Archives par mot-clé : guerre

La crise des valeurs européennes

 

πολιτης του κοσμου
Image prise de Politis tou kosmou (facebook).

Honte à toi Europe ignorante.

Honte à vous politiciens indifférents.

Honte à vous gouvernements impérialistes du 21ème siècle.

La France Terre Asile est en exil. (accords contre le droit d’asile, bureaucratie volontaire)

La Grèce berceau de l’Europe est devenue misanthrope. (police noyauté de l’Aube Dorée, centres de détention)

Bienvenu à l’Europe obscurcie.

Bienvenu à l’Europe qui ferme les frontières, construit des murs, crée des ghettos, met en place son apartheid moderne.

Bienvenu à l’Europe qui renvoie des êtres humains vers le danger.

A vous les politiciens déterminant les accords et conventions  ne respectent pas les droits humains :

Vous n’arrêterez pas les flux. Vous augmenterez le nombre des morts mais vous n’arrêterez pas les flux.

Aucun accord n’arrêtera  les êtres humains en recherche de  Paix.

Aucun contrôle maritime n’arrêtera  les êtres humains de traverser la Méditerranée en recherche de Liberté.

Aucune convention n’arrêtera les êtres humains à rêver d’étudier et de travailler.

Aucune frontière n’arrêtera les êtres humains qui ont vécu la guerre de prendre le risque et partir.

Aucune arme ne tuera les espoirs des êtres humains pour une Vie meilleure.

Vous ne comprenez pas. Tant que l’Homme espère il vit.

Même dans les camps les plus froids, les centres de détention les plus inhumains l’Espoir vivra.

Et aucun renforcement ne vous aidera à le contrôler.

Car c’est une Force infinie, une source d’alimentation, une oasis inépuisable.

L’Espoir fait vivre.

inspiré du film de Nathalie Loubeyre  « La mécanique des flux » (2015)

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Narration et expérience de la Grande Guerre : lecture croisée de Benjamin et de Barbusse

Dès l’ouverture du  « Narrateur », Walter Benjamin signe la disparition d’un modèle ancestral de transmission de l’expérience : « l’art de narrer touche à sa fin[1] ». Nous avons perdu la capacité de transmettre des expériences, parce nous n’avons plus rien à raconter.  Benjamin attribue explicitement cette perte à une expérience nouvelle, celle de la Grande Guerre, qui est de l’ordre de l’incommunicable : « Avec la Grande Guerre un processus devenait manifeste qui, depuis, ne devait plus s’arrêter. Ne s’est-on pas aperçu à l’armistice que les gens revenaient muets du front ? non pas enrichis mais appauvris en expérience communicable[2] ». Pourtant, lorsque paraît en 1916 Le Feu d’Henri Barbusse, sous-titré « Journal d’une escouade », le succès est immédiat, et l’obscur écrivain d’avant-guerre se voit attribuer le prix Goncourt. Succès critique et populaire, Le Feu semble contredire le constat définitif de Benjamin : la dédicace « A la mémoire des camarades tombés à côté de moi à Crouy et sur la côte 119[3] », semble inclure l’œuvre de Barbusse, dès l’origine, du côté d’une expérience que l’on veut, justement, rendre communicable. Pas de grandes scènes de bataille, ou de sacrifices de héros abstraits mais des précisions sur l’existence harassante des soldats ; tentative pour, justement, rendre compte de la vie quotidienne dans un paysage rendu totalement minéral par la guerre de tranchées : « une génération qui avait encore pris le tramway à chevaux pour aller à l’école se trouvait en plein air, dans un paysage où rien n’était demeuré inchangé sinon les nuages ; et, dans le champ d’action de courants mortels et d’explosions délétères, le frêle corps humain[4] ».

De fait, Le Feu, mi-récit, mi-journal, apparaît véritablement comme la retranscription d’une expérience, à la fois à destination de l’arrière qui pour l’essentiel ignore la réalité du quotidien des poilus, mais aussi pour les combattants eux-mêmes, à qui il s’agit de rendre hommage en reconstituant la vérité de ce qu’ils ont vécu. Reconstitution… On a reproché à Barbusse de systématiser des scènes ou des dialogues, pour la couleur locale : le langage populaire des poilus, notamment, est concentré dans des scènes trop densément investies par  l’argot pour avoir une réelle valeur ethnographique[5]. Néanmoins ce reproche, s’il interroge le statut du Feu comme témoignage, ne coupe pas l’expérience de Barbusse de celles des narrateurs de Benjamin : ce sont des passeurs d’expérience, les maillons d’une chaîne ancestrale ; Benjamin évoque ainsi la double tradition des marins et des artisans, ceux qui partent et ceux qui restent, ceux qui ont beaucoup vu et ceux dont le paysage est resté immuable. La vérité de l’expérience du narrateur ne gît donc pas forcément dans son objectivité, ou dans son statut de premier témoin. Elle est ailleurs, et c’est à creuser la définition de la vraie narration selon Benjamin qu’émerge ce qui rend le récit-journal de Barbusse, selon ces critères, expérience de témoin et non de narrateur. Le narrateur, écrit Benjamin, est le descendant du conteur. Et « le conte portait conseil là où rien ne fut plus difficile qu’en trouver. Là où se ressentait la plus poignante détresse, l’aide du conte ne se fit pas attendre. Cette détresse était la détresse du mythe. Le conte nous renseigne sur les premières tentatives de l’humanité pour se délivrer du cauchemar dont le mythe avait opprimé sa poitrine[6] ».  Dans l’expérience telle qu’elle est rapportée par le narrateur de Benjamin se lit également la complicité de l’homme avec la nature : « le charme libérateur dont dispose le conte ne fait pas entrer la nature en action de façon mythique, mais la désigne comme complice de l’homme libéré[7] ». La nature de Barbusse, celle des poilus, est celle de la disparition du végétal et de l’envahissement par la pluie et la boue ; non plus complice, mais hostile, elle retient l’homme prisonnier et symbolise l’inhumanité de la guerre.

Ce n’est donc pas le cours de l’expérience qui a baissé ; c’est la qualité même de l’expérience qui s’est transformée. La Grande Guerre l’a rendue incapable de faire jaillir du réel le mythe, et du mythe une consolation pour l’homme. Ce que rapporte – et non plus raconte – Barbusse, c’est bien sûr la persistance de la fraternité humaine, mais c’est surtout l’expérience de la déshumanisation, pour laquelle il n’existe pas de consolation.


[1] Walter Benjamin, « Le Narrateur », Ecrits français, Paris, 1991, Folio, p. 265.

[2] Ibid., p. 265.

[3] Henri Barbusse, Le Feu. Journal d’une escouade (1ère édition 1916), Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2012.

[4] Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 265.

[5] Voir notamment les critiques de Jean Norton Cru, Témoins. Essai d’analyse et de critique des souvenirs de combattants édités en français de 1915 à 1928, Paris, Les Etincelles, 1929. Réédité en fac-similé en 1993 et en 2006 aux Presses Universitaires de Nancy.

[6] Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 290.

[7] Ibid., p. 290.

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (20-21e siècles)

Colloque international

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse

(20-21siècles)

Jeudi18 octobre 2012

BnF (Paris)

et

Vendredi 19 octobre 2012

Université de Paris – Nord 13

(Villetaneuse)

Colloque international co-organisé par la Bibliothèque nationale de

France et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand / Centre de

Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS)

Avec la collaboration de l’Université Paris – Nord 13 (Villetaneuse)

et de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels

de l’enfance (AFRELOCE)

Colloque international

Enfants en temps de guerre

et littératures de jeunesse

(20-21e siècles)

Dans le cadre du programme de l’Agence nationale pour la recherche Enfance Violence Exil

(EVE), la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la

jeunesse – La Joie par les livres et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand/ Centre

de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) organisent le colloque

international consacré à

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (20-21siècle)

le 18 octobre 2012 à la BnF (Paris) et

le 19 octobre 2012 à l’Université de Paris – Nord 13 (Villetaneuse)

Avec le concours de l’Université Paris – Nord 13 (Villetaneuse) et de l’Association française de

recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE).

Quel champ de recherche ?

La littérature de jeunesse a acquis partout dans le monde une légitimité et une complexité

qui l’autorisent à aborder des sujets jugés délicats, voire tabous, par les sociétés. À cet

égard, il est intéressant de considérer comment des créateur-trice-s de différentes aires

géographiques et culturelles mettent en scène telle guerre à partir du 20e siècle ou l’état

de guerre en général, ainsi que l’exil forcé quand il est une conséquence directe des

guerres.

Quelles questions ?

Il y a fort à parier qu’en fonction des pays, des genres et des supports utilisés, des âges

plus ou moins ciblés, des artistes et des maisons d’édition, la guerre ou telle guerre en

particulier ainsi que les migrations contraintes soient très différemment représentées. Le

souci souvent consensuel de faire passer un message pacifiste et de condamner l’idée

même de guerre ne se heurte-t-il pas à la promotion, ici ou là dans l’espace et le temps, de

comportements patriotiques? Que deviennent alors les formes d’engagement en fonction

des contextes historiques, idéologiques et socio-économiques ? Que deviennent aussi

l’enfant, son imaginaire et sa construction identitaire ? Au-delà de la représentation,

omniprésente, de l’enfant victime du conflit, la littérature de jeunesse autorise-t-elle

d’autres types de représentation de l’enfant, par exemple dans ses relations avec

l’incitation adulte, avec l’action, ou dans les spécificités de son expression propre ?

Quels objets ?

Ce colloque international se propose de réfléchir sur les formes et les genres de

littératures destinées aux jeunes publics – livres d’images, contes, poésie et chansons

publiées, théâtre, livres CD ou DVD, textes illustrés, premières lectures, romans, bandes

dessinées, mangas, documentaires, etc.

Quel contexte ?

Le programme de l’Agence nationale pour la recherche Enfance Violence Exil, élaboré par le

CELIS (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), en partenariat avec l’Université

d’Amiens et l’Université de Regensburg, consiste en la collecte, l’exploitation en matière de

recherche et la valorisation de différents fonds relatifs à l’expérience de la guerre, de l’exil

consécutif aux violences civiles, de la violence subie par des enfants au cours ou à la suite

des conflits du 20e siècle. Le fonds Brauner (dessins d’enfants), d’autres fonds de dessins,

de journaux scolaires et collectifs, des gisements archivistiques de l’intime sont explorés,

en regard des représentations culturelles de l’enfance en guerre. La documentation

exploitée reconstitue, dans une période historique et une aire culturelle déterminées, une

véritable histoire du 20e siècle à « hauteur d’enfant ». Les réalisations de ce programme de

recherche sont accessibles sur le portail de ressources :

http://www.enfance-violence-exil.net

Comité scientifique

du colloque

Nelly Chabrol Gagne (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, CELIS)

Michel Defourny (Université de Liège)

Claude Ganiayre (Enseignante honoraire)

Claudine Hervouët (BnF)

Mathieu Lescuyer (BnF)

Mathilde Levêque (Université Paris Nord 13, CENEL – Afreloce)

Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand CELIS,

Institut d’Histoire du Temps Présent – CNRS)

Olivier Piffault (BnF)

Jacques Vidal-Naquet (BnF)

Jeudi18 octobre 2012 , BnF (Petit auditorium)

9h00

Accueil

9h15

Ouverture

Bruno Racine, Président de la Bibliothèque nationale de France (sous réserve)

Pascale Auraix-Jonchière, Directrice du CELIS (Université Blaise Pascal)

9h30

Conférence inaugurale

Elzbieta, auteur

matin

Session 1 : Aux sources : enfances dans la Grande Guerre

Présidente de séance : Claude Ganiayre

10h00

La Grande Guerre racontée aux enfants italiens

Mariella Colin (Université de Caen)

10h30

Les Livres Roses de la Guerre (1915-1919) :

la mise en scène de l’enfant-héros pendant la Première Guerre mondiale

Marie Puren (Université Paris 1 Sorbonne, École des Chartes)

11h00

Echanges avec la salle

11h15

Pause

11h30

Romans de guerre pour la jeunesse à travers un roman pour enfants allemands de 1916

Hans-Heino Ewers (Université Johann Wolfgang Goethe, Francfort, Allemagne)

12h00

« Moi aussi j’y étais !” : l’enfant dans les livres d’images allemands de la Grande Guerre

Bérénice Zunino (Université Paris 4-Sorbonne)

12h30

Echanges avec la salle

12h45

Déjeuner libre

Après-midi

Session 2 : Idéologies et représentations

Présidente de séance : Catherine Milkovitch-Rioux

14h30

Enfants en temps de guerre chez Leonid, Panteleev, et Arkadi Gaïda

Laure Thibonnier-Limpek (Université Stendhal, Grenoble 3)

15h00

L’image de la Seconde Guerre mondiale dans la littérature enfantine tchèque

Milena Subrtova (Université Masaryk, Brno, République Tchèque)

15h30

Pause

15h45

Les livres absents d’Elena Fortún : écrire la guerre d’Espagne dans les années 1940

Marie Franco (Université Paris 3-la Sorbonne nouvelle)

16h15

La guerre d’Espagne racontée aux enfants et par les enfants dans les revues enfantines

nationalistes (1936-1939)

Didier Corderot (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2, IUFM Clermont-Ferrand)

16h45

Le petit fedayin : la place de l’enfant dans la lutte pour la cause palestinienne à travers la

littérature de jeunesse arabe

Mathilde Chèvre (IREMAM-IFPO Beyrouth)

17h15

Echanges avec la salle

17h45

Clôture de la journée

Vendredi 19 octobre 2012, Paris – Nord 13,

Campus Villetaneuse (amphi 3)

9h00

Accueil

9h15

Ouverture

Elisabeth Belmas, Vice-Présidente de l’Université Paris Nord 13 (PRES Sorbonne

Paris Cité)

9h30

Conférence inaugurale

Manon Pignot (Université de Picardie Jules-Verne, Institut universitaire de France)

matin

Session 3 : Enfances dans la Seconde Guerre mondiale

Président de séance : Jean-Pierre Azéma

10h00

Les enfants cachés pendant la Deuxième Guerre mondiale à travers les témoignages

de Régine Soszewicz et Isaac Millman, auteurs de livres pour enfants

Odile Belkeddar (critique et traductrice) et Régine Lilensten (Maison des

illustrateurs/auteurs de livres pour enfants)

10h30

Voir et vivre la Résistance dans l’oeuvre pour la jeunesse de Guido Petter

Sylvie Martin-Mercier (Université Stendhal, Grenoble 3)

11h00

Pause

11h15

Nouveaux regards sur une vieille histoire : la Seconde Guerre mondiale (re)racontée

aux jeunes Britanniques

Rose-May Pham Dinh (Université Paris 13)

11h45

Guerre et teddy bear chez Tomi Ungerer ou l’Autobiographie d’un ours en peluche

Anne Chassagnol (Université Paris 8)

12h15

Echanges avec la salle

12h45

Déjeuner libre

Après-midi

Session 4 : Genre(s) et points de vue

Président de séance : Michel Defourny

14h30

Romans et albums de jeunesse : de nouveaux “lieux de mémoire” ?

Daniel Delbrassine (Université de Liège, Belgique)

15h00

Écrans de fumée dans l’album espagnol : étude de quelques dispositifs qui

médiatisent le regard sur la scène de la guerre

Euriell Gobbé-Mévellec (IUFM Midi-Pyrénées, Université Toulouse-Le Mirail)

15h30

Guerre et littérature de jeunesse africaine

Viviana Quiñones (BnF, CNLJ – La Joie par les livres)

16h00

L’enfance en guerre au théâtre : l’exemple de Suzanne Lebeau

Patricia Richard-Principalli (IUFM de Créteil/UPEC)

16h30

Echanges avec la salle

17h00

Clôture du colloque

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus