Archives par mot-clé : fonction linguistique

Deuxième séance du cercle d’étude “Langage”

Cercle « Langage : apprentissages langagiers »

Ouvrage et revue à l’étude :

Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, tome 1, Paris, Gallimard, « Tel », 1966.

Le Français aujourd’hui n° 174 (« Penser à l’écrit »), septembre 2011.

Parrainage :

Jacques David (Centre de recherche textes et francophonies – EA 1392,  Université de Cergy-Pontoise ; rédacteur en chef de la revue Le Français aujourd’hui)

Animateurs : Serge Martin et Dominique Lefebvre

Dates du cercle : 17 octobre (17-20) ; 21 novembre (14-17) ; 27 mars (14-17) et 10 avril (17-20).

Deuxième séance : mercredi 21 novembre 2012 de 14h. à 17h.

La séance du cercle d’étude se déroule en deux moments principaux : on reprend la lecture de l’article de Jacques David et Sandrine Fraquet dans Le Français aujourd’hui puis lecture des p. 25-31 des PLGI pour ouvrir un débat sur la notion de « fonction ».

1.      On lit successivement les deux textes.

a.      réaliser un glossaire parallèle pour l’un et pour l’autre

b.     penser à ce qui analogiquement pourrait s’engager pour chacun dans ses propres recherches : les notions clés à conceptualiser et les matériaux à récolter-observer.

2.      Ouvrir une controverse autour de la notion de fonction de l’écrit

a.      y a-t-il un danger à associer facilement fonction et signal ;

b.     peut-on séparer pensée, langage et société (p. 27 en bas) autrement que pour les besoins de la démonstration mais pas dans l’activité d’apprentissage, dans la connaissance, dans la vie ?

Les étudiants présents (et absents) peuvent réaliser des billets en particulier pour développer un glossaire (avec citations précises) sur l’écriture mais également toutes les autres notions abordées et les relier à d’autres propositions prises dans leurs lectures pour leur projet de recherche.

____

Lecture de l’article de Benveniste, “Coup d’oeil sur le développement de la linguistique” (1963). Après un survol de la première partie de l’article  consacrée à la notion de forme linguistique, on lit de près la seconde partie consacrée à celle de fonction (p. 24-31).

L’intérêt de cette lecture est double:

l’écriture et donc la méthode de recherche de Benveniste;

la problématisation de la notion de “fonction linguistique”.

Benveniste a une écriture d’une très grande clarté qui toutefois construit une méthodologie d’une grande complexité.

Après avoir posé une hypothèse qui à la fois semble partir du bon sens (ou sens commun) linguistique et tout de suite transformer ce dernier en un immense problème anthropologique, Benveniste voit “surgir de graves problèmes”, c’est-à-dire des objections qu’il va lever progressivement pour aboutir à une reformulation de la problématique première. On peut résumer ainsi ce premier saut ou déplacement épistémologique où Benveniste passe d’un registre philosophique à un registre anthropologique :

1. Le langage re-produit la réalité

=> proposition intermédiaire : Le langage reproduit le monde mais en le soumettant à son organisation propre, laquelle est intersubjective

2. C’est dans et par la langue qu’individu et société se déterminent mutuellement.

Le second moment du texte va ouvrir une reproblématisation qui s’appuie sur une dissociation notionnelle entre symbole et signal puis par une analogie forte entre pensée et langage conduisant Benveniste à définir le langage sur deux plans : physique et immatériel, le langage offre le modèle d’une structure relationnelle entre une langue et une culture, entre un sujet et un autre sujet.

De cette médiation relationnelle, Benveniste tire la conséquence essentielle à une dernière problématisation : une telle expérience fait du langage le fondement de la société (dimension anthropologique) et de la langue-culture la situation toujours multiple de ces expériences (dimension historique).

Benveniste conclut par une ouverture du problème en demandant de nouvelles recherches vers “une véritable science de la culture”.

Ce texte est d’une grande densité mais il nous montre que d’une part, la notion de fonction ne peut être réduite à un instrumentalisme simplificateur réduisant langage et langue à un outil quand ils demandent une anthropologie et une histoire, et, d’autre part, que cette notion ouvre à une réflexion très riche sur ce qu’on appelle maintenant la littéracie qu’il ne faudrait pas non plus réduire à un domaine d’activités humaines séparées des autres.

Il nous faudra observer plus tard dans le cercle d’étude comment Benveniste continue une telle démarche jusque dans des problèmes apparemment plus techniques et nous nous promettons d’observer de près, par exemple, ce qu’il fait avec des notions courantes et techniques comme celles des pronoms.

 

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus