Archives par mot-clé : distance linguistique

La distance dans l’enseignement bi/plurilingue : perspectives de l’altérité et de la mobilité proposées par Daniel Coste (Partie I)

article_topito_avantages_relation_distance_542x276
www.adopteunmec.com/lab/article/top-10-des-avantages-dune-relation-a-distance

Ce compte rendu comprend deux parties sur la séquence de Daniel Coste, la première partie est les points de vue différents au sein des établissements institutionnels ainsi que la relation de la distance avec l’altérité et la mobilité. La deuxième partie est à ma collègue JIAO Shuman, qui va présenter.

Pendant la journée d’étude sur la question de la distance dans l’enseignement bi/plurilingue ayant lieu à 9h00 le 6/11/2015 dans le Centre International d’Etudes Pédagogiques (CIEP), l’introduction de ce colloque nous ouvre une perspective de la diversité linguistique qui, selon l’Institut Français, passe par un travail avec la force de l’enseignement bilingue, les connaissances interculturelles et la valorisation des filières bi/plurilingues.

A cette occasion, Daniel Coste, professeur à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) situe cette question de la distance dans un contexte global en s’appuyant sur les modèles de reconnaissance institutionnelle.

Le conférencier relève d’abord que l’enseignement du français et la question de distance sont étroitement liés. On entend par l’enseignement bilingue l’accès à des connaissances. La construction d’une langue à l’autre est souvent basée sur les connaissances qui sont déjà là. Dans ce sens, on s’interroge sur le contact des langues éloignées dont l’interprétation peut être très variée du point de vue des chercheurs, des enseignants, de linstitution, de la réflexion didactique ou lintervention didactique.

La distance est double, voire quadruple.

Double : distance possible par rapport aux autres, aux connaissances qui peuvent être construites, quon peut par le biais de telle ou telle activité.

Quadruple : le travail d’enseignement bilingue implique un retour sur les connaissances, sur les répertoires langagiers et cognitifs, sur la prise de conscience des connaissances qui sont déjà làune prise de distance suivie de distance des acquis antérieurs de façon de les situer, de les défamiliariser.

Ensuite, D. Coste nous montre deux points de vue possibles pour traiter la question de distance. La distance se positionne en terme de relation avec l’altérité et avec la mobilité.

Pour cette première, il utilise une métaphore de l’appareil photo en montrant que la distance exige dune certaine façon une mise au point qui peut donner lieu à des effets de zoom, de téléobjectif qui pose des problèmes dangle, de vide, de cadrage, de flash qui implique un besoin d’éclairage brut. L’importance est comment on peut avoir des points de vue photographiques de se focaliser sur laccès aux connaissances nouvelles. Est-ce que l’on peut faire une analogie entre le problème de diffusion et le problème d’appropriation ? Dans ce sens, le présentateur signale que l’altérité est en fait un problème de focalisation. Sur quoi est-ce quon focalise ? Comment est-ce quon se focalise ?

Au niveau de mobilité, le rapport de dynamique avec la distance posé par la distance de lenseignement bilingue en termes de trajectoire, de parcours : lanticipation de parcours, la prévision de certains obstacles, cela se situe dans une perspective de manière dagir. On peut sinterroger sur dans un parcours justement le travail de médiation pour faciliter lappropriation. La médiation est un travail de réduction de la distance entre deux pôles en tension comme une mise en relation forte.

Pour conclure dans cette première partie, D. Coste nous pose une question de positionnement de langue et d’approche par rapport aux différents types d’acteurs, apprenants, enseignants, responsables institutionnels, didacticien, etc.

Réflexion : Le principe d’économie et cette distance.

Comment essayer de réduire cette distance de manière acceptable pour les apprenants ?

Sur les plans graphique et linguistique : dans un manuel des langues pour les étrangers dont la langue source est distante de la langue cible, il faut respecter le principe d’économie, autrement dit on passe du plus simple au complexe ou du plus fréquent au moins fréquent. Je prends tout d’abord comme exemple la conception des prénoms dans un manuel de Joël Bellasen, <<汉语语言文字启蒙>>. Le caractère  » » (comprendre) est très difficile pour les apprenants français, car il comprend des composants et beaucoup de traits, mais il paraît assez fréquent dans la vie quotidienne. Néanmoins, les composants dans ce caractère sont décomposables, dans ce sens notre travail est simplifié. Si on regarde dans ce manuel, il y a un personnage qui s’appelle  »王里重 » dont  »里重 » n’est pas un prénom à la chinoise. Certes cela perd un peu le sens socioculturel dans la perspective actionnelle, mais il n’empêche pas la suite pour introduire le caractère  » ». Attention : les manuels pour les niveaux bas sont toujours didactisés. Ce genre de conception respecte également la progression en spirale. On enseigne tout d’abord le moins pour enseigner le plus. J’observe que c’est le même cas dans les manuels de FLE, pour enseigner  »comment allez-vous », on passe premièrement  »ça va ». La grammaire aussi, dans leçon 7 de Nouveau Taxi ! 2, le future simple est un point de grammaire et dans leçon 11 de ce même manuel le futur dans le passé est introduit.

Sur le plan culturel : on distingue les savoirs passifs (réception) et les savoirs actifs (production), leurs statuts sont évolutifs, c’est-à-dire que les savoirs passifs peuvent devenir ceux d’actifs. Par exemple, si on demande un apprenant français à utiliser trois termes pour qualifier Confucius, son lieu ou sa ville d’habitation (le Shandong) est moins probable comme réponse que son titre ou statut social (philosophe, éducateur, etc.), donc ce premier pour cet apprenant est un savoir passif (connaissance nouvelle). Le principe d’économie est de passer du connu à l’inconnu.

Références :

La journée d’étude du 6 novembre 2015, la question de la distance dans l’enseignement bi/plurilingue, séquence de Daniel Coste, Savoir Prendre Ses Distances.

Joël Bellassen (白乐桑)<<汉语语言文字启蒙>>北京, 华语教学出版社, 1997.

Guy Capelle, Robert Menand, Le Nouvequ Taxi ! 2, Paris, Hachette, 2011.

QIAN Cheng

Etudiant de Paris 3

More Posts

La distance dans l’enseignement bi-/plurilingue : deux ordres de distance proposés par Daniel Coste (Partie II)

y1hk77bkel3asdouzr3xyjl72ejkfbmt4t8yenimkbvvk0ktmf0xjctabnaljim9

La question de la distance dans l’enseignement bi-/plurilingue

Journée d’étude organisée par le Centre international d’études pédagogiques (CIEP), l’Institut Français et l’Association pour le Développement de l’Enseignement Bi/plurilingue (A.D.E.B).

Date: le 6 novembre 2015

Lieu: CIEP

Lors du colloque intitulé La question de la distance dans l’enseignement bi-/plurilingue ayant lieu à CIEP le 6 novembre 2015, Daniel Coste, dans son discours « Savoir prendre ses distances », nous trace une « grille de lecture » des études sur la distance dans l’enseignement bi-/plurilingue. Il propose deux points de vue possibles pour le cadrage de question de distance, en termes de relation d’altérité et de mobilité. Cet aspect ayant été traité dans le compte rendu de QIAN Cheng, nous aborderons directement, dans cette deuxième partie, les deux distances évoquées par le conférencier.

D. Coste distingue deux grands ordres de distance. D’une part, la distance relationnelle avec une dimension linguistique très présente qui touche également aux dimensions affective, émotionnelle, sociolinguistique et sociale. D’autre part, la distance d’ordre cognitif implique un décalage entre les connaissances antérieures et les connaissances disponibles.

Avec les dimensions binaires qu’il pointe, il dégage une espèce de carrée sommaire qui explique les différentes situations où nous pouvons nous situer :

  • les langues distantes avec les connaissances également distantes (ex. un étudiant catholique francophone assiste au cours sur confucianisme en mandarin)
  • les langues distantes avec les connaissances relativement proches (ex. un étudiant turcophone ayant une formation d’économie et suit une formation d’économie en France)
  • les langues proches avec les connaissances distantes (ex. un élève italien travaillant sur l’histoire de la France au Moyen-Âge en français)
  • les langues proches avec les connaissances proches (ex. un étudiant qui parle le basque travaille sur l’anatomie en occident)

Les études de l’enseignement bilingue relèvent des quatre situations qui posent des problèmes de nature didactique. Ensuite, le conférencier récapitule les études et phénomènes actuels qui s’inscrivent dans ces deux distances.

Distance relationnelle

Selon D. Coste, la dimension linguistique vient  d’abord dans toutes les distances relationnelles, car la distance maximale passe par la matérialité linguistique au niveau graphique, phonétique etc. Mais le double sens de ces relations n’est pas suffisamment réfléchi. Par exemple, on s’interroge plus sur l’apprentissage du chinois par les francophones que sur l’apprentissage du français par les sinophones. Il nécessite des réflexions croisées pour changer cette asymétrie des études. Par ailleurs, il existe des dimensions linguistiques dans les variations entre les langues qui touchent au régime discursif. Et puis, la possibilité de cumuls, voire démultiplication en quelque sorte des facteurs de distance, quels qu’ils soient, physiques, géographiques ou culturels, pourrait aboutir sur les phénomènes didactiques dangereux, comme le problème de représentation, de globalisation qui nous amène à considérer les langues distantes comme un ensemble.

Le conférencier mentionne ensuite les phénomènes de mise à distance les langues en proximité. En vue d’affirmation identitaire, les chercheurs passent par les outils métalinguistiques, comme la compilation d’un dictionnaire brésilien pour se différencier du portugais. Quant à la dimension didactique, on a tendance à creuser la distance alors qu’on peut exploiter la proximité. Par exemple, on prend la distance proche entre les langues romaines pour dangereuse, car elle provoque des risques de confusion ou de contamination.

À part les études du rapport entre les langues du point de vue d’étymologie, D. Coste insiste sur le point de vue des statuts des langues. De premier abord, la langue seconde dans certains endroits est encline à devenir la langue dominante, dans ce cas-là, la théorie concernant une hiérarchisation des langues de Jean-Louis Calvet doit être prise en compte. L’enseignement bilingue est un enseignement qui se fait à partir des langues dominées vers des langues dominantes pour garantir une ascension sociale ou un progrès économique. De la langue dominée à la langue hyperdominante, on néglige des fois l’apprentissage des autres langues étrangères. De plus, il est nécessaire de réfléchir sur la position et le geste des instituts de français dans les sociétés où les cursus entièrement en français ne sont pas suffisamment développés.

Le conférencier propose d’envisager la distance relationnelle également sous l’angle des rapports de force entre les langues. Cela touche à la question d’immersion. En effet, on a un type de modèle de l’enseignement bilingue qui donne lieu à énormément de recherches sur les différents types et degrés d’immersion.

Distance cognitive

Selon D. Coste, pour envisager la distance cognitive, on a affaire à la distinction des disciplines en termes de communautés discursives. Il est clair qu’il n’existe pas la même relation de distance entre l’enseignement bilingue de différentes disciplines, comme l’enseignement des mathématiques et l’enseignement de la philosophie. La dernière fait appel au travail relatif aux textes sans recours aux graphiques ou camemberts qui relèvent des langages formels et apparaissent plus accessibles. En revanche, on peut trouver des combinaisons intéressantes entre le domaine langagier et le domaine cognitif dans les disciplines comme arts plastiques, philosophie, histoire, etc., autrement dit, une coïncidence entre le progrès langagier et le progrès des connaissances de ces disciplines. Concernant les domaines lointains, l’activité de traduction qui suscite un travail sur les concepts peut donner lieu à un enrichissement réciproque des connaissances. On chercher à exploiter la distance afin de produire quelque chose conceptuellement ou épistémologiquement de nouveau.

Dans la dimension pédagogique, sans entrer trop dans les détails, D. Coste signale l’intérêt de porter à la diversité des situations, de focaliser sur les situations qui paraissent contestées et qui possèdent des limites. Il attache parallèlement l’importance au retour aux terrains variés. En outre, pour résoudre le problème d’asymétrie de réflexions d’ordre de distance cognitive, il est important d’inverser les perspectives d’études. Enfin, il fait appel à une mise en relation des études sur les terrains, à un réseautage des situations différentes. De ce point de vue, le conférencier conclut son discours en mettant en avant la nécessité et la possibilité du rapprochement dans l’enseignement bilingue.