Archives par mot-clé : Latour Bruno

Pour chercher, il faut écrire des comptes rendus risqués et… des interludes

Ecrire un mémoire revient à écrire des « comptes rendus risqués », comme le propose Bruno Latour dans Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006). Précisons :

  • écrire c’est trouver l’énonciation d’un dire qui donne la parole à des informateurs : auteurs que l’on cite ou paraphrase ; acteurs de terrain que l’on a rencontrés (questionnés, entretenus…) ;
  • écrire c’est monter des énonciations plurielles qui entrent dans une composition comprenant à tous les niveaux des phases introductives et conclusives (autant de reprises) avec des paragraphes qui constituent des moments s’enchaînant les uns aux autres dans une progression narrative et/ou argumentative ;
  • écrire c’est enfin titrer pour que ce montage d’énonciations s’entende dès le grand titre et dans l’organisation de toute la titraille du compte rendu risqué.

Après avoir lancé quatre carnets de recherche et réfléchi à l’organisation de l’écriture du compte rendu risqué, il nous faut également lancer la direction de recherche – je préfère parler de relation de recherche, enfin tenter de réfléchir à ce que cela peut être tant du côté de l’étudiant que du directeur de recherche mais également de tous les dispositifs qui participent à l’encadrement du mémoire, parmi lesquels ce séminaire bien évidemment. Pour (dé)dramatiser un peu cette réflexion, je fais le choix de repartir avec Bruno Latour et de jouer « l’interlude » qui sépare la première et la seconde partie de son ouvrage, dont le titre est « que faire de l’acteur-réseau? » et qui se présente sous la forme d’un dialogue entre un étudiant et son directeur de thèse – certainement Bruno Latour lui-même. Ce dialogue permet de penser cette relation de recherche avec beaucoup d’humour – cela se passe à la London School of Economics chez les sociologues – mais également, avec beaucoup de perspicacité, ce dialogue demande de soulever quelques pistes décisives pour que la recherche transforme la recherche et que cela engage étudiants et directeurs dans une relation de recherche critique. On peut lire le dialogue ou l’interlude à cette adresse: http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf

couv_RESEAUX_182.inddOr, avec le constat fait par Latour déguisé ici en P (« La plupart des textes en sciences sociales sont mortellement plats », p. 217), ce dernier pointe l’enjeu d’un enseignement de l’écriture de la thèse – je dirais plutôt d’une réflexion partagée sur l’écriture du mémoire – car c’est dans et par l’écriture que la recherche se fait : c’est elle le laboratoire puisque « selon la manière dont il est écrit », le mémoire « saisira ou ne saisira pas le réseau d’acteurs que vous voulez étudier ». Saisir un réseau d’acteurs, c’est saisir un problème, en rendre compte et nécessairement offrir des perspectives à ces acteurs (apprenants et enseignants, par exemple). Je ne pointe ici que le fil rouge de la réflexion ou plutôt du débat car il en tresse beaucoup d’autres.

Outre la nécessité de jouer ce dialogue collectivement, je proposerai d’en écrire d’autres tout au long de notre séminaire. Il ne s’agit pas de faire comme Latour qui réussit à rendre compte en un dialogue assez long du rapport, sous toutes les coutures décisives pour la recherche, entre un thésard et son directeur. Il s’agit plutôt de proposer, en de courtes scènes (parlons même de sketches voire d’instantanés théâtraux), des fictions relationnelles toujours forcément proches de comptes rendus de situations bien réelles vécues ou rapportées entre l’étudiant (E) et le professeur (P)… On peut également ajouter d’autres personnages (un tuteur de stage, un informateur, un bibliothécaire, un directeur d’institution…) et pourquoi pas faire tourner les scènes entre deux étudiants, deux professeurs… Bref, ce carnet de recherche accueillera volontiers de tels interludes qui seront forcément des moteurs pour notre réflexion. Dès que nous aurons quelques saynètes pour aiguiser notre réflexion, nous tenterons de faire le point sur la relation de recherche, autrement dit sur la fabrication du mémoire de recherche.

51j-x-9n-bl-_ac_us160_Pour rire un peu et aller plus loin, on peut lire « Factures/fractures. De la notion de réseau à celle d’attachement », contribution de Latour à l’ouvrage de  Micoud, André, Peroni, Michel. Ce qui nous relie, Ed. de l’Aube, pp.189-208, 2000,  ici : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01027583/document

 

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Trois carnets pour un mémoire

Dans le chapitre 5 de son ouvrage Changer la société, Refaire de la sociologie, Latour propose de tenir quatre carnets durant l’intégralité de la recherche et la rédaction d’une thèse. Le premier carnet, intitulé « carnet de bord », relate l’ensemble des évènements quotidiens qui participent à l’élaboration de la thèse : les rendez-vous, la rédaction, les diverses difficultés à parvenir aux objectifs fixés (…). Le second carnet comporte les diverses informations collectées et classées chronologiquement. Il est important que les diverses informations puissent être reclassées de diverses façons. Le troisième carnet permet au chercheur de poser à l’écrit diverses idées, des ébauches de paragraphes et tout ce qui pourrait être utile lors de la rédaction de la thèse. Dans le dernier carnet, Latour propose de relater les divers effets que le compte rendu a produit sur les personnes qui en ont pris connaissance.  En effet, cela confère à ce carnet « une action performative ».

Selon moi, le premier carnet proposé par Latour est indispensable afin d’observer l’évolution de son travail pas à pas. Il permet de remonter le temps et de se rendre compte des rencontres/lectures qui ont été décisives dans l’élaboration de notre recherche. C’est pourquoi, dans le cadre de mon mémoire, j’ai choisi de tenir un premier carnet dont la fonction se rapproche de celle proposée par Latour.  Il s’intitulera « Mon journal de bord »  et dans lequel j’inscrirai le travail réalisé au jour le jour, mes ressentis, les difficultés, les échecs et les avancées.

Mon second carnet, que je nommerai « échanges », relatera ce qui est dit lors des rencontres avec mon directeur de recherche, les divers conseils donnés, les améliorations suggérées et les objectifs fixés entre chaque rendez-vous. Lors de la rédaction, je pourrai m’y référer afin de me remémorer avec exactitude ce qui a été dit des précédents rendez-vous.

Mon troisième et dernier carnet aura une fonction similaire au troisième carnet proposé par Latour. Intitulé « premiers jets », il me permettra de noter des idées, des mots, des phrases voire des paragraphes, au moment où je les pense pour ne pas les oublier et qu’ils soient perdus. Par la suite, ces éléments seront intégrés ou non à mon mémoire, en fonction de leur degrés de pertinence.

J’ai choisi de travailler sur des petits carnets papier, de la taille de ma main, afin de pouvoir y avoir recours n’importe où, n’importe quand. Petits et discrets, ils se glissent dans le sac ou dans une poche et ne dépendent ni de la wifi ni d’aucune batterie.

 

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

On commence… un mémoire tous ensemble !

Ecrire un mémoire de recherche c’est d’abord écrire ! écrire tout de suite ! ne pas attendre des matériaux pour commencer à écrire mais faire de ses écrits les matériaux de l’écriture… bref, poser cette tautologie : écrire un mémoire c’est écrire à partir de ses propres écrits… On peut tout recommencer et se dire qu’on veut rechercher ou, plus simplement, entrer en recherche, et alors la pensée d’un Bruno Latour qui nous a montré comment se fait la recherche (voir http://www.bruno-latour.fr/fr/node/219) ou comment on produit des faits scientifiques, nous rappelle que cela commence, par exemple, par « rédiger des comptes rendus risqués » (intertitre pris à son livre Changer de société – Refaire de la sociologie (http://www.bruno-latour.fr/fr/node/73 – voir la table des matières ci-dessous) en utilisant des carnets… Alors promenons-nous dans les bois de la recherche avec de petits carnets (il nous faut leur donner à chacun un titre qui avec les autres fera constellation) et le mémoire (comme le loup de la comptine) dira « me voilà! »… En attendant, il nous faut lire ce billet : https://arlap.hypotheses.org/4287

 

Introduction – Comment recommencer à suivre les associations ? – I / Comment déployer les controverses sur le monde social ? – Introduction : du bon usage des controverses – Première source d’incertitude : pas de groupes, mais des regroupements – Une liste des traces laissées par la formation de groupes – Pas de travail, pas de groupe – Médiateurs contre intermédiaires -Deuxième source d’incertitude : débordés par l’action – Un acteur n’agit pas : on le fait agir – Une enquête de métaphysique appliquée – Une liste pour enregistrer les controverses sur les sources de l’action – Comment faire faire quelque chose à quelqu’un – Troisième source d’incertitude : Quelle action pour quels objets ? – Élargir la gamme des acteurs – Les objets aussi participent à l’action – Les objets ne laissent de traces que par intermittence – Une liste de situations pour rendre visible le rôle des objets – Qui a oublié les relations de pouvoir ? – Quatrième source d’incertitude : des faits indiscutables aux faits disputés – Constructivisme, pas constructivisme social – L’heureux naufrage de la sociologie des sciences – Se passer de toute explication sociale – Traduction contre transport – L’expérience mène plus loin – Une liste pour nous aider à déployer les faits disputés –Cinquième source d’incertitude : rédiger des comptes rendus risqués – Nous écrivons des textes, nous ne regardons pas à travers une vitre – Mais qu’est-ce qu’un réseau, à la fin ? – Retour aux fondamentaux : une liste de carnets – Déploiement, non pas critique – Que faire de l’acteur-réseau ? Interlude sous forme de dialogue – II / Comment retracer les associations ?– Introduction : pourquoi le social est-il si difficile à dessiner ? – Le monde social est plat ! – Premier mouvement : localiser le global – Du panoptique à l’oligoptique – Panoramas – Deuxième mouvement : Redistribuer le local – Articulateurs et localisateurs – Le lieu improbable des interactions face-à-face – Plug-ins – Des acteurs aux attachements – Troisième mouvement : connecter les sites – Des normalisations aux énoncés collectants – Les médiateurs, enfin – Plasma : les masses manquantes – Conclusion : de la société au collectif — peut-on réassembler le social ? – Quel type d’épistémologie politique ? – Une discipline parmi d’autres – Une autre définition de la composition politique – Bibliographie.

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

الوقت كالسيف إن لم تقطعه قطعك

http://www.shaman-shop.fr/carnet-agenda/1564-je-le-ferai-demain.html
http://www.shaman-shop.fr/carnet-agenda/1564-je-le-ferai-demain.html

« الوقت كالسيف إن لم تقطعه قطعك : Time is like a sword: if you don’t cut it, it cuts you »

Le travail de recherche est une épreuve à laquelle est soumis tout étudiant chercheur. Elle requiert de sa part sérieux, courage et vertus, sans lesquelles ce denier sera incapable de mener sa recherche à bon escient.

S’étalant sur une durée considérable, cette tache nécessite impérativement de la motivation, de l’endurance et surtout du sens de l’organisation.

En effet, avant de s’engager dans la rédaction proprement dite, l’étudiant chercheur se doit de dresser un plan de travail afin de mettre en exergue l’ensemble des étapes qui seront suivies. Selon Mathieu Guidère dans ‘Méthodologie de la recherche’,  il s’agit de :

  •  La phase d’investigation.
  • La phase d’analyse.
  • La phase de documentation
  • la phase de rédaction

Toutefois, ces étapes ne sont pas à réaliser dans un temps différé. Bien au contraire, il n’est point question de les juxtaposer mais plutôt de les appréhender en même temps.

D’après Bruno Latour dans le texte auquel nous nous sommes intéressés, pour mener à bien sa recherche, il est indispensable de se tenir à un art qui n’est autre que celui de l’organisation. En effet, il doit figurer des traces et des croquis d’une mise en espace témoignant de la progression de son propre travail. C’est pourquoi, il recommande fortement la détention d’un certain nombre de carnets faisant office de plan préalable à l’intégralité du mémoire.

N’ayant pas à effectuer un stage dans le parcours recherche ne veut point dire que l’on a pas à se rendre sur terrain. Ecrire un mémoire de recherche n’est pas que : « description ».

En effet, pour ma part il est , d’abord, question d’un carnet empirique qui aura comme fonction celle d’un agenda regroupant tous les rendez-vous et rencontres inscrits dans mon projet de recherche et ainsi jouer le rôle de témoin de tout entretiens, échanges et observations réalisés, qu’on juge pertinents ou très peu. En effet tout objet ou personne intervenant est susceptible d’influencer les données ou les résultats de notre recherche car ces annotations qui peuvent nous paraitre, dans un temps, peu utiles et complexes peuvent, bien plus tard, servir comme de nouveaux points d’appui.

Mon panier de cueillette sera le nom que j’attribuerai à mon deuxième carnet censé rassembler toutes les informations que je collecterai dans la phase d’investigation et ainsi créer petit à petit le matériel nécessaire à ma recherche. Par ailleurs, ce carnet comptera deux volets, le deuxième complétant le premier à savoir « mes lectures » et « ma bibliographie » qui comporteront respectivement des fiches thématiques, citationnelles et bibliographiques.                                              Ce dernier permettra une fixation de sections qui seront développées lors de la phase de rédaction tout en permettant une flexibilité qui pourrait faire d’une catégorie une sous catégorie et vice-versa jusqu’à l’aboutissement à un plan final.

Comme l’avait si bien précisé le sociologue, anthropologue et philosophe des sciences  Bruno Latour : « La rédaction d’un rapport est une affaire trop risquée pour se plier à une distinction entre l’enquête et la rédaction ». Autrement dit, appréhender les étapes menant à la rédaction d’un mémoire de recherche séparément est susceptible de déboucher sur des ratés. C’est pourquoi il est impératif de commencer à écrire dès la moindre idée qui puisse nous effleurer l’esprit.Donc, cela impose la possession d’un troisième carnet que j’appellerai « mes ébauches ».

Et enfin, je juge utile la détention d’un quatrième carnet que j’appellerai  Des phrases que j’aime bien . Pour une raison bêtement utilitaire ou tout à fait pratique j’y noterai des mots, phrases ou expressions qui pourraient captiver mon attention au cours de mes lectures me permettant d’aboutir à une bonne formulation de phrases et ainsi travailler sur l’esthétique de mes écrits.                                  Par ailleurs, il convient de rebondir sur le titre de mon billet à savoir : « الوقت كالسيف إن لم تقطعه قطعك», un proverbe arabe rappelant l’importance cruciale du temps et que je considère la clé de la réussite de mon mémoire car « Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. »

Bibliographie : 

  • Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte « Armillaire »,  2006.  p. 194-197.
  • Mathieu Guidère, Méthodologie de la recherche.guide du jeune chercheur en lettres, langues, sciences humaines et sociales, Nouv. éd. rev. et augm.Paris, Ellipses – 2004,127 p.

Khouloud Sihamdi

Diplômée en lettres et langue française à l'université de Constantine 1 en Algérie. Actuellement étudiante en Master 2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde. Intéressée par la compétence communicative dans les dialectes maghrébins.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Laissez parler les p’tits carnets

Laissons parler mes petits carnets… Petits carnets qui deviendront fichiers ou sous-fichiers d’un dossier encore prosaïquement surnommé « Mémoire de Master 2 ».

Des deux premiers carnets de Bruno Latour, je n’ai fait qu’un fichier « les ateliers de Vietnamien ». Un tableau, trois colonnes : date, fonctionnement, collecte d’infos. Ma colonne « fonctionnement » est mon carnet de bord de l’enquête. C’est dans cette colonne que je relate tout ce qui concerne la vie des ateliers qui à partir de maintenant deviendront mon terrain d’étude : coups de téléphone, sms, contacts et rendez-vous, entretiens… Juste à droite de cette colonne, mon second carnet « collecte d’informations ». Ce n’est pas par paresse que je n’ai pas ouvert un second fichier daté mais parce que la frontière entre « terrain d’étude » et « collecte d’informations » peut parfois paraître un peu floue… mes impressions sur l’étrangeté d’une situation pouvant très vite devenir une information à collecter… Par la suite pour différencier les différentes catégories, j’ajouterai des couleurs…

Mon troisième carnet « écriture » se remplit peu à peu de bouts d’essais anciens et nouveaux : historique des ateliers, premier projet de mémoire soumis à mon directeur, curriculum de formation, bilans des années précédentes…

Qu’en est-il donc de mon quatrième carnet qui consignerait « les effets que le compte rendu rédigé a produits sur les acteurs dont le monde a été déployé ou unifié » (B. Latour, 2006, p. 196) ? Phrase longtemps énigmatique… peut-être parce que je travaille avec des enfants et qu’on ne rend pas de compte à des enfants… Il me faudra pourtant bien trouver un moyen, peut-être par des enregistrements vidéo, pour les laisser exprimer leur voix… puisque tout fait dorénavant partie de la recherche.

A cette liste, j’ajouterai un dernier carnet : un carnet papier que je garderai toujours sur moi pour noter ce que je ne dois pas oublier de consigner dans mes différents fichiers et sous fichiers.

photo carnet

Photographie de l’auteur. Illustration d’Emmanuelle Tiêu.

Bibliographie

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris : La Découverte, 2006, p. 194-197.

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Ouvrir la recherche avec Bruno Latour

Avant de commencer à ouvrir la recherche avec Bruno Latour, je me permets de renvoyer à un billet sur un autre blog (« « Faire carnet » pour plus de voix dans et par la recherche », publié le 10 août 2014) qui tente de réfléchir à un « faire carnets » pour « faire recherches » (je mets les COD au pluriel parce que la pluralisation est dans cette conceptualisation un levier décisif – voir plus bas) : http://ver.hypotheses.org/1157

1. Faire carnets

On trouvera des informations utiles concernant cet ouvrage à l’adresse suivante qui est aussi une entrée dans le monde de Bruno Latour : http://www.bruno-latour.fr/fr/node/73

Une note de lecture ici: http://www.nonfiction.fr/article-150-bruno_latour_refait__de_la_sociologie.htm

Bruno Latour dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006 – les extraits ci-dessous sont aux pages 194-197) nous propose de « déployer les controverses » puis de « retracer les associations » – tels sont les titres des deux parties de l’essai. On peut y entendre deux opérations successives qui correspondent bien à la réalisation d’un mémoire de recherche : se situer dans les controverses en les déployant puis écrire les relations qui construisent un parcours réflexif.

Les extraits que je retiens de ce livre se trouvent vers la fin de la première partie. Aussi est-il utile de considérer l’organisation de celle-ci qui repose sur ce que Latour appelle des sources d’incertitude qui sont à entretenir. La première demande de passer des groupes au regroupements ; la deuxième exige que n’importe quel acteur de la recherche soit considéré comme débordé par l’action et donc difficilement assignable à quelque étiquetage ; la troisième élargit le champ de ces actions aux objets mêmes qui entourent les acteurs – les subjectivations sont ainsi considérées dans toute leur ampleur ; la quatrième demande de concevoir les faits non comme indiscutables mais comme disputés – ce qui défait leur naturalisation et engage la notion de points de vue voire de points de voix ; enfin, Latour propose de rédiger des comptes rendus risqués – ce qui revient à trouver dans une telle activité le bonheur d’une recherche impliquante et qui tient plus au travail des historicités (de la recherche, du chercheur, des acteurs, des objets…) qu’à quelque application de grilles toutes faites ou méthodes labellisées que la recherche ne transformerait pas.

Concernant la seconde partie de l’ouvrage, il faut noter qu’elle propose trois mouvements qui demandent de localiser le global, de redistribuer le local et enfin de connecter les sites. Une telle conception permet de défaire les dichotomies et les simplifications qui trop souvent dissocient les recherches fondamentales de leurs applications, la recherche de la vulgarisation et de l’enseignement… La moindre « petite » recherche, si elle veut vraiment former un chercheur, se doit de faire du glocal, de pluraliser les points de vue mêmes limités et enfin de se situer dans une constellation (notion sur laquelle nous reviendrons puisque la « contextualisation », notion phare en didactique des langues, demande une reconceptualisation critique) ou s’associent dans un comparatisme actif des incomparables.

Voici donc les quatre pages de Bruno Latour pour :

  1. engranger les données de la recherche dans des carnets de recherche ;
  2. tout en se donnant les moyens de penser l’écriture de sa recherche.

Il faudrait donc, à partir des propositions de Latour, donner un titre à ses propres carnets (ou dossiers numériques), ce qui revient à paraphraser les propos de Latour pour les adapter au projet de chacun des membres de ce séminaire : rédiger un mémoire de M2 en didactique des langues.


Latour1-carnetLatour2-carnet

 2. Faire « l’acteur-réseau »

Après avoir lancé quatre carnets de recherche, il nous faut également lancer la direction de recherche – je préfère parler de relation de recherche, enfin tenter de réfléchir à ce que cela peut être tant du côté de l’étudiant que du directeur de recherche mais également de tous les dispositifs qui participent à l’encadrement du mémoire, parmi lesquels ce séminaire bien évidemment. Pour (dé)dramatiser un peu cette réflexion, je fais le choix de repartir avec Bruno Latour et de jouer « l’interlude » qui sépare la première et la seconde partie de son ouvrage, dont le titre est « que faire de l’acteur-réseau? » et qui se présente sous la forme d’un dialogue entre un étudiant et son directeur de thèse – certainement Bruno Latour lui-même. Ce dialogue permet de penser cette relation de recherche avec beaucoup d’humour – cela se passe à la London School of Economics chez les sociologues – mais également, avec beaucoup de perspicacité, ce dialogue demande de soulever quelques pistes décisives pour que la recherche transforme la recherche et que cela engage étudiants et directeurs dans une relation de recherche critique. On peut lire le dialogue ou l’interlude à cette adresse: http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf

Or, avec le constat fait par Latour déguisé ici en P (« La plupart des textes en sciences sociales sont mortellement plats », p. 217), ce dernier pointe l’enjeu d’un enseignement de l’écriture de la thèse – je dirais plutôt d’une réflexion partagée sur l’écriture du mémoire – car c’est dans et par l’écriture que la recherche se fait : c’est elle le laboratoire puisque « selon la manière dont il est écrit », le mémoire « saisira ou ne saisira pas le réseau d’acteurs que vous voulez étudier ». Saisir un réseau d’acteurs, c’est saisir un problème, en rendre compte et nécessairement offrir des perspectives à ces acteurs (apprenants et enseignants, par exemple). Je ne pointe ici que le fil rouge de la réflexion ou plutôt du débat car il en tresse beaucoup d’autres.

Outre la nécessité de jouer ce dialogue collectivement, je proposerai d’en écrire d’autres tout au long de notre séminaire. Il ne s’agit pas de faire comme Latour qui réussit à rendre compte en un dialogue assez long du rapport, sous toutes les coutures décisives pour la recherche, entre un thésard et son directeur. Il s’agit plutôt de proposer, en de courtes scènes (parlons même de sketches voire d’instantanés théâtraux), des fictions relationnelles toujours forcément proches de comptes rendus de situations bien réelles vécues ou rapportées entre l’étudiant (E) et le professeur (P)… On peut également ajouter d’autres personnages (un tuteur de stage, un informateur, un bibliothécaire, un directeur d’institution…) et pourquoi pas faire tourner les scènes entre deux étudiants, deux professeurs… Bref, ce carnet de recherche accueillera volontiers de tels interludes qui seront forcément des moteurs pour notre réflexion. Dès que nous aurons quelques saynètes pour aiguiser notre réflexion, nous tenterons de faire le point sur la relation de recherche, autrement dit sur la fabrication du mémoire de recherche.

Ces saynètes seront publiées dans un billet spécifique dont je donnerai la référence ici même ultérieurement (chaque étudiant du séminaire doit au moins en proposer une avant la fin octobre) à envoyer à serge.martin@univ-paris3.fr au format word.

——————————————————————————————–

Si vous voulez encore poursuivre avec Bruno Latour, vous pouvez lire ce texte très intéressant sur la direction de thèse (enfin! Latour n’aime pas ce mot, « directeur », et lui préfère « maître »: on retrouverait alors une continuité du primaire au supérieur, du centre de recherche à l’atelier artisanal !). Lisez donc et on en reparle…

http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/P-165-TOLLIS-GEO.pdf

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus