Archives par mot-clé : histoires

De la lecture des plaques de rues : proposition d’atelier d’écriture

Suite de la présentation de mon mémoire sur les ateliers d’écriture : penser une activité.

 

Dans les villes et les villages du monde entier (peut-être), des plaques apposées sur les bâtisses offrent au chaland la possibilité de s’instruire à moindre frais. Noms de rues ou plaques commémoratives sont autant de minuscules cours d’Histoire, ou plutôt d’histoires. Ainsi, à Paris, dans le 5° arrondissement, entre le 46 rue Saint Jacques et le 13 rue Santeuil, entre la Sorbonne et le campus de Censier, l’histoire des sciences est à l’honneur à travers certains de ses représentants : Pierre et Marie Curie, Linné, Monge… Qui sont-ils ? Qu’ont-ils fait pour qu’une rue soit baptisée à leur nom ?  L’émail rouillé de ces plaques nous le dit. « Pierre et Marie Curie 1859-1906 1867-1934 physiciens, découvreurs de (sic) radium » ; « Linné 1707-1778 botaniste suédois » ; « Monge 1746-1818 mathématicien un des fondateurs de l’école polytechnique ». Et les plaques commémoratives ? Dans ce même arrondissement, elles rendent souvent hommage aux hommes de lettres dont elles signalent une adresse temporaire : Hemingway au 74 rue du Cardinal Lemoine, Joyce au 71 de la même rue, Perec au 13 rue Linné, Thomas au 15 rue Pierre-Nicolle. Thomas ? Edith Thomas[1]. Seule femme de lettres de l’arrondissement ayant eu l’honneur d’une plaque. Que l’hommanité a de chemin à faire !

Continuer la lecture de De la lecture des plaques de rues : proposition d’atelier d’écriture

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Mathieu Pernot : de bien belles histoires

 

« L’actualité n’est faite que d’histoires tragiques, on ne raconte jamais les belles histoires »

 

Le 7 avril, Mme Borgé a invité le photographe Mathieu Pernot, prix Nadar et prix Nièpce de cette année, à intervenir dans un de ces cours au DULF. J’ai eu la chance d’assister à cette rencontre.

Mathieu Pernot s’intéresse, entre autres, aux quartiers, à l’histoire des banlieues, aux communautés tsiganes, aux migrants et à l’enfermement. Il raconte autour de ces thèmes des histoires.  La majorité de ses projets s’étendent sur une longue période et lui ont permis d’établir de véritables liens avec ceux qui figurent sur les photographies. Il suit par exemple depuis plus de 20 ans une famille de tsiganes.

C’est à la fois la violence et la beauté qu’il donne à voir.

Le photographe a commencé par nous parler des implosions. Pendant les 3O glorieuses, la France construit ce que l’on appelle aujourd’hui « les grands ensembles » dans des villes telles que Meaux, Mante la Jolie, ou La Courneuve en région parisienne. Dès les années 2000 les démolitions de ces immeubles commencent. Mathieu Pernot capture pendant 8 ans, avec un appareil argentique à chambre grand format afin d’obtenir des images de très bonne qualité, ces moments de violence extrême, de tragique, de choc et « en même temps assez beaux ». Pendant deux secondes l’immeuble prend une forme très particulière. C’est ce moment de basculement que le photographe souhaite capturer. Il accompagne cette série d’autres clichés sur lesquels figurent d’énormes nuages de fumée : l’instant d’après.

 

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.18.23

 

 

Ce qui m’est apparu comme particulièrement intéressant dans le cadre de mon mémoire c’est son intérêt pour les images des autres : un regard sur celles-ci qui a une influence sur sa propore pratique de la photographie. Il met en relation ses photographies avec des cartes postales des années 60-70 représentant les mêmes immeubles d’une manière très picturale et idéaliste, bien loin des représentations actuelles de ces quartiers. Il fait discuter les séries, met en avant ce qu’il y a de commun et ce qui entre en contradiction, construit comme un puzzle pour raconter l’histoire d’un lieu et montrer en quoi l’image est aussi représentation.

 

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.19.48

 

Le photographe travaille également sur ces images qui ne sont pas les siennes et effectue des zooms pour se focaliser sur les rares présences humaines.

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.22.24

 

En parrallèle de ce projet, Mathieu Pernot a travaillé sur l’enfermement à travers des photographies prises dans des prisons. Un travail qu’il dit être « de l’absence » puisqu’il n’avait pas el droit de photographier les détenus. Il parle de « portes qui restent fermées ». C’est son travail sur les hurleurs qui est venu compléter celui sur les prisons. Il parle des « images qu’il manquait », de la sortie d’un labyrinthe, d’une dimension un peu abstraite, hors du temps qu’il capture en noir et blanc (la prison) pour retourner vers des images du présent, en couleurs (les hurleurs).

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.25.12

 

 

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.25.56

 

La partie de son travail qui m’a le plus touchée porte sur les migrants. Mathieu Pernot s’intéresse aux écrits des autres, à ceux des migrants en particulier, des hommes et des femmes qu’il considère comme des héros. Il voit dans ces écrits une poésie qui n’est pas celle de la frande littérature mais celle de gens aux histoires particulières, qui ont fait le choix de partir, de prendre leur destin en main. Il fait ainsi une œuvre du récit de voyages de Kaboul à Paris d’un migrant Afghan, de la cartographie de son parcours sur des pages de cahiers d’écoliers et de cahiers de migrants apprenant le français. Des cahiers sur lesquels on peut lire ce qu’ils ont ressenti le besoin d’exprimer en premier et ce qu’ils se sont entrainé à écrire : des mots et des phrases qui résonnent comme un poème particulièrement touchant.

 

Sur la page de cahier figurant ci-dessous on peut par exemple lire :

 

14 juillet fête nationale

14 juillet fête nationale

14 juillet fête nationale

Liberté égalité fraternité

Liberté égalité fraternité

Liberté égalité fraternité

Une photo d’identité

Une carte d’identité

Un permis de conduire

Prends tes cachets ce soir

Asseyez vous ici

Signez votre chèque

Mangez des légumes c’est

Bon pour la santé

Attention ne bougez plus

Avaler                       Goûte

Nous sommes en de travailler

Ils sont dans la rue

 

 

Cette rencontre a été pour moi véritablement passionnante. Ce fût une chance de pouvoir écouter ce grand photographe parler avec passion de son travail et avec amour et admiration des gens qu’il a pu rencontrer tout au long de son parcours et qu’il n’aurait pas rencontré s’il n’était pas photographe. Ce sont leurs histoires qu’il nous raconte, des histoires qui finissent bien puisque les migrants qu’il a suivi habitent maintenant Paris et sont régularisés.

 

 

 

http://www.mathieupernot.com

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts