Archives par mot-clé : identité culturelle

Identité culturelle individuelle

L’évolution du concept de « culture » autorise à l’apparition de la notion d’identité. L’identité est une notion complexe et difficile à définir, laquelle avec celle de l’altérité sont perçu par beaucoup d’ethnologues comme centrales et essentielles, ils s’y référer fréquemment. Continuer la lecture de Identité culturelle individuelle

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Compte rendu de l’article de Réflexions sur l’identité culturelle de Patrick Charaudeau

Réflexions sur l’identité culturelle. Un préalable nécessaire à l’enseignement d’une langue

in Gabry J. et alii, Ecole, langues et modes de pensée, CRDP Académie de Créteil, 2005

Patrick Charaudeau

Université de Paris XIII

Centre d’Analyse du discours

Qui suis-je ? s’interroge le linguiste et professeur émérite français Patrick Charaudeau. Question éternelle qui ne saurait se défaire de la vision de l’autre. En effet, l’auteur se pose la question si nous avons toujours besoin d’un regard extérieur pour nous reconnaitre.

En outre, nous nous retrouvons pas seuls dans ce monde; nous appartenons forcément à  un groupe social. Dans ce cas nous sommes amenés à nous identifier dans ce même groupe et à y trouver nos repères : Qui suis-je ou plus objectivement que suis-je ? En passant d’un sujet à un objet. De ce fait, la vraie question que nous serons amenés à poser est quel est ce groupe ? Se définit-il à lui même ou s’opposerait-il aussi à d’autres groupe ?

Le 18eme siècle voulant que chaque peuple soit étiqueté par sa culture, de là que chaque peuple se caractérise par son « génie », en plus de la constitution des états-nations : « un peuple, une langue, une nation ». C’est au nom de cette conception de l’identité culturelle comme « essence nationale » que se feront les guerres du siècle suivant.

Or il est curieux de réfléchir aux mouvements migratoires qui font perdre à cette identité sa pureté originelle car l’entrecroisement des culture fait que chaque peuple s’approprie

de force ou de gré la culture de l’autre.

Ensuite, vient le 20ème siècle qui fait penser que la culture ne préexiste pas et que c’est l’enracinement du social qui la crée d’où l’idée que l’identité culturelle est à la fois stable et mouvante, pouvant évoluer dans le temps, mais en même temps se reconnaissant dans de grandes aires civilisationnelles historiques.

Actuellement, nous constatons qu’après cette « désessentialisation » de l’identité culturelle, une quête à sa recherche n’a pas tardé à arriver mettant à la tête de ses souhaits la volonté l’essentialisation de ce qu’elle a perdu. Or pour que ceci soit possible il faudra éradiquer ces guerres et tensions sociales. Ne pouvant, malheureusement, pas y parvenir on trouve refuge dans nos souvenirs éloignés en s’identifiant au nom d’une recherche d’authenticité  car saisir son identité serait saisir l’authenticité originelle de son être.

Comment fonctionne-elle ?

Considérant l’identité culturelle comme un processus de découverte de soi qui se trouve étroitement lié à la relation à l’autre, dans un contexte socio-historique donné et donc en constant changement.

C’est au moment ou l’on réalise que l’autre est différent que nait la conscience identitaire d’ou la terminologie « autre ». C’est-à-dire se découvrir incomplet, imparfait ou inachevé.

Une fois la différence est perçue, il se déclenche alors chez le sujet un double processus : d’attirance et de rejet vis-à-vis de l’autre.

D’attirance en répondant à la curiosité de découvrir ce qu’est différent de soi. De rejet ensuite car ces différences perçues comme une menace, créent une sorte de comparaison chez le sujet s’accompagnant le plus souvent d’un jugement négatif. En effet, l’acceptation qu’il y ait d’autres normes et d’autre valeurs qu’elles soient meilleurs ou tout simplement de réaliser qu’elles existent s’avèrent difficile pour le sujet. Celles-ci se stabilisent ensuite pour donner lieu au stéréotypes, clichés, ou préjugés que l’on doit pas mépriser car ils se trouvent être une protection contre la menace que peut véhiculer la différence et de surcroit, permettent une analyse des imaginaires des groupes sociaux.

Or ces jugement négatifs promettent des conséquences fâcheuses menant à ce que l’on soit toujours persuadé que l’on a raison contre l’autre.

Nous pouvons facilement apercevoir le paradoxe dans lequel se construit notre identité. En effet, nous éprouvons le besoin de cerner l’autre , dans toute sa différence, pour prendre conscience de notre existence, mais en même temps nous nous mettons en garde contre lui, en éprouvant le besoin soit de le rejeter, soit de l’assimiler à nous pour estomper un maximum de cette différence. En revanche, du même coup on prend le risque de perdre notre conscience identitaire puisque celle-ci ne se conçoit que dans la différenciation qu’on aurait essayé d’éliminer. Et si on le rejette, on n’a plus aucune base sur sur laquelle fonder notre différence. D’où ce jeu subtil de normalisation qui se met en place dans toutes nos sociétés entre acceptation et rejet, valorisation et dévalorisation, revendication de sa propre identité contre celle de l’autre.

En somme, il n’est donc pas simple d’être soi, car être soi passe par l’existence et la conquête de l’autre. « Je est un autre » disait Rimbaud.

L’histoire est faite, on l’a dit, d’entrecroisements d’ethnies, de religions, de pensées, d’us et coutumes, faisant des groupes culturels des groupes de tout poil. Si, cependant, nous devons parler d’« identité collective », ce sera celle du partage et donc de la production d’un sens collectif, mais d’un partage mouvant, non étanche. Donc, il serait incorrect de parler d’une entité unique homogène

Les « imaginaires sociaux » comme moyen de saisir les traits d’identité

Les représentations que se donnent l’individu et les groupes sociaux leur permettent de construire leur identité pas moins que leurs actes. Ces représentations prennent la forme d’imaginaires collectifs, et ces imaginaires témoignent des valeurs que les individus se donnent en partage, valeurs dans lesquelles se constituent leur mémoire identitaire car ils se reconnaissent. Parmi les imaginaires, certains se rapportent à l’espace, au temps,au corps, au lignage, aux relations sociales,etc.

Limaginaire de la langue.

Il y a, enfin, les imaginaires se rapportant à la langue , témoignant de la façon dont les individus se voient eux-mêmes en tant qu’appartenant à une même communauté linguistique. Cette représentation est assez largement partagée dans différentes cultures. Elle dit que les individus s’identifient à une collectivité unique, grâce au reflet d’une langue partagée que chacun tendrait à l’autre et dans laquelle tous se reconnaîtraient. C’est une idée qui remonte au temps où les langues commencent à être codifiées sous forme de dictionnaires et surtout de grammaires.

Il est clair que la langue est nécessaire à la constitution d’une identité collective, qu’elle garantit la cohésion sociale d’une communauté, qu’elle en constitue d’autant plus le ciment qu’elle s’affiche. Elle est le lieu par excellence de l’intégration sociale, de l’acculturation linguistique, où se forge la symbolique identitaire. Cependant, le discours mettant en oeuvre la langue et régulant son message, nous pouvons même dire qu’elle n’est rien sans  lui. Contre une idée bien répandue, il faut dissocier langue et culture, et associer discours et culture. D’ailleurs, est-on sûr de parfaitement se comprendre malgré l’existence d’une langue commune ? Tous les écrivains qui se sont exprimés directement dans une langue qui n’est pas leur langue maternelle en sont la preuve vivante.

La question qui se pose alors serait : est-ce qu’on change de culture quand on change de langue ? Et que se passe-t-il exactement lorsque sur un même territoire coexistent plusieurs communautés linguistiques? C’est au nom de ces imaginaires que se créent divers communautarismes : d’états-nations, de territoires, de groupes, d’ethnies, de doctrines laïques ou religieuses.

Des questions pour l’enseignement

Comment prendre en considération cette question lorsqu’on enseigne une langue maternelle, seconde ou étrangère ? Comment arriver à créer ce rapport de miroirs ? Chacun s’y prendra comme il pourra, selon le public auquel il a affaire et les circonstances dans lesquelles il enseigne. Mais peut-être pourrait-on interroger nos manières de faire, au moins dans trois directions : la prise de conscience de la différence culturelle, un travail sur le discours, un travail sur la grammaire.

Faire prendre conscience des différences culturelles suppose d’abord une attitude qui valorise ces différences et ne cherche pas à les gommer. Peut-être même faut-il aller —si l’occasion se présente— jusqu’à produire un choc culturel

Enfin ,  l’auteur estime qu’il n’y a que dans la confrontation avec la différence culturelle qu’on en prend véritablement la mesure, parfois douloureusement, parfois à ses dépens.

Et incite à l’utilisation, en classe, de techniques d’enquête dont l’objectif serait d’utiliser l’enquête comme prétexte pour mettre l’élève au cœur d’un certain nombre d’interrogations.

Dit-on que ce qui compte est de faire que les élèves sachent lire, qu’ils aient une bonne orthographe, et qu’ils sachent construire des phrases correctement. Mais ces memes activités peuvent être présentée cimmeun enjeu social duquel dépendra leur vie quotidienne et professionnelle permettant de toucher au problème de l’identité que celle-ci soit sociale ou culturelle.

Enfin, pour revenir à la langue, c’est l’occasion ou jamais d’enseigner une grammaire du sens car l’apprentissage des normes d’une langue est une façon de découper le monde ou, plus exactement, de construire une certaine vision du monde. Enfin, pour parvenir à tout ça, on doit assurer la bonne formation des enseignants mais peut-être que cela même n’est possible que si les enseignants prennent eux-mêmes la mesure de ce que les différences identitaires mettent en jeu.

Réflexions sur l’identité culturelle. Un préalable nécessaire à l’enseignement d’une langue. In Gabry J. et alii, Ecole, langues et modes de pensée, CRDP Académie de Créteil, 2005

Khouloud Sihamdi

Diplômée en lettres et langue française à l'université de Constantine 1 en Algérie. Actuellement étudiante en Master 2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde. Intéressée par la compétence communicative dans les dialectes maghrébins.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Compte rendu d’une journée pas comme les autres.

Observations générales

Entrer avec plein de questions et ressortir avec autant d’interrogations !! Voila le bilan d’une journée exceptionnelle qu’était la pré-soutenance du 11 mars 2015.

En compagnie de Marine et de Gulzhana, nous avons développé les sujets de nos mémoires. Les thématiques se rapprochaient considérablement sans pour autant être identiques. Ainsi Marine a abordé la problématique des langues minoritaires face au Français comme langue officielle en nouvelle Calédonie. Une situation linguistique hétérogène puisque les enfants de Nouvelle-Calédonie parlent chez eux une langue kanak mais doivent apprendre le français à l’école, qui constitue pour eux une langue inconnue. Une problématique qui rejoint la mienne dans le sens où y a un contraste entre la langue apprise a l’école et la langue maternelle en Algérie.

Quant à Gulzhana elle a opté pour les politiques linguistiques menées en Russie et la place du français dans le paysage russe. Elle nous apprend à l’occasion que le français a longtemps fait office d’une langue de prestige et de bourgeoisie, une similitude que j’ai noté avec le statut du français en Algérie.
Dans ce qui suit mon sujet de mémoire présenté le 11 mars 2015 :

Des pratiques langagières aux politiques linguistiques :
« Traumatisme d’une identité multiculturelle »

Ma thématique a puisé ses mots clés dans une réflexion au sujet de mon expérience personnelle. Etant jeune j’ai vécu au sein d’une famille berbère fière de ses racines, de son histoire et l’originalité de sa langue appelait TAMAZIGHT (le Berbère).

A l’âge de 6 ans j’ai intégré l’école publique Algérienne, premier contact avec la maîtresse et première contrainte. Je me trouve obligé de laissé tombé ma langue maternelle « Tamazight » au profit d’une nouvelle langue « l’Arabe littéraire », une langue différente de la mienne et qui est sensée être celle de tous les Algériens et avec la quelle ils communiquent quotidiennement. C’était mon premier choc linguistique.
Mon deuxième choc était dans la rue, lorsque, armé de mes notions d’arabes littéraire apprises au sein de l’école j’essaie de communiquer avec mes compatriotes algériens, la douche était froide car on se moquait de mon arabe. Pour eux soit je regarde trop les films arabes à la télévision ou bien je devrais débarquer d’une autre époque. C’est là qu’il m’a fallu apprendre le code spécial d’une autre langue plutôt orale qu’on nomme communément l’arabe dialectal, ou l’arabe algérien ou tout simplement « El-Daridja »

A peine pris conscience des frontières entre les deux langues, que s’ajoute une autre langue cette fois-ci étrangère à partir de la 4ème année primaire (actuellement à partir de la 2ème année primaire) qui est le français pour boucler un triple choc culturel et créer le traumatisme d’une identité multiculturelle.
C’est pourquoi ce thème me tient tout particulièrement à cœur et me permettra surement d’apporter quelques réponses à mes interrogations et en conséquence à des milliers de gens qui, comme moi, cherchent à comprendre la problématique linguistique en Algérie.

A travers la prise en compte de trois espaces conceptuels majeurs qui sont la langue, la culture et l’identité, ce travail de recherche visera à obtenir d’une part leur clarification dans le contexte algérien et comprendre les raisons de l’échec les politiques linguistiques imposées depuis l’indépendance à nos jours.
Pour ce faire j’ai opté pour le concept du plurilinguisme comme l’un des principes des politiques linguistiques et éducatives car il débouche sur une problématique féconde, celle de l’identité culturelle et des langues pratiquées dans un pays à des degrés de compétences différentes. Autrement dit : est ce que le plurilinguisme pourrait contribuer à l’émergence d’une identité culturelle dans un pays multiculturelle ? et quelles sont les politiques linguistiques et éducatives à adopter en présence de langues à degré de compétences différentes ?

L’intérêt de cette recherche est de mettre le point sur les problèmes socioculturels et linguistiques que vit l’Algérie actuellement en cherchant les racines de ce traumatisme dans son histoire puis dans le choix des politiques linguistiques depuis l’indépendance. Et au final nous allons souligner l’importance du plurilinguisme dans la constitution de l’identité culturelle, c’est pour cette raison que nous allons aussi étudier les Effets du contexte plurilingue sur les pratiques didactiques en classes de langue étrangère en Algérie en menant plusieurs enquêtes auprès des enseignants, des élèves des parents d’élèves, et du grand public.