Archives par mot-clé : dialogue

DIALOGUES SANS FIN

L’histoire, pardon, les dialogues sans fin ont commencé en novembre 2016 et se maintiennent encore aujourd’hui. Ces échanges entre une étudiante (E) et son directeur de mémoire (DM) ont guidé la rédaction du mémoire de recherche du M2.

Ici, il ne s’agit pas de sauver le Pays Fantastique, mais de réaliser un mémoire de recherche. Les premières conversations se caractérisaient par les explications des motivations, des objectifs, du contexte…

E : Monsieur, j’ai constaté que ce phénomène linguistique pose problème aux apprenants quand il s’agit de …

DM : Pourquoi menez-vous cette recherche ? Que voulez-vous faire après le M2 ?

L’étudiante n’oublie pas son cahier où elle avait noté une première version de son plan, mais laisse libre cours à l’imagination et commence à penser à l’avenir de cette recherche.

DM : Envoyez-moi par mail le plan et une explication de vos idées, une dizaine de pages à peu près.

E : D’accord.

Quelques semaines plus tard, ils se retrouvent pour faire le point sur la bibliographie à consulter. L’étudiante arrive avec un bon nombre de références pour montrer tout ce qu’elle a déjà lu… et elle part avec de nouvelles pistes : des auteurs qu’elle ne connaissait pas.

DM : Je comprends vos choix, mais allez lire d’abord les « classiques », consultez ce que Mme X a publié même en espagnol, votre langue maternelle, mais attention ! Analysez bien ses propos et positionnez-vous, présentez votre opinion !

Pendant ces semaines de lectures et des premières rédactions, les échanges se sont faits par mail. Lors du second semestre, ils ont été plus nombreux et leur nature encore plus diverse : rencontres à la Maison de la recherche, courts dialogues dans les couloirs, des conversations via Skype… et même s’il l’ignore, mon directeur de mémoire m’accompagne à la bibliothèque, j’imagine qu’il est là, en train de lire ce que j’écris. Et ces derniers jours de rédaction, je laisse libre cours à mon imagination et ces échanges, encore plus riches, se transforment parfois en débat. On n’est pas en novembre, mais j’explique une autre fois mes motivations, mes choix, mes hypothèses, mon parcours, mais d’un geste poli, il m’interrompt pour me dire :

DM : En fait, que voulez-vous faire après le M2 ?

Dialogues sans fin ?

 

ayni : vers une appropriation des langues à partir de l’aide mutualisée

 

Lors du colloque ALCTES du 23 et 24 mars 2017, deux jeunes hommes, Kévin Allec et Jordan Jeandon, ont présenté un projet de tandem qu’ils ont mis en place et sur lequel ils travaillent toujours afin d’en améliorer la performance. Ce projet se nomme : « ayni », un terme quechua signifiant l’entraide réalisée par des membres d’une communauté.

Il s’agit d’une plateforme collaborative entre particuliers qui veut permettre à toute personne, ayant un accès à une webcam et à internet, de pouvoir vivre l’expérience du tandem (voir dernier billet pour définition). Cette plateforme, gratuite, est un site internet  mais sera aussi une application pour Smartphone dont la version beta sortira le15 mai 2017. ayni repose sur l’entraide entre particuliers, permettant aux personnes souhaitant s’améliorer à l’oral de pratiquer la langue cible. Cette utilisation numérique du tandem le rend plus accessible à tous.

L’objectif des auteurs du projet est de faciliter l’accès au tandem en permettant la rencontre virtuelle de participants. Cette plateforme prend la forme de rendez-vous proposés par des personnes qui en précisent la langue travaillée, la durée approximative de la session mais aussi les sujets qui seront abordés. Les participants ont alors accès aux rendez-vous, dont la participation doit être acceptée par la personne à l’origine du rendez-vous mais n’ont pas accès directement aux profils. Pour les fondateurs d’ayni, il s’agit de créer un espace d’échange basé sur la confiance. Le site gère les fuseaux horaires, en adaptant l’heure proposée à la position géographique de la personne souhaitant participer, afin d’éviter des complications d’utilisation. Les rendez-vous peuvent prendre deux formes : celle d’échanges de langue, où une personne est native et l’autre non-native, mais aussi le travail mutuel, où les participants souhaitent pratiquer la même langue cible, étant non-natifs. Un niveau approximatif est donné aux participants lorsqu’ils s’inscrivent et complètent un questionnaire d’auto-évaluation.

Le site propose aussi aux participants de gagner des cadeaux, afin de les motiver à effectuer de nouveaux rendez-vous. Plus le participant effectue des rendez-vous et passe du temps en tandem, plus il gagne de points qui peuvent ensuite donner accès à des offres partenaires sous forme de réductions, de bons, etc.

ayni peut être perçu comme une manière de sortir des limites du cours en favorisant la communication orale dans la langue cible mais aussi en donnant accès aux participants à des situations de communication authentiques.

Pour plus d’informations :

https://ayni.in/

 

Mots clés : ludique, efficace, motivant, travail entre pairs, numérique.

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

Mon premier dialogue

 

L’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3,  à côté de la salle M :

–          Bonjour, Monsieur ! Vous allez bien ?

–          Oui, et vous?

–          Oui, merci !

–          Est-ce que vous avez bien reçu mon e-mail au sujet de mes travaux de recherche ?

–          Oui, bien sûr.

–          Donc, comme je vous l’ai écrit, je souhaite travailler sur l’enseignement du FOS dans le domaine militaire. J’ai apporté le document que je vous ai envoyé.

–          Oui, merci… Oui, le sujet est très intéressant. Pourquoi vous avez choisi ce sujet ?

–          En fait, l’année dernière j’ai effectué mon stage à l’Ecole militaire, cette année je voudrais enrichir mon expérience par des recherches théoriques.

–          Oui, je comprends, c’est une bonne idée.

–          Je pense aussi que la particularité du contexte militaire doit être prise en compte dans le cadre de la formation des futurs enseignants du FLE. D’autant plus que de nombreux stages orientés vers l’enseignement du français spécialisé sont proposés annuellement par le service de la coopération militaire DCSD.

–          Oui, je trouve ce sujet intéressant.

–          Merci, Monsieur.

–          J’ai apporté également mes notes bibliographiques.

–          Oui, merci, je vais les regarder.

–          Merci beaucoup, Monsieur ! Je me mets au travail ! Si jamais j’ai des questions je viendrais vous voir à Censier…

–          Bien sûr, bien sûr !

–          Merci !

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Tête-à-tête avec ma directrice de recherche

Après avoir beaucoup réfléchi par rapport à mon choix de directeur ou directrice de recherche pour mon mémoire de M2 au cours de mes études en M1, j’ai finalement demandé à un de mes enseignants si elle deviendrait ma directrice de recherche.

Moi : Bonjour Madame, pourriez-vous s’il vous diriger ma recherche pour ma mémoire de M2 ?

J’attendais la réponse avec impatience. Selon moi j’étais un bon étudiant en M1, j’ai travaillé dur, mais ce qui me gênait toujours était de ressentir mal à l’aise à cause de mon niveau en français (je fais toujours une comparaison avec les natifs)… En conséquence, j’attendais avec inquiétude la réponse… Si elle refuse ma requête, cela prouverait que je manque des compétences nécessaires pour diriger un bon mémoire…

Prof : Oui, j’accepte de diriger votre travail de recherche de M2.

J’étais au septième ciel après cette réponse !! Je n’avais pas encore mon sujet de mémoire, mais j’étais très contente d’avoir une directrice de recherche de mon choix.

Après quelques mois et beaucoup de réflexion sur un sujet de recherche, j’ai finalement demandé de l’aide a ma directrice.

Moi : Madame, quant au sujet de recherche, est-ce que vous pouvez m’aider par rapport au accès à la salle DILTEC ?

Prof : Oui bien sûr, suivez-moi..

Et elle m’a amené vers la salle DILTEC

Prof : Et voilà, c’est la salle DILTEC, voici les mémoires de M2 et les horaires de consultation sont mentionnés sur l’affiche de la porte. Vous pouvez venir ici selon les horaires et consulter les mémoires.

Moi : Merci beaucoup Madame. Au revoir

Donc je me suis assise dans la salle et j’ai commencé à consulter les mémoires des anciens étudiants. J’en ai pris un, j’ai lu le titre et l’ai remis. De la même manière, j’ai consulté une dizaine des mémoires. J’ai pris des notes, quelques idées. Mais je n’étais pas contente des notions que j’ai découvertes lors de ma lecture.

Après quelques jours…

Prof : Oui Javeria, est-ce que vous avez consulté des mémoires dans la salle DILTEC? Est-ce qu’il y en avait qui vous a plu ? Cela vous a-t-il aidé pour choisir un sujet de mémoire ?

Aie…qu’est-ce que je dois répondre… Les mémoires que j’avais consulté ne m’ont pas intéressé du tout.

Moi : uhhhh……..non….

Prof : Ah…d’accord…alors…

Moi : Madame, est-ce que ça doit être vraiment lié avec la langue française ?

Prof :uhhh….oui…c’est le département de Français Langue Etrangère, et c’est évident que ça doit être lié avec le FLE. Mais si vous voulez travailler sur un autre thème et pas le sociolinguistique… Est-ce que vous êtes plus intéresse par la littérature ? Si oui, ce n’est pas avec moi…

Moi : Non non Madame !! Je voudrais vraiment travailler avec vous sur le thème de sociolinguistique… Est-il possible de travailler sur la politique linguistique comme mon dossier de M1 lié à la politique linguistique d’hébreu ?

Prof : uhhh… ok je demanderai et je reviendrai vers vous..

A ce point, j’étais de plus en plus inquiète… Au cours des prochains mois, j’ai essayé de trouver un sujet qui me plaisais et aussi ce qui était lié avec la sociolinguistique ainsi que le FLE. A la fin de ma recherche pour le sujet, j’avais 5 sujets au total et envoyé un email à la directrice. La semaine suivante je l’ai rencontrée…

Moi : Bonjour Madame, vous allez bien ?

Prof : Oui je vais bien merci. J’ai reçu votre email…

Moi : Et Madame, les sujets sont pertinents, n’est-ce pas ?

Prof : Oui mais il faut qu’on se rencontre pour avoir une discussion sur ce sujet… Vous serez libre mercredi prochain vers 15h ? Est-ce que vous avez cours ?

Moi : J’ai cours..

Prof : D’accord. Et jeudi vers 17h ?

Moi : Non……..

Suivant un silence embarrassé pendant lequel je me suis rendue compte que « non » est une réponse pas très clair…

Moi : Non je n’ai pas cours.

Prof : Parfait ! A la prochaine alors !

Une semaine après…

Prof : Alors, les 5 sujets que vous avez proposé… Le premier c’est trop long. C’est un sujet pour le doctorat. Alors ce n’est pas pratique.

Moi : D’accord…

Prof : Le deuxième, c’est un sujet un peu politique. De plus, vous ne pouvez pas le terminer dans quelques mois pour le mémoire.

Moi : D’accord…

Prof : Le troisième sujet, c’est assez bien mais un sujet pour le thèse, pour le doctorat…

Moi : D’accord…

A ce moment-là, j’ai commencé à m’inquiéter…

Prof : Le quatrième, aussi un sujet très long et compliqué. Mais le cinquième, c’est très intéressant, vous avez mentionné la méthodologie aussi. De plus, vous pouvez trouver de la littérature liée à ce sujet facilement. Et ce que je veux maintenant et de m’envoyer un projet de recherche bien précis avec la bibliographie.

Moi : Et Madame, quand est-ce que vous voulez que je vous l’envoie ?

C’était presque la fin du semestre et j’avais des dossiers qui s’accumulaient…

Prof : Après les vacances, en janvier, ça sera bien…

Moi : D’accord. Je vous l’enverrai dès que possible.

Ouf !! ça s’est très bien passé. J’étais trop contente qu’un de mes sujets plaisait le professeur. Et je ne sais pas si ma directrice de recherche lit tout ça, mais j’ai encore quelques dossiers et dès que je finis, je l’enverrai le projet de recherche… Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Dialogue d’échauffement

Je tiens mes notes. Le haut de mes fiches est corné. Mes yeux passent sur les NOMS, les Prénoms, les Titres, les éditeurs, « collections » et les dates. Il ne faut pas négliger la bibliographie. Pas de biblio, pas de mémoire !

Groensteen, Thierry. Groensteen. Gro-en-steeeeeen, et non Grosterne. A ne pas confondre avec l’autre Thierry, Smolderen celui-là. L’un est le spécialiste de la bande dessinée en France, l’autre… C’est l’autre.

« C’est bon ! » appelle une voix derrière la porte. J’entre. En face de moi, elle est assise sans prétention dans un gros fauteuil. Son chandail est jeté sur ses épaules. Elle ne sourit pas.

« Bonjour, madame Machine, nous avions rendez-vous pour parler de mon mémoire…

  • Oui, oui, je me souviens. »

J’étouffe un gloussement et m’assieds.

« Alors je voudrais travailler sur la BD dans le contexte de l’enseignement du FLE.

  • Heu, oui… Donc j’aime bien la BD et je trouve que c’est un bon support à étudier parce que ce n’est pas si exploité que ça…
  • Qu’est-ce que vous appelez la « bédé » au juste ?
  • Alors oui, justement, la BD, bande dessinée aussi dité « bédé », b.é.d.é. est un genre de littérature, souvent considéré comme un sous-genre. Töpffer, l’inventeur de la BD selon Thierry Groensteen, définissait ses œuvres comme « une littérature en estampes[1]». Will Eisner parle de la BD comme d’un « art séquentiel[2] » et Thierry Smolderen montre que la BD depuis Tintin et Hogarth – qu’il considère comme les « BD canoniques[3] » – a bien changé et est désormais confondue avec le roman graphique, mais le principe général c’est le lien entre l’image et le texte, entre l’art visuel et la littérature. Justement, le texte est…
  • En résumé ?
  • En résumé il s’agit d’une histoire publiée en album, en livre ou bien en ligne, dont la narration s’effectue par la corrélation entre l’image et le texte.
  • D’accord. Là c’est plus clair. Bon. Et le mémoire ?
  • Mon mémoire, je voudrais le diviser en trois parties. Dans la première, je vais décrire le médium et en expliquer les tenants et les aboutissants…
  • C’est-à-dire ?
  • C’est-à-dire que je veux proposer une histoire rapide de la BD afin de mieux comprendre le support. Cela devrait me permettre de présenter son univers, son vocabulaire, ses maîtres, ses courants et ses spécialistes. Le but de cette première partie un peu descriptive est de discuter de la pertinence de l’utilisation d’un tel support dans le cadre de l’enseignement du FLE, et en conséquence, le défendre.
  • Très bien. Ensuite ?
  • Ensuite, je voudrais étudier un certain nombre de manuels de FLE. Je choisirai des manuels qui correspondent à mon terrain de recherche, soit l’enseignement à l’université, et j’étudierai quelle exploitation de mon support en est faite. En d’autres termes, est-ce que la Bd est peu ou pas exploitée, et si elle est exploitée : quel type de BD est proposé, comment elle est exploitée, est-ce que par exemple on étudie la BD comme un texte, est-ce qu’elle sert d’illustration, ou bien est-ce qu’on la lit comme on ferait une lecture d’images ? Tout ça, quoi.
  • Tout ça, quoi…

Elle leva la main et l’agita pour dire « bof bof ».

  • Qu’est-ce que j’ai dit ?
  • Bah, dire « tout ça quoi » à ton directeur de recherche, c’est moyen. Ca fait pas très pro.
  • Nan, mais maman, on révise là, je dirai ça mieux. Et autrement, t’aimes bien ?
  • Oui, oui. Bon continue là !

Son geste avait fait tomber son chandail. Elle le balança sur ses épaules et se remit dans la peau de Madame Machine.

  • Où j’en étais… ? Ah oui, et donc, en fin de deuxième partie, je vais critiquer l’exploitation de la BD dans les manuels de FLE pour proposer en troisième partie des pistes didactiques. Je n’ai pas encore de corpus, mais j’ai déjà mon terrain de recherche parce que j’ai obtenu un stage !
  • Bon, voilà, c’est bien. Tu veux manger quoi ce soir ? »

[1] GROENSTEEN, Thierry, La bande dessinée : son histoire et ses maîtres, Skira, Flammarion, La cité internationale de la bande dessinée et de l’image, Paris, Angoulême, 2009.

[2] EISNER, Will, La bande dessinée, art séquentiel, Vertige graphic, Paris, 1997.

[3]SMOLDEREN, Thierry, Naissance de la bande dessinée, Les Impressions Nouvelles, Paris, 2009.

Chloé Kervio

M2 Didactique du FLE, spécialité 1, Option A.

More Posts

Dialogue

Etu: Bonjour, Monsieur.

Dir: Bonjour. Alors, vous êtes intéressée par la linguistique et la didactisation des recherches en linguistique. Dites-moi plus précisément ce que vous comptez faire dans votre mémoire.

Etu: Les enseignants du FLE ou d’autres langues étrangères sont souvent peu formés sur les recherches linguistiques en laboratoire et qu’ils sont parfois coincés sur quelque chose qui est déjà résolue par des linguistes du domaine concerné. J’aimerais bien rendre accessible des machines d’entrainement  en laboratoire aux étudiants du FLE, notamment des machines portables qui servent à aider les apprenants des langues étrangères à améliorer leurs compétences langagières. Je pense à faire cela en exploitant des courants méthodologiques.

Dir: C’est très bien. Avez-vous réfléchi un peu sur les courants méthodologiques que vous allez exploiter?

Etu: Oui, je pense à comparer de différents courants qui existent en didactique et essayer de trouver un courant qui est adapté pour la didactisation des recherches en linguistique.

Dir: Alors, comment allez-vous tester ces courants? Avez-vous déjà des idées précises?

Etu: Il est peut-être intéressant de faire des entretiens et ensuite les analyser?

Dir: Vous êtes sur la bonne voie. Avez-vous déjà pensé aux questions que vous allez poser à vos interviewés?

Etu: Je n’ai pas encore assez réfléchi sur cela.

Dir: C’est normal. Écoutez. Préparez vos questions et nous en discuterons dans deux semaines? Cela vous conviendrait?

Etu: C’est parfait! Merci beaucoup, Monsieur. Je vous tiendrai vite au courant par mail.

Entretien improvisé, état des lieux obligé

Février, troisième étage du 46 rue Saint Jacques, devant l’ascenseur

Professeur – Tiens Brieuc, Que faites-vous là ?

Élève – Bonjour, je passais récupérer un papier pour participer à un stage qui commence la semaine prochaine.

P – D’accord. Mais dites-moi, vous n’avez pas répondu à mon mail la semaine dernière. Celui où je vous demandais de m’envoyer un rapport sur le plan que vous comptiez mettre en place pour votre mémoire ainsi que la version actuelle de la bibliographie.

E – Oui, désolé, j’ai vu le mail. Je ne vous ai pas répondu car je n’étais pas sûr de quoi vous envoyer.

P – Comment cela pas sur ? Vous envoyez ou vous travaillez pour ensuite me l’envoyer. Dans tous les cas, vous me tenez au courant quand je vous demande des comptes rendus.

E – Je comprends bien, je m’excuse de ne pas l’avoir fait.

P – Répondez-moi franchement Brieuc, êtes-vous en ce moment à cent pour cent dans le travail de recherche ?

E – Honnêtement madame, non. On a beaucoup de temps libre pendant ce semestre officiellement consacré au mémoire. Moi, ça m’angoisse car j’essaye en même temps d’imaginer ce que je vais faire l’année prochaine. Après le M2, je suis censé être sur le marché du travail, et je ne sais pas très bien pour l’instant où aller. L’étranger ? En France ?

P – Effectivement qu’il faut y réfléchir dès maintenant. Mais ne perdez pas de vue que le mémoire vous permet d’atteindre le niveau bac +5. Ce n’est pas rien sur le C.V. Il pourra faire la différence plus tard quand vous postulerez.

E – J’en suis bien conscient. Mais la réflexion pour l’instant est que je ne sais même pas sur quels types de poste je souhaite postuler.

P – Tout d’abord, permettez-moi de vous proposer de partir de Paris, où, comme nous pouvons le voir par la fenêtre, le temps est mauvais. Et ce depuis octobre.

E – Oui c’est sûr, je quitterai Paris.

P – Bien. Et puis avant la Mongolie, vous avez déjà vécu un an à l’étranger. Je pense qu’un endroit au soleil est mieux que tout. Maintenant, avant de faire ça, il faut se remettre dans votre mémoire. Jusque-là, vous êtes bien parti. Il faut continuer à vous y investir comme vous le faisiez avant. Quand je vous demande des rapports sur vos avancées, ne le prenez pas avec pression. Si vous n’y êtes pas encore, prévenez de vos retards et expliquez sur quoi vous travaillez en ce moment. Consacrez-y un peu de temps tous les jours. Lectures, repos, rédactions. Parlez-en avec vos camarades, prenez de nouveaux points de vue. Mais échangez à propos. D’accord ?

E – Oui Madame. J’essaye de vous envoyer ce que vous avez demandé au plus tôt. D’ailleurs j’ai une question sur l’établissement des SCAC (Service de Coopération et d’Action Culturelle) dans les ambassades…

P – Très bien mais là en fait je n’ai pas le temps, j’en suis désolé. Mettez-moi votre question dans votre mail de ce soir et dès demain j’y répondrai d’accord ?

E – Très bien je n’y manquerai pas. Au revoir.

P – Au revoir à vous aussi.

Brieuc.Jicquel

Licencié en LLCE études lusophones, actuellement en m2 didactique des langues à la Sorbonne Nouvelle après un stage Campus France en Mongolie.

More Posts

Dialogue entre professeur et étudiant concernant le thème du mémoire

E:Bonjour, Madame.

P:Bonjour. Alors, tu viens me voir pour discuter le thème du mémoire? J’ai vu ton mail.

E:Oui, exactement!

P: Alors, dit-moi ce que tu pense du mémoire.

E: J’ai suis votre cours pendant la dernière semestre et cela m’intéresse beaucoup. Pendant les vacances, je cherchait à trouver un thème intéressant dans ce domaine, et puis il y a deux thèmes qui me paraissent plus intéressants. Comme ce que j’ai déjà écrit dans le mail, le premier thème combinera l’enseignement des collocations avec celui de la production écrite afin de la perfectionner. Le deuxième étudiera seulement l’enseignement des collocations, mais d’une façon plus détaillée. C’est à dire de les étudier en penchant vers la morphologie, le syntaxe et la sémantique afin de trouver la façon de les mieux enseigner. Mais j’ai un souci pour la deuxième proposition, c’est que ce genre de recherches fait déjà l’objet de plusieurs recherches linguistiques par les linguistes. Il me parait qu’il n’existe plus à creuser…

P: Oui, tu as raison. Les linguistes ont fait pas mal de recherche sur les collocations. Mais il ne dit pas qu’il n’y a plus à étudier. Si tu aime vraiment l’aspect linguistique des collocations, je ne vois pas de raison de l’abandonner. À propos de ça, tu as étudié avant la linguistique?

E: Proprement dit, non. J’ai étudié la langue française à l’université sur quatre compétences. Juste en Master 1 à paris 3, j’ai suivi le cours de linguistique.

P: Si tu n’as pas d’expériences sur ce domaine, je te propose soit tu lis dès aujourd’hui des livres, soit tu prends le premier thème qui me paraît plus intéressant…

E: Le premier thème, celui lié avec l’écrit…c’est aussi un bon choix pour moi. Parce qu’en tant apprenant de la langue française, je me suis demandé depuis des années pourquoi les non-natifs ne peuvent pas produire un écrit tout comme les natifs. Nous n’avons pas de faute grammaticale, ni de faute syntaxique. Mais les natifs distinguent dès la première vue que l’écrit est rédigé par un natif ou pas. Quelques fois, on commet des fautes qui sont même difficiles d’être expliquées par les natifs, ces derniers nous ont dit seulement qu’ils ne s’expriment pas comme ça. L’approche des collocations m’a éclairé le chemin: c’est avec des collocations que les natifs se distinguent des non-natifs.

P: Tout à fait.

E: Partant de ce point, j’ai consulté certains articles traitant la relation entre les collocations et la production écrite, je vois qu’il existe vraiment un lien entre les deux. Donc, je trouve que ce thème est faisable.

P: Tu parle des articles, quel article as-tu lu?

E: L’article de Anika FALKERT, à propos de l’existence d’une compétence phraséologique chez l’apprenant de FLE. Il s’agit d’une expérimentation effectué sur les apprenants d’origine française qui apprennent l’anglais. L’auteur a comparé les corpus écrits des anglais natifs et ceux des apprenants français(non-natifs) sur l’utilisation des adverbes amplificatifs like highly, very, fully etc pour analyser l’existence de la compétence phraséologique chez l’apprenant. Cet expérimentation a identifié trois genres de l’emploi des intensificateurs: sous-utilisation, utilisation abusée et absence de l’utilisation des certains intensificateurs. cette recherche m’a fait voir l’espoir de conjuguer l’enseignement des collocations avec le perfectionnement de la production écrite.

P: Tu as déjà définir le public à dédier? Et le niveau?

E: L’identification du public et du niveau me préoccupe beaucoup, je ne suis pas très sûre pour le moment. Mais… Je sais pas si je doit fixer mon public comme les apprenants sinophones ou pas, franchement dit, je veux pas étudier seulement les apprenants sinophones pour la seule raison que je suis une chinoise. Mais il y a peut-être qu’une partie de mon mémoire porterais sur le sémantisme qui a la possibilité de comparer certaines langues. Je ne sais pas encore…

P: Si tu veux faire une comparaison entre les langues et tu travailles sur le chinois et le français, ça sera mieux de cerner les apprenants comme des sinophones. Pourtant, si tu veux travailler sur la généralité des apprenants, tu n’es pas forcée de n’étudier que les sinophones.

E: Au fond du cœur, je voudrais travailler sur le cas général.

P: Bon, avec quel niveau?

E: Niveau avancé, je crois. Ce sont des apprenants comme moi qui veulent faire les études à l’université ont le plus besoin de perfectionner l’écrit.

P: Tu entre ainsi dans le domaine de FOU, français objectif universitaire.

E: Ah oui. Madame, j’ai un autre souci. Après avoir lu des mémoires que vous m’aviez envoyés, je me suis rendue compte que mes idées coïncident avec les précédents. D’un côté, Je voudrais aussi parler de l’acquisition des collocations, surtout j’ai choisi cette semestre ce cours qui m’a beaucoup inspirée. D’autre côté, je ne veux pas faire des choses que les autres ont déjà étudiées…

P: Je vois. C’est bien d’introduire la notion d’acquisition dans le mémoire. Tu n’a rien à craindre, c’est vrai que les gens précédents l’ont déjà discuté dans le mémoire, mais ils n’ont pas eu à pousser juste au bout, tu peux essayer de l’approfondir. Je te recommande de lire le connexionnisme, peut-être ça va t’aider beaucoup si tu veux aller plus loin. Je t’enverrai plus tard une thèse dont le deuxième chapitre aborde explicitement le connexionnisme.

E: Merci. Nous avons fixé le thème et le public: l’enseignement des collocations pour objet le perfectionnement de la production écrite dédié aux apprenants de niveau avancé. Le domaine à approfondir: l’acquisition des collocations en référant du connexionnisme.

P: Tout à fait. Si tu as d’autres idées lors de la lecture, n’hésite pas de me le dire. Ok, je crois que aujourd’hui toutes tes questions sont réglées. On fixe un autre rendez-vous pour le moi prochain? On discutera la structure et la méthodologie du mémoire, ça te va, le 16 novembre?

E: Oui, ça m’arrange. Merci, Madame, vous m’avez beaucoup aidée.

P: Ne t’inquiète pas, tout va bien. Ah, c’est l’heure, il faut que j’y aille.

E: Je vous laisse, au revoir et bonne journée.

P: Au revoir.

Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Une question posée à Amin MAALOUF

Le 20 Mars 2016…

Amin Maalouf

Je me suis réveillé vers 9h. J’ai pris mon petit-déjeuner et je me suis mis en route vers 10h pour aller voir le fameux écrivain Amin Maalouf  dans le cadre d’une rencontre organisée par la librairie « Le Divan » située au sud de Paris.

Après une longue attente avec 4 livres d’Amin Maalouf à la main, c’était finalement mon tour pour faire signer les livres.

Dans ma vie, j’ai toujours entendu des gens dire :

  • « Amin Maalouf écrit en français parce qu’il connait le français mieux que l’arabe. »
  • « Amin Maalouf s’exprime mieux en français, c’est pour ça il choisit le français. »
  • « Il adore le français ! Le français c’est son amour. »
  • « Il ne connait pas l’arabe aussi bien que le français. »

Je défends toujours l’idée que n’importe quelle personne vivant dans n’importe quel pays  étranger ne peut pas connaître la langue du pays mieux que sa langue maternelle et ne peut pas préférer comme langue d’écriture dans ses livres. Tout le monde me dit sans exception : « Pour les écrivains francophones, ce n’est pas comme ça. Ils préfèrent le français parce qu’ils connaissent mieux que leurs langues maternelles! ».

Pour vérifier ce propos banal, j’ai demandé à Amin Maalouf pourquoi il écrit en français. Voilà le dialogue;

Moi : Monsieur, j’aimerais bien vous poser une question.

Maalouf : Oui bien sur.

Moi : Pourquoi vous écrivez en français ?

Maalouf : Ah.. C’est une bonne question. Quand j’ai commencé à écrire dans une revue arabe, j’écrivais en arabe parce que c’est aussi ma langue maternelle. Après je suis venu en France en 1976. Mais au début j’ai continué à écrire en arabe ici mais à un moment donné j’ai du écrire en français à cause de l’environnement. Si l’environnement vous oblige, vous écrivez dans la langue de l’environnement. C’est simple..

Moi : Donc vous avez écrit en français pour être reconnu?

Maalouf : Oui mais on peut être reconnu dans n’importe quelle langue.

Moi : Dans votre cas, c’est le français ?

Maalouf : (Sourire)..

—————————————————-

Le dialogue m’a montré quand même que Amin Maalouf n’écrit pas en arabe ce n’est pas parce qu’il ne connait pas l’arabe aussi bien que le français mais parce qu’il y a d’autres raisons à lui… L’arabe, il le connait, il a fait des publications en arabe mais à cause de « l’environnement », il écrit en français… Ce n’est pas une question d’amour pour le français mais c’est tout simplement une question d’intérêt : combien de personne va lire Amin Maalouf s’il écrit ses livres en arabe ? ou bien, combien de personne va lire s’il écrit en français ? C’est un peu ça.

Donc, ce n’est pas la peine d’être plus Amin Maalouf que Amin Maalouf pour le défendre.

A bon entendeur…

 

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE à l’Université Gazi à Ankara/Turquie et un Master1 Didactique des langues à l'Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Actuellement étudiant en M2 Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Deux petits dialogues entre le directeur et l’étudiant

Etudiant (E) : Bonjour Monsieur, vous avez une minute ?

Monsieur le directeur (M) : Oui …

E : Monsieur X, voilà ce que je voudrais faire, je vais faire un mémoire qui va étudier les difficultés que les apprenants de langue étrangère rencontrent pendant leur apprentissage, pour ensuite proposer des solutions pour les aider.

M : Bien, … ?

E : … ? Ah oui, oui, mon problème est que je sais pas comment faire …

M : Vous avez un projet ?

E : Non, j’ai pas un projet, puisque je sais pas …

M : Il faut d’abord trouver une problématique …

E : Mais j’ai trouvé la problématique !

M : Je vous écoute ?

E : Mais … c’est, c’est ce que je vous ai dit ?

M : ?

E : Etudier les difficultés que les appre …

M : Oui, c’est passionnant d’étudier LES difficultés, mais je suis désolé, ce n’est pas une problématique pertinente.

E : Excusez-moi, mais pourquoi ?

M : L’idée d’étudier LES difficultés est intéressante, mais cela concerne un univers de choses, j’ai crainte que vous n’ayez pas assez de temps à les tout traiter.

E : … oui … vous avez raison …

M : Ne vous découragez pas, vous savez, dans une recherche, proposer une problématique est beaucoup plus difficile que la résoudre. Il faut donc d’abord, pensez à ce que vous voulez vraiment faire, quelle est le problème qui attire le plus votre attention, et vous avez véritablement envie de le résoudre, et puis structurez-le avec vos mots.

E : D’accord ! Merci beaucoup, Monsieur !

 

 

[Un mois après …]

E : Bonjour, Monsieur !

M : Bonjour, jeune homme ! Vous allez bien ?

E : Excellent, Monsieur ! J’ai fait une nouvelle découverte !

M : Ah bon ? Une autre découverte ? Dites-la-moi !

E : J’ai lu dans un livre que la situation géographique et le climat local peuvent influencer la manière de prononciation chez les apprenants de LE, je me disais si je devais les développer dans le mémoire, je pense que ça peut être très intéressant !

M : Oui, vous avez raison, ça peut être intéressant d’en discuter, mais n’oubliez jamais quel est le fil principal de votre recherche. Comme vous avez déjà éprouvé, on fait consciemment ou inconsciemment des découvertes pendant notre recherche. Soit petites ou grandes, ces découvertes pouvaient toujours nous apportent de l’air frais. Avant de les approfondir dans le mémoire, demandez toujours s’il est nécessaire de le faire, et que celles-là constitueront des parties indispensables de votre recherche. Vous savez la raison ?

E : Pour ne pas être hors de sujet ?

M : Oui, c’est la première raison, un travail académique est estimé d’être rédigé de manière logique et les points de vues sont désirés se lier de façon étroite et raisonnable. D’ailleurs, il ne faut moins négliger que votre temps et votre énergie sont aussi limités. Il vaut mieux de nous focaliser sur ce qui nous importe le plus. Vous pouvez rajouter des choses intéressantes, bien sûr, mais il faut finir d’abord votre recherche selon votre idée initiale. Vous êtes d’accord ?

E : Oui, Monsieur !

 

Sitographie :

https://www.google.com.hk/search?safe=strict&client=aff-cs-360se-channel&channel=bookmark&hl=zh-CN&biw=1397&bih=709&site=imghp&tbm=isch&sa=1&q=%E5%88%86%E5%B2%94%E8%B7%AF%E5%8F%A3&oq=%E5%88%86%E5%B2%94%E8%B7%AF%E5%8F%A3&gs_l=img.3..0.20272243.20272243.0.20272477.1.1.0.0.0.0.109.109.0j1.1.0….0…1c.4.64.img..0.1.94.IzCQtqMiG_Y#imgrc=hJm0VTJ2w_7ARM%3A

 

TANG Ke

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

“Croire en soi dans un monde d’inquiétudes”

Il était une belle matinée ensoleillée promettant d’être une journée magnifique. Ce jour-là, Violette avait un rendez-vous avec le directeur de son mémoire. Elle s’inquiétait beaucoup.

Après une semaine passée dans les bibliothèques et consacrée à la lecture et au travail sur la problématique, la méthodologie et la bibliographie de mémoire, elle a pensé que le rayon du soleil pouvait être un bon signe pour avoir un rendez-vous convivial avec le directeur de son mémoire. En se précipitant à l’université pour ne pas être en retard, elle réfléchissait à quel point il serait agréable d’entendre quelques mots d’appréciation, parce qu’il n’était pas facile à critiquer un point de vue généralement accepté.

Et pourtant, elle était en retard à cause de la perturbation du trafic sur l’ensemble de la ligne “Bonne Chance”.

Tout énervé, le professeur était en train de partir…

Professeur :“Ah, la voilà, Mlle Violette… Je vois que vous avez réussi à venir”, dit-il.

Sans donner la possibilité à Violette de présenter ses excuses, le professeur a continué : “C’est bien que vous êtes ici, car je voudrais vous demander quelque chose d’important sur votre mémoire, sinon j’ai déjà pu partir il y a quelques minutes. J’ai lu votre projet de mémoire et je vois que vous avez une idée intéressante concernant les jeux dans le domaine d’enseignement des langues”.

Violette : “Alors…” (elle a commencé à parler à voix basse) “Je pense que vous faites référence à mon hypothèse concernant l’idée que le jeu n’a pas de but extérieur à lui-même, c’est bien ça?”.

 Professeur : “Oui, exactement, expliquez-moi, s’il vous plaît”, dit-il avec impatience.

 Violette : “Selon mes lectures et mes réflexions, j’ai remarqué qu’il y avait certains chercheurs qui considéraient les jeux comme moyens très efficaces pour l’enseignement des langues. Pour montrer le lien entre “jouer” et “apprendre”, ils se référaient à la notion du mot latin “ludus” pour désigner à la fois jeu et l’école”.

Professeur : “Oui, c’est bien ça, et alors?”

Violette : “Oui, mais….” (elle était encore plus embarrassée en disant ce “mais”) “Mais il existe aussi d’autres chercheurs pour qui les vertus éducatives prêtées au jeu sont antérieures à l’existence de savoirs scientifiques permettant de justifier ce lien entre jeu et éducation”.

Professeur :“D’accord, et vous êtes plutôt pour les derniers, n’est-ce pas ?”

Violette : “Je veux dire que si ces auteurs tentent de justifier leur point de vue que “jouer” signifie “apprendre”, en faisant une liaison entre jeu et éducation, peuvent-ils avoir tort, s’il n’y a pas de preuves scientifiques ? Peut-il que le jeu n’ait pas de but extérieur à lui-même? Si oui, je ne sais pas comment le prouver…”

Professeur : “Les uns et les autres peuvent avoir tort ou au contraire ils peuvent être raison mais quand on fait de la recherche, on essaye de montrer les moyens efficaces ou pas selon les besoins du public. De plus, vous ne devez rien prouver. Ce n’est pas votre objectif. Il est important de montrer vos réflexions, vos expériences, vos connaissances, vos lectures, vos capacités à écrire, vos doutes et vos hypothèses. Bref, tout ce qui fait partie de votre chemin d’écriture de mémoire”.

Violette a commencé à penser que tout le temps passé dans les bibliothèques était en vain et elle avait tort à propos de ses idées.

Violette : “Oui, je comprends. En ce cas, je voudrais essayer de faire une hypothèse que le jeu n’a pas de but extérieur à lui-même, autrement dit en jouant, on apprend à jouer, on progresse dans tel type d’activité, c’est pourquoi il est difficile de dire que les étudiants apprennent les compétences communicatives grâce aux jeux dans la classe de langue. En outre, même si le jeu apparait comme une situation par laquelle, dans certaines conditions sociales, passe la maitrise de la communication préalable indispensable à celle du langage oral, cela ne signifie pas que cette maitrise ne pourrait pas passer par d’autres voies…”.

Professeur la regardait en souriant. Néanmoins, ce n’était pas un sourire de l’acceptation mais d’une autre chose. Violette sentait encore plus inconfortable.

En mettant ses papiers dans son porte-document le professeur a répondu : “Je ne peux pas dire que votre hypothèse n’est pas intéressante mais elle a besoin de nombreuses lectures et relectures, aussi bien que des expériences sur le terrain. Je vois que vous êtes une personne curieuse et autonome dans vos recherches mais il vous faut encore beaucoup de travail.  

Cette fois, il sourit avec un certain sens de soutien.

Professeur : “Maintenant je dois partir, car un autre étudiant m’attend. Continuez avec vos recherches et essayez de déterminer de la manière plus concrète le chemin de votre travail. Contactez-moi par mail pour se mettre d’accord sur la date de notre prochain rendez-vous”.

 Violette : “Merci, Monsieur! Et excusez-moi d’être en retard”.

Violette est sortie de la salle. Elle souriait avec ses yeux. Peut-être qu’elle n’a pas vraiment réussi à formuler ses idées et ses hypothèses oralement auprès le professeur mais elle savait qu’elle était sur le bon chemin. Elle a finalement commencé à croire en soi et à ses forces.

Le coeur léger, elle marchait dans la rue.

Après tout, c’était vraiment une belle journée ensoleillée…

 

 

VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

More Posts

Dialogue avec la directrice : autour de la problématique et du rôle de chercheur

Je suis assise en face de ma directrice sur la même place que je prends chaque fois. Il s’agit du troisième rendez-vous avec elle, la dernière avant mon retour en Chine. À côté de moi, Yigong est en train de présenter son projet de mémoire à l’oral. Il me semble qu’il va le terminer dans cinq minutes. Même si je m’efforce de l’écouter, je ne m’empêche pas à me prolonger dans la médiation. « C’est bizarre que je puisse entendre sa voix et ma voix à l’intérieur en même temps. Il est excellent. Oui, c’est vraiment bien qu’on a la même directrice. Sa façon de travailler, efficace et résolue, me paraît fort contagieuse. Il m’encourage des fois à ne pas me lâcher. Heureusement la problématique de mon mémoire commence à émerger, même si elle s’avère encore floue. Je me trouve dans un brouillard. En attendant qu’il se dissipe, il faut que je fasse un choix sur le chemin à emprunter pour aller plus loin dans cette forêt mystérieuse. Le terrain, élément incontournable de la recherche, fera sans doute l’objet de discussion aujourd’hui, mais j’ai des doutes sur mon rôle et notamment sur ma capacité de négocier avec les autres acteurs du terrain. N’oublie pas de poser des questions et livrer mes préoccupations. Il ne faut pas attendre que la directrice m’indique des raccourcis de cette aventure de recherche d’autant que je me méfie de l’existence des raccourcis. »

Directrice (D): OK on va écouter Shuman.

Sa parole m’a ramenée à la réalité. Cette fois-ci, c’est moi qui suis désignée. Ayant tout expliqué dans mon projet de mémoire, je ne sais par où commencer la présentation.

Shuman (S): Oui, c’est à mon tour. Si possible, Madame, pourriez-vous me donne votre feed-back sur mon projet de mémoire ?

Je fais immédiatement un plan de discussion : « À partir des éléments déplacés du projet, je pourrais ensuite mettre en avant les difficultés qui entraînent au piétinement de la recherche ».

D: Oui d’accord, donc ce qui est original dans votre projet, c’est que vous commencez par une anecdote « Une après-midi de pluie, j’ai rendu visite à deux jeunes filles chinoises…». Le moment initial de votre projet c’est votre découverte à la fois d’un fort intérêt chez ces jeunes filles ce que vous appelez «agir social», mais d’autres part un frein causé par une insécurité culturelle, linguistique…
S : Oui oui identitaire aussi.
D : C’est-à-dire que vous prenez conscience d’un désir de participation sociale et en même temps une inhibition de la capacité d’action liée à un manque d’outil linguistique. Et d’ailleurs on peut se poser la question est-ce qu’il y a d’autres choses qui freinent l’action.
S : Oui ils se considèrent comme d’un niveau moins avancé et ils ont tendance à imputer presque toutes les difficultés à un manque de connaissance linguistique.
D : C’est ça ! c’est-à-dire qu’on surdimensionne l’importance de la langue alors que dans la relation il y a d’autres choses qui se passent.
S : Mais ils ne se sont pas rendu compte de ça.
D : Voilà, c’est un point capital.

La discussion se dirige vers les tâches que je dois accomplir dans la recherche-action paritaire.

D: Tu a mentionné que vous travaillerez en coopérant avec d’autres enseignants ?
S : Tout à fait, six enseignants ont constitué une équipe pédagogique dont je fais partie. Ils vont travailler sur la mise en place de la pédagogie de projet. Ils ont des réunions régulières pour s’autoformer, pour établir des projets destinés à de différentes classes.
D: Voilà, il faut dans votre mémoire, vous expliquez tout ça. Consacrez une partie à la présentation de l’équipe, c’est passionnant. Et puis la dimension philosophique, les valeurs de cette institution. Il faut aller plus loin, par exemple montrer en quoi c’est exceptionnel. Quelle a été la genèse, la fondation ? Il faut initier vos lecteurs français pour entrer dans cette historicité institutionnelle. Vous allez être en charge d’un cours là-bas, c’est ça ?
S : Oui, j’ai la liberté d’avoir au moins d’un cours.
D : Donc dans ce cours, vous allez mettre en place une pédagogie dont l’objectif est améliorer leur agir-social.
S: Oui, mais je ne suis pas sûr si je dois obligatoirement élaborer un cours dont l’objectif est de développer leur agir social.
D : Oui, oui. Vous allez diagnostiquer des problèmes grâce à vos entretiens. Il faut entrer dans la remédiation.

La discussion devient de plus en plus difficile. Je reformule alors ma question.
S : C’est-à-dire qu’il faut intégrer cet objectif dans l’objectif global du projet ?
D : Bah, pour moi, il n’y a qu’un seul objectif. Peut-être je n’ai pas tout compris.

Je suis perdue, mais j’ai pleinement conscience qu’on est en sur une question élémentaire et cruciale. Si la pédagogie de projet permet de travailler sur l’agir social, c’est dû à ses principes inhérents et caractéristiques actionnables ou cela dépend également des objectifs du projet ? Une question toute bête que j’ai besoin d’une réponse depuis quelques semaines. La professeur répète encore une fois le principe de la recherche-action. Elle ne comprend pas pourquoi je ne vois pas cette évidence. Je reprends courage et continue.

S : Mais il y a un objectif imposé par l’institut. Il faut que les apprenants atteignent le niveau fin B1.
D : Bah, il faut associer la commende institutionnelle à la stratégie de projet qui développe l’agir social et communicatif.
S : D’accord, j’ai bien compris, c’est en fait l’une de mes préoccupations. Vous avez déjà répondu à cette question.
D : Voilà. Parce que vous avez un contrat institutionnel qui vous lie à l’institution et aussi un contrat pédagogique avec vos étudiants. Vous êtes redevable vis-à-vis de vos étudiants de leur apporter quelques choses.

Je souris en me rendant compte que le chemin devient de plus en plus clair.

Faire “l’acteur-réseau” : dialogue de recherche

Après avoir lancé quatre carnets de recherche, il nous faut également lancer la direction de recherche – je préfère parler de relation de recherche, enfin tenter de réfléchir à ce que cela peut être tant du côté de l’étudiant que du directeur de recherche mais également de tous les dispositifs qui participent à l’encadrement du mémoire, parmi lesquels ce séminaire bien évidemment. Pour (dé)dramatiser un peu cette réflexion, je fais le choix de repartir avec Bruno Latour et de jouer “l’interlude” qui sépare la première et la seconde partie de son ouvrage, dont le titre est “que faire de l’acteur-réseau?” et qui se présente sous la forme d’un dialogue entre un étudiant et son directeur de thèse – certainement Bruno Latour lui-même. Ce dialogue permet de penser cette relation de recherche avec beaucoup d’humour – cela se passe à la London School of Economics chez les sociologues – mais également, avec beaucoup de perspicacité, ce dialogue demande de soulever quelques pistes décisives pour que la recherche transforme la recherche et que cela engage étudiants et directeurs dans une relation de recherche critique. On peut lire le dialogue ou l’interlude à cette adresse: http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf

Or, avec le constat fait par Latour déguisé ici en P (“La plupart des textes en sciences sociales sont mortellement plats”, p. 217), ce dernier pointe l’enjeu d’un enseignement de l’écriture de la thèse – je dirais plutôt d’une réflexion partagée sur l’écriture du mémoire – car c’est dans et par l’écriture que la recherche se fait : c’est elle le laboratoire puisque “selon la manière dont il est écrit”, le mémoire “saisira ou ne saisira pas le réseau d’acteurs que vous voulez étudier”. Saisir un réseau d’acteurs, c’est saisir un problème, en rendre compte et nécessairement offrir des perspectives à ces acteurs (apprenants et enseignants, par exemple). Je ne pointe ici que le fil rouge de la réflexion ou plutôt du débat car il en tresse beaucoup d’autres.

Outre la nécessité de jouer ce dialogue collectivement, je proposerai d’en écrire d’autres tout au long de notre séminaire. Il ne s’agit pas de faire comme Latour qui réussit à rendre compte en un dialogue assez long du rapport, sous toutes les coutures décisives pour la recherche, entre un thésard et son directeur. Il s’agit plutôt de proposer, en de courtes scènes (parlons même de sketches voire d’instantanés théâtraux), des fictions relationnelles toujours forcément proches de comptes rendus de situations bien réelles vécues ou rapportées entre l’étudiant (E) et le professeur (P)… On peut également ajouter d’autres personnages (un tuteur de stage, un informateur, un bibliothécaire, un directeur d’institution…) et pourquoi pas faire tourner les scènes entre deux étudiants, deux professeurs… Bref, ce carnet de recherche accueillera volontiers de tels interludes qui seront forcément des moteurs pour notre réflexion. Dès que nous aurons quelques saynètes pour aiguiser notre réflexion, nous tenterons de faire le point sur la relation de recherche, autrement dit sur la fabrication du mémoire de recherche.

Ces saynètes seront publiées dans un billet spécifique sous la catégorie « relation de recherche ».

——————————————————————————————–

Si vous voulez encore poursuivre avec Bruno Latour, vous pouvez lire ce texte très intéressant sur la direction de thèse (enfin! Latour n’aime pas ce mot, “directeur”, et lui préfère “maître”: on retrouverait alors une continuité du primaire au supérieur, du centre de recherche à l’atelier artisanal !). Lisez donc et on en reparle…

http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/P-165-TOLLIS-GEO.pdf

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

La nature des données recueillies ?

 

Fin d’après-midi, une étudiante se présente au bureau de son professeur de recherche.

 

L’étudiante : Bonjour Monsieur, avez-vous un moment pour parler de mon mémoire ? Hier je vous ai envoyé mon projet par mail.

 Le professeur : Bien sûr, entrez. J’ai lu votre projet et trouvé une question sur les corpus sur lesquels vous allez travailler. Vous avez précisé votre hypothèse sur la manière d’appréhender les réalités de la pluralité des ressources des élèves en contexte monolingue.

 L’étudiante : Oui, ma recherche vise l’identification de la diversité des ressources langagières des élèves, cette question de pluralité devient aujourd’hui un sujet suscitant de vives discussions.

 Le professeur : Ce sujet est intéressant, mais ce n’est pas facile à trouver un terrain de recherche correspondant. Est-ce que vous avez déjà une idée sur la démarche de votre recherche ?

 L’étudiante : Pas encore, j’ai seulement décidé la première partie consacrée à la présentation du contexte, des objectifs et des méthodologies, et ensuite je vais faire une analyse à partir des données recueillies.

 Le professeur : Quelle est la nature des données recueillies ?

 L’étudiante : Ca veut dire quoi par « nature » ?

 Le professeur : Votre recherche a surtout recours aux données fournies par des ouvrages ou celles recueillies auprès des acteurs observés ?

 L’étudiante : Je ne sais pas pour le moment, mais je suis sûre que je vais faire une observation de l’établissement pour définir le contexte monolingue.

 Le professeur : Ce que je vous propose, c’est de déterminer d’abord votre terrain de recherche, réfléchir ensuite sur la nature des données recueillies et les modes d’analyse. Je vous envoie quelques articles dans ce domaine qui montrent très bien leur démarche de recherche.

 L’étudiante : Je vous remercie beaucoup.

« Et votre terrain de recherche, quel est-il? »

Il s’agit de la première rencontre entre une étudiante en Master 2 et sa directrice de mémoire. Elles se retrouvent à la salle des professeurs pour discuter de l’ébauche de projet de mémoire soumise par l’étudiante. La discussion va bon train, le sujet semble satisfaisant et s’avère pertinent puisque la problématique proposée est actuelle. Toutefois, il existe un problème, soit celui du terrain qui n’est pas du tout défini.

 

P – […] Et votre terrain de recherche, quel est-il? Ce qui est vraiment problématique avec votre projet c’est que vous n’avez pas de terrain de recherche. Serez-vous en stage?

E – Non, je n’aurai pas de stage, j’ai plutôt opté pour le parcours recherche.

P – D’accord. Dans ce cas aurez-vous accès à des corpus oraux puisque vous vous intéressez aux variations du français? Malheureusement pour vous, ce n’est pas ma spécialité et je n’ai pas ce genre de corpus sous la main.

E – Je dois avouer que non… Je me demandais si c’était possible de m’appuyer sur des sources écrites. Toutefois, je n’ai pas vraiment envie de faire un mémoire que théorique. J’ai envie de faire autre chose que du déjà vu, quelque chose de plus appliqué si je peux dire…

P- J’aurais une suggestion pour vous… il serait possible que votre « terrain » soit constitué de manuels scolaires. Les manuels reproduisent l’image que les concepteurs se font de la langue, de son enseignement et des perceptions qui y sont associées. Il serait intéressant de vous pencher sur la place qui y est faite pour les différentes variétés de français selon le pays d’origine du manuel. Pensez-y et voyez si c’est possible… On se revoit dans un mois.