Archives par mot-clé : FOS

la conférence FOS, Le 18 janvier 2017

Je voudrais partager avec vous les idées principales d’une conférence que j’ai assistée en janvier. Cette conférence s’articule sur le français sur objectif spécifique (FOS). Il s’intitule « le français sur objectif spécifique, aujourd’hui: une démarche en pleine évolution ».

La conférence était exposée par JEAN-MARC MANGIANTE. Titulaire de professeur de l’université d’Artois, ce Monsieur se spécialise dans l’analyse de discours spécialisés et la didactique du français sur objectif spécifique et universitaire. La conférence a eu lieu dans une bonne ambiance, après l’introduction du thème à aborder et le chercher à exposer de Mme. Cavalla, le professeur nous a présenté ses recherches sur le FOS.

Le FOS est apparu en réponse aux besoins spécifiques des gens qui vivent dans un monde où la mobilité manifeste importante sans précédent. Les gens se déplacent davantage dans les pays différents, les étudiantes visent à suivre leur étude partout dans le monde. Le besoin de communiquer ou de réaliser des tâches s’accroit dans la vie professionnel et universitaire. Le français est une langue largement partagée par le monde, et les gens travaillant ou étudiant dans les pays francophones font face souvent au besoin de l’apprendre. Les apprenants de français ici n’apprennent plus le français avec n’importe quel objectif. En revanche, ils portent souvent un objectif très précis, soit professionnelle, soit universitaire. S’inscrivant dans cette situation, le développement de la didactique du FOS s’avère plus urgent que tous les moments dans l’histoire.

Comment concevoir la didactique du FOS? Avec quelle démarche?

Le professeur propose de suivre cette procédure: identifier tout d’abord la demande de formation, puis analyser les besoins des apprenants, une fois les besoins repérés, collecter des données sur le terrain afin de les analyser pour créer des séquences didactiques. Prenons une entreprise comme exemple, pour créer des cours de FOS pour les effectifs d’une entreprise, il faut en premier temps construire une équipe des didacticiens. Cette équipe doit travailler en collaboration avec l’entreprise afin d’identifier des besoins et de recueillir des données à analyser. Lors de cette démarche, plusieurs méthodes peuvent être mobilisées: l’entretien, le questionnaire, etc. Même les différents postes seront pris en compte pour préciser les besoins d’apprentissage. Les données peuvent être plus largement les connaissances du secteur de l’entreprise mais aussi plus étroitement les documents internes de l’entreprise. Tout constitue un corpus qui permettrait de dégager des connaissances linguistiques et professionnelles, autour desquelles, les séquences pédagogiques seront élaborées.

Cette présentation des démarches pour construire la didactique du FOS m’a bien impressionné et m’a amené à réfléchir sur le statut du FOS en Chine et la démarche employée par les didacticiens chinois dans les universités. Grâce au bon avancement des relations sino-françaises, les Universités chinoises lancent beaucoup de programmes collaboratifs avec les universités françaises. Les étudiants chinois bénéficiant des programmes pourraient avoir l’opportunité de poursuivre leur étude en France. Avant de les envoyer en France, les universités chinois ont tendance à les former en langue française. Mais les cours sont toujours de cours élaborés dans le cadre du français langue étrangère ou du français général. Cela ne permet pas une appropriation efficiente dans un domaine donné et les étudiants rencontrent toujours des problèmes lorsqu’ils entrent en France.

Une professeure de français en Chine a constaté dans son article que le FOS en Chine se caractérise toujours par la juxtaposition du cours de français général avec le cours de spécialité. Les deux sont étanches de l’un à l’autre ( Yan XU, 2008 ). Avec cet aménagement, les étudiants chinois doivent mobiliser deux activités cognitives différentes et doubler leur effort lors de leur apprentissage. Non seulement les universités, les entreprises chinoises ont aussi cette vision de juxtaposer l’enseignement du français général en dehors du travail pour créer des personnes en langue française. Par exemple, l’entreprise étatique que j’ai travaillé pour trois ans.

Cette conférence me permet de bien comprendre ce qu’est une vraie didactique du FOS et de reconnaître les carences présentes en Chine afin d’approcher un jour la didactique du FOS en Chine vers le modèle français.

Bibliographie:

▪ Jean-Marc MANGIANTE. (s. d.). Consulté 19 février 2017, à l’adresse http://grammatica.univ-artois.fr/Equipe/Membres-permanents/Jean-Marc-MANGIANTE

▪ Jean-Marc MANGIANTE. La conférence le 18 janvier 2017 à l’Université de Sorbonne Nouvelle,«Le français sur objectif spécifique, aujourd’hui: une démarche en pleine évolution».

▪ Yan XU, 2008. L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : l’importance de la mise en place d’une interaction entre les parties impliquées dans un cours in Synergies Chine n°3, p107-116, l’accès en ligne: https://gerflint.fr/Base/Chine3/xu.pdf

Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Vous vous intéressez à l’enseignement du Français sur objectifs spécifiques ?

L’Association de Didactique du Français Langue Etrangère (ASDIFLE) organise, le 31 mars 2017, une journée professionnelle consacrée à la thématique du Français sur objectifs spécifiques. L’évènement se tient à l’Alliance française de Paris. Venez nombreux !

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Pour ne pas oublier les carnets…

Chers carnettistes,

Jusqu’à présent, on a tous (ou presque tous) « ouvert » les carnets en s’appuyant sur la méthode de Bruno Latour. Il y en a qui sont déjà pleins de références, de notes, de citations, de questions, de rencontres, d’idées etc., d’autres moins. En tout cas, la fin d’année est là, donc le temps de jeter un coup d’œil dans nos carnets  et de résumer tout ce qu’on a fait, où on est et de bien préparer notre « sac de voyage » pour la rédaction de mémoire. Dans ce sens, je vous propose un aperçu des colloques, des conférences, des journées d’études et des séminaires à venir qui pourraient nourrir la réflexion sur les sujets divers (liés directement ou pas à nos sujets de mémoire ou à la pratique d’enseignement). Pour rester bien dans le rythme de ce semestre (beaucoup de colloques et de rencontres enrichissantes), je vous présente  ces événements dans l’ordre chronologique. Alors, prenez vos carnets dans les mains !

  1. Décamper, soirée de débat, projection et concert

À l’occasion de la publication du livre-CD Décamper en novembre, le Musée de l’histoire de l’immigration organise une soirée de débat autour des thèmes de l’exil et des politiques migratoires récentes. Étant donné que la migration a un impact fort sur les politiques linguistiques éducatives et sur la didactique des langues, ce sera une bonne occasion d’assister à ce débat pour ceux qui s’intéressent à ce sujet.

Les intervenants dans ce débat font partie des auteurs de cet ouvrage :

Michel Agier (ethnologue et anthropologue), Maryline Baumard (journaliste), Jean-François Corty (médecin).

Le débat sera enrichi par la projection du film de Sylvain George Nocturne Blanc-Chasseur.

Date : Vendredi 6 janvier 2017, 19 :30

Lieu : Le Musée de l’histoire de l’immigration

Adresse : 293, avenue Daumesnil 75012 Paris

Accès : gratuit

Plus d’informations : http://www.histoire-immigration.fr/2016/12/decamper

  1. Le FOS aujourd’hui : une démarche en pleine évolution

Pour ceux qui travaillent sur le FOS, une conférence de J.M. Mangiante aura lieu dans la salle Bourjac, à la Sorbonne.

Date : Mercredi 18 janvier 2017, 14 :00-16 :00

Adresse : 17 rue de la Sorbonne

Site : http://www.univ-paris3.fr/j-m-mangiante-le-fos-aujourd-hui-une-demarche-en-pleine-evolution-417516.kjsp?RH=1268219980647

  1. iLearning Forum Paris 2017

Pour tous les passionnés des technologies dans le domaine de l’apprentissage, cet événement est incontournable !

Ce salon propose les dernières nouveautés en matière d’e-learning et englobe des ateliers, des tables-rondes et des conférences. Une partie du programme est dédiée à l’apprentissage des langues et au monde de l’éducation. Dans cette optique, les thèmes abordés sont l’évaluation et l’accompagnement des apprenants, la pédagogie e-learning dans l’apprentissage des langues, l’éducation et l’innovation, la création du contenu etc.

Date : les 24 et 25 janvier, 9:00-18 :30

Lieu : L’espace Champerret de Paris, hall A

Accès : gratuit

Plus d’informations : http://www.ilearningforum.org/fr/2016/12/05/ilearning-forum-2017-transformation-digitale-de-formation-programme-de-plus-de-25-conferences-temoignages-demonstrations/

  1. Journée didactique : recherches croisées en collaboration avec le DILTEC

La journée organisée par l’équipe de recherche Sesylia (Semantics and Syntax – Language in Action) dans le cadre de leur séminaire 2016-2017.

Cette équipe mène les recherches sur la langue anglaise  en les croisant aussi avec la langue française et les autres langues.

Date : Vendredi 10 février 2017

Plus d’informations : http://www.univ-paris3.fr/seminaires-sesylia-2016-2017-135829.kjsp

  1. L’Apprentissage des Langues et Cultures en Tandem dans l’Enseignement Supérieur ou Secondaire (ALCTES)

Les communications de ce colloque international s’inscrivent dans les axes tels que l’évaluation, les ressources pédagogiques, techniques et humaines, la formation et l’environnement d’apprentissage. Dans le cadre de l’apprentissage des langues et cultures en tandem, les chercheurs traiteront les questions de l’autonomie de l’apprenant, de l’autoévaluation, des formes de soutien aux apprenants dans l’autoévaluation, le potentiel de ce type d’apprentissage etc.

Date : les 23 et 24 mars 2017

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Accès : inscription gratuite pour les étudiants

Plus d’informations : http://www.univ-paris3.fr/l-apprentissage-des-langues-et-cultures-en-tandem-dans-l-enseignement-superieur-ou-secondaire-alctes-tandem-language-and-intercultural-learning-in-higher-or-secondary-education-settings-388713.kjsp

  1. L’hétérogénéité dans la classe de langue. Comment et pourquoi différencier ?

L’hétérogénéité dans la classe n’est plus rarissime. Bien au contraire. Cette diversité linguistique et culturelle touche tous les acteurs dans le processus d’enseignement-apprentissage des langues. D’une part, l’enseignant doit valoriser les profils plurilingues de leurs apprenants. D’autre part, l’apprenant a à reconnaître la singularité de son parcours langagier et de son origine. La gestion d’une telle classe se montre complexe. Elle exige une préparation et une organisation spécifique de la part de l’enseignant.

Cette journée vise à mettre en exergue le lien interdépendant entre la société et la classe de langue. Les communications tenteront de répondre à un questionnement concernant l’enseignant (comment gérer une classe hétérogène, que faire quand on a dans une classe des locuteurs natifs et non natifs d’une langue, quelles activités à faire etc.) et l’apprenant (comment tirer le profit bénéfique de sa différence pour tout le groupe, comment ne pas se sentir isolé dans sa différence etc.)

Date : Jeudi 11 mai 2017, 8 :30-19 :00

Lieu : Inalco

Adresse : 65 rue des Grands Moulins

Plus d’informations : http://www.inalco.fr/evenement/heterogeneite-classe-langue-differencier

En tant que carnettiste,  je vous souhaite une très bonne année, pleine de découvertes et que nos carnets soient pleins de nouvelles idées, de rencontres enrichissantes, des échanges et des réflexions!

Joyeuses fêtes à tous et à toutes!

 

 

 

 

 

 

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Le château de cartes

(un professeur demande à ses élèves de lui expliquer chacun leur tour, leur sujet de mémoire afin de former des groupes de travail en se basant sur les intérêts de recherche de chacun.)

P = Professeur

E= Etudiant

P: (se tourne vers un étudiant) Et vous, votre sujet de mémoire ?

E: Moi, j’aimerais m’intéresser au développement des cours de cuisine en FLE sans objectif professionnel, aux Etats­Unis. Je voudrais questionner ce phénomène : est ce que ces cours de fle à travers une discipline non linguistique répondent à une demande spécifique des apprenants américains ? Comment ils s’intègrent dans le paysage des cours de fle là-­bas ? Est ce qu’ils s’inscrivent dans une évolution des méthodologies de l’enseignement des langues étrangères ou est ce qu’il sagit d’un développement commercial ? … voilà …

P: Oui, donc c’est le F.O.S. !

E: (expression de surprise)… euh…

P: Et bien si, c’est du français avec un objectif spécifique !

E: Oui mais là ça n’est pas à visée professionnelle, c’est juste … pour le loisir.

P: Oui mais il y a quand même un objectif spécifique, c’est la cuisine !

E: euh … oui …

P: Et bien voilà donc c’est le F.O.S. ! Il faut que vous reveniez sur la définition du F.O.S. ! Lisez des ouvrages sur le sujet. Je pense que vous avez une fausse image de ce qu’on entend par F.O.S. .

E: Ah oui … surement parce qu’en effet je n’y avais pas du tout pensé en réfléchissant à mon sujet … mais oui … d’accord…. (l’élève a l’air sous le choc et attrappe son carnet de recherche pour y inscrire en grosses lettres « F.O.S. » en prenant soin de souligner le sigle trois fois)

P: Bien. (elle se tourne vers un autre étudiant)  Et vous ?