Archives par mot-clé : innovation

Une chanson en classe de FLE

Je me suis aperçue que je parlais toujours de la même chose à ma famille : des outils fantastiques pour l’enseignement du français mais que, faute de cours à l’université, je ne les partageais pas avec mes camarades de classe ! Une playslist sur une application nous invite à utiliser une chanson d’artiste francophone comme document authentique en classe de français langue étrangère (FLE).

Continuer la lecture de Une chanson en classe de FLE

Eugénie BLAISE

Etudiante en M2 de FLE, particulièrement intéressée par les arts graphiques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Compte rendu de l’article « Préparer les enseignants au changement »

Dans cet article, Philippe Perreound tente de répondre à la question « que peut-on faire et comment le faire pour préparer les enseignants à jouer un rôle créatif, critique, actif dans les réformes ». Les processus des innovations différentes étrangement similaires ainsi que la complexité des contenus spécifiques des réformes lui amènent à s’interroger sur le rapport au changement et les savoirs d’innovation.

Un rapport déniaisé à l’innovation

Il est moins facile pour les enseignants de se décourager dans l’innovation s’ils sont mieux informés d’avance que la transformation ne se fait qu’à petits pas et la résistance existant depuis toujours ne les rend pas en réalité à l’impuissance. Il est également nécessaire de savoir les contraintes des initiatives, la force ainsi que les difficultés du travail en équipe. De plus, les formateurs peuvent montrer le côté amer des innovations pédagogiques à l’appui des exemples. P. Perreound plaide pour un rapport moins naïf à l’innovation et aux résistances, et même pour une analyse des résistances des acteurs différents. Cette prise de conscience concerne les risques à la fois collectifs et personnels, provoqués par tout changement.

Vivre avec son temps

Selon P. Perreound, au lieu d’imposer une idéologie réformiste, il vaut mieux d’inviter les apprenants à s’impliquer dans les débats ouverts de l’innovation en question. Quant aux nouveaux enseignants, les préparer à la réforme en cours n’est pas raisonnable, car « il ne sert à rien de courir après l’événement ». Ce groupe d’enseignants doit tout d’abord savoir analyser les réformes et prendre une position d’observateurs lors de leur stage sur le terrain. Les jeunes  enseignants attachant l’importance aux savoirs et à la relation avec les apprenants manifestent souvent peu d’intérêt sur la politique de l’école. Il en est de même pour certains enseignants expérimentés qui individualisent leur vocation d’enseignement, n’acceptent pas leurs nouveaux rôles d’acteurs du système. Le rôle de l’institution de formation consiste à, sinon s’engager dans les débats de politique, du moins à donner « des outils d’analyse, un recul historique et une perspective comparatiste ».

Capacités d’action collective et de négociation 

Le grand défi de l’innovation réside dans la persévérance de l’équipe d’acteurs. Une partie de l’énergie des enseignants se consacre aux épuisantes régulations des rapports entre adultes : savoir coopérer, négocier, débattre, savoir faire fonctionner l’équipe, gérer les conflits. Le fonctionnement de l’équipe garantit la création des dispositifs didactiques plus efficaces. Il faut ainsi du travail sur la communication, le pouvoir, la vie dans des organisations.

Savoir-analyser et pratiquer réflexive 

Les innovations demandent la capacité d’analyser les situations d’enseignement-apprentissage et d’analyser les situations de travail entre adultes. La formation doit prendre en considération l’entraînement à la pratique réflexive et à la constitution du savoir-analyser. « L’écriture clinique, études de cas, alternance et articulation théorie-pratique » sont des dispositifs permettant de développer le savoir-analyser.

Accepter la complexité 

La meilleure façon de préparer les enseignants à l’innovation est de faire comprendre que l’enseignement est de fait un métier complexe. Les contradictions du système éducatif et même les leurs existent toujours, ils sont obligés de vivre avec elles. SI le métier est considéré comme une pratique réflexive exigeant de fortes capacités « d’observation, de conception, de régulation », la formation au changement se trouve ainsi au coeur de la formation de métier.

Savoirs et compétences d’innovation

Pareille à la compétence de gestion des classes et compétence didactique, la compétence de savoir évoluer soi-même et avec d’autres est requise aux nouveaux enseignants. Elle comprend  non seulement les savoirs sur l’innovation sur des aspects théoriques et empiriques, mais aussi les savoirs d’action qui en réalité est une compétence que l’acteur a développée et a mobilisé dans des situations complexes. Une participation des nouveaux enseignants aux démarches de projet doit être visée.

 

Référence : 

Perrenoud, Philippe. « Préparer les enseignants au changement. » Journées «Éducation & Prospective», Forum de l’innovation pédagogique et éducative. Ollioules, 30-31 mars 2001. Disponible sur http://www.unige.ch/fapse/SSE/teachers/perrenoud/php_main/php_2001/2001_11.h