Archives par mot-clé : Enfant

Les rencontres dans le temps (atlas pour le mémoire)

Mon mémoire : « Le Petit Prince de Saint-Exupéry en Chine : didactiques, traductions, transferts »

Chen 1Chen 2
La vie en exil

 

Image 12

(Le Petit Prince crée) un univers hors du monde et hors du temps […] ou peut-être plus exactement un entre-deux, entre deux mondes, entre deux moments. (DÉXHANET-PLATZ : 2013)

 

Image 7

Cette fonction de passage est d’ailleurs bien soulignée par les quelques rares humains qui traversent ces lieux : aviateur naufragé, petit prince « tombé » dans le désert après ces tribulations de planète en planète, […] et jusqu’au lecteur à qui il pourrait arriver de « passer par là » […]. (DÉXHANET-PLATZ : 2013)

 

Image 2

La vie colorée mais très courte de San Mao est toujours un mythe aux yeux de ses lecteurs. Écrivaine taiwanaise très connue dans les années 70 et 80 en Chine, elle dépense toute sa vie en voyage, ou plus précisément, en recherche, en exil. Elle a créé sous sa plume un monde romantique où les légendes d’amour et d’humanisme se mettent en scène.

 

Image 3, Image 11

A l’âge de 24 ans, San Mao s’est mise en une interminable errance pour trouver son pays idéal. Elle s’est donné un prénom occidental : Écho, comme l’écho qui est libre pour s’envoler entre les chaînes de montagnes et les immenses forêts. « Je suis une âme libre », elle le dit toujours. Elle est allée dans le désert de Sahara, s’est mariée à l’étage du bureau de poste où Saint-Exupéry a travaillé (transporter les courriers) et y a vécu pendant 6 ans jusqu’à la mort de son bien aimé, He Xi. Sur ce, un autre exil commence…

 

Confrontation à la solitude et tentation de la mort

 

Image 1

Nous sommes, dans le désert […], entre deux pays, deux continents. On peut ajouter, pour Le Petit Prince, entre deux planètes et, pour ces enfants, entre la vie et la mort. (DÉXHANET-PLATZ : 2013)

 

Ce besoin de combler une solitude, qui le mène de planète en planète, ne lui permet pas de rencontrer véritablement les homes, à l’exception du narrateur. (DÉXHANET-PLATZ : 2013)

 

Image 5

Enfante, San Mao est déjà envahie par le sentiment de la solitude. Très sensible, elle n’arrive pas à accepter l’affrontement entre elle et le professeur dans l’école, cela fait le commencement des années de vie enfermée dans sa chambre où la lecture, l’écriture et le dessin restent ses compagnons fidèles. A l’époque, ses ouvrages sont souvent obsédés par une tentation de la mort :

 

Je commence à comprendre ce dont je désire ardemment. Impatients, on attend encore et encore l’arrivée des printemps, sans se rendre compte que les moments du bonheur ne viendront jamais. Ce que nous attendons est en effet un retour vers le tout début, une fusion dans la terre, la mort.[1] (San Mao : 1976)

 

Image 10

A cette image du voyage se surimpose celle de l’immobilité forcée : la panne de moteur […]. Cet espace-temps est donc celui d’une attente, d’un sursis, lieu de partance pour le ciel, pour la terre (comme le dit le serpent : « Celui que je touche, je le rends à la terre dont il est sortie » et d’ajouter : « Mais tu es pur et tu viens d’une étoile »), lieu d’un immuable départ qui est celui de la mort. (DÉXHANET-PLATZ : 2013)

 

Elle (la mort) est toujours présentée comme évidente : le petit prince est mordu par le serpent et s’écroule sur le sable […]. (DÉXHANET-PLATZ : 2013)

 

Les enfants-adultes ou adultes-enfants

 

Image 9

Alain Montandon remarque également que l’« aviateur  du Petit Prince doit être victime d’un accident d’avion pour retrouver une image de soi enracinée dans l’enfance ». (DÉXHANET-PLATZ : 2013)

(Le Petit Prince met en son) cœur ce dialogue entre deux âges en permettant aux lecteurs adultes de redécouvrir l’enchantement, la capacité d’émerveillement, le formidable don d’affection de l’enfance. Mais pas seulement, […] (son narrateur fait) exister un monde où l’enfance peut s’adresser aux lecteurs, et même, à des lecteurs qui lui ressemblent […]. (DÉXHANET-PLATZ : 2013)

[…] et Le Petit Prince entrent donc de manière particulièrement problématique et vivante dans la catégorie de la « littérature pour la jeunesse », jouant sur sa double adresse et renvoyant les deux publics en miroir. (DÉXHANET-PLATZ : 2013)

 Chen 3

Image 2

Au fond du cœur, San Mao est une enfante qui n’a jamais grandi. La pureté et la simplicité, c’est tout ce qu’elle veut de sa vie. C’est aussi pourquoi elle voyage si loin, au milieu du désert de Sahara, au fond de la forêt vierge sud-américaine, pour vivre dans un univers hors du monde, sinon avec les peuples naturels et non urbanisés. Ci-présente un dessin fait par San Mao pour décrire une période de vie tranquille dans la montagne. On voit qu’elle se présente sous la forme du petit prince (avec une écharpe) et accompagnée de « sa rose » et de « son petit renard » assis sur le toit.

 

 

Référence :

Fanny Déchanet-Platz, 2013, « L’enfance et l’expérience du vide dans L’Enfant de la haute mer et Le Petit Prince », Strenae [En ligne], 6|2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 14 novembre 2014. URL : http://strenae.revues.org/1090

San Mao, 1976, Les saisons de pluies ne viennent plus, Maison d’édition Huang Guan.

 

Sources des images :

1. http://quebec.huffingtonpost.ca/karim-akouche/j-epouserai-le-petit-prince_b_5456523.html

2. http://crownecho.pixnet.net/blog

3. http://wenzhai.baike.com/article-918459.html

4. https://upload.wikimedia.org/

5. http://www.china.com.cn/book/txt/2009-01/07/content_17067011_2.htm

6. http://johnliujin627.blog.163.com/blog/static/102608182201067102320783

7. http://www.lepetitprince.com/oeuvre/lauteur/

8. http://www.lerif.net/EEH/EEHter/musee/personnages.html

9. https://germainbonnel.wordpress.com/2013/06/22/autour-de-citadelle-dantoine-de-saint-exupery/

10. http://www.ebooksgratuits.com/html/st_exupery_le_petit_prince.html

11. http://www.mafengwo.cn/i/917057.html

12. http://www.brainpickings.org/2014/03/10/antoine-de-saint-exupery-letter-to-a-hostage-sahara/

 


[1] Traduit par moi-même.

L’enseignement précoce du FLE dans les écoles privées grecques de Thessalonique

                                                                                                  Vasileiadou Savina

Enseigner le fle aux enfants est un acte éducatif qui, comme toute démarche éducative, doit contribuer au développement de la personne. Le terme « précoce » qui qualifie d’ordinaire quelque chose qui arrive avant l’heure ou l’âge requis, laisse supposer qu’il existerait un âge « normal » pour l’apprentissage des langues, celui de l’entrée dans le secondaire. La première partie de notre étude vise à présenter le statut de la langue française dans l’enseignement grec public et privé. Dans l’enseignement public en Grèce, la première langue étrangère enseignée dès la troisième classe de l’école primaire est l’anglais. Deux ans plus tard, les enfants peuvent choisir entre le français et l’allemand. La deuxième langue est alors enseignée obligatoirement pendant deux ans à l’école primaire et pendant trois ans au collège, en raison de deux heures par semaine.  Pourtant, dans certaines écoles privées le français est enseigné dès l’école maternelle ainsi que tout au long de l’école primaire. À Thessalonique, il y a deux écoles privées, appelées « écoles greco-françaises » où la langue française a un statut très important puisqu’elle est enseignée en raison de 3 même 4 heures par semaine. L’école « De La Salle » serait notre terrain d’étude. Le Ministère grec a lancé une série des manuels en 2008 mais qui sont destinés que pour les classes du collège. Ainsi, les enseignants grecs qui travaillent dans des écoles maternelles et primaires privées ont la possibilité de choisir eux-mêmes le manuel qu’ils vont utiliser. Après la présentation des résultats de notre enquête, nous voudrions proposer des pistes didactiques afin que le cours du FLE soit plus amusant et créatif pour les enfants. Car, à cet âge il est important de leur faire aimer la langue française. Ainsi, ils créeront des images positives et peut-être plus tard il y aurait plus de possibilités pour eux de choisir le français comme langue de prédilection. Dans une perspective plus large, cette situation aiderait à la promotion de la Francophonie en Grèce.

BIBLIOGRAPHIE

Vanthier Hélène, L’enseignement e aux enfants en classe de langue, Paris, CLE, 2009

Gaonac’h Daniel, L’apprentissage précoce d’une langue étrangère, Paris, Hachette Education, 2006.

Porcher Louis, Dominique Groux, L’apprentissage précoce des langues, Paris, PUF, Que sais-je?, 2003.

O’Neil Charmian, Les enfants et l’enseignement des langues étrangères, Paris, Credif, Hatier/Didier, 1993.

 

Comment l’école peut elle aider les enfants à la lecture des images mobiles ?

Pour mon travail de recherche, j’ai choisi de m’intéresser aux rapports qu’entretiennent les enfants avec les écrans ( qu’il s’agisse de la télévision de l’ordinateur ou encore de la console de jeu ), et plus particulièrement d’observer la façon dont l’école peut être un médiateur pour apprendre à comprendre le langage des images, leur force, leur intérêt et aussi les dangers qu’elles peuvent comporter.

Ma réflexion a démarré à partir de l’observation de mes propres enfants. Âgés de 5 ans et demi et onze ans et demi, ils ont dans le cadre familial différents médiums tels que l’ordinateur, la télévision, une console branchée à la télévision et deux consoles portatives. J’ai pu observer à quel point ils peuvent être happés par les écrans et rester absolument passifs quand il s’agit de télévision. En ce qui concerne les jeux sur écran, les enfants sont dans une attitude moins passive, même s’ ils sont comme hypnotisés. Reste le cas de l’écran de l’ordinateur qui lui, mixe les deux attitudes de réception dans la mesure où les enfants commencent souvent leur visionnage par une démarche volontaire, ils vont sur internet pour rechercher un jeu, une vidéo, mais très vite les écrans interfèrent et neutralisent leur choix.

Ce sur quoi je souhaite me pencher est le rôle que l’école peut jouer par rapport à ce phénomène qui s’est amplifié ces dernières années.

J’ai constaté que beaucoup d’initiatives de prévention se déroulaient ponctuellement dans certains établissements scolaires,désignés par divers termes génériques  : «   Semaine sans écran  » ou «   Défi sans écran  »    .

On assiste également à la mise en place systématique des TICE via les programmes scolaires à l’école puis au collège  ; cette initiative visant à l’éducation des enfants envers le monde informatique et des dangers qu’il comporte.

Je m’interrogerai donc sur la portée de ce type d’initiatives, à savoir si ces projets ont un réel impact sur le rapport que les enfants entretiennent avec les écrans.

Je me questionnerai alors sur des projets différents qui viseraient  à éduquer les enfants au langage des images mobiles.

Ne serait-il pas plus pertinent de les sensibiliser au langage des images, à la richesse qu’elles peuvent contenir mais également à leur pouvoir d’attraction, de séduction, ainsi qu’aux mécanismes mis en place pour faire passer un message de quelque nature soit-il ( informatif, artistique, ludique, etc. )

Plutôt que d’intervenir de manière ponctuelle et dans un rayon d’action limité, cette hypothèse de travail tendrait à faciliter la compréhension des contenus proposés.

Dans le cadre de mon stage, j’ai interviewé des enfants de CP. Je précise que ces entretiens se sont déroulés individuellement afin de ne pas laisser de place à l’influence naturelle que les enfants peuvent avoir entre eux quand ils sont en groupe. Je préciserai dans un prochain billet les questions proposées.

Il s’agissait dans un premier temps de leur poser des questions relatives à leurs pratiques. A titre d’anecdote, quand j’ai demandé aux enfants de me donner une définition du mot écran, aucun ne m’a parlé de cinéma. Il s’agira donc de considérer ce point qui est selon moi révélateur des pratiques culturelles actuelles ou encore de vérifier s’il n’est pas uniquement dû à l’âge des enfants interrogés.

Un jeune garçon m’a donné comme définition, «   un carreau comme sur une fenêtre ou un pare brise  », l’idée de fenêtre me semble très intéressante à retenir. L’image de l’écran comme une fenêtre par laquelle on regarde le monde, la fenêtre par laquelle on peut s’échapper, ou encore la fenêtre par laquelle on peut être vu…

Dans un deuxième temps,mes questions concernaient le type de programme ou de jeux visionnés et plus particulièrement, je cherchais à savoir s’ils avaient conscience d’être confrontés à des images violentes, effrayantes.

Enfin, je leur ai demandé si au sein de l’école,ils avaient déjà travaillé avec des enseignants ou des intervenants extérieurs sur le sujet du rapport des enfants aux écrans ou sur les moyens techniques mis en œuvre pour la création d’images animées.

C’est effectivement sur ce dernier point qu’il me semble urgent de s’interroger aujourd’hui au regard de la gigantesque mutation qui s’opère au sein de la société. N’est-ce pas le rôle de l’école de prendre en charge une part de l’éducation à la lecture des images afin de donner aux enfants les clés nécessaires à une bonne appréhension de ce type d’information.

Pour mon travail de recherche, je compte m’appuyer en partie sur les réflexions menées par Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, directeur de Recherches (HDR) à L’ Université de Paris Ouest Nanterre, j’ai consulté son site internet, sergetisseron.com et ai pu y trouver, une approche théorique, sociologique, culturelle et éducative faisant écho aux questions que je me pose quant aux rapports des enfants aux écrans.

En effet, plusieurs articles traitent des questions du rôle de l’école quant à l’appréhension des nouvelles technologies, mais aussi de la façon dont les jeux vidéos doivent être pratiqués, ou encore de l’apprentissage d’un bon usage de la télévision.

Je m’appuierai également sur l’ouvrage de Philippe Mérieu,  L’enfant, l’éducateur et la télécommande. Le concept de sidération développé par Jean Baudrillard et repris  dans cet ouvrage par Philippe Mérieu me paraît être un bon outil pour démarrer une analyse des comportements des enfants face à un écran.

Egalement dans cet ouvrage, Philippe Mérieu nous questionne au sujet du pouvoir éducatif et de sa capacité à exister à côté, avec ou contre la télévision.

Enfin, je travaillerai à partir d’un dossier paru en Avril 2008 dans Le Monde de l’Education, L’élève Numérique, traitant de la pédagogie appliquée à la culture numérique, des Tice, et des «  Digital Natives  ».

Bibliographie  :

BOURDIEU Pierre, Sur la Télévision, éd.Liber, Paris 1996.

CLEMENT Catherine, La nuit et l’été, éd. Seuil/La documentation Française, Paris, 2003.

JOLY Martine, Introduction à l’analyse de l’image,éd.Armand Colin, 2005.

KRIEGEL Blandine, La violence à la télévision, éd. Puf, Paris, 2003.

MERIEU Philippe et LIESENBORGHS Jacques, L’enfant, l’éducateur et la télécommande,

Quartier Libre, éd. Labor, 2005, Bruxelles.

 

La télévision, les Essentiels d’Hemès, CNRS EDITIONS.

 

L’Education aux médias de la maternelle au lycée, scérEn, CNDP.

 

L’élève Numérique, comment pensent et apprennent les Digital Natives, Le Monde de l’Education N°368, Avril 2008.

 

Sitographie  :

http://www.sergetisseron.com/ consulté le 10/12/2012

http://www.ecoconseil.org/decouvrir-nos-actions/sensibilisation-et-formation/le-defi-10-jours-sans-ecrans consulté le 29/11/12

http://semaine-sans-ecran.over-blog.com/ consulté le 23/10/12

 

 

 

Illustration_Serge_Tisseron_©_Miss_Tinguette