Archives par mot-clé : langage familier

Caractéristiques langagières des jeunes de la banlieue parisienne – expressions du langage familier

 

J’ai lu beaucoup d’articles sur  Art, langage, apprentissage, qui  présentaient la signification d’une certaine  expression qui a été utilisée dans un certain contexte, ce qui m’a donné l’occasion d’apprendre quelque chose de nouveau et d’enrichir mon vocabulaire en français.

Cela m’incite à partager mon expérience concernant les circonstances dans lesquelles j’ai appris des expressions faisant partie du langage familier.

L’année dernière j’ai commencé à travailler dans un lycée de la banlieue parisienne, un lycée particulier grâce à la diversité des origines des élèves qui y étudiaient. C’est là où j’ai entendu beaucoup d’expressions dont les significations je ne connaissais pas au début. Je ne comprenais presque rien en écoutant les conversations des élèves. .

Voyant qu’il m’était de plus en plus difficile de continuer à travailler dans un milieu où je comprenais mal les autres, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose, déposer plus d’efforts  pour essayer de comprendre ce qu’ils disaient. Petit à petit, j’ai commencé à identifier dans leurs pratiques langagières quelques mots et expressions qui m’étaient aussi méconnus que bizarres … malgré ma timidité, j’ai commencé à converser avec eux, en leur proposant de parler plus rarement afin de comprendre mieux leur message…

Je me suis rendue compte plus tard, que le  motif était leur manière de parler caractérisée par une forte spécificité lexicale, qui était liée à une situation particulière, c’est-à-dire, à l’immigration; cette spécificité lexicale étant caractérisée par l’utilisation du langage familier qui pour moi était méconnu. Par exemple, ils utilisaient souvent le verlan ( je me venère, meuf, ouf etc ), une forme d’argot français qui consiste en l’inversion des syllabes d’un mot.  C’est en inversant les syllabes de la locution adverbiale « à l’envers » que le terme de « verlan » a été crée.

J’ai repéré donc quelques mots et expressions que les lycéens utilisaient très souvent à l’école, pendant les récréations, au foyer ou  dans la cour et je leur ai demandé  leurs explications  : « Wesh ma gueule » ( formule de salutation: « Salut mon ami »), « ça fout quoi? » (qu’est-ce que tu fais?), « wallah » (je te jure), « la vie de ma mère » ( je te jure), « tu gobes? » (tu crois vraiment ce que tu dis?), « t’as fait du sale » (tu as fait quelque chose de bien), « t’es relou » ( tu es énervant), « michto » ( c’est très bien), « t’es chiant » (tu es énervant), « tu es dans l’excès » ( tu exagères) etc. Je voudrais mentionner ici que les élèves étaient capables de varier leurs usages; le langage qu’ils utilisaient changeait en fonction de leur interlocuteur (ils ne s’adressaient pas de la même manière à un adulte qu’à un de leurs copains).

Quand j’ai demandé aux élèves de m’expliquer la signification des mots et des expressions qu’ils utilisaient, beaucoup d’entre eux ne savaient pas quoi me répondre… Alors, pourquoi ces élèves les utilisaient, s’ils ne connaissaient pas leur signification?

Je suppose que le langage qu’ils utilisaient leur permettait d’acquérir le statut de membres d’une communauté de pairs. Le fait que beaucoup d’entre eux avaient du mal à identifier la signification des mots qu’ils utilisaient , m’indique que ces jeunes, en dépit de leur appartenance sociale, de leur origine culturelle, étaient en quête d’une identité spécifique. Par exemple, certains élèves d’origine française ou d’une autre origine, utilisaient parfois dans leur langage, des mots d’origine arabe, même s’ils ne connaissaient pas leur signification. Ainsi, je peux constater que ce n’est pas la signification des mots qui les intéressaient, mais le sens d’appartenance à un groupe que l’utilisation de ce langage leur permettait d’acquérir, ce qui leur donnait une force de cohésion, car ils voulaient se faire reconnaître et se faire acceptés.

Timuc Mirela

Étudiante en Master 2 - Didactique du Français Langue Étrangère

More Posts