Archives par mot-clé : Gisinger Arno

Histoire de fantômes (Didi-Huberman), une exposition au Fresnoy (Tourcoing)

                                           Compte-rendu de l’exposition Histoire de Fantômes pour les grandes personnes de Georges DIDI-HUBERMAN et Arno GISINGER

L’exposition conçue par G. Didi-Huberman pour le Frenoy-studio de Tourcoing est une adaptation pour des questions de budget et de place, de son exposition d’origine, Atlas-Comment porter le monde sur son dos ?. Cette exposition d’origine était un hommage à la planche 42 d’Aby Warburg qui a pour thème la lamentation des morts et la « survivance ».

Aby Warburg s’était persuadé qu’il était en partie responsable des massacres de la seconde guerre mondiale car son père, banquier, s’était enrichi pendant la guerre. Cette idée l’a travaillé jusqu’à ce qu’il en devienne fou et c’est de cette phase de folie que sont nées ses fameuses planches.
Warburg cherchait les « survivances », c’est à dire les points communs, les similitudes que l’on peut retrouver dans le vaste champ des Arts visuels, de l’antiquité jusqu’à l’époque contemporaine. Par ce travail, il a fait émerger une nouvelle façon de penser l’histoire des Arts faisant abstraction de la chronologie et se basant sur les ressemblances et les associations possibles, créant ainsi des constellations d’images, des Atlas. La planche 42 apparaît presque comme un moyen de thérapie que Warburg se serait construit pour se débarrasser de ses tourments, et l’ensemble de son travail semble avoir été élaboré afin de clarifier et de contrôler ses pensées.

Pour l’exposition du Frenoy, G. Didi-Huberman reconstruit sa propre constellation, son Atlas autour du thème de la lamentation des morts. Son travail comprend un agencement de photographies et de films accompagnés d’une bande sonore, projetés au sol de la grande nef du Frenoy. L’exposition se regarde depuis la coursive ce qui donne l’impression de se pencher sur une mer d’images en mouvance. Le thème est le même que pour la planche 42 de Aby Warburg mais les références vont de l’art classique aux cinémas moderne et contemporain en passant par des images d’actualité politique.

 

 

G. Didi-Huberman pour l’exposition du Frenoy a également fait appel au photographe Arno Gisinger. Celui-ci est venu photographier l’exposition d’origine montée à Hamburg en 2011. En s’attardant sur certains détails, certains moments particuliers de la prise de vue ou du montage de l’exposition Gisinger a finalement fait émerger un nouveau regard, une nouvelle constellation d’images. Au Frenoy ce nouvel Atlas de l’Atlas se manifeste par un enchainement de photographies courant sur les 115 mètres des murs des coursives.

L’exposition présentée au Frenoy permet donc à G.Didi-Huberman de prolonger son travail sur la planche 42 de Warburg mais l’intervention d’Arno Gisinger apporte un nouveau regard, un nouvel axe de réflexion qui dynamise l’exposition d’origine tout en étant dans la continuité des travaux de Warburg et de D.D.Huberman par la création d’une nouvelle constellation.

 

Le dossier de presse de l’exposition: http://www.lefresnoy.net/__content/__PDF/__XPO/2011-2012/pedagogie/histoires-de-fantomes-pour-grandes-personnes/liens-page-ouverture/03-annexes/dossier-Histoires-de-fantomes.pdf#zoom=100

Histoires de fantômes : une exposition au Fresnoy par Didi-Huberman

http://www.lefresnoy.net/__content/__PDF/__XPO/2011-2012/pedagogie/histoires-de-fantomes-pour-grandes-personnes/liens-page-ouverture/03-annexes/dossier-Histoires-de-fantomes.pdf#zoom=100

05/10/2012 – 30/12/2012 à Tourcoing

Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains
22 rue du Fresnoy
59200 Tourcoing

Tél : 03 20 28 38 00 – Fax : 03 20 28 38 99
Email : communication@lefresnoy.net

Mercredi, jeudi, dimanche, de 14h00 à 19h00.
Vendredi et samedi, de 14h00 à 21h00.

ARGUMENTS DE Georges DIDI-HUBERMAN / Arno GISINGER

Aby Warburg avec une coiffe d’indien

Cette exposition traite de la vie fantômatique des images dont notre présent, autant que notre mémoire — historique ou artistique — est constitué. Ce que nous éprouvons en effet chaque jour dans lʼactualité des images, celles de lʼart comme celles des médias, apparaît souvent comme un mélange de choses nouvelles et de survivances qui viennent de très loin dans lʼhistoire des hommes, un peu comme dans le rêve de la nuit dernière peuvent agir des images de notre plus profond passé.

Lʼexposition se présente comme un hommage contemporain à lʼoeuvre dʼAby Warburg (1866-1929) qui a joué, dans le domaine de lʼhistoire de lʼart, le même rôle fondateur que Sigmund Freud a pu jouer dans celui de la psychologie : tous deux ont fait « lever les fantômes » de nos activités de chaque instant. Freud lʼa fait, notamment, dans son grand livre sur lʼinterprétation des rêves, en faisant un montage étonnant de récits oniriques donnant lieu à une première et magistrale théorie de lʼinconscient psychique. Warburg lʼa fait, de son côté, dans un grand atlas dʼimages — intitulé Mnémosyne, nom grec de la déesse de la mémoire — réunissant un millier dʼexemples figuratifs où toute lʼhistoire des images occidentales se dispose de façon à nous faire entrevoir les problèmes les plus fondamentaux de la civilisation.

Une première série dʼoeuvres, intitulée Atlas, suite est constituée dʼenviron cent-vingt photographies réalisées et rigoureusement ajointées par Arno Gisinger : cʼest un travail dʼinterprétation et de remontage à partir dʼune grande exposition produite en 2010 par le Musée Reina Sofía de Madrid et qui a voyagé en Allemagne où les photographies ont été prises. Atlas, suite est un essai visuel sur certaines constellations dʼimages à partir desquelles de nouvelles rencontres, de nouvelles significations surgissent, comme lorsque les visages anonymes de Walker Evans viennent se refléter dans les portraits dʼhommes célèbres par Gerhard Richter.

Photographie de Walker Evans

Un second travail de Georges Didi-Huberman, intitulé Mnémosyne 42, propose une vue immense du montage conçu par Warburg autour du motif de la lamentation des morts, cette vue étant elle-même « complétée » par une interprétation nouvelle de ce thème sous la forme dʼune gigantesque planche dʼatlas horizontale — sur les mille mètres carrés de la grande nef du Fresnoy — faite de documents en tous genre, dʼimages fixes et mouvantes qui se répondent, de Giotto à lʼart contemporain, dʼEisenstein aux printemps arabes…

Georges DidiHuberman

Arno Gisinger


Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus