Archives par mot-clé : difficulté orale

«Fatima»- Au nom des femmes «invisibles»

Drame "Fatima" photo du site allocine.fr

Film « Fatima », 2015
photo du site allocine.fr

Une femme qui élève toute seule ses deux filles dans un pays qui lui est étranger et dont la langue elle ne parle pas. Son seul désir et but: offrir un meilleur avenir à ses enfants que celui qu’elle a. Les aider à terminer l’école et étudier pour qu’elles finissent pas de faire le métier qu’elle fait: femme de ménage. Une femme de ménage qui est souvent méprisée par sa petite fille qui la trouve incapable qui aurait préféré voler que faire ce métier. Paradoxale car même si elle trouve ce métier honteux, elle néglige  sa réussite scolaire. Mais les barrières entre mère et fille ne terminent pas là.

Les deux générations ne parlent pas la même langue. Pendant toute la durée du film on voit ces discussions entre mère et fille en arabe-français et en français-arabe. La mère parlant l’arabe et ses filles lui parlant ou répondant en français.

Fatima, écrit ses pensées en arabe dans ce qu’on pourrait appeler son journal intime. Elle y exprime ses sentiments et ses peurs, ses angoisses et ses incertitudes. Elle sait qu’elle doit tout faire pour que ses filles aient une  vie meilleure, surtout pour l’aînée, Nesrine, qui entre en études de médecine. «La peur commence à reculer et je reprends confiance en moi» est une des premières phrases qu’elle écrit.

Fatima suit des cours de FLE mais sa progression est lente, si elle s’exprime en oral c’est seulement pour dire des mots basiques comme ‘oui’, ‘non’, ‘bonjour’, ‘au revoir’ , ‘je comprends’ etc. Et quand elle veut aider sa petit fille de 15 ans , quand elle veut contrôler si elle a fait ses devoirs c’est impossible car selon sa petite fille Souad la barrière linguistique est trop grande. Mais cela ne démoralise pas notre héroïne. Elle mène des combats au quotidien. En pensant qu’à travailler plus pour gagner plus et à donner  tout ce qu’elle peut à ses filles, cette combattante accumule tout ce stress et cette peur, et dans un moment au travail, elle glisse et tombe d’un escalier ce qui a comme conséquence un arrêt de travail. Mais pendant tout ce temps là elle continue à écrire et en plus elle présente ses écritures à une femme médecin arabophone qui apprécie son œuvre.

 A la fin du film Fatima dit qu’ une des choses qui l’a marquée à vie et ce que sa petite fille Souad lui a dit un jour ; «Maman tu n’es pas capable». Sa douleur psychique dépasse la douleur physique.

Fatima comprend très bien le décalage des générations et des modes des vie et le changement de mœurs dans la société. Sa fille et ses copines vivent dans une société française comme elle dit où elle n’a aucune place.  Elle dit à la femme médecin qui la suit; «déjà par la langue, ils n’ont pas de parents. Comment veux tu parler avec ton père ou ta mère si tu ne connais pas leur langue?»

Une réalité sociale qui existe en France et dans d’autres pays comme le Canada, l’Angleterre, les États Unis où il y a des forts taux d’immigration. Ce film aborde non seulement les difficultés qu’une personne qui ne parle pas la langue du pays où elle vit peut affronter mais aussi ces gens « invisibles » qui exercent des travaux « invisibles ».

La protagoniste parle au nom de tous les ‘Fatimas’ qui cachent leur souffrance morale. Mais elle affirme aussi que beaucoup de gens «ne peuvent pas aller travailler sans une Fatima, construire un avenir, gagner de l’argent, acheter des parfums et de beaux vêtements sans une Fatima». A la place de Fatima, cette femme maghrébine immigré en France, pourrait être une Maria José, mexicaine qui a immigré aux États Unis ou une Amisha , indienne immigré en Angleterre etc.

Le film termine avec un moment de joie car Fatima voit elle-même les fruits de tout ce temps de travail. Elle lit le nom de sa fille Nesrine et voit sur l’affiche le résultat des examens qui démontre la réussite de sa fille pour les études en médecine.

Le film est adapté du livre «Prière à la lune» de Fatima Elayoubi donc c’est une histoire basée sur des événements réels.

En tant que futurs enseignants de FLE, je crois que c’est important d’être conscient de cette réalité sociale, des inquiétudes morales que nos apprenants peuvent avoir selon leur statut social. Car la personne qui veut apprendre une langue le fait par un besoin. Cela peut être un besoin personnel comme pour son plaisir ou pour voyager ou d’autre part pour satisfaire un besoin professionnel avoir un meilleur poste par exemple,et cela peut être aussi comme dans le cas de cette histoire un besoin d’intégration et de facilité dans les interactions de la vie quotidienne.

 

« Fatima », 2015 un film  de Philippe Faucon.

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Les difficultés de l’oral chez les apprenants yéménites arabophones (mémoire en chantier)

Sommaire

 

Remerciements

Introduction générale

Partie I « – cadre théorique-« 

Chapitre 1 :  » l’enseignement de la langue française au Yémen »

1.1 Cadre institutionnel yéménite

 1.2 Statut du (F.L.E) au Yémen

1.3 Quelque pistes d’enseignement

1.4 Objectif d’apprentissage de F.L.E

Chapitre 2: Présentation de l’objet de recherche:

2.1 Contexte de l’étude

2.2 Problématique

2.3 Questions de recherche

2.4 Objectif de l’objet de la recherche

Partie II :  » une enquête sur les difficultés de l’expression orale des apprenants yéménites »

Chapitre 1:  Méthodologie de l’enquête : recueil des données

  1.1 Présentation des données du questionnaire- apprenant (1) et (2) – de la 3ème  et de la 4ème année universitaire.

1.2 Présentation des données du Test Oral de la 3ème et  4ème année universitaire.

1.3 Présentation des données du questionnaire- enseignants (3).

Chapitre 2: Analyse des données

2.1 Analyse et traitement des données recueillies.

2.2 Propositions et remédiations aux difficultés d’apprentissage.

2.3 Comment créer un bon environnement éducatif du F.L.E au Yémen?

Conclusion

Références bibliographiques et site graphiques.

Annexes

Table des matières

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

– Présentation générale de la recherche :

 

Dans un monde en perpétuelle évolution scientifique et technologique, l’enseignement des langues étrangères est devenu une réalité incontournable. La langue est un instrument harmonieux de la communication.

La compétence communicative constitue l’objectif premier de l’apprentissage d’une langue étrangère. Dès lors les langues ne sont pas de simples outils qui permettaient de passer des informations de manière factuelle mais elles sont avant tout les vecteurs de communication des cultures dont elles sont issues.

Notre travail s’inscrit dans le cadre de l’apprentissage du (FLE). C’est un sujet qui tente d’évaluer et de faire évaluer l’enseignement/ apprentissage du français au Yémen; étant donné que tout contact entre deux systèmes linguistiques ( Français et Arabe) – comme c’est le cas au Yémen – met en interaction deux systèmes culturels et phonétiques très différents.

La compréhension et la production de l’oral a retenu toute l’attention dans les années (1970) et a connu un rayonnement avec l’entrée des documents authentiques en classe de langues. Comme l’affirme Louis Porcher  » la compétence et la réception de l’orale est la plus difficile à acquérir, et pourtant la plus dispensable ».

Son absence est anxiogène et place le sujet dans la plus grande insécurité       culturelle et linguistique.

Sur cette base , notre étude renvoie au milieu éducatif yéménite. La problématique de notre étude traite ces difficultés de l’expression orale chez la grande majorité d’étudiants yéménites arabophones. Notre enquête effectuée,  reposant sur des questionnaires auprès des étudiants et des enseignants, nous aidera à révéler les origines des difficultés de l’oral, et à prévoir les   aux apprenants une compétence de communication.

-Nos questions avancées sont :

1) Quelles sont les raisons des difficultés au niveau de l’oral?

2)Comment peut-on remédier à ces types de difficultés?

Notre travail de recherche visé à découvrir des réponses à nos questions par le biais des questionnaires élaborés qui  nous exposeront des données divers, qui nous expliqueront les motifs de ces erreurs et difficultés par l’aide des résultats recueillis des corpus afin d’en retirer des informations nécessaires à l’analyse et au traitement  des résultats.

Notre travail sur terrain tente à prévoir aussi les solutions efficaces tout en suggérant des moyens méthodologiques pour surmonter les difficultés de l’oral que rencontrent les apprenants au cours de leur apprentissage de (F.L.E); et qui entravent le bon déroulement de l’enseignement / apprentissage du (F.L.E au Yémen.

Notre objectif premier c’est de faire acquérir aux apprenants une compétence de communication et les engager à mettre en œuvre leurs diverses connaissances dans des situations de communication de plus en plus complexes.

 

(1) Contexte de l’étude

Cette recherche dont le thème est la difficulté orale, est faite sur deux catégories des étudiants appartenant au département de Français à l’université de Sanaa et des enseignants du même département. Ce travail est destiné aux étudiants de troisième et de quatrième année universitaire.

 On a fait le choix de ces deux années universitaires car pendant ces deux dernières années du parcours d’apprentissage du Français , l’apprenant tente de découvrir ses capacités et ses compétences orale par faire une sorte de pratique et de production de tout ce qu’il a appris et il apprend encore, et c’est ce qu’on appelle la période de transition chez les apprenants de la base grammaticale et phonétique à la production orale, ainsi que c’est la période pendant laquelle on commet et on se corrige à la fois nos erreurs de toute genre.

Notre enquête effectuée auprès des étudiants et des enseignants se constitue de deux parties principales :

1- Deux questionnaires visées aux étudiants et aux enseignants portant une seule question du genre ouverte, son contenu est sur les difficultés et les remédiations de la faiblesse orale chez les apprenants.

2- Test oral destiné aux étudiants, de deux années. La première partie c’est la production orale ( le test phonétique), durant lequel un petit texte de plusieurs lignes est présenté à l’étudiant pour lire à voix haute afin de découvrir et mettre en évidence sa faiblesse de phonétique à la prononciation.

Quant à la deuxième partie, la partie ( conversation), durant laquelle quatre questions directes sont posées de la part du chercheur à l’étudiant, et celui-ci pour relever le plus des erreurs et les analyser.

Ce test de l’oral a été enregistré de la part du chercheur par un dictaphone et l’ensemble de vingt enregistrement a été copié en CD et joint à cette recherche.

L’enquête est effectuée sur une vingtaine des étudiants, 10 étudiants pour chaque année, et une dizaine des enseignants.

                                                                                                      : (2) La Problématique

 Les apprenants du Français, pendant leur parcours d’apprentissage et même après la fin d’études, affrontent beaucoup de difficultés à s’exprimer en français, à construire des phrases correctes, à connaitre le mot pertinent au bon contexte, à prononcer de nombreux de sons et à comprendre une parole en français.

On remarque ce genre de difficultés chez l’apprenant, plus particulièrement, en troisième et quatrième année de ses études universitaires, pendant lesquelles l’étudiant essaie de mettre en pratique le fruit de son parcours de deux ou trois ans d’apprentissage basique du français.

En cette période, en écoutant l’apprenant parler et lire, on constate une faiblesse forte au niveau phonétique et morphosyntaxique ainsi que interlinguale (interférence Arabe/Français) dues à des ressemblances ou à des dissemblances linguistiques avec la langue maternelle ou avec la ou les langues préalablement apprises, et le plus souvent avec l’anglais.

On tente à travers cette recherche d’aider les apprenants à révéler les origines des difficultés de l’oral, et à prévoir les propositions nécessaires de remédiations ainsi que les solutions efficaces afin de faire acquérir aux apprenants une compétence de communication.

(3) Questions de recherche

Cette recherche se penche sur deux questions principales :

  1– Quelles sont les raisons des difficultés au niveau de l’oral?

  2-Comment peut-on remédier à ces types de difficultés?

Ces deux questions révélatrices sont traitées et répondues par les deux axes principaux de notre enquête ( les apprenants et les enseignants ). Dans la première, on tente de connaitre les causes spécifiques de cette lacune et cette difficulté orale que les apprenants rencontrent, quant à la deuxième question; on prévoit, à travers les questionnaires et les tests d’orale les solutions efficaces et les remédiations nécessaires à cette problématique.

(4) Objectif de l’objet de la recherche :

Notre travail de recherche vise à découvrir des réponses à nos questions par le biais des questionnaires élaborés  qui   nous exposeront  des données divers, qui  nous expliqueront les motifs de ces erreurs et difficultés par l’aide des résultats recueillis des corpus afin d’en retirer des informations nécessaires à l’analyse et au traitement  des résultats.

Notre travail sur terrain tente à prévoir aussi les solutions efficaces tout en suggérant des moyens méthodologiques pour surmonter les difficultés de l’oral que rencontrent les apprenants au cours de leur apprentissage de (F.L.E); et qui entravent le bon déroulement de l’enseignement / apprentissage du (F.L.E) au Yémen.

Notre objectif premier c’est de faire acquérir aux apprenants une compétence de communication et les engager à mettre en œuvre leurs diverses connaissances

Dans des situations de communication de plus en plus complexes.

) Recherche sur le terrain :5(

Dans la deuxième partie du mémoire, nous allons présenter notre recherche sur terrain et aussi notre étude empirique, tout en présentant les données du questionnaires apprenants du 3ème et 4ème année universitaire et les résultats du Test Oral du même apprenants et enfin nous dressant les opinions des professeurs issus du questionnaires.

Notre enquête de terrain est menée au Yémen, à l’université de Sanaa, à la faculté des langues, département de Français, durant l’année universitaire       ( 2014-2015). Notre recherche empirique s’inscrit dans le contexte d’une étude éducative et pédagogique portant sur l’analyse des erreurs orales des apprenants yéménites arabophones qui ont un niveau intermédiaire en (FLE).

Développée à partir des années 1960, l’analyse des erreurs marque une étape importante dans la recherche en didactique des langues. Dans cette optique nous avons fait subir à nos apprenants un type de Questionnaire ouvert et un type de Test Orale.

Notre travail de recherche vise à découvrir des types d’erreurs de l’oral , ses causes et à prévoir les solutions possibles à remédier.

Vu, qu’un autre questionnaire – enseignants était aussi indispensable pour révéler les opinions et les idées divers du cadre éducatif auprès des problèmes qu’envisagent les apprenants au niveau de l’oral.

D’abord, notre questionnaire- apprenant est constitué d’une seule question distincte qui tente à éclaircir les difficultés de l’Aral que rencontrent les apprenants lors de leur cursus universitaire tout en jetant la lumière sur leur propositions pour y remédier.

Ensuite : notre Test-Oral destiné aux apprenants est constitué de deux parties distinctes, vu que la première partie est formée de la production orale » Phonétique« , et qui vise à tester leur lecture et leur prononciation . la deuxième partie est ainsi constituée de 4 questions variées et qui tentent aussi d’examiner leur niveau en français.

En fait, pour évaluer la langue parlée; il était nécessaire de disposer d’un corpus sonore; et c’était notre objectif majeur de la première partie du test visant à détecter l’erreur de la prononciation à l’oral par excellence.

En effet; notre échantillon était formé d’un groupe représentatif de 10 apprenants de la 3ème année universitaire, et de 10 apprenants de la 4ème année universitaire ( apprenants mixtes de garçons et de filles , âgés de 19 à 24 ans).

A la suite du premier questionnaire – ouvert; les apprenants étaient enregistrés tous, nous avons procédé à un travail d’écoute et de transcription des données sonores, ce qui nous a aidé à relever les erreurs de lecture et à déceler les faiblesses de prononciation à l’oral.

Sans aucun doute, en nous reposant sur ces collectes écrites et sonores des Questionnaires et du Test-Oral, nous serons apte à réunir un ensemble très variés d’erreurs à l’oral qui seront par la suite relevées, traitées et enfin analysées.

Concernant notre Questionnaire – Enseignants, il nous aidera à bien saisir les autres idées des professeurs; ceux qui nous lanceront un bilan éducatif de leur divers opinions relatifs aux problèmes qu’affrontent les apprenants au niveau de l’oral.

Leurs réponses aux questionnaires nous aideront lors de notre analyse pour mettre en priorité toutes les causes de ces difficultés tout en dressant les propositions et les solutions.

Notre partie suivante nous présentera les différents types de l’erreur à l’oral chez les apprenants yéménites arabophones de la 3ème et de la 4ème année universitaire.

BIBLIOGRAPHIES ET REFERENCES

 

-ASTOFLI Jean Pierre ( 1999) : Chercheurs et enseignants : Repères pour enseigner aujourd’hui, INRP Paris

-ASTOFLI J.P (1997) : l’erreur, un outil pour enseigner, E.S.F. Paris

-LARRUY Martine Marquillo (2003) : Interprétation de l’erreur : didactique des langues étrangères, Edition Christine Gall

-BROUSSEAU G (1994) : Définition de l’erreur, cité dans la revue  » Echanger »

-PORQUIERE Remy (1992) : L’analyse des erreurs, problèmes et perspectives

-PORQUIRE Remy et BESSE Henri (1984) : Grammaire et didactique des langues, Hatier, Collection LAL- Paris

-PORCHER LOUIS (1995) : Le français langue étrangère, émergence et enseignement d’une discipline, Editions Hachette Education

-LAMY André (1981): La pédagogie de la faute et l’enseignement de la grammaire, Paris, B.E.L.C

Radhwan Alsabri : Analyse d’erreurs et des difficultés interlinguales en production orale chez les étudiants yéménites apprenant le français (2009)

-EL CHIBANI Mayada : Apprentissage du français langue étrangère à l’université de Sanaa (Yémen) : analyse des erreurs des apprenants (2008)

-PERRENOUD Philippe (1999) : Dix nouvelles compétences pour enseigner : invitation au voyage, 2ème Edition-Paris

-CORNAIRE Claudette et GERMAIN Claude (1991): Le point sur la lecture : didactique des langues étrangères, Québec, CEC-INC

-CUQ J.P ET GRUCA Isabelle (2005) : Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, Nouvelles Editions – Presses Universitaires de Grenoble

 

 

 

-( Un exemplaire du Test oral, du questionnaire adressé aux apprenants ainsi que celui adressé aux enseignants)

 

Test oral (3ème année universitaire)

Nom:………………………………………………………………….

Année:……………………………………………………………….

 

I Production Orale :  « phonétique « 

« C’est  à cause de ça que j’ai commencé à penser au sud.  A retourner vers le soleil. Pour que le bébé ait du soleil sur sa peau. Pour qu’il ne continue pas à respirer l’air pourri de cette rue sans ciel. Avec mon mari, on faisait des plans. Il allait gagner son match des poids plume. On attendrait avril ou mai pour que le bébé soit bien grand et puisse supporter le voyage.

 

 

_________________________________________________

II Conversation orale :

1-     Vous vous présentez!

2-     Pourquoi vous apprenez le français?

3-     Est-ce que vous affrontez des difficultés lors de votre processus d’apprentissage?

4-     Parlez-moi de vos projets d’avenir / de votre future carrière?

 

 

  Questionnaire – apprenants (1) et (2)( 3ème et 4ème année)         

 

Nom :…………..……………………………………………………………………

Année:……………………………………………………………………………….

 

1-Quelles sont les difficultés de l’oral que vous rencontrez pendant votre apprentissage du français et quelles sont vos propositions et solutions pour y remédier ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Questionnaire – enseignants (3)

Nom:………………………………………………………………………………..

Année:……………………………………………………………………………..

 

2-D’après votre expérience dans le champ éducatif, quelles sont les principales raisons des lacunes de l’oral des apprenants yéménites arabophones et quels sont les  types de solution que vous préconisez?

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………