Archives par mot-clé : Francophonie

Un questionnaire pour la science !

Bonjour à tous,

Je me permets de partager avec vous un questionnaire d’une amie en FLE à Paris 3.  C’est pour la bonne cause !

Bonjour à tous et à toutes. Je suis actuellement étudiante en Master 2 de DDL en option stage à Sorbonne Nouvelle. Dans le cadre de mon mémoire, je travaille sur l'utilisation de textes littéraires autobiographiques d'auteurs francophones caribéens (M. Condé, P. Chamoiseau, N. Appanah, D. Laferrière, G. Pineau) en classe de Fle. Je me permets de vous contacter afin de connaître votre avis sur ce thème tout en récoltant quelques données pour mon mémoire. C'est un questionnaire qui ne prend que quelques minutes à remplir. Voici le lien : 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdBO399WtScqFlGEpXeOaPt4KMbNhbSQ4RIutxPmbAC9czYOQ/viewform 

Je vous remercie d'avance pour vos réponse. 

Bonne journée 
Stélvina Baillard

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts

Littératures francophones ? une tribune qui fait le point !

 

Tribune : Pour l’enseignement des écrivains francophones du Sud

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Compte rendu de lecture

Cet article a pour titre « La Francophonie comme canevas pour favoriser la découverte, la créativité et l’interaction en classe de français : bilan et prospectives », écrit par Gregory Nutefe Kwadzo[1].

Il s’agit d’un projet d’enseignement qui aide à favoriser le développement des compétences orales en classe de langue, qui modifie le rôle de l’enseignant et l’attitude des apprenants envers leur apprentissage. Le but de cet article est de présenter ce projet aux lecteurs et de les faire réfléchir sur des perspectives didactiques de ce projet qui peut changer la façon d’enseigner une langue et motiver les élèves.

Dans la première partie, l’auteur explique le but du projet aux apprenants ayant des profils plurilingues diverses en s’appuyant sur l’approche actionnelle. Puis il montre la nécessité du développement de l’interaction et met l’accent sur le rôle de communication en classe. Dans la deuxième partie, l’auteur fait une présentation détaillée de deux cours dont le but est de découvrir la notion de francophonie en interaction. Ensuite, Kwadzo insiste qu’il est important d’entrer directement dans le milieu culturel d’un pays francophone. La troisième partie révèle la nécessité pour un apprenant d’agir lui-même dans le processus d’apprentissage et de devenir un acteur social.

Kwadzo conclut que le rôle de l’enseignant dans ce projet est de lui définir les buts bien concrets, ce qui éveille l’intérêt de l’apprenant et le motive en son propre initiative, dont l’objectif final est de favoriser l’usage du français comme langue véhicule.

Pour conclure, il est nécessaire de soutenir l’interaction dans les groupes, car on est tous des êtres sociaux et la communication renforce ce qui est déjà connu et apporte de nouvelles connaissances. En même temps, la pratique de ce méthode dans la classe peut perdre l’efficacité si le professeur ne connaît pas bien les étapes de ce processus. Personnellement, je pense qu’avant de pratiquer ce méthode, il faut que l’enseignant prend en compte les particularités de tel ou tel contexte d’apprentissage.

[1] Gregory Nutefe Kwadzo, « La Francophonie comme canevas pour favoriser la découverte, la créativité et l’interaction en classe de français : bilan et perspectives », Le français à l’université, 20-02, 2015.

TEXTE INTÉGRAL – Gregory Nutefe Kwadzo

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

LA FRANCOPHONIE : UNE NOTION POLYSÉMIQUE

Je me suis appuyée sur les recherches de Michel Tétu pour définir cette notion et en retracer l’histoire.

La francophonie est un terme ambivalent. On distingue habituellement la francophonie avec un f minuscule de la Francophonie avec un F majuscule.

Le mot francophonie écrit tel quel renvoie à « l’ensemble des peuples ou des groupes de locuteurs qui utilisent partiellement ou entièrement la langue française dans leur vie quotidienne ou dans leurs communications. » (Tétu, 1997). Comme on peut le remarquer, cette signification est exclusivement géo-linguistique. Plus généralement, on différencie deux catégories : les espaces francophones de langue première (le français est également langue officielle ou co-officielle) et les espaces francophones de langue seconde. Il n’est pas la langue première de la majorité de la population ni une langue étrangère au sens strict du terme. Il dispose d’un statut particulier dans ces espaces: il peut être langue officielle ou co-officielle, langue d’enseignement, langue des médias, deuxième ou troisième langue de communication courante etc…

La Francophonie désigne le regroupement international de gouvernements ou institutions qui utilisent le français dans leurs activités (Tétu, 1997). Cette Francophonie s’est mise en place à partir des années 1950 par le biais d’organisations non-gouvernementales d’abord avant de s’institutionnaliser dans les années 1970. L’Organisation internationale de la Francophonie ou l’Agence universitaire de la Francophonie sont emblématiques de cette Francophonie.

Qu’en est-il de l’histoire du concept ? Le mot apparaît pour la première fois dans les travaux du géographe Onésime Reclus en 1880 dans un contexte colonial. L’expansion territoriale de la France s’accompagne d’une implantation et imposition de la langue française dans ses colonies. Pour Reclus, la francophonie sert à mesurer le nombre de locuteurs francophones dans ces territoires. Le mot sombre dans l’oubli avant de resurgir en 1962 à travers les écrits notamment de Senghor dans la revue Esprit puis de se populariser :

« La Francophonie, c’est cet Humanisme intégral, qui se tisse autour de la terre : cette symbiose des « énergies dormantes » de tous les continents, de toutes les races, qui se réveillent à leur chaleur complémentaire. » (Senghor,1962).

Pour l’écrivain, la Francophonie est la concrétisation de ce qu’il appelle la Civilisation de l’Universel, nouvelle humanité prenant racine à partir des diverses cultures du monde. Le dialogue des cultures, leur métissage en respectant chacune de leur spécificité doit aboutir à cet Universel. Il s’agit de s’unir sur une base de fraternité en reconnaissant la diversité culturelle. 

Bibliographie :

SENGHOR L. Le français langue de culture. Esprit. Paris : Éditions Esprit, 1962, n°311, p. 837-844.

TÉTU M. Qu’est-ce que la FRANCOPHONIE ?. Vanves : Hachette-Edicef, 1997. 317p.

1Union internationale de la presse francophone, anciennement appelée Association internationale des journalistes de la presse de langue française.

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts

La diversité francophone dans les manuels de FLE (une étude en contexte homoglotte)

La diversité linguistique et culturelle francophone dans les manuels de FLE en France

Gaëlle Raviton

Université Sorbonne Nouvelle (France) – Paris 3

La présence du français dans différents espaces géographiques met en lumière deux faits socio-linguistiques et culturels évidents: il existe divers français tout comme un éventail de cultures qui s’approprie le français d’une manière ou d’une autre. Dès lors, il semble important de sensibiliser à l’ensemble des réalités et contextes que le français recouvre. Cette pluralité, définissant la francophonie, est reconnue par des instances internationales comme l’OIF et pris en compte par des acteurs tels que la FIPF ou le site pédagogique franc-parler. Par ailleurs, la question des variations et du pluriculturalisme est considérée par le Conseil de l’Europe à travers le CECR. Cependant, qu’en est-il au niveau des pratiques d’enseignement et, plus particulièrement, des manuels de FLE utilisés en France? S’intéresser aux manuels revient à analyser les discours relatifs à la langue matérialisés à travers ces instruments didactiques. Ainsi, il sera intéressant de décrypter le regard porté sur la francophonie dans ces supports. Reflète-t-il la diversité inhérente au français ou reste-t-il focalisé sur la culture franco-française? Cette question centrale en souligne d’autres: Par conséquent, quelle définition le manuel donne t-il de la francophonie? Le contexte homoglotte est-il un critère considérable déterminant la prise en compte du monde francophone?

Telles sont les interrogations auxquelles je m’efforcerai de répondre en analysant une série de manuels de FLE généraux utilisés en France et en m’appuyant sur une approche diachronique. Il s’agira d’étudier l’évolution de la place accordée aux cultures francophones et d’en dégager la perception de la francophonie.

Bibliographie

ARNAUD Serge, GUILLOU Michel, SALON Albert. Les défis de la francophonie. Alphares. 2005. 254 pages.

BEACCO J-C. Les dimensions culturelles des enseignements de langue. Paris: Hachette. 2000. 192 pages.

DE ROBILLARD D, BENIAMINO M. Le français dans l’espace francophone.Paris: Honoré Champion. 1993. Tome 1. 534 pages.

HOLTER K, SKATTUM I. La francophonie aujourd’hui. Paris: L’Harmattan. 2008. 196 pages.

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts

Paysage linguistique et état actuel du français: le cas, Algérie.

2003-03-02-et-03-FRANCE-ALGERIE-CHIRAC-IMMIGRATION-ISLAM
La situation linguistique en Algérie a été, depuis la mise en place de la politique d’arabisation, caractérisée par – pour emprunter l’expression à Dourari(2007) – « un brouillage de repère ». A ce titre, l’Algérie et les Algériens vivent une insécurité linguistique alarmante due à la cohabitation conflictuelle de plusieurs langues :
-L’arabe dialectal- avec ses composants phénicien, arabe et berbère – parlé par la majorité des Algériens et dont l’usage remonte au 13ème siècle
-L’arabe classique, langue du Coran et de l’islam enseigné à l’école, présente dans les médias et affectée à des usages sacrés.
– Le tamazight, avec ses différentes variations linguistiques, parlé par une minorité ethnique (reconnue langue nationale à partir de 2002)
– Le français, langue de partage, présent dans le parler algérien et enseigné à l’école comme langue étrangère dès la deuxième année primaire.
Dès un âge précoce, l’Algérien est confronté à une ou plusieurs de ces langues. Toutes les recherches à ce sujet confirment l’absence d’une zone monolingue dans ce pays. Cette situation un peu complexe est bien résumée par K.Taleb Ibrahimi (1995 : 22) :« Les locuteurs Algériens vivent et évoluent dans une société multilingue où les langues parlées, écrites et utilisées, vivent une cohabitation difficile, marquée par le rapport de compétition et de conflit qui lie les deux normes dominantes (l’une par la constitutionalité de son statut officiel, l’autre étrangère mais légitimée par sa prééminence dans la vie économique) d’une part, et d’autre part par la constante et têtue stigmatisation des parlers populaires).» Ce malaise linguistique est vécu à partir de la première année préparatoire où l’enfant confronte sa langue maternelle à celle de l’école (l’arabe classique). L’introduction du français, une année plus tard, aggrave ce sentiment. Au lieu de bâtir l’acquisition de ces langues sur la langue maternelle, l’école algérienne, à contre-nature, essaye de la lui confisquer. Le résultat ne peut être que dramatique non seulement pour l’arabe, le tamazight mais aussi les langues étrangères. Devant cette situation linguistique, examinons de près l’état actuel de la langue française et ses perspectives futures.

Le français s’est beaucoup plus implanté qu’il ne l’avait fait durant l’ère coloniale. Un grand nombre d’institutions administratives, notamment celles des secteurs économiques et banquiers continuent à fonctionner en langue française. Le français est aussi omniprésent dans l’environnement et le quotidien des Algériens.Des journaux aux revues, du simple avis au rapport de plusieurs pages en passant par l’ordonnance du médecin et les conférences, tous ces domaines où la langue française est présente reflétant, ainsi, l’importance du public visé. Cette situation ambivalente que vit la langue française en Algérie et bien décrite par Sebaa (2002 : 85):« Sans être la langue officielle, la langue française véhicule l’officialité. Sans être la langue d’enseignement, elle reste la langue de transmission du savoir. Sans être la langue identitaire, elle continue à façonner l’imaginaire culturel collectif de différentes formes et par différents canaux. Et sans être la langue d’université, elle est la langue de l’université. Dans la quasi totalité des structures officielles de gestion, d’administration et de recherche, le travail s’effectue encore essentiellement en langue française. » L’Algérie est le plus grand pays francophone après la France qui ne fait pas…encore… partie de la Francophonie.

bibliographie:
Taleb Ibrahimi K. (1995), Les Algériens et leurs langues, Alger: Editions El Hikma.
Sebaa R. (2002) L’Algérie et la langue française: L’altérité partagée, Oran : Dar ElGharb

Algérie et Francophonie : je t’aime, moi non plus !

Ce dialogue se passe dans les couloirs de la Sorbonne, entre un étudiant et son professeur, qui est en même temps son directeur de mémoire. Avec une touche d’humour et de complicité, ils abordent le sujet du mémoire et sa progression.

E : Bonjour professeur.
P : Bonjour mon grand, alors où en es-tu avec ton sujet de mémoire?, il faut bien me le soumettre cette semaine hein !?
E : Effectivement je m’empresse de peaufiner mon sujet car c’est vrai que le domaine de la didactique des langues est trop vaste. Mais je pense avoir trouvé une idée pour travailler sur l’apprentissage du français en Algérie entre réalité et légitimité.
P : Ah !!! c’est intéressant, mais qu’entendez-vous par réalité et légitimité ??
E : Je suis parti d’un constat qu’en Algérie, le français est considéré officiellement comme la première langue étrangère, et que l’Algérie est reconnue mondialement comme étant le deuxième plus grand pays francophone dans le monde. Une situation très confuse sachant qu’en Algérie le français est d’usage presque courant. Mais à l’école on apprend le français en tant que langue étrangère. Alors je me pose des questions sur la réalité de la langue française en Algérie et la légitimité de son statut.
P : Effectivement très bien vu. L’Algérie est un grand pays francophone et pourtant elle ne fait pas partie de la Francophonie. Pour comprendre ce paradoxe, il faut réaliser que la langue française en Algérie est l’objet d’une forte ambivalence, qui présente des aspects sociaux, culturels, politiques et identitaires. L’Algérie a été constituée par la France coloniale qui lui a, en même temps, nié toute identité propre : «L’Algérie, c’est la France», a-t-on longtemps répété. La langue française est ainsi au cœur d’un nœud complexe.
E : Justement autant ce nœud est complexe autant mon sujet l’est aussi. Comment puis-je en tirer un aspect et travailler dessus ?
P : Héhé !! Mon grand, t’es en master 2, la recherche est ta vocation ! Donc, plus le sujet est complexe plus c’est intéressant. . Il faut donc exposer ces problèmes, examiner la situation actuelle et s’interroger sur les perspectives ouvertes.
E : Oui vous avez raison, pour le moment je voudrais analyser la situation de la langue sur le terrain et comprendre comment le français est utilisé au sein de la société, l’administration et dans l’école. Ensuite, je voudrais me pencher sur la dualité de l’enseignement du français en Algérie entre langue étrangère et seconde. Et au final donner les perspectives et les horizons.
P : Voila tu commences déjà à dessiner la silhouette de ton sujet.
E : Haha, merci c’est encourageant. Mais dois-je aussi aborder la question du bilinguisme ?
P : Oui bien sûr tu pourrais très bien faire le lien mais garde en tête tes objectifs et essaye toujours de trouver un aspect peu courant à étudier. Ta vision et ta touche personnelles, ce sont elles qui feront l’originalité de ton mémoire.
E : Pour cela vos directives sont indispensables. Auriez-vous des références à me conseiller ?
P : Oui bien sûr, je vous enverrai ça par mél ce soir.
E : Je vous remercie Monsieur.
P : N’oublie pas on fait une équipe.
E : Je suis l’attaquant et vous êtes le coach.
P : Allez, au boulot.

Indéniablement, les consignes tactiques de coach Vahid ont contribué à déstabiliser la Russie. | AFP/KIRILL KUDRYAVTSEV