Archives par mot-clé : dialogue imaginaire

Bref , j’ai eu mon premier rendez-vous avec mon directeur de mémoire

C’est le matin  du 10 décembre  2015.J’attends devant la salle des professeurs au 3ème étage de l’université  Paris 3 Nouvelle Sorbonne, 46 Rue de Saint-Jacques 75005  Paris . Enfin , je vais rencontrer  mon directeur de mémoire dans quelques minutes… apès un long mois d’attente…Un rendez-vous si attendu  où je pourrai  finalement lui présenter mon projet de mémoire.J’ai  hâte et en même temps j’ai peur.C’est bizarre…La porte de la salle s’ouvre…

Professeur :Bonjour !Monsieur  Vladislavski ?

Moi( ah j’ai oublié de vous dire que  je m’appelle  Stanislav  Vladislavski) :Oui, bonjour, Monsieur !

Professeur :Entrez ! Assiez-vous et parlez –moi de votre sujet de mémoire !

Moi : Mon  sujet de mémoire porte sur l’influence de la langue maternelle dans l’apprentissage d’une langue étrangère :le cas des bulgarophones.Je mettrai l’accent sur l’apprentissage des prépositions et des verbes pronominaux et comment la langue maternelle peut  l’influencer…Et la problématique est si  la langue maternelle  est un atout dans l’apprentissage ou au contraire  c’est un obstacle pour les apprenants…

Professeur :D’accord…Bien…Et  c’est quoi votre corpus ?

Moi :Mon corpus ? Excusez-moi , Monsieur, mais qu’est-ce que vous entendez par corpus, ai-je dis avec une voix troublante.

Professeur : Vous avez  besoin des copies d’élèves  pour  les analyser par la suite.

Moi :Ah oui , bien sûr , j’ai pensé  à contacter  des écoles bulgares à Paris pour voir si je pourrais faire des observations là-bas et également    au  lycée français à Sofia en Bulgarie.

Professeur : Ah il y a des écoles bulgares à Paris ? Je ne savais pas…C’est très intéressant.Maintenant…parlez-moi un petit peu de votre bibliographie…Vous avez déjà lu des ouvrages concernant votre sujet ?

Moi :Oui un peu…J’ai lu des articles sur le site d’AILE portant  sur l’acquisition de langage.J’ai également consulté des ouvrages comme Pensée et langage  de Vygotski  et aussi La langue maternelle en classe de langue étrangère de Castellotti…

Professeur :Je vois…Ce n’est pas suffisant, Monsieur Vladislavski ! Votre bibliographie est très pauvre pour l’instant !J’attendais que vous soyez un peu plus préparé pour aujourd’hui…Vous devez vous  mettre au travail…Il vous reste que 6 mois à rédiger votre mémoire…Je vous enverrai par mail une  liste des ouvrages concernant votre sujet que je trouve intéressants…Pour la prochaine fois, je  veux que vous m’envoyiez par mail  une première partie de votre travail.

Moi :Et la prochaine fois sera quand, Monsieur ?

Professeur : Je ne peux pas vous donner une date exacte…Vu que c’est la fin du semestre et  vous avez beaucoup de travail en ce moment,  ce sera probablement  le milieu du mois de février…Comme ça vous aurez assez de temps pour travailler.Je vous enverrai un mail avec la date  et l’heure de notre prochain rendez-vous.C’est tout pour l’instant.Est-ce que vous avez des questions ?

Moi :Oui,la première partie de mon travail doit contenir l’introduction et la problématique ?

Professeur :Exactement,essayez d’avancer le plus possible…Si vous avez des questions sur la méthode ,vous pouvez toujours m’envoyer des mails.

Moi :D’accord.Merci beaucoup,Monsieur !Bonne journée !

Professeur :Bonne journée ,Monsieur Vladislavski !A la prochaine fois !Et n’oubliez pas , travaillez dur !

C’était ça la première rencontre avec un directeur de mémoire ?15 minutes de conversation et j’ai déjà un tas de bouqins à lire jusqu’au mois de février et en plus je dois lui présenter une première partie de mon travail…Heureusement qu’on n’aura pas de cours le deuxième semestre.

Bref , j’ai eu mon premier rendez-vous avec mon directeur de mémoire !

 

 

Christina Angelova

Etudiante en Master 2 Didactique des langues , l'université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

More Posts

Quand l’ego et l’alter ego mènent une discussion sur le mémoire

Ego : E

Alter Ego : A

E : Écrire un mémoire, choisir un sujet parmi une large palette, choisir un sujet équivaut savoir ce que je veux. Qu’est-ce que je veux ? Qu’est-ce que je veux aborder, rechercher, problématiser ? Quels sont les sujets qui m’intéressent ? Et quelle sera ma problématique par rapport à ces questions ? Comment y trouver des réponses ?

A: Et si tu combinais ce que tu aimes le plus ?

E : C’est-à-dire ?

A : Bah c’est-à-dire les langues, l’éducation et la didactique visant le bi-/plurilinguisme.

E: Hmmm oui il y a pleins de questions que je me pose sur le plurilinguisme. Mais travailler sur le plurilinguisme en France ou seulement le français est la langue de la République..

A : Tu es à Paris, au cœur de la France, il y a surement un terrain de recherche qui t’attend.

E : Ah oui ? Un exemple ?

A: Un exemple ? Je t’en donnerai 10 ! DULALA (D’Une LAngue à L’Autre), une association qui a comme vision de valoriser le bi-/plurilinguisme pour les enfants en utilisant l’approche de l’ éveil aux langues, le CAFÉ des langues (Centre d’Animation et de Formation pour l’ Éducation bilingue et plurilingue) qui est une autre association dont les actions visent à valoriser le bi-plurilinguisme , tu as toutes les écoles bilingues, l’Observatoire Européen du Plurilinguisme, ADEB,  l’Association pour le Développement de l’Enseignement Bi/plurilingue, Familangues une association-outil collectif de valorisation du plurilinguisme.. Contente ou tu veux que je continue ma liste ?

E : Non merci j’ai bien compris trouver un terrain sur le plurilinguisme en France ne va pas me poser aucun problème. D’accord, mais pour un mémoire il faut aussi d’autres pistes pas seulement le terrain d’observation.  Je n’en sais pas trop, le seul cours sur le plurilinguisme que j’ai eu après 4 ans d’études c’était cette année au premier semestre. Mais bon au moins j’ai mon expérience personnelle qui date de ma naissance et mon expérience professionnelle.

A : Un mémoire c’est sérieux. Cela demande du professionnalisme. Ça ne rigole pas. Le fait que tu parles plusieurs langues ou que t’as fait un stage de 5 mois pour le CASNAV ne suffit pas. Il faut de la science et qui dit science dit recherche et qui dit recherche dit lecture et qui dit lecture dit écriture et qui dit écriture dit création !

E : Tu n’as pas par hasard un diplôme en rhétorique ?

A : Très drôle Mme l’Ironique.

E : Mais non tu sais qui s’aime se taquine. Mais vraiment tu m’as convaincu sur ce plan. D’accord disons alors terrain trouvé, deuxième partie les lectures ? Qui a écrit  sur le plurilinguisme ?

A : Tu me fais rire ma petite. On est vraiment différents. Alors bien évidemment tu ne vas pas lire TOUT ce qui a été écrit sur le plurilinguisme si non même en 5 ans tu ne termineras pas tes études. Écoute-moi. Le plurilinguisme c’est ton sujet macro d’accord ? Comme le nom fruit qui peut signifier pomme, banane, abricot, fraise est un mot disons macro alors que la pomme est micro. Alors toi tu as choisi de travailler sur les fruits et pas sur les légumes ni les pâtes. Donc maintenant tu dois choisir sur quel fruit tu vas travailler. Est-ce que ça sera la pomme, la banane, l’abricot ou la fraise ? Ça peut-être aussi l’orange ou le raisin à toi de voir !

E : Euh là je me sens perdue.

A : Il faut que tu restreintes maintenant ton sujet qui fera toujours partie du macro, du plurilinguisme mais qui portera sur un sujet précis ce que je t’ai  dit tout à l’heure sur un fruit précis.

E : Ah j’ai compris !

A : Très bien. Et par rapport à ce sujet micro précis tu feras tes propres recherches, tes propres lectures.

E : Un feedback s’il-te-plait !

A : Bon d’accord. En général et je me focalise sur en général ceux qui ont écris sur le bi-plurilinguisme sont : F. Grosjean, C. Hélot, M. Candelier, M-R Moro, D. Coste, R. Gallison, J. C. Beacco, L. Dabène, V. Castelotti, G. Lüdi, etc etc. En plus il y a de films comme la Cour de Babel ou Raconte-moi ta langue qui seraient très utiles pour toi.

E : Pas mal. J’ai quand même une grande palette.

A : Oui. Mais ce n’est pas fini. Il faut maintenant choisir un directeur /une directrice de recherche par rapport à ton sujet auquel/ à laquelle tu présenteras ton sujet, ta problématique, ton terrain de recherche et bien sûr la bibliographie.

E : D’accord…

A : Mais attention ! Il faut bien choisir cette personne car elle te guidera pendant tout ton travail. Elle te donnera de conseils, tu pourras lui poser de questions, elle sera là pour t’aider.

E : Ah mais c’est cool  je ne suis pas tout seule !

A : En effet tu n’es pas toute seule mais attention une fois t’as choisi ton directeur/ta directrice et que t’aies eu son accord tu ne peux plus revenir en arrière. Donc choisis bien surtout par rapport à ton sujet. Et si tu connais cette personne par exemple si t’a eu un cours avec lui/elle tant mieux car tu connais déjà la méthodologie du professeur.

E : Ok tout est compris ! Alors terrain d’observation c’est bon, bibliographie c’est bon, directeur/directrice c’est bon aussi . Qu’est qui en reste ?

A : Écrire ! Commencer ses recherches, aller aux colloques, aux conférences qui abordent ton sujet macro, lire, et puis encore une fois écrire !

E : D’accord d’accord j’ai compris. Merci !

A : Ne sois pas égocentrique.

E : Mais pourquoi tu dis ça ?

A : Parce que tu sais très bien que je suis une invention de ton imagination. Tu es en train de te remercier toi-même !

E : Et alors ? Je n’y vois aucun mal. Tu sais il faut s’aimer soi-même pour pouvoir aimer les autres. Et puis si je te parle c’est parce que je dois me connaître moi –même avant de connaître une science ou d’écrire un mémoire n’est ce pas ? La phrase « Connais-toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux » te dit que quelque chose ?

A : Égocentrique et en plus ethnocentrique ! Tu n’arrêtes pas de parler dans tes articles et tes commentaires sur Arlap de la Grèce et de ses philosophes!  Bien sûr que je connais Gnothi seauton de Socrate qui est devenue une inscription du Temple de Delphes.

E : On en a presque tous de l’égocentrisme et de l’ethnocentrisme mais ce n’est pas tout le monde qui a le courage de l’avouer comme moi !

A : Oh là là !

 

 

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

FOU à lier

Trouver un directeur de recherche n’est pas facile, comme toutes les étapes du mémoire : le sujet, la problématique, les hypothèses, la méthodologie, la bibliographie… Moi, j’ai commencé d’abord en choisissant celui qui était le plus sympa. A la fin du cours, je suis allée lui parler :

– Bonjour Mme Collet, je voudrais vous demander si vous voulez être le directeur de mon mémoire.

– Euh… Oui. Ecoutez, on va prendre un rendez-vous et vous me direz quel est votre projet. Vous savez, c’est très important que ça soit votre projet, vos idées.

Voilà, j’ai trouvé mon directeur de recherche, je me suis dit. Pour le rendez-vous, j’ai préparé mon projet : la problématique, les hypothèses, la bibliographie afin de montrer mon autonomie.

– Bonjour Mme Collet !

– Bonjour… euh… Comment vous vous appelez déjà ?

– Romane… Romane Langlois.

– Ah oui… je le savais. Alors, vous pouvez me présenter votre projet. C’est très important que l’étudiant choisisse lui-même son projet.

– Euh, je voudrais travailler sur l’enseignement de la littérature dans un cours hybride aux adolescents. Actuellement avec les nouvelles technologies comme Internet, les réseaux sociaux, tout ça peut être un outil dans l’enseignement des langues étrangères et…

– Oui, je sais… Mais ce n’est pas mon domaine de recherche.

– Ah bon ? C’était sur la page web de l’université…

– C’est vrai, mais à ce moment j’ai un autre projet, alors je ne veux plus de recherches sur le numérique.

– D’accord… Je peux changer ! Le cours peut être seulement en présence… Dans un lycée à l’étranger…

– En fait, ce n’est pas bien ce public, il y a déjà beaucoup de recherches. Il vaut mieux le public adulte, universitaire.

– Ben oui… Alors, l’enseignement de la littérature à un public étranger à l’université, c’est bien ça ?

– Oui c’est bien… à l’université les étudiants ont besoin de lire… Les étudiants lisent des textes littéraires à l’université. De plus, ils lisent d’autres genres de textes.

– Euh…oui. Des articles…

– Ils ont besoin d’écrire aussi, écrire les genres universitaires est plus difficile que lire.

– Oui ?

– Vous avez une bonne idée, vous pouvez faire une recherche avec les étudiants étrangers, les genres dont ils ont besoin. C’est bien ça, le FOU : Français sur objectifs universitaires. Mais il faut trouver une problématique.

– Euh… Oui… c’est vrai, fou.

– Je vous conseille de lire ces articles, tenez. Ensuite vous réfléchissez à la problématique.

– Euh… d’accord.

– Vous m’écrivez si vous avez des questions. N’oubliez pas que c’est votre recherche et je suis là seulement pour vous aider. Au revoir.

– Je vous remercie. Au revoir !

Et c’est comme ça que j’ai trouvé mon directeur de recherche et le sujet de mon mémoire.

Monica RIBEIRO CUNHA

Diplômée en Langues Française et Portugaise à la Pontificia Universidade Catolica de Sao Paulo (Brésil), actuellement en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère/Seconde et Langues du Monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedIn

L’épreuve du mémoire round 1: la rencontre

La porte est en face de moi. Il est 9H45 et j’ai rendez-vous à 10H. L’attente me paraît interminable donc je décide de prendre un café. Je me balade dans les couloirs à la recherche d’un distributeur. Un camarade que je croise me rappelle qu’il n’y en a pas dans le coin. Je retourne vers la porte. J’angoisse et me rends compte que je n’ai rien préparé. Pas de pré-projet de mémoire, pas de références bibliographiques. Rien. Juste moi, les mains dans les poches. Comment j’ai pu oublier cela? Plusieurs scénarios me viennent à l’esprit. J’imagine: ma directrice me gronder puis m’indiquer la sortie ou bien elle qui me regarde, moi qui la regarde, elle qui me regarde, moi qui la regarde…10H! La porte s’ouvre. Ma directrice me fait signe d’entrer et de m’installer. La tension est à son comble.

Dir: Bonjour Aurore!

Moi, d’une voix timide: Bonjour madame!

Dir: Alors-

Moi: Euh excusez-moi, si je peux me permettre de vous interrompre, je n’ai pas préparé de projet rédigé…J’ai complètement oublié. J’ai encore des dossiers à rendre. Je reconnais avoir du mal à m’organiser ces temps-ci. J’espère que ce n’est pas dramatique…?

Dir: Ce n’est pas grave du tout, je suppose que vous avez plus ou moins en tête une idée de votre sujet? Des pistes à explorer ? un éventuel corpus à étudier?

Moi: Euh oui.

Dir: Ben allons-y.

Moi: Maintenant? Tout de suite? Là?

Dir, d’un air rieur: Vous avez bien demandé un rendez-vous avec moi?

Moi: Oui, pardon madame… Alors, je souhaiterais aborder la place de la diversité francophone dans les manuels de FLE en contexte homoglotte. Le français est parlé dans divers espaces géographiques et véhicule différentes cultures. Ce qui serait intéressant est de voir si cette pluralité est prise en compte dans les outils méthodologiques ou si les manuels restent plutôt franco-centrés, ce qui me permettrait de voir si la francophonie est synonyme de diversité ou juste de la France dans ces manuels.

Dir: D’accord…écoutez, ça me semble être une assez bonne piste pour l’instant. Maintenant, il faut préciser. Qu’est-ce-que vous voulez étudier particulièrement la diversité linguistique ou culturelle?

Moi: Linguistique je pense… mais j’hésite encore.

Dir: D’accord et ce sont des manuels de FLE généraux qui vous intéressent ou un peu plus spécialisés?

Moi: Généraux oui…

Dir: Ok…Bon, en tout cas, je pense que pour l’instant, il faut s’attaquer à votre corpus de manuels. Partez à la rencontre de ces manuels. C’est en les explorant et en sélectionnant quelques-uns que vous trouverez des pistes intéressantes à analyser. Parcourez les bibliothèques, les centres de documentation. D’accord?

Moi: Oui…

Dir: Ah oui et j’allais oublier! Commencez votre bibliographie! Voilà, donc, pour l’instant, occupez-vous du corpus et de la bibliographie. On en reparle une fois que ça se sera précisé. Et n’hésitez pas à me contacter si vous avez le moindre doute ou des questions à poser. D’accord Aurore?

Moi: Euh ben oui, d’accord. C’est tout?

Dir: Oui sauf si vous voulez ajouter quelque chose?

Moi: Euh non. Ben, je vous remercie. Au revoir.

Je sors du bureau et regarde l’heure. Ma montre affiche 10H15. Une question me préoccupe: le premier rendez-vous avec sa directrice est-il toujours aussi court? Bref, je suis soulagée. Prochaine étape: le corpus et la bibliographie. To be continued…

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts

Directeur de mémoire et étudiant : les choses vont mal !

Je précise que les personnages et les situations de ce dialogue sont purement imaginaires. Par conséquent toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

L’étudiant va au rendez-vous à 13h comme prévu pour parler de son projet avec son directeur de mémoire.

A 13h…

E : Bonjour Monsieur,

D : Bonjour Alper, ça va ?

E : Je vais bien, et vous ?

D : Ça va ça va mais c’est terrible tout ce qui passe ces jours-ci à Paris et dans le monde.

E : Ah oui, vous avez raison. C’est terrible.

D : Oui, les choses vont mal. Quand je regarde le monde, je me demande  « où va le monde? » La société devient de plus en plus violente et les gens ne connaissent pas trop ce qui se passe vraiment. Une fois je suis allé au Cinégal et un jour, dans un restaurant, j’ai rencontré un monsieur qui était assis avec un habit qui ressemblait à une longue robe et une écharpe sur la tête pour couvrir. Durant la conversation, le moment où on a parlé des langues, ce monsieur a prononcé ces phrases « L’arabe est une langue sacrée. » Je lui ai dit « Qu’est-ce qui fait qu’une langue peut être considérée comme sacrée ? » Il m’a regardé droit dans les yeux, a enlevé son manteau et a dit « Tu n’es toujours pas convaincu ? » (rire) Vous voyez ?

E : (rire) C’est trop bizarre ça…

D : Voilà, malheureusement la mentalité des gens aujourd’hui est …

2 heures après… A 15h…

D : Alors, on voulait parler de quoi ?

E : De mon projet de mémoire mais j’ai cours maintenant à 15h…

D : Ah oui, vous vouliez travailler sur l’évaluation, n’est-ce pas ?

E : Oui.

D : D’accord, pas de soucis, très bien. Mais écoutez, les choses vont mal dans le monde, vous voyez ? C’est très inquiétant tout ça et…

E : On en reparlera Monsieur, il faut que j’y aille car j’ai cours. Sinon les choses iront mal pour moi…

D : Ok, très bien ! Vous m’écrirez et on verra. Bon cours !

E : Merci Monsieur. Bonne journée !

D : Bonne journée !

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et un Master Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.. Actuellement doctorant en Sociolinguistique et DFLE.

More Posts

Du date* au premier rendez-vous avec son directeur de mémoire, il n’y a qu’un pas.

J’étais stressée.

Dans un peu moins de deux minutes, j’allais le voir. Non pas que je ne l’avais jamais vu, mais jamais en tête à tête. Je l’avais toujours admiré de loin, aussi bien son aisance lors des cours que son CV aussi épais que ma cuisse.

Préparer ce rendez-vous avait été toute une épopée, rien que pour lui envoyer un mail de trois lignes, je m’étais relue une quarantaine de fois. Aussi, attendre sa réponse, après ce premier mail dans lequel je lui demandais un rendez-vous, m’avait causé bien des insomnies. Qui, à notre époque, prend cinq jours pour répondre à un message ??? J’avais également pris énormément de temps à choisir ma tenue, même si j’entends dire que l’habit ne fait pas le moine, selon moi, il y contribue fortement. Je voulais paraître sûre de moi, sans faire prétentieuse et à en croire ma mère, c’était plutôt bien réussi.

Il était exactement six heures, zéro zéro, passées de sept secondes, quand Robert, a finalement ouvert la porte.

« Bonjour Monsieur Dagwoxyzk !

– Bonjour Marie. Votre mail était assez léger, exposez-moi votre sujet plus en détail, voulez-vous ? »

Oooh, me voilà toute rouge. Lui qui ignorait mon existence il y a encore un mois, venait de m’appeler par mon prénom. Bon, arrêtons de rêvasser, faut que je lui réponde.

« C’est pas faux. Alors, euh, en fait, moi, bah, en fait, moi je voudrais travailler sur euh, le français et le lingala en République démocratique du Congo.

– D’accord.

– En fait, euh, mon titre, hypothétique hein, ce serait « Conséquences linguistiques de l’avidité territoriale occidentale : étude de la RDC ».

– D’accord.

– Donc je sais pas, j’sais pas trop, j’ai trop d’idées en fait. Le truc, c’est que, euh, j’ai pas de problématique. J’ai, j’ai fait en sorte d’avoir des cours qui m’aideraient plus ou moins à répondre à certaines des interrogations que je me posais. Que ce soit, euh, concernant le plurilinguisme, les politiques linguistiques, l’anthropologie linguistique ou encore, euh, la didactique du français langue seconde.

– D’accord. Est-ce-que ça vous a aidé ?

– Euh, pour être honnête, certains beaucoup moins que d’autres. Mais le vôtre, beaucoup, c’est pour ça que je vous ai choisi d’ailleurs ».

Pour la première fois depuis le début de notre rendez-vous, il esquissait un sourire. N’en déplaise à certains, être un fayot, ça marche toujours.

« Merci. Vous êtes bien aimable. Vous avez un bon sujet. Qu’en est il de votre bibliographie ?

– Bah, alors en fait, j’ai découvert Louis-Jean Calvet, et j’ai lu plusieurs de ses ouvrages linguistiques. Sinon j’ai d’autres œuvres en tête, par-ci, par là…

– « Par ci, par là » devrait être nommé. On est déjà au mois de décembre. Le temps va passer très vite. Il faut vous mettre au travail.

– Oui, je sais, mais euh, je voulais me consacrer plus sur mes dossiers. Enfin, euh, ceux que je dois rendre au plus tard le dix-huit décembre.

– D’accord.

– Non mais j’travaille ! C’est juste que j’essaie de m’organiser du mieux que je peux en fait. Mais pour le second semestre vu qu’on aura peu de cours, euh, je me consacrerai entièrement et uniquement au mémoire.

– D’accord.

– Euh, d’accord.

– Je vous ai rédigé une bibliographie après avoir reçu votre mail. Tenez. Vous avez signalé que vous aurez du temps à partir du dix-huit décembre, tâchez d’en lire la moitié.

– D’accord.

– Je pense qu’on a fini pour aujourd’hui. Envoyez moi un mail lorsque vous aurez des idées de plans, je prends un peu de temps à répondre, mais je réponds donc ne me relancez pas.

– D’accord. Au revoir.

– Au revoir Marie. »

Qui l’aurait cru, le charme était rompu, Robert est un tyran. Le rendez-vous n’a duré que neuf minutes, mais j’avais l’impression qu’il s’était écoulé dix bonnes heures. Je vais voir si sa bibliographie va m’aider à trouver un plan, pas sûre… Croisons les doigts pour que le second rendez-vous se passe mieux.

J’suis stressée.

* Lire /deɪt/ et non /dat/.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

un dialogue imaginaire entre un professeur et un étudiant : quand c’est moins, pourquoi vous faites plus ?

r8810f00

Devant le bureau dont la porte est ouverte,  un étudiant se promène de gauche à droite.

Professeur : Bonjour, Raphaël. Est-ce que je peux vous aider ?

Etudiant : Bonjour, Monsieur Joyeux. Avez-vous quelques minutes, hum, pour discuter de mon essai avec moi s’il vous plaît ?

P : Oui, bien sûr. Entrez et Asseyez-vous !

E : Merci. Vous m’avez donné 11/20 dans mon essai. J’ai obtenu 11/20 déjà quatre fois dans votre cours. Je suppose, je ne vois pas ce que vous cherchez vraiment dans ma rédaction.

P : Alors, vous n’êtes pas le seul, Raphaël. Je crois que la majorité de la classe a le même problème pendant ce semestre. En fait, j’avais expliqué ce que j’attendais de vous tous, mais personne n’a pas eu l’air de comprendre. Je suis mauvais comme professeur, je pense.

E : (rire) Je ne pense pas. Mais je suis désolé. Cela ne vous dérange pas si vous me l’expliquez de nouveau ? Je vois que vous voulez un essai dont l’idée est bien claire et je croyais que je l’avais fait cette fois-ci. J’en étais sûr.

P : Vous l’apportez avec vous ?

E : Oui.

P : Laissez-moi regarder.

E : Bien sûr. Tenez !

P : Hum…oui…Je m’en souviens maintenant. Franchement, vous avez un très bon essai ici. Je l’adore. Je souhaite juste que vous auriez dû présenter d’une manière plus efficace.

E : Co…Comment ?

P : Alors, juste regardez votre première phrase que les lecteurs vont rencontrer au tout début. ” Certains chercheurs s’intéressent à la prosodie rythmique dans la phraséologie idiomatique.” Maintenant, dites-moi, Raphaël, si une personne ordinaire pioche et se met à lire, peut-elle comprendre ?

E : Alors, hum…J’espère. Je veux dire, je présume comme cela. C’est ce que j’ai pensé quand j’ai écrit, bien sûr.

P : Bien sûr. Elle semble courte et directe. Mais vous devez savoir quand vous l’avez écrite, vous auriez dû lire et rechercher votre thème à l’avance, j’espère. Mais les lecteurs n’arriveront pas à comprendre. Combien de gens savent-ils ce qui est “prosodie rythmique” ? Qu’est-ce que cela signifie, “phraséologie idiomatique” ? C’est une phrase très abstraite.

E : Oui, je pense comme cela aussi.

P : Raphaël, l’auteur doit d’abord être responsable de ses lecteurs, puis de son propre essai. Imaginez que tous les articles lus par vous basés sur des arguments flous, des malentendus ou des contrevérités, néanmoins, deviennent très répandus et connaissent un véritable succès grâce à l’auteur doué pour la communication.

E : Oui, il y en a beaucoup. Vous voulez que nous puissions écrire comme cela ?

P : (rire) Alors, je ne veux surtout pas que vous transmettiez des contrevérités. Ce que je veux, c’est aider mes étudiants à les éviter. Mais il vaut la peine d’observer comment font ces auteurs. Le plus important pour une rédaction efficace est de “connaître les lecteurs”. Il faut les conjecturer.

E : Ce qu’ils savent, n’est-ce pas ?

P : Exacte ! Ce qu’ils savent…et ce qu’ils ne savent pas. Si vous les convainquez, ils se sentent insultés, ils se disent, ” Pense-t-il que je suis bête, quoi ? ” Et ils s’en vont.

E : Alors, je ne pense pas comme cela, cela est sûr.

P : Peut-être que non, mais votre première phrase confine à un autre extrême. Si vous attendez beaucoup de vos lecteurs, vous allez aussi les bloquer. Ils se diront, “Comme qui me considère-t-il, Issac Newton ?” Et encore, ils s’en vont.

E : Alors, hum…Donc, ce que je dois faire, par exemple, avec cette première phrase ici ? Je ne peux pas simplifier un peu la grammaire ?

P : Non, mais vous pouvez sûrement adoucir les vocabulaires. Sinon, définissez des mots ésotériques quand vous les utilisez. Mais ceci ralentit toujours quelque chose. Laissez tomber. Vous devez vous amener et amener les lecteurs à la même ligne de départ plus ou moins. C’est ce que vous devez cibler.

E : Donc… Je dois définir “prosodie” comme “rythme mélodique” ou “intona…”.

P : Oui, c’est cela, l’idée…mais faites-le plus court, sinon vous allez perdre l’efficacité de votre première phrase. Pourquoi pas aller directement et utiliser “rythme” tout simplement ? Et après, vous pouvez introduire plus, hum…des termes spécifiques plus tard dans votre paragraphe.

E : Seulement “rythme”?

P : Exacte. C’est puissant et clair. C’est ce que vous voulez pour rendre intéressés vos lecteurs. Vous avez un essai où il y a des idées à préciser.

E : Alors, et après ? Vous dites que “phraséologie idiomatique” est, hum, trop…

P : Trop abstrait. D’accord, juste dites-moi cela : qu’est-ce que vous voulez dire par cette expression?

E : Alors, hum…cela veut dire, hum, proverbes, expressions figées et tout cela.

P : Bien ! Donc, pourquoi ne l’avez-vous pas dit au début ? C’est plus direct et attractif. Cela s’exprime d’une manière compréhensive pour tout le monde, “au rythme dans les proverbes”.

E : Mais…semble-t-il, alors…assez formel, Monsieur Joyeux?

P : Ne confondez pas la formalité et l’ambiguïté, Raphaël. Vous n’avez pas besoin de rédiger lourdement pour être formel. Et personne ne sait que vous n’êtes pas obligé d’utiliser de gros mots ! Vous avez besoin d’éviter les jargons et, hum, expressions relâchées. Et assurez-vous que c’est la grammaire standard. Rédigez clair, simple, direct. C’est ce que se construit un bon essai.

E : D’accord. Peut-être que j’ai mieux compris ce que vous vouliez, “clair, simple, direct”. Je pense à cela pour la prochaine fois.

P : Bien. Et j’espère que vous allez y réussir. Je ne refuse pas de donner 20/20 s’ils méritent, vous savez ?

E : Merci pour votre temps, Monsieur Joyeux. J’apprécie vraiment votre aide.

P : De rien, Raphaël. C’est mon devoir. A la prochaine.

E : A bientôt.

Référence :

Bruno Latour, Comment finir une thèse de sociologie.
Petit dialogue entre un étudiant et un
professeur (quelque peu socratique) traduit en français par Alain Caillé et Philippe Chanial.  http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf  consulté le 21/11/2015

QIAN Cheng

Etudiant de Paris 3

More Posts