherche du savoir car le savoir est en cours dans le temps moderne, non pas comme dans les temps anciens. Dans le monde d’aujourd’hui, on parle de la « recherche », plutôt que de « l’enseignement ».

On a évoqué également la nécessité, l’importance de la connaissance dans le milieu scolaire ou professionnel quand il s’agit d’autodidaxie. «  L’homme seul est moins bien face à la seule machine mais il est bien celui qui sait mieux utiliser la machine. Dans le monde des connaissances, rien ne nous empêche d’outiller ce monde, on peut créer un ensemble de chemin. » dit Tingaud afin de montrer l’importance donnée à la connaissance. Toujours sur ce point, 3 dimensions de connaissance chez Aristote ont été évoquées ;

  • Epistémie
  • Techné
  • Phronesis
tecn

 

L’épistémie signifie « connaître » en grec. Cela se réfère à la connaissance scientifique. « La tekhnè ou technè, du grec τέχνη, désigne la «  production » ou « fabrication matérielle »[1]. Donc la techné signifie « connaissance pratique ». Finalement la phronesis « En anglais, il est le plus souvent traduit par « practical wisdom » (« sagesse pratique ») »[2]. A cote de cela, la citation de Socrates « Connais-toi toi-même » est considérée comme une sorte d’autodidaxie car le noyau dur de l’autodidaxie consiste incontestablement à se connaître soi-même.

Ces références philosophiques nous aident à façonner notre approche envers la connaissance ainsi qu’envers l’autodidaxie bien entendu.

Du côté du numérique, on constate que le numérique, c’est Internet. « L’école est l’université sont vues comme inutiles. Les usagers préfèrent Internet comme l’autodidacte par excellence. » dit Valérie Peyronel et elle ajoute « L’autodidaxie est considérée aujourd’hui comme mise à jour des connaissances par soi-même. ». Une autre définition est faite par Olivier Lumbroso « L’autodidaxie, c’est apprendre à désapprendre et apprendre à réapprendre. ». La métaphore faite par  François Taddei nous explicite également le mécanisme de l’autodidaxie « A partir d’une bougie, on peut allumer une autre. On peut allumer une connaissance avec une autre connaissance. ».

A réfléchir et à discuter…

Merci de votre attention !

Références

  • https://aquileana.wordpress.com/2014/02/01/aristotles-three-types-of-knowledge-in-the-nichomachean-ethics-techne-episteme-and-phronesis/

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Techn%C3%A8

[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Phronesis

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et un Master Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.. Actuellement doctorant en Sociolinguistique et DFLE.

More Posts