Archives par mot-clé : genre

Compte-rendu DILTEC 2016 : “le genre est un « curriculum caché »”

Le DILTEC de cette année 2016 avait comme intitulé « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle ». Il s’est déroulé du vendredi 21 octobre au samedi 22 octobre.

J’ai pu assister aux communications du vendredi et du samedi. Celle qui a retenu le plus mon attention est celle du samedi 22 octobre « Penser le genre en classe de langue : un projet éthique à construire » dirigée par une doctorante du nom de Grâce Ranchon (université Jean Monnet).

Cette communication avait pour thématique générale le « plurilinguisme, l’altérité et l’inclusion ».

Cette jeune doctorante a commencé la présentation de son sujet avec la définition du terme « genre » que j’ai trouvé très intéressante : « le genre est d’abord un concept qui permet de dénaturaliser l’étiquette « homme » et l’étiquette « femme » ». Le genre était étudié ici dans des manuels pour les niveaux A1 afin de voir comment ils présentaient, introduisaient le genre masculin et le genre féminin (selon le CECRL, c’est à ce niveau-là que nous commençons l’apprentissage du masculin et du féminin). Elle s’est appuyée, pour faire ce travail, sur trois manuels de FLE qui ont des maisons d’édition différentes. Le fait de prendre plusieurs maisons d’édition est très important puisque cela permet de voir les différences ou les occurrences concernant les visions du genre. Elle n’a pas pris la maison d’édition Y parce qu’ils n’ont pas voulu répondre à ces questions (leur refus étant quelque chose d’assez intéressant de mon point de vue).

Nous avons pu voir que, même si la majorité des clichés sexistes a disparu dans les manuels, le genre apparaît toujours avec des discours subjacents et implicites dans le discours didactique (par exemple dans la hiérarchisation du masculin sur le féminin). Cette vision du genre est alors imposée à la classe à travers les manuels, les apprenants doivent se soumettre à ces idées-là et ils doivent aussi reconnaître les caractéristiques morales des hommes et des femmes (elle a pris un exemple pour illustrer ses propos : dans un exercice les apprenants doivent cocher le caractère qui correspond à un homme ou à une femme (jaloux, possessif, romantique, etc.)).

Nous pouvons donc voir que la classe n’est pas un espace neutre mais qu’elle est traversée par des rapports de pouvoir (qui traversent tous les outils d’enseignement-apprentissage) notamment comme la jeune doctorante a pu nous le montrer à travers les manuels.

Cette communication m’a fait penser à la Corée du Sud, même si elle n’est pas en lien direct avec le sujet de mon mémoire, elle reste en lien avec le pays qui est le thème de mon mémoire. En effet, lors des discussions, il a été question de l’avancé que faisaient les manuels dans la présentation « moins » stéréotypée concernant le genre (en faisant étudier le mariage gay par exemple dans des niveaux plus avancés). Mais, cette « ouverture » d’esprit que veut faire entendre le manuel n’est pas réalisée puisque souvent, dans les pages suivantes cette même « ouverture » d’esprit est détruite par d’autres activités en contradiction avec les valeurs que voulaient véhiculer le manuel. Pour mettre en lien avec la Corée du Sud, il faut déjà prendre en compte le fait que la Corée du Sud n’est pas un pays ouvert d’esprit, il n’est pas possible de parler d’homosexualité en classe ou même en famille. Ce sujet est à un tel point tabou que des couples gays se marient avec une personne opposée de leur sexe tout en continuant leur relation avec la personne du même sexe. Pour mieux comprendre : deux hommes sont ensembles, mais pour ne pas que leur famille soit au courant, ils vont trouver un autre couple de deux homosexuelles femmes afin de pouvoir se marier et former un « couple normal » (référence à une certaine norme : mais à quelle norme ? selon qui ?) tout en continuant de voir la personne qu’ils aiment.

Il serait donc intéressant de voir comment les manuels de FLE sont présentés là-bas, les censures possibles sur certains thèmes ainsi que la manière dont le genre est présenté dans une société si patriarcale et confucianiste qu’est la Corée du Sud.

J’ai trouvé ce sujet très intéressant, surtout qu’elle est la première à avoir traiter le genre dans les manuels adultes et cela m’a aussi donné envie de lire ce qui a été publié sur le genre dans les manuels scolaires[1] (ce qui pourrait donc être un lien avec mon mémoire). Sa conclusion était tout aussi intéressante quand elle a dit que la légitimité du projet-genre en FLE est « une action de réflexivité éthique », ce qui a permis de mettre en lien son sujet avec la thématique de ce colloque du DILTEC.

 

 

[1] Brugeilles C., Cromer S. (2005). Analyser les représentations du masculin et du féminin dans les manuels scolaires. CEPED : Paris.

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

« Hymes et le palimpseste de la compétence de communication »

L’enseignant d’une langue étrangère est constamment confronté aux liens – explicites et implicites – entre langue et culture. Ces rapports ne sont pas facilement abordés en salle de classe et les études de l’ethnographie du langage peuvent parfois sembler trop éloignées de la pratique de l’enseignant. Dans le numéro 139 de la revue Langage et société, intitulé Dell Hymes, héritages et débats , nous trouvons des réflexions extrêmement variées et prolifiques sur les modèles de ces rapports inaugurés par ce célèbre ethnographe de la communication, mais il y en a surtout une qui est particulièrement intéressante aux enseignants penchés sur les approches culturelles de l’enseignement des langues : celle publiée par Daniel Coste, Jean François Pietro et Danièle Moore. « Hymes et le palimpseste de la compétence de communication » est un article qui se détache des autres de ce numéro en ce qu’il essaye de démontrer comment la didactique des langues a accommodé le concept de « compétence de communication » de Hymes à ses propres enjeux.

Dans leur texte, ils cherchent dans les publications « On comunicative compétance » (1972) dans Sociolinguistics de J;B. Pride et Janet Holmes », et « Twards Linguistic Competence » (1982) des constantes de son concept de compétence de comunication pour après vérifier ce qui a été perdu et retenu dans la didactique.

Premièrement, dans ses publications, Hymes s’est positionné contre Chomsky en ce qui concerne l’importance qu’accorde celui-ci au locuteur idéal. Selon Hymes toute communauté est hétérogène – que ce soit du côté de la compétence où de la performance. Pour penser ces deux composantes du langage il ne faudrait pas escamoter les facteurs sociaux, les acculturations etc., comme fait Chomsky. Hymes a remis en cause ainsi la pertinence de ce locuteur et est revenu sur ces deux composantes par une autre perspective:

Il a actualisé ces notions en stipulant que la compétence « depend upon both (tacit) knowledge and (ability for) use » (1972 :282) alors que la performance « takes into account the interaction of competence, competence of others ans cybernetical and emergent propreties of evens themselfs » (1972 :283), car les genres évoluent et se réactualisent à chaque évènement de performance. Hymes a proposé, dans « twards linguistic competence », une vision intégratrice de la linguistique comme science sociale. En effet les phénomènes langagiers sont situés, ils sont radicalement sociaux et personnels. Hymes a simplifié ainsi l’analyse du système langue/culture (en compétence et en performance) par la mise en place de quatre curseurs :

Quelque chose est possible?
Quelque chose est disponible selon les moyens?
Quelque chose est appropriée selon le contexte?
Quelque chose est produite?

Selon les auteurs de l’article ce serait grâce à la notion de compétence communicative que l’on aurait commencé à mettre l’accent sur l’action plutôt que sur les connaissances déclaratives, et sur la communication plutôt que sur le système grammatical. Pourtant la didactique de langues aurait opéré certaines réductions de la notion de Hymes :

Les attitudes, les croyances/valeurs, l’économie de la parole et la voix seraient devenues une liste de savoirs, savoir-faire et savoir-être ou même des compétences. La communication avec ses aspects culturels aurait été réduite aux dimensions pragmatiques (compréhensibilité et efficacité perlocutoire) et à quelques niveaux de langue. On aurait négligé le genre, les évènements de communication, le caractère collectif et social de l’interaction, les styles… Tout cela serait dû à des influences des définitions chomskyennes de compétence et performance et aussi à un type d’enseignement tourné vers la qualification professionnelle. On aurait quitté l’ethnographie du langage pour passer à une approche universalisante et utilitariste de celui-ci.

Les auteurs terminent l’article en proposant une récupération des aspects oubliés par la didactique de langue par un rapprochement entre les notions bakhtiniennes de genre et le modèle de Hymes :

Les activités langagières et leur inscription sociale, (compétence de communication de Hymes) sont des activités qui utilisent le système (les moyens du langage) au sein d’une communauté discursive/sphère d’échange (communauté linguistique) pour produire des types relativement stables d’énoncés, les genres (genre : G du modèle SPEAKING de Hymes). Dès le début on présente le tout discursif (l’évènement de communication) – par exemple, la fin, le volume, la structure – qui pendant la parole aura ses différentiations (styles, voix…) et dont nous avons déjà une maitrise. Apprendre à parler c’est apprendre à structurer des énoncés (1984 : 265); aux mots de Bakhtin, c’est apprendre à mouler notre parole. Le rapprochement entre analyse du discours et ethnographie de la communication seraient donc fructueux pour ressouder les rapports entre langue et culture que les didacticiens ont tendance à négliger.

Danilo Andrade

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde

More Posts

Genre et langage : théories et études de cas

Séminaire du 13/03/2015

 

Le séminaire auquel j’ai assisté vendredi correspond à une initiation à la linguistique du genre de l’Antiquité à nos jours. La théorie du genre est nouvelle, mais s’interroger sur une éventuelle différence de parlers entre sexe date de plusieurs siècles. Ce séminaire s’interroge en effet sur la relation entre le genre et la variation linguistique. Ainsi, dans chaque langue on remarque des variations d’ordre phonétique, lexical, ou encore syntaxique. L’ensemble de ces variations qui se distinguent de la norme peuvent progressivement amener à un changement au sein même de la langue, à une transformation de la norme. Ces variations seraient-elles liées au genre ? Y aurait-il un parler des femmes différent du parler des hommes ? Les deux derniers siècles s’interrogeaient sur la façon dont s’exprimaient les femmes et sur la manière dont on devait s’adresser à une femme, comme si le parler des femmes constituait un écart par rapport à la norme. Les femmes auraient ainsi tendance à utiliser un vocabulaire différent des hommes et auraient une manière de s’exprimer bien distincte de la façon dont les hommes s’expriment. De nombreuses études ont été faites ces cents dernières années sur cette variation linguistique liée au genre dans la culture occidentale. Dans nos cultures occidentales, les variations liées au genre que l’on peut remarquer correspondent plutôt une différence de ton dans certains contextes, ou à l’utilisation de certains adjectifs. Dans d’autres cultures, ces variations sont d’autant plus importantes puisque dans certaines tribus, le lexique utilisé pour désigner un objet diffère en fonction de s’il s’agit d’un homme ou d’une femme qui s’exprime, comme s’il y avait un vocabulaire réservé aux hommes et un vocabulaire réservé aux femmes.
Cette première séance de ce séminaire m’a permis de constater que l’étude de genre était très pertinente dans le domaine linguistique, bien qu’il soit peu étudié. Il y a en effet une réelle relation entre la variation dans une langue et le genre qui apporte à la langue des modifications et des nuances, permettant ainsi une évolution de la langue.

Mathilde Guérin

Étudiante à Paris III

More Posts

L’école à l’épreuve du genre

La séance du séminaire du pôle FETE (Formation, éducation, travail, emploi) de la MRSH-Caen,  intitulée :

L’école à l’épreuve du genre

aura lieu

Le vendredi 07 juin 2013, de 10 heures à 12h30, en salle des actes (SH027) de la MRSH, interviendront :

Nicole Lucas, docteure en histoire,  chercheure associée au CERHIO (Centre de recherches historiques de l’Ouest), de l’Université Rennes2,

« Enseigner l’histoire des femmes, une urgence citoyenne? »

Sophie Devineau, Maîtresse de conférences de sociologie, HDR en sociologie de l’éducation,  à l’université de Rouen, chercheure au  DySoLa, Laboratoire  d’analyse des dynamiques sociales et langagières),

 « Apprendre à lire la sexuation dans et par l’école : le travail des enseignantes féministes »

Ce séminaire est ouvert ; n’hésitez pas à venir, notamment ceux/celles qui à cette date proche des oraux de concours d’enseignement, y trouveront de quoi alimenter leur réflexion sur les questions de genre à l’école.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus