Archives par mot-clé : décalage générationnel

«Fatima»- Au nom des femmes «invisibles»

Drame "Fatima" photo du site allocine.fr

Film “Fatima”, 2015
photo du site allocine.fr

Une femme qui élève toute seule ses deux filles dans un pays qui lui est étranger et dont la langue elle ne parle pas. Son seul désir et but: offrir un meilleur avenir à ses enfants que celui qu’elle a. Les aider à terminer l’école et étudier pour qu’elles finissent pas de faire le métier qu’elle fait: femme de ménage. Une femme de ménage qui est souvent méprisée par sa petite fille qui la trouve incapable qui aurait préféré voler que faire ce métier. Paradoxale car même si elle trouve ce métier honteux, elle néglige  sa réussite scolaire. Mais les barrières entre mère et fille ne terminent pas là.

Les deux générations ne parlent pas la même langue. Pendant toute la durée du film on voit ces discussions entre mère et fille en arabe-français et en français-arabe. La mère parlant l’arabe et ses filles lui parlant ou répondant en français.

Fatima, écrit ses pensées en arabe dans ce qu’on pourrait appeler son journal intime. Elle y exprime ses sentiments et ses peurs, ses angoisses et ses incertitudes. Elle sait qu’elle doit tout faire pour que ses filles aient une  vie meilleure, surtout pour l’aînée, Nesrine, qui entre en études de médecine. «La peur commence à reculer et je reprends confiance en moi» est une des premières phrases qu’elle écrit.

Fatima suit des cours de FLE mais sa progression est lente, si elle s’exprime en oral c’est seulement pour dire des mots basiques comme ‘oui’, ‘non’, ‘bonjour’, ‘au revoir’ , ‘je comprends’ etc. Et quand elle veut aider sa petit fille de 15 ans , quand elle veut contrôler si elle a fait ses devoirs c’est impossible car selon sa petite fille Souad la barrière linguistique est trop grande. Mais cela ne démoralise pas notre héroïne. Elle mène des combats au quotidien. En pensant qu’à travailler plus pour gagner plus et à donner  tout ce qu’elle peut à ses filles, cette combattante accumule tout ce stress et cette peur, et dans un moment au travail, elle glisse et tombe d’un escalier ce qui a comme conséquence un arrêt de travail. Mais pendant tout ce temps là elle continue à écrire et en plus elle présente ses écritures à une femme médecin arabophone qui apprécie son œuvre.

 A la fin du film Fatima dit qu’ une des choses qui l’a marquée à vie et ce que sa petite fille Souad lui a dit un jour ; «Maman tu n’es pas capable». Sa douleur psychique dépasse la douleur physique.

Fatima comprend très bien le décalage des générations et des modes des vie et le changement de mœurs dans la société. Sa fille et ses copines vivent dans une société française comme elle dit où elle n’a aucune place.  Elle dit à la femme médecin qui la suit; «déjà par la langue, ils n’ont pas de parents. Comment veux tu parler avec ton père ou ta mère si tu ne connais pas leur langue?»

Une réalité sociale qui existe en France et dans d’autres pays comme le Canada, l’Angleterre, les États Unis où il y a des forts taux d’immigration. Ce film aborde non seulement les difficultés qu’une personne qui ne parle pas la langue du pays où elle vit peut affronter mais aussi ces gens “invisibles” qui exercent des travaux “invisibles”.

La protagoniste parle au nom de tous les ‘Fatimas’ qui cachent leur souffrance morale. Mais elle affirme aussi que beaucoup de gens «ne peuvent pas aller travailler sans une Fatima, construire un avenir, gagner de l’argent, acheter des parfums et de beaux vêtements sans une Fatima». A la place de Fatima, cette femme maghrébine immigré en France, pourrait être une Maria José, mexicaine qui a immigré aux États Unis ou une Amisha , indienne immigré en Angleterre etc.

Le film termine avec un moment de joie car Fatima voit elle-même les fruits de tout ce temps de travail. Elle lit le nom de sa fille Nesrine et voit sur l’affiche le résultat des examens qui démontre la réussite de sa fille pour les études en médecine.

Le film est adapté du livre «Prière à la lune» de Fatima Elayoubi donc c’est une histoire basée sur des événements réels.

En tant que futurs enseignants de FLE, je crois que c’est important d’être conscient de cette réalité sociale, des inquiétudes morales que nos apprenants peuvent avoir selon leur statut social. Car la personne qui veut apprendre une langue le fait par un besoin. Cela peut être un besoin personnel comme pour son plaisir ou pour voyager ou d’autre part pour satisfaire un besoin professionnel avoir un meilleur poste par exemple,et cela peut être aussi comme dans le cas de cette histoire un besoin d’intégration et de facilité dans les interactions de la vie quotidienne.

 

“Fatima”, 2015 un film  de Philippe Faucon.

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts