Archives par mot-clé : écrire

Ecrire et lutter contre la procrastination

Un semestre sans cours afin de pouvoir se consacrer pleinement à la rédaction de notre mémoire de Master 2. L’idéal. Pourtant, cela peut vite se transformer en un semestre passé à regarder la télé’ tranquillement assis dans le canapé sans écrire le moindre mot. Ou encore un semestre passé à lire tranquillement calé au fond du lit. Profiter de la liberté qui nous est offerte après un premier semestre dense et de nombreux dossiers à rendre. Résultat : on finit par se retrouver à écrire le mémoire à la dernière minute.  Continuer la lecture de Ecrire et lutter contre la procrastination

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

On commence… un mémoire tous ensemble !

Ecrire un mémoire de recherche c’est d’abord écrire ! écrire tout de suite ! ne pas attendre des matériaux pour commencer à écrire mais faire de ses écrits les matériaux de l’écriture… bref, poser cette tautologie : écrire un mémoire c’est écrire à partir de ses propres écrits… On peut tout recommencer et se dire qu’on veut rechercher ou, plus simplement, entrer en recherche, et alors la pensée d’un Bruno Latour qui nous a montré comment se fait la recherche (voir http://www.bruno-latour.fr/fr/node/219) ou comment on produit des faits scientifiques, nous rappelle que cela commence, par exemple, par « rédiger des comptes rendus risqués » (intertitre pris à son livre Changer de société – Refaire de la sociologie (http://www.bruno-latour.fr/fr/node/73 – voir la table des matières ci-dessous) en utilisant des carnets… Alors promenons-nous dans les bois de la recherche avec de petits carnets (il nous faut leur donner à chacun un titre qui avec les autres fera constellation) et le mémoire (comme le loup de la comptine) dira « me voilà! »… En attendant, il nous faut lire ce billet : https://arlap.hypotheses.org/4287

 

Introduction – Comment recommencer à suivre les associations ? – I / Comment déployer les controverses sur le monde social ? – Introduction : du bon usage des controverses – Première source d’incertitude : pas de groupes, mais des regroupements – Une liste des traces laissées par la formation de groupes – Pas de travail, pas de groupe – Médiateurs contre intermédiaires -Deuxième source d’incertitude : débordés par l’action – Un acteur n’agit pas : on le fait agir – Une enquête de métaphysique appliquée – Une liste pour enregistrer les controverses sur les sources de l’action – Comment faire faire quelque chose à quelqu’un – Troisième source d’incertitude : Quelle action pour quels objets ? – Élargir la gamme des acteurs – Les objets aussi participent à l’action – Les objets ne laissent de traces que par intermittence – Une liste de situations pour rendre visible le rôle des objets – Qui a oublié les relations de pouvoir ? – Quatrième source d’incertitude : des faits indiscutables aux faits disputés – Constructivisme, pas constructivisme social – L’heureux naufrage de la sociologie des sciences – Se passer de toute explication sociale – Traduction contre transport – L’expérience mène plus loin – Une liste pour nous aider à déployer les faits disputés –Cinquième source d’incertitude : rédiger des comptes rendus risqués – Nous écrivons des textes, nous ne regardons pas à travers une vitre – Mais qu’est-ce qu’un réseau, à la fin ? – Retour aux fondamentaux : une liste de carnets – Déploiement, non pas critique – Que faire de l’acteur-réseau ? Interlude sous forme de dialogue – II / Comment retracer les associations ?– Introduction : pourquoi le social est-il si difficile à dessiner ? – Le monde social est plat ! – Premier mouvement : localiser le global – Du panoptique à l’oligoptique – Panoramas – Deuxième mouvement : Redistribuer le local – Articulateurs et localisateurs – Le lieu improbable des interactions face-à-face – Plug-ins – Des acteurs aux attachements – Troisième mouvement : connecter les sites – Des normalisations aux énoncés collectants – Les médiateurs, enfin – Plasma : les masses manquantes – Conclusion : de la société au collectif — peut-on réassembler le social ? – Quel type d’épistémologie politique ? – Une discipline parmi d’autres – Une autre définition de la composition politique – Bibliographie.

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Le choix de (faire) la recherche.

Chercher. Être chercheuse.

L’année de master 2 nous demande beaucoup de travail de recherche afin d’écrire un mémoire de fin d’études. Un mémoire de recherche sur un sujet de notre choix.

En tant qu’aspirant professeur de fle, les sujets ne nous manquent pas : beaucoup se lancent sur des problématiques rencontrées durant leurs stages, d’autres en manque d’inspiration ou par innovation s’aventurent dans un domaine qui leur est inconnu tandis que d’autres se penchent sur des sujets plus personnels.

C’était mon cas quand, au début de l’année, j’ai annoncé mon sujet de mémoire : le statut du créole dans les écoles réunionnaises. Ayant grandi à la Réunion, je savais que le créole n’y a(vait) pas sa place mais aujourd’hui en tant qu’étudiante-chercheuse, je me dois de me demander pourquoi.

« Je me dois » : j’utilise le verbe devoir car c’est le passage obligé pour valider cette dernière année d’études. Mais je le ressens également comme un besoin.                                                                                                       Le besoin de comprendre pourquoi pendant les seize années où j’ai été scolarisée, cette langue, qui était la langue maternelle de la majorité de l’île, était parlée partout sauf à l’école, lieu d’apprentissage.

Ce sentiment je ne l’ai pas beaucoup connu. Ce sujet a toujours été tabou. J’ai découvert seulement cette année, en commençant mes recherches, qu’il existe une option « langue et culture réunionnaise » depuis 2001. Les premiers élèves l’ayant suivi avaient reconnu son efficacité : « Lors d’un bilan de la LCR en 2003, des adolescents du collège des Deux-Canons, à St-Clotilde, ont déclaré […] que pour la première fois, ils comprenaient l’enseignement professé à l’école. » (Gauvin, 2009 : 3)

Si cette option était efficace alors pourquoi ne s’est-elle pas répandue sur toute l’île ?

Au milieu des années 2000 je suis au collège. Je me rappelle du passage d’un poète dans ma classe de français de 4ème. Un poète qui écrit en créole et qui nous demande si nous le faisons aussi. Écrire ? Plusieurs mains se lèvent. En créole ? Sourires gênés et réactions similaires : « Non, on ne sait pas l’écrire. ».                            Notre professeur de français ne s’attarde pas sur le sujet : elle se démène déjà assez pour faire entrer les tableaux de conjugaison dans nos têtes.                                                                                                   Quelques années plus tard au lycée, en classe de chimie, un élève fait tout un discours en créole sur son incapacité à comprendre ce cours. Le professeur, créolophone, lui répond en créole, rigole avec la classe et met fin à cette interlocution avec cette phrase qui me marque « Allez, assez rigolé, redevenons sérieux ». Un retour à la langue française plus « sérieuse » ? Le créole ne le serait donc pas ? Ce serait pour ça qu’il n’aurait pas sa place en classe ?

Je me suis longtemps demandée pourquoi, parmi tous les souvenirs de collège et lycée que j’ai gardés, ceux-ci m’avaient autant marquée. Sans doute mon intérêt pour les langues étrangères. Pourtant le créole ne m’est pas étranger.

Ces débuts de recherche m’ont appris beaucoup sur cette langue avec laquelle j’ai grandi mais c’est avec une certaine gêne que j’ai commencé à écrire.

Au fil de mes lectures, je me sentais de plus en plus démunie alors que je me formais pour mon écriture à venir. La honte de ce manque de connaissance suivie par la panique. Celle de ne pas pouvoir écrire sur ce sujet que je pensais connaître et qui s’est révélé bien plus complexe que je ne le pensais.

Et voilà que cette recherche devient une thérapie. Ce n’est pas ce qui est demandé, il vaut mieux l’éviter. Deux mois perdus à me dire que je suis incapable d’aller jusqu’au bout. Mais aussi deux mois à me dire que si je ne vais pas jusqu’au bout, j’accepte la situation linguistique imposée à la Réunion : « la langue réunionnaise disparaît lentement par défaut d’apprentissage » (Gauvin, 2009 : 7).

Alors je me remets à chercher. Je me remets à être chercheuse.

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Les quatre carnets

J’ai beaucoup retenu auprès de Monsieur Martin dans son cours intitulé « Méthodologie des mémoires ». Il nous a conseillé d’écrire dès le début de ce semestre, parce que rechercher égale écrire. Il faut avouer que cette opposition est bien pratique, je ne cesse pas d’écrire pendant ce semestre, maintenant, si je revois les écrits auparavant, je me rappelle beaucoup d’idées utiles et précieuses, si je ne les ai pas notées, je les aurais perdues.

Il nous a proposé un extrait dans l’ouvrage de Bruno LATOUR——Changer de société. Refaire de la sociologie(2006)

Quatre carnets sont proposé par Bruno LATOUR, ils sont :

Carnet de recherche : il sert à consigner tous les mouvements quotidiens relatifs à notre recherche, y compris le premier entretien avec le directeur de mémoire, les sources que nous avons consulté ou les enquêtes que nous avons fait. Tous ces mouvements doivent être précisément datés, c’est notre trace de recherche.

Carnet des données : il est consacré à collecter et à catégoriser en fonction du temps les informations, afin de faciliter la consultation.

Carnet de brouillons :ce carnet peut enregistrer tous nos inspirations sur notre mémoire, même les idées sont très différentes l’une de l’autre, comme des brouillons, il faut les enregistrer, sinon nous les oublierons rapidement.

Carnet de feed-backs : comme Bruno LATOUR a dit que « l’étude peut bien être terminée, mais l’expérience continue », les feed-backs des autres sont aussi importants. Par exemple mon sujet de mémoire était au début « Recherche sur les difficultés d’apprentissage de la phonétique française pour des sinophones et des mesures », après que je l’ai publié sur le site de recherche organisé par M. MARTIN, une étudiante m’a demandé l’explication de « des sinophones et des mesures », je me suis rendu compte que il y a malentendu dans l’expression de mon sujet, je l’ai changé ainsi comme « Recherche sur les difficultés d’apprentissage de la phonétique française pour des sinophones et des propositions pour la conception des exercices articulatoires », ce qui évite le flou.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts