Archives par mot-clé : FOS

L’influence de la politique éducative sur FOS

Suite du billet précédent concernant les quatres modes d’enseignement du FOS, cet article se concentre sur les programmes de coopération gouvernementale. Le déclencheur de formation n’appartient plus aux besoins de l’apprenant, mais effectue sous l’influence de Ministère de l’Éducation. Je me demande donc les caractéristiques de ce type de programme.

Rappelons nous deux établissements typiques : L’École Centrale de Pékin et l’Institut sino-européen d’ingénierie de l’aviation (SIAE).

– Le premier est fondé sur la coopération entre le groupe des Écoles Centrales (France) et l’Université de Beihang (Chine) en 2005.

–  Le deuxième réunie en octobre 2007 trois grandes écoles françaises et une université chinoise : le Groupe des Ecoles Aéronautiques françaises (l’ENAC Toulouse, l’ISAE-ENSMA Poitiers, l’ISAE Toulouse) et l’université de l’aviation civile de Chine (CAUC).

  • Au niveau du nombre d’élève[1], selon les chiffres sur les sites d’internet de deux établissements, L’École Centrale de Pékin a accueillé 111 élèves en licence en 2016 et 120 élèves ont admis au SIAE en licence en 2016.
  • Par rapport au niveau d’étude, les deux proposent les diplômes de licence et master.
  • En ce qui concerne la coopération avec entreprise, L’École Centrale de Pékin coopére avec EDF, SCHLUMBERGER, SNECMA, TOTAL, etc. SIAE est en partenaire avec Eurocopter, Airbus, Thales, Safran, etc.
  • Les deux proposent tous une formation d’ingénieur « à la française » : classes préparatoires et école d’ingénieur. Plus précisément, le premier cycle de 3 ans inclut une première année intensive de français et deux années de classes préparatoires scientifiques, suivi par 3 ans restantes le cycle ingénieur. La fin de la formation se déroule sur un stage ou une thèse.
  • Les enseignants chinois et français prennent en charge l’enseignement de base et de spécialité.

À travers des informations ci-dessus, nous pouvons résumer que les élèves assistent non seulement aux cours du français, mais aussi aux cours de mathématiques, physique et informatique en chinois et puis en français. Le fonctionnment de formation combine le modèle français et des spécificités de futurs élèves-ingénieurs chinois. La coopération gouvernementale déclenche ainsi la relation partenariale entre école et entreprise.

[1] Il s’agit des étudiants du baccalauréat (GaoKao).

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

4 modes d’enseignement du FOS en Chine

L’enseignement du FOS en Chine se présente des caractéristiques particulières. Selon Martin, l’enseignement du FOS « reste limité en Chine »[1]. D’un part, le système éducatif central contrôlé par le Ministère de l’Éducation détermine la demande institutionnelle. D’autre part, faute de demande faite par entrepirises, l’enseignement du FOS se limite au sein du cadre universitaire. Par conséquent, il existe en particulier quatre modes d’enseignement/apprentissage du FOS en Chine.

La demande du premier mode appartient au groupe socio-professionnel extérieur. Il existe donc une spécialité cible. Par exemple, à l’Université des Études internationales du Sichuan, la seule formation répond à la demande de la centrale nucléaire Daya Wan.

En ce qui concerne le deuxième mode, il résulte du projet de coopération dans une même université entre facultés de langue étrangère et de discipline non linguistique. Cette formation est destinée aux élèves qui préparent d’entrer dans des établissements en France.

Le troisième mode n’est pas très différent que le deuxième, car celui-ci concerne aussi deux discipline, le français et une autre spécialité. En suivant ce type de formation proposée par université, les élèves obtiennent double diplôme. Cela a pour objectif de renforcer la compétitivité des apprenants sur le marché du travail.

Par rapport au quatrième mode, il est contrôlé par Ministères de l’Éducation des deux pays. La formation s’inscrit dans programme de coopération gouvernementale. Quelques exemples célèbres : L’École Centrale de Pékin, la première Grande École d’ingénieurs francophones en Chine, l’Institut sino-européen d’ingénierie de l’aviation (SIAE), Université de technologie sino-européenne de l’université de Shanghai (UTSEUS), Institut franco-chinois de l’énergie nucléaire (IFCEN) à Zhuhai. Il en y a ainsi dans les domaines de sciences humaines et sociales, par exemple Institut franco-chinois de l’université Renmin de Chine.

[1] MARTIN Eva, 2005, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : demande institutionnelle et coopération franco-chinoise », Synergies Chine, n° 1, GERFLINT, p. 115.

BIBLIOGRAPHIE

MARTIN Eva, 2005, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : demande institutionnelle et coopération franco-chinoise », Synergies Chine, n°1, p. 115

XuYan, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : l’importance de la mise en place d’une interaction entre les parties impliquées dans un cours », Synergies Chine, n°3 – 2008 pp. 107-116

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Livre recommandé, Le français des affaires : théories, pratiques et approches d’enseignement

Je voudrais partager avec vous un livre sur le sujet de l’enseignement du FOS, intitulé Le français des affaires :théories, pratiques et approches d’enseignement. Comme son titre indique, ce livre de 249 pages se construit sur la base des trois angles : la théorie, la pratique et l’approche d’enseignement.

Après avoir lu ce livre, je le trouve une référence pratique au niveau théorique et appliqué. Sauf le seul inconvénient langagier : l’auteur écrit en chinois. Malgré des citations et termes français, la plupart de contenue est incompréhensible pour lecteurs qui ne comprennent pas les caractères chinois.

Avant de résumer le contenue du livre, je présente brièvement l’auteur. Li Yan, doctorat en FLE à l’Université des langues étrangères de Pékin, travaille actuellement à l’Université des Langues et Cultures de Pékin comme enseignante de français. Elle a obtenue ses diplômes de master à l’Université de Rouen en liguistique et à l’Université Paris 9 en économie. Sa recherche se concentre sur le français des affaires, l’enseignement du FOS et l’interprétation.

Destiné aux enseignants et rechercheurs du FOS, les neuf chapitres introduit le français des affaires et analyse la pratique et l’approche d’enseignement. Tout d’abord, un aperçu complet des concepts français des affaires explique la relation entre FOS et FLE et le développement des méthodologies. En second lieu, selon le triangle pédagogique, elle analyse des besoins, des compétences et la motivation de l’apprenant, ainsi que l’identité, la cognition et des méthodologies de l’enseignant. Ensuite, en appuyant sur des matériaux pédagogiques, elle discute les caractéristiques linguistiques du français des affaires et propose des programmes d’enseignement. Enfin, une réflexion sur des connaissances de base(vocabulaire, lecture, négociation), l’application des théories pertinentes et des méthodes modernes d’enseignement  conclut sa recherche.

En lisant ce livre, je profite de prendre des notes concernant l’approche constructiviste, binaire et thématique dans mes carnets, afin d’enrichir le support théorique de mon mémoire. Pour ceux qui sont intéressés par le français des affaires, je vous recommande ce livre riche de savoir et information. Aussi, si quelqu’un connaît des livres ou manuels sur FOS, n’hésitez pas de laisser votre bibliographie comme commentaire. Merci en avance !

BIBLIOGRAPHIE

Li Yan, (2017), Le français des affaires :théories, pratiques et approches d’enseignement, Pékin, Foreign Language Teaching and Research Press

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Réussir ses études d’ingénieur en français

Pour un(e) étudiant(e), effectuer des études à l’étranger n’est pas facile. À part l’obstacle langagier, les méthodologies et le règlement des études posent souvant des difficultés. Après avoir appris quatre ans le français en licence, j’ai fait énormément d’efforts afin d’intégrer aux études de master en France. Ce que je trouve plus difficile, c’est poursuivre un cursus non langagier dans un établissement en France ou dans un pays francophone. Cela nous dirige alors vers le FOS. Pour ceux qui travaillent sur le FOS, je vous recommande un livre clair et pratique, dont le titre est Réussir ses études d’ingénieur en français.

Ce livre de 240 pages est écrit par Catherine Carras, Océane Gewirtz et Jacqueline Tolas en 2014. Catherine Carras et Jacqueline Tolas enseignent dans le master Français langue étrangère (FLE) et au Centre universitaire d’études françaises (CUEF) de l’université Grenoble 3. La première est spécialiste de la didactiue du FOS. Océane Gewirtz est normalienne et professeur de la physique-chimie à l’Institut franco-chinois de l’énergie nucléaire, où elle a participé à fabriquer le curriculum de français scientifique.

Destiné aux apprenants dès le niveau B1, cet ouvrage peut être utilisé non seulement en classe avec un enseignant, mais aussi de façon autonome. Même quelqu’un comme moi qui n’a jamais fait des études d’ingénieur arrive à comprendre. En proposant plusieurs fiches d’entraînement, les sept chapitres ont pour objectif de guider l’apprenant à comprendre le fonctionnement de l’enseignement en France, ainsi à maîtriser la méthodologies des activités universitaires.

À partir du premier chapitre, les auteurs ont introduit différents types de cours, cours magistraux, travaux dirigés (TD) et travaux pratiques (TP), suivi par une analyse détaillée des structures linguistiques dans les énoncés et consignes lorsque la lecture de support écrit et copie d’examen. Dernièrement, les auteurs résument les spécificités des discours scientifiques pour que l’apprenant trouve son chemin sur l’apprentissage du vocabulaire et des formulations. Cela aide aussi à diriger un rapport de stage scientifique.

BIBLIOGRAPHIE

Catherine Carras, Océane Gewirtz et Jacqueline Tolas, (2014), Réussir ses études d’ingénieur en français, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

L’enseignement du FOS en Chine, l’etat actuel et enjeux

Vu que la communication culturelle et des échanges économiques entre la France et la Chine ont une histoire longue et se développent rapidement, l’enseignement du FOS n’est pas récent en Chine. D’ailleurs, dans le contexte actuel de mondialisation, les demandes de la formation de FOS ont tendance à accroître. La relation entre l’enseignement et le contexte culturel mérite plus de réflexion, puisque cela nous permet de mieux intégrer l’approche pédagogique selon la diversité du contexte culturel.

Cela me fait réfléchir naturellement sur la mise en place de la formation de FOS en Chine. Je me suis intéressée par conséquent de travailler sur des différences comparées avec le FOS en France, voire en Europe, des particularités exclusives selon le contexte culturel en Chine, des difficultés rencontrées et des perspectives d’avenir.

Selon Martin, l’enseignement du FOS « reste limité en Chine »[1]. Il précise qu’il n’existe que deux types de structures en termes des cours de FOS : les universités et les Alliances françaises. Faute de la demande des cours de FOS par des entreprises chinoises, « le macro-système dans lequel s’inscrit le système de l’enseignement / apprentissage du FOS est par conséquent le Ministère de l’Education Nationale chinois, ce qui implique que la demande est toujours institutionnelle et ne provient pas d’un groupe socioprofessionnel extérieur »[2].

Pour que nous puissions comprendre ce cas particulier, il nous faut tout d’abord préciser que le contexte culturel en Chine a depuis des milliers d’années formulé une société monolingue. Sous l’influence de mondialisation, les Chinois valorisent de plus en plus la maîtrise d’une voire plusieurs langues étrangères au sein du marché du travail, ainsi que le développement personnel. Par conséquent, l’enseignement et l’apprentissage des langues étrangères gagnent au fur et à mesure une place importante.

D’ailleurs, nous ne pouvons pas négliger que le français n’a pas encore une position prioritaire en Chine. Par rapport à l’anglais qui est intégré obligatoirement dans l’éducation scolaire et évalué lors de l’admission aux études supérieures, la langue française est considérée encore comme une langue étrangère minoritaire en Chine. « L’enseignement du FOS en Chine se situe sous le vaste chapeau de l’enseignement du français langue étrangère »[3]. Bien que l’enseignement du FLE devienne de plus en plus répandu pendant ces dernières années, l’enseignement du FOS a encore beaucoup d’espace à développer.

Malgré l’importance de la langue française dans la grande tendance de mondialisation et la relation étroite entre la France et La Chine, l’enseignement du FOS ne trouve pas encore sa place appropriée en Chine. Actuellement celui-ci reste encore à l’intérieur du système institutionnel, dont la plupart des établissements sont encadrés par la politique éducatives de coopération franco-chinoise.

Je me demande également la raison pour laquelle que le secteur privé ne montrent pas des besoins de former ses employées en français. Peut-être cela résulte du fait que l’anglais joue un rôle prédominant au sein de la société et des entreprise chinoises. A l’heure actuelle, à part du contexte culturel, des politiques éducatives en Chine et des politiques de diffusion de la langue en France restent parmi des éléments principaux qui orientent le domaine de l’enseignement du FOS, voire du FLE en Chine.

Enfin, je me permets de présenter ma bibliographie non exhaustive.

BIBLIOGRAPHIE

Bulletin officiel du Ministre de l’éducation nationale, 2013, « Le référentiel des compétences professionnelles et des métiers du professorat et de l’éducation »,  n° 30 du 25 juillet 2013.

CUQ J.-P., GRUCA I., 2005, Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, 2e éd., Presses universitaires Grenoble.

FU Rong, « Politiques et stratégies linguistiques dans l’enseignement supérieur des langues étrangères en Chine nouvelle », Synergies Chine, 2005, n°1, GERFLINT, pp. 27-39.

MANGIANTE Jean-Marc, PARPETTE Chantal, 2004, Le Français sur Objectif Spécifique : de l’analyse des besoins à l’élaboration d’un cours, Hachette, Paris.

MARTIN Eva, 2005, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : demande institutionnelle et coopération franco-chinoise », Synergies Chine, n° 1, GERFLINT, pp. 110-119.

RICHER Jean-Jacques, 2008, « Le français sur objectifs spécifiques (F.O.S.) : une didactique spécialisée ? », Synergies Chine, n° 3 – 2008, pp. 15-30.

RICHTERICH R., 1985, Besoins langagiers et objectifs d’apprentissage, Hachette, Paris.

XU Yan, 2008, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : l’importance de la mise en place d’une interaction entre les parties impliquées dans un cours », Synergies Chine, n° 3 – 2008, pp. 107-116.

XUE Bing Ding, 2015, « Analyse d’une situation d’enseignement-apprentissage du Français sur objectif universitaire en école d’ingénieurs implantée en Chine », Linguistique.

YANG Yanru, 2008, « Le français sur objectifs spécifiques en questions », Synergies Chine, n° 3 – 2008, pp. 49-58.

SITOGRAPHIE

Le site internet du FOS.COM de l’université de Montpellier III : http://www.le-fos.com

Le site internet de l’ambassade de France en Chine : http://www.ambafrance-cn.org/Les-instituts-franco-chinois-de-25891

[1] MARTIN Eva, 2005, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : demande institutionnelle et coopération franco-chinoise », Synergies Chine, n° 1, GERFLINT, p. 115.

[2] MARTIN Eva, Op, cit., p. 115.

[3] Yang Yanru, 2008, « Le français sur objectifs spécifiques en questions », Synergies Chine, n° 3 – 2008, p. 56.

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

la conférence FOS, Le 18 janvier 2017

Je voudrais partager avec vous les idées principales d’une conférence que j’ai assistée en janvier. Cette conférence s’articule sur le français sur objectif spécifique (FOS). Il s’intitule « le français sur objectif spécifique, aujourd’hui: une démarche en pleine évolution ».

La conférence était exposée par JEAN-MARC MANGIANTE. Titulaire de professeur de l’université d’Artois, ce Monsieur se spécialise dans l’analyse de discours spécialisés et la didactique du français sur objectif spécifique et universitaire. La conférence a eu lieu dans une bonne ambiance, après l’introduction du thème à aborder et le chercher à exposer de Mme. Cavalla, le professeur nous a présenté ses recherches sur le FOS.

Le FOS est apparu en réponse aux besoins spécifiques des gens qui vivent dans un monde où la mobilité manifeste importante sans précédent. Les gens se déplacent davantage dans les pays différents, les étudiantes visent à suivre leur étude partout dans le monde. Le besoin de communiquer ou de réaliser des tâches s’accroit dans la vie professionnel et universitaire. Le français est une langue largement partagée par le monde, et les gens travaillant ou étudiant dans les pays francophones font face souvent au besoin de l’apprendre. Les apprenants de français ici n’apprennent plus le français avec n’importe quel objectif. En revanche, ils portent souvent un objectif très précis, soit professionnelle, soit universitaire. S’inscrivant dans cette situation, le développement de la didactique du FOS s’avère plus urgent que tous les moments dans l’histoire.

Comment concevoir la didactique du FOS? Avec quelle démarche?

Le professeur propose de suivre cette procédure: identifier tout d’abord la demande de formation, puis analyser les besoins des apprenants, une fois les besoins repérés, collecter des données sur le terrain afin de les analyser pour créer des séquences didactiques. Prenons une entreprise comme exemple, pour créer des cours de FOS pour les effectifs d’une entreprise, il faut en premier temps construire une équipe des didacticiens. Cette équipe doit travailler en collaboration avec l’entreprise afin d’identifier des besoins et de recueillir des données à analyser. Lors de cette démarche, plusieurs méthodes peuvent être mobilisées: l’entretien, le questionnaire, etc. Même les différents postes seront pris en compte pour préciser les besoins d’apprentissage. Les données peuvent être plus largement les connaissances du secteur de l’entreprise mais aussi plus étroitement les documents internes de l’entreprise. Tout constitue un corpus qui permettrait de dégager des connaissances linguistiques et professionnelles, autour desquelles, les séquences pédagogiques seront élaborées.

Cette présentation des démarches pour construire la didactique du FOS m’a bien impressionné et m’a amené à réfléchir sur le statut du FOS en Chine et la démarche employée par les didacticiens chinois dans les universités. Grâce au bon avancement des relations sino-françaises, les Universités chinoises lancent beaucoup de programmes collaboratifs avec les universités françaises. Les étudiants chinois bénéficiant des programmes pourraient avoir l’opportunité de poursuivre leur étude en France. Avant de les envoyer en France, les universités chinois ont tendance à les former en langue française. Mais les cours sont toujours de cours élaborés dans le cadre du français langue étrangère ou du français général. Cela ne permet pas une appropriation efficiente dans un domaine donné et les étudiants rencontrent toujours des problèmes lorsqu’ils entrent en France.

Une professeure de français en Chine a constaté dans son article que le FOS en Chine se caractérise toujours par la juxtaposition du cours de français général avec le cours de spécialité. Les deux sont étanches de l’un à l’autre ( Yan XU, 2008 ). Avec cet aménagement, les étudiants chinois doivent mobiliser deux activités cognitives différentes et doubler leur effort lors de leur apprentissage. Non seulement les universités, les entreprises chinoises ont aussi cette vision de juxtaposer l’enseignement du français général en dehors du travail pour créer des personnes en langue française. Par exemple, l’entreprise étatique que j’ai travaillé pour trois ans.

Cette conférence me permet de bien comprendre ce qu’est une vraie didactique du FOS et de reconnaître les carences présentes en Chine afin d’approcher un jour la didactique du FOS en Chine vers le modèle français.

Bibliographie:

▪ Jean-Marc MANGIANTE. (s. d.). Consulté 19 février 2017, à l’adresse http://grammatica.univ-artois.fr/Equipe/Membres-permanents/Jean-Marc-MANGIANTE

▪ Jean-Marc MANGIANTE. La conférence le 18 janvier 2017 à l’Université de Sorbonne Nouvelle,«Le français sur objectif spécifique, aujourd’hui: une démarche en pleine évolution».

▪ Yan XU, 2008. L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : l’importance de la mise en place d’une interaction entre les parties impliquées dans un cours in Synergies Chine n°3, p107-116, l’accès en ligne: https://gerflint.fr/Base/Chine3/xu.pdf

Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Vous vous intéressez à l’enseignement du Français sur objectifs spécifiques ?

L’Association de Didactique du Français Langue Etrangère (ASDIFLE) organise, le 31 mars 2017, une journée professionnelle consacrée à la thématique du Français sur objectifs spécifiques. L’évènement se tient à l’Alliance française de Paris. Venez nombreux !

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Pour ne pas oublier les carnets…

Chers carnettistes,

Jusqu’à présent, on a tous (ou presque tous) « ouvert » les carnets en s’appuyant sur la méthode de Bruno Latour. Il y en a qui sont déjà pleins de références, de notes, de citations, de questions, de rencontres, d’idées etc., d’autres moins. En tout cas, la fin d’année est là, donc le temps de jeter un coup d’œil dans nos carnets  et de résumer tout ce qu’on a fait, où on est et de bien préparer notre « sac de voyage » pour la rédaction de mémoire. Dans ce sens, je vous propose un aperçu des colloques, des conférences, des journées d’études et des séminaires à venir qui pourraient nourrir la réflexion sur les sujets divers (liés directement ou pas à nos sujets de mémoire ou à la pratique d’enseignement). Pour rester bien dans le rythme de ce semestre (beaucoup de colloques et de rencontres enrichissantes), je vous présente  ces événements dans l’ordre chronologique. Alors, prenez vos carnets dans les mains !

  1. Décamper, soirée de débat, projection et concert

À l’occasion de la publication du livre-CD Décamper en novembre, le Musée de l’histoire de l’immigration organise une soirée de débat autour des thèmes de l’exil et des politiques migratoires récentes. Étant donné que la migration a un impact fort sur les politiques linguistiques éducatives et sur la didactique des langues, ce sera une bonne occasion d’assister à ce débat pour ceux qui s’intéressent à ce sujet.

Les intervenants dans ce débat font partie des auteurs de cet ouvrage :

Michel Agier (ethnologue et anthropologue), Maryline Baumard (journaliste), Jean-François Corty (médecin).

Le débat sera enrichi par la projection du film de Sylvain George Nocturne Blanc-Chasseur.

Date : Vendredi 6 janvier 2017, 19 :30

Lieu : Le Musée de l’histoire de l’immigration

Adresse : 293, avenue Daumesnil 75012 Paris

Accès : gratuit

Plus d’informations : http://www.histoire-immigration.fr/2016/12/decamper

  1. Le FOS aujourd’hui : une démarche en pleine évolution

Pour ceux qui travaillent sur le FOS, une conférence de J.M. Mangiante aura lieu dans la salle Bourjac, à la Sorbonne.

Date : Mercredi 18 janvier 2017, 14 :00-16 :00

Adresse : 17 rue de la Sorbonne

Site : http://www.univ-paris3.fr/j-m-mangiante-le-fos-aujourd-hui-une-demarche-en-pleine-evolution-417516.kjsp?RH=1268219980647

  1. iLearning Forum Paris 2017

Pour tous les passionnés des technologies dans le domaine de l’apprentissage, cet événement est incontournable !

Ce salon propose les dernières nouveautés en matière d’e-learning et englobe des ateliers, des tables-rondes et des conférences. Une partie du programme est dédiée à l’apprentissage des langues et au monde de l’éducation. Dans cette optique, les thèmes abordés sont l’évaluation et l’accompagnement des apprenants, la pédagogie e-learning dans l’apprentissage des langues, l’éducation et l’innovation, la création du contenu etc.

Date : les 24 et 25 janvier, 9:00-18 :30

Lieu : L’espace Champerret de Paris, hall A

Accès : gratuit

Plus d’informations : http://www.ilearningforum.org/fr/2016/12/05/ilearning-forum-2017-transformation-digitale-de-formation-programme-de-plus-de-25-conferences-temoignages-demonstrations/

  1. Journée didactique : recherches croisées en collaboration avec le DILTEC

La journée organisée par l’équipe de recherche Sesylia (Semantics and Syntax – Language in Action) dans le cadre de leur séminaire 2016-2017.

Cette équipe mène les recherches sur la langue anglaise  en les croisant aussi avec la langue française et les autres langues.

Date : Vendredi 10 février 2017

Plus d’informations : http://www.univ-paris3.fr/seminaires-sesylia-2016-2017-135829.kjsp

  1. L’Apprentissage des Langues et Cultures en Tandem dans l’Enseignement Supérieur ou Secondaire (ALCTES)

Les communications de ce colloque international s’inscrivent dans les axes tels que l’évaluation, les ressources pédagogiques, techniques et humaines, la formation et l’environnement d’apprentissage. Dans le cadre de l’apprentissage des langues et cultures en tandem, les chercheurs traiteront les questions de l’autonomie de l’apprenant, de l’autoévaluation, des formes de soutien aux apprenants dans l’autoévaluation, le potentiel de ce type d’apprentissage etc.

Date : les 23 et 24 mars 2017

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Accès : inscription gratuite pour les étudiants

Plus d’informations : http://www.univ-paris3.fr/l-apprentissage-des-langues-et-cultures-en-tandem-dans-l-enseignement-superieur-ou-secondaire-alctes-tandem-language-and-intercultural-learning-in-higher-or-secondary-education-settings-388713.kjsp

  1. L’hétérogénéité dans la classe de langue. Comment et pourquoi différencier ?

L’hétérogénéité dans la classe n’est plus rarissime. Bien au contraire. Cette diversité linguistique et culturelle touche tous les acteurs dans le processus d’enseignement-apprentissage des langues. D’une part, l’enseignant doit valoriser les profils plurilingues de leurs apprenants. D’autre part, l’apprenant a à reconnaître la singularité de son parcours langagier et de son origine. La gestion d’une telle classe se montre complexe. Elle exige une préparation et une organisation spécifique de la part de l’enseignant.

Cette journée vise à mettre en exergue le lien interdépendant entre la société et la classe de langue. Les communications tenteront de répondre à un questionnement concernant l’enseignant (comment gérer une classe hétérogène, que faire quand on a dans une classe des locuteurs natifs et non natifs d’une langue, quelles activités à faire etc.) et l’apprenant (comment tirer le profit bénéfique de sa différence pour tout le groupe, comment ne pas se sentir isolé dans sa différence etc.)

Date : Jeudi 11 mai 2017, 8 :30-19 :00

Lieu : Inalco

Adresse : 65 rue des Grands Moulins

Plus d’informations : http://www.inalco.fr/evenement/heterogeneite-classe-langue-differencier

En tant que carnettiste,  je vous souhaite une très bonne année, pleine de découvertes et que nos carnets soient pleins de nouvelles idées, de rencontres enrichissantes, des échanges et des réflexions!

Joyeuses fêtes à tous et à toutes!

 

 

 

 

 

 

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Le château de cartes

(un professeur demande à ses élèves de lui expliquer chacun leur tour, leur sujet de mémoire afin de former des groupes de travail en se basant sur les intérêts de recherche de chacun.)

P = Professeur

E= Etudiant

P: (se tourne vers un étudiant) Et vous, votre sujet de mémoire ?

E: Moi, j’aimerais m’intéresser au développement des cours de cuisine en FLE sans objectif professionnel, aux Etats­Unis. Je voudrais questionner ce phénomène : est ce que ces cours de fle à travers une discipline non linguistique répondent à une demande spécifique des apprenants américains ? Comment ils s’intègrent dans le paysage des cours de fle là-­bas ? Est ce qu’ils s’inscrivent dans une évolution des méthodologies de l’enseignement des langues étrangères ou est ce qu’il sagit d’un développement commercial ? … voilà …

P: Oui, donc c’est le F.O.S. !

E: (expression de surprise)… euh…

P: Et bien si, c’est du français avec un objectif spécifique !

E: Oui mais là ça n’est pas à visée professionnelle, c’est juste … pour le loisir.

P: Oui mais il y a quand même un objectif spécifique, c’est la cuisine !

E: euh … oui …

P: Et bien voilà donc c’est le F.O.S. ! Il faut que vous reveniez sur la définition du F.O.S. ! Lisez des ouvrages sur le sujet. Je pense que vous avez une fausse image de ce qu’on entend par F.O.S. .

E: Ah oui … surement parce qu’en effet je n’y avais pas du tout pensé en réfléchissant à mon sujet … mais oui … d’accord…. (l’élève a l’air sous le choc et attrappe son carnet de recherche pour y inscrire en grosses lettres « F.O.S. » en prenant soin de souligner le sigle trois fois)

P: Bien. (elle se tourne vers un autre étudiant)  Et vous ?