Archives par mot-clé : document authentique

Un premier colloque … vertigineux !

La première communication de la salle M terminée, je me dirige vers la salle V afin d’assister à celle de monsieur F.R. La veille au soir, j’avais consulté le programme et l’intitulé de cette  intervention avait retenu mon attention.

Alors que j’ouvre la porte avec délicatesse, je sens que quelqu’un la tire de l’autre côté. Il s’agit de l’hôtesse. Elle me souhaite la bienvenue et ferme la porte derrière moi. Parcourant la salle du regard, je me rends compte que la communication précédente n’est pas encore terminée et que la salle est pleine. Je recherche une place du regard et aperçois une petite place sur un bout de table au fond de la pièce, devant une fenêtre. Je me dirige donc au fond de la salle, manquant de peu une chute après m’être pris les pieds dans le chargeur d’un portable. Enfin assise, je me rends rapidement compte que la présence du vide derrière moi me provoque le vertige et cela me posera problème durant l’intégralité de la communication dont je rédige le compte-rendu.

La salle est pleine, certaines personnes assistent à la communication debout, appuyées contre le mur. La présence de tant de personnes provoque une chaleur insupportable dans la pièce et si le fait d’aérer la pièce règle le problème, cela provoque des nuisances sonores qui nous empêchent d’entendre les questions posées au chercheur faisant sa présentation.

11h15, monsieur F.R prend la parole. Il expose sa recherche sur la présence de textes médiatiques dans les manuels de français langue étrangère de niveaux B1 à C2, destinés à un public d’adolescents ou grands adolescents, sélectionnés de façon aléatoire à la bibliothèque de Censier. Tous les manuels sont de chez Hachette ou Clé.  Il définit les termes « éthique » et « ethographie » (et pas ethnographie) avant de nous exposer le fait qu’un article de presse a à la fois une logique symbolique et pragmatique. Seule la logique pragmatique subsiste dans le cas d’un article de presse présent dans un manuel de FLE. Entre quinze et vingt articles de presse sont présents dans chaque manuel ; ils sont principalement extraits des journaux Le Monde, Le Figaro et de journaux régionaux, tel que Le Parisien. Huit thèmes sont abordés de façon récurrente : la gastronomie, la migration, la culture, le système éducatif, la mode, les rencontres, le sport et la génétique (à travers le clonage). Concernant les activités de compréhension qui accompagnent ces articles, monsieur F.R souligne qu’elles s’inscrivent dans une tradition littéraire et qu’il s’agit principalement de répondre à des questions de compréhension, de rédiger un résumé de l’article mais aussi de rédiger un commentaire composé.

Alors que j’écoute cette intervention, je ne peux m’empêcher d’observer mon voisin de droite, lui aussi assis sur la table, qui ne prends pas de notes mais qui observe les miennes. J’aimerais le questionner sur ses études/ses recherches mais je ne le fais pas de peur de rater des informations essentielles. Finalement, la communication touche à sa fin et le moment des questions posées au chercheur arrive. Certaines personnes quittent la salle, un léger brouhaha se fait entendre. L’hôtesse demande d’ouvrir la fenêtre en grand, mon vertige est à son comble et je décide de descendre de la table. La première question est posée au chercheur et c’est ce moment que choisi mon voisin pour me questionner.

Lui – Vous êtes en master ici ?

Moi – Oui, en master 2.

Lui – (il fait un signe de tête en direction de l’estrade) Ce sujet semble beaucoup vous intéresser.

Moi – Oui, pour mon mémoire. J’aimerais travailler sur les documents authentiques présents dans les manuels de FLE. Le texte médiatique en faisant partie, ça me donne une idée de la démarche scientifique à suivre, les questions que je pourrais me poser …

Lui – Ah ! Je comprends cette prise de notes effrénée (rires). Moi ça ne m’a pas beaucoup intéressé …

Moi – Vous étudiez quoi ?

Lui – Je suis en Master  2 aussi. Mais en espagnol. Je m’intéresse à la didactique aussi. (En désignant les personnes présentes dans la salle) Vous connaissez ces chercheurs ?

Moi – Oui certains, pas tous. Ils sont aussi enseignants, nos enseignants en l’occurrence.

Lui – Ah c’est cool. (Il se lève) Bon je vais en salle M, la conversation à venir m’intéresse. A bientôt, peut-être.

Moi – A bientôt.

Cette communication m’a permis de me rendre compte qu’il est nécessaire que je me concentre sur un type de documents authentiques en particulier, des divers points à observer  et à analyser. De plus, grâce à cette  communication je me suis rendue compte que ce chercheur pourrait être un potentiel directeur de mémoire car le thème de sa recherche se rapproche du mien.

C’est donc ravie de la communication, des idées nouvelles qu’elle a suscitée et de cette rencontre avec l’étudiant, que j’attends la communication suivante, en prenant la place de mon voisin maintenant parti, qui avait le mur pour s’adosser.

 

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Billet 2 : L’utilisation des documents authentiques dans les manuels de FLE

Le document authentique est un document récurrent en classe de langue étrangère. Qu’il s’agisse d’un article de presse apporté par l’enseignant pour le présenter à ses étudiants en début de cours ou d’extraits littéraires que l’on retrouve dans divers manuels de langue, le document authentique occupe une place importante. Parfois au détriment des documents fabriqués.
Les diverses séquences de manuels à réaliser pour certains cours du Master 1 Didactique des langues et le stage d’observation et de pratique réalisé au DULF au cours du mois de Mai m’ont permis de m’interroger sur la place et  l’usage qu’il est fait des documents authentiques, en FLE aujourd’hui.
Ce sujet met en exergue plusieurs questions, en voici quelque unes :
– Quelle(s) est/sont la/les fonction(s) du document authentique dans les manuels de FLE ? (par rapport aux documents fabriqués)
– Les documents présentés comme authentiques le sont-ils totalement ou sont-ils semi-authentiques ?
– Quelle est la nature des documents authentiques présents dans les manuels de FLE ?
– Depuis quelle méthodologie les documents authentiques sont-ils utilisés ?
– Les documents authentiques sont-ils valorisés par rapport aux documents fabriqués, si oui pourquoi ?
– Peut-on les introduire en classe de langue à un niveau élémentaire?  Par quels moyens ?
Cette recherche sera orientée sur l’analyse de manuels de FLE destinés à un public adulte, le nombre de manuels est à définir. En tant que future enseignante de FLE, à l’issue de ce mémoire j’aimerais comprendre (davantage) pourquoi le recours aux documents authentiques  semble si important pour un enseignant. J’aimerais également  savoir si l’usage de documents authentiques favorise l’apprentissage d’une langue étrangère, par rapport à l’usage de documents fabriqués.
Bibliographie
BOIRON, Michel, RODIER, Cristian, Documents authentiques écrits-Ressources de classe , Clé International, 1998.
HOLEC, Henri, Des documents authentiques pour quoi faire ?, in Mélanges pédagogiques, 1990.
PUREN, Christian, L’exploitation didactique des documents authentiques en didactique des langue-cultures : trois grandes « logiques » différentes, 2014, version longue de Les documents, supports pour enseigner, n° 508, revue Les Cahiers pédagogiques (Paris : CRAP-Cahiers pédagogiques), novembre 2013, p.19-20.
ROBERT, Jean-Pierre, Dictionnaire pratique de didactique du FLE, L’Essentiel Français, OPHRYS, 2008.

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Approches du document authentique – compte rendu – DILTEC 2012

 

Le plus souvent, dans l’apprentissage d’une langue étrangère en milieu exolingue, les apprenants sont confrontés à une langue normée, à un français standard et même soutenu. C’est ce qu’on trouve généralement dans les manuels scolaires du FLE qui présentent par exemple les règles linguistiques, syntaxiques conformément au français standard. En même temps, le français des natifs est utilisé de manière spontanée et  il n’est pas rare que  ceux-ci utilisent  un langage non formel qui n’est pas toujours disponible dans les manuels, mais plutôt dans les documents authentiques.

Pour enseigner aux apprenants une langue étrangère plus proche de la langue native, pour montrer une image authentique du monde et enfin pour offrir du français véritable, l’utilisation des documents authentiques est fortement conseillée, vu que ceux-ci mettent l’accent sur l’apprentissage dans une communication réelle.  D’ailleurs, les documents authentiques sont devenus des supports incontournables dans le processus d’enseignement-apprentissage des langues étrangères.

Puisque nous avons abordé ce sujet, il nous semble important de définir ces documents authentiques et de voir par quoi se  différencient-ils des  documents didactiques et didactisés? Nous rappelons donc qu’un support authentique est celui qui n’a pas été conçu à l’origine  en vu d’être utilisé en classe de langue ( il peut s’agir d’une photo, d’un texte littéraire, d’un extrait d’une émission de radio, un article de presse etc.). Il peut être écrit, audio ou audiovisuel et il est conçu par un locuteur natif et destiné à d’autres locuteurs natifs, sans être pourvu à l’origine d’intentions didactiques. Nous ajoutons que parfois il faut se méfier de l’authenticité de certains documents qui peuvent ne pas garantir  un apprentissage authentique en classe. Selon Bailly, le document authentique qui est extrait de son environnement d’origine et « transporté dans la classe (…) revêt ipso facto un caractère didactisé ». (Bailly :70) . Sorti de son contexte d’origine, le document perd une partie de sa fonctionnalité communicationnelle  d’origine. D’ailleurs, dès lors que ce type de document est modifié à des fins didactiques, c’est-à-dire « adapté, coupé, résumé, expurgé, voire réécrit et subit des transformations visant à le rendre plus accessible à un public d’apprenants (Quivy et Tardieu 2002:100) il devient un document didactisé. Nous constatons qu’un document didactisé n’est autre qu’un document authentique adapté et intégré à une démarche d’enseignement.  En ce qui concerne les documents didactiques, qu’on appelle aussi pédagogiques ou fabriqués, ils sont « créés de toutes pièces pour la classe par un concepteur de méthodes ou par un enseignant » ( Robert :14).

En Roumanie, l’approche communicationnelle dans l’enseignement du français langue étrangère n’est pratiquée que depuis une dizaine d’années et « l’intégration du document authentique en tant que support et stratégie didactique est encore timide » (Gâta & Ganea : 2012). En même temps, il est considéré que le document authentique est « le réservoir précieux de contenus culturels » (Gâta & Ganea : 2012). En effet, son emploi dans la didactique des langues étrangères est essentielle dans l’acquisition de la  compétence discursive et aussi de la compétence (inter)culturelle. Dans un contexte où l’accent est mis sur la compréhension et la production des textes écrits, tandis que la compréhension et la production orale sont beaucoup moins exercées, « une approche discursive du document authentique ouvre des voies d’exploitation didactique à même de combler cette niche » (Gâta & Ganea : 2012).

D’après les auteures du compte rendu présenté dans la brochure  Langues, cultures, sociétés : interrogations didactiques , le recours à l’analyse du discours comme méthode employée dans le développement de la compétence discursive  permettrait  une intégration ‘naturelle’  du document authentique dans la formation en FLE. Ainsi, elles se sont proposés dans un premier temps de montrer les limites de l’approche des actes de discours dans les manuels de FLE et dans un deuxième temps d’analyser le fonctionnement des actes de langage en interaction à partir des  échantillons de discours authentique prélevés des forums électroniques.

Concernant les supports qui peuvent être utilisés en classe de FLE, nous retiendrons  qu’il est utile de privilégier les supports authentiques et  aussi trouver les meilleurs moyens qui permettent aux apprenants de mieux comprendre le fonctionnement de la langue cible et d’en tirer le plus grand profit. Dans l’utilisation des documents authentiques il est conseillé de  tenir compte de l’âge des apprenants, de leurs centres d’intérêts, des aptitudes qu’on veut développer aux apprenants. De plus,  il est nécessaire de contextualiser ces documents, de mentionner leur source ou origine ce qui facilitera la compréhension et, autant que possible, de faire un choix varié des documents – supports ( choisir en alternance des dialogues, des chansons, des extraits d’émissions de radio etc.) afin d’éveiller l’attention et l’intérêt des apprenants.

 

Bibliographie:

  1. BAILLY, D. (1998b). Les mots de la didactique des langues, le cas de l’anglais. Gap : Ophrys, p.70.

2.  Gâta A., Ganea A. (2012), Approches du document authentique : apports de l’analyse du discours dans la formation de FLE , Langues, cultures, sociétés : interrogations didactiques, Colloque DILTEC, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, organisé le 20-21-22 juin.

3.  Quivy M. et Cl. Tardieu, (2002), Glossaire de didactique de l’anglais, Paris: Ellipses , p. 100.

4.  ROBERT, J-P. (2002). Dictionnaire pratique de didactique du FLE. Paris:  Ophrys, p. 14.

 

Timuc Mirela

Étudiante en Master 2 - Didactique du Français Langue Étrangère

More Posts

L’image fixe comme document authentique dans l’enseignement-apprentissage du FLE

Potentiel d’utilisation de l’image fixe comme document authentique dans l’enseignement-apprentissage du FLE à Dnipropetrovsk en Ukraine. 

 L’aspect culturel de l’image est important dans la mesure ou elle est bien souvent étroitement liée à la société à un moment donné. Selon Fabio La Rocca dans  Images et société, l’image est même un « filtrage culturel » d’une époque et permet « d’appréhender des aspects du réel ». Parallèlement, le document authentique fait parler de lui dans le cadre de l’enseignement-apprentissage des langues étrangères. Il apparaît comme élément indispensable  et permet d’aller vers des représentations de la culture française réactualisées en permanence qui soient les plus authentiques possibles.

En Ukraine, lorsqu’on lance un remue-méninges au sujet de la France, on croirait être en train de choisir une carte postale dans une boutique parisienne pour touristes : « Tour Eiffel », « Paris », « croissant », « Victor Hugo », « Montmartre », « L’amour ». La France se résume t-elle à cela ?

Ce mémoire  vise à évoquer, entre autres, le potentiel de l’image dans le travail sur les représentations liées à la France. De manière plus générale, il interrogera  la place de l’image comme document authentique en cours de langue et ses apports, que ce soit pour les étudiants ou pour les enseignants, dans un contexte ukrainien. Il retracera dans un premier temps le parcours de l’image dans les diverses méthodologies d’enseignement des langues. Il s’orientera ensuite vers une analyse de la sélection d’images fixes figurant dans des manuels utilisés dans trois établissements de la ville de Dnipropetrovsk en Ukraine. Enfin, ce travail s’orientera vers les avantages et les éventuelles limites de l’utilisation de ces supports dans l’enseignement et dans l’apprentissage des langues étrangères.

Bibiographie :

Demougin, F. (2012) « Image et classe de langue: quels chemins didactiques? » LINGVARVMARENA – Vol. 3. pp. 103-115

Gervereau, L. (dir), (1999). Peut-on apprendre à voir ? Paris, « L’image » Ecole nationale supérieure des beaux-arts.

La Rocca, F. (dir), (2008). «Image et société ». M@gm@ – vol.6 n°2. Mai-Août.

Manaa, G. (2008). « L’apport de l’image publicitaire en cours de FLE. Quel support utiliser et quel type de publicités exploiter ? ». Synergies, Algérie n°2. pp.57-63

Puren, C. (1988). Histoire des méthodologies de l’enseignement des langues. Paris, Nathan. Clé interntional

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts