Archives par mot-clé : émotion

Exprimer, interpréter et susciter des émotions dans une langue étrangère: un défi didactique et interculturel.

La joie, la tristesse, l’étonnement, la colère, le doute, autant d’émotions et de sentiments dont on apprend le champ lexical dès les premières étapes de l’apprentissage d’une langue. Mais quel individu dira réellement  »tu me fâches ! » ou  »tu me fais sortir de mes gonds ! » pour faire comprendre à la personne en face de lui qu’elle l’agace sérieusement?

Le langage regorge de manières quasi infinies d’exprimer une émotion. Que ce soit à l’oral ou à l’écrit pour les langues possédant un système d’écriture, ou que ce soit à travers le verbal, le para-verbal et le non-verbal. Si l’on mentionne les travaux d’Albert Mehrabian ayant conduit à la probabilité selon laquelle ces deux derniers constitueraient plus de 90% de la communication de nos sentiments au détriment du verbal (seulement 7%), on pourrait se demander la raison pour laquelle c’est pourtant cette dernière composante de la communication qui est mise en avant dans l’enseignement et l’apprentissage de l’expression de nos émotions.

Le lexique d’une langue est évidemment nécessaire à son apprentissage, mais les différentes connotations sous-jacentes à ce lexique le sont tout autant si l’on veut pouvoir appréhender les subtilités du langage présentes dans la conscience collective des locuteurs de la langue cible. C’est pourquoi, parler d’un « immense dragon » n’aura pas le même effet escompté selon la culture du locuteur qui se trouve en face de nous : Alors que son évocation suscite le respect et l’admiration en chinois, il suscite la terreur et la méfiance dans les langues occidentales.

Ce phénomène est loin de ne se limiter qu’au lexique. À titre d’exemple, tandis que l’apprenant francophone pourra aisément deviner de l’hésitation, de la perplexité voire de l’excitation dans des points de suspension, il lui sera moins évident de déceler ces mêmes états d’âme derrière les tirets cadratins de la typographie anglophone qui ne possèdent pas les mêmes fonctions expressives en français. De même pour l’intensité, l’intonation et le débit de la voix qui pourra tantôt être perçue comme empreinte de colère tantôt perçue comme neutre d’une langue à une autre.

Dans l’optique d’optimiser l’apprentissage d’une transmission, d’une interprétation et d’une expression émotionnelles qui se feraient de la manière la plus authentique possible, ma démarche de réflexion pour mon mémoire se situera principalement à ces trois niveaux :

  • Celui de l’expression: il s’agit ici de la compétence à pouvoir exprimer un sentiment. En guise d’illustration, un apprenant qui joue dans une pièce de théâtre doit pouvoir faire en sorte que son audience comprenne l’état émotif du personnage qu’il joue. Par ailleurs, bien savoir exprimer ses sentiments dans une langue autre que la sienne implique aussi la connaissance des contextes qui s’y prêtent. Il n’est pas bon dans toutes les communautés linguistiques d’exprimer telle ou telle émotion selon la personne à qui on s’adresse ou selon l’endroit où l’on se trouve.

  • Celui de l’interprétation : Pour reprendre l’exemple précédent, il est question ici de placer l’apprenant dans la posture de l’audience. Il doit alors être capable de comprendre quelles sont les émotions que son interlocuteur cherche à exprimer.

  • Celui de la transmission : On dépasse ici le stade fonctionnel des deux compétences précédentes pour aller du côté de l’artistique et de la créativité. Si l’on reprend l’image de la pièce de théâtre, l’apprenant serait alors le dramaturge capable de susciter chez son audience les émotions attendues, grâce à l’éminente maîtrise de leur codes culturels. L’apprenant saurait alors écrire un texte tout en matérialisant de manière efficace, son intention d’émouvoir, de surprendre, d’offenser, de faire rire et ainsi de suite.

Pour mener à bien mon mémoire, je compte m’appuyer sur les cours, les expériences en immersion et les témoignages d’apprenants d’une langue étrangère afin de relever leurs difficultés relatives à ma problématique ; je tenterai également d’analyser les manuels de FLE et d’autres langues, ainsi que le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (Conseil de l’Europe, éditions Didier 2001, 2005) pour voir la manière dont cette question de l’enseignement du langage des émotions y est traitée. Pour finir, la bibliographie ci-dessous (qui est encore à compléter) me servira d’accoudoir, pour, je l’espère, pouvoir répondre aux différents points soulevés dans ce billet.

Mots clés: didactique du FLE, langue-culture, subjectivité, créativité, différences interculturelles, émotions, représentations

Bibliographie

JACK R, BLAIS C, SCHEEPERS C, SCHYNS PG, CALDARA R. (2009) : Cultural confusions show that facial expressions are not universal. Current Biology. ;19:1543–1548.

CONSEIL DE L’EUROPE (2001, 2005) : Cadre européen de référence pour les langues, Conseil de la coopération culturelle, éditions Didier, Strasbourg, Paris.

BEAR G., URIBE-ZARAIN X., MANNING M., & SHIOMI K. (2009) : Shame, guilt, blaming, and anger: Differences between children in Japan and the US;33:229-238.

SZULMAJSTER-CELNIKIER A. (2007) : L’expression de la peur à travers les langues. Collège de France, EPHE.

TOUSIGNANT M. (1987) : La construction culturelle des émotions. (issu de la revue «Regards anthropologiques en psychiatrie »)

MEHRABIAN A. & WEINER M. (1967) : Decoding of inconsistent communications. Journal of Personality and Social Psychology.

CALBRIS G. & MONTREDON J. (1986) : Des gestes et des mots pour le dire. Clé International.

N.Kalidi

Étudiante en Master 2 de Didactique du FLE et Langues du Monde à la Sorbonne Nouvelle. Titulaire d'une licence d'Anglais & d'Allemand et d'un DU d'enseignement complémentaire du Français langue étrangère.

More Posts

Production orale et émotions

Compte rendu de l’article :

Maitre de Pembroke, E. (2013), « Activités de production orale et émotions : gérer la complexité dans l’instant de l’échange ».

Le présent article analyse des situations de difficultés, vécues par des personnes expatriées en France, dans la situation de communication exolingue. Il vise à saisir différentes émotions ressenties et leurs causes.

L’auteure souligne tout d’abord que les personnes expatriées vivent une situation exolingue parfois « éprouvante ». Malgré leur souhait de s’intégrer à la société française, il leur est difficile d’entrer dans l’échange oral. Lorsque la communication échoue, ce moment d’interaction peut être fortement marqué par l’émotion.

Cette difficulté vient de nombreux facteurs. L’auteure cite en premier lieu la complexité des processus cognitifs qu’exige la production orale : l’alloglotte doit mobiliser des connaissances pragmatiques tout en traitant des données linguistiques. Comme le souligne l’autuere, lorsque l’on produit un énoncé, il est impossible de faire attention à tous les aspects de production orale : l’attention porte sur uniquement un des niveaux, tels que phonétique, syntaxique, ou pragmatique. Les enquêtes menées par l’auteure auprès de personnes expatriées montrent que quand ils se focalisent par exemple sur les aspects articulatoires, il leur est difficile de garder le fil de leur pensée. Beaucoup d’entre eux témoignent également que « la recherche du mot correct en mémoire lexicale provoque la perte des autres niveaux » (ibid. : 163).

Les connaissances linguistiques et culturelles limitées de l’alloglotte provoquent non seulement des difficultés mais aussi des émotions fortes. En effet, cela diminue la possibilité d’exprimer son identité. L’auteure affirme que « l’échange est un risque important qui met en jeu une image de soi et une image de l’autre » (ibid. : 160). Les personnes interrogées par l’auteure expriment leur sentiment de « perte d’identité ». En effet, pour eux, leur capacité d’expression et leur positionnement identitaire sont fortement liés. Ils ressentent même « le sentiment de régression » et expriment leur impression de ressembler à un enfant à cause de leur lexique limité en langue cible.

L’auteure remarquent également que l’alternance des prises de parole peut constituer des difficultés. Comme elle le dit, « les échanges verbaux français sont très rapide et le discours se chevauche » (ibid. : 164), d’où la difficulté pour les alloglottes qui ont besoin de temps pour produire des énoncés. Les personnes interrogées expriment qu’ils ont l’impression de « ne jamais pouvoir saisir leur tour au bon moment » (ibid. : 163).

Certains actes de paroles peuvent entraîner des difficultés notamment lorsqu’il s’agit d’un acte qui entre en conflit avec la culture d’origine de l’alloglotte. Les résultats des enquêtes menées par l’auteure montrent par exemple le fait d’argumenter peut être un registre difficile pour ceux qui viennent d’un pays où l’harmonie est privilégiée.

Les difficultés ne se limitent pas dans la production orale. La compréhension, plus précisément l’interprétation des données situationnelles de l’échange, pose également des problèmes. Selon les enquêtes menées par l’auteure, les éléments prosodiques entraînent particulièrement des difficultés dans l’interprétation des contenus émotionnels d’un message. Face à une courbe mélodique plus accentué, par rapport à la prosodie de sa langue maternelle, on peut mal interpréter le contenu de l’énoncé en question, on peut avoir l’impression d’être agressé ou que l’interlocuteur est en colère. Cette interprétation venant de l’aspect prosodique s’opère de façon inconsciente « selon une grille de lecture inconsciente relevant de la culture d’origine » (ibid. : 165). Pour l’interprétation pertinente, il est ainsi indispensable pour les alloglottes de se libérer de leur grille d’interprétation qu’ils adoptaient sans le savoir dans leur propre culture.

L’auteure souligne que, au-delà du niveau linguistique ou pragmatique, les difficlutés que peuvent rencontrer les personnes expatriées touchent directement « la qualité des relation avec autrui » (ibid. : 168). C’est là où ils ressentent l’émotion la plus forte. Toutefois, « suspendre le jugement spontané » (id.). émanant de la culture d’origine pour pouvoir percevoir de nouvelles modalités dans la culture d’accueil peuvent être des clés qui sont susceptibles de résoudre leurs problèmes complexes.

Référence

Maitre de Pembroke, E. (2013), « Activités de production orale et émotions : gérer la complexité dans l’instant de l’échange », Lidil, n° 48, http://lidil.revues.org/3325, consulté le 21 mai 2016.

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

« C’est moi le plus fort » Émotions et états comportementaux

Les émotions sont la manifestation des sentiments, la réaction affective de grande intensité, habituellement provoquée par une stimulation venue de l’environnement tandis que les états comportementaux sont des attitudes, des conduites et des expressions corporelles induites par des émotions, par des sentiments. Ces notions sont donc différentes mais sont toute fois liées l’une à l’autre : à moins d’être totalement imperméable, les états comportementaux sont les reflets des émotions qui nous traversent.

Ainsi en littérature de jeunesse, les états comportementaux et les émotions des personnages sont parfois difficiles à déceler et à comprendre. Si certaines émotions et donc par conséquent certains états comportementaux sont vraiment explicites, d’autres sont parfois implicites et le lecteur doit les déduire des actions, des pensées, des attitudes des héros et des personnages de l’histoire. La compréhension des émotions et des états comportementaux est importante pour le développement de l’enfant et son apprentissage dans la compréhension des textes.

À l’école, l’enseignant doit aider ses élèves à décoder l’implicite des récits. Dès l’école maternelle, il s’agit d’amener le plus souvent possible les enfants à s’interroger sur ce qui peut se passer dans la tête de tous les personnages d’une histoire, pas seulement dans la tête du héros ou celle des personnages auxquels ils ont tendance à s’identifier. Si l’enseignant ne montrent pas très tôt qu’on ne saisit pas tout le sens du texte à la première lecture, que la compréhension suppose un effort de raisonnement et qu’il faut plusieurs relectures pour comprendre le texte, alors de nombreux élèves quittent l’école maternelle sans avoir tous les atouts pour comprendre les textes que l’école primaire va leur proposer.

 En commençant, à travailler avec des enfants de grande section de maternelle, sur la notion d’émotion, j’ai pu me rendre compte que les émotions et les états comportementaux sont des notions difficiles à comprendre dans un temps limité. C’est un travail à faire tout au long d’une année et même à poursuivre dans la scolarité des élèves, si l’on veut qu’ils rentrent dans la compréhension de texte et donc la compréhension des émotions et des états comportementaux des personnages.

Nos questions de départ pour ce mémoire sont les suivantes :

Comment les enfants de grande section de maternelle, c’est à dire des enfants de 5 ans, peuvent « se mettre à la place de » ? se mettre à la place du personnage principal, du héros de l’histoire mais aussi des personnages qui gravitent autour et auxquels les enfants peuvent s’identifier. Peuvent ils anticiper les états émotionnels des personnages d’une histoire ? Sont ils capables d’interpréter les états mentaux des personnages ? Comment décodent-ils l’implicite du récit ? Comment peuvent ils savoir les buts, les sentiments, et les connaissances des personnages ?

Toutes ces questions amènent à une problématique :

Comment les enfants de cinq ans peuvent-ils comprendre les états comportementaux et les émotions qui traversent les personnages dans la littérature de jeunesse et plus particulièrement le personnage du loup, notre sujet d’étude, alors qu’ils ont déjà des représentations bien définies de cet animal, qu’ils le connaissent par réputation ?

Pour notre étude, nous nous appuierons sur le personnage du loup dans l’ouvrage de Mario Ramos : C’est moi le plus fort sorti en 2005 aux éditions Pastel-École des Loisirs. Dans ce livre, il est question d’un loup repu qui cherche à se rassurer et pose, à différents personnages mais toujours plus petits que lui ou plus faibles, la question suivante : « Qui est le plus fort ? ». Il obtient inlassablement la réponse qu’il veut entendre : le plus fort selon les autres c’est lui, le loup, symbole de pouvoir. Personne n’ose le contrarier de peur de se faire dévorer. Il se conforte donc dans son idée qu’il est le plus fort jusqu’à ce que son chemin croise celui d’un petit dragon qui ne lui donne pas la réponse attendue. Pour ce petit animal le plus fort c’est sa maman. Le loup entre dans une terrible colère, mais s’adoucit instantanément dès qu’il voit de quoi parle le petit dragon puisque sa maman est vraiment énorme : l’illustration ne la représente pas entièrement tellement elle est imposante.

Ainsi le loup qui nous semblait sympathique au début de l’histoire, montre un visage plus féroce lorsqu’on le blesse dans son orgueil puis devient minuscule et peureux devant quelqu’un de beaucoup plus gros et fort que lui. On peut donc trouver trois images différentes du personnages du loup dans le livre C’est moi le plus fort de Mario Ramos. Ces images, ces représentations changent en fonction des interactions que le loup à avec les autres personnages de l’histoire. Il ne se comporte pas de la même façon selon les individus qu’il a en face de lui.

L’auteur fait référence à d’autres œuvres littéraires en prenant des personnages connus de différents contes. Dans les œuvres originales, ces personnages sont des êtres faibles, certains comme le petit chaperon rouge et les trois petits cochons ont même déjà dû avoir à faire avec un loup cruel et terrifiant. Donc le loup qui pose inévitablement la même question à ces personnages ne prend pas trop de risque : il sait déjà la réponse qu’il va entendre puisqu’un loup les a déjà terrifié. Les lecteurs connaissent, pour la plus part ces petits êtres sans défense, donc eux aussi peuvent déduire les mêmes réponses que le loup.

Mario Ramos associe des personnages de contes connus à des personnages qu’il invente lui-même (le lapin Belles Oreilles) ce qui nous permet d’entrer dans son propre conte.

Bibliographie :

Articles et ouvrages scientifiques :

-Cerquiglini-Toulet Jacqueline. « Altérités dans le langage : émotions, gestes, codes ». Littérature, N°130, 2003. Altérités du Moyen Âge. pp. 68-74.

-Hochschild Arlie R., « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale »,Travailler, 2003/1 n° 9, p. 19-49

-Ria Luc Les émotions éditions Revue eps 2005

Ouvrages littéraires :

-Gabriel Cécile Quelle émotion ?! Comment dire tout ce que j’ai dans le cœur… mila éditions 2007

-Geis Patricia et Folch Sergio Les sentiments Deux Coqs D’or 2009

Littérature de jeunesse :

-Ramos Mario Le plus malin Pastel-École des Loisirs 2011

-Ramos Mario Le loup qui voulait être un mouton Pastel-École des Loisirs 2008

-Ramos Mario Loup, loup, y es tu ? Pastel-École des Loisirs 2008

-Ramos Mario C’est moi le plus beau Pastel-École des Loisirs 2006

-Ramos Mario C’est moi le plus fort Pastel-École des Loisirs 2005

Sitographie :

http://www.marioramos.be/index.php?c=v&lg=f

Le personnage du loup : quels états comportementaux ?

Alice POIGNON

Les états comportementaux à travers le personnage du loup dans la littérature de jeunesse
Suite au TER que j’ai pu réaliser l’année passée sur les représentations du loup et la peur du loup chez des grandes sections de maternelle, j’ai remarqué que les enfants interrogés donnaient rapidement les caractéristiques des loups qu’ils connaissent déjà. Pour eux, le personnage du loup dans la littérature de jeunesse est bien souvent un être méchant et cruel. Il dévore les animaux et les personnages plus faibles que lui : c’est un « méchant » loup, il faut se méfier de lui car « il fait peur avec ses grandes dents ». Mais, ce loup que l’on retrouve dans les ouvrages pour enfants peut aussi intriguer, fasciner, amuser, et parfois même avoir très mauvaise réputation. Ce personnage a donc de nombreuses facettes qui sont parfois difficiles à décoder pour des enfants de maternelle puisque leurs représentations initiales du loup se limitent généralement au loup cruel et méchant.

Ainsi, j’aimerais poursuivre mon mémoire, cette année, sur les états comportementaux des personnages dans la littérature de jeunesse. Mes questions de départ sont les suivantes :

Comment les enfants de grande section de maternelle peuvent « se mettre à la place de » ? se mettre à la place du personnage principal, du héros de l’histoire mais aussi des personnages qui gravitent autour et auxquels les enfants peuvent s’identifier.

Peuvent ils anticiper les états émotionnels des personnages d’une histoire ? Sont ils capables d’interpréter les états mentaux des personnages ? Comment décodent ils l’implicite du récit ? Comment peuvent-ils savoir les buts, les sentiments, et les connaissances des personnages ?

Les enfants savent des choses que les personnages ne savent pas. À eux de réussir à décoder les implicites de l’histoire ce qui peut être délicat si les enfants ne sont pas habitués aux travaux sur les ressentis des personnages, sur les émotions, les sentiments. Je vais donc essayer de répondre à toutes ces questions lors de mon stage, dans une classe de grande section.

Après avoir fait avec eux un travail sur l’expression des sentiments et des émotions, j’aimerais me baser sur un travail de réécriture d’une œuvre qui serait peut être C’est moi le plus fort de Mario Ramos mais mon choix n’est pas encore définitif. Je suis en train de constituer une bibliographie, mais celle-ci n’est pas exhaustive pour l’instant. Il faut que je l’étaye d’avantage.

Bibliographie :

Cahour B. et Lancry A., « Émotions et activités professionnelles et quotidiennes », Le travail humain, 2011/2 Vol. 74, p. 97-106.

Cerquiglini-Toulet Jacqueline. « Altérités dans le langage : émotions, gestes, codes ». Littérature, N°130, 2003. Altérités du Moyen Âge. p. 68-74.

Gabriel Cécile Quelle émotion ?! Comment dire tout ce que j’ai dans le cœur… mila éditions 2007

Geis Patricia et Folch Sergio, Les sentiments, Deux Coqs D’or 2009

Hochschild Arlie R., « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale »,Travailler, 2003/1 n° 9, p. 19-49

Ramos Mario Le plus malin Pastel-École des Loisirs 2011

Ramos Mario Le loup qui voulait être un mouton Pastel-École des Loisirs 2008

Ramos Mario C’est moi le plus beau Pastel-École des Loisirs 2006

Ramos Mario Loup, loup, y es tu ? Pastel-École des Loisirs 2008

Ramos Mario C’est moi le plus fort Pastel-École des Loisirs 2005

Ria Luc Les émotions éditions Revue eps 2005

Sitographie :

http://www.marioramos.be/index.php?c=v&lg=f

L’expérience selon Dewey : « la relation réciproque qu’entretient l’art »

Nous avons pu, en séminaire, lire et analyser brièvement le chapitre 3 du livre de John Dewey, intitulé L’art comme expérience (1934). Suite à cette séance, nous avons repéré quelques phrases, ou morceaux de phrases, phares de sa théorie sur la notion d’expérience.

Ainsi, à la page 90, je cite: « En fait, les émotions (quand elles ont un sens) sont des attributs d’une expérience complexe qui progresse et évolue. » Ici, Dewey insiste sur le caractère de l’émotion, son intensité. Pour lui, une émotion est à différencier absolument des émotions spontanées et brèves, quasi-automatiques dans certaines circonstances.Une émotion qui a un sens est une émotion faisant partie d’une expérience. Une émotion s’attache à un événement ou à un objet; elle progresse tout au long de l’observation et de l’évaluation par le spectateur, passe par différents stades, se décline en plusieurs sous-émotions. Il ne doit pas y avoir de rupture de l’émotion jusqu’à l’aboutissement de l’expérience.

Autre citation, à la page 94: « Une expérience possède une certaine forme et une certaine structure car elle ne se limite pas à agir et à éprouver en alternance, mais se construit sur une relation entre ces deux phases. » Pour Dewey, il faut bien comprendre que le travail artistique est un véritable « travail intellectuel ». L’artiste doit savoir trouver le juste équilibre entre « éprouver et agir » pour que l’expérience soit complète et trouve tout son sens. L’artiste doit trouver une justesse pour tenir le spectateur en haleine, il doit savoir inviter le spectateur à la réflexion,à la bonne réflexion.

A la page 98, je cite: « […] montrer comment la conception d’une expérience consciente comme relation entre phase d’action et phase de réception nous permet de comprendre la relation réciproque qu’entretient l’art en tant que production avec la perception et l’évaluation en tant que facteurs de plaisir. » Dewey commence déjà par nous définit l’adjectif artistique (qui fait « référence à l’acte de production ») et l’adjectif esthétique (qui fait « référence à l’acte de perception et de plaisir »). Il explique qu’une expérience est pour lui un « flux et reflux » entre ces deux éléments. D’ailleurs, il précise que pour être artistique, l’œuvre se doit d’être esthétique, « conçue en vue du plaisir qu’elle procurera lors de sa réception ». La main de l’artiste (véritable technicien détenteur d’un savoir-faire mais non consommateur de son œuvre) est donc guidée par la « passion » lors de la production. Il doit réussir à faire passer l’expérience qu’il a vécu lors de la fabrication au spectateur.

 

Marion Jouault

John Dewey